Archives mensuelles : octobre 2013

Les Bonnets rouges, le socialisme et la Bretagne: Histoire et mémoire (1900-1940)

 

Aujourd’hui, dimanche 27 octobre 2013, on peut lire en Une du Télégramme de Brest, un gros titre « La révolte des bonnets rouges ». Relatant la manifestation organisée à Pont de Buis dans le Finistère contre l’écotaxe par des paysans bretons et leurs soutiens, le journal se focalise ainsi sur un élément visible par tous de cette action de colère : les manifestants portaient tous un bonnet rouge, en mémoire de la révolte des Bonnets rouges de 1675, façon de  revendiquer une mémoire longue des mouvements collectifs contre l’impôt et d’intéresser par là-même les médias. L’observateur ne peut qu’être étonné pour cette forme d’action : le bonnet rouge, facilement assimilable en plus au bonnet phrygien, pourrait objectivement être perçu comme un symbole du peuple de gauche et non pas a priori  comme celui d’un mouvement hostile à une nouvelle taxe mise en place par un gouvernement socialiste. C’est sans doute que ce qui peut rassembler les deux mouvements de colère est une animosité  vis-à-vis du reste de la France et d’un gouvernement jugé trop centralisé. Ce type d’action serait alors destiné à montrer l’existence d’une « identité » bretonne en lutte contre une forme d’ « impérialisme» de l’Etat, unifiant les partisans de celle-ci, les opposants à un supposé « matraquage fiscal » du gouvernement actuel et d’autres personnes sensibles à la seule vue d’un bonnet de couleur rouge, couleur symbolique s’il en est d’un mouvement social populaire de gauche. Le tout sur fond de nombreux plans sociaux en cours dans la région.

Pourtant, il me semble nécessaire d’aller bien plus loin dans l’analyse en ne ciblant cependant qu’un aspect peut-être marginal : comment cette mémoire des Bonnets rouges a-t-elle été entretenue par la gauche bretonne dans la première partie du XXème siècle ? Ce sera mon interrogation de départ. Celle-ci s’ancre dans un questionnement bien plus large sur les pratiques militantes du milieu partisan socialiste dans ces années et sur l’étude d‘un imaginaire social et d’une mémoire collective des militants de la SFIO en Bretagne. Au final du coup, l’actualité n’est qu’un prétexte pour poursuivre la recherche et peu importe ce que je pense de la situation. L’événement actuel aiguise ma curiosité, mais ce qui prime, c’est une analyse historique.

La révolte de 1675

La révolte des Bonnets rouges de 1675 est un épisode de l’Ancien régime fréquemment étudié en histoire moderne. Au départ, on trouve une réaction hostile et violente à l’instauration d’une nouvelle taxe voulue par le pouvoir royal. Mais cette révolte du papier timbré est avant tout urbaine et dans les campagnes du Centre-Bretagne, un mouvement concomitant se déroule, les paysans se mobilisant non seulement contre les nouveaux impôts mais aussi contre les abus des seigneurs. Ceux qui portent un bonnet rouge comme signe distinctif entrent en lutte contre une oppression fiscale lointaine mais aussi toute proche. Quelques meneurs, comme Sébastien Le Balp, font de cette révolte un mouvement collectif assez bien organisé. Une répression sévère est rapidement mise en place par le pouvoir central et laisse des traces nombreuses dans les traditions orales dans cette région. Un très bon résumé de l’histoire de cette révolte est visible dans ce documentaire réalisé sous la houlette de l’historien Alain Croix . Plusieurs études historiques sont également disponibles comme le livre d’Yvon Garlan et de Claude Nières , Les révoltes bretonnes de 1675.Papier timbré et bonnets rouges ( Paris, éditions sociales, 1975) dont l’analyse est influencée par le courant dominant du marxisme à l’époque de la rédaction de l’ouvrage. Car cette révolte de 1675 a été également l’objet d’un débat historiographique important, j’y reviendrai tout à l’heure.

En ce qui concerne la mémoire de cette révolte des Bonnets rouges, quelques études comme celle d’Alain Croix[1], ou plus récemment celle de Gauthier Aubert , donnent de précieux jalons pour comprendre comment cet évènement a pu laisser des traces dans la mémoire collective jusqu’à nos jours.

De mon côté, je voudrais apporter quelques réponses à deux questions complémentaires liées à mon objet d’étude : est-ce que d’une part l’histoire des Bonnets rouges a servi lors des mobilisations collectives des socialistes entre 1900 et 1940 ? La SFIO a-t-elle eu, d’autre part, un discours historique ou engagé à propos de cette révolte bretonne de 1675 ?

 Historiens socialistes et  Bonnets rouges

La seconde question oblige tout d’abord à considérer le rôle possible des historiens socialistes. Il se trouve que la fédération de l’Ille-et-Vilaine a durant cette période deux historiens spécialistes de la période moderne, Henri Sée[2] et Armand Rébillon. Tous deux professeurs à l’université de Rennes, ils ont milité au sein de la SFIO dans les suites de l’affaire Dreyfus dès le début du XXème siècle. Historiens reconnus, ils ont aussi participé activement à l’implantation du socialisme en Bretagne pour Henri Sée jusqu’à sa mort en 1936 et pour Rébillon encore après la Seconde Guerre mondiale. Surtout, leurs études historiques ont porté sur l’histoire économique et sociale de la région à l’époque moderne. Historiens engagés, ils écrivaient régulièrement dans la presse militante et parfois sur leurs propres sujets de recherche. Pourtant, sous réserve d’une étude plus exhaustive, on ne trouve pas sous leur plume de référence aux Bonnets rouges. Henri Sée par exemple signe une étude sur « Le socialisme et les paysans » en trois articles, du 22 août au 10 septembre 1922 dans le journal de la fédération socialiste des Côtes du Nord L’éveil breton mais il ne mentionne pas la révolte de 1675. Armand Rébillon, de son côté, fait plusieurs conférences sur la Révolution russe et ses antécédents historiques, ou encore sur l’histoire de la paysannerie, mais là encore il ne mentionne pas l’exemple des Bonnets rouges. Mais les deux historiens évoquent cette révolte dans leurs travaux historiques comme Henri Sée dans son étude Les classes rurales en Bretagne du XVIème à la révolution [3]parue en 1906, où il explique que les paysans pris dans cette révolte ont conscience de leur classe et de leurs intérêts collectifs. Si le discours intellectuel sur la révolte des Bonnets rouges ne semble pas être utilisé comme une arme politique au sein de la SFIO en Bretagne, on peut être tenté d’explorer plus en avant la question afin de savoir si lors de mobilisations collectives, l’exemple de la révolution de 1675 est utilisé. Là encore, force est de constater que ce n’est guère le cas. La seule mention que j’ai retrouvée pour le moment est associée à une contremanifestation organisée par le parti socialiste en septembre 1933.

Des Bonnets rouges de 1933 ?

 A cette date, l’Action française souhaite organiser un rassemblement à Saint-Goazec dans le centre-Bretagne. La SFIO du Finistère organise la riposte et mentionne la mémoire des Bonnets rouges à cette occasion :

« Face aux Camelots du Roy

Notre appel a été entendu. D’excellentes nouvelles nous parviennent de tous les points du département et même des Côtes du Nord et du Morbihan. Du Nord comme du Sud, du Trégorrois avancé, de la Montagne rouge comme de la Cornouaille d’avant-garde, tous se préparent à venir contre-manifester (…) Les paysans de Cléden, de Laz, de Landeleau, de Kergloff, de Saint-Hernin, dignes descendants des bonnets rouges ».[4]

Mais c’est la seule évocation de la révolte de 1675, même si les contre-manifestants utilisent tout un vocabulaire contre les royalistes qui peut se rattacher à l’hostilité que manifestaient les bonnets rouges vis-à-vis du pouvoir royal. On trouve même des pratiques similaires au XVIIe siècle puisque lors de la manifestation de 1933 une effigie de Jean III, le duc de Guise, qui est à l’époque le prétendant au trône allié de l’Action française, est exhibée puis brûlée. Des pratiques collectives identiques pouvaient exister à l’époque moderne lors des révoltes paysannes dirigées contre le roi. Le journal national de la SFIO, Le Populaire, insiste encore davantage sur la mémoire des Bonnets rouges à propos de cet épisode.

Ainsi dans l’édition du 1er septembre 1933, on précise qu’il faut réagir à la présence de l’Action française :

« Nos amis demandent aux forces antifascistes de se dresser résolument contre la réaction, contre le bellicisme fauteur de guerre. Ils font appel aux descendants de ces Bretons, de ces « bonnets rouges » qui, bien avant la Révolution osèrent se dresser contre l’absolutisme royal et furent massacrés sans pitié. »[5]

Cette évocation de la mémoire des Bonnets rouges est toutefois la seule que j’ai retrouvée jusqu’à présent et cela montre que c’est plutôt parce que la mobilisation a lieu près du lieu d’origine de la révolte de 1675 que cet exemple est ici rappelé, pas forcément parce que c’était un exemple à suivre. Sans doute, aussi faut-il rappeler qu’à la même période, le mouvement nationaliste breton utilisait cet exemple mais dans un tout autre but : il s’agissait alors de rappeler la volonté autonomiste que les Bretons avaient selon eux en mémoire. Cela peut sans doute expliquer pourquoi les socialistes n’évoquent qu’avec parcimonie cet exemple de mobilisation collective. Pourtant, comme je le rappelle au début de ce billet, la révolte de 1675 devient aussi un enjeu historiographique. Ainsi l’historien soviétique Boris Porchnev publie quelques temps après en 1940 son étude sur « Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675 » inscrivant les Bonnets rouges dans une analyse marxiste qui allait entraîner un débat historiographique après 1945. Au-delà, la révolte de 1675 sera à nouveau évoquée au sein de la gauche autonomiste à partir de la fin des années 60 comme un épisode précurseur et à valeur d’exemple.

De mon côté, ces quelques indications m’incitent surtout à utiliser plus en avant les recherches de l’historien H. Roderick Kedward qui travaillant sur l’histoire de la Résistance en France a cherché ,selon une approche d’anthropologie historique, à comprendre comme la Résistance s’inscrivait dans des continuités avec d’autres contestations collectives des siècles antérieurs. C’est pourquoi cette action collective actuelle que l’on connaît en Bretagne m’aide également de me plonger dans l’imaginaire social des socialistes bretons avant 1940. Dans le prochain billet, retour à Pierre Guéguin.


[1] Alain Croix «  La révolte des bonnets rouges, de l’histoire à la mémoire » revue Ar Men, nov-déc. 2002

[2] Sur Henri Sée, voir l’article «  nécrologie et bibliographie des travaux de Henri Sée » écrit par Armand Rébillon à la suite de son décès dans les Annales de Bretagne, 1936, p2-33 consultable en ligne.

[3] Henri Sée, Les classes rurales en Bretagne du XVIème siècle à la Révolution, Paris, Giard et Brière, 1906, consultable en ligne.

[4] Le Breton socialiste, 2 septembre 1933.

[5] Le Populaire, 1er septembre 1933.

Le Lieutenant Pierre Guéguin, de Châteaubriant à la Première Guerre mondiale

Le 22 octobre 1941, les autorités allemandes décidèrent d’exécuter 27 otages pris parmi les détenus du camp de Châteaubriant en représailles de l’attentat contre Karl Hotz à Nantes deux jours auparavant. En tout, près d’une centaine d’otages dans toute la France sont fusillés en représailles à cet attentat organisé par la branche armée de la résistance communiste[1]. Ces otages sont pour une très grande part des communistes, ainsi Guy Môquet, dont certains avaient été arrêtés avant l’occupation allemande.

Deux parmi les 27

Pierre Guéguin, ancien maire communiste de Concarneau et l’instituteur Marc Bourhis ont eux été arrêtés en juillet 1941, quelques jours après le début de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne et ils ont été conduits au camp de Choisel près de Châteaubriant. Ils font partie des 27 otages tués le 22 octobre. Tous deux n’avaient toutefois pas  été accueillis à bras ouvert par les autres détenus. En effet, Marc Bourhis après avoir milité au PCF jusqu’en 1933 s’est rapproché du mouvement trotskyste comme d’autres instituteurs de la région. Membre du POI, Parti Ouvrier Internationaliste, il a aidé à l’organisation d’un meeting de ce parti à Concarneau en 1937, puis a rejoint les rangs du PSOP, Parti Socialiste Ouvrier et Paysan, de Marceau Pivert. Ce parti dispose d’une toute petite organisation régionale avec des militants essentiellement issus du mouvement syndicaliste enseignant. Un ancien membre de la SFIO, Alain Le Dem, a une influence sur l’ensemble du groupe. Dans le Finistère, le Morbihan et les Côtes du Nord, on peut déceler l’action du PSOP à travers les archives et la presse militante[2]. Bourhis est aussi un ami proche de Pierre Guéguin. Lui aussi eut des difficultés avec les autres otages communistes : militant communiste important de la Bretagne, maire de Concarneau et conseiller général, il avait aussi mené la campagne des législatives de 1936 au nom du Front Populaire devenant ainsi malgré sa défaite un partisan de l’union des partis de gauche. En août 1939, il ne suivit pas la ligne officielle du PCF en ce qui concerne le pacte germano-soviétique et condamne publiquement lors d’un conseil municipal le 1er septembre 1939 la politique de l’URSS. Il est aussitôt banni de toutes les organisations communistes et lorsqu’il arrive au camp de Choisel, lui et son ami sont immédiatement mis à l’écart.

Acte de décès de Pierre Guéguin
Extrait de l’acte de décès de Pierre Guéguin

La mémoire des deux hommes fut ensuite constamment l’objet d’enjeux plus politiques qu’historiques. Le PCF a longtemps refusé avec violence d’accepter la présence d’un trotskyste et d’un communiste critique parmi les fusillés de Châteaubriant. Les organisations trotskystes ont elles souvent annexées Pierre Guéguin faisant de lui un militant qui aurait rejoint leurs rangs. Des témoignages sujets à caution affirment par ailleurs que l’ancien maire de Concarneau s’était en prison rapproché à nouveau du communisme officiel. L’ouvrage de l’historien Marc Morlec, Filets bleus et grèves rouges[3] est revenu plus récemment sur le parcours politique de Pierre Guéguin et sur l’ensemble de la polémique, apportant de nombreux éléments neufs, mais pas forcément toujours d’ailleurs de façon convaincante[4].

Pierre Guéguin et la Première Guerre mondiale

Mais si je m’intéresse au parcours de Pierre Guéguin, c’est avant pour sa participation à la Première Guerre mondiale, son adhésion à la SFIO en 1919, parti qu’il quitte ensuite après la scission de Tours pour le jeune PCF, auquel il reste fidèle jusqu’en 1939 tout en conservant une autonomie, qui lui sera souvent reproché d’ailleurs, par rapport à l’appareil.

Pour connaître son parcours durant ces années, deux sources sont utilisables. Tout d’abord son dossier personnel d’officier et ensuite plusieurs rapports provenant des archives de la gendarmerie du Finistère. En effet, Guéguin est pendant toute l’entre-deux-guerres un officier de réserve et cela inquiète à plusieurs reprises les services de la gendarmerie, car ce lieutenant qui effectue ses périodes de réserviste, est également un des leaders les plus en vue du communisme breton. Je reviendrai dans deux prochains billets sur le parcours militaire de Guéguin : tout d’abord en relatant sa participation à la Première Guerre, puis dans un second temps en examinant ce que les autorités militaires disent de lui dans l’entre-deux-guerres. Ce sera aussi l’occasion dans ce dernier billet de faire le point sur l’apport potentiel des archives de la gendarmerie, sources peu évoquées à propos de l’histoire de cette période dans les départements bretons.

Mais aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes, la mairie de Concarneau rend hommage à son ancien maire et à son ami. Parfois le chercheur en histoire doit aussi s’incliner aussi devant la mémoire.


[1] Sur le contexte de cette période, voir J.M.Berlière et F.Liaigre, Le Sang des communistes. Les bataillons de la jeunesse dans la lutte armée, automne 1941, Fayard, 2004  et F. Liaigre, 22 octobre 1941, le drame des 50 otages en 30 questions, Geste éditions, 2001.

[2] L’étude du mouvement trotskyste en Bretagne dans les années 1930-1945 occupe la dernière partie de mon mémoire de Master 2 Résister à la guerre ? Les militants ouvriers du Finistère face à la guerre, 1914-1962, Brest, UBO, 2005.

[3] M.Morlec, Filets Bleus et grèves rouges. Concarneau : de la Grande guerre au Front populaire, Morlaix, éditions Skol vreizh, 2003.

[4] L’auteur par exemple explique que Marc Bourhis a adhéré en 1934-1935 au POI, or ce parti n’existe pas encore à cette date !

«L’effondrement de notre rêve» : les frères Bougot au combat

Chercher à reconstituer le parcours militaire de militants socialistes durant la Grande Guerre oblige à partir à la recherche de traces souvent peu visibles. Car il y  avant tout un problème de sources pour faire l’histoire de ces hommes  partis combattre souvent à contre cœur. J’utilise pour tenter d’avancer dans la recherche sur ce domaine des archives qui permettent toutefois de dresser un portrait collectif de plus en plus affiné. Des dossiers d’officiers conservés au SHD de Vincennes aux correspondances disponibles dans différents dépôts, en passant par d’autres archives privées ou des articles de la presse ancienne, on peut avec le matériel disponible avancer dans la connaissance de ces soldats. Une telle approche est toutefois longue et ne permet sans doute pas de connaître parfaitement la biographie de guerre de ces militants. Mais même si les traces sont peu nombreuses et éparpillées, l’un des paris de ma recherche en cours, est qu’une telle opération vaut le coup d’être tenter, y compris si a priori les sources sont trop lacunaires. Ce billet a pour but de tenter de le démontrer à partir d’un cas individuel, ou plutôt de deux cas, issus d’une même fratrie, les frères Bougot originaires de l’Ille-et-Vilaine. Il n’est pas anodin d’avoir choisi deux hommes aux liens forts, car dans toute mon étude, les liens, familiaux mais surtout amicaux, sont à mettre en évidence pour mieux comprendre l’impact de la guerre de 14-18 sur le parcours militant de ces socialistes.

Portrait des frères Bougot

Charles et Albert Bougot sont au début de la guerre des hommes à la vie bien remplie. Ils ont tous deux plus de 40 ans, ce qui normalement les rend, dans un premier temps du moins, à l’abri d’une mobilisation. Ils partent pourtant à la guerre, en première ligne même. Charles y réchappe après avoir été blessé à la jambe par un éclat d’obus. Albert par contre y laisse sa vie : il meurt en Belgique, des suites de la première attaque au gaz orchestrée par l’armée allemande en avril 1915. Tous deux étaient socialistes depuis le tournant du siècle. Ils avaient même activement participé à l’implantation du socialisme à Rennes. Et cela ne peut être dissocié d’un autre temps fort de l’histoire de la ville à savoir les suites de l’affaire Dreyfus. C’est en effet au moment de l’Affaire que se développe autour d’intellectuels comme Victor Basch et d’ouvriers comme Charles Bougot le mouvement socialiste à Rennes. Etudier le parcours des Bougot oblige donc à revenir en arrière pour désenclaver l’histoire de la Première Guerre mondiale. Mais si cela est vrai pour les années précédent le conflit, cela est aussi exact pour les années d’après même s’il n’y a plus que Charles qui est en vie. Il poursuit en effet son action militante au sein de la SFIO rennaise devenant un des acteurs les plus en vue du mouvement socialiste du département.

Les deux frères Bougot ne sont donc pas des inconnus, et pourtant on dispose de peu d’informations sur leurs années de guerre.

Le parcours des Bougot au prisme des sources disponibles

J’ai peu de sources disponibles pour établir l’histoire de Charles et d’Albert durant la guerre. Le premier fut mobilisé dans un régiment colonial, mais je ne sais pas lequel. Albert, quant à lui, est mobilisé au sein du 76e Régiment d’Infanterie territoriale.

Comme souvent le point de départ est le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le fameux Maitron. On y apprend qu’ils sont donc tous les deux mobilisés; Charles est sergent dans un régiment d’infanterie coloniale mais on ne précise pas lequel. Albert est dit être mobilisé dans le 75e régiment d’infanterie territoriale, mais j’ai découvert par la suite que c’était plutôt dans le 76e . Ces imprécisions sont souvent fréquentes dans le Maitron comme si la période de la guerre était une simple parenthèse. C’est aussi bien souvent à cause de la difficulté qu’il y a à reconstituer de tels parcours a posteriori. Les deux notices n’ont pas d’auteur mais comme souvent pour ces militants rennais, on peut penser que l’historien Armand Rébillon, lui aussi militant socialiste à cette époque, a été l’artisan de ces recherches biographiques.

La presse fournit peu de documentation. La presse socialiste locale ne paraît plus en effet durant la guerre, mais l’Humanité publie cependant chaque jour des listes de militants morts ou blessés. C’est une ressource extrêmement précieuse et la mise en ligne  sur Gallica permet surtout l’interrogation par mot clé, ce qui est évidemment un gain de temps irremplaçable. On signale ainsi la blessure de Charles ainsi que le décès d’Albert. Il a droit d’ailleurs à une nécrologie assez importante et très précieuse pour les informations fournies. Pour ce dernier, on dispose également de sa fiche sur le site « Mémoires des hommes » qui recense tous les morts pour la France durant la Première Guerre mondiale. Enfin, j’ai également une correspondance entre Charles Bougot et Augustin Hamon, responsable socialiste de la fédération du département voisin des Côtes du Nord, établi à cette période à Londres. Cet échange de lettres permet d’ailleurs de mieux comprendre le parcours des deux hommes durant la Grande Guerre.

C’est toute la documentation primaire dont je dispose, c’est sans doute assez peu. On peut cependant y ajouter plusieurs travaux historiques portant sur Rennes et l’Affaire Dreyfus ou encore sur le parcours de Victor Basch. Ce dernier a d’ailleurs laissé un portrait de Charles dans un discours qu’il prononce à Rennes au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme :

« A cette époque, j’avais quant à moi, trente-quatre ans et jamais, vous m’entendez, jamais, je n’avais vu de près un ouvrier, je n’avais parlé avec un ouvrier, je ne savais pas ce que c’est un ouvrier (…) Je fus vite rassuré. Nous fûmes accueillis à bras ouverts par les chefs et leurs amis. Nous fûmes vite rassurés et lorsque j’entendis Bougot nous parler avec ce clair bon sens et cette spirituelle bonhomie dont vous avez pu juger vous-mêmes l’autre soir au théâtre et au Congrès, lorsque je le vis avec ses lourds poings et son large torse, symbole de la force ouvrière, je sentais que nous n’étions plus seuls et que la lutte devenait possible. »[1]

Ce moment, qui a tout de la scène d’origine restituée après coup du ralliement des ouvriers aux partisans de Dreyfus et dont il faudrait analyser en détail le compte rendu fait par l’intellectuel face au monde ouvrier, nous donne à voir une image forte et virile de Bougot. Militant ouvrier reconnu et responsable socialiste, Charles est aidé également par son frère. Ce dernier était  militant syndical cheminot et trésorier de la section socialiste de Rennes avant la guerre. Lorsque le conflit se déclenche, les deux hommes ne sont pas mobilisés dans un premier temps, mais quelques mois plus tard tous deux sont en première ligne.

La guerre des deux frères

Charles est mobilisé comme sergent du génie et il appartient à un régiment de la coloniale. Ce traitement particulier s’explique selon la notice du Maitron par le fait qu’il était inscrit avant 1914 sur le carnet B[2]. Sur ces registres tenus par département, on inscrivait  tous les responsables ouvriers que l’on pensait nécessaire d’arrêter en cas de guerre car ils avaient  des opinions pacifistes et révolutionnaires Même si dans les mois précédent août 1914, de nombreux militants sont rayés de la liste, il est tout à fait possible que la présence du nom de Bougot sur ce fichier explique son enrôlement dans une structure souvent reconnue pour accueillir les fortes têtes et les personnes à surveiller.

« Que la terre lui soit légère »

Extrait de l'Humanité, 7 août 1915
Extrait de l’Humanité, 7 août 1915

Albert ,lui , est mobilisé au 76e Régiment d’infanterie territoriale, destiné normalement à ne pas être en première ligne car ce type de régiment regroupait les soldats les plus âgés que l’on surnommait les «  pépères ». Mais la guerre durant au delà de ce qui est prévu, plusieurs régiments de ce type servirent par la suite en première ligne. La fiche du sergent Albert Bougot nous indique qu’il meurt dans la région d’Ypres en Belgique en avril 1915. Une étude plus poussée a révélé qu’il meurt le 23 avril, soit un jour après la première attaque au gaz faite par l’armée allemande dans cette zone de combat sans que l’on sache si sa mort est la conséquence de cette attaque. On pourrait le penser mais la nécrologie de l’Humanité indique une autre raison.

C’est seulement dans l’édition du 7 août 1915 que l’on évoque le sort d’Albert. Cela peut paraître très tardif mais l’on sait que le journal attend longtemps avant de publier les avis de décès pour ne pas que les familles apprennent la mort d’un proche dans la presse ; cela permet aux autorités de prévenir les personnes liées au défunt. Cette notice nous apprend qu’il est mort d’une « balle au front ». On y lit aussi qu’il fut trésorier en plus de la section de Rennes de l’ensemble de la fédération du département et on revient bien sûr sur son rôle durant les suites de l’affaire Dreyfus :

« Il fut sa vie entière, un camarade dévoué, un ami sûr. C’est pourquoi ses amis ne se consolent pas de sa mort et cherchent encore, instinctivement, dans les réunions où il était si assidu, la figure souriante et fine de l’absent…Que la terre lui soit légère : il combattit le bon combat ! »[3]

On peut être surpris par cette notice très précise et aux accents si personnels. Elle n’est pas signée mais on devine que c’est forcément un proche qui l’a écrite. Le journal , un mois plus tard, évoque le sort de son frère Charles « sergent en traitement à Avignon »[4]

Charles Bougot  et la guerre

Dès la publication de cette indication, un ami de Bougot s’inquiète et lui écrit. Il s’agit d’Augustin Hamon, un des socialistes les plus importants en Bretagne à cette époque. Il est alors à Londres mais entretient une riche correspondance avec des militants bretons. Il écrit à Bougot pour s’inquiéter, demander des précisions sur la blessure, ainsi que des nouvelles d’Albert. Il ne semble pas avoir lu l’Humanité du mois d’août qu’il l’aurait informé de sa mort. C’est une lettre courte, précautionneuse car Hamon ne connaît pas l’état de son camarade.[5]

Bougot lui répond le 21 septembre au moment où il quitte l’hôpital pour aller en convalescence à Rennes. Il lui apprend la mort de son frère et lui donne des nouvelles des autres militants rennais Armand Rébillon et Carle Bahon. Il détaille également les circonstances de sa blessure à la jambe . Surtout il détaille son propre sentiment vis-à-vis de la guerre :

« Quand on fera le compte (si toutefois on le fait jamais) des pertes que cette guerre aura occasionné je vous assure que ce sera effrayant. En France avec la presse muselée comme elle est on a pas l’air de s’en douter et cependant que de vide il y a. »[6]

Et il ajoute que s’il en réchappe, il faudra que les deux hommes s’entretiennent à propos de « l’effondrement de notre  rêve ».

Maintenant continuer à chercher

J’ai bien aimé tout de suite à la première lecture cette dernière expression « l’effondrement de notre rêve ». Il n’est sans doute pas nécessaire de s’interroger longtemps pour deviner que ce rêve qui s’effondre désigne l’aspiration à construire un monde meilleur grâce au socialisme et à l’internationalisme au moment où la guerre mondiale s’éternise. Mais il faut aller delà de cette première impression et essayer de savoir ce que pense Bougot de la guerre par la suite. On retrouve l’idée de désenclavement de l’étude de la Première Guerre mondiale. Si pour connaître davantage les frères Bougot dans la guerre, il a fallu revenir sur leur parcours avant 1914, il est nécessaire aussi d’essayer de retracer le parcours militant de Charles après 1918. Il est resté à la SFIO, devient adjoint au maire de Rennes, Carle Bahon, à partir de 1925 mais à partir du milieu des années Trente il est moins présent dans le milieu partisan socialiste. Comme pour beaucoup de militants qui ont participé aux combats de 14, il me faut maintenant tenter de voir en quoi cela a influencé la suite de son parcours. Donc il faut continuer à chercher. Mais comme le dit Carlo Ginzburg « c’est pourquoi par définition, la recherche est sans fin. »[7]


[1] V.Basch, discours au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme, 1909, cité par André Hélard, L’Honneur d’une ville. La naissance de la section rennaise de la Ligue des droits de l’homme, Rennes, éditions Apogée, p.116.

[2] Sur le carnet B, l’ouvrage de référence reste celui de Jean-Jacques Becker, Le Carnet B, Paris, Klincksieck, 1973. On y trouve en particulier une analyse poussée du carnet B du Finistère. Par contre l’auteur affirme que le même fichier du Morbihan a disparu depuis la guerre, ce qui est inexact car j’ai pu le consulter aux Archives départementales de ce département. Plus globalement, on peut toutefois constater que dans l’ensemble les militants socialistes sont rayés de ce carnet B avant 1914 contrairement aux militants du syndicalisme révolutionnaire qui sont toujours à surveiller. En août 1914, le gouvernement décide finalement de ne pas utiliser ces fichiers pour arrêter préventivement les militants. Pourtant plusieurs cas montrent que par la suite ceux qui y étaient inscrits ont eu droit à un traitement particulier durant la Grande Guerre, en étant par exemple enrôlés dans des bataillons disciplinaires ou dans des régiments coloniaux à la réputation plus stricte.

[3] L’Humanité, 7 août 1915.

[4] L’Humanité, 16 septembre 1915.

[5] La correspondance d’Augustin Hamon est conservée au Centre d’Histoire du Travail de Nantes. Je remercie vivement son personnel d’avoir permis la consultation de cette très riche correspondance.

[6] Charles Bougot, lettre à Hamon , 21 septembre 1915.

[7] C.Ginzburg, conférence au collège de France, 19 mars 2013, visible en ligne .

« Quand quelqu’un frappe à la porte »: la mairie socialiste de Landerneau et les réfugiés espagnols (1937-1939)

Si le gouvernement du Front populaire ne s’engage pas véritablement dans la guerre d’Espagne qui divise ce pays entre partisans du Frente populare et nationalistes réunis autour de Franco, le conflit a toutefois des conséquences nombreuses sur la vie politique nationale et locale en France. Ce fut tout d’abord un point de division important entre la gauche et la droite, mais aussi entre les différentes composantes du Front populaire. De plus, des milliers de réfugiés sont accueillis dans les départements proches de la frontière, mais aussi plus largement dans toutes les régions françaises. La présence de ces réfugiés, rendant plus concrète les horreurs de cette guerre civile, a suscité des réactions contrastées, de l’hostilité affirmée à l’expression d’une solidarité toujours plus chaleureuse. Même dans un département aussi éloigné de l’Espagne que le Finistère des réfugiés sont accueillis entre 1937 et 1939. Quelques sources[1] permettent ainsi  de reconstituer l’histoire de ces Espagnols accueillis dans la petite ville de Landerneau dirigée dans les années Trente par le socialiste Jean-Louis Rolland.

L’accueil des réfugiés

"Pour les gosses d'Espagne" Le Breton socialiste, 5 juin 1937
« Pour les gosses d’Espagne » Le Breton socialiste, 5 juin 1937

Landerneau connaît deux vagues d’arrivée de réfugiés espagnols en juin 1937 puis en février 1939. Cela correspond à deux offensives des nationalistes : la première est la résultant de l’offensive franquiste sur le pays basque et les Asturies, la seconde coïncide avec l’attaque générale de la Catalogne. Les premiers arrivants de 1937 sont hébergés dans deux locaux appartenant à la ville. Près de 150 réfugiés sont sous la responsabilité de la mairie socialiste, ce qui dépasse de très loin les capacités d’accueil de la petite commune. Une solution transitoire est trouvée lorsque le maire décide de les recevoir dans la colonie de vacances du Quelern dans la presqu’île de Crozon, que la ville loue pour ses œuvres de bienfaisance. Mais là aussi les places manquent. C’est le préfet du département qui gère la répartition des réfugiés dans les communes du Finistère : 1700 réfugiés doivent être accueillis dans le département. Mais cette mission est délicate car de nombreux maires refusent tout net de recevoir des réfugiés. Du coup, ce sont les mairies qui acceptent qui doivent de plus gérer le flux de réfugiés supplémentaires. Plusieurs édiles conservateurs ont ainsi mis leur démission dans la balance pour ne pas suivre les ordres du préfet. Une campagne de presse se développe d’ailleurs dans les journaux de droite : les Espagnols seraient des fauteurs de troubles, des combattants armés, pire encore des « fils de rouges » ou des vecteurs de maladie. Il ne faut pas recevoir en France ces Espagnols affublés de tous les défauts selon eux.

Les premiers réfugiés de Landerneau sont rapatriés au début de l’année 1938, ils sont donc restés près de six mois à la charge de la commune. Mais en février 1939, un second exode a lieu, avec encore plus de réfugiés. La commune doit accueillir cette fois-ci 200 Espagnols. Leur présence est plus longue puisque dans les premiers temps de la guerre qui début en septembre 1939, on peut découvrir dans les archives qu’ils sont encore présents dans la commune. Mais ensuite on perd leur trace.

Tentative de portrait collectif des réfugiés

C’est le préfet du Finistère qui apporte une première réponse :

«  Je vous confirme qu’il s’agit de malheureux, femmes et enfants, victimes depuis plus d’un an des atrocités de la guerre civile. »[2]

Mais la presse xénophobe et hostile au Front populaire affirme au contraire que ce sont des hommes en âge de combattre, des soldats dangereux, des communistes armés qui risquent d’exporter la guerre civile en France. On possède pourtant, grâce aux archives communales, des données statistiques qui contredisent ces affirmations.

On ne trouve que des femmes et des enfants, souvent d’ailleurs ce sont des familles. Il y a aussi quelques femmes âgées. Il n’y a aucun homme en âge de se battre, l’enfant de sexe masculin le plus vieux ayant 12 ans. Ils sont auscultés de près par une équipe médicale mais on ne décèle aucune carence ou maladie. Ce n’est pas le cas en 1939 où les nouveaux réfugiés accueillis sont dépourvus de tout, souffrent de plusieurs maladies comme la gale. Plusieurs actions sont menés afin de les occuper dans la journée, on tente même de reconstituer des activités scolaires pour les enfants.

Quelles réactions dans la population ?

C’est l’Etat qui prend en charge l’accueil des réfugiés. Des indemnités sont allouées et elles sont à Landerneau gérées par la caisse des écoles qui procure également les locaux d’accueil. Là encore, la presse réactionnaire se déchaine et affirme que les Espagnols ont droit à davantage d’aides que les Bretons de pure souche. Mais les signes de solidarité sont aussi très présents : la mairie lance des appels à des dons qui sont entendus : des vêtements chauds sont récupérés, des dons de toute nature également surtout de la nourriture. Les organisations syndicales prennent en charge également des réfugiés et 11 familles landernéennes se proposent pour accueillir chez elles des réfugiés.

Le maire Jean-Louis Rolland fait tout son possible pour gérer l’afflux de ces Espagnols dans sa commune. Il apporte personnellement son aide et s’oppose surtout au discours xénophobe de la droite. Bien que pacifiste et hostile à une intervention de la France dans ce conflit, il aide au mieux fidèle en cela à ses convictions humanistes. C’est aussi le cas lorsqu’il faut accueillir d’autres réfugiés comme des Juifs d’Allemagne : on retrouve en effet dans les archives de nombreuses lettres dont lesquelles il demande à l’Etat d’accepter la présence de ces réfugiés. Sans doute y avait-il profondément ancré chez ce maire socialiste l’idée de générosité et la volonté d’aider au mieux ses semblables. On peut même penser qu’un sentiment de dette était présent. En effet, comme l’écrit Jean-Pierre Vernant :

« Le sentiment de dette demeure néanmoins chez un grand nombre de gens, sous des formes variées. Germaine Tillion avait raison de dire récemment, lors d’une émission télévisée, que lorsque quelqu’un frappe à la porte, il y a ceux qui ouvrent et ceux qui n’ouvrent pas. Celui qui ouvre, c’est celui qui se sait en dette. »[3]


[1] La plupart des informations mentionnées ici proviennent des archives municipales de Landerneau, série 2I2, réfugiés espagnols, 1937-1939.

[2] Lettre du préfet aux maires du département, 4 août 1937.

[3] J.P.Vernant, Entre mythe et politique, Paris, Seuil, collection points, p.628.