Archives quotidiennes :

Une escapade aux archives

Lundi 12h08

Archives départementales, lundi après-midi

Profitant des vacances scolaires, j’occupe une partie de mon temps libre à fréquenter de nouveau les centres d’archives. La liste des liasses d’archives à consulter est encore longue, mais c’est ainsi que la recherche avance, du moins je le suppose. Cette après-midi je me rends donc aux archives départementales des Yvelines : l’objectif est de retrouver la trace d’un militant de la SFIO qui a commencé à militer à Versailles pour ensuite retourner en Bretagne. Il s’agit d’Alain Le Dem responsable en 1935 des jeunesses socialistes dans le département du Finistère. Son parcours est toutefois plus riche car il prend alors le pseudonyme d’Alain Behel, comme « BL » à savoir l’acronyme de « Bolchevique Léniniste » ; il est en effet membre du courant trotskyste qui a adhéré au parti socialiste pendant quelques mois. Si son action se poursuit ensuite au sein du mouvement ouvrier  et paysan en Bretagne dans les organisations trotskystes, il m’importe ici de savoir s’il est possible de trouver des renseignements sur son entrée dans l’action militante. Pour cela, deux pistes sont à explorer : tout d’abord la presse militante. Le Dem est militant socialiste à partir de 1932 et le journal de la fédération de Seine et Oise, Le Travailleur est conservé aux Archives des Yvelines, mais seulement selon le catalogue proposé en ligne pour l’année 1933. Ensuite, les réunions de la SFIO doivent comme dans toutes les autres archives départementales que j’ai pu consulter avoir laissées des traces dans les documents de la police chargé de la surveillance politique. Là il n’y a pas de liste des fonds en ligne, mais je vais tenter de consulter la série 1M et la série 4M, ainsi que la série 16M. Il s’agira de repérer le nom d’Alain le Dem et de voir si je peux reconstituer des éléments de son parcours que je ne connais pas déjà[1]. Surtout le survol de ces liasses d’archives va me donner aussi des points de comparaison avec les fédérations bretonnes que je connais mieux. La recherche avance aussi par comparatisme et le contenu des archives que l’on peut consulter dans tel ou tel département ne me semble pas tout à fait similaire, et j’aimerais donc identifier davantage les ressemblances et les différences. J’ai effectué au préalable une recherche rapide, et j’ai l’impression que la fédération socialiste de Seine-et-Oise est assez peu connue, je n’ai donc aucun repère la concernant à part quelques noms de dirigeants trouvés dans le Maitron : cela risque de compliquer ma recherche, maisen même temps ce n’est pas mon but que d’être parfaitement informé sur cete fédération socialiste de Seine-et-Oise. Je prévois toutefois l’usage d’un appareil photo numérique, ce qui est autorisé selon la page de présentation en ligne des archives.

13h20 :

                Me voilà inscrit, accueil très sympathique. Je mesure encore une fois tout l’avantage de disposer d’un service public et gratuit des archives dans chaque département. Le souligner ici c’est aussi rendre hommage à l’ensemble du personnel qui y travaille. Dans la salle de lecture, personne. Je découvrirai plus tard qu’il y a deux autres personnes arrivées plus tardivement dans cette grande salle de recherche. Les inventaires vérifiés, il n’y aura que dans la série 4M que je trouverais peut-être ce que je cherche. Mais tout d’abord lecture du journal de la fédération  Le Travailleur.Affres du chercheur en herbe : le papier s’effrite et voilà ma place remplie de petits morceaux de vieux papiers. Plus important, ce journal ne correspond pas vraiment à ce que je connais de la presse militante : il s’agit avant tout d’une publication qui contient des informations précises et datées pour chaque section socialiste, parfois aussi pour les municipalités. Il n’y a pas ou peu d’articles de fond, c’est avant tout la chronique des sections locales, une  sorte d’agenda politique. Il y a quelques exemplaires seulement datant de la fin de 1933, ce qui me permet une lecture attentive. Je trouve une seule mention d’Alain Le Dem pour une réunion de la fédération entre jeunesses et membres adultes le 10 octobre 1933.Ce sera la seule fois où je verrais son nom cette après-midi. Maigre récolte ? Pas forcément car je peux aussi lire plusieurs autres articles sur les Jeunesses socialistes, leurs actions ou leurs idées. Je sais aussi que Le Dem devient surtout un membre actif à partir de 1934, et comme bon nombre de jeunes socialistes, il est proche du trotskysme à cette période. Je découvre aussi des noms d’autres militants, forcément des camarades à lui.

Le Travailleur, journal SFIO de Seine-et-OIse

                Les liasses d’archives sur la SFIO se révèlent assez pauvres : on trouve quelques mentions de réunions, le compte rendu d’une grande manifestation à Livry Gargan, mais c’est à peu près tout. En élargissant ma recherche, je consulte des liasses qui concernent le PSOP de Marceau Pivert ou encore les militants communistes. Au départ il s’agissait de voir si je pouvais des traces de Le Dem : il était en lien avec les communistes par exemple, je regarde donc avant tout les années 1933/1934 mais je me laisse aussi souvent guider par l’envie de lire et de découvrir. Ainsi je lis le rapport très détaillé que Maurice Tréand consacre au trotskysme dans le mouvement ouvrier et qu’il présente au bureau politique du PCF en juillet 1938. C’est une partie d’un épais dossier relié consacré au PCF et qui semble daté de 1939. J’ai perdu de vue la raison première de ma venue mais je découvre de nombreuses autres choses. Il est presque 17 heures, heure de fermeture. Je sais qu’il y a de nombreux autres fonds à consulter, mais ce sera pour un autre jour, après la rédaction de la thèse.

Lundi soir :

                Si je regarde en arrière, je n’ai pas trouvé grand chose sur Alain Le Dem et son action militante en Seine-et-Oise. Une seule et courte mention de son nom dans le journal socialiste. Je sais toutefois que Le Travailleurpeut être utile. En cherchant sur le catalogue de la BNF, je m’aperçois qu’il est consultable en microfilm pour la période 1930-1934. Je suppose qu’il y a d’autres indications sur lui pour l’année 1934.Donc c’est une affaire à suivre. J’ai surtout trouvé des documents qui me permettent de mieux comprendre ce que sont les Jeunesses socialistes de ce département lorsqu’il y réside. Surtout la collecte d’informations fut utile : ainsi j’ai mis la main sur une sorte de gros livre relié intitulé «Marxisme 1937 » rédigé par un certain « R.Humery » qui est en fait un catalogue de toutes les publications de gauche à cette époque, de toutes les organisations, de toutes les structures existantes.

Un extrait de "Marxisme 1937"

         Document précieux même si je  n’en connais ni la source ni le contexte de réalisation, cette publication va quoi qu’il en soit me rendre de précieux services. Du point de vue de l’  « ingénierie » de ma recherche, j’ai pu vérifier comme il est pratique de pouvoir prendre des photographies des documents. Me voilà avec une centaine de clichés qu’il va falloir exploiter. J’ai plus largement le sentiment que je vais consulter des archives jusqu’au dernier moment, sans doute n’est-ce pas une pratique très organisée, mais couper le travail en deux parties bien séparées, tout d’abord la recherche de documentation, ensuite la rédaction, je ne suis pas sûr de pouvoir procéder de cette façon. Ce billet d’étape est une petite escapade intermédiaire dans la série que j’avais prévue sur les pratiques militantes dans les années 1930. L’avantage de ce carnet de recherche, c’est aussi de prévoir une publication sur certains thèmes, mais aussi de modifier ce qu’on avait prévu. J’aime pouvoir profiter de cette souplesse, même si à partir de maintenant je me penche sur le second billet de la série prévue à savoir « Docteur Flamme en Bretagne : des pratiques militantes nouvelles ? » que je publierai dans quelques jours.


[1] Alain Le Dem a une biographie assez conséquente dans le Maitron . Aux archives de l’Institut international d’Histoire sociale d’Amsterdam, le fonds Prager contient également un très utile dossier sur Le Dem.