Archives quotidiennes :

Docteur Flamme en Bretagne: qu’est-ce que le « socialisme actif »?

Le Populaire, 5 avril 1934

Il y a quelques semaines, j’ai indiqué une liste des billets à venir qui avaient tous comme thème commun les nouvelles pratiques militantes des socialistes durant les années 1930. Le 1er d’entre eux portait sur une commémoration de la mort de Jaurès qui comportait bon nombre de caractéristiques « traditionnelles » de la mobilisation militante et je voulais ensuite montrer en quoi le contexte des années Trente avait entraîné des ajustements dans l’identité militante socialiste. Depuis je travaille sur ce thème, qui deviendra un des chapitres de la thèse et je ne suis pas sûr de respecter mon programme élaboré auparavant pour ce carnet. Mais voici toutefois quelques jalons de la réflexion en cours.

            Tout d’abord ce ne sont pas les pratiques militantes en tant que telles qui m’intéressent mais plutôt de voir si elles sont marquées par la violence ou des pratiques que l’on utilise habituellement dans un contexte de guerre. C’est pourquoi dans l’étude de cet aspect, la lecture du livre de Serge Tchakhotine , Le Viol des foules par la propagande politique[1] m’a semblé être un bon moyen de poser des éléments d’une problématique plus ample.Tchakhotine était un scientifique qui s’est mis au service du parti social-démocrate en Allemagne afin de lutter contre le nazisme et surtout afin de trouver les meilleurs moyens pour gagner la population aux idées socialistes. Son livre de psychologie sociale est publié pour la première fois en 1939 en France, après avoir été dans un premier temps censuré par le ministère des affaires étrangères. Mais cette première version, plusieurs fois rééditée dans l’année (celui que j’ai pu lire est imprimé le 12 juillet 1939 et correspond à la 8ème édition : ces nombreuses rééditions dans la même année sont-elles le signe d’un succès ?) est très rapidement mise au pilon par les occupants allemands en 1940. C’est pourquoi l’auteur en republie une version modifiée en 1952 et c’est aujourd’hui ce livre que l’on peut trouver facilement en librairie. Les deux éditions sont toutefois très différentes et pour mon propos je me suis aperçu qu’il valait mieux utiliser la version de 1939. Sans m’étendre sur ce point, on peut voir que dans la publication de 1952 le chapitre intitulé «  le Socialisme actif » a disparu même si son contenu se retrouve modifié dans la nouvelle mouture. Et en ce qui concerne l’un des aspects les plus connus de l’oeuvre de Tchakhotine, à savoir l’invention du sigle des trois flèches qui se popularise dans les années Trente dans plusieurs partis socialistes européens, l’auteur écrit en 1939 « nous avons entre les mains le récit authentique et inédit […] il est écrit par l’homme qui a été à l’époque le chef de propagande du « Front d’airain » […] nous le transcrivons ici directement ». Commence ensuite le récit et tout est fait pour que le lecteur pense que Tchakhotine reprend des écrits d’une autre personne qui n’est pas identifiée qui explique avec de nombreux détails comment l’insigne des trois flèches s’est imposé comme un moyen de lutte efficace contre le nazisme. Dans la version de 1952, tout cela est réécrit « Le destin a voulu […] que je devienne le chef de propagande du «  Front d’airain » et le récit se poursuit ensuite cette fois ci à la première personne. Sans doute l’auteur, réfugié en France en 1939 avait-il voulu se protéger en cachant assez maladroitement d’ailleurs sa véritable identité.

            On voit donc que les deux versions sont assez différentes et pour l’étude du sujet qui m’intéresse la version de 1939 est plus adaptée, même si dans la réécriture postérieure, des éléments nouveaux d’explication sur le contexte des années 1930 sont fournis. Mais ce livre apporte surtout des données sur les moyens de lutter contre le nazisme et l’auteur a voulu les utiliser également en France. En effet Serge Tchakhotine se réfugie en France et devient un conseiller écouté de Marceau Pivert un des leaders de la gauche de la Sfio[2]. Quelques unes des idées de celui qui prend le pseudonyme de « Docteur Flamme » sont reprises par le PS français : des slogans simples, le logo des trois flèches et la constitution de groupes d’autodéfense parmi les militants socialistes. Si ce personnage et son action sont encore assez méconnus[3], on peut voir que la Sfio à partir de 1933 s’approprie ses principes de « socialisme actif », parfois au prix d’explications nécessaires comme le suggère le dessin en illustration publié le 5 avril 1934 dans le quotidien socialiste Le Populaire .

            Mais il m’importe dorénavant de comprendre et de découvrir comme ces principes sont reçus dans les fédérations bretonnes de la SFIO. Ainsi j’essaye de découvrir à quelle période les trois flèches deviennent réellement le symbole du parti et de voir comment il s’impose entre 1935 et 1936 comme un insigne de combat contre le fascisme et d’affirmation de la force socialiste.

            Pour ce faire, il me faut lire et relire plusieurs articles accessibles en ligne sur le sujet :

–          E.Nadaud « le renouvellement des pratiques militantes de la S.F.I.O. au début du Front populaire (1934-1936) » Le Mouvement Social, n° 153, octobre-décembre 1990

–          P.Burrin « Poings levés et bras tendus. La contagion des symboles au temps du Front populaire » Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°11, juillet-septembre 1986.

–          G.Vergnon « le poing levé, du rite soldatique au rite de masse. Jalons pour l’histoire d’un rite politique » Le Mouvement Social, n°212, juillet-septembre 2005.

–          A.Collignon « Les Jeunes gardes socialistes, ou la quête du Graal révolutionnaire, 1930-1935 » Cahiers d’Histoire du Temps Présent, n° 8 2001.

–          P.Pasteur « Le Semeur, la semence et le fidèle combattant de l’avenir ou la masculinité dans la social-démocratie autrichienne (1888-1934) » Le Mouvement Social,  n° 198, janvier-mars 2002.

        Ces différents travaux sont parmi ceux qui m’aident le plus dans la réalisation de mon propre travail de recherche sur ce sujet. Mais il faut aussi rassembler des faits sur ces nouvelles pratiques militantes en Bretagne. C’est ce que je fais actuellement en me penchant davantage sur le rôle des socialistes dans les campagnes. On y découvre ainsi autour de la figure de Tanguy-Prigent des actions qui semblent s’inspirer des nouveaux moyens de lutte qui s’affirment au sein de la SFIO. Ainsi on évoque régulièrement des paysans socialistes, les « Cravates rouges » qui s’opposent aux  partisans de Dorgères, les « Chemises vertes ». Face à la violence du fascisme, Serge Tchakhotine écrivait en 1939 : « pour édifier rapidement le socialisme, la vraie démocratie, il faudra employer la même méthode d’obsession provoquée, agissant ici non plus sur la peur, mais sur l’enthousiasme, la joie, l’amour. Une propagande violente de non-violence. »[4]. J’essayerai de voir dans le prochain billet (« Cravates rouges contre chemises vertes ») comment le socialiste Tanguy-Prigent a essayé de mettre en pratique cette idée face aux partisans du fascisme rural[5] en Bretagne.


[1] S.Tchakhotine, Le Viol des Foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1939. Nouvelle édition refondue en 1952.Le livre est aujourd’hui disponible dans la collection « Tel »Gallimard

[2] Sur Marceau Pivert, on lira avec profit la très bonne biographie écrite par Jacques Kergoat, Marceau Pivert, “socialiste de gauche”, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1994.

[3] C’est ce que souligne plusieurs travaux que j’ai pu lire. Des historiens comme Eric Nadaud travaillent en ce moment sur l’histoire des trois flèches et apporteront sans aucun doute des informations complémentaires. Tchakhotine est également le sujet d’un documentaire récent dont on peut avoir des détails ici.

[4] S.Tchakhotine, 1939,op.cit., p.251

[5] Je reprends ici l’expression de Robert Paxton, Le temps des chemises vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural, 1929-1939, Paris, Le Seuil, L’Univers historique, 1996.