Archives mensuelles : septembre 2013

«Une raie au beurre noir » ou le jour où tout a failli s’arrêter

Il y a des moments où on ne se sent pas du tout à la hauteur de la tâche à accomplir. Aujourd’hui fut un jour de cette nature. C’est arrivé en lisant le livre récent de Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? dont l’ambition est de relater une histoire sociale des combattants durant la Grande Guerre en étudiant plus particulièrement des textes d’intellectuels. Ces derniers, dotés d’un capital culturel les plaçant à l’écart du reste de la société française, ont porté un regard sur le peuple que l’historien décrypte avec brio. Parmi les 42 intellectuels concernés par l’étude, l’un d’entre eux Henri Jacquelin a plus particulièrement retenu mon attention. Très souvent cité dans l’ouvrage, ce témoin a en effet un profil qui ne pouvait que m’intéresser :

«  Parmi les témoins, le cas d’Henri Jacquelin est particulièrement instructif quant au rôle que tient l’environnement civil dans la prégnance de la thématique héroïque chez les intellectuels mobilisés en 1914. Le professeur de lettres socialiste est en effet atteint de typhoïde dès septembre 1914 (…) ancien maire de Quimper et fonctionnaire de l’Etat. »[1]

J’ai mis quelques temps à bien comprendre ce que l’historien écrivait mais il n’y avait pas de confusion possible : Jacquelin était avant 1914 maire socialiste de Quimper. Et je ne le savais pas ! En plus, le voilà participant à la Première Guerre mondiale, comme nous le révèle sa correspondance qui a été publiée par la suite[2] et sur laquelle s’appuie l’historien. Il fallait donc se rendre à l’évidence : d’une part, je n’avais jamais rencontré dans mes recherches ce militant socialiste, pourtant maire de la préfecture du Finistère ; d’autre part, je n’avais pas non plus connaissance de son parcours de combattant durant la Première Guerre mondiale. Et pourtant, mon sujet de recherche porte pour une grande partie sur les soldats socialistes de 14-18 originaires de la Bretagne ! Je me suis alors demandé comment de tels oublis étaient possibles. Il fallait se faire une raison : cet oubli remettait en cause toute ma démarche, tout l’édifice patiemment constitué ; sans doute qu’en conséquence, l’ensemble était trop bancal, sans doute aussi n’étais-je pas fait pour réussir un tel travail. Plutôt que de cumuler oublis, erreurs et insuffisances, fallait-il mieux se consacrer à d’autres activités, tout arrêter ! Hop, on ferme le blog, on range pour toujours les archives dans des cartons et l’écriture en cours restera à jamais inachevée car trop mauvaise. Et on oublie tout.

Quelques vérifications plus tard, cela se confirmait : Jacquelin était socialiste SFIO, on trouvait cette indication sur le site du CRID 14-18 et sur le site de la ville de Quimper, on indiquait que Jacquelin était le premier maire socialiste de la ville.

Donc il fallait tout arrêter.

Et puis une question toutefois restait présente : « comment est-ce possible ? ».

Et puis le « comment est-ce possible ? » est devenu un désespéré « c’est impossible ! ».

Henri Jacquelin n’a pas de notice biographique dans le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le Maitron. L’absence de biographie pour quelqu’un qui avant 1914 a une fonction de maire est assez rare dans ce dictionnaire de référence, mais des oublis sont toutefois possibles. Après tout, Jacquelin ne fut maire de durant deux années, ce qui est assez court. J’ai repris alors toute ma documentation, et je n’ai trouvé aucune mention sur lui, rien du tout. Il a fallu donc replonger dans la consultation de la presse militante de la SFIO. Rien dans l’Humanité, rien non plus dans Le Cri du peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère. Pourtant, la fonction de Jacquelin, qui plus est professeur au lycée de Quimper, aurait normalement due laisser des traces. Je me suis alors plongé sans grande conviction dans la presse locale que l’on peut consulter en ligne sur le site des Archives départementales du Finistère.

La situation devint ensuite beaucoup plus claire : Jacquelin avait été élu maire de Quimper fin octobre 1912 à la suite de plusieurs épisodes assez rocambolesques de la vie politique de la ville. Il avait été soutenu par des conseillers socialistes qui profitèrent de la situation pour affirmer leur existence face aux  autres conseillers municipaux, très divisés entre radicaux, libéraux et républicains. Ces divergences étaient avant tout liées des querelles de personnes. Mais le plus important était de pouvoir retracer le profil d’Henri Jacquelin : il n’est pas du tout adhérent à la SFIO, refuse l’étiquette socialiste ou même celle de radical-socialiste. Il se décrit comme un libéral, un intellectuel très éloigné des querelles politiques. Avec un certain humour, voici ce que le journal Le Citoyen écrit à son sujet juste après son élection :

« M. Jacquemin s’ignore, il se cherche, sans avoir encore réussi à se définir lui-même. Il est un peu républicain, beaucoup libéral passablement socialiste et chrétien, et pas du tout radical. Et maintenant si vous n’êtes pas fixés, vous n’avez qu’à entrer au restaurant et à vous commander une raie au beurre noir, agrémentée de persil et arrosée d’un filet de vinaigre rouge en guise de citron, et, vous y serez »[3]

 Je ne sais pas si finalement tout cela est rassurant, mais le point positif de mon côté, c’est qu’après cette découverte, tout continue !


[1] N.Mariot, Tous unis dans la tranchée ? Les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, p.285.

[2] Claire Jacquelin, De la rue d’Ulm au Chemin des Dames. Histoire d’un fils, trajectoire d’un homme, 1902-1918, Paris, L’Harmattan,2000.

[3] Le Citoyen, organe de concentration républicaine, 2 novembre 1912.