Archives mensuelles : décembre 2014

Une si longue attente

L’inhumation du corps de Joseph Rollo a lieu le 18 décembre 1960, quinze ans après sa disparition. Arrêté le 31 mars 1944, il meurt en déportation en avril 1945. Le 21 novembre 1946, une première cérémonie en souvenir des enseignants et des élèves morts à cause de l’occupation nazie avait eu lieu. Dans la crypte de la Sorbonne, 12 emplacements pour les dépouilles de résistants avaient été préparés, mais deux caveaux étaient restés vides, celui de Joseph Rollo et celui de Georges Lapierre, tous les deux décédés des suites de leur engagement dans la clandestinité au sein du Syndicat national des instituteurs, le  » S.N. » dont ils ont été les secrétaires généraux durant la Seconde Guerre mondiale. Les restes du corps de Rollo sont retrouvés après une longue enquête. Le 18 décembre 1960, une première cérémonie est réservée aux syndicalistes et aux socialistes amis du défunt. Son cercueil est drapé d’un drap rouge. Joseph Rollo, c’est en effet, comme quelques autres, un peu le parcours en résumé des militants sur lesquels je travaille : instituteur syndicaliste et pacifiste avant 1914, il participe à la Première Guerre mondiale, adhère ensuite à la IIIe Internationale, tout en devenant un syndicaliste enseignant de premier plan. Il quitte rapidement le Parti communiste, retourne au Parti socialiste, où il devient un des chefs de file de la fédération du Morbihan. Parallèlement, il devient un des leaders nationaux du S.N. Dans les deux organisations, il s’intéresse en particulier à la laïcité et au pacifisme. Comme beaucoup d’autres, son idéal de paix évolue dans l’entre-deux-guerres, tant le contexte international oblige à réexaminer sans cesse les conséquences du pacifisme. Il participe rapidement à des actions clandestines après 1940, et devient un des responsables clandestins du SNI qui se reconstitue alors.

Le dossier personnel de l’Inspection académique du Morbihan le concernant contient plusieurs documents sur sa carrière et sur la période de l’occupation. Lorsqu’il est arrêté en mars 1944, sa femme Renée, elle-même militante socialiste et syndicaliste, fait toutes les démarches pour essayer de retrouver sa trace, pour comprendre ce qu’on lui reproche, pour obtenir sa libération. Elle contacte aussi d’anciens militants devenus collaborateurs de haut rang, comme Georges Albertini. Malgré toutes ses démarches, Son mari est déporté, puis il disparaît en avril 1945. L’annonce de sa disparition n’arrive que plus tard, le contexte de fin de guerre sur le territoire européen expliquant bien des attentes et des confusions.  On devine dans les documents d’archives que la recherche de sa dépouille a été longue et douloureuse pour sa famille. Au début de l’année 1960, on découvre un corps qui pourrait correspondre : l’identification demande du temps et c’est sa fille qui effectue les démarches permettant d’avoir un avis définitif.

Après une si longue attente, au matin du 18 décembre, après la première cérémonie rue de Solférino, là où se situaient alors les sièges des fédérations syndicales des fonctionnaires ( CGT, FO et FEN), un cortège officiel accompagne la dépouille de Joseph Rollo à la crypte de la Sorbonne.  Le drap rouge a été remplacé par un drapeau tricolore, le militant devenu figure nationale. Chaque personne présente jette une fleur rouge devant le cercueil.

Il va falloir trouver le temps d’étudier en historien de telles longues attentes, aussi bien après la Première Guerre mondiale qu’après 1945. Mais déjà, ici ou ailleurs, l’écriture est repartie… En attendant la suite.

PS: un grand merci à Luc Bentz pour sa relecture et ses conseils.