Archives quotidiennes :

L’action par le cinéma : Brest, mars 1913

Même si en apparence je m’éloigne avec ce nouveau billet de mon projet évoqué précédemment portant sur l’étude de militants ouvriers inscrits au carnet B, je voudrais aussi aborder la question de l’utilisation du cinéma comme outil de propagande. Lorsque que l’on étudie cette question, on tombe obligatoirement sur quelques travaux de recherche concernant le groupe du Cinéma du Peuple, créé dans la seconde partie de l’année 1913. Gustave Cauvin en est le principal acteur : anarchiste, militant de l’antialcoolisme, il fréquente les milieux du militantisme ouvrier pour diffuser ses idées par l’intermédiaire de films concernant la question sociale. Si les travaux de recherche le concernant sont relativement nombreux, on a parfois du mal toutefois à suivre son parcours. Dans la genèse du Cinéma du Peuple, il est très fréquemment mentionné l’organisation d’une projection à Brest en 1913. C’est ce qui m’a fait m’intéresser au sujet. Cette séance semble être l’une des premières utilisations du cinéma comme outil de diffusion des idées du mouvement ouvrier. Mais quelques zones d’ombre demeurent et j’aimerais tenter d’apporter quelques éléments nouveaux.

Gustave Cauvin et le Cinéma du Peuple : un parcours historiographique

Logo du cinéma du Peuple, photo DR
Logo du cinéma du Peuple, photo DR

Sauf erreur de ma part, la première étude conséquente sur le Cinéma du Peuple a été écrite par Tangui Perron dans son article « ‘Le Contrepoison est entre vos mains, camarades’. CGT et cinéma au début du siècle » paru dans la revue le Mouvement social[1]. La défiance du mouvement ouvrier vis-à-vis de ce nouveau moyen d’expression est étudiée, ainsi que l’historique du Cinéma du Peuple. On y mentionne en particulier la séance cinématographique qui a lieu à Brest en 1913 : on y projette quelques saynètes comiques, un documentaire ainsi qu’un plus long métrage L’Assommoir tiré de l’œuvre de Zola. Tangui Perron a précisé récemment, avec Nina Almberg, le parcours de Gustave Chauvin avec de nombreux compléments dans l’article « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin [2]». Isabelle Marinone a également abordé la biographique de Cauvin et ses liens avec l’anarchisme dans « Gustave Cauvin, the inventor of educational cinema [3]». On dispose également de mises au point sur son parcours militant comme dans le récent Dictionnaire des anarchistes[4].

On trouve également d’autres évocations de Cauvin dans quelques autres travaux. Toutefois, sauf erreur de ma part, en ce qui concerne la séance de 1913 qui a lieu à Brest, on mentionne simplement le programme sans préciser la date exacte. Surtout, en s’intéressant à son contexte précis, on se rend compte qu’elle a lieu à un moment particulier de l’histoire de la ville.

Deux séances de cinéma ouvrier  pour le prix d’une !

Gustave Cauvin qui destine ses projections aux libertaires, aux socialistes, aux syndicalistes et aux coopérateurs est à Brest à la fin du mois de mars 1913.La séance évoquée a lieu le samedi 29 mars. Si je n’ai pas retrouvé de compte-rendu de cette réunion, son programme complet est donné dans le journal de la fédération socialiste du Finistère le Cri du Peuple en date du 29 mars. La séance doit commencer par une allocution de Gustave Cauvin, puis il y a une représentation des pupilles de la Maison du peuple. Ce groupe est dirigé par le libertaire Victor Pengam et constitue une œuvre éducative pour les enfants des classes ouvrières qui comprend un éveil à la culture et une éducation basée sur des principes pédagogiques novateurs. Plusieurs films sont également au programme : Little Moritz fait du sport, une comédie, Saida bouleverse la force armée, là encore une comédie ; il y en plus trois documentaires et surtout un reportage sur la mobilisation contre la loi des trois ans qui venait d’avoir lieu au Pré Saint Gervais le 16 mars précédent. Enfin L’Assommoir est également projeté devant le public. On précise que les vues sont commentées par Cauvin et Pengam.

Si la programmation ne comporte pas de films réalisés par les militants ouvriers, on peut voir toutefois que les vues sur la manifestation du Pré Saint Gervais sont projetées assez rapidement – une dizaine de jours- après le déroulement du rassemblement.

Il faut également revenir sur la date de la séance : depuis le 22 mars, Brest accueille le congrès national de la SFIO et cela doit durer une semaine. On voit donc que le spectacle est prévu pour clore le congrès. Dans la réalité, cela ne se fera pas puisqu’à la suite de discussions houleuses, le congrès ne dure finalement que trois jours. Mais ce qui est essentiel ici, c’est que la séance de propagande par le film était prévue pour avoir lieu à un moment où les dirigeants socialistes seraient nombreux en ville. La séance se place sous l’égide de la ligue anti-alcoolique, de la jeunesse syndicaliste et de la bourse du travail. Sauf erreur de ma part, cette proximité des deux événements n’a pas été jusqu’à présent soulignée. Surtout ce n’est pas une séance qui est prévue, mais deux ! Là encore le journal de la SFIO nous est précieux, car si on ne trouve pas de compte rendu de la séance du 29 mars, on peut lire un résumé de la séance qui se déroule le mardi 25 mars. C’est la ligue pour le suffrage des femmes qui organise la soirée, sous la présidence du socialiste Francis de Pressensé. Plusieurs milliers de personnes sont présentes et de nombreux dirigeants de la SFIO sont parmi les spectateurs. C’est Cauvin qui a mis en place la programmation : un film contre les méfaits de l’alcool, des vues sur les mobilisations internationales contre la vie chère et contre la guerre. Ces films ont produit selon le journal «  une énorme impression » et c’est Victor Pengam qui a fait les commentaires des images.C’est l’association « L’Avenir cinématographique » qui avait mis à disposition le matériel de projection. Ce groupe, auquel appartient Gustave Cauvin, peut être considéré comme la première étape de la naissance du Cinéma du Peuple.

Extrait du Cri du Peuple, 29 mars 1913
Extrait du Cri du Peuple, 29 mars 1913

Cauvin est également un militant de groupes anti-alcooliques : cinéma et lutte contre l’alcoolisme vont de paire pour lui. Et lors du congrès de la SFIO, on retrouve l’intervention d’un délégué de la Seine : « il faut qu’on précise la question agraire, la question des monopoles et même une autre question qui est celle de l’alcoolisme[5]» Ce délégué qui souhaite que le parti socialiste s’occupe la lutte contre l’alcoolisme s’appelle aussi Cauvin ! Je sais pas pour vous, mais deux Cauvin dans la même ville au même moment, dont l’une des préoccupations est identique, il me semble que l’on peut s’interroger pour savoir s’il ne s’agit pas du même. Le Gustave Cauvin anarchiste d’avant guerre adhère à la SFIO après 1918 selon les études que j’ai pu consultées. Peut-être qu’en réalité dès 1913, il est membre de cette organisation politique, c’est du moins ce que je pense. Mais il faut poursuivre la recherche, su ce point, comme sur de nombreux autres. Je reviendrai dans le prochain billet sur les militants ouvriers Pengam, Trévennec et Le Levé pour étudier leur parcours durant la Grande Guerre.


[1] Tangui Perron  «  ‘Le Contrepoison est entre vos mains, camarades’. CGT et cinéma au début du siècle » Le Mouvement social, n°172, juillet-septembre 1995, p. 21-38.

[2] Nina Almberg, Tangui Perron, « « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin » 1895, n°66, 2012, p. 34-49.

[3] Isabelle Marinone «  Gustave Cauvin, the inventor of educational cinema », Cinéma et Cie, n°11, 2008, p.79-90.

[4]Guillaume Davranche, Rolf Dupuy, Marianne Enckell, Hugues Lenoir, Anthony Lorrry, Claude Pennetier, Anne Steiner, Les anarchistes. Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, Paris, éditions de l’Atelier, 2014.

[5]   Compte rendu sténographique, 10e Congrès national de la SFIO, Brest, 23-24-25 mars 1913, p.348.