Archives quotidiennes :

Un billet de transition: ralentir le mouvement et appuyer sur pause?

 

déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite
déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite

Il y a quelques jours je me suis rendu compte un peu par hasard qu’il y aura bientôt cent billets sur ce carnet de recherche ! J’ai trouvé cette information étrange, je ne croyais pas du tout en avoir  autant. Cela m’a obligé également à m’interroger à nouveau sur cette pratique publique d’écriture qui accompagne un travail souterrain de rédaction de thèse, et qui n’a rien d’évident pour de nombreuses personnes. Travail souterrain ? En ce moment c’est plutôt d’ailleurs un travail enlisé, une période où rien ne vient facilement et où les choses à écrire s’accumulent, avec le retard et toutes les autres petites contrariétés. J’avais prévu un programme de billets sur le centenaire du congrès de 1913 à Brest et je me suis arrêté en plein milieu comme presque à bout de souffle. Mais ce que j’aime aussi ici, c’est que cela n’a pas grande importance, ne pas tenir son planning ou arrêter d’écrire parce que cela ne vient pas. Du coup, ce carnet en ligne, comme les autres carnets de papier que j’ai sous le bras, permet aussi de pratiquer une forme particulière d’écriture, l’écriture-refuge, celle qui permet de vivre la période de « soudure » sans trop de difficultés, de continuer à avancer dans cette période de repli.

En ce moment la phrase qui est la plus difficile à entendre est « alors tu finis quand ta thèse ? ». Je ne sais pas mais le plus important, c’est que malgré tout, ça avance ! C’est pourquoi les deux prochains billets qui compléteront cette première série de 100 seront plus que les autres ancrés dans l’actualité, dans le présent, non pas parce que je considère dans un facile raccourci que l’histoire aide à comprendre le présent, mais tout simplement parce que c’est ce présent qui pour le moment est au centre de mes réflexions. Après, le travail de recherche pourra reprendre pleinement.

Le 99e billet s’intitulera « Ceci n’est pas du fascisme : observation ethnographique d’une manifestation ». Il faudra attendre au mieux dimanche soir pour le lire puisqu’il sera basé  sur la manifestation des anti-mariage pour tous qui aura lieu le même jour. Travaillant sur des manifestations de l’entre-deux-guerres, sur ces micro-dynamiques de mobilisations collectives qui parfois utilisent des actions violentes, il me paraît utile de confronter mon travail d’historien en cours à ce type de manifestations actuelles qui mobilisent de plus en plus des moyens radicaux.

Le 100e billet reviendra lui évidemment sur le centenaire du congrès socialiste de Brest en 1913 et aura pour titre : » De passage à Marseille pour revenir à Brest ». Là aussi je partirai du présent car je parlerai davantage d’un autre congrès récent auquel j’ai participé. Non pas que je souhaite évoquer réellement ce présent personnel : il s’agira plutôt d’interroger cette antienne un peu paresseuse du rôle de l’histoire comme clé de compréhension du présent . Le livre récent de Gérard Lenclud  L’universalisme ou le pari de la raison  sera dans ce domaine mon guide.

Il faudra ensuite aller au-delà du chiffre 100 et surtout trouver la réponse à cette fameuse question  » tu finis quand alors ta thèse ? ».