Archives mensuelles : juillet 2012

Consentement? Contrainte? Plutôt lassitude

Archives, juillet 2012,DR

Je travaille plus particulièrement en ce moment sur les itinéraires de militants socialistes durant la Première Guerre mondiale. Ils sont soit militants avant 1914, soit adhérents à la SFIO après 1918 et j’essaye par le biais d’archives de reconstituer leur parcours durant les années de guerre. C’est un axe essentiel de la recherche en cours et pour cela je m’appuie sur de nombreux travaux comme ceux de Vincent Chambarlhac[1], de Jean-Louis Robert [2], Romain Ducoulombier[3] ou encore Galit Haddad[4] pour ne citer que quelques noms. Mais si l’histoire de la SFIO durant cette période commence à être bien connue, je crois cependant qu’il y a matière à approfondir la connaissance de ce sujet en choisissant une optique plus localisée et axée sur des parcours individuels, c’est du moins ce que j’essaye de faire. Mais étudier des militants ouvriers dans la Première Guerre oblige plus largement à lire, relire, exploiter les très nombreux travaux qui existent sur cette période. La présence rapprochée du centenaire  de 1914, l’attrait d’un public qui semble sans cesse renouvelé, ainsi de nouvelles approches historiographiques amènent à une certaine profusion d’études et de recherches très intéressantes dans ce champ historique. Actuellement, j’essaye d’en lire le maximum et inévitablement je tombe sur une controverse qui occupe très souvent le devant de la scène : plutôt que de rappeler encore une fois les éléments de débat, je souhaite davantage examiner les effets que cela peut avoir sur une recherche qui concerne les années 1914-1918.

                On pourra trouver les éléments du débat dans plusieurs publications en ligne, comme dans l’article d’Élise Julien «  à propos de l’historiographie française de la première guerre mondiale » ou dans la série de contributions sur le site de la Vie des idées.fr qui propose un dossier  « la Grande Guerre toujours présente ». On trouvera également deux très bonnes présentations, l’une signée par Christophe Prochasson et intitulée « Qui ne dit mot consent ? Une approche critique du ‘consentement patriotique’ »[5], l’autre rédigée par Nicolas Beaupré dans son livre 1914-1945,les grandes guerres (12ème tome d’une Histoire de France publiée sous la direction de J.Cornette)  intitulée « Du débat à la polémique : la question du consentement des soldats de 1914-1918 »[6] qui offre le grand mérite d’être une très récente présentation des enjeux de la question. On pourra également lire les très nombreuses contributions du site du CRID 14-18. Mais, ne serait-ce qu’en indiquant ces quelques références, j’ai bien peur de m’exposer à des préférences involontaires. En effet, j’ai de plus en plus l’impression que sur ce point le lecteur, l’apprenti-chercheur et même l’enseignant du secondaire que je suis, est soumis à une injonction de plus en plus forte : il me faudrait « choisir » un camp, et même si l’intention de ne pas choisir me venait, ce ne serait qu’un choix déguisé, un positionnement qui ne voudrait pas s’avouer.

                En effet en lisant les plus récents travaux, on peut voir que tous relatent cette controverse scientifique qui n’en est plus une puisqu’elle est devenue davantage une polémique où chacun doit affirmer ses positions et par là même, doit contester par tous les moyens les positions du camp d’en face.

                Je sais bien que les controverses sont nécessaires aux avancées historiographiques, mais dans ce cas je dois avouer une grande lassitude. C’est déjà le cas dans mon activité d’enseignant du secondaire où les éléments de ce débat peuvent parfois devenir envahissants et bizarrement peuvent devenir également une configuration impliquant des positions politiques, telle option du débat étant plus « à gauche » telle autre « plus à droite ».

                Je dois dire ici que je n’ai pas du tout envie, ni ne ressens le besoin, de me positionner dans tel ou tel camp. Sans doute d’une part, puisque je dois encore «faire mes preuves» avant de disposer d’une parole scientifique comme certains ont pu me le rappeler à la lecture de ce carnet de recherches, mais d’autre part parce j’aimerais lire, utiliser et discuter tout un pan de l’historiographie de la Première Guerre mondiale sans me sentir obligé , « contraint » de choisir un camp et d’oublier ou de jeter aux gémonies tel ou tel travail historique parce qu’il émane de l’autre rive. J’avoue donc après avoir lu beaucoup pendant ces quelques jours  ma grande lassitude devant cette polémique à répétition qui en plus semble s’enliser et bégayer, la proximité de 2014 pouvant peut-être expliquer cela.

                Cette polémique me semble d’autant plus gênante que mon sujet de recherche implique d’aborder beaucoup d’aspects en jeu dans les travaux concernés : qu’est-ce qui fait en effet tenir les soldats socialistes ? Cela a-t-il davantage à voir avec le patriotisme, le consentement, la contrainte, un ensemble d’autres faits d’une configuration que je ne maîtrise pas encore, travail en cours oblige ?

                Je n’ai pas envie de choisir non plus parce que je n’ai pas l’impression d’être à la recherche de lettres inédites, de documents contenus dans des cartons poussiéreux , d’articles de journaux jamais lus par les historien-nes qui pourraient invalider ou confirmer telle ou telle explication pré-établie. Sans doute que ce qui m’intéresse ici davantage c’est ce que Wittgenstein a pu écrire : « Nous attendons – à tort – une explication, alors que c’est une description qui est la solution de la difficulté, pour peu que nous lui donnions le rang qui convient dans la hiérarchie de nos considérations »[7].

                Cette polémique entraîne un autre risque, outre la lassitude, c’est la «glaciation» de la recherche sur cette période, ce qui serait bien regrettable avant le centenaire du début de la Première Guerre. En effet, les récents travaux historiques sont très rapidement soumis au feu de la critique, et bien souvent cela me semble tellement dépasser le cadre légitime de la critique scientifique, qu’on peut se demander s’il ne vaut pas mieux choisir une autre période historique à étudier. En écrivant ce billet, illustration aussi d’un agacement, j’ai bien conscience du côté naïf voire ridicule de son contenu. Je vais donc retourner à mes archives, et pour comprendre, décrire et étudier ces militants qui ont vécu les années 1914-1918, je continuerai à lire et à faire côtoyer le maximum d’études historiques, peu m’importe le « courant historique » de leur auteur.


[1] Vincent Chambarlhac, Romain Ducoulombier, Les Socialistes français et la Grande Guerre, ministres, militants, combattants de la majorité ( 1914-1918), Dijon, EUD, 2008.

[2] Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la Patrie et la Révolution, Paris, 1914-1919, Annales littéraires de l’université de Besançon, 1995.

[3] Romain Ducoulombier, Camarades, la naissance du Parti communiste français, Paris, Perrin, 2010.

[4] Galit Haddad, 1914-1919, Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles lettres, 2012.

[5] Christophe Prochasson, 14-18, retours d’expérience, Paris, Tallandier, 2008, pp.123-159.

[6] Nicolas Beaupré, 1914-1945, les Grandes Guerres, Paris, Belin, 2012, pp.1046-1050.

[7] L.Wittgenstein, cité par Francis Laplantine, La Description ethnographique, Paris, Armand Colin, 2010, p.114.

Le 10 juillet des parlementaires socialistes bretons

"L'Histoire jugera" L.Blum, 1945, DR

Le 10 juillet 1940 l’ensemble des parlementaires français est amené à se prononcer sur le sort de la constitution de la IIIe République. Ce régime est contesté par un mouvement de fond mis en lumière par la défaite éclair de juin 1940 : l’ensemble de la classe politique est discréditée car elle est jugée responsable du désastre, mais nombreux sont ceux qui estiment que la gauche parlementaire est davantage coupable encore depuis l’accession au pouvoir du Front populaire en 1936. Les Allemands ont progressé rapidement à l’intérieur du pays et le 17 juin un nouveau gouvernement est constitué sous la direction de Philippe Pétain : il décide d’emblée de demander l’armistice qui est signé le 22 juin. Mais ce nouveau pouvoir souhaite en finir avec ce régime républicain : à Vichy les 9 et 10 juillet 1940, les parlementaires doivent décider non seulement de la révision de la constitution, mais aussi de l’avenir de la République[1].

                Dans ma recherche, l’année 1940 marque la fin de la période que j’étudie. Mais le vote du 10 juillet est un révélateur des atermoiements des députes socialistes bretons face à la guerre, à la défaite et à l’ordre nouveau qui se profile. C’est pourquoi il me semble important d’y revenir ici. Quatre députés socialistes se rendent à Vichy comme une grande partie des parlementaires français. Il y a deux députés du Finistère, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, le député du Morbihan Louis L’Hévèder et Philippe Le Maux élu des Cotes-du-Nord. Les Allemands sont déjà présents dans la région et les élus ont dû tout d’abord faire face à cette rapide occupation de l’espace : ainsi à Landerneau, ville dont Jean-Louis Rolland est également maire, les Allemands entrent le 19 juin. Deux élus les accueillent, le maire tout d’abord mais également le député de la circonscription, le démocrate populaire Paul Simon, et le premier contact est conflictuel car des combats ont eu lieu autour de la ville car Landerneau était situé sur la route d ‘évacuation des marins français qui voulaient trouver refuge à Brest. Le capitaine allemand a signifié aux élus que ses hommes n’avaient pas subi de perte ; dans le cas inverse, il aurait fait raser la ville.

                Ce premier contact peut sans doute aider à mieux comprendre la suite des événements. Pierre Laval et Philippe Pétain ont en effet décidé de statuer sur l’avenir de la République en réunissant l’ensemble des députés et des sénateurs à Vichy les 9 et 10 juillet. L’organisation d’une telle séance dans un pays défait et occupé pour partie, est difficile, Laval espérant d’ailleurs que les élus soient peu nombreux. Certains d’entre eux sont en effet encore sous les drapeaux, d’autres ont préféré rester dans leur circonscription. Pour les élus bretons, il faut déjà rejoindre Vichy qui est une ville éloignée de leur région. Des voyages collectifs ont organisé, ainsi quatre parlementaires du Finistère se rendent dans la nouvelle «capitale» du pays ensemble en voiture. Je ne sais pas comment arrivent les quatre députés socialistes, mais ils ont a priori des opinions différentes sur l’avenir de la France. Louis L’Hévèder est un partisan affirmé du pacifisme qu’il a défendu jusqu’au bout dans les tribunes du quotidien socialiste Le Populaire. Philippe Le Maux et Jean Louis Rolland sont quant à eux également partisans du courant pacifiste de Paul Faure, Tanguy-Prigent ayant quant à lui évolué vers des positions plus intransigeantes face à l’Allemagne et acceptant en conséquence après Munich la nécessité d’une position ferme face au nazisme. Mais le vote du 10 juillet ne recouvre que partiellement les positions socialistes adoptées auparavant. 569 parlementaires lors de la séance votent pour les pleins pouvoirs à Pétain, 80 votent contre et 20 s’abstiennent. Le groupe socialiste compte 36 opposants sur les 132 présents.

                Deux députés ont voté pour les pleins pouvoirs : Louis L’Hévèder qui justifie son vote par le désordre dans lequel la France était plongée depuis la défaite et plus étonnement par la peur que les Allemands utilisent un vote négatif des représentants bretons comme une marque de séparatisme. Philippe Le Maux fait de même, les deux étant profondément marqués par le pacifisme. Quant aux deux députés du Finistère, ils votent contre, y compris Jean-Louis Rolland connu pour avoir des positions paul-fauristes. D’ailleurs sur les 11 parlementaires de ce département présents à Vichy, 7 votent contre, ce qui en fait un département exceptionnel par rapport au reste de la Bretagne puisque tous les autres parlementaires de la région ont voté pour. Comment expliquer un tel nombre ? L’historien doit ici accepter de ne pas pouvoir tout connaître des motivations des différents acteurs, il peut seulement tenter d’étudier l’événement avec le maximum d’informations, ce que je m’efforce de faire durant cette recherche.

                Après leur vote négatif, Jean Louis Rolland et Tanguy-Prigent participent peu à peu à des actions de la Résistance. Les deux autres députés socialistes se sont tenus à l’écart du nouveau pouvoir bien qu’on leur reproche par la suite une attitude de soutien à Vichy. Ainsi, le parcours de ces quatre élus peut illustrer toute la difficulté qu’il y a à étudier les socialistes durant l’année 1940 et les premiers mois de l’occupation. Mais connaître leur rapport à la Première Guerre mondiale et  au pacifisme peut y aider. C’est du moins ce que j’essaye d’étudier dans ma thèse. Après l’instauration du gouvernement de Vichy, Rolland et Tanguy-Prigent essayent dans un premier temps de se lancer dans une sorte d’opposition légale au régime en restant dans leur fonction de maire et contestant la politique mise en place par Pétain: ils se savent toutefois dans le collimateur de l’occupant et du nouveau régime et participent de plus en plus par la suite à des actions clandestines de la résistance. Le Maux et L’Hévèder se tiennent à l’écart, mais en 1944 la SFIO reconstituée exclut les parlementaires qui ont voté pour les pleins pouvoirs, effaçant par la même leur rôle dans l’action socialiste avant 1940 dans la région. On retient davantage les 80 courageux parlementaires qui ont le 10 juillet 1940 choisi de défendre les valeurs républicaines, ou qui avaient peut-être d’autres motiviations comme en témoigne cette citation de Louis Noguères : « quelques pas plus loin, Le Bail, député radical socialiste du Finistère, m’accrochait pour me confier, l’air radieux : « Je sais que tu as voté non : moi aussi, parce que moi qui suis Breton, j’ai trouvé ce moyen pour dire ‘merde’ à Hitler »[2].


[1] Sur cette question voir l’excellent travail d’Olivier Wieviorka Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français 1940-1945, Paris, Le Seuil, 2001.

[2] L.Noguères, déposition devant la Commission parlementaire d’enquête sur les événements survenus en France de 1933 à 1945, cité par Marc Sadoun, Les Socialistes sous l’Occupation, Paris, PFNSP, 1982, p.41.