Archives quotidiennes :

48 rue Jean-Louis Rolland

« Chaque historien a un parcours individuel, une histoire personnelle de laquelle ce serait un leurre de penser qu ’il peut s’extraire l’après-midi de 14h à 17h lorsqu’il est en bibliothèque. On ne fait pas d’histoire sans ses névroses » Philippe Artières, Vacarme, printemps 2008.

Immanquablement on vous demande lorsque vous préparez un doctorat tout d’abord en quoi consiste votre sujet, et dans la foulée «  pourquoi tu travailles sur çà ? ». Répondre à la première question est déjà très difficile et je ne compte plus les approximations, les hésitations, les « c’est compliqué » que j’ai pu fournir comme explications. Mais la seconde question ramène souvent à une part encore plus personnelle : donner les raisons qui peuvent expliquer le travail de recherche en cours revient à autoriser celui ou celle qui vous pose la question à entrer dans votre for intérieur, et y découvrir peut-être des choses cachées. Mais il peut paraître aussi nécessaire de se prémunir des explications toutes faites : dans mon cas, plusieurs interlocuteurs ont justifié ma recherche en me rétorquant que si je travaillais sur « ça » c’était parce que je suis « Breton », « socialiste », « originaire de », «  fasciné par », etc. Mais en réalité, très souvent aucune de mes réponses ne me convient vraiment, tout comme je ne suis pas satisfait de ces réponses toutes faites venant d’autrui, et je me contente alors d’un «  c’est plus compliqué » pas très satisfaisant.

                Pourtant, après ce qu’on peut appeler « l’égo-histoire » selon l’expression de Pierre Nora[1], ou encore en compagnie de la tentative de Bourdieu d’ « esquisse d’une auto-analyse »[2], on peut peut-être s’autoriser à aborder de front cette question, qui encore une fois, m’est très souvent posée : pourquoi travailler sur l’histoire des socialistes bretons et sur leurs rapports à la guerre et à la violence ?

                Réfléchir à cet aspect de la recherche, c’est tout d’abord accepter qu’il y ait un faisceau d’explications subjectives et objectives qui forme la réponse à la question du pourquoi. C’est aussi accepter de se confronter à sa propre individualité, à sa propre personnalité, avec ce que cela implique de positionnement inconfortable. Mais surtout une telle introspection peut donner un nouvel éclairage sur le travail en cours et impliquer de nouvelles pistes. Voici quelques premières explications.

                J’ai habité durant mon enfance à Landerneau, au 48 rue Jean-Louis Rolland. Je me souviens que je me suis demandé à plusieurs reprises qui pouvait bien être cette personne. Mes parents ne m’apportaient guère plus de réponse que ce que la plaque de rue indiquait, à savoir qu’il avait été maire de la ville et résistant. Mais ma curiosité d’enfant fut dès lors éveillée. Puis plusieurs années plus tard, nous avons déménagé dans un logement que ce même Jean-Louis Rolland avait lui-même décidé de construire, les premières Habitations à bon marché (HBM) de la ville. Curieuse coïncidence peut-être, mais ensuite au cours de mes études d’Histoire, dès la Deuxième année, j’ai vérifié rapidement qu’il n’y avait pas de travaux sur Jean-Louis Rolland et j’ai décidé que mon travail de maîtrise porterait sur son action. Je laisse imaginer aux lecteurs, ce qu’une éventuelle enfance passée dans une rue Général de Gaulle ou un boulevard Henri IV aurait pu entraîner comme conséquences. Mais il faut aller plus loin que cette simple explication topographique.

                Avec cette première recherche, j’ai pris plaisir à trois choses : tout d’abord le «goût des archives », la fréquentation régulière, parfois ennuyeuse, parfois exaltante de ces lieux de conservation où les jeunes étudiants ne sont parfois pas si bien accueillis. Depuis ce moment, ce plaisir ne m’a plus jamais quitté. Mais j’y ai découvert aussi le goût de l’écriture, exercice naturel pour l’historien-ne mais exercice parfois dédaigné au profit de la seule recherche des faits bruts. Et enfin, en tentant de reconstituer le parcours militant de J-L Rolland, j’ai aussi apprécié de rencontrer des témoins, de passer des moments avec eux, d’essayer de poser les questions qu’il fallait pour faire avancer ma connaissance de mon sujet d’étude. Avec les témoignages oraux, c’est aussi l’utilisation des archives personnelles, des documents privés que j’ai pu découvrir. Il n’était dès lors plus pensable d’arrêter.

                Jean-Louis Rolland était socialiste, membre de la Sfio. Se profile une autre interrogation: est-ce que c’est ce positionnement politique qui explique ma démarche ? Suis-je avant tout et naturellement « socialiste », ce qui expliquerait mon intérêt pour la connaissance historique sur ce parti ? Trop souvent, on peut être tenté d’en faire un marqueur pour caractériser les chercheurs en histoire. En effet, dans le domaine de l’histoire politique, il n’est pas rare de constater que les choix politiques impliquent les choix historiques. Mais un tel raisonnement a de nombreuses limites : tout d’abord, la proximité des deux n’implique pas que le chercheur soit « inféodé » à son sujet en fonction de sa position politique. On peut se considérer comme socialiste, sans forcément réaliser un panégyrique du parti  en mettant la recherche historique au service de la propagande. Mais surtout, on doit se méfier d’une logique qui voudrait que la similitude de vues soit nécessaire. Je ne suis pas militant socialiste, simplement je peux dire que je me reconnais dans l’appartenance au peuple de gauche. Je ne cache donc pas mes sympathies, mais je me garderai de les sortir comme instruments de protection ou de valorisation. Faire de la pratique de l’histoire une tribune politique m’a toujours paru être incongru et surtout contreproductif.

                Un autre rapprochement, sociologique cette fois-ci, peut également être fait : j’étudie l’histoire de militants qui peuvent être ouvriers, paysans ou enseignants. De mon côté, je suis enseignant issu d’une famille ouvrière et paysanne. Est-ce que cette proximité sociologique fait de moi un chercheur plus à même d’étudier les militants du mouvement ouvrier ?  Là encore je ne suis pas sûr qu’une telle équation soit nécessaire, mais la lecture des travaux de Richard Hoggart[3] m’a appris que cela pouvait me servir pour mieux cerner mon objet d’étude. Tout comme le dernier livre de Mona Ozouf « Composition française » [4] qui pose bien les rapports entre la naissance bretonne et la culture française. Je ne parle pas breton, ne me sens pas plus « Breton » que cela. Certains écrits militants sur lesquels je travaille sont d’ailleurs rédigés en breton, l’idée d’apprendre cette langue revient donc périodiquement, mais juste pour progresser au niveau du travail de recherche. Mais cela n’est pas non plus un marqueur identitaire suffisant pour expliquer la recherche en cours.

                Pourquoi s’interroger aujourd’hui sur la part personnelle de ma recherche en cours ? Je suis passé il y a quelques jours au 48 rue Jean-Louis Rolland ; la rue a changé, tout comme la maison. J’y suis passé parce depuis quelques jours, plus rien ne m’attache à cette ville. Mais là devant la maison de mon enfance, j’ai compris que mon travail en cours avait bien plus de rapports que je ne voulais me l’avouer avec mon histoire personnelle. Il faut parfois un choc pour s’en rendre compte. Passée l’onde de choc, le travail de recherche continue et doit continuer. A suivre très prochainement : un compte rendu sur le dernier livre de Philippe Artières et Jean-François Laé, un billet sur le mutualisme paysan et son histoire et sans doute plein d’autres choses encore!

Billet dédié à Marie (1er mai 1933-1er octobre 2011)


[1] P.Nora, Essais d’ego-histoire, Gallimard, 1986.

[2] P.Bourdieu, Esquisse pour une auto-analayse,Raisons d’Agir, 2004.

[3] R.Hoggart, La Culture du pauvre, éditions de Minuit, 1970.

[4] M.Ozouf, Compostion française, Gallimard, 2009.