Archives quotidiennes :

De passage à Marseille (2013) pour revenir à Brest (1913): l’historien n’est pas un antiquaire !

C’est donc le centième billet de carnet. Après celui là, il y  aura une pause. Parce qu’il me faut écrire de nombreuses autres choses, sur d’autres supports, parce qu’il me faut surtout écrire la suite de la thèse, et comme le temps n’est pas une donnée extensible, je pense qu’il faudra attendre longtemps pour le 101ème billet.

«La qualité maîtresse de l’historien» (M.Bloch)

Ce  100e billet ne pouvait évidemment que parler d’un centenaire, celui du congrès de la Sfio à Brest en 1913. J’avais prévu d’aborder ce congrès sous plusieurs aspects mais  faute de temps, ce ne sera pas pour tout de suite. J’ai récolté de nombreuses informations sur ce congrès, de quoi avancer dans ma recherche, de quoi aussi mieux comprendre certains pans de la culture militante des socialistes avant 1914. Mais je crois que j’ai aussi appris beaucoup, peut-être de façon plus étonnante, sur ce congrès dans un autre cadre. C’est ce que je voudrais évoquer ici.

J’ai déjà abordé dans la #Villa réflexive la question de l’engagement et de la distanciation dans la pratique de l’histoire. C’est une question importante à mes yeux, tant il me paraît difficile de déconnecter l’histoire de mes autres activités. Marc Bloch dans le formidable Apologie pour l’histoire explique parfaitement ce que je pense à ce sujet : relatant un propos d’Henri Pirenne, il explique ce qu’est la qualité maîtresse de l’historien :

« J’ai déjà ailleurs rappelé l’anecdote : j’accompagnais, à Stockholm, Henri Pirenne ; à peine arrivés, il me dit : «  Qu’allons-nous voir d’abord ? Il paraît qu’il y a un Hôtel de Ville tout neuf. Commençons par lui. »Puis, comme s’il voulait prévenir un étonnement, il ajouta : «  Si j’étais un antiquaire, je n’aurais d’yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis un historien. C’est pourquoi j’aime la vie. » Cette faculté d’appréhension du vivant, voilà bien, en effet, la qualité maîtresse de l’historien.»[1]

J’adore ce passage qui explique parfaitement ce que je pense à ce sujet. Pour faire de l’histoire, il faut avant tout être dans la vie.

Le passage par Marseille 2013

s'engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR
s’engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR

Alors que je travaillais plus particulièrement sur le congrès socialiste de 1913, j’ai participé il y a quelques semaines au congrès du syndicat dans lequel je milite. Le parallèle des situations fut très intéressant. Il ne s’agissait pas du tout pour moi de faire lors de ces trois jours de congrès une observation participante avec un regard de scientifique. Il n’y avait là que de l’engagement, aucune distanciation, et ce fut d’ailleurs très réjouissant. Discuter avec d’autres militantes et militants, découvrir les arcanes du fonctionnement du congrès syndical, expliquer pourquoi on est là, et parfois sentir le frémissement de participer à une œuvre collective, ce sont autant de moments vécus lors de ce congrès. Je sais aussi que cette expérience m’a permis ensuite de lire mes archives avec un œil neuf, de m’arrêter sur des points qui étaient passés inaperçus, de poser de nouvelles questions afin d’enrichir l’étude en cours. Comme l’écrit Gérard Lenclud :

« On se hasardera à avancer qu’observation ethnographique et historique ne se distinguent, avec quelque netteté, que dans les procédures mises en œuvre pour commuer des observables en objets de connaissance. Et ces distinctions, dans les problématiques et le langage conceptuel, sont seulement de type «plus » ou «  moins ». Si les anthropologues et les historiens ont les mêmes yeux pour voir, ils ne disposent pas à ce jour du moins, des mêmes lunettes intellectuelles pour observer. Ils n’observent donc pas tout à fait du même œil. Rien n’oblige à croire qu’il en sera ainsi demain. »[2]

Impossible en conséquence de séparer mes activités, comme l’affirmait Pirenne, être historien c’est aimer la vie. Je ne peux qu’être reconnaissant aux personnes avec qui j’ai beaucoup échangé lors des trois jours de congrès à Marseille pour tout ce que cela m’a apporté.

Et maintenant ?

Pendant plus de deux ans, ce carnet m’a servi de béquille pour avancer dans ma recherche. J’ai découvert tous les bienfaits de cette forme publique d’écriture historique non définitive, de cette avancée dans la recherche en tâtonnant par l’écriture des billets. J’ai aussi découvert qu’il y avait des lectrices et des lecteurs qui trouvaient parfois cela intéressant. C’est donc le moment de vous remercier avant d’entamer une pause qui durera peut-être un temps assez long, ou peut-être pas ! Citant Meyerson, Jean-Pierre Vernant disait souvent qu’il fallait trois choses pour avoir une vie complète : une grande tâche, un grand espoir et un grand amour. Ce sera donc le principe des jours à venir !


[1] Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, A.Colin, 1974 ( réed.) , p.47.

[2] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013, p.68.