Archives mensuelles : février 2013

«16 septembre.Pluie battante toute la journée»: tenter une micro-histoire de la guerre

couverture du JMO 87e RIT
couverture du JMO 87e RIT

Parmi les sources que je repousse souvent d’utiliser, il en est deux qui pourtant sont souvent très utiles, même si leur utilisation est très souvent fastidieuse. Il s’agit d’une part des délibérations de conseils municipaux, et d’autre part des JMO, les fameux Journaux de Marche et d’Opérations qui relatent, pour un grand nombre d’unités de l’armée française, les opérations effectuées durant la Première Guerre mondiale. Ces deux types de sources sont souvent en ligne, c’est en particulier le cas des JMO. En ce qui concerne les délibérations de conseils municipaux, les lire et les exploiter, c’est entrer dans le quotidien d’une ville avec tout ce que cela signifie de routinier : c’est foisonnant, très technique souvent mais on peut aussi comprendre beaucoup de choses surtout lorsqu’on étudie des parcours militants.

Le maire socialiste de Brest au combat

Sur un point, je savais qu’il me faudrait combiner ces deux types de sources : il s’agissait du parcours d’Hyppolyte Masson, le maire socialiste de Brest en 1914. Mobilisé, il a fait la guerre dans un régiment de l’infanterie territoriale, unité réservée aux plus âgés des mobilisables. Mais malgré son importance locale, je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait que très peu de choses sur son parcours durant la Première Guerre mondiale. Lui-même, d’ailleurs, ne semble pas avoir souvent évoqué sa participation à la guerre, contrairement à d’autres élus socialistes qui comme lui furent mobilisés. Il me fallait donc combiner les deux champs de la recherche en histoire, l’histoire politique du socialisme et l’histoire militaire, ce qui passait par l’utilisation croisée du JMO de son unité de rattachement et des délibérations du conseil municipal de Brest.

Mais le premier écueil – et ils furent nombreux- pour mieux connaître l’action de Masson durant la guerre fut de trouver son régiment ! La notice du Maitron explique en effet qu’il a effectué toute la guerre dans le 128e régiment d’infanterie territoriale. Donc a priori, cela semblait facile. Mais une chose me gênait : ailleurs, dans d’autres archives, j’avais trouvé qu’il était mobilisé non pas dans le 128e mais dans le 87e RIT ! Première question : comment en savoir davantage ? Un principe de réalité s’est imposé toutefois ici : tout d’abord le JMO du 128e RIT n’existe pas, et ensuite ce régiment a pour lieu d’implantation le sud de la France. Dans un premier temps, au moins, la mobilisation est conçue pour que chaque soldat rejoigne une unité dont la base est près de chez lui, donc cela semblait étonnant, surtout qu’a contrario le 87e RIT lui était établi à Brest. Donc j’ai décidé qu’il fallait mieux regarder de ce dernier régiment et laisser de côté la piste du 128e. Evidemment, cela peut paraître un détail, une erreur bien bénigne mais cela illustre également que les deux champs historiques – l’histoire militaire et l’histoire sociale- ne se croisent pas toujours, et je dois d’ailleurs reconnaître que j’ai encore bien du mal à me repérer dans les méandres de l’organisation militaire française durant le premier conflit mondial. Mais les deux chiffres différents peuvent s’expliquer par une légère confusion : le 87e RIT semble être à sa dissolution rattaché à la 128e division – et non pas régiment- d’infanterie, c’est du moins ce qui apparaît dans les dernières pages du JMO du 87e.

Ce que contient le JMO du 87e RIT

Bon, maintenant que j’avais appris cela, je pouvais lire ce fameux JMO. Le site Mémoire des Hommes présente ce corpus dans son ensemble en précisant bien plusieurs aspects : anonyme, mais rédigé par un officier de l’unité, le journal est dépourvu de «tout commentaire ou appréciation personnelle» et il obéit à des règles très strictes de rédaction. Aussi la lecture du journal du 87e RIT allait me réserver quelques surprises. Je l’ai lu puisque le maire de Brest était mobilisé dans ce régiment dès août 1914 et le journal permet d’entrer dans le quotidien du régiment.

Les territoriaux qui le composent arrivent dans les premiers jours d’août et sont répartis dans plusieurs bataillons soit à Ouessant, soit dans la presqu’île de Crozon. C’est le moment où l’encadrement se met en place, mais ce qui ressort, c’est toutefois une organisation assez difficile :

« 21 août

Il est difficile de se procurer de la paille, la récolte n’étant pas faite ; il faut faucher et battre ; de même pour les pommes de terre ; pour en avoir, il faut d’abord les récolter ; difficultés aussi pour la viande (…) L’habillement est de bonne qualité, mais mal ajusté (…) les capotes sont trop courtes et les pantalons trop longs »

De nombreux hommes sont pressés de rejoindre le front, mais on répond que le 87e est un régiment de forteresse et doit pour le moment rester en place sur les côtes bretonnes. L’ordre de partir arrive le 24 août, d’abord direction Paris puis le front. Le régiment change de lieu tous les jours entre fin août et début septembre sans participer aux combats. Le 15 septembre, le régiment complété par l’arrivée des derniers permissionnaires qui étaient restés dans un premier temps à Brest, s’établit à Dammartin :«Dammartin a été en partie pillé par les maraudeurs. La population attribue ce pillage aux troupes de passage. L’accueil est y plutôt froid. ». Le lendemain, les soldats découvrent pourquoi ils sont arrivés là :

« 16 septembre. Pluie battante toute la journée.

Alors commence pour le régiment la lugubre corvée de l’ensevelissement des morts. Ils sont là depuis 8, 10 ou même 12 jours. Et la bataille de la Marne a été terrible. Au bas mot 8000 ou 10 000 morts, au deux tiers des Français. Une compagnie française a été surprise à la ferme Roujon en état d’ivresse. Elle a été égorgée. Un détachement de la même force a été massacré dans les mêmes conditions au château de Ponchard. Ce sont des zouaves. Il a été anéanti. Nos pauvres petits soldats ont tous été dévalisés par des maraudeurs depuis qu’ils gisent sur le champ de bataille. Leurs poches de pantalon sont retournées ou coupées. »

C’est donc le premier vrai contact avec la guerre pour le 87e RIT et le rédacteur du journal évoque ensuite l’attitude des territoriaux chargés d’enterrer les morts après les combats très violents:

«Nos petits Bretons accomplissent pieusement ce triste et répugnant devoir. MM les officiers et MM les docteurs leur montrent l’exemple. Que c’est triste la guerre ! Surtout quant on l’ausculte froidement sur un champ de bataille vieux de 10 jours. Les chevaux exhalent une odeur pestilentielle, près de laquelle celle des hommes n’est rien. »

On peut voir dans ces extraits que la règle officielle qui fait du JMO un compte rendu purement objectif des faits ne semble pas ici du tout respectée, l’auteur des lignes laissant entrevoir bien des appréciations personnelles. Les jours suivants, le régiment poursuit cette tâche, l’auteur du JMO se plaint du manque de soutien logistique. A la fin du mois de septembre, les combats sont très proches du cantonnement du régiment :

« 28 septembre

Depuis huit jours on entend le canon (grosses pièces) ; mais on ne marche plus au canon on est pendu au bout d’un satané fil qui vous transmet des ordres que le fil soit rompu, le régiment ne sera pas là. Aussi tout le monde écoute avec énervement et anxiété le bruit de la grosse caisse ; il faut de temps en temps un téso méo, ou quelque gaudriole pour ragaillardir nos pontifiants petits Bretons. Ils vous regardent alors avec leurs grands yeux fidèles, ni chair ni poisson ; ils semblent réfléchir avant de rire, mais quand ils ont bien ri, ca va bien. On les ferait pleurer de même ; mais ne touchons pas cette corde.»

J’ai ensuite lu en entier ce JMO: on peut continuer à y découvrir les nombreuses réflexions de l’auteur, des descriptions du comportement des soldats, le tout écrit avec un ton qui me semble assez éloigné de la sécheresse d’autres JMO et de la distance entretenue par certains officiers qui rédigent ce type de documents.On y découvre en particulier de très nombreuses indications sur les Bretons en guerre et de nombreuses réflexions sur le conflit.

Mais il faut continuer à chercher

Hyppolyte Masson est mobilisé dans ce régiment dès 1914. Il a donc vécu ces faits, il a logiquement sans doute vu ce que raconte le JMO, les premiers jours effroyables au front comme les milliers d’autres petits évènements que l’on peut y lire. C’est du moins ce que je pensais, mais non, du moins pour les premières semaines. J’ai voulu en effet vérifié sa présence et en consultant les délibérations du conseil municipal de Brest en septembre 1914, j’ai pu voir qu’en réalité le maire, même mobilisé, est toujours là à présider le conseil. Au moment où les autres soldats du 87e RIT ramassent les cadavres, Masson est encore dans sa ville. Ce n’est que quelques semaines plus tard qu’il est indiqué qu’il est absent pour cause de mobilisation, remplacé par son adjoint Ernest Hervagault. Sa situation est d’ailleurs évoquée au sein du gouvernement où l’on s’interroge pour savoir s’il faut le mobiliser au front ou le maintenir comme maire. Début octobre, le préfet maritime de Brest s’insurge contre lui affirmant qu’il continue de se comporter en maire alors qu’il est sous les drapeaux et qu’il n’en a en conséquence pas le droit, en particulier en ce qui conserve les missions de police du maire. Les relations entre les deux hommes sont de toute façon détestables car à plusieurs reprises avant guerre le maire socialiste a remis en cause l’autorité du préfet maritime et il a souvent mis en avant son antimilitarisme. Toujours est-il qu’à la fin de l’année 1914, Masson est au front et qu’il revient à quelques reprises en Bretagne lors de permissions. On en retrouve les traces dans des rapports de police qui mentionnent les réunions de militants qui se déroulent lors de ses permissions. Quant à connaître son parcours de soldat une fois qu’il a rejoint le front, sur ce point il faut que je contente pour le moment de ce que dit le JMO.

Plus globalement, on peut voir ici que restituer un parcours de guerre, ou plutôt que faire une micro-histoire de la guerre, peut se révéler une entreprise difficile à mener. Il ne faut pas en particulier considérer que ce que l’on trouve, ce que l’on affirme, est le reflet exact de la réalité. J’aurais pu en effet penser, affirmer que Masson avait vu les horreurs de la guerre en septembre 1914 tel que le relate le JMO de son régiment. Mais non, il n’était pas là à ce moment. D’autres archives (en particulier celle de Jules Guesde conservés à Amsterdam) permettent d’affiner le parcours de Masson dans les premiers mois de la guerre. Elles existent, et c’est tant mieux. Sans doute aussi que d’autres archives seront un jour utilisées et pourront compléter ce que je relate ici. Peut-être aussi qu’elles n’existent pas, et dans ce cas il faudra se satisfaire des recoupements ici esquissés. Dans tous les cas, cela rappelle que l’historien-ne doit avancer prudemment et qu’on ne doit jamais considérer que ce qu’il raconte est définitif.

« Avec vous de tout cœur. Munitions pour la paix !»: La Révolution Prolétarienne et le mouvement ouvrier en Bretagne

Dans ce numéro de septembre 1935, la RP contient un article sur les émeutes de Brest

J’exploite avec un grand intérêt en ce moment la revue La Révolution prolétarienne qui est disponible sur Gallica. J’avais vu il y a quelques mois que cette revue était en ligne, mais il manquait alors de nombreuses années ; c’est dorénavant presque complet puisqu’il manque seulement deux années (1928 et 1930) mais on peut supposer que cela sera bientôt également mis en ligne.

La Révolution prolétarienne a été fondée en 1925 par Pierre Monatte et incarne l’opposition de gauche au Pcf dans l’entre-deux-guerres pour se rapprocher ensuite du syndicalisme révolutionnaire, comme le sous-titre l’indique («revue bimensuelle syndicaliste révolutionnaire »). On y retrouve la signature de nombreux militants et intellectuels connus pour être très critiques vis-à-vis des grandes organisations du mouvement ouvrier, que ce soit le Pcf, la Sfio ou la Cgt, tout en participant pour chacun d’entre eux aux actions du mouvement ouvrier durant cette période. Leur regard, souvent acerbe mais très bien informé, en fait une source indispensable pour la connaissance de ces organisations et des mouvements sociaux de l’époque.

Trois raisons plus particulièrement me semblent expliquer mon utilisation actuelle de cette revue. Tout d’abord on y trouve de longs reportages sur tel ou tel mouvement de grève qui a lieu dans toute la France et en ce qui concerne la Bretagne, on peut ainsi lire de très bons articles sur les grèves dans les usines sardinières de Douarnenez, sur l’affaire des normaliens de Quimper ou encore sur les journées d’août 1935 à Brest qui ont marqué l’histoire du mouvement ouvrier dans cette ville. De tels reportages, souvent très longs et détaillés, donnent une vision complémentaire, et parfois plus complète, aux autres sources que l’on peut disposer sur le sujet.

Mais lire la Révolution prolétarienne, qui a priori n’a rien à voir avec la Sfio, permet également de disposer d’informations sur les lecteurs de cette revue et sur des militants qui sont pour certains liés peu ou prou au milieu partisan socialiste. On trouve en effet parmi les lecteurs de cette revue de très nombreux instituteurs bretons qui sont des acteurs importants du mouvement ouvrier dans cette région. Disposer, par les informations contenues dans cette revue, de données parfois difficiles à trouver ailleurs, est une aide précieuse pour l’avancée de mes travaux. Ainsi les instituteurs Cornec, Drapier, Allot, ou bien encore Rollo comptent parmi les auteurs d’articles de la revue. Il ne faut pas non plus négliger les courriers adressés à la revue qui sont souvent publiés et que se révèlent parfois être des militants bretons, comme cet instituteur, Kersulec, dont on publie le court encouragement dans le numéro du 25 octobre 1938 : « avec vous de tout coeur. Munitions pour la paix ! ». Enfin, on dispose régulièrement des comptes de la revue qui sont publiés. On peut ainsi voir qu’à la fin des années Trente, la revue a 10 abonnés dans les Côtes du Nord, 20 dans le Finistère, 6 dans l’Ille-et-Vilaine et 7 dans le Morbihan, soit en tout plus de 40 abonnements sur un total de 1200. Mais la moitié des abonnements concerne Paris et sa banlieue, et du coup si on prend en compte l’ensemble de ces données, on peut affirmer que les départements bretons disposent d’un chiffre relativement important d’abonnés, qu’il faut surtout mettre en lien avec l’ensemble du mouvement ouvrier, peu organisé dans cette région et minoritaire en tout cas dans la sphère politique. C’est toute l’importance de ces enseignants syndicalistes révolutionnaires dont Claude Pennetier a établi un portrait collectif, que l’on mesurer à la lecture de La Révolution Prolétarienne.

Enfin, cette revue contient de nombreux articles d’analyse sur les problèmes de la guerre et la paix. D’une ligne farouchement pacifiste, la RP comme on dit alors, s’oppose à toute forme de nouvelle union sacrée ou encore à toute forme de guerre préventive contre le fascisme et le nazisme. C’est d’ailleurs sur ce point que la lecture devient passionnante et en même temps douloureuse, tant de nombreux militants comme Jean Barrué ou Robert Louzon se montrent partisans de l’ultra-pacifisme au détriment de toute autre considération en se laissant aller à des remarques parfois positives à l’encontre du nazisme ou encore en laissant poindre comme dans les articles de Robert Louzon un antisémitisme qui a été bien mis en évidence dans les travaux de Michel Dreyfus. On peut surtout y lire une focalisation de ces militants sur la Première Guerre mondiale et sur ce qu’ils nomment avec d’autres la trahison des responsables syndicaux et socialistes à partir d’août 1914. De tel propos sont tenus par celles et ceux qui ont vécu la guerre, comme Monatte, mais aussi pour les militants qui m’intéressent plus particulièrement par Joseph Rollo ou Jean et Josette Cornec. Ils sont aussi bien souvent au cœur de l’argumentaire militant pour d’autres qui sont nés après cette guerre, ce qui illustre l’importance de 14-18 comme référence y compris lorsque l’on est issu d’une génération postérieure. Cela renforce tout l’intérêt que je peux porter à la lecture de cette revue qui recèle donc d’informations à propos de mon sujet.

Je n’ai pas fini de lire et d’exploiter tous les numéros de cette revue qui est par chance disponible en ligne (Merci Gallica!), peut-être y trouverais-je encore d’autres informations nouvelles. Je vous invite à aller lire par vous-même cette revue qui a marqué l’histoire du mouvement ouvrier dans son ensemble. Par ailleurs, dans quelques semaines, je reviendrai dans ce carnet de recherche sur un centenaire qui ne fait pas la Une : il ne s’agit ni du centenaire de Ricoeur né en 1913, ni du centenaire du premier conflit mondial qui commence à prendre quelque ampleur. Mais en mars 1913, la Sfio tient son congrès annuel à Brest ! Congrès important au moment où le parti se lance dans une campagne de masse contre la loi des trois ans , mais congrès écourté pour plusieurs raisons, l’absence de beaucoup de leaders socialistes retenus à la Chambre y étant pour beaucoup. Ce centenaire sera l’occasion pour moi de faire le point sur ce qu’est la Sfio en Bretagne en 1913.