Archives mensuelles : novembre 2015

À quoi sert un syndicat ? Retour sur une enquête sociologique oubliée des années Trente

 

Au départ, il y a le hasard. Les archives départementales du Finistère ont mis en ligne la plupart des titres importants de la presse militante et ouvrière de la première partie du XXe siècle. Ce dispositif allège considérablement le travail du chercheur en histoire, qui de chez lui, à n’importe quel moment, peut ainsi consulter une source inestimable sur l’histoire du mouvement ouvrier. Les journaux socialistes (comme Le Cri du Peuple, L’Égalitaire ou le Breton socialiste), communistes (Germinal), anarchistes (Le Flambeau) sont ainsi disponibles et je ne peux que remercier vivement l’ensemble des personnels des Archives départementales du Finistère pour avoir mis en ligne cette documentation précieuse. Il y a de nombreuses autres publications qui sont également en ligne, et parfois la curiosité, ou bien encore la lassitude, font qu’il m’arrive de jeter un œil sur des périodiques que je ne connais pas. Pour vérifier qu’on ne loupe pas une information, une source inconnue, ou pour juste changer de support parce que consulter la presse ancienne à longueur de journée a aussi quelque chose de fastidieux. Et donc hier, je me suis retrouvé, davantage par acquis de conscience, à consulter une revue publiée entre 1931 et 1933, La Revue de l’Ouest, parution mensuelle que je ne connaissais pas du tout. Prenant quelques numéros au hasard, je me suis vite rendu compte qu’il s’agissait d’une petite revue littéraire où les questions sur la région bretonne semblaient prédominantes. Pas franchement en conséquence ce que je cherchais. Et puis, parce qu’il faut sans doute se méfier de sa première impression, j’ai continué à consulter les sommaires de cette revue. Avec une première surprise : on trouve en 1931, plusieurs articles d’un dénommé Pierre Mendès France, essentiellement sur des questions économiques. S’agit-il d’articles inédits ? Ou de reprises d’autres publications comme cela arrive très fréquemment dans la presse de province, je ne le sais pas. Mais cette première découverte fut assez étonnante pour poursuivre une rapide consultation.

Depuis,  je n’ai pas arrêté de lire la revue et je me retrouve ici à écrire ce billet, c’est que donc cela valait le coup… De juin à novembre 1931, La Revue de l’Ouest publie une série d’articles intitulée « Notes sur le syndicalisme. Étude sociologique. Application à quelques centres de l’Ouest ».  L’auteur, qui est par ailleurs le directeur de la publication, est Robert Herzzkowiza,  m’était totalement inconnu. Alors il  a fallu commencer à chercher, à mener une enquête.

Une enquête inconnue

Les enquêtes sociologiques sur le monde ouvrier ne sont pas rares depuis le XIXe siècle, et elles appartiennent d’ailleurs au « panthéon » des études sociologiques, puisque presque tous les pères de la discipline ont travaillé sur ce point. C’est ce que je me suis dit en commençant la lecture des articles, me rappelant vaguement par exemple les enquêtes de Maurice Halbwachs. Et plus j’avançais dans la lecture, plus je me trouvais en face d’une source au contenu très riche, novateur et inestimable. Robert Herzzkowiza avait en effet interrogé plus d’une centaine d’adhérents à des syndicats de la région de Brest à partir d’un questionnaire écrit et d’entretiens oraux au tout début des années Trente. Dans son compte rendu de l’enquête, il mentionnait les questions posées, des extraits denses des réponses des militants, et il exposait l’ensemble de sa méthode d’enquête. Autant d’éléments qui font de son étude une source précieuse.

Alors il a fallu commencer par le début, se poser la première question : qui était ce Robert Herzzkowiza ? Rien dans le Maitron, très peu d’indications ailleurs, mais quelques traces toutefois. Il est né le 31 décembre 1901 à Pau, mentionne un annuaire consulté sur Gallica. Agrégé de philosophie, il enseigne dès les premiers temps de sa carrière au lycée de Brest. Rapidement, il se lance dans la publication d’une revue littéraire, accompagné de sa femme, professeure de lettres, et de ses collègues du lycée. En creusant, on trouve qu’il a été par ailleurs collaborateur de la Revue d’histoire économique (est-ce là qu’il fait la connaissance de Pierre Mendès France ?) et qu’il a mené des recherches sur Spinoza et Proudhon. Mais davantage que la philosophie ou l’économie, c’est la sociologie qui semble le passionner, et l’enquête qu’il réalise sur le syndicalisme ouvrier de Brest fait partie d’une thèse sur les conditions de travail et sur le rôle du syndicalisme dans la cité moderne.

Mener l’enquête

Robert Herzzkowiza a réuni toute une documentation sur le mouvement syndical brestois dans l’entre-deux-guerres. Il précise ainsi qu’il a consulté la presse militante, les résolutions de congrès, les études sociologiques, philosophiques, économiques, historiques sur la question. Mais il a également pris en compte des données transmises par des militants brestois. Ainsi, il a pu consulter les comptes-rendus des séances syndicales des travailleurs de Brest, comme ceux du syndicat des dockers. Il mentionne plusieurs secrétaires de section syndicale qui lui ont permis de réunir l’ensemble du corpus documentaire. On retrouve ainsi les noms de Jean Tréguer ou de René Martin, leaders du mouvement syndical à Brest.

L’auteur précise aussi le but de son enquête :

« Il nous faut prendre notre point de départ sur ce qu’il nous est loisible de considérer comme des faits, à savoir, quant à la leçon professée : les théories, les œuvres et les institutions syndicales. [1]»

Ce qu’il appelle « leçon syndicale » est l’ensemble des discours, écrits, structures émanant des syndicats ouvriers. Mais ce qu’Herzzkowiza souhaite surtout, c’est comprendre et analyser comment un simple militant reçoit cette « leçon » et comment il intériorise l’ensemble des codes produits par les dirigeants syndicaux :

« Pour nous rendre compte de la façon dont cette leçon est assimilée par les membres du syndicat et de l’influence qu’elle peut posséder au point de vue moral, nous devions nécessairement faire appel aux affirmations des syndiqués eux-mêmes à moins de nous en tenir à la description de leurs actes (…) Ce qui nous a paru important du point de vue moral qui surtout nous préoccupe, ce sont les motifs invoqués individuellement par chaque adhérent à un syndicat pour légitimer à ses propres yeux beaucoup plus qu’aux yeux de ses camarades, ses actes et ses pensées relatifs à la vie syndicale. [2]»

En menant son enquête sociologique, l’auteur aborde également les questions d’échantillonnage, de représentativité des réponses, et s’interroge longuement sur les modalités de son travail : il insiste en particulier sur l’idée qu’il souhaite avoir des réponses de simples militants, pas seulement de responsables ou de dirigeants. Donner la parole à la masse, et non pas, comme trop souvent, y compris dans les enquêtes sociologiques sur le monde ouvrier, à l’élite militante qui produit le discours de l’institution syndicale.

Il nous renseigne également sur le corpus étudié : plus d’une centaine de militants ont répondu à ses questions, soit par écrit, soit oralement. Afin de rester purement dans la sphère syndicale, il a exclu, du moins dans un premier temps les militants de la CGTU, trop influencés selon lui par le communisme, et les militants des syndicats chrétiens. Il a donc interrogé les militants de la CGT confédérée et les autonomes (ces derniers étant les partisans du syndicalisme révolutionnaire).

D’après ses chiffres, il y a au début des années Trente, 3 500 syndiqués à la CGT à Brest, et 250 autonomes (qui sont réunis à la Maison du Peuple). Il a obtenu des réponses d’un peu plus d’une centaine de syndiqués. Leurs propos rapportés sont anonymes, associés à des numéros et à leur profession. Mais il cite très souvent cette parole ouvrière, qui trop souvent appartient aux absences de l’histoire. C’est un des aspects qui me semble essentiel ici. Mais Robert Herzzkowiza nous donne également l’ensemble des questions posées ; voici quelques exemples :

«   Le syndicat a-t-il contribué à vous rendre conscient de la dignité du travail et du rôle social de votre profession ?

  • Quelle précision de l’idée de solidarité devez-vous au syndicat ?
  • Votre liberté vous paraît-elle diminuée par le fait d’appartenir à un syndicat ?
  • Avez-vous adhéré au syndicat parce qu’il était un organe de lutte ou bien d’autres motifs vous ont-ils poussé à faire partie de ce groupement ?
  • Quelle idée, en tant que syndicaliste, vous faites-vous des devoirs et des droits de l’individu devant les droits de l’Etat ? »

On le voit ici les questions posées appellent à une réflexion poussée de la part des syndiqués qui souhaitent répondre, mais Herzzkowiza, qui précise qu’il s’interroge sur le syndicalisme en tant que force moralisatrice, explique qu’il pense avoir obtenu des réponses de simples militants, des réponses venant de la masse des syndiqués, dont il ne faudrait pas penser qu’elle est justement incapable de penser, et qu’elle délègue cette faculté aux élites de l’organisation. Ce qui l’intéresse justement, c’est de comprendre comment ce discours est intériorisé par de simples militants, comment il est transformé, modifié, voir déformé par la base syndicale. En faisant cela, il donne une parole, rare me semble-t-il pour l’époque, à de simples militants syndicaux, dont l’historien peine bien souvent à rendre compte dans son travail. De plus, les précautions méthodologiques qu’il prend, les doutes exprimés, les comparaisons qu’il fait avec des situations dans d’autres pays, les références à d’autres enquêtes de ce type menées par Halbwachs ou encore Henri de Man, font de cette série d’articles, une source précieuse pour la connaissance du mouvement ouvrier à cette époque. Pourtant, après novembre 1931, la série se termine, alors que le dernier article se termine par la mention « à suivre »…

Une enquête tombée dans l’oubli

En poursuivant la recherche au sujet de cette enquête, on voit facilement qu’elle est passée inaperçue, au moment de la réalisation, mais aussi a posteriori. Pourtant, l’organe de la CGT, Le Peuple, y fait mention au moins une fois, et l’auteur a de nombreux liens avec la Bourse du travail de la ville, où il a fait plusieurs conférences. L’enquête semble donc avoir été achevée, même s’il précise à chaque article qu’il s’agit d’un travail en cours et que tous les syndiqués peuvent réagir à ses propose s’ils le souhaitent (il donne pour cela son adresse postale afin de recevoir du courrier si nécessaire). Une telle interaction voulue est également novatrice, mais, pourtant à part l’ensemble de 24 pages que forment ces «  notes sur le syndicalisme », cette enquête semble n’avoir laissée aucune trace. Herzzkowiza avait pourtant presque terminé de rédiger sa thèse, et le questionnaire utilisé était au cœur de son travail. C’est que le 10 septembre 1932, au cours d’une balade en mer, Robert meurt noyé, laissant son travail inachevé. La revue qu’il dirigeait, continue durant quelques mois de paraître, mais seuls quelques-uns de ses poèmes sont publiés. La Revue d’histoire économique publie en hommage posthume un article de lui sur Proudhon, qui est ensuite republié sous forme de brochure en 1934. Mais de l’enquête et du travail de thèse presque achevé, on ne garde a priori pas de traces. Il ne semble plus y avoir alors que ces fragments.

On continue l’enquête

Mais peut-être n’est-ce pas réellement le cas ? Peut-être que les questionnaires rassemblés, l’étude écrite, ou encore les brouillons, sont conservés quelque part ? C’est peut-être la principale raison pour laquelle j’écris ce billet. Si par hasard, vous en savez davantage, il ne faudra pas hésiter à me le faire savoir. Une sorte de bouteille à la mer, si vous voulez. Parce qu’il faut poursuivre la recherche. Ici par exemple, je n’ai pas cité les extraits des paroles recueillies par Robert Herzzkowiza. Mais vous pouvez les lire en ligne directement dans la Revue de l’Ouest. C’est un ensemble d’articles passionnants. Donc on va continuer !

(À suivre ?)

[1] « Notes sur le syndicalisme », Revue de l’Ouest, juin 1931, p.35.

[2] Op.cit., p35-36.