Archives mensuelles : octobre 2012

«Il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti »

Lalou, un ouvrier morlaisien mort lors de la bataille de la Marne ( Source : le site « Mémoire des Hommes »)

Un des petits plaisirs de la recherche lorsqu’on arrive à la rédaction de la thèse est de réussir à recouper des informations pour reconstituer des portions d’histoire et avancer dans la réflexion ; c’est aujourd’hui le cas. Je m’occupe plus particulièrement en ce moment des réactions des militants socialistes durant les premiers mois de la guerre. Nombreux sont dans cette période les soldats qui meurent au combat. Nombreux sont aussi les militants ouvriers qui en conséquence disparaissent des archives sans laisser de traces alors qu’ils commençaient à participer aux actions syndicales ou politiques au sein du mouvement ouvrier juste avant 1914. La Grande Guerre a bien souvent balayé tout cela, fauchant de nombreux jeunes socialistes et saignant à blanc l’ensemble du mouvement ouvrier, comme le reste de la société française. Au mieux, on retrouve leur nom dans la presse militante qui mentionne leur mort, mais dans la majorité des cas ils disparaissent ensuite de la mémoire du mouvement ouvrier sans laisser de traces.

Mais parfois on arrive à retrouver quelques bribes de cette mémoire malmenée par les années de guerre. Cela permet même de mieux comprendre les réactions des socialistes dans ces premiers mois d’une guerre qu’on espérait courte.

Dans les archives d’Yves Le Febvre, l’un des plus fervents bâtisseurs du socialisme en Bretagne avant 1914, on retrouve ainsi un discours, ou plutôt un brouillon de discours qu’il a prononcé à cette période. La date nous est inconnue mais ce brouillon est intitulé « Discours sur la tombe d’un jeune ouvrier morlaisien tué lors de la bataille de la Marne ». Malheureusement l’écriture de Le Febvre, d’autant qu’il s’agit d’un brouillon, ne permet pas de lire le nom de l’ouvrier en question. On perçoit facilement son prénom qui est Christian, mais le nom est illisible, « Valon» ? « Ralou» ? Impossible de déchiffrer. Impossible jusqu’à ce que ce matin je m’y attelle avec une idée nouvelle.

Le site «  Mémoire des hommes » répertorie l’ensemble des soldats tués durant la Première Guerre mondiale, mais pour interroger la base, il faut bien sûr avoir le nom de celui qu’ on cherche. Alors j’ai essayé une petite dizaine de noms, mais je n’ai obtenu aucun résultat. Et puis enfin j’ai eu une idée : entrer dans la base le prénom que je pouvais certifier être Christian, en espérant qu’il ne s’agissait pas d’un deuxième ou troisième prénom, ainsi que le département et entrer seulement la première lettre pour le nom, A, puis B, puis C, etc. Cela fonctionne : en interrogeant ainsi la base on obtient des résultats. Et arrivé à la lettre L, la réponse a été « Christian Lalou » mort le 15 octobre 1914. Voilà, c’était lui.

Que dit Le Febvre lors des funérailles ? Lalou était syndiqué, coopérateur à Morlaix. Il était aussi membre de la Sfio et le brouillon du discours indique «  socialiste et internationaliste, il a donné son sang pour la patrie française » en précisant qu’ «  il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti ». Yves Le Febvre, qui a quitté à cette date la Sfio mais reste attaché à la gauche, mentionne dans ce discours toutes les raisons qui expliquent pourquoi l’ensemble du mouvement ouvrier doit participer à l’Union sacrée pour défendre la France contre l’Allemagne.C’est évidemment un document important dans ma recherche, d’autant que le discours comporte 5 feuillets.

Surtout, je sais maintenant un peu mieux qui était ce jeune Morlaisien tué à la Marne : Christian Lalou, né en 1885, était soldat au 219e régiment d’infanterie. Il est mort suite à ses blessures le 15 octobre 1914. Dans mes sources, je n’ai pas d’autre discours en entier prononcé lors des funérailles d’un militant socialiste durant les premiers mois de la Première Guerre mondiale. Voilà pourquoi l’indentification de cet ouvrier me paraissait importante. L’enquête et la rédaction peuvent se poursuivre.

Faire parler le silence des blessures de guerre

comment étudier la fatigue de la guerre?

Je viens de lire une enquête parue dans Le Monde sur les soldats atteints de troubles psychiques après leur engagement en Afghanistan. On peut y découvrir des témoignages poignants sur  le stress post-traumatique et les conséquences psychologiques d’une participation aux combats. Cette enquête a une résonance particulière pour moi qui essaye d’étudier l’influence de la participation à la guerre pour des militants socialistes. En effet, si quelques études scientifiques existent sur ce phénomène, comme la remarquable étude de Louis Crocq, Les Traumatismes psychiques de guerre (1999), j’ai souvent eu l’impression qu’il était assez difficile d’étudier cette question, de connaître les blessures invisibles et de mettre au jour les troubles causés par le souvenir de la participation à la guerre. C’est pourquoi passer d’études historiques à des analyses actuelles permet de mieux saisir l’objet d’étude. L’auteure de l’enquête du Monde, Nathalie Guibert, écrit avec raison à propos des soldats et de leur entourage à propos du  stress post-traumatique « Faillir, c’est s’exclure. Dire, c’est trahir » ; cela montre que les sources historiques dans ce domaine sont rares et qu’il faut un traitement rigoureux de l’information disponible.

Après plusieurs lectures de cet article, je me suis simplement posé une question : quelle sont les informations que je possède réellement à ce sujet ? Si je laisse de côté les travaux théoriques, les études plutôt médicales et les quelques travaux historiques qui me permettent de saisir ce phénomène dans sa profondeur historique et dans sa complexité, je me rends qu’il n’y a pas grand chose à ma disposition. Il y a bien des œuvres de fiction qui mettent en valeur cet aspect – on peut penser à la scène finale de Capitaine Conan – mais l’historien doit peut-être se méfier de ce type de sources. Mesurer le stress post-traumatique des personnes qui sont au centre de ma recherche historique semble en réalité très difficile. Alors faut-il se contenter de quelques allusions vagues et générales et ne pas approfondir cet aspect ? L’approche biographique, presque au « ras du sol » pour reprendre une expression de plus en plus à la mode dans la recherche historique, me semble permettre d’aller plus loin dans l’analyse.

C’est au détour d’une mention rapide, d’un article retraçant la carrière d’un militant ou encore d’un dossier personnel que l’on peut approcher la réalité de cet impact psychologique de la guerre. Souvent ces mentions sont elliptiques, voire ont tendance à l’euphémisme lorsqu’elles mentionnent les traumatismes. Aussi faut-il rassembler les informations, se pencher sur quelques interstices que les documents semblent suggérer.

J’ai pour deux militants des informations plus précises à ce sujet. Dans le premier cas, il s’agit d’Hippolyte Pasquiou, un des leaders de la fédération socialiste des Côtes-du-Nord avant la Première Guerre mondiale et surtout après. Il a participé aux combats comme officier, puis en 1918 a repris son travail d’instituteur. Deux dossiers à son sujet sont disponibles, l’un expliquant sa carrière d’officier, l’autre relatant celle d’instituteur. On peut lire dans le premier des comptes rendus sur ses blessures reçues au combat, et puis également sur ce qui est nommé sa « fatigue » psychologique à la fin de la guerre. Dans le second, c’est au détour d’un rapport d’inspection que l’on peut découvrir quelques aspects des conséquences psychologiques des années de guerre. On mentionne en effet que ce très bon instituteur avant guerre, régulièrement très bien noté, a depuis la fin de la guerre moins de patience avec les élèves ; il est moins disposé à pratiquer avec envie et engouement son métier. Dans un des rapports, l’inspecteur tente d’ailleurs d’expliquer ce phénomène : si Pasquiou est considéré comme un moins bon instituteur, c’est à cause de sa participation à la guerre qui a amoindri sa patience et a miné son moral. C’est écrit tel quel, et cette phrase mérite sans aucun doute qu’on s’interroge précisément sur son contenu. Le second cas où il est clairement évoqué l’effet traumatique de la guerre concerne un autre instituteur des Côtes-du-Nord qui devient après guerre après un parcours sinueux inspecteur dans le Morbihan tout en continuant d’être militant socialiste. Il s’agit de Paul Vaillant, qui a par ailleurs durant quelques années rejoint le Pcf dès 1920. Dans un article du Rappel du Morbihan revenant sur son parcours, on relate son « caractère difficile », et on mentionne aussi rapidement ses colères, que l’on écrit être la conséquence de sa participation à la guerre. On voit donc qu’il est au moins possible de déceler l’impact de la Première Guerre mondiale en étudiant des parcours individuels, mais il faut se garder d’un côté des extrapolations et de l’autre prétexter une absence de sources pour ne pas évoquer le phénomène. Dans l’immédiat après-guerre on peut aussi mesurer les « blessures morales » de certains soldats qui étaient des militants en étudiant leur dossier militaire : c’est ainsi le cas de Joseph Le Meur, socialiste brestois qui est libéré après quelques mois de captivité en Allemagne et dont on dispose à son sujet de rapports médicaux mentionnant sa grande fatigue morale et décrivant les symptômes.

 Je suis enfin persuadé que face au choc post-traumatique causé par la Première Guerre mondiale, l’adhésion aux idéaux socialistes, ou à d’autres idéologies politiques, peut être une forme de résilience, mais là encore pour étayer cette hypothèse, il est nécessaire de chercher des informations dans les sources. La question des porosités entre les violences de guerre et l’utilisation de la violence dans un contexte de paix retrouvée est aussi plus largement posée dans cette optique.

                L’enquête parue dans Le Monde m’a obligé à interroger les sources dont je disposais pour l’étude des effets post-traumatiques de la guerre. J’ai aussi en mémoire les mois passés au Service de Santé lors de mon service militaire où j’ai pu beaucoup lire sur le sujet, mais aussi parfois en parler avec des médecins militaires, tout étonnés de trouver un appelé intéressé par ce thème. Cette semaine, j’ai aussi lu avec grand intérêt le dernier livre de l’historienne Michelle Perrot, La Mélancolie ouvrière, où elle restitue le parcours d’une militante ouvrière du début du XXème siècle. Cette enquête – l’auteure emploie le mot – interroge les sources et les silences du passé. Ce formidable livre m’a conforté dans l’idée de continuer à mener de mon côté mon enquête.

 

Mes erreurs et la tour d’ivoire

extrait du  » travailleur socialiste de l’Yonne » 10 avril 1915

Il est souvent difficile de faire la part des choses lorsqu’on est enseignant et apprenti chercheur en histoire. La première des activités oblige à consacrer le maximum de temps à la préparation et à la réalisation des cours, et en conséquence la seconde peut parfois être négligée. Mais ce ne sont pas les seules différences. Lorsqu’on est enseignant, « prof d’histoire » écrit-on souvent (comme si d’ailleurs la géographie n’existait pas !), on doit régulièrement plonger dans l’actualité du monde et à certaines périodes, comme en ce moment, entendre à longueur de journée : « ah c’est vrai qu’on enseigne plus çà ? » ou encore «  tiens il y a un livre qui vient de sortir sur les programmes d’histoire». Et là, je dois reconnaître qu’il m’est très difficile de rester dans la tour d’ivoire du chercheur même si j’ai cette thèse à finir. En effet, on parle beaucoup (on parle, on ne lit pas visiblement…) de livres qui viennent de sortir sur l’enseignement de l’histoire en France et sur ces supposées imperfections. J’ai dans un autre cadre fait le compte rendu d’un de ces livres L’Histoire fabriquée ? qui jouit d’une publicité médiatique dont l’auteur semble se régaler. J’en profite pour remercier ici publiquement les responsables dAggiornamento Histoire-géographie, et en particulier Laurence de Cock, d’avoir publié ce texte. L’auteur du livre n’a semble-t-il pas apprécié les remarques et essaye en conséquence de discréditer mes propres critiques. Et là, ce n’est plus le simple enseignant en Histoire-Géographie qui doit réagir, mais l’apprenti chercheur que je suis, et c’est pourquoi je le fais dans mon carnet de recherche, justement parce que je ne peux plus dans ce cas séparer mes activités.

L’attitude la plus raisonnable serait sans doute de se taire, d’autant que les multiples indications que l’on peut lire sur le net à propos de ce livre sont souvent accompagnées de commentaires plus ou moins amènes d’internautes aux opinions peu compatibles avec la poursuite d’une activité apaisée de recherche. Mais ce n’est pas grave, je prends le risque. Pour ensuite retourner dans ma tour d’ivoire, c’est-à-dire rendre compte ici de la progression de ma recherche de doctorat, et seulement cela.

Je le fais aussi après avoir lu une critique élogieuse du livre L’Histoire Fabriquée ? sur un site d’informations dont j’apprécie énormément le travail, à savoir le blog Guerres et conflits XIXe-XXIe s. qui est une véritable mine d’informations pour tout chercheur intéressé par l’histoire militaire. Je dois dire que lire cela m’a beaucoup perturbé, tant on ne semblait pas avoir lu le même livre et tant L’Histoire fabriquée affirme de choses bien légères sur la Première Guerre mondiale et  sur son enseignement !

Revenons aux critiques. Tout d’abord, et visiblement l’auteur du livre n’a pas dû bien lire mon compte rendu, ce ne sont pas seulement deux erreurs – fausses selon lui – que j’ai pu relever mais plus d’une dizaine ! Ce ne sont pas de simples «regrettables fautes d’orthographe » mais des erreurs, et j’insiste sur ce terme, qui révèlent que l’auteur n’a pas une bonne connaissance de la production scientifique en histoire. Mal orthographier des noms d’historiens, oublier de mentionner le nom de co-auteurs de livres, inventer des nationalités pour des historiens au prétexte qu’ils travaillent sur tel ou tel pays, cela fait quand même beaucoup pour un travail prétendument sérieux dont l’ambition est de révèler les erreurs des manuels scolaires ! Que des journalistes ne veuillent pas voir qu’écrire à répétition le nom Hannah Arendt avec une faute d’orthographe révèle une méconnaissance dommageable, libres à eux, mais tout lecteur un tant soit peu informé, peut douter de la qualité de l’ouvrage dans son ensemble. C’est aussi l’utilisation des sources qui posent problème : l’auteur du livre s’approprie des citations de documents qu’il ne semble pas avoir consultés ! Mais de tout cela, la réponse aux  critiques ne parle pas, c’est dommage.

Donc j’aurais moi-même « inventé » des erreurs dans le livre chroniqué ! Je dois dire que j’aurais accepté bien volontiers si cela était le cas, puisque les erreurs sont sans doute inhérentes à notre métier, le tout étant de le reconnaître lorsque c’est nécessaire.

 Tout d’abord j’ai évoqué un passage assez obscur du livre à propos du génocide arménien : j’ai peut-être mal compris mais l’auteur dans la même page dit une chose et son contraire ; je constate d’ailleurs avec plaisir qu’il s’est ensuite mieux informé et a lu un livre que je lui conseillais, je n’en dirais donc pas plus, si ce n’est qu’en effet il vaut mieux lire et s’informer plutôt que de lancer à la va-vite des arguments. J’aurais aussi, deuxième erreur de ma part, une méconnaissance du sort des députés SFIO durant la Seconde Guerre mondiale ! Si vous êtes un lecteur  habitué de ce carnet de recherches, vous goûterez comme moi l’ironie involontaire du propos. L’auteur du livre affirme avoir compté à partir du site de l’Assemblée Nationale, le nombre de députés socialistes accusés de collaboration. Bien, et les chiffres qu’il donne correspondent à ceux que donnent des chercheurs en qui j’ai davantage confiance, des historiens comme Jean Sagnes et Olivier Wierviorka. Mais dans ma critique, je voulais souligner davantage deux éléments problématiques : tout d’abord pourquoi ne parler que des « députés » et non pas des parlementaires ? Etonnant lorsqu’on souhaite voir en quoi les hommes politiques de la IIIème république peuvent être considérés comme responsables de la mise en place du régime de Vichy. Et surtout c’était l’expression choisie ,« collaboration parisienne», que je ne comprenais, et que je ne comprends toujours pas : selon l’auteur du texte 16 % des députés socialistes sont accusés de « collaboration  parisienne» mais cela signifie-t-il qu’ils ont collaboré avec les Allemands à Paris ? Et les autres ? Les députés socialistes proches de Vichy ? Est-ce que c’est les mêmes ? Le lecteur n’en saura rien, mais ce qui compte visiblement pour l’auteur du livre, c’est de montrer que des socialistes ont participé à la collaboration avec les Allemands ; il semble croire que je ne le sais pas, j’avoue que je trouve cela très drôle, parce qu’une partie de ma thèse cherche justement à étudier pourquoi une partie importante des socialistes ont pu accepter la fin de la République en juillet 1940. Je maintiens donc que dans l’Histoire fabriquée ? en ce qui concerne les députés socialistes durant la Seconde Guerre mondiale, il y a une imprécision et une méconnaissance qui ne permet pas une juste compréhension des évènements.

Mais tout cela, cette recherche en cours, je le fais en historien, pas en parangon d’une idéologie. Je suis sûr que l’auteur du livre pense que je ne suis qu’un professeur d’histoire et un chercheur qui est aveuglé par ses idées socialistes, communistes, ou gauchistes. De son côté, il semble avoir du mal à reconnaître que le contenu de son livre plaît particulièrement à une famille politique, à raison car tout a été fait pour que cela lui plaise. Là encore je voudrais répondre en chercheur : faire de l’histoire implique qu’on se plie à des règles scientifiques éprouvées. Ces règles, je les ai apprises et je les apprends encore dans de nombreux livres, chez de nombreux auteurs et l’écoute de nombreux historiens et chercheurs en sciences sociales. Je ne regarde pas leur coloration politique, et je m’en moque d’ailleurs, ce qui m’intéresse c’est l’apport que je peux en tirer pour mes propres recherches. Bien sûr, les rapports entre objectivité et subjectivité de la recherche sont plus complexes et méritent notre attention, mais je crois les avoir abordé avec honnêteté et esprit scientifique dans les billets du mois de juillet dans les Espaces réflexifs.

L’auteur de  L’Histoire fabriquée ?  a écrit un livre très peu intéressant et qui contient des erreurs énormes, c’est pour moi, et d’autres, un très mauvais livre. Je n’ai pas du tout voulu comme il le laisse entendre faire « un éloge indirect », mais comme à part le collectif Aggiornamento HG – et encore merci à eux de faire entendre la forte voix de la raison dans ce domaine- peu nombreux sont les critiques de ce livre, il m’a semblé important d’en souligner les insuffisances, en tant que professeur d’histoire-géographie, mais aussi maintenant en tant qu’apprenti-chercheur. Une fois rédigé ce billet, je crois qu’il faut maintenant  que je retourne justement à mes sujets de préoccupation scientifiques. J’espère cependant que l’auteur de ce livre n’utilisera pas à nouveau des arguments erronés (car malheureusement les erreurs ou insuffisances que j’ai relevées ne sont qu’une partie de ce qui peut être critiqué). Cela serait bien pour l’enseignement de l’histoire, et pour la pratique scientifique des historien-ne-s. Après cet écart, les prochains billets de ce carnet de recherches concerneront le parcours de militants socialistes dans la Première Guerre mondiale et aussi Louis L’Hévéder, un des députés socialistes qui a voté en faveur de Philippe Pétain en juillet 1940 ! On ferme la parenthèse.

«Un courant d’air démocratique»: le Front populaire et l’épuration des fonctionnaires

La récente nomination de nouveaux recteurs par le ministre de l’éducation Vincent Peillon a été l’occasion pour l’un des évincés de s’étonner avec fracas qu’il soit remplacé. Dans une lettre qu’il destinait aux personnels de l’académie de Lyon, Roland Debbasch manie avec peu d’élégance des arguments historiques expliquant qu’ « aussi étrange que cela puisse paraître, c’est la première fois depuis l’épuration consécutive à la Libération de la France, en 1944, qu’un recteur de l’académie de Lyon est relevé de ses fonctions à la suite d’un changement de gouvernement »[1]. S’il est exact que son prédécesseur de 1944, l’historien André Gain, a été remplacé à la Libération pour maréchalisme avéré, l’ancien recteur Debbasch semble oublié que son prédécesseur avait lui-même été remplacé pour des raisons politiques, bien que cela ne se soit pas fait à la suite d’un changement de gouvernement (voir cet article de Libération). Surtout le raccourci historique a une autre fonction : laisser sous-entendre que le gouvernement actuel outrepasse ses droits en faisant référence à une période sombre de notre histoire. S’il ne m’appartient pas de juger l’argumentation de l’ancien recteur, on peut toutefois constater que la question de l’ « épuration » des fonctionnaires a été posée dans un autre épisode historique, celui du Front populaire.

Le Front populaire et l’épuration des administrations

la question de l’ épuration des fonctionnaires est abordé dans cette brochure

Arrivée au pouvoir en 1936, la coalition de gauche doit prendre les rênes du pouvoir  alors que de nombreux hauts fonctionnaires, responsables militaires et importants commis de l’Etat sont très hostiles aux idées de la gauche et peu déterminés à défendre les institutions démocratiques. Il faut donc pour le gouvernement Blum se poser la question de l’épuration, qui prend son sens de procéder à l’élimination d’éléments indésirables dans une société ou un groupe durant la Révolution française, tout en s’inscrivant dans une continuité de l’Etat démocratique.

Une brochure rédigée en 1937 pour dresser un premier bilan de l’action du gouvernement de Front populaire aborde sans ambages la question .Tout d’abord il ne faut pas exagérer l’action du pouvoir de gauche dans ce domaine :

« Épuration, c’est peut-être la formule qui fut populaire. Mais elle est en partie impropre, surtout si on l’entend dans son sens le plus rigide. Quelques esprits furent enclins à se figurer qu’on allait assister à un véritable massacre de fonctionnaires de tous les ordres et de tous les grades »[2]

Et s’il est nécessaire de se débarrasser de ceux qui ne feraient pas preuve d’un « loyalisme indispensable vis-à-vis des institutions républicaines », il faut faire attention dans ce domaine à ne pas prendre des décisions arbitraires, mais quelques mesures s’imposent selon le Front populaire:

« Des mesures importantes ont été prises et sont  renouvelées de temps en temps pour faire passer à tous les degrés des administrations un courant d’air démocratique qui doit assainir l’atmosphère(…) l’œuvre d’épuration, de démocratisation des grandes administrations, pour aussi nécessaire qu’elle soit, ne saurait être l’œuvre d’un jour, ni de quelques mois. »[3]

La confrontation de deux mondes politiques

Pour mettre en place sa politique, et résister aux tentations autoritaires de l’époque, le gouvernement de Léon Blum a donc cherché à placer à la tête des administrations des personnalités respectueuses des institutions démocratiques et aptes à promouvoir la politique mise en place. Une telle pratique a pu rencontrer de nombreuses résistances. On peut le voir en particulier dans les archives militaires où les orientations du nouveau gouvernement ne sont pas très appréciés. Cela entraîne une confrontation de deux cultures que tout semble opposé. On peut en particulier le voir dans le compte rendu d’une visite du nouveau ministre de la marine, François Blancho à Brest en octobre 1936. Un rapport destiné à l’État-major s’étonne des pratiques qui ont eu cours lors de cette visite officielle : on s’offusque de voir des ouvriers accueillir les officiels en levant le poing et en chantant l’Internationale. Surtout l’attitude de l’ordonnance du ministre est condamnée en ces termes :

« C’est alors qu’on voit le lieutenant de vaisseau d’ordonnance de M.Blancho qui, en tenue civile, accompagne son chef, lever le poing à l’invitation de celui-ci.»[4]

Cet exemple nous illustre la difficulté que ces deux « mondes » – les responsables politiques de gauche d’un côté, l’État-major de l’autre –  ont à se comprendre à la fin des années Trente. Il est d’ailleurs intéressant d’un point de vue historique de chercher à analyser la confrontation du milieu de l’armée et du milieu de gauche lors du Front populaire. C’est un aspect de ma recherche en cours. Il est plus étonnant de voir qu’aujourd’hui, des dizaines d’années plus tard,certains hauts fonctionnaires semblent encore avoir du mal à respecter et comprendre l’alternance politique, signe s’il en est d’une vitalité de notre République.



[1] Lettre de M.Debbasch aux personnels de l’académie de Lyon, 28 septembre 2012.

[2] Le Gouvernement à direction socialiste, ses réalisation, sa politique, 1937, 93 p., p.80.

[3] Op.cit., p.81.

[4] SHD Vincennes, archives de la Marine, 1BB2