Archives mensuelles : septembre 2012

Un deuil de guerre: André Durkheim, décembre 1915

Pour saisir au mieux ce que représente pour les socialistes l’expérience de la Première Guerre mondiale, il importe de reconstituer le parcours de militants mobilisés durant ces années de conflit. Il s’agit d’un travail fastidieux qui nécessite de croiser des sources habituelles dans l’histoire politique du socialisme avec d’autres sources qui habituellement sont davantage utilisées pour l’histoire militaire. Le résultat de cette recherche, qui est au cœur de la première partie de ma thèse, ne doit cependant pas exclure ceux qui meurent au combat, et qui laissent en conséquence moins de traces dans les archives. Il peut s’agir d’adhérents de la Sfio dont la carrière militante est brisée nette par la mort comme dans le cas de Frédéric Bonneau, mais aussi d’ascendants ou de membres de la famille d’un militant qui après guerre trouve une partie des sources de leur engagement dans le deuil qu’ils ont dû affronté pendant ou après la guerre.

Mais aborder le thème du deuil comme élément explicatif d’un futur engagement militant ou comme un évènement lié à la permanence d’une identité socialiste déjà existante, oblige à s’interroger toujours et encore sur les sources à disposition et sur la méthode mise en place. Ce sont ces deux points que je voudrais aborder ici.

Aborder la question des deuils de guerre 

S.Audouin-Rouzeau , Cinq deuils de guerre, 1914-1918

L’étude du deuil de guerre durant le premier conflit mondial peut reposer sur un certain nombre de travaux de recherche. L’article d’Olivier Faron « le deuil des vivants » dans l’Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918[1] fait parfaitement le point sur le sujet , mais j’utilise également d’autres travaux, situés dans un autre contexte, comme l’article « Mort » écrit par Pierre Laborie pour le Dictionnaire historique de la Résistance[2]. D’autres évocations roboratives d’une anthropologie historique de la mort ou du deuil concernant les pratiques militantes socialistes me sont aussi utiles, comme celle que l’on peut lire dans le livre de Christophe Prochasson La Gauche est-elle morale ?[3] Mais j’utilise surtout l’étude de Stéphane Audouin-Rouzeau Cinq deuils de guerre, 1914-1918[4] qui est l’ouvrage majeur sur le sujet. À travers l’analyse de cinq décès spécifiques, l’historien détaille tous les aspects qui doivent être étudiés lorsqu’on aborde ce sujet et c’est un excellent guide pour mon étude en cours. Toutefois comme l’auteur le souligne « les pistes dont on croit disposer à l’origine n’aboutissent nulle part, ou s’arrêtent trop vite. Rares sont les destins individuels que l’on peut espérer reconstituer vraiment »[5]. Surtout, Audouin-Rouzeau en posant d’emblée l’idée que « tout deuil est unique», incite à la prudence lorsqu’on souhaite généraliser une expérience individuelle de deuil à l’ensemble des familles et des proches qui ont subi un décès suite à la guerre. Cependant ce livre, si riche, fournit un cadre d’analyse qui m’est bien utile.

J’ai voulu donc suivre le modèle d’analyse proposé mais très vite comme je le craignais j’ai dû faire face à une impasse ! Comme l’écrit encore Audouin-Rouzeau « des millions de Français ont été précipités dans la douleur de la perte entre 1914 et 1918, mais peu d’entre eux ont laissé quelque trace des coups atroces que la mort de leurs proches leur a infligés »[6]. Il m’a fallu très vite me résoudre à constater que les sources que j’avais à ma disposition ne me permettaient pas de proposer une étude de deuils de guerre concernant le milieu partisan socialiste en Bretagne. J’avais beau interroger des sources, je ne réussissais qu’à reconstituer quelques bribes de destins individuels de militants ou de proches de militants socialistes. Pour aller plus loin, il me fallait extrapoler ou faire confiance à mon intuition, mais cela se serait sans doute fait au détriment d’une méthode historique éprouvée. Soit je devais me résoudre à abandonner cette piste visant à mesurer l’influence des deuils de la Première Guerre mondiale, soit je m’astreignais à poursuivre mes recherches dans ce domaine, au risque de perdre un temps important pour de maigres résultats. J’ai choisi une voie totalement différente : puisqu’à propos de mon « terrain d’enquête », il me semblait difficile de mener une enquête, j’ai voulu sortir de ce terrain, afin de prendre un tout autre exemple a priori bien éloigné de mes préoccupations premières. L’idée est simple : reconstituer à l’instar du livre de Stéphane Audouin-Rouzeau l’impact d’un deuil de guerre afin de mieux comprendre comment on doit mener une recherche dans ce domaine, et disposer pour cela d’un corpus documentaire important, afin d’élaborer une vraie étude. Outre l’apprentissage d’un mode opératoire d’analyse, cette expérience me permettrait par la suite de mieux identifier les supports documentaires nécessaires, les questions qu’il faut poser et pour lesquelles il faut apporter des réponses, et d’abandonner les impasses liées au sujet. Une fois menée à bien , cette étude me servirait de point de repère pour replonger dans l’étude des militants socialistes en Bretagne et pour interroger le plus utilement possible les sources à ma disposition, que je sais plus lacunaires, et pour peut-être aussi trouver de nouvelles pistes documentaires.

Le choix du sous-lieutenant André Durkheim

Les lettres de Durkheim à son neveu Marcel Mauss

Étudier le parcours du fils d’Émile Durkheim s’est rapidement imposé à moi. C’est à la lecture de la biographie du grand sociologue écrite par Marcel Fournier que j’ai commencé à m’intéresser à André. En effet celui-ci, mobilisé durant la guerre, est à plusieurs reprises en convalescence : il effectue ainsi un séjour à l’hôpital de Brest et j’ai donc voulu en savoir davantage, car je pensais pouvoir trouver quelques renseignements sur les liens entre le front et l’arrière breton dans les documents que Marcel Fournier utilisait. On dispose en effet d’une édition des lettres de Durkheim à Marcel Mauss, et le père relate dans l’une d’entre elles – celle du 1er juin 1915-  un séjour qu’il effectue à Brest pour passer quelques jours avec son fils :

«  Je suis allé à Brest comme on te l’a écrit. Je suis parti vendredi soir, j’ai passé avec André les journées de samedi, dimanche et lundi. Ta tante n’a pas voulu m’accompagner, jugeant qu’elle était utile ici. Je n’ai pas insisté outre mesure, craignant pour elle la fatigue, car il fallait passer deux nuits dans le train pour deux nuits dans un lit. En fait, j’ai très mal dormi et pas du tout au retour bien que j’eusse pris une couchette, mais j’ai été secoué comme je ne l’avais jamais été (…) Nous avons fait une excursion à Morgat, et malgré ma fatigue j’ai rapporté de là-bas une excellente mine. Nous avons eu un temps superbe. J’ai laissé André dans les meilleures dispositions morales et en bon état physique. »[7]

De ce séjour brestois, on n’en apprend pas davantage mais les lettres suivantes permettent de suivre l’itinéraire d’André Durkheim et de découvrir les inquiétudes du père. Dans un même temps, on découvre les activités du sociologue qui participe à l’effort de guerre en publiant et préparant des études sur l’Allemagne en cherchant à justifier la position de la France durant cette guerre. Durkheim participe donc à l’effort des intellectuels pour combattre l’Allemagne pour une véritable culture de guerre.Il côtoie également des responsables socialistes comme Marcel Sembat et on apprend beaucoup dans ses lettres sur cette mobilisation intellectuelle, d’autant que Mauss, plus engagé que lui, participe aux mêmes efforts en étant de plus militant socialiste et soldat.  Mais c’est surtout par la relation de la participation de son fils aux combats que les lettres à Mauss de Durkheim sont primordiales. Remis sur pied, le jeune lieutenant est envoyé au front où il est à nouveau blessé en juin 1915. On peut lire dans les lettres d’Emile, l’angoisse d’un père, la relation de la convalescence du fils qui est à nouveau amené à l’hôpital militaire de Brest. En octobre de la même année, le régiment d’André doit se rendre sur le front d’Orient et là l’inquiétude monte :

« 1er décembre 1915,

Mon cher Marcel,

(…) La situation là-bas devient bien précaire. Je vis donc dans l’angoisse. Bien entendu, pas un mot à ce sujet dans ta lettre. Très sagement, ta tante ne lit plus de nouvelles de la guerre, surtout les nouvelles d’Orient. Si je pouvais en faire autant ! »[8]

André Durkheim a été envoyé à Salonique et son père relate les difficultés qu’il y a à avoir des informations dans la presse à propos de ce qui se passe là-bas. Il rencontre de nombreux responsables politiques afin de poursuivre la publication d’études de soutien à la France mais il reçoit moins de courriers de son fils. En décembre 1915, Durkheim n’a plus du tout de lettres d’André et l’attente dure plusieurs mois. Toujours sans nouvelles, le 5 février 1916, il écrit à Mauss :

« Inutile de t’analyser l’état dans lequel nous sommes. Tu te le représentes sans peine. On souffre et on vit. »[9]

On peut voir avec cet exemple que les périodes sans nouvelles des combattants peuvent être très longues, mais qu’il y a toujours l’espoir que cela soit dû aux phases du conflit. Le sociologue a essayé de demander des informations de son fils à plusieurs responsables politiques ou militaires, mais rien n’y fait. Le 15 février 1916, il reçoit un courrier du colonel commandant le régiment de son fils : il est porté disparu depuis décembre en Bulgarie et « le silence est toujours impressionnant et alarmant »[10]. A la même période, il écrit dans une nouvelle lettre non datée à Mauss, après avoir appris que son fils a disparu après avoir combattu courageusement l’ennemi :

« Cela ne change rien à la situation. Cela me délivre pourtant de l’image angoissante de ce pauvre enfant s’arrêtant épuisé et abandonné. S’il a été tué, comme tout le fait craindre, c’est dans l’exercice de ses fonctions, en officier. J’aime mieux cela. »[11]

Émile Durkheim écrit en effet précédemment à plusieurs reprises qu’il s’inquiète de la santé de son fils, qu’il le trouve trop fragile et il a peur qu’il ne comporte pas en bon soldat. Apprendre les circonstances de sa disparition le rassure sur ce point. Mais l’angoisse est toujours là car malgré ses efforts, il ne sait pas si son fils est mort ou fait prisonnier. Le 25 février 1916, il peut écrire à son neveu Mauss que son fils est mort depuis le 18 décembre 1915 :

« Mon cher Marcel,

Je vais te faire une grosse douleur, mais il est impossible de te l’épargner. Nous ne pouvons garder d’illusion. André, blessé, est mort de ses blessures. Il est enterré au petit village de Davidovo. Ces mots me font mal à écrire. Ils te feront mal à lire. Il faut tâcher de s’arranger. L’expérience montrera ce que je peux. En me répondant, parlons le moins possible de l’irréparable. Ce sont les images qui me font souffrir. »[12]

Marcel Mauss, très proche d’André Durkheim, est frappé par la nouvelle : « j’ai appris hier soir par un mot d’oncle le malheur qui nous frappe. J’avais beau m’y attendre, ce fut, c’est un choc.»[13]

À partir de la nouvelle de la mort de son fils, Émile Durkheim s’isole peu à peu, touché par le deuil. Avec cette disparition, c’est plus globalement tout le milieu de la revue l’Année sociologique qui est touché, car André se destinait à poursuivre l’œuvre de son père en se spécialisant toutefois dans la linguistique. Quelques années plus tard, Marcel Mauss rend hommage à ces normaliens victimes de la guerre, qui étaient associés à la revue de Durkheim. Évoquant André, il écrit :

« Qu’il soit permis de terminer, par une note personnelle, ce mémoire tout objectif où l’on ne veut que décrire les travaux que l’on pouvait espérer de nos héroïques, de nos vénérés morts. Mais il serait injuste et inhumain de ne pas mentionner, en fin et par exception, le nom de celui qui allait nous être associé et dont la perte, doublement sentie, intellectuellement et paternellement, a été l’une des causes de la mort de Durkheim. Celui-ci fondait sur son fils, l’un de ses plus brillants élèves, les plus nobles et les plus grandes espérances »[14]

En effet, Émile Durkheim après la disparition de son fils a beaucoup de mal à retrouver la saveur de la vie et marqué par le deuil, il disparaît à son tour en 1917.

On peut voir qu’on dispose d’une documentation riche sur la mort au combat d’André Durkheim et sur le deuil qui en suivit dans le milieu familial et intellectuel qui lui était proche. L’attente de plusieurs mois avant de connaître la vérité, l’angoisse exprimée des parents, la relation des occupations pour tromper l’attente et l’hommage après coup sont exprimés dans de précieux renseignements pour qui souhaite connaître le dispositif accompagnant le deuil d’un soldat de 14-18. Bien sûr, le cas du fils de Durkheim est exceptionnel tant l’intellectuel est une grande figure de la pensée française à cette période. Pour autant, les lettres qu’il envoie à Mauss forment un précieux témoignage pour mieux saisir la douleur intime causée par la mort d’un proche lors de la Première Guerre mondiale. Cela est d’autant plus vrai que cette correspondance n’est pas l’unique source pour étudier la mort d’André Durkheim : officier, il dispose d’un dossier au Service Historique de la Défense de Vincennes qui nous permet de mieux l’étudier.

Le dossier militaire du sous-lieutenant Durkheim

Le dossier d’André Durkheim est conservé au SHD de Vincennes

Le dossier d’archives du lieutenant Durkheim ne concerne pratiquement que la période liée à sa mort au combat ; il y a peu d’autres documents sur le passé militaire d’André, hormis son état officiel d’engagement qui est d’ailleurs contresigné par son témoin Marcel Mauss.  On peut surtout y lire la copie de lettres envoyées à Émile Durkheim pour l’informer de la disparition de son fils, puis de sa mort. D’autres lettres révèlent les multiples démarches que le sociologue a entreprises entre novembre 1915 et février 1916 pour découvrir le sort de son fils. Enfin, on dispose de plusieurs documents montrant la difficulté qu’il y a parfois à identifier un soldat mort dans le camp ennemi.

Tout d’abord, les autorités militaires signalent la disparition d’un sous-lieutenant le 5 décembre 1915 qui est appelé « Durkhel ». Puis d’autres documents signalent la mort d’un «  Durkhem » tout en demandant d’avoir davantage de renseignements sur le défunt. Les mêmes documents sont ensuite corrigés avec les bonnes informations : « Durkheim mort le 18 décembre 1915 à la suite de ses blessures ». En effet, pris sur le feu ennemi, André Durkheim est mortellement blessé à la suite de la retraite de son régiment. Dans son dossier militaire, on peut retrouver les circonstances de sa disparition grâce à une lette envoyée à son père par le colonel Morel, qui commande le 45e régiment de l’Armée d’Orient, datée du 29 janvier 1916 : après avoir expliqué les circonstances de la disparition de son fils – Durkheim rend compte de ce courrier dans une lettre à Mauss que j’ai cité auparavant -, le colonel précise :

« Il me paraît très possible, vu le brouillard intense qui ne permettait guère de voir un homme à plus de quinze mètres, qu’il se soit trompé de direction dans ce pays difficile et ait été fait prisonnier par l’ennemi. J’espère donc, Monsieur, que vous aurez le bonheur de retrouver votre fils indemne après la guerre et que vous aurez ainsi la récompense de la patience, l’effort, la confiance dont vous donnez un si bel exemple et dont vous nous réconfortez tous, officiers et soldats »[15]

On mesure bien le statut privilégié de l’intellectuel Durkheim dans cette lettre qui a droit à une longue lettre explicative. On peut également lire d’autres courriers, de l’ambassade d’Italie à Bucarest, de l’hôpital où André Durkheim est décédé, mais aussi d’autres intellectuels comme celle du psychologue Ernest Claparède, établi en Suisse[16], qui a gardé des liens avec des personnalités bulgares et a reçu des renseignements sur le fils du sociologue français. On peut donc déceler toute une mobilisation d’intellectuels européens qui ont durant les mois où on ne connaît pas encore le sort d’André Durkheim, cherché à recouper les informations par de multiples canaux. Dans les mois qui suivent son décès, on apprend les circonstances définitives de sa mort : blessé par de nombreux projectiles, le sous-lieutenant a été amené dans un hôpital de l’armée bulgare mais il meurt de ses blessures. Il est enterré rapidement et on a gardé le plan de l’endroit de sa sépulture afin de retrouver l’emplacement après guerre.

le plan de l’emplacement de la tombe du soldat Durkheim

Que retenir pour ma recherche ?

L’étude du cas d’André Durkheim semble m’éloigner de mon point de départ, mais ce n’est pourtant pas le cas. On constate tout d’abord l’existence d’une nombreuse documentation à ce propos : sauf erreur de ma part, il n’y a pas d’étude sur cet épisode de la vie du grand sociologue français et pourtant il pourrait être utile de la mener pour mieux saisir la mobilisation durant ce conflit d’un intellectuel, la gestion du deuil, ainsi que la mise en évidence d’un réseau d’informateurs mobilisé ici pour découvrir le sort du fils d’Émile Durkheim, qui surmonte les divisions géopolitiques de l’époque. Mais dans le cadre de mon étude, rassembler des informations sur la mort du sous-lieutenant André Durkheim m’a surtout permis de mieux saisir ce qui doit, dans l’étude des deuils de guerre, être interrogé : comment arrive-t-on à surmonter, dans un contexte de guerre, la disparition d’un proche? Comment l’information concernant la disparition ou la mort d’un parent est transmise? Qui peut-on ou doit-on contacter lorsqu’on est sans nouvelle d’un fils ou d’un père ? D’autres questions liées à celles-ci viennent également. Sans doute ai-je moins de sources dans le cas des militants qui occupent ma recherche, mais ce détour a une importance valeur heuristique et méthodologique. Du moins je l’espère.



[1] S.Audouin-Rouzeau et J.J. Becker(s.d.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004.

[2] François Marcot ( s.d.) Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, R.Laffont, 2006.

[3] C.Prochasson, La Gauche est-elle morale ?, Flammarion, Paris, 2010. On retrouve dans le chapitre intitulé « Le corps est-il de gauche ? Eros et Thanatos socialistes » des analyses très utiles sur ce sujet.

[4] S.Audouin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre, 1914-1918, Paris, éditions Noésis, 2001

[5] S.Audouin-Rouzeau, op.cit., p. 10

[6] S.Audouin-Rouzeau, ibid.

[7] E.Durkheim, lettres à Marcel Mauss, présentées par Philippe Besnard et Marcel Fournier, Paris, PUF, 1998.

[8] É.Durkheim, op.cit., p490-491.

[9] É.Durkheim, op.cit., p498.

[10] É.Durkheim, op.cit, lettre du 15 février 1916, p.500.

[11] É.Durkheim, op.cit,p.501

[12] E.Durkheim, op.cit,p.502.

[13] Lettre à Rosine Mauss, 29 février 1916, cité in M.Fournier, Émile Durkheim(1858-1917), Paris, Fayard, 2007.

[14] M.Mauss « l’œuvre inédite de Durkheim et ses collaborateurs » L’Année sociologique, nouvelle série, tome 1,1923-1924, p28 consultable en ligne ici

[15] Lettre du colonel Morel, 29 janvier 1916, dossier de l’officier André Durkheim, SHD Vincennes, 5 ye 120 850

[16] Hasard de la recherche, Ernest Claparède est le maître à cette période d’Yves Le Lay qui est en Suisse, le futur traducteur de Freud en français et qui devient par la suite militant socialiste en Bretagne.

Comment commence l’enquête? Le cas Lalouet

Le dossier du lieutenant Lalouet est conservé au SHD de Vincennes

J’avais annoncé dans le dernier billet que je parlerai d’un long article de Louis Lhévéder sur son voyage en Allemagne durant l’été 1939 juste avant la déclaration de guerre. Ce député socialiste du Morbihan était un des tenants de la ligne pacifisme au sein de la Sfio et son compte-rendu de voyage mérite une étude poussée, d’autant qu’il continue à avoir la même position idéologique après la défaite de 1940, ce qui l’amène à un soutien tacite du nouveau gouvernement. Mais je voudrais avant cela évoquer un autre militant sur lequel je m’apprête à trouver de nouveaux renseignements. Sa biographie dans le Maitron est assez courte, et pourtant je l’ai très souvent côtoyé dans les archives, dans des publications militantes, parfois aussi dans quelques livres, mais très souvent le portrait qui en ressort est contradictoire, parfois erroné, toujours imparfait. Ces lignes de l’écrivain et historien Paco Ignacio Taibo II que j’aime à citer lui vont à merveille :

« Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît çà et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »[1]

Le point de départ 

Lalouet, Louis Jacques Marie François (1890-1953) a été maire d’une petite commune du Finistère en 1919, Le Huelgoat, puis adhère en 1920 au PCF, n’y reste que très peu de temps et retourne ensuite à la Sfio. Son mandat prend fin en 1925. La biographie du Maitron indique également qu’il a participé à la Première Guerre mondiale comme officier et qu’il a été blessé à plusieurs reprises durant ce conflit. Enfin il s’est engagé en 1940 malgré son âge et a été fait prisonnier en Allemagne.

C’est à peu près tout ce que sa notice rédigée par G.M.Thomas contient. Pas tout à fait un militant obscur, mais Lalouet ne semble pas avoir laissé suffisamment de traces pour en connaître davantage sur sa vie. On risque de l’oublier très vite et pourtant périodiquement il est revenu dans les documents que je consulte.

Les émeutes de 1935 

Je crois que la première fois que j’ai retrouvé sa trace, ce fut à propos des émeutes d’août 1935 à Brest. Lalouet est en effet l’avocat qui défend les ouvriers et les militants qui sont accusés de dégradation, donc je découvris par hasard qu’il était avocat. Un peu plus tard, j’appris qu’il s’était présenté aux élections municipales de Brest sur une liste d’union de la gauche non communiste. Appartient-il encore à cette date à la Sfio ? Je n’en sais rien. Je me souviens avoir tenté de retrouver des traces de sa famille, sans succès : quelques lettres envoyées un peu au hasard, mais aucune réponse ne m’est parvenue à l’époque.

Un microfilm où il apparaît 

Quelques temps plus tard, je l’ai retrouvé dans un microfilm des archives d’une loge maçonnique brestoise consultable aux archives municipales de la ville. Ce document précieux (est-ce lui qui l’a transmis ?), je l’ai consulté car de nombreux socialistes étaient franc-maçons et ces archives sont des comptes rendus des réunions ; il faut s’habituer aux abréviations, aux rituels, mais il y a souvent de très nombreuses et intéressantes informations, même si parfois je regrette d’avoir peu suivi mes cours de paléographie. Un jour, j’ai été jusqu’à la fin de la bobine, c’était à la fin d’une journée où à force de consulter des microfilms, on laisse filer la bobine un peu plus vite. Et là il y avait des tracts, des textes, une lettre ouverte, certains documents étaient signés d’un pseudonyme, d’autres portaient la signature de Lalouet ! Il appelait à la résistance dès 1940, une action de résistance totalement isolée, je me souviens avoir à ce moment admiré le panache de cet homme. Lalouet avait été franc-maçon, sans doute trouvait-on là l’origine de sa rupture avec le PCF, et il ne voulait pas baisser les bras devant la défaite, l’occupation, Vichy. J’ai alors  davantage cherché des renseignements sur lui, et là je ne trouvais que des données incomplètes et des contradictions.

Lalouet militant du PNB ?

Deux livres au moins le mentionnent comme étant durant l’entre-deux-guerres militant du Parti Nationaliste Breton ! Ce qui semble peu compatible avec le militant de gauche que je connaissais jusqu’à présent, mais il fallait donc creuser de ce côté. Je ne connais pas très bien l’histoire du mouvement nationaliste breton, j’ai donc cherché, mais je suis souvent resté sur ma faim. Il y avait du coup de nombreuses zones d’ombre, et surtout tout ce que je lisais n’offrait qu’un aspect du personnage, une facette qui entrait en opposition avec une autre. J’ai alors un peu laissé tomber l’itinéraire de Lalouet, mais souvent il me revenait en mémoire.

Lalouet au SHD 

Et puis il y a eu cette journée passée aux Archives de la Défense à Vincennes. J’avoue avoir eu du mal à me repérer dans ce type d’archives nouvelles pour moi, et je ne peux que remercier encore une fois ceux qui m’ont aidé à y trouver des références.

L’un des fonds que j’ai consulté ce jour-là contenait des lettres de militaires qui correspondaient avec des opposants à la guerre connus des autorités militaires, comme Pierre Monatte. Parmi les lettres, j’ai retrouvé des signatures connues, comme celle de Jean Cornec ou de sa future femme Josette Mazé, tous deux instituteurs opposés à la guerre. Et puis des lettres envoyées de Coëtquidan écrites par un certain Alfred Griot que j’ai découvert être en fait Alfred Rosmer. Enfin, j’ai retrouvé la signature d’un lieutenant : Jacques Lalouet ! Ses lettres sont clairement contre la guerre, il souhaitait en particulier organiser l’opposition minoritaire au sein de la Sfio.

Ce jour-là, je me suis dit que cela faisait trop longtemps que ce « mystérieux » militant était présent à la périphérie de ma recherche, qu’ il me fallait donc aborder de front le «cas» Lalouet.

 Et maintenant ?

Dans quelques jours je consulterai son dossier d’officier conservé au SHD de Vincennes, peut-être assez naïvement, je dois avouer que j’ai hâte. D’autant que j’ai découvert dans d’autres dossiers de ce type qu’il n’est pas rare d’y trouver des documents portant également sur la Seconde Guerre mondiale. Ce sera la première étape pour reprendre tout à zéro ! C’est comme ça que l’enquête va commencer sur le cas Lalouet. J’essayerai de vous tenir au courant



[1] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, Paris, Métaillé, 1995, p.43

Conférence à Lorient : «Y a-t-il une morale laïque ?» par Paul Ricoeur

extrait de « L’éveil du Morbihan », 16 juin 1939

Les récentes déclarations du ministre de l’éducation Vicent Peillon sur sa volonté de mettre en  place un enseignement de la «morale laïque» ont suscité de nombreuses réactions. Si on laisse de côté les déclarations de certains  commentateurs ou hommes politiques de droite – mais aussi de gauche-  qui révèlent davantage une méconnaissance de l’histoire de la laïcité en France et une tendance à manier des références historiques dans le seul but d’alimenter de vaines polémiques, on peut remarquer que la question de la « morale laïque » n’est en rien un thème nouveau. Il n’est sans doute d’ailleurs pas anodin que ce soit Vincent Peillon, grand connaisseur de l’histoire de la laïcité, des idées républicaines et du socialisme[1], qui en tant que ministre de l’éducation ait abordé ce thème. Cela peut légitimement d’ailleurs rassurer l’observateur de l’actualité et l’enseignant que je suis. Mais je voudrais surtout montrer dans ce billet que la question de la « morale laïque » est liée à l’histoire du socialisme en France et qu’il n’est pas inutile de s’y intéresser pour éclairer le débat actuel.

Laïcité et socialisme en Bretagne

                Ainsi, la laïcité est particulièrement importante pour les fédérations socialistes de Bretagne avant-guerre. C’est par exemple là qu’on trouve  souvent le plus grand nombre de militants des comités de défense laïque, qui sont très souvent également des militants de la Sfio, et l’identité socialiste semble intrinsèquement liée à l’idée laïque. En conséquence, la question de la morale laïque est très régulièrement abordée dans les publications socialistes, souvent d’ailleurs avec des arguments que l’on peut retrouver aujourd’hui. L’un des plus importants défenseurs de la laïcité en Bretagne est ainsi l’instituteur Joseph Rollo, responsable du SNI et militant socialiste dans le Morbihan[2]. Il tient une chronique sur la laïcité dans le journal de la fédération du Morbihan et participe nationalement aux discussions sur la laïcité, soit au sein du parti socialiste, soit dans les commissions syndicales. Son intransigeance sur les questions laïques et sur la défense d’une morale laïque  souvent définie comme antireligieuse rencontre toutefois quelques oppositions parmi les militants socialistes.

Ricoeur et la morale laïque

                L’un des militants, à son corps défendant d’ailleurs, qui se retrouve à la fin des années Trente, au cœur d’une polémique sur la morale laïque, est Paul Ricoeur, à l’époque jeune professeur de philosophie à Lorient. Militant socialiste actif, il est également au même moment marqué par un courant du christianisme social, fortement ancré à gauche et rassemblant autour de  Elie Gounelle ou d’André Philip avant tout des croyants protestants[3]. Pour Ricoeur, concilier le socialisme et le christianisme est tout à fait possible et il importe donc de réexaminer la place de la morale laïque dans l’idée socialiste mais plus globalement dans la pensée républicaine. Il aborde le problème dans une conférence faite à Lorient le 9 juin 1939.

Cette conférence déclenche une polémique avec le journal catholique proche des milieux de droite L’Éveil du Morbihan. C’est l’occasion pour le philosophe de mieux expliquer ses idées et de définir ce qu’il entend par «morale laïque ». Le contenu de sa conférence est résumé dans l’hebdomadaire de la fédération socialiste et lui-même dans la réplique qu’il formule contre le journal catholique revient sur ce qu’il a dit lors du 9 juin. On peut également retrouver plusieurs feuillets du brouillon, malheureusement incomplet, de cette conférence dans les archives du Fonds Ricoeur[4].

Dans sa lettre ouverte au rédacteur en chef du journal catholique qui l’a incriminé, Ricoeur explique sa pensée:

«  Si j’ai posé la question : ‘Y a-t-il une morale laïque ?’ c’était précisément pour dire que je refusais une réponse par un oui ou un non (…) J’ai dit dans ma conférence que la notion de morale laïque recouvre deux sens très différents ; que j’acceptais l’un et refusais l’autre : en un premier sens, c’est le fond moral commun, essentiellement pratique, sur lequel nous vivons tous, commun aux croyants et aux incroyants : voilà la morale laïque que l’école publique peut et doit enseigner. En un deuxième sens, ce sont les ‘systèmes’ de morale non religieuse ou antireligieuse que chacun peut adopter pour fonder et justifier ce fonds moral commun ; or ces systèmes que je refuse personnellement comme chrétien sont affaire de vie intérieure et non d’enseignement »[5].

Paul Ricoeur se réfère à une vision de laïcité qu’il rattache à Jaurès et s’oppose par contre à une vision intransigeante que Joseph Rollo défend au même moment. Cela n’implique pas pour autant qu’il rejette l’idée laïque qui est pour lui le fondement de la vie en commun et du fonctionnement de la république :

« Si je refuse personnellement l’idée d’une morale laïque au sens d’une foi, d’une mystique substituée à la foi religieuse, je crois qu’il existe un enseignement moral laïque fait des concordances pratiques des diverses mystiques qui ont fait l’Occident »[6].

Il s’inscrit également dans la doctrine officielle de la Sfio qui considère la religion comme relevant de la sphère privée et qui n’a aucun rôle à avoir dans la vie publique. De telles distinctions sont difficiles à comprendre pour les militants socialistes et laïques bretons à la même époque. Ils sont en effet très nombreux à associer la religion à la réaction, comme l’expression « cléricaux fascistes » le montre, et à ne voir dans le christianisme qu’un instrument d’exploitation du peuple qu’il importe de combattre. La position de Ricoeur s’explique aussi sans doute par son appartenance au protestantisme, très minoritaire en Bretagne. Il semble d’ailleurs que de nombreux protestants bretons aient pu avoir la même conception de la laïcité  et le même attachement au socialisme que le philosophe. On peut ainsi  en retrouver des exemples comme c’est le cas pour André Féat, jeune militant finistérien et qui avant guerre faisait des études de théologie pour devenir pasteur avant d’être victime durant la Seconde Guerre de la répression allemande.

                La conférence de Paul Ricoeur et les divers commentaires qui en découlent montrent donc que la question de la morale laïque n’est pas nouvelle et qu’il peut être profitable de se référer à l’histoire de la laïcité, comme les travaux de Jean Baubérot le permettent[7], pour mieux comprendre les enjeux actuels, plutôt que laisser libre cours à une argumentation erronée. C’est aussi ce que permet le très intéressant dernier billet de Marie Anne Paveau paru sur le carnet La Pensée du discours. C’est enfin un thème important de la pensée socialiste depuis le XIXème comme Vincent Peillon dans ses déclarations ou dans ses travaux a pu le rappeler et il n’est pas inutile de plonger dans le passé pour mieux comprendre le présent et l’avenir sur ce sujet comme sur d’autres.

Le thème du prochain billet : l’évocation par Louis L’Hévéder, député socialiste du Morbihan, d’un voyage en Allemagne à l’été 1939 quelques jours avant la déclaration de guerre.



[1] On peut se référer sur ce point à sa contribution « actualité du socialisme républicain : sécularisation, modernité et laïcité » parue dans l’ouvrage collectif dirigé par Juliette Grange et Pierre Musso, Les Socialismes, éditions le Bord de l’eau, 2012.

[2] Sur Rollo voir Jacques Girault «Joseph Rollo, dirigeant national du Syndicat National des Instituteurs (1935-1939)»Recherche Socialiste,  L’Ours Hors-série, n°42, mars 2008.

[3] Voir sur ce groupe le livre de Agnès Rochefort-Turquin, préfacé par Ricoeur,Front Populaire. Socialistes parce que chrétiens,Paris, éditions du Cerf, 1986.

[4] Fonds Ricoeur, bibliothèque de l’I.P.T., Paris, dossier PF9, boîte 38 «philosophie chrétienne». Le brouillon de cette conférence est incomplet mais permet de mieux en saisir le contenu. On peut également trouver dans ces archives des indications sur l’action de Ricoeur dans la fédération SFIO du Morbihan. Je remercie vivement Madame Catherine Goldenstein de m’avoir permis de consulter ces archives.

[5] Le Rappel du Morbihan, 24 juin 1939.

[6] Le Rappel du Morbihan, 3 juin 1939.

[7] Plusieurs travaux de Jean Baubérot abordent cette question, je ne citerais que trois d’entre eux, qui m’ont été utiles : son Que-Sais-Je ? sur L’  Histoire de la laïcité en France ; La morale laïque contre l’ordre moral, Paris, Le Seuil, 1997 et plus largement Le Retour des huguenots, Paris, Le Cerf, 1985, qui contient un chapitre sur les «pacifismes du christianisme social » très utile pour situer la pensée et l’action de Ricoeur dans les années Trente.