Archives mensuelles : avril 2013

De passage à Marseille (2013) pour revenir à Brest (1913): l’historien n’est pas un antiquaire !

C’est donc le centième billet de carnet. Après celui là, il y  aura une pause. Parce qu’il me faut écrire de nombreuses autres choses, sur d’autres supports, parce qu’il me faut surtout écrire la suite de la thèse, et comme le temps n’est pas une donnée extensible, je pense qu’il faudra attendre longtemps pour le 101ème billet.

«La qualité maîtresse de l’historien» (M.Bloch)

Ce  100e billet ne pouvait évidemment que parler d’un centenaire, celui du congrès de la Sfio à Brest en 1913. J’avais prévu d’aborder ce congrès sous plusieurs aspects mais  faute de temps, ce ne sera pas pour tout de suite. J’ai récolté de nombreuses informations sur ce congrès, de quoi avancer dans ma recherche, de quoi aussi mieux comprendre certains pans de la culture militante des socialistes avant 1914. Mais je crois que j’ai aussi appris beaucoup, peut-être de façon plus étonnante, sur ce congrès dans un autre cadre. C’est ce que je voudrais évoquer ici.

J’ai déjà abordé dans la #Villa réflexive la question de l’engagement et de la distanciation dans la pratique de l’histoire. C’est une question importante à mes yeux, tant il me paraît difficile de déconnecter l’histoire de mes autres activités. Marc Bloch dans le formidable Apologie pour l’histoire explique parfaitement ce que je pense à ce sujet : relatant un propos d’Henri Pirenne, il explique ce qu’est la qualité maîtresse de l’historien :

« J’ai déjà ailleurs rappelé l’anecdote : j’accompagnais, à Stockholm, Henri Pirenne ; à peine arrivés, il me dit : «  Qu’allons-nous voir d’abord ? Il paraît qu’il y a un Hôtel de Ville tout neuf. Commençons par lui. »Puis, comme s’il voulait prévenir un étonnement, il ajouta : «  Si j’étais un antiquaire, je n’aurais d’yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis un historien. C’est pourquoi j’aime la vie. » Cette faculté d’appréhension du vivant, voilà bien, en effet, la qualité maîtresse de l’historien.»[1]

J’adore ce passage qui explique parfaitement ce que je pense à ce sujet. Pour faire de l’histoire, il faut avant tout être dans la vie.

Le passage par Marseille 2013

s'engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR
s’engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR

Alors que je travaillais plus particulièrement sur le congrès socialiste de 1913, j’ai participé il y a quelques semaines au congrès du syndicat dans lequel je milite. Le parallèle des situations fut très intéressant. Il ne s’agissait pas du tout pour moi de faire lors de ces trois jours de congrès une observation participante avec un regard de scientifique. Il n’y avait là que de l’engagement, aucune distanciation, et ce fut d’ailleurs très réjouissant. Discuter avec d’autres militantes et militants, découvrir les arcanes du fonctionnement du congrès syndical, expliquer pourquoi on est là, et parfois sentir le frémissement de participer à une œuvre collective, ce sont autant de moments vécus lors de ce congrès. Je sais aussi que cette expérience m’a permis ensuite de lire mes archives avec un œil neuf, de m’arrêter sur des points qui étaient passés inaperçus, de poser de nouvelles questions afin d’enrichir l’étude en cours. Comme l’écrit Gérard Lenclud :

« On se hasardera à avancer qu’observation ethnographique et historique ne se distinguent, avec quelque netteté, que dans les procédures mises en œuvre pour commuer des observables en objets de connaissance. Et ces distinctions, dans les problématiques et le langage conceptuel, sont seulement de type «plus » ou «  moins ». Si les anthropologues et les historiens ont les mêmes yeux pour voir, ils ne disposent pas à ce jour du moins, des mêmes lunettes intellectuelles pour observer. Ils n’observent donc pas tout à fait du même œil. Rien n’oblige à croire qu’il en sera ainsi demain. »[2]

Impossible en conséquence de séparer mes activités, comme l’affirmait Pirenne, être historien c’est aimer la vie. Je ne peux qu’être reconnaissant aux personnes avec qui j’ai beaucoup échangé lors des trois jours de congrès à Marseille pour tout ce que cela m’a apporté.

Et maintenant ?

Pendant plus de deux ans, ce carnet m’a servi de béquille pour avancer dans ma recherche. J’ai découvert tous les bienfaits de cette forme publique d’écriture historique non définitive, de cette avancée dans la recherche en tâtonnant par l’écriture des billets. J’ai aussi découvert qu’il y avait des lectrices et des lecteurs qui trouvaient parfois cela intéressant. C’est donc le moment de vous remercier avant d’entamer une pause qui durera peut-être un temps assez long, ou peut-être pas ! Citant Meyerson, Jean-Pierre Vernant disait souvent qu’il fallait trois choses pour avoir une vie complète : une grande tâche, un grand espoir et un grand amour. Ce sera donc le principe des jours à venir !


[1] Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, A.Colin, 1974 ( réed.) , p.47.

[2] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013, p.68.

Ceci n’est pas du fascisme: observation ethnographique d’une manifestation

"Reconstitution" de Ph.Artières comme une source d'inspiration.
« Reconstitution » de Ph.Artières comme une source d’inspiration.

Une partie importante de ma recherche concerne les mobilisations collectives de l’entre-deux-guerres auxquelles des militants socialistes ont participé. Souvent se posent pour eux la question de la violence comme moyen d’action : son recours est alors bien plus rare qu’avant 1914, puisque l’ensemble de la Sfio s’inscrit plutôt dans un mouvement de participation active à la vie politique dans la période suivant la Grande Guerre, ce qui passe par une exclusion de la violence perçue comme anti-démocratique et par l’utilisation de pratiques partisanes régies par un processus pour employer l’expression de Norbert Elias de «civilisation des mœurs ». Pourtant dans le contexte particulier des années Trente, la question de la violence doit être réexaminée à l’aune de nouvelles considérations : face aux ligues d’extrême droite qui utilisent tout un répertoire d’actions marquées par le sceau de la violence, les militants socialistes doivent expérimenter de nouveaux moyens de riposte ; c’est le « socialisme actif » dont parle Serge Tchakhotine qui doit faire face à ce que les socialistes nomment le fascisme, et l’utilisation de moyens d’actions physiques ne sont dès lors plus exclus. On peut particulièrement le voir avec la mobilisation organise par Tanguy Prigent pour faire faire aux chemises vertes qui essayent de trouver du soutien à leur idéologie d’extrême droite dans les campagnes bretonnes.

Je fais cette remarque liminaire pour expliquer que je m’intéresse en conséquence à l’étude des manifestations violentes du point de vue historique. Mais se retirer du présent est toutefois difficile, et comme à d’autres reprises, je voudrais dans ce billet partir de l’actualité afin de progresser dans mon travail de rédaction de thèse. Il m’est en effet impossible de considérer que pour faire de l’histoire, il soit nécessaire de rester sourd et aveugle à la situation présente. On peut même penser que les frontières poreuses entre le passé et le présent, la dynamique d’une concordance des temps mobilisée pour mieux comprendre les deux époques, ou plus largement le travail par analogie, sont autant d’outils utiles à l’élaboration d’un récit historique plus pertinent.

Même si cette question mériterait un examen bien plus approfondi, je souhaite davantage faire part d’un retour d’expérience : puisque j’étudie des manifestations violentes fomentées par les ligues d’extrême droite, pourquoi ne pas aller voir de telles manifestations actuelles ? En effet, la loi sur le mariage pour tous, adoptée depuis seulement quelques minutes au moment où j’écris ses lignes, a suscité des réactions nombreuses dont plusieurs ont consisté en des manifestations où les débordements furent nombreux. Au lieu de condamner les violences, on a pu entendre plusieurs responsables politiques soutenir, au moins à demi-mot, de tels débordements. Il m’a paru donc utile d’aller voir par moi-même.

« J’aurais dû mettre une soutane »

Non il ne s’agit pas du tout pour moi de ridiculiser les manifestants qui ont participé à la mobilisation du dimanche 21 avril 2013.  C’est tout simplement une réflexion que je me suis faite en pensant au livre de l’historien Philippe Artières Vie et mort de Paul Gény[1]. Ce récit retrace l’enquête de l’auteur à Rome à propos du meurtre de son grand-oncle philosophe jésuite. Ce formidable livre d’histoire – et j’insiste sur le dernier terme ! – débute par l’achat d’une soutane, sans que l’auteur d’ailleurs ne sache vraiment répondre à la question du pourquoi. Dans un autre livre[2], pendant du premier, on peut d’ailleurs voir l’auteur, habillé de cette soutane, allant jusqu’à reconstituer le meurtre de Paul Gény. Je ne sais pas encore pourquoi mais ces livres m’ont beaucoup plu, non pas d’un simple point de vue esthétique ou émotionnel, mais parce qu’il touche du doigt le mystère de la création du travail de l’historien.

Donc dès le début de cette manifestation pour tous (sic), j’ai aperçu de nombreux ecclésiastiques  au milieu des manifestants, portant souvent ostentatoirement leur soutane. Cette présence de membres de l’Église catholique montre également un des aspects de la mobilisation des anti-mariage pour tous. En effet, le réseau de base dans certains cas semble être la paroisse catholique. Me rendant à la manifestation avec plusieurs groupes, j’ai en effet pu constater que ceux-ci s’organisaient par groupes affinitaires, aux liens forts préexistant avant la mobilisation. Paroisse, école privée, organisations de jeunesse, lieux de parole, sont autant de lieux de sociabilité qui sont mobilisées lors de cette manifestation. D’ailleurs, une des fonctions de ce rassemblement semble également d’être la mise en commun des informations reçues, entendues, dites depuis la dernière manifestation : il n’était pas rare d’entendre « tu as vu le mail ? », « tu as vu la vidéo sur le réseau ? » etc. , ce qui montre également l’utilisation de tous les moyens actuels de communication. Je retrouvais ce jour là une organisation efficace de la mobilisation reposant sur des réseaux catholiques préexistants comme on pouvait également le voir dans les années Trente en Bretagne.

Donc j’ai pensé « j’aurais dû mettre une soutane » pour me fondre dans le paysage, car il est évident que je me suis tenu à distance, il m’était impossible de me placer au milieu des manifestants. Rester sur le trottoir était déjà suffisant, faire de l’observation participante en « milieu hostile » n’est pas mon fort.

L’inversion des rites 

Décidément, vous allez croire que mes intentions sont polémiques ! Si je parle d’ «inversion», ce n’est pas pour évoquer une quelconque orientation sexuelle, mais plutôt pour aborder un point qui m’a étonné, avant de revenir sur la visibilité – ou plutôt l’invisibilité- de la violence, point de départ de mon expédition.

J’ai vu peu de symboles traditionnels de la droite réactionnaire lors de cette manifestation : quelques drapeaux tricolores avec le Sacré-Coeur, quelques pancartes aux slogans minorant le rôle de la démocratie, mais c’est tout. Cela ne correspondait en rien aux images que l’on a pu voir lors de précédentes manifestations où des intégristes catholiques, des militants affirmés de groupes d’extrême-droite, ou de farouches partisans de la Contre-Révolution étaient présents en nombre. Non, là il y avait pour tout dire bien plus de symboles pris dans le camp adverse mais revu à la sauce anti-mariage pour tous. Du bonnet phrygien au poing serré, de la main dessinée façon «Touche pas  à mon pote » au slogan « on ne lâche rien », c’est davantage à un plagiat des symboles que l’on pouvait voir. Cette inversion des rites de la manifestation me pose question : est-ce parce qu’il ne fallait pas apparaître comme une manifestation réactionnaire que les symboles de la droite tradi-catho ne sont pas utilisés ? Ou alors est-ce dû plus simplement à un manque de culture politique évident des organisateurs de la manifestation, pour qui tout symbole est bon à utiliser, bravant ainsi tout confusionnisme mais s’exposant aux impasses du « ni droite ni gauche » ?

Je n’ai pas approfondi la question car il me fallait revenir à mon propos : où est passée la violence dans tout ça ?

« Observation ethnographique, observation historique »

Je reprends ici le titre du premier chapitre du livre de Gérard Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison[3].S’interrogeant sur les différences entre l’observation ethnographique et l’observation historique, l’auteur analyse les composantes de la méthode historique et de la méthode anthropologique d’une façon très éclairante. Un peu comme pour  le livre déjà cité d’Artières, je considère que Lenclud apporte de précieuses aides pour mon travail en cours, sans que je puisse encore les cerner. Quoi qu’il en soit, il me paraissait ici d’ajouter à l’observation historique, une observation ethnographique.

Je n’ai vu aucune violence, et pourtant tout le monde en parlait. On prévenait par micro qu’il ne fallait pas être violent, tout le monde s’accordait à trouver l’ambiance bon enfant (et les enfants étaient en effet très nombreux) ; il y avait du côté des manifestants comme une volonté de dire et de montrer qu’ils n’étaient pas violents, tout comme ils n’étaient pas homophobes. Mais il ne faut pas être un observateur naïf pour autant : lorsqu’on affirmait dans le micro que les manifestants aimaient les homos, tout près de moi quelques jeunes s’insurgeaient « non nous pas trop…», et le service d’ordre mis en place par les organisateurs a dû interdire à des groupes de brandir telle ou telle banderole portant des slogans trop contestataires. La forte présence policière avait aussi réussi à dissuader les plus acharnés. Ce dimanche, à la différence des jours précédents, la violence n’était pas au rendez-vous, mais ce n’est pas pour cela qu’elle n’a pas été utilisée par de mêmes groupes lors de rassemblements précédents. À cette violence dans les rues, qu’il ne semble pas falloir réduire à quelques groupes d’extrême droite, s’ajoute une violence verbale qui n’a eu de cesse de s’exprimer ces jours derniers y compris au sein de la droite parlementaire. Deux jours avant, suivant les débats de l’Assemblée nationale, j’ai pu entendre un député reprendre mot à mot des idées que Charles Maurras développait à propos de la différence entre « le pays réel » et « le pays légal » et ce dimanche, une pancarte contenait la même référence. On se demande bien quelle « divine surprise » peuvent attendre celles et ceux qui reprennent les paroles de Maurras ?


[1] P.Artières, Vie et mort de Paul Gény, Paris, Seuil, 2013.

[3] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013

Un billet de transition: ralentir le mouvement et appuyer sur pause?

 

déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite
déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite

Il y a quelques jours je me suis rendu compte un peu par hasard qu’il y aura bientôt cent billets sur ce carnet de recherche ! J’ai trouvé cette information étrange, je ne croyais pas du tout en avoir  autant. Cela m’a obligé également à m’interroger à nouveau sur cette pratique publique d’écriture qui accompagne un travail souterrain de rédaction de thèse, et qui n’a rien d’évident pour de nombreuses personnes. Travail souterrain ? En ce moment c’est plutôt d’ailleurs un travail enlisé, une période où rien ne vient facilement et où les choses à écrire s’accumulent, avec le retard et toutes les autres petites contrariétés. J’avais prévu un programme de billets sur le centenaire du congrès de 1913 à Brest et je me suis arrêté en plein milieu comme presque à bout de souffle. Mais ce que j’aime aussi ici, c’est que cela n’a pas grande importance, ne pas tenir son planning ou arrêter d’écrire parce que cela ne vient pas. Du coup, ce carnet en ligne, comme les autres carnets de papier que j’ai sous le bras, permet aussi de pratiquer une forme particulière d’écriture, l’écriture-refuge, celle qui permet de vivre la période de « soudure » sans trop de difficultés, de continuer à avancer dans cette période de repli.

En ce moment la phrase qui est la plus difficile à entendre est « alors tu finis quand ta thèse ? ». Je ne sais pas mais le plus important, c’est que malgré tout, ça avance ! C’est pourquoi les deux prochains billets qui compléteront cette première série de 100 seront plus que les autres ancrés dans l’actualité, dans le présent, non pas parce que je considère dans un facile raccourci que l’histoire aide à comprendre le présent, mais tout simplement parce que c’est ce présent qui pour le moment est au centre de mes réflexions. Après, le travail de recherche pourra reprendre pleinement.

Le 99e billet s’intitulera « Ceci n’est pas du fascisme : observation ethnographique d’une manifestation ». Il faudra attendre au mieux dimanche soir pour le lire puisqu’il sera basé  sur la manifestation des anti-mariage pour tous qui aura lieu le même jour. Travaillant sur des manifestations de l’entre-deux-guerres, sur ces micro-dynamiques de mobilisations collectives qui parfois utilisent des actions violentes, il me paraît utile de confronter mon travail d’historien en cours à ce type de manifestations actuelles qui mobilisent de plus en plus des moyens radicaux.

Le 100e billet reviendra lui évidemment sur le centenaire du congrès socialiste de Brest en 1913 et aura pour titre : » De passage à Marseille pour revenir à Brest ». Là aussi je partirai du présent car je parlerai davantage d’un autre congrès récent auquel j’ai participé. Non pas que je souhaite évoquer réellement ce présent personnel : il s’agira plutôt d’interroger cette antienne un peu paresseuse du rôle de l’histoire comme clé de compréhension du présent . Le livre récent de Gérard Lenclud  L’universalisme ou le pari de la raison  sera dans ce domaine mon guide.

Il faudra ensuite aller au-delà du chiffre 100 et surtout trouver la réponse à cette fameuse question  » tu finis quand alors ta thèse ? ».