Archives mensuelles : novembre 2011

« Notre misère intellectuelle » ou comment pensent les militants Sfio

image à la Une du "Breton Socialiste" dans les années 1900

  « La pauvreté de notre presse (…) oblige le militant qui se trouve à neuf ou dix heures de Paris, à lire chaque jour les pires feuilles capitalistes ». Ainsi commence un article de Jean Longuet dans le journal brestois « L’égalitaire », publication de la Sfio le 22 août 1908. Dans cet article, L’auteur, qui est à l’époque journaliste à « l’Humanité » met en évidence les difficultés qu’ont les militants provinciaux à s’informer sur le socialisme et à lire au quotidien des analyses des intellectuels de ce courant. Lui-même, en vacances en Bretagne au mois d’août comme il semble l’avoir fait régulièrement[1], affirme dans son article avoir des difficultés à s’informer et surtout à devoir supporter la lecture de journaux de droite qui dénoncent à longueur de pages la « misère intellectuelle » des militants socialistes. Et Jean Longuet[2] de s’évertuer à montrer dans cet article aux lecteurs brestois que le socialisme rayonne dans le monde intellectuel, parmi les écrivains, les penseurs ou les artistes. Se faisant, ses propos ont entraîné ma réflexion sur la question de l’éducation militante des socialistes : comment sont-ils devenus socialistes et surtout quelles sont les lectures, les théories, les penseurs qui les ont influencé et qu’ils utilisent par la suite dans leurs actions militantes ?

                Comment les idées socialistes viennent aux militants ?

                Pour étudier cet aspect, il me faut tout d’abord lire les nombreux écrits de théoriciens du socialisme que les militants Sfio ont été susceptibles de lire entre 1900 et 1940. Or, lire des textes de Marx pour le plus connu des théoriciens socialistes, mais aussi de Benoît Malon, de Paul Brousse, d’Eugène Fournière, de Paul Lafargue de Georges Sorel, etc, n’est pas forcément d’une part chose si aisée et d’autre part, demande beaucoup de temps. Deux atouts d’importance toutefois : la plupart des écrits sont disponibles soit en ligne sur le site Gallica (et il faut également ajouter les revues socialistes de l’époque, riches en articles théoriques, comme la « Revue Socialiste » ou le « Mouvement Socialiste« ), ou bénéficient d’éditions récentes, très souvent accompagnées par un appareil critique qui facilite la lecture et l’utilisation pour le chercheur en histoire. C’est en particulier le cas de la collection « Bibliothèque républicaine» des éditions Le Bord de l’eau  qui offrent de nombreux « classiques » de la pensée socialiste, ainsi que des ouvrages reprenant les textes militants pour les discuter, comme le livre de Philippe Chanial, La délicate essence du socialisme . Quant aux textes de Marx, et provenant d’auteurs marxistes, c’est davantage à une profusion parfois confuse auquel le chercheur doit faire face. Mais là encore des travaux récents, comme ceux de Jean-Numa Ducange, sont très utiles.

                Une fois ces lectures entamées, il me faut revenir aux militants bretons : comment ont-ils lu, compris, déformé, contesté les textes théoriques ? L’ont-ils seulement fait ? Se sont-ils contentés des opuscules que la Sfio diffusait pour édifier les militants ? La question de l’appropriation des idées socialistes oblige à quitter l’histoire des idées politiques et les rivages davantage balisés de l’histoire intellectuelle : c’est tout le problème qui m’occupe en ce moment. Pour se faire, je pars des articles publiés dans les journaux socialistes. Souvent en effet, sont publiés des articles théoriques des militants bretons les plus en vue qui ont pour objectifs d’expliquer les grands principes du socialisme. Avant 1914, on assiste d’ailleurs à une profusion qui nécessite l’étape préalable que j’ai évoqué, à savoir connaître au mieux les théories dont il est question, avant de pouvoir dire comment les militants l’utilisent.  C’est en cela que je trouve intéressant l’article de Jean Longuet :  il montre bien qu’il est difficile pour un militant éloigné de Paris de se tenir bien informé des idées socialistes. Surtout, il oblige aussi le chercheur actuel à changer de focale : comme il est simple, mais peu opérant, de constater par exemple que les militants sont peu formés, ne comprennent pas les principes de base du marxisme ou des courants socialistes révisionnistes sans chercher à aller au delà. Certes, ces articles sont parfois confus, difficiles à comprendre et vulgarisent sans talent les théories du socialisme. Mais il me semble nécessaire de les étudier afin de mieux comprendre comment les militants se perçoivent en tant que socialistes.

                Dès lors il me semble nécessaire de poursuivre ma recherche dans deux directions : tout d’abord mieux comprendre les liens entre les intellectuels et le socialisme. Les travaux de Christophe Prochasson, que ce soit sur l’introduction du marxisme en France ou sur l’étude des rapports entre le socialisme et les intellectuels, sont ici irremplaçables. Ensuite, il me faut interroger les mots en eux-même. Trop souvent, on sous-entend que l’intellectuel est obligatoirement parisien et à dimension nationale. Or, ce serait méconnaître tout un pan de la réflexion sur le socialisme que de penser cela. Dans mon champ de recherches, plusieurs intellectuels ont une action en Bretagne dont il faut déterminer les contours : ce sont eux qui se chargent d’expliquer les idées socialistes, de les populariser, de les critiquer et de leur porter localement au pouvoir. De l’histoire des idées, je passe donc à l’histoire des intellectuels, puis à la sociologie de la lecture et de l’écriture ou à la sociologie politique, ainsi qu’à l’anthropologie historique. C’est un élément d’importance pour ma thèse: en effet, ce sont ces mêmes « intermédiaires » intellectuels qui analysent les rapports que les militants peuvent entretenir avec la violence et la guerre dans des articles qui se retrouvent donc au coeur de ma réflexion. Bien sûr, l’appropriation des idées socialistes par les militants peut se faire avec difficulté : dans l’article cité de Jean Longuet, lorsqu’il indique les noms d’intellectuels ou d’hommes politiques, on peut voir que ceux qui ont mis en page l’article ont parfois du mal à déchiffrer l’écriture de Longuet: on évoque ainsi un «Plekharsoff» trop éloigné de «Plekhanoff » comme on l’écrivait à l’époque pour que ce soit une seule faute de frappe. Sans doute que pour les concepteurs du journal brestois, ce « Plekharsoff » ne voulait pas dire grand chose. Est-ce suffisant pour ne pas aller au-delà d’une «  misère intellectuelle » supposée des militants socialistes ?

Rapide tour d’horizon du travail en cours:

                Concernant l’avancée de mon travail, qui doit tenir compte des aléas du professeur de secondaire que je suis également, j’ai trouvé ce qui sera peut-être le titre de ma thèse.Surtout, j’en suis maintenant à établir deux choses : je revois mon plan en fonction des avancées et des remarques pour qu’il ait une forme à peu près définitive et je fais la liste des dépôts d’archives qui me restent encore à consulter. Comme dit précédemment, je me plonge également dans la lecture des théoriciens du socialisme et je tente aussi de mieux comprendre l’action des militants durant la Première Guerre mondiale, selon une approche micro-historique. Bref, il s’agit de forger les pièces du puzzle avant même de penser ensuite à les rassembler. Le travail d’écriture, lui, se poursuit un peu comme ce que pouvait écrire Karl Marx à propos de la révolution : c’est «notre vieille amie, notre vieille taupe qui sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusquement ». J’écris en ce moment, et les billets de ce blog ne sont donc que de brusques apparitions qui surgiront encore en fonction des envies, du temps et des urgences du moment.


[1] Jean Longuet semble avoir passé régulièrement des vacances en Bretagne, dans la région du nord Finistère.

[2] Gilles Candar a écrit une biographie sur ce membre important de la Sfio, Jean Longuet (1876-1938), un internationaliste à l’épreuve de l’Histoire, PUR, 2007. On peut lire ici quelques extraits de son ouvrage. Sur Longuet, on consultera également l’excellent blog «  la bataille socialiste ».

Retrouver la trace d’un militant Sfio grâce à une recherche en ligne? Retour d’expérience

                Tout part d’une phrase lue hier dans le dernier livre de C.Bougeard qui venait d’arriver par la poste: « le professeur d’EPS et secrétaire fédéral [de la Sfio dans le Morbihan] de 1911 à 1914, Frédéric Bonneaud, tué au front en 1914 »[1]. Il m’est alors venu une idée simple : est-ce que en utilisant seulement les ressources de l’Internet, je pourrais trouver des éléments complémentaires sur ce militant Sfio que je ne connaissais pas encore? Car je me pose souvent la question de l’utilité de ce type de recherches faites exclusivement en ligne : est-ce que l’historien peut y trouver son compte et quel en est la plus-value? N’est-ce pas plutôt une perte de temps et ne faudrait-il pas mieux consacrer mon temps libre à fréquenter les centres d’archives qu’il me reste à consulter ? Je me souviens d’avoir lu il y a de cela plusieurs années un débat aujourd’hui délicieusement suranné dans la revue «  L’Histoire » : le thème en était ‘ l’historien doit-il photocopier les documents lorsqu’il travaille en archives ?’ Plusieurs chercheurs renommés s’insurgeaient contre la tendance des nouveaux chercheurs de l’époque à photocopier en masse lorsque cela était possible. Nous sommes aujourd’hui bien éloignés d’un tel débat et pourtant on pourrait sans doute retrouver de telles attitudes rétives devant l’utilisation d’outils de son temps comme les technologies numériques. Alors voici mon compte rendu d’expérience[2] d’une pratique connectée de la recherche en histoire.

Qui es-tu ? Bonneaud, ou Bonnaud ou Bonneau ? Frédéric ou Louis ?

                Le plus simple est tout d’abord de rechercher si le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français, le fameux Maitron, contient une notice sur ce Fréderic Bonneaud. On peut y avoir  accès en ligne , mais cela ne donne que les débuts des biographies pour l’utilisateur lambda de l’Internet (il faut pour aller plus loin un accès autorisé, soit en étant soi-même auteur de biographies soit en ayant acheté le dernier volume qui fournit un code). De toute façon, la notice «  Bonneaud ( ou Bonneau ou Bonnaud) » est très courte, ne donne qu’un minimum de renseignements : secrétaire fédéral en 1911, rédacteur au journal « le Rappel du Morbihan », délégué au Congrès national de 1913 qui se déroule à Brest, candidat aux législatives de 1914 ; bref une notice très minimale, peu d’informations, un de ces très nombreux militants qui bien que présent dans le Maitron n’en est pas moins un inconnu de l’Histoire.

                La Seconde étape consiste à partir de l’affirmation trouvée dans le livre de C.Bougeard : mort en 1914 ! Et là l’apprenti chercheur que je suis pense immédiatement au site «  Mémoire des Hommes » qui contient les fiches de tous les morts durant la Première Guerre mondiale (et de plus en plus pour les autres conflits du XXème siècle). Bien qu’il y ait incertitude sur l’orthographe du nom, je trouve effectivement un « Frédéric Bonneaud » originaire de Charente qui semble correspondre, rien n’indique qu’il puisse toutefois avoir habité Lorient. Un peu sur ma faim, j’utilise le moteur de recherche Google, et trouve après plusieurs pages l’indication sur un site destiné à l’utilisation du vélo à Lorient (!) d’une place Bonneaud à Lorient, mais il s’agit de la place « Louis Bonneaud » non pas « Frédéric » ; pourtant,il y a également une courte notice qui m’indique qu’il fut conseiller municipal et également mort au combat , avec d’ailleurs une faute de frappe qui indique 1944 au lieu de 1914. Et si Fréderic s’appelait Louis ? Je trouve également sur le site «  Mémoire des hommes » une notice « Louis Bonneaud », avec les mêmes indications biographiques que celles du site précédent. Mais comment me débarrasser de cette confusion ?

Ce Bonneaud est mon bonhomme :

                Il me reste maintenant à utiliser la presse ancienne en ligne. Le plus simple est de commencer par le journal « L’Humanité » qui est disponible sur Gallica et dispose d’un outil de recherches des termes : Je trouve rapidement un article conséquent du 26 juin 1913 intitulé « un professeur va être poursuivi pour avoir critiqué la loi de 3 ans ». Dans l’article, on parle de Bonneaud, sans son prénom, mais je sais que ce Bonneaud est mon bonhomme. J’y trouve de nombreux renseignements sur son parcours, son métier de professeur à l’école primaire supérieure et son action militante. Il me reste à consulter la presse ancienne locale. Pour le département du Morbihan, fort heureusement, je dispose de deux sites de consultation en ligne : la médiathèque de Lorient a mis à disposition du chercheur connecté plusieurs titres de la presse militante, l’utilisation en est très pratique et peu difficile, d’autant que comme dans Gallica, on peut télécharger les numéros voulus. Le second site à proposer la presse en ligne est le site des archives départementales du Morbihan: un atout, il y a presque tous les titres du département avant 1940 ; mais un gros défaut : la navigation est très laborieuse, il faut sans cesse manipuler les pages, on ne peut pas télécharger les journaux voulus, on peut à peine imprimer, il faut sans cesse régler le zoom. On s’épuise très rapidement et c’est vraiment peu pratique. J’en viens sincèrement à regretter les visionneuses pour microfilms ! Mais je persiste en sachant que j’ai une piste sûre : si Bonneaud a été candidat aux législatives de 1914, le journal socialiste «Le Rappel du Morbihan » a dû évoquer longuement la campagne électorale de ce candidat. Après plusieurs essais infructueux tant l’outil proposé est compliqué d’utilisation, je trouve mon « Graal » : «le Rappel du Morbihan » du 18 avril 1914 met en une un portrait de «F. Bonneaud », candidat Sfio. Je découvre ensuite que son nom est en réalité « Louis Frédéric Bonneaud », voilà pour ce qui est des atermoiements sur son prénom et des confusions qui ont pu en découler.

                Mais si je peux connaître de nombreuses choses sur ce militant avant la Première Guerre mondiale, je n’oublie pas que ce qui m’intéresse ici est son action au combat et sa mort dès le mois d’aôut 1914. Je sais qu’il est mobilisé dans le 307e régiment d’infanterie soit le régiment de réserve du 107e régiment d’infanterie. Une notice Wikipédia m’indique que lors de la bataille de Moislains où il décède, il y a eu 1246 disparus. Une véritable hécatombe. Je m’interroge d’ailleurs sur le terme « disparus », pourquoi pas «morts » ? Je relis alors la très courte notice trouvée en premier sur le site avec les noms de rues de Lorient, je relis que le conseil municipal de la ville lui a rendu hommage le 25 novembre 1915. Il n’y a pas, comme c’est le cas pour d’autres communes, de mise en ligne des délibérations du conseil municipal pour Lorient. Quant aux publications socialistes du département, elles se sont arrêtées le temps de la guerre. D’autres prospections rapides dans les journaux du département ne m’apportent rien. Mais je ne veux pas que l’enquête soit encore terminée, même si elle semble à bout de souffle : le quotidien régional «Ouest éclair » est en ligne sur le site de son descendant Ouest france : l’utilisation en est pratique si on sait ce que l’on cherche et si on a des dates. J’ai la date de la réunion du conseil municipal qui lui rend hommage. Le 27 novembre 1915, «L’Ouest éclair » fait le compte-rendu de la réunion : on vient seulement d’apprendre la mort de Louis- Frédéric Bonneaud, soit plus d’un an et demi après sa mort : « depuis le jour de son départ au front on n’avait jamais eu aucune nouvelle ».

                Voilà, mon expérience touche à sa fin : force est de constater que j’en sais maintenant beaucoup plus sur ce militant socialiste mort au combat en août 1914.En recoupant toutes les sources à ma disposition, j’en sais d’ailleurs davantage que toutes les personnes qui se sont un jour intéressées à lui. Pour finir, je découvre dans l’index du livre de Christian Bougeard, juste au-dessus de son nom une « Renée Bonneau» qui dans le corps du livre est caractérisée comme étant l’épouse d’un responsable fédéral : est-ce la femme de mon militant retrouvé ? Une rapide dernière recherche en ligne me permet de relire un texte de François Prigent sur les femmes militantes dans le Morbihan : « La figure de Renée Bonneau, femme du jeune secrétaire fédéral, incarne ce premier réseau d’institutrices mariés » (p.4). Voilà : Renée Bonneau est en réalité Renée Bonneaud et semble avoir continué à militer au sein de la Sfio après la mort de son mari ; la figure d’une gardienne du temple me vient en tête et un nouveau sujet de réflexion : comment entretenir la mort des militants socialistes ? En poursuivant leur action qu’ils avaient entreprise avant la Première Guerre mondiale ? Mais c’est déjà une autre histoire…

Faire une recherche connectée apporte donc des résultats:

Alors la réponse s’impose : oui pratiquer une recherche connectée apporte de nombreuses possibilités. Si des zones d’ombre sont toujours présentes dans la vie de Louis-Frédéric Bonneaud, je peux maintenant rédiger pour ma thèse un passage sur lui, un passage pas terminé, car il me reste évidemment plusieurs pistes à explorer, et surtout il me faut bien sûr aller consulter maintenant les archives, chercher d’autres sources, non plus juste derrière mon ordinateur mais en réel. Je sais aussi qu’il avait des descendants, je vais donc poursuivre mon enquête. Mais ce sera en continuant également une pratique connectée de la recherche.


[1] C.Bougeard, Les forces politiques en Bretagne, notables, élus et militants (1914-1946),PUR, 2011, p.88

[2] Je me suis inspiré du livre collectif, Le dossier Bertrand, Jeux d’histoire, éditions Manuella, 2008, dont on peut retrouver le principe en ligne ici. C’est une excellente lecture pour tout chercheur. Je me suis donc fixer quelques règles : pas d’autres ressources que l’Internet, et pas plus d’une demi-journée de travail sur cette expérience.

La tentation de l’émeute: théâtre laïque et réaction cléricale (novembre 1934)

Ouest-éclair, 1er décembre 1934

 La mobilisation actuelle des catholiques traditionalistes et intégristes contre la représentation de la pièce de théâtre « Sur le concept du visage du fils de Dieu » de Romeo Castellucci m’a replongé dans un épisode que j’étudie pour mon travail de thèse. Si je laisse à d’autres le compte-rendu des faits et leur interprétation[1], je ne peux en effet que constater à nouveau une certaine concordance des temps. Aujourd’hui, ces intégristes et traditionnalistes catholiques tentent d’interrompre les représentations d’une pièce de théâtre, manifestent bruyamment chaque soir et expriment verbalement et physiquement une violence qui nécessite une présence policière renforcée. Par cette mobilisation, ils prétendent chercher la reconnaissance publique de la douleur provoquée par les paroles proclamées : il s’agit pour eux d’une offense morale causée par le blasphème que représenterait l’ensemble de la pièce. Si de telles actions ne sont pas nouvelles et sont de plus présentes dans l’espace public contemporain[2], en novembre 1934 dans le Finistère, des actes similaires se sont déroulés et ont entraîné la réaction des milieux partisans laïque et socialiste.

                « Du bruit dans Landerneau » : les coulisses de l’émeute du 29 novembre 1934

                Le 29 novembre 1934, la troupe de Jules Sédillot, effectuant une tournée pour le compte du Comité de défense laïque du Finistère, doit jouer deux pièces dans la nouvelle salle du Family que la municipalité socialiste vient tout juste d’inaugurer. C’est tout d’abord la pièce « Mon royaume n’est pas de ce monde » d’André Lorulot qui doit être jouée, puis « La Terre des prêtres » du Breton Yves Le Febvre. Les deux œuvres sont ouvertement anticléricales, et remettent en cause pour la première les fondements même du dogme et pour la seconde la morale des prêtres. Le soir de la première représentation, la salle est envahie par une foule violente. Les autorités affirment par la suite qu’il a eu près de 3000 manifestants hostiles à la tenue du spectacle. Qui sont les manifestants ? « La mobilisation des troupes est parfaite(…) ce sont les «  jeunesses catholiques » qui sont à la base, et à leur tête, elles ont dans chaque commune où existent des sections, le ou les vicaires et quelquefois le recteur. Elles n’ont aucun frais à débourser »[3]. Mais parmi eux, on trouve aussi des membres des ligues d’extrême droite et des conseillers municipaux de l’opposition au maire socialiste de Landerneau, Jean-Louis Rolland. Il est d’ailleurs pris à partie physiquement et il fait appel à la garde mobile pour tenter de faire restaurer le calme. Mais les affrontements se poursuivent entre forces de l’ordre et catholiques d’un côté  et entre militants de gauche et catholiques de l’autre côté.

                L’affaire est évoquée à la chambre des députés par Hyppolite Masson, élu Sfio du département et dans la presse nationale, comme le journal La Croix, on s’insurge souvent contre les violences faites contre les militants catholiques.

                A gauche : lutte contre les «  cléricaux fascistes »

                L’ordre public étant mis en péril, le préfet décide de suspendre la tournée de la troupe, mais à gauche on cherche rapidement les ripostes. C’est avant tout le Comité de défense laïque qui réagit. Il rassemble tous les partisans de la laïcité, hormis les communistes, et dans le département, cette organisation regroupe près de 10 000 personnes, proches de la Sfio, des radicaux-socialistes ou des libertaires. Véritable structure fondamentale dans la gauche bretonne, ce comité devient d’ailleurs très rapidement le lieu de gestation du Front populaire naissant. Mais ce sont aussi les soutiens de la République qui réagissent et s’estiment menacer par ceux que l’on appelle de plus en plus « les cléricaux fascistes ».

                C’est que cet événement pour les militants de gauche du département représente leur « six février », l’acte par lequel l’extrême droite montre sa volonté de prise du pouvoir par la force. Et pour eux, les militants catholiques sont clairement perçus comme des fascistes[4]. C’est donc tout d’abord un traumatisme et une prise de conscience du danger factieux puis la volonté affirmée de riposter à la mesure de l’assaut.

                La tournée est donc maintenue, tout en respectant les consignes officielles, à savoir que les lieux de représentation sont modifiés afin d’assurer le bon déroulement des spectacles. Mais surtout le Comité de défense laïque et la Sfio mettent en place des groupes d’auto-défense et des comités antifascistes. C’est surtout ce dernier aspect qui m’intéresse ici dans le cadre de ma recherche sur le rapport à la violence entretenu par les militants socialistes.

                Les coulisses de cette émeute : quelles significations ?

                La première chose qu’il est important de retenir ici est l’utilisation du théâtre comme instrument de propagande pour la gauche. En effet, la tournée est scrupuleusement organisée et implique de nombreux participants, des militants mais aussi des mairies de gauche. Or, il me semble que c’est un champ de recherches novateur que l’étude du théâtre socialiste. On peut disposer de la thèse récente de Marjorie Gaudemer sur « le théâtre de propagande socialiste en France, 1880-1914 »(2009)[5], des travaux de Pascal Ory[6] ou encore dans le cas brestois de l’article récent de Pierre Le Goïc[7]. Mais l’étude des tournées de propagande laïque entre 1918 et 1940, où les membres de la Sfio jouent un grand rôle, reste à faire. On soulignera juste pour le moment qu’à la suite des troubles de la fin de l’année 1934, le Comité de défense laïque reçoit un millier de nouvelles adhésions.

                Le deuxième point est plutôt d’ordre méthodologique. En effet, pour comprendre au mieux l’histoire des militants socialistes dans cette période, il faut d’une part prendre en compte toutes dimensions du « milieu partisan »[8], mais d’autre part, il me semble nécessaire d’avoir une bonne connaissance de l’ « autre », de l’adversaire politique. C’est pourquoi l’étude des droites en Bretagne m’est utile, puisque leurs pratiques et leurs idées ont pour effet de modifier l’identité militante socialiste. Comme le souligne Michel Lagrée, on assiste dans ces années Trente en Bretagne à « un climat de guerre idéologique »[9] et donc pour en connaître les données, il faut pouvoir étudier les deux groupes en présence.

                Enfin, le dernier élément essentiel ici découle du précédent. C’est en effet à cause de la mobilisation cléricale qui a cherché à interdire par la force les représentations théâtrales que les militants de gauche vont s’organiser de façon différente. Sous couvert d’ « antifascisme », c’est toute une évolution théorique et dans les pratiques qui se met en place. Qu’en est-il en effet de ces groupes d’auto-défense ? Comment la Sfio et les organisations associées mettent-elles en place de telles organisations, dont le but est avant tout de maintenir la liberté de parole, y compris en utilisant la violence ? C’est un sujet auquel je vais consacrer plusieurs heures de travail à venir. D’autres thématiques importantes voient également le jour : en effet, si ici j’associe sans nuance les militants socialistes à la laïcité, à l’anticléricalisme et à l’hostilité à l’encontre du christianisme, il ne faut pas oublier que quelques militants tentent de concilier militantisme à la Sfio et pratique religieuse en Bretagne. Je reviendrai également dans un prochain billet.

                Toujours est-il, et c’est déjà un premier élément de réponse, que les pièces de théâtre sont par la suite  fin 1934 et début 1935 jouées dans de nombreuses villes bretonnes, ce qui montre que la liberté de parole a été maintenue. On peut espérer, revenant à notre actualité, que les représentations prévues dans les mois à venir de la pièce de Castelluci puissent elles aussi avoir lieu sans heurt et en respectant la liberté de parole et de conscience.

Et quelles avancées temporaires dans mon travail ?

                En dehors de cet aspect, plusieurs autres points m’ont occupé ces temps derniers. Tout d’abord j’ai eu l’occasion dans le cadre de la formation « outils informatiques pour les historiens » de l’Ehess organisée par E.Ruiz et F.Heimburger, de revenir un an après l’ouverture de ce carnet de recherches sur l’utilisation que je peux en faire dans le cadre de mon travail de thèse. Vous pouvez lire le compte rendu d’ensemble de la formation ainsi que celui d’un autre participant, F.Clavert. Je reviendrai très prochainement sur mon intervention dans ce cadre dans un autre billet. Par ailleurs, je poursuis mon travail de classement des archives consultées, en repérant ce qu’il me reste encore à explorer. J’ai aussi rencontré  le petit-fils d’un dirigeant brestois de la LDH qui m’a permis de consulté ses archives et je poursuis en conséquence l’étude sur les membres de la LDH, sur la question des refugiés politiques venus en Bretagne et sur l’atittude de la Sfio sur cette question. Où se situe la violence dans ce dernier point ? Tout simplement lorsqu’on parle de réfugiés politiques à la fin des années Trente, on évoque avant tout le sort des juifs et je m’intéresse aux réactions des socialistes vis-à-vis de l’antisémitisme dont ils sont victimes. Derrière l’antisémitisme, tout comme derrière le fondamentalisme religieux, se cache, très mal souvent, la violence symbolique et réelle.


[1] Voir sur ce point l’excellent site Droite(s) extrême(s) qui relate de façon très régulière le déroulement des faits. On y trouve de très bonnes mises au point sur la mouvance d’extrême droite ultra-catholique qui s’oppose actuellement à la tenue de la pièce de théâtre. On pourra compléter par la lecture d’un très bon article de Jean-Marie Guillebaud paru dans l’hebdomadaire La Vie et qui reflète l’opinion de la majorité catholique, bien éloignée de cet intégrisme.

[2] On peut lire sur un fait similaire l’excellent article de Nadia Marzouki : « Offense morale contre liberté religieuse, la controverse de Ground Zero » Revue Française de Sciences Politiques, octobre 2011/5, vol.61. Cette recherche m’a beaucoup apporté pour la conceptualisation de mon travail  qui n’est ici ébauché.

[3] Archives départementales du Finistère, rapport du préfet au ministère de l’intérieur, 24 décembre 1934.

[4] Il ne s’agit pas ici pour moi de revenir sur le débat historiographique à propos de la nature fasciste ou non des mouvements de la droite extrême en France dans les années Trente. Je constate seulement que pour les militants de gauche, ce sont évidemment des fascistes qui ont agi et qu’ils sont soutenus par les militants catholiques et c’est sur ce constat que j’établis pour le moment mon propos. On pourra lire avec profit sur la question l’excellent travail de Gilles Vergnon, L’antifascisme en France, de Mussolini à Le Pen, PUR, 2009.

[5] Sur les travaux de M.Gaudemer, on peut voir la présentation de ses publications, ainsi que son blog  teatropoli /théâtre militant.

[6] P.Ory, La Belle Illusion, culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Plon, 1994

[7] P.Le Goïc, « les revues théâtrales locales en France, 1855-1930, s’identifier en riant ? », Histoire Urbaine, n° 31, août 2011, pp93-114. Cet article porte, malgré son titre, essentiellement sur la ville de Brest, et repose en grande partie sur les archives d’un homme de spectacles brestois, Maurice Marchand, par ailleurs membre de la Sfio. J’y reviendrai dans un prochain billet.

[8] J’emprunte ce terme et ce concept, désormais bien connu, aux travaux de F.Sawicki, que l’on peut lire pour la plupart en ligne  sur le site du Ceraps de Lille.

[9] M.Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Fayard, 1992 p.151. Ce dernier magistral travail m’est très ici très utile. L’histoire des droites dans la région est aussi mieux connue grâce au livre de David Bensoussan, Combat pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Fayard, 2006. Toutefois ce dernier ouvrage, pour intéressant qu’il soit, me semble méconnaître l’histoire de la gauche dans cette région, ce qui entraîne parfois des raccourcis ; surtout il néglige totalement la question de l’imprégnation d’une réaction autoritaire voire fascisante sur les droites bretonnes.