Archives quotidiennes :

Faire parler le silence des blessures de guerre

comment étudier la fatigue de la guerre?

Je viens de lire une enquête parue dans Le Monde sur les soldats atteints de troubles psychiques après leur engagement en Afghanistan. On peut y découvrir des témoignages poignants sur  le stress post-traumatique et les conséquences psychologiques d’une participation aux combats. Cette enquête a une résonance particulière pour moi qui essaye d’étudier l’influence de la participation à la guerre pour des militants socialistes. En effet, si quelques études scientifiques existent sur ce phénomène, comme la remarquable étude de Louis Crocq, Les Traumatismes psychiques de guerre (1999), j’ai souvent eu l’impression qu’il était assez difficile d’étudier cette question, de connaître les blessures invisibles et de mettre au jour les troubles causés par le souvenir de la participation à la guerre. C’est pourquoi passer d’études historiques à des analyses actuelles permet de mieux saisir l’objet d’étude. L’auteure de l’enquête du Monde, Nathalie Guibert, écrit avec raison à propos des soldats et de leur entourage à propos du  stress post-traumatique « Faillir, c’est s’exclure. Dire, c’est trahir » ; cela montre que les sources historiques dans ce domaine sont rares et qu’il faut un traitement rigoureux de l’information disponible.

Après plusieurs lectures de cet article, je me suis simplement posé une question : quelle sont les informations que je possède réellement à ce sujet ? Si je laisse de côté les travaux théoriques, les études plutôt médicales et les quelques travaux historiques qui me permettent de saisir ce phénomène dans sa profondeur historique et dans sa complexité, je me rends qu’il n’y a pas grand chose à ma disposition. Il y a bien des œuvres de fiction qui mettent en valeur cet aspect – on peut penser à la scène finale de Capitaine Conan – mais l’historien doit peut-être se méfier de ce type de sources. Mesurer le stress post-traumatique des personnes qui sont au centre de ma recherche historique semble en réalité très difficile. Alors faut-il se contenter de quelques allusions vagues et générales et ne pas approfondir cet aspect ? L’approche biographique, presque au « ras du sol » pour reprendre une expression de plus en plus à la mode dans la recherche historique, me semble permettre d’aller plus loin dans l’analyse.

C’est au détour d’une mention rapide, d’un article retraçant la carrière d’un militant ou encore d’un dossier personnel que l’on peut approcher la réalité de cet impact psychologique de la guerre. Souvent ces mentions sont elliptiques, voire ont tendance à l’euphémisme lorsqu’elles mentionnent les traumatismes. Aussi faut-il rassembler les informations, se pencher sur quelques interstices que les documents semblent suggérer.

J’ai pour deux militants des informations plus précises à ce sujet. Dans le premier cas, il s’agit d’Hippolyte Pasquiou, un des leaders de la fédération socialiste des Côtes-du-Nord avant la Première Guerre mondiale et surtout après. Il a participé aux combats comme officier, puis en 1918 a repris son travail d’instituteur. Deux dossiers à son sujet sont disponibles, l’un expliquant sa carrière d’officier, l’autre relatant celle d’instituteur. On peut lire dans le premier des comptes rendus sur ses blessures reçues au combat, et puis également sur ce qui est nommé sa « fatigue » psychologique à la fin de la guerre. Dans le second, c’est au détour d’un rapport d’inspection que l’on peut découvrir quelques aspects des conséquences psychologiques des années de guerre. On mentionne en effet que ce très bon instituteur avant guerre, régulièrement très bien noté, a depuis la fin de la guerre moins de patience avec les élèves ; il est moins disposé à pratiquer avec envie et engouement son métier. Dans un des rapports, l’inspecteur tente d’ailleurs d’expliquer ce phénomène : si Pasquiou est considéré comme un moins bon instituteur, c’est à cause de sa participation à la guerre qui a amoindri sa patience et a miné son moral. C’est écrit tel quel, et cette phrase mérite sans aucun doute qu’on s’interroge précisément sur son contenu. Le second cas où il est clairement évoqué l’effet traumatique de la guerre concerne un autre instituteur des Côtes-du-Nord qui devient après guerre après un parcours sinueux inspecteur dans le Morbihan tout en continuant d’être militant socialiste. Il s’agit de Paul Vaillant, qui a par ailleurs durant quelques années rejoint le Pcf dès 1920. Dans un article du Rappel du Morbihan revenant sur son parcours, on relate son « caractère difficile », et on mentionne aussi rapidement ses colères, que l’on écrit être la conséquence de sa participation à la guerre. On voit donc qu’il est au moins possible de déceler l’impact de la Première Guerre mondiale en étudiant des parcours individuels, mais il faut se garder d’un côté des extrapolations et de l’autre prétexter une absence de sources pour ne pas évoquer le phénomène. Dans l’immédiat après-guerre on peut aussi mesurer les « blessures morales » de certains soldats qui étaient des militants en étudiant leur dossier militaire : c’est ainsi le cas de Joseph Le Meur, socialiste brestois qui est libéré après quelques mois de captivité en Allemagne et dont on dispose à son sujet de rapports médicaux mentionnant sa grande fatigue morale et décrivant les symptômes.

 Je suis enfin persuadé que face au choc post-traumatique causé par la Première Guerre mondiale, l’adhésion aux idéaux socialistes, ou à d’autres idéologies politiques, peut être une forme de résilience, mais là encore pour étayer cette hypothèse, il est nécessaire de chercher des informations dans les sources. La question des porosités entre les violences de guerre et l’utilisation de la violence dans un contexte de paix retrouvée est aussi plus largement posée dans cette optique.

                L’enquête parue dans Le Monde m’a obligé à interroger les sources dont je disposais pour l’étude des effets post-traumatiques de la guerre. J’ai aussi en mémoire les mois passés au Service de Santé lors de mon service militaire où j’ai pu beaucoup lire sur le sujet, mais aussi parfois en parler avec des médecins militaires, tout étonnés de trouver un appelé intéressé par ce thème. Cette semaine, j’ai aussi lu avec grand intérêt le dernier livre de l’historienne Michelle Perrot, La Mélancolie ouvrière, où elle restitue le parcours d’une militante ouvrière du début du XXème siècle. Cette enquête – l’auteure emploie le mot – interroge les sources et les silences du passé. Ce formidable livre m’a conforté dans l’idée de continuer à mener de mon côté mon enquête.