Archives mensuelles : août 2012

Le Cri suspendu

Le Réveil socialiste, 13 février 1915, photo DR

Pour connaître l’action des militants socialistes durant la première Guerre mondiale, il est nécessaire de faire appel à plusieurs sources, mais malgré cela, il est bien difficile de saisir l’importance de ces années de conflit pour les membres de la Sfio. En effet, la plupart des publications militantes arrêtent de publier dès le début du conflit, beaucoup de militants sont mobilisés et le parti semble presque se mettre en sommeil dès le mois d’août 1914. Mais ce serait toutefois aller trop vite en besogne que de considérer qu’on ne peut que trop difficilement connaître l’histoire localisée du milieu partisan socialiste pendant la Première Guerre mondiale. Si c’est une reconstitution difficile, ce n’est pas pour autant une mission impossible. Mais de quelles sources peut-on disposer ? Si la presse militante se met majoritairement en veille, quelques publications socialistes continuent de paraître : c’est en particulier le cas du journal de la fédération du Finistère, le Cri du Peuple, alors que les autres journaux des fédérations bretonnes arrêtent totalement de publier. Il ne faut pas non plus oublier l’Humanité, ou encore le Populaire à partir de 1916 émanation de la « minorité » du parti, qui relatent de nombreuses actions locales durant cette période. On doit toutefois manier cette presse militante avec habilité car elle est soumise à la censure gouvernementale. Il n’est en conséquence pas rare de trouver plusieurs colonnes totalement blanches après être passées au ciseau de la censure. Un exemple parmi tant d’autres  peut être donné ici, le 10 avril 1915, le journal a souhaité publié un témoignage d’un soldat militant socialiste :

Un extrait censuré du Cri du Peuple, 10 avril 1915

«  Nous avons demandé à l’un de nos amis mobilisés et envoyé au front depuis le début de la guerre, de nous donner ses impressions sur le conflit actuel ; nous donnons sans y changer une ligne, les réflexions qu’il nous a adressés, ne voulant leur enlever en rien leur cachet personnel. Ce qui suit n’engagera donc en rien notre rédaction » Suivent deux longues colonnes blanches.

De ce témoignage, les lecteurs, et nous a posteriori, ne seront rien. On peut seulement voir que le Cri du peuple prend des précautions à la publication de tels articles. Il faut dire qu’en plus de la censure, ce type de publication s’expose également à la suspension de parution décidée par le pouvoir. Et justement, le journal du Finistère vient à la même époque d’être suspendu pour un mois en raison de la publication  d’« articles calomnieux de nature à discréditer les détenteurs de l’autorité militaire et à exciter le désordre »[1]. La fédération socialiste du département a créé donc lors du mois de suspension un nouveau journal dont le titre Le Réveil socialiste  peut montrer la détermination à continuer d’informer les militants et un lectorat plus large. D’ailleurs dans le premier numéro, on peut lire un article non signé intitulé « Notre patriotisme » défendant la nature patriotique du socialisme français contre ceux qui voyaient en ses militants que des ennemis de la patrie. En effet, une lecture postérieure des événements a peut-être trop insisté sur le courant minoritaire opposé à la guerre au détriment de très nombreux militants socialistes qui jusqu’au bout ont accepté de combattre pour la France durant ce conflit. Enfin, les actes de censure ou de suspension de parution ont en outre la particularité de laisser des traces dans les archives militaires que l’on peut consulter au Service Historique de la défense de Vincennes : on y retrouve ainsi des mentions sur les journaux Le Cri du Peuple et le Réveil Socialiste.

                 La surveillance des socialistes ne s’arrêtait au contrôle de la presse, les réunions des militants sont également étroitement surveillées mais on ne trouve pas mention de tels regroupements dans toutes les archives départementales. Ainsi si les rapports de police sont nombreux dans le Finistère, les autres départements contiennent moins d’informations sur les réunions socialistes, mais on doit s’interroger ici pour savoir si de telles réunions n’ont pas eu lieu ou si plus  simplement on n’en a pas gardé de traces dans les archives. Il faut surtout élargir le spectre de recherche et tenter de trouver d’autres sources. Il existe par exemple des correspondances adressées à des militants nationaux, comme Albert Thomas, ou influents en Bretagne comme Augustin Hamon ou encore Yves Le Febvre, qui bien que n’étant plus à la Sfio, continue de s’entretenir par lettres avec des militants socialistes.

Mais, outre les sources, il faut également s’interroger sur la manière dont on doit utiliser ces documents. C’est en ce moment ce qui me préoccupe. Dans l’étude des socialistes bretons en guerre, j’essaye en particulier de mieux appréhender, d’un côté, le milieu de « ceux qui protestaient » pour reprendre l’expression de Galit Haddad[2] mais également d’un autre côté, les militants qui ont combattu dans l’armée française sans manifester d’opposition à la guerre. Ces derniers sont évidemment très nombreux puisque toute la population est mobilisée mais il est difficile de reconstituer leur parcours de combattant, ce qui m’oblige à croiser l’histoire du mouvement ouvrier avec l’histoire militaire. Surtout, il est aussi nécessaire de s’arrêter sur le traitement des sources : ainsi dans un rapport préparatoire rédigé par un inspecteur auxiliaire en août 1917 pour le commissaire de police de Quimper, on peut lire qu’après avoir expliqué que la population dans son ensemble participe plutôt d’un bon pied à l’effort de guerre, l’inspecteur émet quelques doutes sur l’enquête d’opinion qu’il a menée:

« Je crois devoir faire remarquer (…) combien serait différente l’opinion de la classe ouvrière, mobilisée ou non, si elle pouvait être librement exprimée ».

Cette remarque oblige l’historien à s’interroger sur le contenu des archives en ce qui concerne les enquêtes sur l’état de l’opinion à propos du déroulement de la guerre et du soutien apporté par la population dans son ensemble, et sur les différentes manières de «lire» ces archives. Dans ce domaine, les travaux de l’anthropologue James C.Scott, auteur de La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne (éditions Amsterdam, 2008) me sont très utiles. Je mentionne donc pour terminer ce billet deux entretiens avec James C.Scott publiés par la revue Vacarme, le premier portant sur l’infra-politique des groupes subalternes et le second intitulé « dans le dos du pouvoir« , ainsi qu’une utilisation de ses travaux dans l’histoire du mouvement ouvrier issu du carnet AIMOS.



[1] Le Réveil Socialiste, 13 février 1915

[2] Galit Haddad 1914-1919, Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

Paulhan,le Mongol extraordinaire et le socialisme en Bretagne

              L’étude localisée du milieu partisan socialiste implique une recherche détaillée sur les structures de l’organisation militante et sur le rôle attribué à chaque adhérent. Cette collecte d’informations peut se faire grâce aux très nombreuses biographies du Maitron, à la recension des données contenues dans la presse militante et par l’utilisation des comptes rendus de réunions politiques que l’on trouve dans les archives. Le traitement de ces informations peut ensuite faire l’objet d’un traitement prosopographique[1] ou aider à une meilleure connaissance de ce que signifie être militant socialiste à cette époque. Ma démarche, qui vise davantage à une sorte d’ethnographie historique du mouvement socialiste, nécessite une utilisation d’autres sources, plus personnelles, qui permettent une tentative d’appréhension du for intérieur socialiste dans l’entre-deux-guerres. Mais disposer de traces personnelles comme des témoignages écrits, des journaux intimes ou des correspondances, n’est pas si fréquent en ce qui concerne des militants socialistes qui bien souvent n’ont laissé que très peu de papiers personnels permettant de rendre compte a posteriori de leur expérience militante. Il y a d’ailleurs fort à parier qu’une telle démarche est bien plus fréquente pour des personnes issues d’un milieu intellectuel que pour les autres catégories sociales, ne serait-ce qu’au niveau de l’existence et de la conservation des écrits personnels. Il faut donc chercher également à collecter ce type d’informations, ce que j’essaye de faire dans le cadre de ma recherche.

le Dr Choffé publie une revue politique  » Comprendre » qui se situe à la gauche de la SFIO

                Dans ce domaine il me semble que la fédération socialiste des Côtes du Nord témoigne d’un caractère particulier. On trouve en effet, aux côtés de nombreux enseignants souvent responsables des sections dans les communes, plusieurs militants fédéraux que l’on peut qualifier d’«intellectuels ». Bien sûr, cette catégorie doit être appréhendée avec précision, aussi faut-il sans doute passer par une définition du terme, ainsi que par une connaissance des liens qui unissent les intellectuels au socialisme. On dispose d’une très utile étude sur ce point, qui inspire ma recherche: il s’agit du livre de Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le Socialisme et la Guerre 1900-1938[2], qui permet d’avoir une excellente connaissance de ces questions, d’autant qu’elles sont étudiés également sous l’angle de l’influence de la guerre de 1914-1918, ce qui constitue encore davantage pour moi une importante piste de réflexion.

                Ce qui me semble être une particularité dans les Côtes du Nord, l’importante présence d’intellectuels dans l’encadrement fédéral de la SFIO, m’occupe en ce moment. En effet, dans les années Trente, on peut y retrouver Guy Robert, professeur de lettres et futur spécialiste de Zola comme secrétaire fédéral, Augustin Hamon, essayiste et  traducteur des œuvres de l’Anglais Bernard Shaw, Yves Le Lay qui fut le premier traducteur en France de Freud et de Jung, ou bien encore le médecin Frédéric Choffé sur lequel je voudrais me pencher plus en détail dans ce billet.

                Frédéric Choffé est l’auteur d’une thèse sur la tuberculeuse, ce qui l’amène à être responsable de plusieurs sanatoriums dont celui de Trestel dans les Côtes du Nord dans les années Trente. Il est déjà à sa venue un militant socialiste aguerri et il poursuit en Bretagne son activité politique. Il devient ainsi secrétaire fédéral adjoint, se présente aux élections municipales de Trévou-Tréguignec où il est élu conseiller municipal. Il se porte également candidat de la SFIO lors des élections législatives de 1936 mais il est assez largement battu. On peut connaître son action militante par les sources habituelles, comme ses articles qu’on trouve dans la presse socialiste du département, mais aussi, cas plus exceptionnel, grâce à une publication qu’il dirige : la revue  Comprendre qui se place sur une ligne de gauche au sein de la SFIO, et enfin par une correspondance qu’il a échangé avec son beau-père Jean Paulhan.

                Paulhan est à l’époque un intellectuel respecté et influent du Monde des lettres qui dirige la NRF et Choffé a épousé sa fille née d’un premier mariage. Les deux hommes deviennent très liés, d’autant qu’ils partagent des opinions politiques communes. Mais Paulhan, même s’il est conseiller municipal de Chatenay-Malabry garde une distance, parfois amusée, vis-à-vis des partisans de la gauche française et du socialisme. Ainsi, séjournant régulièrement à Trestel, il a l’occasion d’assister à un meeting socialiste en avril 1936 :

« J’ai aussi suivi des réunions électorales : un extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche, récitait deux heures durant, en mélopée, le programme S.F.I.O… C’était très beau »[3]

      Évidemment cet extrait montre toute l’ironie de Paulhan dont il faut régulièrement preuve. Ainsi à la même période, il échange souvent avec Louis Guilloux : ce dernier lui signale dans une de ses lettres qu’Augustin Hamon est inquiété par les autorités à cause d’un numéro spécial de la Charrue Rouge sur la guerre. Paulhan lui répond alors que Hamon aurait mérité d’être pendu pour ses traductions de B.Shaw !

    L’ironie mordante de Paulhan se retrouve donc dans la description qu’il fait de ce meeting au temps du Front populaire. Marcel Parent, auteur d’une très bonne étude sur l’action politique de Paulhan, nous dit que cela se passait en compagnie de son beau-fils et il explique :

«  Il y a tout lieu de penser que Philippe Le Maux est l ‘ extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche…’ Loin de Châtenay, Jean Paulhan se pose en spectateur ironique, et même féroce, d’une réunion publique à laquelle il a pris la peine d’assister.»[4]

     Peut-être faut-il préciser que Philippe Le Maux, candidat socialiste paysan, fut élu député, même si Paulhan semble s’être ennuyé à l’une de ses réunions électorales. On retrouve sans doute le regard distancié de l’intellectuel qui peut-être méprise une forme de pratique politique trop éloignée de ses habitudes parisiennes. Quoi qu’il en soit, de tels témoignages sont aussi très utiles pour mieux appréhender la connaissance du socialisme à cette période en Bretagne.

      Mais revenons à Frédéric Choffé. Il entretient donc une correspondance avec Jean Paulhan, dont on peut lire des extraits dans le livre de Marcel Parent. Là encore, ses lettres peuvent aider à une connaissance approfondie de l’enracinement de la SFIO dans ce territoire. Sans doute qu’une exploitation  de ses lettres serait nécessaire – la correspondance est conversée à l’IMEC– car Frédéric Choffé semble y commenter régulièrement son action militante : il relate l’arrêt du journal fédéral « faute d’argent » et en conséquence il ne peut poursuivre son analyse du fascisme qu’il souhaitait faire dans ses articles, il y commente également l’actualité du Parti et sa participation à la vie politique locale  comme dans cette lettre:

« Mardi 16 avril 1935

Mon cher Jean,

Peut-être serez-vous déjà en route vers Trestel quand ma lettre arrivera à Châtenay.

Je ne crois que les marchands de canon – qui sont en même temps gros industriels et gros banquiers, propriétaires ou actionnaires des grands journaux- veulent la guerre. Les menaces de guerre, qui leur permettent de placer leurs marchandise, leur suffisent bien »[5]

      On peut voir dans ces quelques extraits que Frédéric Choffé, mais aussi Paulhan, apportent des informations utiles pour la connaissance du milieu partisan socialiste. S’il faut traiter celles-ci avec un regard d’historien, elles offrent la possibilité de saisir au plus près les pensées et les discours de certains militants. Il me semble que dans ce domaine, la forte présence d’intellectuels socialistes dans la fédération des Côtes du Nord, peut être à même de fournir des sources importantes. Encore faut-il en retrouver les traces, donc l’enquête continue !



[1] Sur ce point voir la thèse récente de François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980 soutenue à l’Université de Rennes 2 en 2011.

[2] Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Seuil, 1993.

[3] Lettre de Paulhan à Etiemble, 13 avril 1936, cité par Marcel Parent, Paulhan citoyen, Paris, Gallimard, 2006, p.111.

[4] M.Parent, op.cit., p.113.

[5] M.Parent, op.cit., p.222.

«Ah chacun voit midi à sa porte !»

bureau, à 10 jours de la rentrée

Une petite pause dans la poursuite de la recherche en cours qui en ce moment concerne toujours la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement vue du côté des instituteurs et des institutrices. Ils sont en effet très nombreux au sein des sections socialistes en Bretagne et leur importance oblige à étudier en profondeur la profession. En particulier, je m’intéresse à leur participation aux combats, leurs réactions durant le conflit et juste après. Certains, ou certaines puisque les institutrices sont actives durant cette période même si elles ne participent pas au combat, deviennent d’ailleurs des opposants à l’Union sacrée, mais ils sont toutefois minoritaires et ce sont davantage des instituteurs socialistes persuadés de la justesse de la cause française et déterminés à la victoire que je peux étudier pour le moment. Beaucoup de ces instituteurs sont également militants syndicaux et il me faut également creuser dans cette direction. J’ai en ce moment sur mon bureau une vingtaine d’ouvrages sur le sujet, plusieurs dossiers individuels de ces instituteurs, très surveillés par les autorités si j’en juge par la masse de rapports les concernant et qui sont bien utiles aujourd’hui pour l’historien. J’ai aussi  préparé mes prochaines visites dans les archives, avec le sentiment ambivalent qu’il m’en reste beaucoup à consulter encore, et qu’en même temps je commence à avoir l’essentiel pour bien rédiger. J’ai d’ailleurs rédigé pas mal de pages, pas définitives ; bref, tout avance.

                Et pourtant dans une dizaine de jours, il faudra retrouver de nouvelles habitudes de travail, puisque la rentrée scolaire aura lieu. Mener de front les deux oblige à une organisation stricte, ou du moins dans l’idéal la plus stricte possible, et surtout cela signifie qu’il faut plus de temps de mener à bien la thèse. Je crois qu’officiellement le temps d’une thèse doit durer trois ou quatre ans, moi je me suis inscrit en décembre 2007, j’aurai donc à la fin mis presque 6 ans. Je triche un peu puisque j’avais déjà mené des recherches avant de pouvoir m’inscrire. Alors est-ce un avantage ou un inconvénient d’écrire sa thèse lorsqu’on enseigne en même temps ? Les personnes qui méconnaissent le travail d’enseignant diront sans doute que j’ai du temps de libre, des vacances, mais justement le métier de professeur ne se fait pas à moitié, ce n’est ni intéressant ni viable à long terme si l’on se contente de peu, il faut donc lui donner la priorité, le reste arrive ensuite. J’aurai donc mis davantage de temps, je serai aussi bien plus âgé que la moyenne des doctorant-e-s ; d’autres que moi auront profité d’avantages, de meilleures conditions de recherche, d’aides, de bourses doctorales, de contrats mais en réalité je les envie pas. Il faudrait d’ailleurs s’interroger plus longuement sur les conditions dans lesquelles on rédige une thèse et sur les différences que cela peut entraîner. Lorsque j’ai obtenu mon CAPES, un de mes profs de fac m’a tout de suite dit que je devais préparer l’agrégation, l’avoir serait facile selon lui pour moi, et ensuite que je pourrais me consacrer à une thèse. Je lui alors répondu que je ne voulais pas, et il m’a rétorqué, déçu et dédaigneux : «ah chacun voit midi à sa porte !». Plutôt que de lui expliquer que je n’avais aucun moyen financier de poursuivre mes études, qu’il me fallait travailler pour rembourser mon prêt étudiant, j’ai préféré esquiver et lui laisser penser que je manquais cruellement d’ambition. Lorsque j’ai parfois un peu de mal à gérer le travail de thèse et le métier d’enseignant, je me souviens de cette phrase et je retrouve toute ma motivation. Certains d’entre vous verront dans ces lignes un peu d’un «refus de parvenir» cher à Albert Thierry ou alors un air de « lutte des classes/lutte des places» : dans les deux cas, ils n’auront pas forcément tort !

                Mais concrètement, contrairement à ce qu’on entend depuis lundi sur les médias, ce n’est pas encore la rentrée, et donc plein de nouvelles perspectives de recherche. À suivre dans quelques jours.

Louis Guilloux père,février 1917,«Voulez vous la paix ?»

L.Guilloux, La Maison du Peuple,1927

Je travaille en ce moment sur l’activité des sections socialistes bretonnes durant la Première Guerre mondiale. L’idée que l’on retrouve souvent exprimée, sans doute à cause de l’existence de l’Union sacrée, serait que ces groupes de militants soient peu actifs durant ce conflit ; on assisterait alors à une mise en sommeil du milieu partisan socialiste[1]. Il est en effet assez difficile de mesurer l’activité de celui-ci car par exemple la plupart des publications militantes ne sont plus publiées durant cette période. Toutefois, on peut retrouver des traces de la permanence d’une identité militante qui s’exprime de multiples façons. Les archives de contrôle des autorités peuvent le montrer, bien que de nombreuses lacunes existent. Mais on trouve ainsi le compte rendu régulier de réunions des sections socialistes dans le Finistère entre 1914 et 1918, et dans ce département, la publication du journal fédéral continue malgré la censure. C’est donc à un patient travail de reconstitution et de rassemblement d’informations que j’essaye de procéder afin d’avoir une vision assez précise des actions militantes durant la Première Guerre. Cela peut se concrétiser par la signature de pétitions comme on peut le voir en février 1917 à Saint-Brieuc. A cette période, ceux que l’on appelle les « minoritaires » de la Sfio, partisans d’une paix rapide, sont de plus en plus nombreux et ils sont davantage surveillés par les autorités. Dans la préfecture des Côtes-du-Nord, c’est le père de l’écrivain Louis Guilloux qui est responsable de la section socialiste durant la guerre[2]. Celui qui se nomme également Louis, est connu par le portrait qu’en fait son fils dans son livre La Maison du Peuple, publié en 1927, qui relate l’action de militants ouvriers avant guerre et est dédié à quelques-uns d’entre eux touchés par les malheurs du conflit. On peut aussi découvrir les liens, parfois difficiles, que le fils entretient avec le père dans le livre de Sylvie Golvet Louis Guilloux. Devenir romancier qui retrace la naissance de l’écrivain Louis Guilloux. Et il y a aussi ces notes du commissaire de police de Saint-Brieuc, en date du 21 février 1917, relatant une forme d’action militante :

«  J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, fait signer en ce moment un factum en vue d’obtenir la paix. Il appelle quelques unes des personnes qui passent et leur dit ‘ Voulez vous la paix ?’ – ‘ Oui ?’ lui répondent-elles – ‘alors ajoute-t-il signez ceci’ » et le commissaire précise « Guillou est un socialiste militant »

Ce premier rapport est suivi d’un autre rédigé le même jour après que le policier ait été rendre visite à Louis Guilloux père. La demande lui en avait été faite par le préfet.

« J’ai été trouvé le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, et l’ait invité à me représenter le factum qu’il fait signer en vue et en l’obtention de la paix. Il me l’a remis aussitôt, et m’a déclaré que c’était sans mauvaise intention qu’il l’avait fait signer».

Le commissaire précise qu’il a saisi la pétition et qu’il le remet au préfet. On ne la trouve pas dans la liasse consultée, tout comme on ne trouve pas d’autres papiers en lien avec cette affaire. Mais la défense de Louis Guilloux semble a posteriori assez savoureuse à lire : « c’était sans mauvaise intention », ce qui rappelle la volonté manifeste ou naïve de continuer à jouir des droits élémentaires du citoyen à s’exprimer même en temps de guerre, à moins qu’il ne s’agisse de la part de Louis Guilloux d’une forme d’ironie à l’égard du policier : il y a en effet fort à parier qu’il était tout à fait au courant que ce type d’actions pouvait rencontrer l’hostilité des autorités de l’époque. Dans le livre de son fils, tout comme dans les extraits de correspondance entre eux deux, on peut voir que le père était un homme dur à la peine, aux opinions tranchées et peu prompt au compromis. Je crois qu’il y a une expression en breton pour désigner ce type de personne : «penn kalet » ou une « tête dure »[3].

Sur Louis Guilloux, il existe un excellent site de la Société des Amis de Louis Guilloux, qui organise en octobre prochain un colloque sur les relations entre l’écrivain et ses amis. Plusieurs interventions concerneront également l’histoire du mouvement ouvrier. Enfin La Maison du Peuple est disponible en poche (Les Cahiers rouges, Grasset, avec une préface de Camus) associé à un autre texte Compagnons. L’ensemble en fait un livre magnifique que je ne peux que vous conseiller de (re)lire !


[1] Il y a de très nombreuses indications méthodologiques très utiles sur l’étude de la « mise en sommeil » des groupes militants dans le livre dirigé par Olivier Fillieule, Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

[2] On peut retrouver la biographie de Louis Marie Guilloux dans le Maitron. Elle a été rédigée par Alain et François Prigent qui ont par ailleurs publié un article retraçant un épisode historique en lien avec les Guilloux «L’expérience éphémère de la Bourse du Travail de Saint-Brieuc (1904-1909) » Cahiers d’Histoire, n°116, 2012.

[3] Pour analyser ce type d’expressions militantes, le livre de James C.Scott, La Domination et les Arts de la résistance.Fragments du discours subalterne, Paris, éditions Amsterdam, 2008, est très utile.

Une histoire de l’expérience de la Première Guerre mondiale

C.Ingrao : Croire et détruire

Des lectures peuvent accélérer le processus de réalisation de la thèse. C’est le cas de livres ou d’articles fondateurs que l’on connaît depuis le début du travail de recherche : dans mon cas, il peut s’agir des travaux de S.Audouin-Rouzeau, de C.Prochasson, de G.L.Mosse ou encore de Z.Sternhell pour ne citer que quelques noms. Et puis, il y a également des lectures qu’on découvre au cours du processus d’écriture et qui, une fois faites, provoquent un déclic, une accélération dans l’élaboration de l’organisation du travail. C’est le cas du livre de Christian Ingrao, Croire et détruire[1], que je suis en train de lire actuellement : l’auteur y étudie le parcours de plusieurs dizaines d’intellectuels allemands qui ont participé à l’appareil d’Etat nazi dès les années 1930. Deux aspects m’intéressent plus particulièrement : l’historien développe tout d’abord ce qu’il nomme, après d’autres, une Erfahrungsgeschichte, une histoire de l’expérience que les intellectuels SS ont eu de la Première Guerre mondiale, même si pour la plupart ils n’étaient encore que très jeunes. Cette notion me semble particulièrement appropriée pour m’aider à retracer le parcours des militants que j’étudie. Le second aspect, raison première de ma lecture, est avant tout d’ordre méthodologique : comment rendre compte, et rendre lisible surtout, le parcours de plusieurs dizaines de personnes ? J’essaye en effet de construire ma propre rédaction en fonction d’itinéraires et je voulais lire comment l’auteur de ce livre avait réussi à organiser sa rédaction. Je dois dire que sur ces deux points, je trouve ce travail de recherche très réussi et vraiment il me permet d’améliorer considérablement mon mode d’organisation. De plus, C.Ingrao fait de nombreuses références à l’anthropologie, ce qui me fournit également d’autres outils méthodologiques appréciables, et le contenu de ce livre me servira aussi pour mes cours d’histoire dans le secondaire. Je ne suis encore au tiers du livre, et il me faut donc poursuivre ma lecture, mais j’y ai déjà trouvé beaucoup.

Comme la nature de ma recherche se modifie, en devenant de plus en plus «concrète», j’ai également un peu modifié l’apparence du carnet de recherche, histoire d’ouvrir de nouvelles perspectives.


[1] Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Hachette Pluriel, 2011.

Ce que l’on ne trouve pas dans les archives

Archives départementales des Côtes d'Armor, août 2012

Après avoir consulté bon nombre de fonds d’archives ces derniers jours, je voudrais m’arrêter non pas sur les éléments trouvés – nombreux d’ailleurs – mais sur ce que l’on ne trouve pas alors qu’on passe plusieurs heures à chercher. Aux archives départementales des Côtes d’Armor, j’avais pour ambition de trouver des renseignements sur l’activité militante de Paul Ricoeur que j’avais déjà abordée mais sans en trouver tous les détails. Il y avait trois pistes : d’un côté, les fonds concernant l’activité militante socialiste à proprement parler, la presse militante ensuite, et enfin son activité d’enseignement au lycée de Saint-Brieuc.

             Du côté de l’action militante, il faut reconnaître que les archives contiennent de très nombreuses descriptions de réunions, de prises de position ou de rapports de police, ce qui facilite le métier de l’historien. Bien sûr, il est nécessaire de manier ce type de sources avec les précautions scientifiques d’usage, mais cela forme un ensemble de renseignements conséquents. Pour le coup, aucune mention d’un «Ricoeur» parmi les militants de la Sfio durant l’entre-deux-guerres. Evidemment, je ne suis pas sûr d’avoir tout consulté et surtout de ne pas avoir loupé ce type d’informations, mais je crois avoir essayé d’être attentif toutefois. Ensuite, du côté de la presse militante, j’ai retrouvé les trois articles de « Péric » alias Ricoeur dans leur première version de publication. Il publie deux articles dans le journal  l’Eveil breton, qui est l’organe de la fédération Sfio, puis le troisième est publié par Le Combat, journal qui a pris la succession du premier après des dissensions au sein de la fédération socialiste. Cette série d’articles aborde les rapports entre le socialisme et le christianisme et elle est publiée durant l’été 1934. Mais je n’ai pas trouvé d’autre trace du militant Ricoeur dans ces publications militantes. A priori, il n’y a donc que ces trois articles, repris par ailleurs par une publication socialiste du Finistère, et on ne trouve pas de mention de lui dans des compte rendus de réunion, en particulier celles qui évoquent les Jeunesses socialistes ou les réunions de la section briochine. Là encore, je ne peux certifier de ne pas avoir manqué les indications, mais j’ai essayé d’être attentif à nouveau.

                Restait alors l’évocation du professeur Ricoeur, puisqu’il fut enseignant au lycée Anatole Le Braz de Saint Brieuc durant l’année scolaire 1933-1934. Il se trouve que la série 1T qui concerne l’enseignement est très bien fournie dans les Côtes d’Armor et que l’on dispose d’un très bon outil de travail (qui de plus est  en ligne) pour s’y retrouver. J’ai donc consulté plusieurs liasses qui auraient pu contenir des informations sur le jeune Ricoeur. Mais là encore rien du tout, aucune trace du jeune professeur de philosophie. Alors passer plusieurs heures pour faire choux blanc, c’est aussi le quotidien du chercheur dans les archives : on ne sait qu’après consultation de la liasse, qu’en fait elle ne contient pas les informations qu’on aurait souhaité. Mais il faut aussi garder une certaine détermination et poursuivre l’investigation. J’ai ainsi vu par hasard que plusieurs liasses avaient été ajoutées à la série 1T dernièrement et n’étaient donc pas mentionnées sur l’inventaire que j’utilisais. Parmi les dossiers récemment transmis, j’ai pu décelé qu’il y avait une série concernant le lycée de Ricoeur.

                Ce fond d’archives concerne le personnel du lycée dans l’entre-deux-guerres, avec par exemple la liste des enseignants et leur état de service. Toutes les années ne sont pas présentes, mais il y a l’année 1933-1934 . Cette année-là, Ricoeur, après avoir raté le concours d’entrée à l’école normale supérieure, doit prendre un poste de professeur de philosophie pour subvenir à ses besoins et il le fait au lycée de Saint-Brieuc. Avant d’ouvrir ce dossier « état indiquant le service du personnel par semaine» de l’année 1933, je me suis dit que j’allais enfin trouver des traces de Ricoeur. Les enseignants de ce lycée sont assez peu nombreux, une douzaine en tout, et je me suis depuis le début de la consultation habitué à leur nom, à leur discipline.

indications sur Guy Robert, responsable SFIO des Côtes d'Armor

           Parmi les personnes, il y en a une qui m’intéresse aussi : il s’agit de Guy Robert, professeur de lettres, qui est par ailleurs un des responsables de la fédération socialiste des Côtes d’Armor. Il devient en 1934 le secrétaire fédéral jusqu’en 1938, date à laquelle il est muté à Paris. Il poursuit ensuite une carrière universitaire en soutenant une thèse en 1943 sur le roman de Zola «La Terre». En conséquence, chercher dans des liasses concernant le lycée de Saint-Brieuc sans trouver de mention de Ricoeur ne fut toutefois pas une perte de temps puisque cela m’a permis de trouver des renseignements sur Guy Robert. Les données que l’on trouve dans ce type de dossier sont souvent purement d’ordre administratif mais cela fournit aussi parfois également d’autres renseignements précieux.

                Mais pour le dossier concernant l’année 1933, rien à nouveau, aucune mention de Ricoeur ! Je suis revenu plusieurs fois, lisant ligne à ligne, espérant que j’ai pu la première fois ne pas trouver la mention du jeune philosophe. Mais non, aucun Ricoeur n’est indiqué. Pourtant il est là en creux : à la ligne concernant le professeur de philosophie, il y a un vide, aucun nom n’est mentionné. Je me remémore alors des pages lues précédemment où le proviseur se plaignait d’avoir du mal à trouver des enseignants qui souhaitent venir en province. Je me souviens aussi de ce document trouvé plusieurs mois  auparavant qui concerne Paul Nizan : il est muté au lycée de Quimper, et il renonce à venir dans cette ville, trop loin sans doute. Pour venir dans ce type d’endroit, il faut sans doute le vouloir comme par exemple Louis Poirier, alias Julien Gracq, qui demande à venir justement au lycée de Quimper pour enseigner l’histoire-géographie à la même période. Donc pour en revenir à Ricoeur, on comprend qu’il est venu au lycée Le Braz après que cet état de services ait été rempli. Donc pas de trace de lui, mais toutefois je n’ai pas l’impression d’avoir perdu mon temps : je connais maintenant son entourage durant son année d’enseignement, je peux aussi déduire qu’il a eu des liens avec Guy Robert, âgé de 26 ans alors que lui a tout juste 20 ans. Les deux ont d’ailleurs écrit dans le journal de la fédération socialiste sur la question des rapports entre le socialiste et le christianisme : est-ce la suite d’une discussion entre eux deux ? Là s’arrête le travail de l’historien, car on ne peut pas faire à outrance de telles spéculations. Je n’ai pas trouvé de traces de Ricoeur dans ces archives et pourtant le travail  de recherche continue !

Le tournant du mois d’août

Réveil ou mise en sommeil?

Après avoir occupé durant le mois de juillet le carnet collectif «Espaces réflexifs» sur une thématique «engagement et distanciation en histoire ouvrière», il me faut revenir à mon travail en cours et sur la place de ce carnet de recherches dans le processus de réalisation de la thèse. En réalité la thématique d’ensemble abordée durant juillet n’est pas éloignée de certaines des préoccupations qui m’intéressent dans le cadre de ma recherche et cela a fortement accéléré une partie de mon travail en cours.

                Revenir à la thèse, c’est aussi s’interroger sur le bienfondé de ce carnet de recherches : tout ce qui est abordé ici à un lien avec ce travail, mais parfois j’ai pu avoir l’impression que j’oubliais l’objet premier, à savoir que cela devait accompagner le travail de recherche et de rédaction de thèse. J’ai été récemment très intéressé à la lecture de l’article de Dan Cohen intitulé « The Blessay » qui définit à merveille ce qui peut être un écrit sur ce carnet. Toutefois, si je compte bien en écrire à nouveau de ce type de billets, je pense utiliser dorénavant davantage mon carnet comme un espace parallèle accompagnant véritablement la réalisation de ma recherche.

Alors justement cette thèse ? Le plan adopté a été validé par mon directeur. En effet, cela faisait quelques mois que j’avais plusieurs plans, aucun ne me convenant véritablement, mais finalement j’ai réussi à construire quelque chose qui me satisfait d’une part, et qui rassemble tout ce dont je souhaite parler d’autre part. Il y a neuf chapitres.

                Concernant la rédaction, j’ai plusieurs pages rédigées, des bouts de parties pas encore mis en forme, une sorte de puzzle qu’il me faut rassembler et approfondir. Cela signifie qu’il me faudra encore plusieurs mois pour terminer et rédiger. Nous avons fixé un rétro-planning et le tout sera achevé début mai 2013, il me reste donc 9 mois, soit un chapitre par mois. La première vraie échéance est en réalité pour novembre, date à laquelle je dois rendre la première partie.

                Ce calendrier me laisse parfois un peu songeur : cela me paraît à la fois beaucoup tant il me semble que j’ai déjà bien approfondi certains aspects, mais plus rarement je me dis que ce calendrier a quelque chose d’angoissant parce que je ne me sens pas au point. Je suppose que c’est un sentiment ambivalent partagé par celles et ceux qui rédigent une thèse, donc il faudra faire avec.

                Il me reste surtout encore des archives ou des journaux à consulter. Je suppose que je n’aurais pas le temps de faire tout ce que j’avais prévu, ce qui n’est pas un mal sans doute. Mais certains points me paraissent indispensables. Et je ne conçois pas véritablement une autre manière de faire, que de combiner recherches et écriture ! Ce ne sera peut-être pas le plus efficace mais je pense que j’avancerai davantage ainsi.

                Quelle place alors pour le carnet dans cette phase finale, tout de même assez longue ? Franchement je ne sais pas encore mais depuis l’ouverture de celui-ci, je dois reconnaître que ça avance plus vite, que je peux en particulier écrire plus facilement, plus rapidement, alors autant faire une place de choix à ce « compagnon numérique », d’autant que j’apprécie les échanges avec les lecteurs. La prochaine étape : préparer un séjour dans les archives en Bretagne, mettre un peu d’ordre dans les fichiers de l’ordinateur et enfin écrire.