Archives mensuelles : août 2015

« Les hommes partent avec un élan superbe »

On trouve la phrase qui me sert de titre pour ce billet dans le JMO du 62e régiment d’infanterie en date du 31 mars 1917. Au petit matin, une offensive est en effet lancée dans le secteur de  Vrégny, dans l’Aisne, pas très loin de Soissons. L’attaque est couronnée de succès mais le JMO précise que le bataillon à l’origine de l’action a perdu 80 soldats morts ou blessés durant l’assaut. Parmi eux, on trouve Joseph Vételé, qui a 33 ans au moment de sa disparition. C’est un soldat qui connaît bien l’armée puisqu’il a été engagé volontaire dans sa jeunesse pour servir en Indochine. Mais depuis plusieurs années, il s’était installé à Brest, où il exerçait le métier d’ouvrier menuisier. En août 1914, il est, comme d’autres, rappelé sous les drapeaux et sa fiche matricule mentionne qu’il participe à la campagne contre l’Allemagne jusqu’à sa mort.

« Tué à l’ennemi » après avoir participé à un assaut « avec un élan superbe ». Une histoire parmi tant d’autres. Pourtant, ce soir je me suis arrêté sur son cas. Parce que derrière le portrait rapide que je viens de brosser, il y a quand même quelques accrocs dans l’image de ce « tué à l’ennemi ».

Au moment de la mobilisation contre la Loi des trois ans en 1913, les pouvoirs publics établissent tout un ensemble de rapports et d’enquêtes sur le mouvement ouvrier. Brest est perçue alors comme un foyer d’agitation qu’il faut surveiller. La municipalité est socialiste et a régulièrement maille à partir avec la préfecture maritime. Le député de la ville, Émile Goude, appartient également à la SFIO. Mais si certains socialistes inquiètent à cause de leur antimilitarisme, ce sont surtout les syndicalistes révolutionnaires brestois qui sont davantage surveillés. Dans chaque département du pays, des listes de militants sont ainsi établies afin de garder un œil policier sur ceux qui seraient susceptibles de devenir dangereux. Il n’y en a pas partout d’ailleurs, puisque le préfet du département voisin des Côtes-du-Nord signale qu’il n’y a chez lui aucun militant dangereux à surveiller. À Brest par contre, ils sont nombreux à être inscrits dans ce que les autorités appellent le carnet B, c’est-à-dire la liste des personnes qu’il faudra arrêter de toute urgence en cas de guerre car ils sont supposés mettre en péril la mobilisation. On trouve dans cette liste quelques socialistes cependant, ceux surtout qui ont commencé à militer dans les rangs libertaires. Il y a, à ce moment, un courant qui revendique l’action directe au sein du parti socialiste, et ce sont ses représentants brestois qui sont inscrits dans ce carnet B. Mais dans cette liste, on retrouve Joseph Vételé, caractérisé par ces mots : « antimilitariste et révolutionnaire militant ». Il appartient, en effet, à l’union des ouvriers du bâtiment de Brest et participe très régulièrement aux réunions de la Bourse du travail, qui est dominée par les syndicalistes révolutionnaires rassemblés autour de la figure de Victor Pengam, leader anarchiste de Brest. Et Joseph Vételé a aussi d’autres faits qui laissent des traces dans les rapports des pouvoirs publics : lorsqu’il est au 2e régiment d’infanterie coloniale, il est condamné à six mois de prison pour vol à un particulier. Puis, il est muté dans un bataillon disciplinaire. On sait qu’il débarque à Toulon le 19 juin 1909. Sa fiche matricule semble ensuite plus imprécise, mais on trouve quelques mois plus tard un entrefilet dans l’Humanité du 1er septembre 1909 où un soldat Vételé provenant d’un régiment colonial est mentionné… S’agit-il de Joseph ? On peut peut-être le penser. Que dit cet article ?

« On vient de découvrir à la prison militaire du fort Lamaigue, à Toulon, l’évasion de huit soldats prisonniers qui ont pu desceller un barreau de leur cellule, côté est de la prison (…) Les conditions dans lesquelles s’est effectuée cette évasion indiquent une audace peu commune. » En effet, la prison est entourée de très hautes murailles que les évadés ont dû descendre au péril de leur vie. L’article précise qu’ils sont vivement recherchés car considérés comme très dangereux. Alors, est-ce que le soldat du régiment colonial Vételé est le Joseph Vételé en question ? Le profil pourrait correspondre mais je n’en sais pas plus pour le moment.

La fiche matricule précise évidemment que le certificat de bonne conduite est refusé au moment où Joseph quitte l’armée. Résumons : condamné à la prison, militant révolutionnaire, inscrit au carnet B, possible évadé, antimilitariste, tout cela fait sans doute beaucoup pour les autorités militaires lorsqu’elles voient le soldat Vételé revenir sous les drapeaux. J’ai cherché dans le journal de la bourse du travail de Brest, Le Finistère Syndicaliste, si on trouvait son nom, mais pour le moment j’ai échoué. Joseph Vételé, qui a droit à une courte notice biographique dans l’indispensable Dictionnaire biographique qu’est le Maitron, semble n’avoir laissé que peu de traces, et encore celles-ci proviennent exclusivement des autorités politiques ou militaires. Il est mobilisé dans le 62e RI de Lorient, a priori pas dans un bataillon disciplinaire comme d’autres inscrits au carnet B le sont au même moment. Car, si les inscrits à ce fameux carnet n’ont pas été immédiatement arrêtés dans les premiers jours de la mobilisation, ils sont cependant surveillés durant toute la guerre et certains ont droit à des traitements de « faveur » : bataillons disciplinaires, ou, assez rapidement, envoi en première ligne. Certains de ces militants ouvriers ou socialistes que j’étudie font d’ailleurs de très bons soldats qui sont ensuite régulièrement félicités par les autorités militaires. Mais en ce qui concerne Joseph Vételé, ce n’est pas exactement le cas ! Il est en effet condamné un an plus tard, le 16 août 1915 à cinq ans de travaux publics. Le motif de la condamnation ? « Refus d’obéissance sur un territoire en état de guerre et outrage envers un supérieur pendant le service ». Toutefois, la peine est suspendue et après presqu’un an de détention, Vételé est libéré et il repart au front le 29 juin 1916. Ensuite, plus rien avant la mention de sa disparition le 31 mars 1917.

Voilà, ils sont sans doute très nombreux durant la Grande Guerre les exemples comme celui que je viens d’évoquer. Mais en lisant son histoire et en cherchant des informations complémentaires, je trouvais que ce Joseph Vételé méritait une attention particulière. Je crois surtout que cela vaudra le coup plus tard de chercher d’autres informations sur lui. Tout simplement parce que je ne suis pas sûr qu’il soit parti à l’assaut le 31 mars 1917 « avec un élan superbe ».