Archives mensuelles : juin 2012

«Ce n’est pas à moi que revient le mérite»: que viennent faire ici Freud et Jung?

La Charrue rouge, journal dans lequel Yves Le Lay publia de nombreux articles

«Ce n’est pas à moi que revient le mérite » est le début de la première phrase des Cinq leçons sur la psychanalyse de Freud[1]. Cet ensemble de conférences fut traduit en français en 1920 et publié la première fois dans la Revue de Genève, puis en 1921 sous forme de livre par les éditions Payot . Hier soir, j’ai enfin fait le lien entre deux informations qui a priori n’avaient rien en commun. Le traducteur de ce livre de Freud est Yves Le Lay et je n’avais jamais fait le lien entre lui et un autre Yves Le Lay qui était militant socialiste durant l’entre-deux-guerres dans la région de Lannion, aujourd’hui située dans les Côtes d’Armor. Sans doute était-ce pour moi improbable : que l’un des premiers traducteurs de Freud et de Jung soit aussi militant de la SFIO en Bretagne, cela ne paraissait pas possible. Surtout si c’était le cas, travaillant depuis plusieurs années sur le sujet, je suppose que j’aurais fini par le découvrir assez rapidement. Ma surprise fut donc grande lorsque j’ai enfin fait le lien. C’est donc ensuite un certain sentiment de stupeur voire peut-être même de honte qui m’a envahi. Mais très vite je me suis lancé à la recherche d’informations complémentaires. Je voudrais ici non pas relater un aspect abouti de la recherche en cours, mais faire l’inverse, c’est à dire élaborer une feuille de route de l’enquête à venir sur ce militant à l’itinéraire pour le moins hors du commun.

Le rôle du « Maitron »

                Comme toujours lorsque je suis à la recherche de données biographiques sur les militants bretons, la lecture première du « Maitron », le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, s’est imposée. Beaucoup de choses sont déjà dites dans la notice relativement courte mais complète à propos de ce militant : originaire de Saint-Brieuc, Yves Le Lay après avoir obtenu son baccalauréat en 1906 fait des études en Allemagne à l’université de Leipzig et est retenu durant la Première Guerre mondiale comme prisonnier civil. Après un séjour en Suisse, il revient dans les Côtes du Nord et il est nommé professeur de philosophie à Lannion. Dans les années 1920 il est un des traducteurs de Freud et de Jung tout en étant un militant actif de la fédération socialiste. Candidat aux élections législatives de 1928, il se révèle un des dirigeants du journal d’Augustin Hamon La Charrue rouge et quitte le département en 1934 pour s’établir à Blois. Mais surtout la notice biographique mentionne son activité très importante de propagandiste et de journaliste militant durant ses années dans les Côtes du Nord. C’est donc un militant de premier plan de la fédération socialiste.

Le rôle des sources en ligne

                J’ai ensuite cherché à en connaître davantage sur ses traductions des textes de psychanalyse. Dans un domaine que je connais mal, j’ai toutefois réussi à trouver un article en ligne de Jacques Sédat intitulé « la réception de Freud en France durant la première moitié du XXème siècle. Le freudisme à l’épreuve de l’esprit latin »[2]. L’auteur mentionne à plusieurs reprises Yves Le Lay et en annexe on peut lire un de ses articles publiés en 1924 dans la revue Le Disque vert  où il fait un bilan de l’introduction de la psychanalyse en France, le début de son article illustrant les réticences que l’on peut avoir contre la psychanalyse dans ce pays puisque « si la psychanalyse est restée ignorée du public français, c’est qu’elle parle trop de sexualité »[3]. La figure de Le Lay devenait ainsi plus précise.

                Comme il était en lien avec le journal militant La Charrue rouge, j’ai relu un article en ligne de François Prigent «Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste breton oublié »[4]. Là encore Yves Le Lay est évoqué et on peut ainsi mieux comprendre son rôle de militant. L’historien mentionne en particulier les polémiques entre les socialistes et la presse de droite. Ainsi le journal Ouest Éclair semblait avoir publié un article polémique contre le professeur de philosophie de Lannion. La consultation en ligne étant possible, je me rends compte qu’il y en en réalité non pas un mais plusieurs articles au mois de juin 1933 où l’action de Le Lay et d’Hamon est évoquée. Alain Le Lay envoie d’ailleurs un droit de réponse que le journal publie[5]. On remet en cause son enseignement et la mauvaise influence qu’il peut avoir sur la jeunesse. La polémique rebondit d’ailleurs dans le journal socialiste de la fédération L’Éveil breton, que j’avais commencé à consulter quelques mois auparavant. L’auteur des articles de Ouest Éclair adopte d’ailleurs dans sa réponse un ton nettement moins mesuré que dans le quotidien puisqu’il écrit au responsable du journal socialiste «  Si je ‘pisse de la prose’ vous n’éjaculez que des pauvretés »[6].

                Peu à peu la figure d’Alain Le Lay devenait donc plus consistante et si je n’en avais pas fini avec cette lancinante question – comment avais-je pu passer à côté de ce militant ? -, il me restait à trouver le moyen de poursuivre l’enquête.

Ce qu’il reste à faire

                La première impression, peut-être fausse en réalité l’avenir le dira, est que les deux champs historiographiques, d’un côté l’histoire du mouvement ouvrier et de l’autre l’histoire de la psychanalyse en France, sont dans le cas d’Yves Le Lay restés à distance, alors que je suis persuadé que l’association des deux aurait pu aider à une meilleure connaissance de ce militant socialiste traducteur des premières œuvres de Freud et de Jung. Mais je vais peut-être découvrir dans quelques temps que l’histoire de Le Lay est parfaitement connue, ce n’est cependant pas l’impression que j’ai pour le moment. Il semble pourtant que le traducteur breton est mentionné dans plusieurs travaux d’histoire de la psychanalyse comme étant  » un psychologue suisse », ce qui semble confirmer que son itinéraire est encore mal connu.

                Il me faut donc lire ce que je pourrais sur l’histoire de l’introduction de la psychanalyse en France. Étudier un domaine qu’on ne connaît pas risque parfois d’entraîner des confusions et une mauvaise compréhension de son histoire. Mais l’enjeu ici me semble d’importance, bien que l’histoire de la psychanalyse paraît être, tout comme celle des traductions de Freud en français, conflictuelle et traversée de polémiques nombreuses. Deux ouvrages me paraissent ici essentiels pour le moment :

E.Roudisnesco, Histoire de la psychanalyse en France, 2 tomes, Paris, Fayard, 1994 ( rééd.)

A.de Mijolla, Freud et la France, 1885-1945, Paris, PUF, 2010.

           Sans doute que progressivement d’autres références bibliographiques vont s’imposer. Par ailleurs, Yves Le Lay écrit très régulièrement dans L’Éveil breton, le journal de la fédération socialiste et dans la Charrue rouge. Il me faudra donc dépouiller ces deux publications, moins partiellement que ce que j’ai fait jusqu’à présent. De plus, les archives départementales des Côte d’Armor ou encore les archives privées (comme celle de Augustin Hamon disponibles au centre d’histoire du travail de Nantes) me seront sans doute très utiles pour restituer le parcours de ce militant socialiste.

                Enfin j’ai peine à croire que ce militant n’ait pas laissé davantage de traces tant son travail de traducteur l’a obligé jusqu’aux années 1960 à être en lien avec les grands noms de la psychanalyse. Aussi, depuis hier soir je me prends à faire comme le dirait Philippe Artières un «rêve d’histoire»[7] : trouver des archives privées d’Alain Le Lay. Peut-être est-ce aussi le but de billet : qu’une lectrice ou un lecteur puisse m’apporter de l’aide dans cette nouvelle partie de l’enquête. Quoi qu’il en soit, en découvrant l’importance de ce militant socialiste, je me suis également remémoré un autre figure du mouvement ouvrier pour laquelle j’ai un attachement : Pierre Hervé, qui a été député communiste du Finistère en 1945 a eu Alain Le Lay comme professeur de philosophie et il en a gardé un fort souvenir. Si tout cela peut paraître un peu désordonné, j’ai plutôt l’impression que ma recherche commence à se structurer davantage. Comme l’écrit Freud traduit par Yves Le Lay :« Je crains que cette partie de mon exposé ne vous paraisse pas très claire. Mais soyez indulgents. Il s’agit de vues nouvelles et difficiles qu’il est peut-être impossible de présenter plus clairement, pour le moment tout au moins. »[8]


[1][1] S.Freud, Cinq leçons sur la psychanalyse, 1909, traduction en français par A. Le Lay en 1921. On peut lire en ligne ce recueil sur le site Les Classiques des sciences sociales. Je citerai d’après cette édition

[2] J.Sédat «la réception de Freud en France durant la première moitié du XXème siècle. Le freudisme à l’épreuve de l’esprit latin », Topique, 2/2011,n°115, pp.51-68.

[3] Y.Le Lay « études et opinions sur Freud et la psychanalyse » Le Disque vert, février 1924, cité par J.Sédat, op.cit.

[4] F. Prigent «Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste breton oublié, engagements, trajectoires, identités » Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 113-2, 2006, pp.117-134  consulté en ligne le 17 juin 2012

[5] Plusieurs articles sont publiés dans Ouest-Éclair à propos des militants de la Charrue rouge durant le mois de juin 1933. Le journal est consultable en ligne ici.

[6] Louis Even, L’Éveil Breton, 18 juin 1933.

[7] P.Artières, Rêves d’histoire, Paris, Les Prairies ordinaires, 2006

[8] S.Freud, op.cit, p.13

1932 : élection du député socialiste dissident Émile Goude

Goude vu par La Vie Socialiste, 15 février 1929

Au cours des élections législatives actuelles de juin 2012, Le Parti socialiste doit faire face dans plusieurs circonscriptions à des candidat-e-s qui se revendiquent «socialistes» sans avoir l’accord des instances nationales pour se présenter. Résultat de plusieurs configurations possibles en fonction des contextes locaux, le statut de «candidat socialiste dissident» ou encore de «député socialiste dissident» n’est pourtant pas une nouveauté en France pour le PS puisque très fréquemment ce courant politique a dû faire face à des dissidents et à des députés qui acceptaient mal les directives du parti au point de le quitter[1]. Plus que d’éventuelles concordances avec la situation actuelle, ce sont les éléments qui constituent une identité de «député dissident» qui m’intéressent ici. Je partirai en conséquence de l’exemple d’Émile Goude qui a été un des premiers leaders du socialisme en Bretagne : il est élu député SFIO de Brest en 1910, puis en 1919 et il est ensuite réélu deux fois en 1924 et 1928. Pourtant à partir de 1929, il s’écarte de la fédération socialiste du Finistère : directeur de l’hebdomadaire Le Cri du Peuple, qui jusqu’à présent était le journal de la fédération, il choisit de le réserver dorénavant exclusivement à son action et à ses partisans. Goude appartient en effet à l’aile droite de la SFIO, celui qui est rassemblée autour de la revue  La Vie socialiste  dirigée par Pierre Renaudel et Marcel Déat. Comme eux, le député brestois est partisan d’une participation socialiste au gouvernement. En octobre 1929, il choisit de quitter la SFIO, ainsi que la CAP, pour montrer son désaccord avec l’évolution du socialisme dans le Finistère. Par la suite pourtant, il souhaite à plusieurs reprises être réintégré dans le parti, mais la fédération socialiste refuse nettement malgré des négociations avec des dirigeants nationaux. Aux élections de 1932, Émile Goude se représente dans sa circonscription sous l’étiquette socialiste mais sans appartenir à la SFIO, qui choisit de son côté de ne pas présenter de candidat. Il est facilement réélu et reste à la marge du parti et ne souhaite pas adhérer à un autre groupe politique comme celui que les partisans du néo-socialisme mettent en place à partir de 1933. En 1936, c’est un de ses soutiens fidèles, Jean-Louis Rolland, qui se présente sous l’étiquette socialiste et est élu. La carrière politique de Goude se termine à ce moment là et ses interventions publiques se font très rares ensuite.

Pourquoi devenir dissident ?

La Vie socialiste , 2 février 1929 (article de Goude : "la grave question des unitaires membres du parti")

La démission de Goude de la SFIO est l’aboutissement d’un processus datant du milieu des années 1920. Partisan d’une politique d’entente avec les radicaux, le député brestois est sur la ligne d’une participation socialiste à un gouvernement de cartel des gauches. Cette position fait de lui un des membres de la tendance participationniste rassemblée autour de La Vie socialiste, que l’on peut considérer comme la droite du parti. Il s’explique d’ailleurs dans son journal sur les raisons de sa démission : «  une longue, sournoise, persistante campagne de calomnies a été dirigée contre moi au sein des sections […] on s’est efforcé, en même temps de bolcheviser ma circonscription »[2]. L’opposition entre Goude et la fédération socialiste va en effet en augmentant à partir de 1929 et les tensions restent vives.En effet, plus que les liens entre le député et le parti officiel, ce sont les militants qui sont l’enjeu principal : il reste en effet de nombreux militants de la SFIO « goudistes » et les « antigoudistes» ont peine à rassembler l’ensemble des forces militantes. Cela explique qu’en 1932, Goude soit toujours le candidat soutenu par les instances officielles. De même en 1935, c’est encore lui qui conduit une liste de gauche aux élections municipales de Brest. Mais son échec entraîne la fin de la ligne défendue par les partisans de Goude. C’est dorénavant un rapprochement avec les communistes que favorisent les socialistes et de nombreux militants de la SFIO veulent tourner définitivement à Brest ou ailleurs la page du « goudisme ». Jean-Louis Rolland, une fois élu, n’évoque ainsi presque jamais son ancien mentor.

Comment réagit la SFIO ?

                La SFIO avait déjà réagi face au dissident Goude. Dès 1928, le député de Brest adopte des positions qui vont à l’encontre de la doctrine officielle du parti. Attaché à son indépendance d’action, Goude s’oppose également à tout militant ou élu qui lui demande de favoriser avant tout les intérêts du parti au lieu de son cas personnel. Voyant que cela ne freine pas les actions personnelles de Goude, la fédération du Finistère organise la riposte : un nouveau secrétaire fédéral est désigné, Guy Le Normand, qui a pour mission officielle de redynamiser la fédération, mais pour mission officieuse de se débarrasser du «goudisme». Un nouvel hebdomadaire, le Breton socialiste, est lancé pour faire concurrence au Cri du Peuple de Goude qui perd peu à peu son lectorat. On peut donc voir que le parti officiel fait en sorte de s’organiser pour limiter l’influence du dissident. Pourtant, lors des périodes électorales, la SFIO n’hésite pas aider Goude et elle lui permet de garder son mandat de député en 1932. Tant qu’un dissident est en position de gagner des élections, les socialistes le soutiennent tout en préparant sa succession et en limitant au maximum son influence. C’est ainsi que Émile Goude après 1936 a perdu toute influence sur le socialisme à Brest, au point que les militants n’évoquent pratiquement plus celui qui est pourtant à l’origine du socialisme dans cette région.

La discipline de parti et la violence des polémiques

                Si je m’intéresse au sort de ce député dissident, c’est pour plusieurs raisons. Tout d’abord la position doctrinale de Goude – même si comme c’est souvent le cas dans la dissidence des députés, les questions de personne sont importantes – a évolué à partir des années 1920. Partisan d’un réformisme déclaré, il condamne ainsi souvent l’utilisation de la violence dans les pratiques militantes et de ce qu’il nomme le bolchevisme ou les «stipendiés de Moscou». Ensuite les polémiques entre les partisans de Goude et la SFIO sont marquées par des discours souvent violents, des insultes et des affrontements parfois physiques lors de débats publiques. Cela nécessite surtout de s’interroger sur la discipline de parti tel qu’on la conçoit dans l’entre-deux-guerres. En effet, favoriser l’obéissance aux directives nationales et fédérales et respecter la discipline militante sont des enjeux de taille pour la SFIO depuis sa création. Il me paraît important en conséquence de mieux comprendre comment l’identité socialiste inclut des normes d’obéissance et des formes de contrainte et d’autocontrainte dans les pratiques militantes. C’est pourquoi le cas évoqué ici peut aider à mieux saisir ces différents processus qui sont un des éléments importants de ma recherche en cours.


[1] Sur l’histoire des socialistes, en particulier sur la question du rôle des élus dans le parti et de la participation à un gouvernement, A.Bergounioux, G.Grunberg, Les Socialistes français et le pouvoir, l’ambition et le remords, Paris, Hachette Pluriel, 2007.

[2] Lettre d’E.Goude publiée dans la Vie Socialiste, 23 novembre 1929.

«On me souffle que je ferais mieux de me taire » : lectures de Jean Guéhenno

Pour comprendre l’importance que va prendre la commémoration prochaine du début de la Première Guerre mondiale  en 2014, il peut être profitable de s’attarder sur les anniversaires précédents : ainsi en 1968, cinquante ans après 1918, Jean Guéhenno publiait un livre portant sur ce premier conflit mondial et sur sa mémoire. Intitulé La Mort des autres[1], son essai, aujourd’hui un peu oublié, est pourtant bien d’actualité.

           J’ai commencé à lire ce livre un peu par hasard après l’avoir découvert sur une étagère du CDI de mon lycée. Je connaissais son auteur mais je n’avais pas encore trouvé le temps de mieux le découvrir: né dans une famille ouvrière de Fougères, il avait assisté en 1907 dans cette ville bretonne à une grève mémorable dont l’écho fut national. J’avais également noté à plusieurs reprises  le nom de Guéhenno dans la relation du rôle des intellectuels lors du Front populaire[2], mais c’était à peu près tout, en dehors du fait que je savais également qu’il était aussi l’auteur d’un témoignage remarqué sur les années de l’Occupation[3]. J’ai commencé à lire La Mort des autres, et très rapidement j’ai voulu tout lire dans une sorte d’envie boulimique de découvrir un nouvel auteur que j’aurais dû connaître avant[4]. Il y a tout d’abord une écriture ciselée et souvent bouleversante, celle d’un homme lucide mais toujours en colère. Il cherche ainsi dans La Mort des autres à expliquer cette colère qui depuis 1914 ne l’avait pas quitté. Il y condamne la guerre tout en s’interrogeant sur le sens de cet évènement, l’analysant à hauteur d’homme et il le fait en superposant les époques (la Première Guerre mondiale, où il devient très rapidement hostile aux combats, et la Seconde, où malgré son pacifisme, il prend part aux actions de la Résistance ). Mais son témoignage offre également une réflexion sur l’Histoire et sur le travail des historiens. Guéhenno est revenu marqué pour le reste de sa vie de son expérience guerrière de 14-18. C’est l’objet de ses interrogations dans ce récit autobiographique. Il me faudrait pouvoir multiplier les citations pour tenter de montrer l’acuité de ses remarques et de ses affirmations concernant par exemple les historiens trop prompts à porter un regard désabusé et cynique sur le passé («une longue habitude de la bassesse des hommes les incline à une certaine délectation morose»[5]), le « vieux prestige de la violence [6]» ou encore le silence des témoins («on me souffle que je ferais mieux de me taire, que ces vieux malheurs n’intéressent plus personne[7]») et l’ambivalente place dans la mémoire de la guerre des monuments aux morts (« il n’est guère de lieux au monde sans doute où l’on mente davantage[8] »).

                Il me faut maintenant lire plus en détail son œuvre afin de l’utiliser dans ma recherche en cours, en particulier lorsqu’il revient sur la grève des cordonniers de Fougères de 1907. Je ne sais pas encore comment utiliser ses propos mais je sais déjà que certaines lectures peuvent modifier le cours d’une recherche, voire d’une vie: je place d’emblée dans cette catégorie les écrits de Guéhenno aux côtés de ceux de Louis Guilloux,  de Nizan ou d’autres comme Roger Martin du Gard. Surtout la fréquentation de cet auteur s’est faite à un moment où il m’était presqu’impossible faute de temps d’avancer dans l’écriture, la recherche ou même la tenue de ce carnet en ligne. Pourtant,  étudier les écrits de Guéhenno dans cette période m’a permis de ne pas douter devant le coup d’arrêt temporaire porté à mon travail.Il faut parfois savoir se taire pour avancer. Maintenant que j’ai davantage de temps disponible, je vais pouvoir poursuivre le processus de recherche. J’ai, il y a déjà quelque temps ici même, présenté un programme de billets à venir. Mais la souplesse d’un carnet de thèse, c’est justement de modifier le planning, de laisser jaillir d’autres idées, puis ensuite de revenir aux anciens projets. Ces traces écrites, relues avec un regard neuf, servent de guide aléatoire mais fécond. Je reviendrai donc sur le programme évoqué en y incluant de nouvelles idées : ainsi le prochain billet rédigé d’ici quelques jours concernera un sujet d’actualité : les députés socialistes dissidents vus à travers l’exemple de l’un d’entre eux, souvent évoqué ici, Emile Goude. Comme Guéhenno l’écrit dans une lettre à Louis Guilloux en 1929 « j’écrirai mieux bientôt ».


[1] J.Guéhenno, La Mort des autres, Paris, Grasset, 1968.

[2] Voir à ce propos G.Leroy, A.Roche, Les écrivains et le Front populaire, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1986

[3] Sur cet auteur, on peut consulter la notice biographique rédigée par N.Racine parue dans le Dictionnaire Biographique  du Mouvement Ouvrier, publié sous la direction de J.Maitron et C.Pennetier, Paris, éditions de l’Atelier. On peut également consulter le site Internet des Amis de Guéhenno.

[4] Parmi ses écrits autobiographiques on peut citer Changer la Vie (publié en 1961), Le Journal d’un homme de 40 ans (publié en 1934) ou encore Journal des années noires, 1940-1944 (publié en 1947). Ces trois livres sont aujourd’hui disponibles en poche. On peut aussi consulter: J.Guéhenno, Louis Guilloux, Correspondance (1927-1967), les paradoxes d’une amitié, Rennes, La Part commune, 2011.

[5] J .Guéhenno, La Mort des autres, p.33

[6] J.Guéhenno, op.cit., p.32

[7] J.Guéhenno, op.cit., p.18

[8] J.Guéhenno, op.cit.,p.24