Archives mensuelles : octobre 2011

Dessiller le regard : socialisme et mouvement breton

Le Breton socialiste, 5 février 1905

Mener une recherche historique sur la Bretagne au XXème siècle oblige à croiser à un moment ou un autre, la question de l’identité bretonne et du militantisme breton. Pour diversifié qu’il soit, le « mouvement breton » apparaît en filigrane à plusieurs reprises dans mon travail sur les militants socialistes entre 1900 et 1940. La mort récente d’un des membres importants de cet Emsav (« mouvement breton »), Yann Fouéré[1], et les réactions plus ou moins informées qui en ont découlé[2], sont l’occasion pour moi dans ce billet de mieux examiner les relations entre les militants de la Sfio et la question bretonne.

                Une historiographie prolixe, mais de nombreux angles morts :

                L’histoire des militants de la cause bretonne est désormais bien connue[3]. La production historiographique est en effet riche et globalement la longue chronologie des faits est bien établie et connue. Mais si on peut en connaître l’histoire et les composantes, on doit toutefois constater que ce terrain  historiographique est continuellement brouillé  par des considérations qui n’ont que très peu à voir avec la rigueur scientifique. On ne compte plus en effet les hagiographies de militants, la multiplication des interprétations sur le positionnement idéologique de ce mouvement, les procès en accusation ou les plaidoyers pour la défense de telle ou telle personne, ou de tel ou tel groupe. En conséquence, le chercheur doit faire face à davantage de polémiques épuisantes qu’à de réels travaux historiques pertinents. Pourquoi une telle forclusion sur le passé du mouvement breton ? Deux explications sont ici nécessaires : il faut tout d’abord, à n’importe quel prix, dédouaner la majorité des militants bretons de l’entre-deux-guerres qui ont sympathisé avec les idées fascistes, la collaboration et le soutien à la politique de Vichy. On ne compte dès lors plus les justifications a posteriori et les travestissements de l’histoire qui aboutissent souvent à de véritables «  inventions » du passé. Or, c’est un fait indiscutable : la majorité de l’Emsav a eu durant la Seconde Guerre mondiale une position de soutien à Vichy et à l’occupant, quant bien même on peut reconnaître par ailleurs de multiples positionnements sur l’échelle de l’adhésion. Ensuite, et cela surtout à partir des années 1960, les nouveaux militants bretons marqués par des mouvements de libération nationale, par le marxisme et les idées de gauche, ont cherché, là encore trop souvent au détriment de la rigueur historique, à reconsidérer la généalogie du mouvement breton en se focalisant sur d’éventuelles influences des  idées progressistes pour mettre entre parenthèses la compromission des années de guerre et redonner une «  virginité » aux partisans de l’Emsav, couvert des oripeaux du marxisme et en conséquence bien plus respectables. En simplifiant, on a depuis l’impression d’avoir des militants pas si collaborateurs ni partisans de Vichy, mais surtout pauvres victimes de la France, de l’épuration forcément sauvage et du centralisme républicain. Pour un peu qu’ils aient eu une ou deux idées progressistes, et les voilà transformés en d’authentiques militants révolutionnaires bretonnants !

                Aujourd’hui de telles considérations sont toujours présentes – les éloges funèbres de Yann Fouéré le montrent : qu’il semble difficile d’admettre de simples évidences, comme l’adhésion aux idées de la collaboration de ce dernier-  et je ne peux que m’étonner qu’il n’y ait toujours pas de forte synthèse sur le mouvement breton dans le 1er vingtième siècle et que des questions soient totalement abandonnées. Les chercheurs qui étudient le mouvement breton très souvent eux-mêmes militants de tel ou tel groupe voire groupuscule – s’échinent à affirmer leur vérité, laissant peu de place aux règles scientifiques du travail historique. C’est donc un véritable champ de ruines historiographique que l’histoire des militants bretons, et la situation ne semble guère s’améliorer pour le moment. Cela est d’autant plus détestable que trop souvent l’histoire de la Bretagne se fait au prisme de cet Emsav, si minoritaire soit-il dans l’histoire réelle de cette région. Peut-être que les concepts forgés par les études post-coloniales ou l’existence d’une nouvelle génération de chercheurs va changer la donne, mais ce n’est pas le cas pour le moment. Cela a une conséquence directe sur mon travail, bien que j’avoue personnellement avoir peu d’intérêt pour toutes ces querelles sur l’histoire du mouvement breton : la question des rapports entre l’identité bretonne et l’adhésion à la Sfio n’a pas été abordée, si ce n’est sous des aspects peu satisfaisants. Pourtant, c’est tout un pan de la recherche historique dans ce domaine qui pourrait être abordée. Voici quelques pistes de réflexion.

Socialistes bretons / Bretons socialistes ?

                Tout d’abord les militants de la Sfio en Bretagne peuvent être amenés à s’interroger sur la place de la langue bretonne dans leur militantisme. Faut-il écrire des articles en breton ? Faut-il prendre la parole dans des meetings dans cette langue ? Comment faire une campagne électorale dans des zones géographiques où les bretonnants sont majoritaires et maîtrisent encore mal la langue française ? A ces questions, force est de constater que pour le moment, nous n’avons pas de réponse tant cela n’est pas réellement abordé dans l’historiographie du socialisme, malgré quelques travaux sur les rapports entre la Sfio et les « petites patries ». Le seul aspect qui est mieux connu est la question de l’enseignement du breton à l’école, mais là encore les connaissances sont trop souvent parcellaires.

                Ensuite il y a au sein de la Sfio, des militants de la cause bretonne. Trop souvent, ce sont d’ailleurs leurs activités en lien avec le mouvement breton qui est connue, alors qu’ils ont par ailleurs milité activement au sein du Parti socialiste. C’est le cas par exemple de Charles Rolland, qui est surtout connu pour être un chansonnier bretonnant mais qui fut aussi un membre actif de la fédération Sfio du Finistère avant 1914. Mais il y aussi Armand Kéravel, militant de la langue bretonne très connu après 1945, qui écrit dans les publications socialistes des années Trente. De plus, de multiples structures qui forment un réseau de militants, un milieu partisan autour de la Sfio, ont des liens avec le mouvement breton, comme par exemple la revue Ar Falz dont la position idéologique est trop souvent mal comprise. Autrement dit, c’est un vaste champ d’études qui s’ouvre et semble pour le moment très mal connu.

                Enfin, dans la période de l’entre-deux-guerres, qui marque la renaissance du mouvement breton, les socialistes ont réagi à ce développement de structures nouvelles qui peu à peu se laissent tenter par une idéologie d’extrême-droite, le racisme, l’antisémitisme ou le fascisme. Il faut mieux connaître les composantes de leur riposte et bien souvent se faisant, les socialistes développent un discours qui leur est propre sur la «  question nationale » bretonne.

Y-a-t-il une manière bretonne d’être socialiste ?

                La question des rapports entre l’identité bretonne et le socialisme ne doit pas toutefois se limiter à l’étude des années d’entre-deux-guerres. En effet, dès la naissance des premiers groupes socialistes au début du vingtième siècle, c’est un aspect qui est souvent abordé. Ainsi Yves Lefebvre, créateur et animateur de nombreuses structures socialistes dans le Finistère, a très souvent étudié ces idées dans ses articles. Mais là encore, force est de constater que nous manquons de réelles études dans ce domaine.

                Je dois dire aussi qu’un certain nombre de clichés sont parfois véhiculés et doivent donc être appréhendés comme symptômes de nombreux présupposés qui ne facilitent pas l’analyse: les Bretons seraient têtus, violents, alcooliques et en conséquence les socialistes bretons obéiraient à de tels  traits de caractère qui seraient bien évidemment renforcés. Je m’étonne chaque jour de la persistance de  telles considérations essentialistes qui trop souvent encombrent les esprits et ne répondent pas à la vraie question des rapports entre l’identité bretonne et l’adhésion au socialisme.

                Je me rends compte au moment de conclure ce billet de deux aspects essentiels pour moi : tout d’abord pour bien aborder ces problèmes liés à l’identité, ce sont avant tout les travaux des anthropologues qui me sont utiles. Ensuite, au-delà des sempiternelles querelles sur le mouvement breton, le champ d’étude que je propose ici me semble plus encore pertinent pour mon sujet de recherche. Il me reste donc à me mettre au travail et à explorer cette nouvelle piste! Parmi les projets d’articles en cours pour ce blog, il y a l’étude de l’antisémitisme au sein de la Sfio dans les départements bretons dans les années Trente, des comptes rendus d’exposition ou de livres et la poursuite des recherches concernant la Première Guerre mondiale. Surtout deux autres directions vont m’occuper dans les prochains jours : la consultation (et la recherche) d’archives privées de militants et l’élaboration d’un vrai plan de thèse. Programme de vacances ambitieux  sans doute ; je vous tiens au courant. Kenavo provisoire!


[1] J.Y Camus «  Mort à 101 ans de Yann Fouéré », Rue 89, 23 octobre 2011,

[2] On pourra consulter avec prudence le site «  Agence Bretagne Presse » qui propose une biographie de Fouéré où les erreurs factuelles et les interprétations douteuses sont très nombreuses

[3] On pourra sur cet aspect consulter le livre de J.Cornette, Histoire de la Bretagne et des Bretons, Seuil, 2005.

48 rue Jean-Louis Rolland

« Chaque historien a un parcours individuel, une histoire personnelle de laquelle ce serait un leurre de penser qu ’il peut s’extraire l’après-midi de 14h à 17h lorsqu’il est en bibliothèque. On ne fait pas d’histoire sans ses névroses » Philippe Artières, Vacarme, printemps 2008.

Immanquablement on vous demande lorsque vous préparez un doctorat tout d’abord en quoi consiste votre sujet, et dans la foulée «  pourquoi tu travailles sur çà ? ». Répondre à la première question est déjà très difficile et je ne compte plus les approximations, les hésitations, les « c’est compliqué » que j’ai pu fournir comme explications. Mais la seconde question ramène souvent à une part encore plus personnelle : donner les raisons qui peuvent expliquer le travail de recherche en cours revient à autoriser celui ou celle qui vous pose la question à entrer dans votre for intérieur, et y découvrir peut-être des choses cachées. Mais il peut paraître aussi nécessaire de se prémunir des explications toutes faites : dans mon cas, plusieurs interlocuteurs ont justifié ma recherche en me rétorquant que si je travaillais sur « ça » c’était parce que je suis « Breton », « socialiste », « originaire de », «  fasciné par », etc. Mais en réalité, très souvent aucune de mes réponses ne me convient vraiment, tout comme je ne suis pas satisfait de ces réponses toutes faites venant d’autrui, et je me contente alors d’un «  c’est plus compliqué » pas très satisfaisant.

                Pourtant, après ce qu’on peut appeler « l’égo-histoire » selon l’expression de Pierre Nora[1], ou encore en compagnie de la tentative de Bourdieu d’ « esquisse d’une auto-analyse »[2], on peut peut-être s’autoriser à aborder de front cette question, qui encore une fois, m’est très souvent posée : pourquoi travailler sur l’histoire des socialistes bretons et sur leurs rapports à la guerre et à la violence ?

                Réfléchir à cet aspect de la recherche, c’est tout d’abord accepter qu’il y ait un faisceau d’explications subjectives et objectives qui forme la réponse à la question du pourquoi. C’est aussi accepter de se confronter à sa propre individualité, à sa propre personnalité, avec ce que cela implique de positionnement inconfortable. Mais surtout une telle introspection peut donner un nouvel éclairage sur le travail en cours et impliquer de nouvelles pistes. Voici quelques premières explications.

                J’ai habité durant mon enfance à Landerneau, au 48 rue Jean-Louis Rolland. Je me souviens que je me suis demandé à plusieurs reprises qui pouvait bien être cette personne. Mes parents ne m’apportaient guère plus de réponse que ce que la plaque de rue indiquait, à savoir qu’il avait été maire de la ville et résistant. Mais ma curiosité d’enfant fut dès lors éveillée. Puis plusieurs années plus tard, nous avons déménagé dans un logement que ce même Jean-Louis Rolland avait lui-même décidé de construire, les premières Habitations à bon marché (HBM) de la ville. Curieuse coïncidence peut-être, mais ensuite au cours de mes études d’Histoire, dès la Deuxième année, j’ai vérifié rapidement qu’il n’y avait pas de travaux sur Jean-Louis Rolland et j’ai décidé que mon travail de maîtrise porterait sur son action. Je laisse imaginer aux lecteurs, ce qu’une éventuelle enfance passée dans une rue Général de Gaulle ou un boulevard Henri IV aurait pu entraîner comme conséquences. Mais il faut aller plus loin que cette simple explication topographique.

                Avec cette première recherche, j’ai pris plaisir à trois choses : tout d’abord le «goût des archives », la fréquentation régulière, parfois ennuyeuse, parfois exaltante de ces lieux de conservation où les jeunes étudiants ne sont parfois pas si bien accueillis. Depuis ce moment, ce plaisir ne m’a plus jamais quitté. Mais j’y ai découvert aussi le goût de l’écriture, exercice naturel pour l’historien-ne mais exercice parfois dédaigné au profit de la seule recherche des faits bruts. Et enfin, en tentant de reconstituer le parcours militant de J-L Rolland, j’ai aussi apprécié de rencontrer des témoins, de passer des moments avec eux, d’essayer de poser les questions qu’il fallait pour faire avancer ma connaissance de mon sujet d’étude. Avec les témoignages oraux, c’est aussi l’utilisation des archives personnelles, des documents privés que j’ai pu découvrir. Il n’était dès lors plus pensable d’arrêter.

                Jean-Louis Rolland était socialiste, membre de la Sfio. Se profile une autre interrogation: est-ce que c’est ce positionnement politique qui explique ma démarche ? Suis-je avant tout et naturellement « socialiste », ce qui expliquerait mon intérêt pour la connaissance historique sur ce parti ? Trop souvent, on peut être tenté d’en faire un marqueur pour caractériser les chercheurs en histoire. En effet, dans le domaine de l’histoire politique, il n’est pas rare de constater que les choix politiques impliquent les choix historiques. Mais un tel raisonnement a de nombreuses limites : tout d’abord, la proximité des deux n’implique pas que le chercheur soit « inféodé » à son sujet en fonction de sa position politique. On peut se considérer comme socialiste, sans forcément réaliser un panégyrique du parti  en mettant la recherche historique au service de la propagande. Mais surtout, on doit se méfier d’une logique qui voudrait que la similitude de vues soit nécessaire. Je ne suis pas militant socialiste, simplement je peux dire que je me reconnais dans l’appartenance au peuple de gauche. Je ne cache donc pas mes sympathies, mais je me garderai de les sortir comme instruments de protection ou de valorisation. Faire de la pratique de l’histoire une tribune politique m’a toujours paru être incongru et surtout contreproductif.

                Un autre rapprochement, sociologique cette fois-ci, peut également être fait : j’étudie l’histoire de militants qui peuvent être ouvriers, paysans ou enseignants. De mon côté, je suis enseignant issu d’une famille ouvrière et paysanne. Est-ce que cette proximité sociologique fait de moi un chercheur plus à même d’étudier les militants du mouvement ouvrier ?  Là encore je ne suis pas sûr qu’une telle équation soit nécessaire, mais la lecture des travaux de Richard Hoggart[3] m’a appris que cela pouvait me servir pour mieux cerner mon objet d’étude. Tout comme le dernier livre de Mona Ozouf « Composition française » [4] qui pose bien les rapports entre la naissance bretonne et la culture française. Je ne parle pas breton, ne me sens pas plus « Breton » que cela. Certains écrits militants sur lesquels je travaille sont d’ailleurs rédigés en breton, l’idée d’apprendre cette langue revient donc périodiquement, mais juste pour progresser au niveau du travail de recherche. Mais cela n’est pas non plus un marqueur identitaire suffisant pour expliquer la recherche en cours.

                Pourquoi s’interroger aujourd’hui sur la part personnelle de ma recherche en cours ? Je suis passé il y a quelques jours au 48 rue Jean-Louis Rolland ; la rue a changé, tout comme la maison. J’y suis passé parce depuis quelques jours, plus rien ne m’attache à cette ville. Mais là devant la maison de mon enfance, j’ai compris que mon travail en cours avait bien plus de rapports que je ne voulais me l’avouer avec mon histoire personnelle. Il faut parfois un choc pour s’en rendre compte. Passée l’onde de choc, le travail de recherche continue et doit continuer. A suivre très prochainement : un compte rendu sur le dernier livre de Philippe Artières et Jean-François Laé, un billet sur le mutualisme paysan et son histoire et sans doute plein d’autres choses encore!

Billet dédié à Marie (1er mai 1933-1er octobre 2011)


[1] P.Nora, Essais d’ego-histoire, Gallimard, 1986.

[2] P.Bourdieu, Esquisse pour une auto-analayse,Raisons d’Agir, 2004.

[3] R.Hoggart, La Culture du pauvre, éditions de Minuit, 1970.

[4] M.Ozouf, Compostion française, Gallimard, 2009.