Archives mensuelles : mai 2014

L’action par le cinéma : Brest, mars 1913

Même si en apparence je m’éloigne avec ce nouveau billet de mon projet évoqué précédemment portant sur l’étude de militants ouvriers inscrits au carnet B, je voudrais aussi aborder la question de l’utilisation du cinéma comme outil de propagande. Lorsque que l’on étudie cette question, on tombe obligatoirement sur quelques travaux de recherche concernant le groupe du Cinéma du Peuple, créé dans la seconde partie de l’année 1913. Gustave Cauvin en est le principal acteur : anarchiste, militant de l’antialcoolisme, il fréquente les milieux du militantisme ouvrier pour diffuser ses idées par l’intermédiaire de films concernant la question sociale. Si les travaux de recherche le concernant sont relativement nombreux, on a parfois du mal toutefois à suivre son parcours. Dans la genèse du Cinéma du Peuple, il est très fréquemment mentionné l’organisation d’une projection à Brest en 1913. C’est ce qui m’a fait m’intéresser au sujet. Cette séance semble être l’une des premières utilisations du cinéma comme outil de diffusion des idées du mouvement ouvrier. Mais quelques zones d’ombre demeurent et j’aimerais tenter d’apporter quelques éléments nouveaux.

Gustave Cauvin et le Cinéma du Peuple : un parcours historiographique

Logo du cinéma du Peuple, photo DR
Logo du cinéma du Peuple, photo DR

Sauf erreur de ma part, la première étude conséquente sur le Cinéma du Peuple a été écrite par Tangui Perron dans son article « ‘Le Contrepoison est entre vos mains, camarades’. CGT et cinéma au début du siècle » paru dans la revue le Mouvement social[1]. La défiance du mouvement ouvrier vis-à-vis de ce nouveau moyen d’expression est étudiée, ainsi que l’historique du Cinéma du Peuple. On y mentionne en particulier la séance cinématographique qui a lieu à Brest en 1913 : on y projette quelques saynètes comiques, un documentaire ainsi qu’un plus long métrage L’Assommoir tiré de l’œuvre de Zola. Tangui Perron a précisé récemment, avec Nina Almberg, le parcours de Gustave Chauvin avec de nombreux compléments dans l’article « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin [2]». Isabelle Marinone a également abordé la biographique de Cauvin et ses liens avec l’anarchisme dans « Gustave Cauvin, the inventor of educational cinema [3]». On dispose également de mises au point sur son parcours militant comme dans le récent Dictionnaire des anarchistes[4].

On trouve également d’autres évocations de Cauvin dans quelques autres travaux. Toutefois, sauf erreur de ma part, en ce qui concerne la séance de 1913 qui a lieu à Brest, on mentionne simplement le programme sans préciser la date exacte. Surtout, en s’intéressant à son contexte précis, on se rend compte qu’elle a lieu à un moment particulier de l’histoire de la ville.

Deux séances de cinéma ouvrier  pour le prix d’une !

Gustave Cauvin qui destine ses projections aux libertaires, aux socialistes, aux syndicalistes et aux coopérateurs est à Brest à la fin du mois de mars 1913.La séance évoquée a lieu le samedi 29 mars. Si je n’ai pas retrouvé de compte-rendu de cette réunion, son programme complet est donné dans le journal de la fédération socialiste du Finistère le Cri du Peuple en date du 29 mars. La séance doit commencer par une allocution de Gustave Cauvin, puis il y a une représentation des pupilles de la Maison du peuple. Ce groupe est dirigé par le libertaire Victor Pengam et constitue une œuvre éducative pour les enfants des classes ouvrières qui comprend un éveil à la culture et une éducation basée sur des principes pédagogiques novateurs. Plusieurs films sont également au programme : Little Moritz fait du sport, une comédie, Saida bouleverse la force armée, là encore une comédie ; il y en plus trois documentaires et surtout un reportage sur la mobilisation contre la loi des trois ans qui venait d’avoir lieu au Pré Saint Gervais le 16 mars précédent. Enfin L’Assommoir est également projeté devant le public. On précise que les vues sont commentées par Cauvin et Pengam.

Si la programmation ne comporte pas de films réalisés par les militants ouvriers, on peut voir toutefois que les vues sur la manifestation du Pré Saint Gervais sont projetées assez rapidement – une dizaine de jours- après le déroulement du rassemblement.

Il faut également revenir sur la date de la séance : depuis le 22 mars, Brest accueille le congrès national de la SFIO et cela doit durer une semaine. On voit donc que le spectacle est prévu pour clore le congrès. Dans la réalité, cela ne se fera pas puisqu’à la suite de discussions houleuses, le congrès ne dure finalement que trois jours. Mais ce qui est essentiel ici, c’est que la séance de propagande par le film était prévue pour avoir lieu à un moment où les dirigeants socialistes seraient nombreux en ville. La séance se place sous l’égide de la ligue anti-alcoolique, de la jeunesse syndicaliste et de la bourse du travail. Sauf erreur de ma part, cette proximité des deux événements n’a pas été jusqu’à présent soulignée. Surtout ce n’est pas une séance qui est prévue, mais deux ! Là encore le journal de la SFIO nous est précieux, car si on ne trouve pas de compte rendu de la séance du 29 mars, on peut lire un résumé de la séance qui se déroule le mardi 25 mars. C’est la ligue pour le suffrage des femmes qui organise la soirée, sous la présidence du socialiste Francis de Pressensé. Plusieurs milliers de personnes sont présentes et de nombreux dirigeants de la SFIO sont parmi les spectateurs. C’est Cauvin qui a mis en place la programmation : un film contre les méfaits de l’alcool, des vues sur les mobilisations internationales contre la vie chère et contre la guerre. Ces films ont produit selon le journal «  une énorme impression » et c’est Victor Pengam qui a fait les commentaires des images.C’est l’association « L’Avenir cinématographique » qui avait mis à disposition le matériel de projection. Ce groupe, auquel appartient Gustave Cauvin, peut être considéré comme la première étape de la naissance du Cinéma du Peuple.

Extrait du Cri du Peuple, 29 mars 1913
Extrait du Cri du Peuple, 29 mars 1913

Cauvin est également un militant de groupes anti-alcooliques : cinéma et lutte contre l’alcoolisme vont de paire pour lui. Et lors du congrès de la SFIO, on retrouve l’intervention d’un délégué de la Seine : « il faut qu’on précise la question agraire, la question des monopoles et même une autre question qui est celle de l’alcoolisme[5]» Ce délégué qui souhaite que le parti socialiste s’occupe la lutte contre l’alcoolisme s’appelle aussi Cauvin ! Je sais pas pour vous, mais deux Cauvin dans la même ville au même moment, dont l’une des préoccupations est identique, il me semble que l’on peut s’interroger pour savoir s’il ne s’agit pas du même. Le Gustave Cauvin anarchiste d’avant guerre adhère à la SFIO après 1918 selon les études que j’ai pu consultées. Peut-être qu’en réalité dès 1913, il est membre de cette organisation politique, c’est du moins ce que je pense. Mais il faut poursuivre la recherche, su ce point, comme sur de nombreux autres. Je reviendrai dans le prochain billet sur les militants ouvriers Pengam, Trévennec et Le Levé pour étudier leur parcours durant la Grande Guerre.


[1] Tangui Perron  «  ‘Le Contrepoison est entre vos mains, camarades’. CGT et cinéma au début du siècle » Le Mouvement social, n°172, juillet-septembre 1995, p. 21-38.

[2] Nina Almberg, Tangui Perron, « « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin » 1895, n°66, 2012, p. 34-49.

[3] Isabelle Marinone «  Gustave Cauvin, the inventor of educational cinema », Cinéma et Cie, n°11, 2008, p.79-90.

[4]Guillaume Davranche, Rolf Dupuy, Marianne Enckell, Hugues Lenoir, Anthony Lorrry, Claude Pennetier, Anne Steiner, Les anarchistes. Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, Paris, éditions de l’Atelier, 2014.

[5]   Compte rendu sténographique, 10e Congrès national de la SFIO, Brest, 23-24-25 mars 1913, p.348.

« C’est avec une profonde affliction »

En cherchant une information sur Victor Pengam, un militant ouvrier brestois inscrit au carnet B, en lien avec la série débutée dans le précédent billet, je suis tombé sur cette petite annonce :

« C’est avec une profonde affliction que nous avons appris la mort, à l’âge de 20 ans, du sous-lieutenant Julien Léon, du 23e colonial, tué dans un des derniers combats. Il était le fils de notre sympathique camarade Julien, instituteur, adjudant mobilisé au 68e d’artillerie au front. En cette douloureuse circonstance, la section de Saint-Pierre adresse au militant Julien, à son épouse et à ses enfants, l’expression de ses plus sincères condoléances »

Ce petit article est paru le 23 novembre 1918 dans le Cri du Peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère. Au moment où les militants lisent ces lignes, la Grande Guerre est terminée depuis quelques jours. Pourtant, on apprend encore la mort au combat de certains soldats. Jean Julien, le père du sous-lieutenant, est un instituteur que j’ai plusieurs fois rencontré dans mon parcours de recherche. Jeune enseignant, il a  été en poste à Landerneau. Il a exercé une grande influence sur un de ses élèves, Jean-Louis Rolland – plusieurs fois évoqué dans ce carnet de recherches – qui devient plus tard maire socialiste de cette ville et député du Front populaire. Lui-même fut par la suite un responsable actif de la fédération finistérienne. Il a droit à une notice biographique assez conséquente dans le Maitron, mais celle-ci ne mentionne pas son parcours durant la Première Guerre mondiale. Né en 1874, il est en conséquence relativement âgé durant ces années, mais l’article nous apprend qu’il a toutefois été mobilisé. J’ai repéré depuis sa fiche matricule conservée aux Archives départementales du Finistère. Il doit y avoir également un dossier sur son parcours professionnel qui permettra aussi de reconstituer son engagement durant la guerre. Ce sera la première piste de recherche qu’il faudra suivre. Et puis, il y a surtout ici la mort de son fils, le deuil et le traumatisme que l’on peut imaginer, d’autant que Léon est décédé dans les derniers jours du conflit. En cherchant sur le site Mémoire des hommes, on découvre en effet qu’il est mort le 29 octobre 1918 dans les Ardennes. Né le 15 décembre 1898, il n’a donc pas eu le temps d’avoir 20 ans. Comme pour tout officier, il doit rester un dossier individuel le concernant conservé aujourd’hui au SHD de Vincennes. Ce sera donc la seconde piste de recherche. J’ai déjà  relaté  à quelques reprises  le deuil des soldats morts au combat. Ce fut le cas dans ce billet évoquant les réactions d’Yves Le Febvre lors des funérailles d’un jeune militant socialiste de Morlaix. L’histoire de Jean et Léon Julien a également quelques similitudes avec le cas d’André Durkheim et de son père Émile.

Jean Julien, 1934, DR
Jean Julien, 1934, DR

Dans l’entre-deux-guerres, Jean Julien est un militant important de la SFIO dans la région brestoise. La dernière piste de recherche sera donc de tenter d’étudier la mémoire personnelle de la guerre qu’il a pu exprimer dans son parcours militant. Cette tragédie a laissé des traces, il faudra donc les retrouver. « Alors cette recherche ça avance ? » me demande-t-on parfois avec d’autres mots suspendus comme «Dis, tu en mets du temps…» Peut-être pas assez rapidement, mais oui ça avance.

«Je me crois aussi patriote que vous» l’affaire Ihuel inscrit au carnet B

André Breton est en vacances durant l’été 1914 avec ses parents à Lorient. Lui qui a participé aux grandes manifestations contre la loi des trois ans l’année précédente, déplore l’ambiance exaltée de la mobilisation qu’il voit dans la ville bretonne : il assiste, écrit-il à un de ses amis, «au plus ridicule enthousiasme belliqueux que j’aie connu (déclarations puérilement chauvines, confiance exorbitante en soi-même, marseillaise d’ivrognes, etc.)[1]» On ignore s’il évoque dans sa lettre le départ du 262e régiment de Lorient qui a lieu le 5 août. Selon le quotidien de la ville, le Nouvelliste du Morbihan, ce départ est fêté dans une grande communion patriotique: «Ce fut une scène indescriptible d’enthousiasme délirant. La Marseillaise retentit, et toute cette foule, hommes, femmes, enfants, vieillards, tête nue, répètent en chœur.[2] » Mais si André Breton était présent ce jour-là, il a peut-être vu une scène qui n’a pas dû lui déplaire : au moment où le régiment parcourt les rues de la ville, un événement invraisemblable se déroule. Le quotidien lorientais rapporte les faits :

«  Tout à coup, au moment où toutes les têtes étant découvertes devant le drapeau qui allait tourner l’angle de la rue du Cimetière, régnait un silence relatif, un cri surgit de la foule : « A bas la guerre ! » La stupéfaction est telle que personne ne bouge, quand à nouveau, la même voix s’élève, plus aiguë encore : «  Vive l’Allemagne ! » Cette fois on n’a pas rêvé : Un homme est là, face au drapeau, la tête couverte (lui seul), gesticulant de façon provocatrice. [3]»

L’homme est roué de coups par la foule, puis, le visage ensanglanté, il est sauvé par des gendarmes qui ont accouru ; ils le conduisent au poste de police, escortés par de nombreuses personnes qui manifestent leur colère. Le « sans patrie » est connu des autorités : Jean-Michel Ihuel est depuis 1911, inscrit sur la liste du Carnet B. Dans le département, le préfet a confirmé le 2 août qu’il n’a pas, conformément aux ordres reçus dans la nuit précédente, procédé à l’arrestation des suspects inscrits sur cette liste[4]. En effet, le ministre de l’Intérieur Louis Malvy avait interdit toute arrestation des militants inscrits sur ces listes car il était persuadé de la loyauté des organisations du mouvement ouvrier. L’Union sacrée était en marche et les militants ouvriers, comme tous les autres Français, allaient s’y rallier, peu importe leur antimilitarisme d’avant-guerre. Il aurait peut-être dû toutefois arrêter préventivement ces militants, puisqu’on le voit ici, ces derniers semblent être toujours des individus dangereux. L’ «affaire Ihuel» commence.

Esquisse de portrait d’un inscrit au Carnet B

Jean-Michel Ihuel, ouvrier charpentier à l’arsenal de Lorient, est né en 1881. Il est lié à la Bourse du travail de Lorient qui regroupe des syndicalistes révolutionnaires actifs dans la ville. La plupart d’entre-eux sont les seuls militants qui demeurent en juillet 1914 inscrits au carnet B de ce département[5]. Ihuel est ami avec le secrétaire de la bourse du travail,  Yves Trévennec dont j’aurais l’occasion de parler dans un prochain billet. D’après les rapports de police, cette structure, liée à la CGT, propage des idées révolutionnaires, antimilitaristes et cela explique la surveillance policière mise en place. Ihuel a été accusé en 1907 pour diffusion d’idées révolutionnaires en faisant du colportage de chansons révolutionnaires mais il fut acquitté comme son ami Trévennec. Il est en 1914 correspondant du journal l’Émancipateur de Toulon et écrit également dans la publication de la bourse du travail de Lorient, le Prolétaire du Morbihan[6]. C’est un militant très présent dans les milieux libertaires de Lorient. Ce groupe a été particulièrement actif durant la campagne contre la loi des trois ans, menée conjointement avec la SFIO. Ihuel appartient à un petit groupe de syndicalistes toujours fidèles à l’action directe que revendique pourtant de moins en moins la direction centrale de la CGT avant la Première Guerre mondiale. Si les syndicalistes gardent leur autonomie vis-à-vis des socialistes, on peut voir partout dans le pays que de nombreux militants de la CGT, dans les mois précédents le conflit, adoptent de plus en plus une ligne réformiste qui les éloigne des revendications révolutionnaires. Un tel positionnement a sans aucun doute favorisé l’acceptation de la guerre chez ces militants ouvriers. Mais en ce qui concerne Jean-Michel Ihuel, les différentes indications le concernant semblent corroborer ce que le Nouvelliste du Morbihan a rapporté le 7 août : c’est un « Sans patrie » et pour cette raison, il mérite la prison. Après son arrestation, il passe devant le conseil de guerre maritime le 19 août 1914. Mais les faits qui lui sont reprochés nécessitent de longs compléments d’enquête et le militant ouvrier passe à plusieurs reprises devant le conseil de guerre dans les mois qui suivent, jusqu’en novembre 1914.

Le procès

Si on en croit l’article du 7 août 1914, l’affaire semble être assez simple : Ihuel a proféré des paroles antimilitaristes, il doit en temps de guerre être condamné. Mais son procès dure jusqu’en novembre, avec plusieurs audiences contradictoires. C’est le signe que les crimes qui lui sont reprochés, ne sont pas forcément avérés.

Il est surtout assez difficile pour l’historien d’établir ici les faits avec certitude. En effet, les sources que j’ai à ma disposition sont les comptes rendus d’audience parus dans la presse[7], des rapports de police et quelques documents liés à l’affaire mais postérieurs de plusieurs années aux événements. Il existe sans aucun doute de nombreuses autres traces du procès et d’autres sources disponibles[8], mais on peut toutefois évoquer l’affaire dans ses grandes lignes dès à présent.

 En clair, l’accusé conteste avoir crié contre l’armée française et nie tout au long de son procès avoir dit les slogans antimilitaristes. Les témoins ne sont plus sûrs d’avoir entendu de telles paroles et les autorités militaires semblent avoir des difficultés à établir les faits. Une telle confrontation contradictoire des sources n’est pas sans rappeler les travaux de l’historien Carlo Ginzburg, qui a souvent étudié les correspondances entre le travail du juge et celui de l’historien[9]. Dans ce cas précis, je partirai du principe qu’il est presque impossible de savoir si réellement le militant ouvrier a fait ce qu’on lui reproche. Ce qui m’intéresse davantage, c’est l’étude des arguments des uns et des autres, les liens avec le contexte plus général des premiers jours de la guerre, et plus encore l’intérêt de cette affaire pour comprendre comment des militants ouvriers, antimilitaristes et révolutionnaires avant guerre, se sont finalement ralliés à la guerre contre l’Allemagne.

La première impression que l’on peut avoir lorsque l’on se plonge dans le procès, c’est de considérer qu’il est normal que Jean-Michel Ihuel nie les faits pour éviter la prison. Il a volontairement refusé d’enlever son chapeau alors que tous les présents le faisaient. On peut rapprocher ce fait des idées  des anarchistes toujours tentés par l’action directe et l’opposition à l’ordre établi. Pourtant au fil des semaines, les doutes sont de plus en plus nombreux. Lors de la première audience, les témoins à charge qui affirment que le militant a effectivement crier « Vive l’Allemagne » sont peu nombreux ; d’autres témoins qui étaient juste à côté de l’accusé affirment n’avoir rien entendu ! Les gendarmes et les policiers n’ont eux non plus rien entendu alors qu’ils étaient proches de la scène. La seule chose dont on soit sûr est que l’accusé n’a pas ôté son chapeau comme le reste de la foule en signe de respect pour le drapeau. Il l’explique par le fait qu’il était concentré pour essayer de trouver un cousin qu’il pensait être mobilisé au 262e régiment qui défilait. Le conseil de guerre réuni le 19 août ajourne sa décision en demandant un complément d’enquête. L’accusé a droit à la liberté provisoire et doit revenir en justice quelques semaines plus tard. Ihuel demande un pourvoi en révision au conseil de guerre de Brest qui l’estime pas recevable, et il est donc à nouveau en audience à Lorient le 7 octobre.

On retrouve dans les archives que les autorités maritimes ont mené une enquête poussée sur le militant ouvrier, sur ses proches et sa famille. Mais on voit également que son cas fait l’objet d’examens de plusieurs autres personnes. Il est très lié à Yves Trévennec, le secrétaire de la Bourse du travail de Lorient qui connaît bien Léon Jouhaux, le secrétaire général de la CGT. Le secrétaire de la Bourse est également apprécié du préfet du Morbihan car Trévennec a su être un chef de file responsable des syndicalistes dans des affaires précédentes d’arbitrage. C’est en quelque sorte la caution morale du suspect et il est intervenu pour que Ihuel soit lavé des soupçons contre lui. Au même moment, d’autres affaires similaires ont lieu : ainsi à Brest, un ouvrier accusé d’avoir lui aussi crié des slogans pacifistes est jugé le 4 septembre 1914 et est condamné à un mois de prison. Le procès n’a duré que quelques minutes et le prévenu n’a pas contesté ce qu’on lui reprochait. Pourtant Ihuel de son côté nie toujours.

Le 7 octobre 1907, il est défendu par un avocat de Paris, Maurice Juncker : membre de la SFIO, il a défendu régulièrement des syndicalistes auparavant souvent avec l’aide de l’avocat Pierre Laval. Il assure de plus la direction de la revue Le Droit ouvrier qui est d’une grande aide pour les syndicalistes de la CGT dans tout ce qui concerne le droit social et le droit des militants ouvriers. On peut raisonnablement penser que la venue de cet avocat, pourtant mobilisé à ce moment, montre que la CGT nationale souhaite apporter son secours à l’inculpé. Il faut dire que Léon Jouhaux aide durant la Première Guerre mondiale tous les militants ouvriers qui sont inquiétés par les autorités. C’est un recours qui a du poids, d’autant qu’il s’est rallié à la défense du pays et à l’Union sacrée. Le jour de l’audience, il n’y a plus de témoin qui a entendu directement l’accusé crier des slogans pacifistes et l’interrogatoire montre la difficulté qu’il y a à établir la vérité :

« M.Yves Trévennec, secrétaire général de la Bourse du travail, connaît intimement le prévenu. Celui-ci lui a exprimé, bien avant l’incident son indignation contre les Allemands, qui avaient violé la neutralité de la Belgique. Il estime qu’il y a eu machination pour perdre Ihuel. D’ailleurs, à la Bourse du Travail, en raison des agissements des ennemis, tous les camarades se sont montrés patriotes et ont même créé une caisse de secours pour les blessés ou leurs familles. [10]»

Il est condamné pour avoir proféré des injures contre l’armée à 45 jours de prison malgré une longue plaidoirie de Maître Juncker qui a montré les insuffisances de l’accusation. Ihuel se pourvoie en cassation contre le jugement sur les conseils de son avocat, qui  mobilisé comme sergent de la territoriale et affecté à Hennebont ne peut plus ensuite le défendre. La dernière audience a lieu le 5 novembre 1914 : mais l’ouvrier n’a pas d’avocat, le conseil de guerre ne souhaite pas à nouveau ajourner la décision et désigne assez étonnamment comme défenseur le gendarme qui était chargé du service d’ordre dans la salle ! On réinterroge l’accusé :

« -Vous n’avez pas pu vous montrer patriote en restant couvert devant le drapeau.

– Il y a plusieurs façons de comprendre le patriotisme et je me crois aussi patriote que vous.

– Vous avez dit n’avoir pas vu le drapeau. Si vous l’aviez vu, l’auriez-vous salué ?

– Je pense que oui. Je ne fuis aucune responsabilité. Si j’avais crié, je vous le dirai.[11] « 

Jean-Michel Ihuel est condamné cette fois-ci à 30 jours de prison et il a épuisé tous ces recours. L’accusation insiste davantage sur le fait qu’il ne se soit pas découvert devant le drapeau que sur les injures contre l’armée, dont plus personne n’est sûre qu’elles aient été finalement prononcées.

Après avoir purgé sa peine à la prison maritime de Brest, Ihuel revient à Lorient. Le journal de la bourse du travail publie un seul numéro durant la guerre en janvier 1915, soit quelques jours après sa libération. Le syndicaliste a voulu y publier une lettre de remerciement à ses soutiens mais la lettre est censurée : on ne trouve finalement qu’un petit encart pour signaler cela. Le militant ouvrier était alors en âge de combattre mais je ne sais pas s’il a été mobilisé. On perd sa trace durant les années de la guerre.

 Le mouvement ouvrier en guerre

Une du Prolétaire breton, janvier 1915
Une du Prolétaire breton, janvier 1915

Les enseignements que l’on peut tirer cette affaire Ihuel sont assez nombreux : l’accusé tout d’abord ne cherche pas à cacher son passé de syndicaliste antimilitariste et affirme qu’il pouvait très bien agir de cette façon en temps de paix s’il respectait les lois. Il explique également ses sentiments concernant les premiers jours de la guerre. Pour lui, c’est une guerre défensive contre l’Allemagne. Ce pays a envahi la Belgique qui était un pays neutre et plusieurs exécutions de Français dans les premiers jours du conflit ont servi de révélateur. Selon Ihuel, ces crimes allemands expliquent son ralliement à l’Union sacrée et à la défense nationale. On retrouve à de nombreuses reprises de telles justifications parmi les militants ouvriers et socialistes au même moment : les « atrocités allemandes », vraies ou fausses, ont un fort impact sur l’opinion publique[12]. Il faut donc revenir sur les conséquences de ces événements, dont certains se sont révélés plus tard inexacts, pour comprendre pourquoi les militants ouvriers se rallient aussi facilement à la défense de la patrie. On devine également toutes les tractations entre les autorités civiles, les autorités militaires et les représentants de la CGT dans le déroulement de l’affaire. Si l’armée souhaite condamner rapidement les inculpés, les autorités civiles et la CGT ,agissant comme un groupe de pression, ont une action de contrôle dont on peut voir l’action durant toute la guerre. Les nombreuses doléances, conservées aujourd’hui et adressées à Léon Jouhaux, aux ministres socialistes du gouvernement comme Albert Thomas, ou à l’échelle locale au seul député socialiste de Bretagne, Emile Goude, sont des révélateurs des évolutions du comportement des militants durant le conflit. Leur analyse raconte l’adhésion à la défense nationale, la difficulté à agir à la fois en tant que militant et en tant que soldat, mais aussi la défiance des autorités militaires et les illusions perdues devant la longue durée de la guerre. C’est pourquoi j’aborderai dans le prochain billet le parcours de deux militants ouvriers, inscrits au carnet B mais qui à la différence de J.M.IHuel, ont  participé avec certitude aux combats de la Grande Guerre. Il s’agit d’Yves Trévennec, déjà évoqué ici, et de Victor Pengam, militant syndicaliste révolutionnaire de Brest.

Mais il faut revenir pour terminer ce billet à Jean-Michel Ihuel. Il laisse ensuite peu de traces dans les archives même s’il est toujours surveillé par les autorités militaires. J’ai retrouvé presque par hasard sa trace en 1921.L’ « ombre de l’ombre » peut-être? Lors d’une réunion à Lorient, devant 1000 personnes, il est désigné pour être le président de séance[13]. La réunion donne lieu à un affrontement entre socialistes et communistes et elle se termine dans la confusion. Ihuel regrette les divisions entre les deux partis mais s’affirmant anarchiste, il  ne veut pas prendre parti dans cette querelle. Toujours un peu marge.


[1] André Breton à Théodore Fraenkel, début août 1914, cité in Marguerite Bonnet, André Breton. Naissance de l’aventure surréaliste, Paris, édition José Corti, 1988,  p.45.

[2] Le Nouvelliste du Morbihan, 7 août 1914. Ce journal est consultable en ligne sur le site des archvies départementales de Lorient.

[3] Le Nouvelliste du Morbihan, 7août 1914.

[4] Jean-Jacques Becker, Le carnet B. Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, éditions Klincksieck, 1973

[5] Archives Départementales du Morbihan, M1773 et M4553.

[6] Ce journal est consultable en ligne sur le site des Archives départementales du Morbihan.

[7] C’est avant tout le Nouvelliste du Morbihan qui évoque le procès, les autres titres de la presse régionale ne l’évoque pas.

[8] Ihuel est également mentionné dans les rapports de surveillance de l’armée que l’on peut consulter au SHD de Vincennes, voir par exemple les séries 16N 1546-1548 : propagande défaitiste ou révolutionnaire, surveillance des militaires suspects de propagande pacifiste ou antimilitariste.

[9] Voir par exemple Carlo Ginzbug, Le Juge et l’Historien, Lagrasse, Verdier, 1997 et Le Fil et les traces. Vrai faux fictif, Lagrasse, Verdier histoire, 2010.

[10] Le Nouvelliste du Morbihan, 7 octobre 1914.

[11] Le Nouvelliste du Morbihan, 5 novembre 1914.

[12] John Horne et Alan Kramer, 1914.Les atrocités allemandes. La vérité sur les crimes de guerre en France et en Belgique, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2011.

[13] Archives Départementales du Morbihan, M 1762, PS-SFIO, 1911-1939, rapport du commissaire de police de Lorient au préfet, 5 juin 1921.