Archives mensuelles : décembre 2011

Brest, 1908: « Le Semeur » a des lectures soréliennes

Le Semeur, 2 janvier 1908

 L’utilisation des journaux militants est une des sources les plus utiles pour ma recherche. Ce sont donc de longues heures que j’ai passé à consulter ce type de documents, soit en ligne grâce à des sites comme Gallica ou encore celui des archives départementales du Morbihan, soit à l’aide des lecteurs de microfilms dont j’oublie à chaque nouvelle visite aux archives le maniement si délicat. Mais de nombreux titres ne sont toutefois consultables qu’en version papier; fort heureusement la prise de photographies numériques est souvent tolérée. Pour la presse socialiste avant 1914, le chercheur dispose d’un excellent guide: L’inventaire de la presse socialiste, 1871-1914 réalisé par Marjorie Gaudemer[1] permet de mieux connaître tous les titres parus dans cette période. Le classement par département est très pratique, même si quelques oublis peuvent être constatés[2]. Mais je suis surtout confronté à un problème bien gênant: plusieurs titres anciens ne sont plus consultables actuellement en raison de leur fragilité. L’inventaire de la presse socialiste le signale, mais depuis la première parution en 2006, plusieurs autres journaux semblent avoir été écartés à nouveau de la consultation. C’est ainsi le cas du journal éphémère le Semeur, pour le socialisme intégral, le syndicalisme et l’émancipation des travailleurs  qui paraît en 1908 à Brest, entre janvier et mai (19 numéros parus) et n’est plus actuellement consultable à la Bnf.

«Le Semeur, pour le socialisme intégral, le syndicalisme et l’émancipation des travailleurs »

                Fort heureusement concernant Le Semeur, une autre collection complète est encore consultable sans restriction aux Archives départementales du Finistère. Ce journal est intéressant à plus d’un titre pour mon travail de recherches. En effet, il a été créé par un regroupement de militants qui cherchent à faire exister un courant nouveau dans la vie politique brestoise : on y retrouve des déçus de la nouvelle SFIO qui vient pourtant de se créer depuis 1907 dans les départements bretons (après avoir gardé une structure régionale héritée de la fédération socialiste  de Bretagne d’avant 1905), ainsi  que des partisans du syndicalisme révolutionnaire et des bourses du travail. L’antagonisme le plus violent les oppose aux membres de la SFIO brestoise qui voient en eux des traîtres, des partisans de Biétry -le député jaune de la ville- ou des serviteurs de la police. Mais cette vive opposition entre les deux groupes, où les querelles de personnes semblent être l’élément le plus important, ne doit faire oublier  le contenu du journal en question.

                Se pose alors un problème essentiel pour moi: utiliser la presse militante, ce n’est pas seulement pour connaître des faits à propos des socialistes ou pour y lire des comptes rendus de congrès ou de réunions. Non, par le contenu de telles publications, en croisant bien sûr avec d’autres sources, on peut commencer à connaître l ‘ « être-socialiste » des militants en question. Ainsi dans le numéro paru le 23 avril 1908, on peut lire en Une deux articles : l’un est signé par Edouard Berth, l’autre par Georges Sorel.

Georges Sorel

                Georges Sorel est un passage obligé pour qui travaille sur la violence et le mouvement ouvrier. Son ouvrage, reprise d’articles déjà publiés dans la revue de Lagardelle Le Mouvement socialiste, Réflexions sur la violence [3] paraît justement en 1908  et marque un moment important dans la construction d’un corpus idéologique qui emprunte au marxisme tout en y ajoutant d’autres références : il est d’ailleurs difficile de caractériser l’ « inclassable » Sorel[4] et toute une production scientifique ,ou plus militante, a déjà essayé et poursuit l’étude[5]. Mais dans le cas de l’article publié dans Le Semeur, il m’a tout d’abord fallu identifier la provenance de cet écrit : était-ce un article rédigé exprès pour le journal brestois, ce qui révélerait l’existence de liens entre Sorel et des militants brestois ? Etait-ce plutôt un article repris d’une autre publication militante comme cela se pratique régulièrement à l’époque? La tâche s’annonçait lourde tant Sorel a publié de façon prolixe. Pourtant, en dehors de ce premier problème, ce qui m’importait en vérité était d’établir un panorama des références idéologiques et intellectuelles des militants socialistes brestois, au delà de l’espace purement partisan, puisque Le Semeur  est une publication indépendante et opposée au socialisme unifié de la Sfio.

      C’est ainsi que l’on peut voir que Georges Sorel faisait partie des références de plusieurs militants, certains même comme René Litalien, un des militants les plus en vue de la Sfio brestoise, l’ayant côtoyé lors de séjours parisiens. Dès lors, la connaissance des références idéologiques des militants brestois devient possible, ou du moins mérite attention.Et on peut aussi espérer comprendre les déformations, les appropriations, les ajouts ,ainsi que les lectures incohérentes, que les militants font à ce propos. En effet, l’idéologie, que ce soit le «marxisme», le «guesdisme» ou bien encore le «sorélisme» ne sont pas des données absolues et intangibles. Surtout, on a parfois trop tendance à considérer dans l’étude du « système de pensée » des militants qu’ils ne connaissent pas au final ce dont ils parlent, qu’ils n’ont jamais lu les auteurs socialistes qu’ils évoquent, cette attitude étant souvent renforcée dès qu’on étudie des militants vivant en province et non pas dans la région parisienne. On suppose ou on sous-entend qu’ils sont ignorants des doctrines dont ils se revendiquent. Je ne dis toutefois pas qu’une insuffisance de formation militante n’est pas présente, mais peut-être pas selon les termes qu’on utilise trop souvent. Quoi qu’il en soit, la présence de l’article de Georges Sorel m’a obligé à lire le maximum de documentation à son propos.

L’article n’en est pas un mais un extrait des «  Réflexions »

A propos d'intellectualisme, G.Sorel, 23 avril 1908

     L’article en question n’en est en réalité pas un : c’est plutôt un extrait des Réflexions sur la violence  que j’ai finalement réussi à identifier, plus précisément un extrait de l’avant propos qui est une lettre à Daniel Halévy. Le texte est d’ailleurs un peu modifié et aussi tronqué sans aucune explication. Ce qui oblige à m’interroger sur les conditions de réalisation de ce type de publication militante. Il faut aussi aller plus loin, mais déjà dans Le Semeur, les références à des théoriciens du socialisme sont très nombreuses, ce qui suppose une familiarité avec des écrits, ce qui va à l’encontre de considérations que l’on retrouve parfois à propos des militants liés à ce journal, présentés comme incultes, violents et maladroits. Par contre je n’ai pas encore réussi à identifier la provenance de l’article de Berth, qui est à l’époque le plus proche collaborateur de Sorel. Lui aussi a publié un livre en 1908, Les Nouveaux aspects du socialisme , mais l’article du Semeur n’en est pas issu, bien que les idées et les formulations soient les mêmes. Cela signifie qu’il va me falloir encore poursuivre mes prospections dans les lectures soréliennes, tout en avançant dans ce qui commence peu à peu à ressembler à la rédaction de la thèse.


[1] M.Gaudemer, Inventaire de la presse socialiste, 1871-1914, Codhos éditions, 2006.

[2] Pour le département des Côtes d’Armor par exemple, il n’est mentionné qu’une seule publication socialiste, or il y a d’autres titres qui sont socialistes au moins pendant quelques années, comme le journal du docteur Boyer, Le Réveil des Côtes-du-Nord .

[3] Dans le récent Dictionnaire de la violence, publié sous la direction de M.Marzano,PUF, 2011, on peut lire deux notices, l’une sur Georges Sorel ( W.Gianinazzi) l’autre sur les Réflexions sur la violence (P.A. TAgguieff). Ce sont de précieuses mises au point actualisées sur la question.

[4] Vois sur cette question, S.Sand, L’illusion du politique. Georges Sorel et le débat intellectuel 1900, La découverte, 1984.

[5] On peut lire sur le sujet les Cahiers Georges Sorel  devenus ensuite la revue  Mil neuf cent .

Y-a-t-il une « école du renégat »? Sur Fontenoy, Lemonnier, Le Nabec et quelques autres

         Je termine actuellement la lecture du livre de Gérard Guégan, Fontenoy ne reviendra plus. Cet ouvrage, publié au début de l’année 2011, vient de recevoir le Prix Renaudot-Essais; il retrace le parcours de l’écrivain Jean Fontenoy qui a vécu les deux guerres mondiales. Esprit libre et fantasque, il s’est rallié, après avoir navigué dans les milieux d’extrême gauche, au PPF de Jacques Doriot, puis s’est rapproché de l’Allemagne hitlérienne au point d’entrer dans la LVF pour lutter contre le communisme durant la Seconde Guerre mondiale. Gérard Guégan nous relate le parcours de Fontenoy avec brio et son livre est une lecture palpitante, comme beaucoup de critiques l’ont déjà écrit (voir par exemple le compte-rendu de Jérôme Garcin). Mais est-ce vraiment un «essai» ? En effet, l’auteur mêle la réalité de la vie de l’écrivain à des dialogues ou des monologues le plus souvent inventés. On a du mal à distinguer ce qui se retrouve réellement dans les documents d’archives des artifices littéraires de Guégan, qui a pourtant utilisé une somme considérable de documents ; ainsi aucune note n’accompagne le livre, mais c’est une formidable restitution du parcours de Jean Fontenoy, et je l’ai trouvé passionnant. S’il s’écarte de la méthode de recherche en histoire, l’essai de Guégan réussit à décrire plus que tout autre l’atmosphère de l’époque de Fontenoy et l’auteur s’interroge et se met en scène comme jamais ne pourrait le faire un historien. Je suis aussi d’accord, si je me place du côté de la méthode historique stricto sensu, avec l’analyse critique qu’en fait Vincent Chambarlac, fin connaisseur du mouvement ouvrier en France, qui regrette certains raccourcis et certaines  analyses trop floues de Guégan. Pourtant, pour comprendre comment on bascule de la gauche à la droite extrême dans les années Trente et comment on se rallie ensuite à la collaboration la plus active avec l’Allemagne,  Fontenoy ne reviendra plus  me semble essentiel. L’écrivain avait lui-même expliqué dans L’école du renégat (paru chez Gallimard, 1936) ses premiers renoncements. Si sa vie garde un caractère d’exception et une part de mystère, elle correspond cependant à d’autres itinéraires militants qui sont passés de l’appartenance affirmée à la gauche à la droite fascisante et collaboratrice. De tels parcours,moins anecdotiques qu’il n’y paraît, se retrouvent dans mon champ d’étude, au point que l’on peut se poser cette question : y-a-t-il une «école du renégat» ? Comment comprendre l’évolution politique des militants qui ont connu une « dérive fasciste » ?

Lemmonier, Le Nabec : de la Sfio en Bretagne à l’extrême droite

                Lors de ma lecture du dernier livre de Guégan, j’ai également appris la disparition de Guy Lemonnier, qui apparaissait depuis 1945 sous le nom de Claude Harmel. Il était connu pour ses travaux au sein de l’Institut d’Histoire Sociale et pour son appartenance à diverses officines anticommunistes. Né en 1916, il fut nommé à partir de 1938 professeur de lettres au lycée de Brest et était membre de la Sfio. On trouve une dizaine d’articles de lui dans le journal de la fédération  Le Breton socialiste  et il est intervenu lors du congrès fédéral de 1939 pour représenter la tendance « Redressement » de la Sfio. Cette tendance (que l’on retrouve également dans les autres départements bretons, souvent portée par des enseignants, comme Paul Ricoeur à Lorient) est ultra-pacifiste et n’a de cesse  de vouloir négocier avec l’Allemagne, même nazie. Se faisant, on perçoit dans les analyses de ce courant de plus en plus de tolérance à l’écart du nazisme, de plus en plus d’hostilité envers le communisme, au point d’en faire le principal ennemi. Ainsi pour Lemmonier, il faut avant tout éviter la guerre et donc considérer que les demandes d’Hitler sont justes. En 1940, Lemonnier se rallie au maréchal Pétain, puis devient un des membres actifs et influents du RNP de Marcel Déat, réussissant à intégrer dans cette mouvance plusieurs autres militants bretons. Inquiété à la Libération, il publie en 1949 une Lettre à Léon Blum sur le socialisme et la paix  où il cherche à justifier son action. J’ai ce livre sous les yeux : le papier a mal vieilli, sans doute est-il de mauvaise qualité, et chaque page tournée s’effrite un peu plus: cette lettre ouverte commence par aborder la question du pacifisme. Lemonnier/Harmel y affirme son attachement à la paix, y compris face à l’Allemagne nazie, et c’est au nom de ce pacifisme, dont il me faut comprendre toutes les dimensions dans le travail de recherche entamé, qu’il a renié tous ses précédents engagements : le pacifisme est-il la voie unique pour devenir un renégat ?

                Comme je l’ai écrit, d’autres militants, et non des moindres, se sont laissés séduire par les arguments de Guy Lemonnier: c’est semble-t-il le cas de Jean Cornec, un des plus importants militants laïques du département. Mais il est difficile de restituer les parcours de ces années noires. La notice du «Maitron» concernant Cornec reste un peu flou, même si sa ré-actualisation apporte quelques éléments nouveaux. Il n’est pas toujours facile de comprendre comment les militants évoluent dans cette période, d’autant qu’ils sont nombreux à affirmer qu’ils sont restés fidèles, mais fidèles à quoi ? Souvent cette « fidélité» souhaitée passe par quelques trous de mémoire. Je retrouve de telles difficultés dans l’étude d’un autre militant qui apparaît soudainement dans le mouvement socialiste dans le Morbihan au milieu des années Trente, Jean Le Nabec. Le «Maitron» nous apprend qu’il est militant Sfio au Maroc mais après 1935, il n’y a plus d’informations. Pourtant, il est à Lorient, où il est responsable du petit parti néo-socaliste organisé autour de Marcel Déat, l’USR. Ensuite on le retrouve dirigeant régional du PPF de Doriot et cela jusqu’à 1940, où mobilisé, il semble être fait prisonnier et ensuite je perds sa trace. Bel exemple méconnu de « dérive fasciste » en tout cas semble-t-il.

De quoi  le « renégat » est-il le nom ?

                Le livre de Guégan, les parcours de Lemonnier et de Le Nabec m’interrogent encore sur un autre point : est-ce que leur vie ne fait pas seulement un « bon sujet » pour l’actualité littéraire  et un sujet à négliger pour l’historien? En effet, le livre sur Fontenoy avait été précédé de l’enquête de Dominique Fernandez sur son père qui a un même parcours[1], de la gauche au PPF puis à la collaboration, quelques années auparavant c’était Dominique Jamet qui relatait le parcours de son père Claude Jamet[2], intellectuel de la Sfio tenté lui aussi par la collaboration avec le nazisme. Les deux ouvrages ont connu un succès en librairie et on peut trouver depuis d’autres publications, essais et fictions, ayant le même thème. Ainsi, on peut découvrir depuis quelques jours en librairie, le texte republié d’un autre militant ouvrier au parcours semblable, Lucien Cancouët qui dans ses Mémoires d’un authentique prolétaire [3] tente de justifier son parcours marqué par le pacifisme et par une adhésion aux idées de Marcel Déat. Je ne sais pas si il y a un moyen, une école pour devenir renégat, mais les renégats semblent faire école. Qu’y-a-t-il de si fascinant chez eux[4] ?

           Bien sûr jusqu’à présent j’utilise le terme de « renégat » pour rappeler le livre de Jean Fontenoy[5], mais ce n’est pas un terme que les historiens peuvent retenir sans précaution, c’est davantage une appellation idéologique, une insulte destinée à discréditer tel ou tel militant. C’est souvent le PCF qui utilise d’ailleurs cette appellation, mais on le retrouve plus largement dans la presse militante de gauche. Ainsi Paul Valière, leader communiste brestois en 1935, devient rapidement un « renégat », tout comme d’autres, adhérents du PCF ou de la SFIO. Dans mon recherche sur ce point, trois ouvrages me sont plus particulièrement utiles : il s’agit du livre de Philippe Burrin[6], de celui de Zeev Sternhell[7] et de la biographie de Rassinier écrite par Nadine Fresco[8]. Ce sont trois des livres d’histoire qui m’ont le plus marqué. Je me rends compte maintenant que si mon sujet d’étude porte sur les années 1900-1940, et donc ne concernent pas la Seconde Guerre mondiale, ce sont sans doute les questions que posent ces trois livres qui m’ont toutefois poussé à travailler sur mon sujet: qu’est-ce qu’être de gauche, socialiste ou « fasciste » dans ces années là ? Comment passe-t-on d’un bord à un autre ? Dans cette série de questions, deux points me semblent devoir être plus particulièrement analysés : le pacifisme et le rapport à la violence. C’est pourquoi la connaissance de parcours militants sinueux, même difficiles à suivre et à étudier, me paraît essentielle pour la poursuite de mon travail historique. La lecture du livre de Guégan m’a permis de mieux comprendre cela, la disparition de Guy Lemonnier également : je n’ai jamais osé rencontrer ce dernier, alors que dans un courrier, il m’invitait à le faire. Il affirmait avoir peu de souvenirs de cette période. Avec sa mort, c’est un des derniers acteurs de la Sfio brestoise des années Trente qui disparaît. Dommage que je n’ai pas lu le livre de Guégan avant, j’aurai sans aucun doute voulu obtenir avec plus de détermination un entretien. Le travail d’historien, c’est aussi faire cela: chercher à comprendre.

NB : je veux mentionner deux lecteurs qui, directement ou indirectement, m’ont aidé à la rédaction de ce billet : l’un m’a poussé à lire le livre de Gérard Guégan; l’autre a fait en sorte de me faciliter le travail. Qu’ils soient tous les deux remerciés à leur juste valeur.


[1] Dominique Fernandez, Ramon, Grasset, 2008.

[2] Dominique Jamet, Un Petit Parisien, Flammarion, 2000, suivi de Notre après-guerre, Flammarion, 2003.

[3] Lucien Cancouët, Mémoires d’un authentique prolétaire, Vendémiaire, 2011. Le livre est accompagné de notes et d’une postface de Pierre Rigoulot, actuel directeur de l’IHS.

[4] Avant la lecture du livre de Guégan, j’avais été marqué par le roman de Raymond Abellio, alias Georges Soulès, ancien intellectuel de la Sfio, passé au RNP de Déat, paru en 1947 chez Gallimard, Les Yeux d’Ezéchiel sont ouverts. Tout comme Gérard Guégan le raconte à propos de Fontenoy, j’ai acheté ce livre par hasard chez un bouquiniste. Depuis le parcours d’Abellio m’intéresse beaucoup. Mais à un parcours d’ancien socialiste passé à la collaboration ,Soulès/Abellio ajoute une autre donnée : celle d’avoir aussi participé à la Résistance.

[5] Les livres de Fontenoy n’ont pas été réédités, hormis en 2000 par une librairie néo-nazie dont les publications sont fort heureusement difficilement accessibles. J’ai toutefois réussi à consulter L’école du renégat dans sa version originale en bibliothèque.

[6] Philippe Burrin, La dérive fasciste, Seuil, points Histoire, 2003.

[7] Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en france, Complexe, 2000.

[8] Nadine Fresco, Fabrication d’un antisémite, Seuil, 1999.