Archives quotidiennes :

Mes erreurs et la tour d’ivoire

extrait du  » travailleur socialiste de l’Yonne » 10 avril 1915

Il est souvent difficile de faire la part des choses lorsqu’on est enseignant et apprenti chercheur en histoire. La première des activités oblige à consacrer le maximum de temps à la préparation et à la réalisation des cours, et en conséquence la seconde peut parfois être négligée. Mais ce ne sont pas les seules différences. Lorsqu’on est enseignant, « prof d’histoire » écrit-on souvent (comme si d’ailleurs la géographie n’existait pas !), on doit régulièrement plonger dans l’actualité du monde et à certaines périodes, comme en ce moment, entendre à longueur de journée : « ah c’est vrai qu’on enseigne plus çà ? » ou encore «  tiens il y a un livre qui vient de sortir sur les programmes d’histoire». Et là, je dois reconnaître qu’il m’est très difficile de rester dans la tour d’ivoire du chercheur même si j’ai cette thèse à finir. En effet, on parle beaucoup (on parle, on ne lit pas visiblement…) de livres qui viennent de sortir sur l’enseignement de l’histoire en France et sur ces supposées imperfections. J’ai dans un autre cadre fait le compte rendu d’un de ces livres L’Histoire fabriquée ? qui jouit d’une publicité médiatique dont l’auteur semble se régaler. J’en profite pour remercier ici publiquement les responsables dAggiornamento Histoire-géographie, et en particulier Laurence de Cock, d’avoir publié ce texte. L’auteur du livre n’a semble-t-il pas apprécié les remarques et essaye en conséquence de discréditer mes propres critiques. Et là, ce n’est plus le simple enseignant en Histoire-Géographie qui doit réagir, mais l’apprenti chercheur que je suis, et c’est pourquoi je le fais dans mon carnet de recherche, justement parce que je ne peux plus dans ce cas séparer mes activités.

L’attitude la plus raisonnable serait sans doute de se taire, d’autant que les multiples indications que l’on peut lire sur le net à propos de ce livre sont souvent accompagnées de commentaires plus ou moins amènes d’internautes aux opinions peu compatibles avec la poursuite d’une activité apaisée de recherche. Mais ce n’est pas grave, je prends le risque. Pour ensuite retourner dans ma tour d’ivoire, c’est-à-dire rendre compte ici de la progression de ma recherche de doctorat, et seulement cela.

Je le fais aussi après avoir lu une critique élogieuse du livre L’Histoire Fabriquée ? sur un site d’informations dont j’apprécie énormément le travail, à savoir le blog Guerres et conflits XIXe-XXIe s. qui est une véritable mine d’informations pour tout chercheur intéressé par l’histoire militaire. Je dois dire que lire cela m’a beaucoup perturbé, tant on ne semblait pas avoir lu le même livre et tant L’Histoire fabriquée affirme de choses bien légères sur la Première Guerre mondiale et  sur son enseignement !

Revenons aux critiques. Tout d’abord, et visiblement l’auteur du livre n’a pas dû bien lire mon compte rendu, ce ne sont pas seulement deux erreurs – fausses selon lui – que j’ai pu relever mais plus d’une dizaine ! Ce ne sont pas de simples «regrettables fautes d’orthographe » mais des erreurs, et j’insiste sur ce terme, qui révèlent que l’auteur n’a pas une bonne connaissance de la production scientifique en histoire. Mal orthographier des noms d’historiens, oublier de mentionner le nom de co-auteurs de livres, inventer des nationalités pour des historiens au prétexte qu’ils travaillent sur tel ou tel pays, cela fait quand même beaucoup pour un travail prétendument sérieux dont l’ambition est de révèler les erreurs des manuels scolaires ! Que des journalistes ne veuillent pas voir qu’écrire à répétition le nom Hannah Arendt avec une faute d’orthographe révèle une méconnaissance dommageable, libres à eux, mais tout lecteur un tant soit peu informé, peut douter de la qualité de l’ouvrage dans son ensemble. C’est aussi l’utilisation des sources qui posent problème : l’auteur du livre s’approprie des citations de documents qu’il ne semble pas avoir consultés ! Mais de tout cela, la réponse aux  critiques ne parle pas, c’est dommage.

Donc j’aurais moi-même « inventé » des erreurs dans le livre chroniqué ! Je dois dire que j’aurais accepté bien volontiers si cela était le cas, puisque les erreurs sont sans doute inhérentes à notre métier, le tout étant de le reconnaître lorsque c’est nécessaire.

 Tout d’abord j’ai évoqué un passage assez obscur du livre à propos du génocide arménien : j’ai peut-être mal compris mais l’auteur dans la même page dit une chose et son contraire ; je constate d’ailleurs avec plaisir qu’il s’est ensuite mieux informé et a lu un livre que je lui conseillais, je n’en dirais donc pas plus, si ce n’est qu’en effet il vaut mieux lire et s’informer plutôt que de lancer à la va-vite des arguments. J’aurais aussi, deuxième erreur de ma part, une méconnaissance du sort des députés SFIO durant la Seconde Guerre mondiale ! Si vous êtes un lecteur  habitué de ce carnet de recherches, vous goûterez comme moi l’ironie involontaire du propos. L’auteur du livre affirme avoir compté à partir du site de l’Assemblée Nationale, le nombre de députés socialistes accusés de collaboration. Bien, et les chiffres qu’il donne correspondent à ceux que donnent des chercheurs en qui j’ai davantage confiance, des historiens comme Jean Sagnes et Olivier Wierviorka. Mais dans ma critique, je voulais souligner davantage deux éléments problématiques : tout d’abord pourquoi ne parler que des « députés » et non pas des parlementaires ? Etonnant lorsqu’on souhaite voir en quoi les hommes politiques de la IIIème république peuvent être considérés comme responsables de la mise en place du régime de Vichy. Et surtout c’était l’expression choisie ,« collaboration parisienne», que je ne comprenais, et que je ne comprends toujours pas : selon l’auteur du texte 16 % des députés socialistes sont accusés de « collaboration  parisienne» mais cela signifie-t-il qu’ils ont collaboré avec les Allemands à Paris ? Et les autres ? Les députés socialistes proches de Vichy ? Est-ce que c’est les mêmes ? Le lecteur n’en saura rien, mais ce qui compte visiblement pour l’auteur du livre, c’est de montrer que des socialistes ont participé à la collaboration avec les Allemands ; il semble croire que je ne le sais pas, j’avoue que je trouve cela très drôle, parce qu’une partie de ma thèse cherche justement à étudier pourquoi une partie importante des socialistes ont pu accepter la fin de la République en juillet 1940. Je maintiens donc que dans l’Histoire fabriquée ? en ce qui concerne les députés socialistes durant la Seconde Guerre mondiale, il y a une imprécision et une méconnaissance qui ne permet pas une juste compréhension des évènements.

Mais tout cela, cette recherche en cours, je le fais en historien, pas en parangon d’une idéologie. Je suis sûr que l’auteur du livre pense que je ne suis qu’un professeur d’histoire et un chercheur qui est aveuglé par ses idées socialistes, communistes, ou gauchistes. De son côté, il semble avoir du mal à reconnaître que le contenu de son livre plaît particulièrement à une famille politique, à raison car tout a été fait pour que cela lui plaise. Là encore je voudrais répondre en chercheur : faire de l’histoire implique qu’on se plie à des règles scientifiques éprouvées. Ces règles, je les ai apprises et je les apprends encore dans de nombreux livres, chez de nombreux auteurs et l’écoute de nombreux historiens et chercheurs en sciences sociales. Je ne regarde pas leur coloration politique, et je m’en moque d’ailleurs, ce qui m’intéresse c’est l’apport que je peux en tirer pour mes propres recherches. Bien sûr, les rapports entre objectivité et subjectivité de la recherche sont plus complexes et méritent notre attention, mais je crois les avoir abordé avec honnêteté et esprit scientifique dans les billets du mois de juillet dans les Espaces réflexifs.

L’auteur de  L’Histoire fabriquée ?  a écrit un livre très peu intéressant et qui contient des erreurs énormes, c’est pour moi, et d’autres, un très mauvais livre. Je n’ai pas du tout voulu comme il le laisse entendre faire « un éloge indirect », mais comme à part le collectif Aggiornamento HG – et encore merci à eux de faire entendre la forte voix de la raison dans ce domaine- peu nombreux sont les critiques de ce livre, il m’a semblé important d’en souligner les insuffisances, en tant que professeur d’histoire-géographie, mais aussi maintenant en tant qu’apprenti-chercheur. Une fois rédigé ce billet, je crois qu’il faut maintenant  que je retourne justement à mes sujets de préoccupation scientifiques. J’espère cependant que l’auteur de ce livre n’utilisera pas à nouveau des arguments erronés (car malheureusement les erreurs ou insuffisances que j’ai relevées ne sont qu’une partie de ce qui peut être critiqué). Cela serait bien pour l’enseignement de l’histoire, et pour la pratique scientifique des historien-ne-s. Après cet écart, les prochains billets de ce carnet de recherches concerneront le parcours de militants socialistes dans la Première Guerre mondiale et aussi Louis L’Hévéder, un des députés socialistes qui a voté en faveur de Philippe Pétain en juillet 1940 ! On ferme la parenthèse.