Archives mensuelles : mars 2015

La curiosité est une qualité que l’on doit cultiver

Au début de l’année 1914, un groupe de militants bretons établis à Paris lance une nouvelle publication : Le Prolétaire breton à Paris. Ce mensuel de quatre pages est sous titré Organe mensuel du groupe des originaires de Bretagne et plusieurs socialistes y écrivent durant seulement quelques mois puisque le titre disparaît dès les premiers instants de la Grande Guerre. L’existence de ce journal n’est presque jamais mentionnée dans les différents travaux portant sur le mouvement ouvrier en Bretagne, mais on peut y lire plusieurs articles qui éclairent la culture militante socialiste de ce temps, et surtout les liens entre la question régionale et l’internationalisme. C’est pourquoi je m’y intéresse plus particulièrement. Mais dans ce billet, je voudrais davantage revenir sur un article écrit par Augustin Hamon et sa femme à propos de l’éducation. Peut-être parce qu’il m’a semblé à la première lecture qu’il était encore d’actualité.

Le Prolétaire breton de Paris, 1er avril 1914

Propos sur l’éducation, A. et H. Hamon, 1er avril 1914

«  L’opinion générale que l’école, le collège et le lycée doivent être surtout des lieux où l’on acquière diverses connaissances inscrites à des programmes est tout à fait contraire à leur réelle nature. L’école doit être un lieu où l’on apprend à l’enfant à avoir la curiosité de connaître, le désir de savoir et où on lui enseigne la manière de s’y prendre pour trouver les connaissances dont il a besoin. Il ne faut pas, comme malheureusement y oblige la manie des programmes, bourrer les cervelles humaines de connaissances encyclopédiques dont elles ne s’assimilent pas d’ailleurs la plus grande partie. Il faut développer chez l’enfant la curiosité, cet instinct que tous les humaines possèdent et qui est une des causes du progrès humain. La curiosité est une qualité que l’on doit cultiver et non un défaut que l’on doit refréner. »

Le propos des auteurs se poursuit avec une conception de l’éducation qui mériterait une attention particulière et une contextualisation certaine. J’ai aussi souri aux idées généreuses ici écrites en pensant au témoignage que Louis Guilloux a laissé dans l’Herbe d’oubli à propos d’Augustin Hamon, qui n’apparaît pas comme un pédagogue patient, mais plutôt comme un être bourru et colérique.

Pourtant l’article du couple Hamon sur l’éducation contient beaucoup de choses intéressantes, pour comprendre les questions d’éducation, hier et aujourd’hui. Oui effectivement, je crois que la curiosité est une qualité que l’on doit cultiver…

PS : ce petit billet est une dédicace pour Anthony Lozach !