Archives mensuelles : mai 2016

Je ne vous ai pas trop ennuyé avec mes salades?

J’emprunte le titre de ce billet au merveilleux roman noir de Thierry Jonquet, Les Orpailleurs. C’est une phrase que l’on peut lire à deux reprises: la première fois, l’inspecteur Rovère termine de raconter une partie tragique de sa vie à la juge d’instruction par ces mots. Quelques jours plus tard, relatant elle-même un épisode douloureux à l’inspecteur, la juge termine son histoire par les mêmes mots, copiant la même ironie mordante et le même refus de s’apitoyer sur son propre sort. Entre les deux personnages naît alors une complicité plus qu’intellectuelle. Il m’arrive souvent de me poser les questions suivantes : comment raconte-t-on un épisode tragique de sa vie ? Quels souvenirs en garde-t-on ? Comment conserver la mémoire intacte des événements ? Et surtout, comment se remémorer durablement des images, des pensées, des mots prononcés en étant sûr qu’il ne s’agit pas de souvenirs inventés ou édulcorés? Ce type d’interrogations peut se poser  particulièrement lorsque l’on travaille sur les souvenirs de guerre des combattants de la Première Guerre mondiale. Plusieurs travaux historiques se sont penchés sur cet aspect. Mais il n’est pas certain que l’on sache vraiment comment la mémoire personnelle peut se transformer en témoignage écrit, et surtout si on ne reconstruit pas, pour partie ou totalement, des souvenirs que l’on croit ensuite, de bonne foi, être la simple transcription de la réalité passée. La mémoire déforme les faits, incontestablement. Écrire ou réécrire son expérience de guerre obéit à des règles, des conventions dont il faut prendre conscience si on souhaite accorder de l’importance à de tels témoignages.

Les souvenirs de guerre de François Le Lann

J’ai sous les yeux les souvenirs de guerre de François Le Lann, né en 1890 dans le Finistère[1]. Instituteur depuis 1910, il fut mobilisé le 2 août 1914 au 65e régiment d’infanterie de Nantes. Comme il est devenu durant les premiers mois de la guerre lieutenant, j’ai pu consulter son dossier militaire au SHD de Vincennes. J’ai donc à ma disposition deux sources importantes pour reconstituer son parcours durant la Grande Guerre. Si la vie de Le Lann m’intéresse, c’est qu’il devient par la suite militant socialiste tout en étant instituteur dans plusieurs écoles du Finistère. Peut-être d’ailleurs était-il déjà socialiste avant 1914, comme de nombreux jeunes camarades à lui ? Je n’ai pas de réponse pour le moment. Les souvenirs de guerre qu’il a écrits sont des notes qu’il prend au jour le jour durant les premiers mois du conflit. Cela ne va pas au-delà car le lieutenant Le Lann est grièvement blessé en octobre 1914. Dans l’avant-propos, l’auteur précise : «  le petit travail qui suit est la relation exacte de mon journal de guerre tenu au jour le jour du 1er août au 23 octobre 1914. » Pourtant lorsqu’on lit la suite, on est parfois dubitatif. Plusieurs indications montrent en effet que ce texte, que l’auteur dit être une «  relation exacte », a été retravaillé, modifié sur certains points, tant le narrateur semble trop omniscient, anticipant parfois quelques événements ou exprimant une opinion qu’il ne peut avoir eu que plusieurs années plus tard. L’association Bretagne 14-18 a republié en 2000, sous forme d’une petite brochure, les souvenirs de Le Lann avec une préface de René Richard, président de l’association. On y apprend que ce texte a été publié une première fois à compte d’auteur en 1973. Quelques mois plus tôt, Le Lann avait décidé de reprendre ses carnets et de les retranscrire. Il meurt en 1975 sans avoir pu écrire la suite . Mais surtout, on peut parfois s’interroger pour savoir si certains des souvenirs personnels qu’il mentionne ne sont pas les reconstructions mémorielles d’un homme âgé qui aurait poli et amélioré des écrits bruts produits tous les jours. C’est une question que les historiens peuvent souvent se poser à la lecture de carnets de guerre présentés trop souvent comme étant des souvenirs datant de la guerre, alors qu’ils ont été modifiés plus tard. Les souvenirs de guerre de François Le Lann semblent être une forme hydride avec de courts passages directement issus des carnets écrits sur le vif, et des réflexions postérieures, plus construites, plus longues et écrites au moment de la transcription des documents de base. Dès lors, on peut s’interroger : quels sont les passages que l’auteur a gommés, s’il y en a ? Dans quelle mesure la plupart des souvenirs ici relatés ne sont pas des réinterprétations sujettes à caution du passé du jeune combattant ? Il est très difficile d’apporter des éléments de réponse à ces questions. Certains passages sont pourtant clairement écrits au jour le jour :

« 27 août, soir

Nous campons là où nous sommes, en ligne de sections par 4, à même le sol humide, car il a plu copieusement le 26 au soir et le 27 au matin quand nous traversions les herbes hautes pour aller prendre position. »

D’autres passages, par contre, semblent réécrits, par exemple celui-ci :

« Mercredi 5 août

Au-delà de Reims, penché à la portière, en gare de Béthéniville, je vois une jeune fille, bien jolie, ma foi, qui me fait signe d’approcher pour recevoir d’elle un bouquet. Je n’hésite pas. Pour la remercier je l’embrasse sur les deux joues, ainsi que ses amies. Dans son bouquet, un bout de billet sur lequel je lis : « Tâchez de revenir vainqueurs. Vive la France ! Maria Michel, Béthéniville ». Ce billet et son épingle ne m’ont jamais quitté en campagne, et quoi que je ne sois point superstitieux, je le considérais comme un talisman. Je l’ai encore, dans mon livret militaire de soldat. »

Dans ce passage, la dernière phrase montre que le narrateur explique qu’il a encore ce billet dans son livret militaire, mais il est fort probable que ce «  je l’ai encore » soit écrit au moment où l’auteur a décidé de transcrire les notes prises sur le vif en temps de guerre, soit soixante ans après les faits. Ce texte semble être un écrit composite qu’il convient d’analyser en conséquence. Mais il n’est pas nécessaire pour autant d’adopter une position hypercritique à l’encontre de ce témoignage, qui consisterait à remettre en cause systématiquement les propos de Le Lann. Il est alors important de se poser une autre question : peut-on raconter avec précision plusieurs dizaines d’années après un événement que l’on a vécu ? Car les souvenirs de ce lieutenant contiennent de nombreuses indications très précises, dont on peine à savoir s’il s’agit de souvenirs ancrés dans sa mémoire ou de faits relatés dans l’instant. On peut en effet douter de la persistance de certains moments vécus dans une mémoire personnelle toujours en évolution sur une aussi longue période.

Il n’y a peut-être pas de réponse déterminée mais je vais tenter à mon tour de raconter une ou deux journées qui se sont déroulées il y a aujourd’hui trente ans. Avec surprise, certains détails très précis, mais anodin,s sont restés en mémoire.

Une journée il y a trente ans

Le 13 mai 1986, je me suis mis en route comme chaque jour vers le collège. J’étais en 5ème, et la matinée allait être ponctuée par une heure de français, une autre de latin, une encore d’Histoire-Géographie puis en dernière heure, les maths. Je suis aussi aujourd’hui professeur moi-même, et j’ai bien du mal à me souvenir de mon emploi du temps des années précédentes. Pourtant, je me souviens parfaitement de mon emploi du temps de collégien des mardis matins de l’année scolaire 1985-1986. Ou alors est-ce une reconstruction ? Un peu fatigué au matin, j’ai rapidement salué comme à chaque fois, je crois avoir lâché un grand « Salut » dit avec l’humour d’un garçon de 13 ans. En retour, j’ai reçu un sourire amusé. Je ne suis pas resté plus longtemps, cela n’a duré que quelques secondes. Mais j’ai encore l’image de ce regard amusé. Je me dis aussi que si j’étais resté un peu plus longtemps, il y aurait quelques paroles prononcées, mais pas cette fois. Il faut dire que je n’étais pas en avance et que je ne voulais pas risquer d’arriver en retard à l’école. Sans doute avais-je eu un peu de mal à me réveiller. Le soir d’avant, j’avais eu le droit de regarder la télévision… Le lundi 12 mai au soir, sur la troisième chaîne, était diffusé Le Vieux Fusil. Du moins c’est le souvenir que j’ai. Peut-être qu’un jour je découvrirais que ce n’est pas vrai, que ce n’est pas ce soir là, mais j’en suis pourtant sûr. C’était la première fois que je voyais ce film, et depuis, c’est un film qui me fait toujours un drôle d’effet. Visiblement, je n’étais pas le seul en le regardant qui éprouvait une sensation étrange, c’est du moins ce que j’ai pensé en croisant un autre regard. Je me souviens alors m’être dit qu’il devait y avoir une raison, mais je ne savais pas encore pourquoi. L’image pourtant est toujours là, très présente, et je sais aujourd’hui pourquoi ce film a pu avoir des résonances particulières. Mais peut-être encore que je reconstruis cette soirée devant la télévision. Mais revenons au lendemain : cours de français où l’enseignante nous donne un sujet de rédaction à faire pour la semaine suivante : «  Que souhaitez-vous faire plus tard comme métier ? » Quel sujet banal non ? Mais en même temps, c’est étrange de se souvenir de ce sujet. Combien de rédactions bâclées ou écrites avec soin un collégien peut-il faire dans toute sa scolarité ? Beaucoup je pense. Et je ne me souviens d’aucun autre sujet que j’ai eu à traiter. Celui-là si. Je me souviens aussi avoir eu droit à une remarque de ma prof, parce que tout à coup je n’étais plus là. Vous savez, celui qui en face de vous est profondément plongé dans une réflexion intérieure. Je crois que j’ai dû rougir parce qu’à cette époque j’étais un élève toujours attentif. Toujours attentif, sauf ce matin-là, sans réellement savoir pourquoi. C’est que c’était une longue matinée du mois de mai, où il y a plein de jours fériés et où on sent indubitablement la fin de l’année scolaire. Je suis sorti du collège et, agréable surprise, on était venu me chercher. Cela arrivait quelques fois, et c’était toujours une joie. Je n’habitais pas loin du collège, mais c’est bien plus rapide, et puis souvent il y avait de la musique, vous vous rappelez, les vieilles cassettes audio avec le mauvais son des enceintes. En même temps, si cela arrivait parfois qu’on venait me chercher, c’était quand même rare. Et c’est étrange comme on se dit alors que quelque chose n’est pas pareil, qu’il y a une nouveauté presqu’inquiétante dans la journée, un truc que l’on ne comprend pas. J’ai dû replonger encore une fois dans mes pensées à ce moment-là. Nous étions trois dans la voiture et je me souviens parfaitement du parcours effectué.

Puis on se gare, après avoir trouvé difficilement de la place dans la rue montante où on habitait alors. Le fait d’être arrivé en voiture faisait gagner du temps, c’était autant de minutes précieuses pour jouer après le repas, il fallait donc descendre vite, manger vite, et jouer le plus possible, profiter des quelques minutes de liberté avant de retourner à l’école. L’après-midi du mardi, c’était sports et ? Je ne sais plus pour l’après-midi. C’est étonnant car la mémoire me fait ici défaut. Le ciel était nuageux, mais il faisait bon ce jour-là. Je me souviens avoir remonté rapidement sur le trottoir pour arriver à la hauteur du numéro 48. Mais avant d’y être, on s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas. Une personne que l’on connaissait bien était sortie de la maison pour nous accueillir, et on a tout de suite su que normalement cette personne n’aurait pas dû être là, n’aurait pas dû sortir à ce moment-là pour nous attendre, n’aurait pas dû guetter notre arrivée et sortir sur le trottoir. Depuis combien de minutes était-elle sur le palier ? On a su très vite en voyant cette personne, qui a prononcé quelques paroles douces. Ou plutôt, on n’a pas compris tout de suite, même si les paroles douces étaient très claires. Je m’en souviens encore. C’était net, précis, clair, sans aucune fioriture. D’autres personnes sont ensuite arrivées, bien plus affolées, dans le vestibule de la maison. Mais après je ne sais plus. Je ne les ai pas écoutées. Il faut attendre le lendemain matin pour retrouver un autre souvenir précis. Celui d’une maison où pour une fois il n’y avait pas de musique. Le lendemain, c’était le silence. Cela n’est pas si facile de se rappeler du silence. Pourtant, c’est le souvenir qu’il me reste du mercredi 14 mai de cette année-là. Quelques jours plus tard, j’ai dû écrire sans aucune conviction la rédaction demandée : je ne me souviens plus du tout du métier que j’avais choisi. Avec étonnement, cette période est donc une alternance de souvenirs très précis et d’oublis nombreux. On peut y voir quelques similitudes avec les récits de guerre de nombreux combattants, très précis sur certains points et silencieux sur d’autres, sans que cela soit un choix des auteurs, mais plutôt une conséquence du vécu qui parfois ne se transforme pas en souvenir mais en espace de mémoire vide.

Il n’y a pas grand-chose à retenir de ce billet, si ce n’est que la mémoire personnelle est un objet d’étude qu’il est très difficile à étudier pour l’historien-ne. Je le sais peut-être davantage après avoir écrit ces lignes. D’ailleurs, plus largement, l’ensemble de ce carnet était destiné à  accompagner le travail d’écriture d’une thèse. Cela se termine doucement. En conséquence, ce billet sera le dernier pour le moment. Parce qu’il faut terminer ailleurs. Je crois que je suis enfin en train de répondre au sujet de cette rédaction du mois de mai 1986.

Je ne t’ai pas trop ennuyé avec mes salades ?

NB: il y a toujours une personne qui lit en premier. Merci à elle.

[1] François Le Lann, Souvenirs de la Guerre 14-18. 3 mois de campagne, Association Bretagne 14-18, 2000. Les citations suivantes sont issues de ce court texte.

Dessiner une lueur d’espoir. Jean-Louis Rolland député du Front populaire à Brest

     « Il faut que puisse naître, sans effusion de sang, un ordre nouveau. » C’est à quoi aspire  le candidat socialiste aux élections législatives d’avril-mai 1936, Jean-Louis Rolland dans la 1ère circonscription de Brest. Né en 1891 à Landerneau, il s’est engagé dans la marine à 14 ans. Après avoir participé à la Grande Guerre, il retourne à la vie civile et s’engage dans le parti socialiste qu’il quitte en 1920 pour rejoindre le nouveau parti communiste. Rapidement cependant, il retourne à la « vieille maison » socialiste et devient maire de Landerneau en 1929. À partir de là, il devient un cadre écouté de la Sfio dans le département du Finistère, et s’impose comme le successeur d’Émile Goude, qui est alors en disgrâce au sein du parti. L’étape suivante de sa carrière politique se déroule en 1936. Profitant de nombreux désaccords au sein de la Sfio brestoise, mais aussi de l’espérance que suscite au sein du peuple de gauche la constitution du Rassemblement populaire, il s’impose comme candidat socialiste, mais pourtant personne ne croit qu’il peut devenir député. C’est pourtant lui qui est élu en mai, à l’issue d’une difficile campagne électorale.

Choisir

     J.L. Rolland est maire de Landerneau, commune qui n’est pas dans la circonscription de Brest. C’est là qu’il affronte depuis son élection en 1929 une droite de plus en plus radicalisée. Influencée à la fois par les cadres de l’Office central de Landerneau, tenants d’un ordre conservateur, et par les partisans bretons des Croix de feu dirigées par un autre Landernéen, le commandant Leclerc, la droite municipale n’a de cesse de s’opposer à celui qu’elle considère comme un maire illégitime, en raison de son extraction modeste et son militantisme socialiste. Mais il doit également affronter des adversaires à gauche : les communistes ont accepté difficilement son revirement rapide au début des années vingt, et beaucoup le considèrent comme un traître à la cause ouvrière. Au sein même de la famille socialiste, il doit faire face à des oppositions. En effet, Jean-Louis Rolland appartient au courant modéré de la Sfio, partisan de la participation ministérielle et des accords avec les radicaux pour participer au gouvernement. Favorable à l’ouverture du parti socialiste vers les classes moyennes, il est de plus très proche d’Émile Goude, pilier de l’implantation du socialisme dans la région, mais qui n’appartient plus à la Sfio à la suite de désaccords profonds. Goude a en effet des difficultés à suivre les mots d’ordre du parti et à respecter la discipline partisane. C’est pourquoi la désignation de Rolland comme candidat socialiste à Brest est d’abord une surprise.

La mise en place du Rassemblement populaire dans le Finistère est difficile. Socialistes et communistes s’entendent difficilement, quant aux radicaux, ils ne sont pas favorables à une alliance vers la gauche. Si la volonté d’union est sur toutes les lèvres militantes, elle n’est pas mise en pratique concrètement. Les élections municipales de mai 1935 sont un échec pour la gauche : c’est Goude qui conduit une liste soutenue par la Sfio, mais aucun rapprochement avec les communistes n’a été possible. La défaite marque la fin de l’influence politique de Goude, pour beaucoup de socialistes, il faut maintenant créer les conditions réelles d’une entente entre les deux partis afin de participer à une dynamique gagnante. Deux autres faits renforcent la nécessaire union des forces de gauche : l’extrême-droite est de plus en plus présente dans la région, que ce soit avec les Croix de Feu ou avec les Chemises vertes de Dorgères. La République est mise en cause, et le danger d’un renversement de régime est ressenti comme une menace inquiétante pour les militants de gauche. Il importe de défendre la République, et pour que cela soit possible, l’union doit être réelle et sincère. L’été 1935 est également marqué par des troubles violents à Brest : à la colère ouvrière doit succéder la prise du pouvoir par la légalité, afin d’apporter un maximum de réformes au peuple, mais aussi de stabiliser les institutions. Le courant unitaire s’exprime au sein de toutes les organisations ouvrières : CGT et CGTU s’unissent au niveau départemental en décembre 1935, et dans ce processus d’unification, les militants syndicaux enseignants sont particulièrement actifs. On les retrouve également au sein du Comité de défense laïque, un des plus importants du pays, qui rassemblent tous les défenseurs de la cause laïque et de la République. C’est le laboratoire d’une élaboration de l’unification réelle des forces de gauche, entre socialistes, radicaux, communistes, et syndicalistes. Au sein de la Sfio brestoise, les partisans de l’unité d’action avec les communistes sont dorénavant à la tête de la section, et l’instituteur Joseph Goasdoué (1887-1977) est la figure politique montante de ce parti. Se pose dès lors le problème du candidat socialiste qu’il faut désigner pour les élections d’avril-mai 1936.

Le candidat socialiste désigné pour les législatives sera le mieux placé pour obtenir la victoire du Front populaire, car les communistes sont peu nombreux, et les radicaux sont très réticents à une alliance électorale, contrairement à la configuration nationale. Un comité du Front populaire est constitué en janvier 1936 et pour la Sfio, c’est une assez longue période de tractations afin de désigner le candidat du parti. Dans les autres circonscriptions du département, le processus de désignation est souvent plus rapide, soit parce qu’un leader naturel s’est imposé, soit parce que les chances des candidats du rassemblement populaire sont trop faibles. Mais à Brest, l’affaire est prise avec sérieux. La désignation a lieu le 19 janvier 1936. [1]

Trois postulants se font connaître : il y a tout d’abord Joseph Goasdoué, qui a le mérite d’être en faveur d’une alliance avec les communistes, et aussi de s’être émancipé de Goude. Il se situe à la gauche du parti, et est un ferme partisan de la nécessité de changements révolutionnaires après la victoire électorale espérée. Le second candidat est un autre instituteur, Joseph Le Meur (1895-1944). Ancien combattant, passé au PCF en 1920, il est revenu au parti socialiste. Jean-Louis Rolland est le troisième impétrant. S’il n’est pas originaire de Brest, il y travaille puisqu’il est commis de marine à l’Arsenal. Son origine modeste lui assure également le soutien des ouvriers de l’Arsenal. On peut remarquer que l’origine sociologique du candidat a eu sans aucun doute son importance : face à lui, Rolland a deux postulants qui sont instituteurs. Si on constate une très forte prégnance du milieu enseignant parmi les cadres des fédérations socialistes bretonnes, cela n’est pas sans poser quelques difficultés au moment de la désignation des candidats aux élections : la culture ouvrière du milieu partisan socialiste est encore très forte, et on mesure qu’il y a souvent des réticences à désigner un candidat qui n’est pas proche du monde des ouvriers ou des paysans. Mais surtout J.L.Rolland a pour lui d’avoir d’autres qualités : il a par deux fois été candidat aux législatives et sait donc en quoi consiste ce type de campagne électorale. Il est également maire de Landerneau depuis plusieurs années, et sa commune fait figure de vitrine du socialisme dans le nord du département depuis que Brest a été perdu. Il est incontestable que cela pèse dans la balance en sa faveur. Mais Rolland a aussi de nombreux défauts : il cache difficilement son hostilité envers le communisme et est proche des courants les plus à droite au sein de la Sfio. Surtout, on le considère comme le candidat de Goude. Comme lui, il est commis de marine à l’Arsenal, et il a aussi de très longues années de militantisme derrière lui. Avoir de l’expérience peut être une qualité, mais à l’aube d’une espérance nouvelle, de nombreux socialistes peuvent aussi être tentés de miser sur l’avenir et sur un candidat nouveau. Le vote est donc très mouvementé : au cours de la désignation, un des délégués meurt d’une crise cardiaque ! Mais le vote est maintenu : Goasdoué a été le plus applaudi, tous pensent qu’il sera le prochain candidat. Pourtant en coulisses, Rolland s’est mis d’accord avec le troisième candidat afin qu’il favorise sa candidature. C’est donc le maire de Landerneau qui l’emporte à trois voix près. À peine le résultat du vote est-il connu que de nombreux délégués réclament une nouvelle procédure. Le rapport du commissaire de police montre le désarroi de nombreux militants :

« L’effervescence née dans le parti socialiste de la région brestoise, en raison de la désignation de J.L.Rolland comme candidat SFIO aux élections législatives, est loin de s’apaiser. En effet, les extrémistes du parti disent que couramment que c’est un non sens que d’avoir désigné comme porte drapeau le Maire de Landerneau, à leur avis, trop modéré. [2]»

Cette désignation est un « coup politique » pour J.L.Rolland. Il est certain qu’il a manœuvré au mieux pour obtenir sa désignation, tout comme il est sûr qu’il a bénéficié du soutien discret de Goude, encore influent au parti. Mais de nombreux socialistes ont aussi montré par ce vote leur méfiance à l’égard des communistes et de l’alliance avec eux. Goasdoué était partisan sans réserve de l’unité d’action avec le PCF ; Rolland a souvent marqué ses réticences. Il est certain que cela a joué en sa faveur. Il faut donc maintenant convaincre.

Convaincre

Jean-Louis Rolland, mal désigné par les socialistes, doit convaincre pour espérer devenir le nouveau député de Brest. Il est servi dans cette mission par le mouvement général qui se développe dans le pays et par sa personnalité qui va rapidement convaincre les électeurs. Le journal de la fédération, le Breton socialiste, quant à lui, fait le strict minimum dans un premier temps. On trouve en effet peu de comptes-rendus des réunions de Rolland, et lorsqu’il faut présenter les candidats, la rédaction explique qu’elle n’a pas pu trouver de photo du candidat pour illustrer sa présentation, remarque assez étonnante. Il faut dire que le journal, situé à Morlaix, est davantage occupé par la campagne d’un autre candidat, Tanguy Prigent, et que le candidat brestois ne semble pas susciter de ce côté-là non plus, une très grande adhésion. Pourtant Jean-Louis, comme on l’appelle souvent durant la campagne, peut bénéficier de l’aide du comité local du Front populaire. Le socialiste André Roulleau et le communiste Marcel Hamon font de ce comité une véritable machine politique en faveur des candidats du rassemblement populaire. C’est surtout lors de réunions publiques que le candidat réussit à convaincre. Le 22 février 1936 se déroule une réunion en protestation de l’attentat dont Léon Blum vient d’être victime. Plus d’un millier de personnes sont présentes. Ce meeting se déroule en la présence de Blum et c’est Rolland qui fait la plus longue intervention : il rapproche l’action de Blum de celle de Jaurès. Il s’emporte contre les forces politiques de droite qui tolèrent la violence et souhaitent changer de régime. Il proteste contre les « voyous » de l’Action française et des ligues d’extrême-droite. Pour lui la période qui s’ouvre est celle des espérances et « une lueur d’espoir se dessine.[3] » Le rapport de police montre les qualités d’orateur de Rolland :

« Son éloquence prolixe, émaillée de traits humoristiques et satyriques (sic) contre les chefs de ligues Daudet, Maurras, Dorgères, etc… lui acquièrent de très nombreux applaudissements. » Et concluant, le commissaire précise : «  seul le maire de Landerneau a soulevé l’enthousiasme de l’auditoire. [4]»

Sa popularité grandissante semble donc est la conséquence de ses prestations dans les meetings et réunions électorales. De très nombreuses réunions, plusieurs fois par jour, sont faites durant la campagne électorale. On relate régulièrement ses interventions, y compris dans le Breton socialiste qui au début semblait réticent. Régulièrement, on lit que les salles entières se lèvent, que Rolland a fait un brillant discours, et on le décrit comme un infatigable militant de la cause du Front populaire. On pourrait que de telles expressions sont convenues et naturelles en période électorale ; cependant, la comparaison avec les autres candidats socialistes du département montrent que non. Jean-Louis Rolland semble disposer d’une prestance, d’un charisme qui lui assure de plus en plus d’audience. Il réussit à convaincre, usant d’une rhétorique accessible à tous, évoquant ses origines modestes, son implication personnelle. Rapidement, plus personne n’évoque sa difficile désignation ou ses opinions trop modérées. La campagne l’a transformé en candidat de plus en plus crédible et porteur d’espoir. Plus la date du premier tour approche, plus il assiste à de multiples réunions, comme le souligne le Breton socialiste : «  Chaque jour, trois réunions au moins se tiennent simultanément et notre ami J.L.Rolland se multiplie pour être présent en tous lieux. [5]» La campagne est difficile, trois autres candidats lui font face. Les radicaux brestois hostiles à la gauche ont choisi de présenter un candidat, Lullien. Yves Jaouen, maire de Saint-Marc, est le candidat démocrate populaire farouchement hostile au Front populaire. Le Pcf, enfin, présente un jeune syndicaliste, André Le Roy.

Être élu

            Les axes défendus par le candidat socialiste correspondent au programme national du Front populaire, auquel il ajoute comme bon nombre de candidats bretons la défense exacerbée de la laïcité. Il réussit également à convaincre au centre-gauche, de nombreux sympathisants radicaux le choisissant contre le candidat radical. Le 5 mars 1936 a lieu une réunion contradictoire avec les quatre candidats : devant 5 000 personnes, Jean-Louis Rolland est celui qui réussit à convaincre le plus, si on en croit les applaudissements. Il évite soigneusement de polémiquer avec les communistes afin de ne pas briser l’élan unitaire. Mais convaincre la classe ouvrière est parfois difficile : lors d’une réunion organisée par les anarchistes, il tente de présenter son programme mais il est obligé d’interrompre son discours et la réunion se termine en pugilat[6]. C’est qu’il est également connu pour savoir jouer des poings. Fréquemment en effet, depuis son entrée en politique, Jean-Louis Rolland n’hésite pas à combattre ses adversaires au besoin par la violence. Car si le candidat socialiste dispose d’un charisme et de talents oratoires, c’est aussi un militant doté d’une carrure impressionnante, et il n’hésite pas à être brusque et à user de sa force lorsqu’il pense que c’est nécessaire. Son caractère bouillonnant doit d’ailleurs souvent être tempérer par ses amis, et la fatigue aidant, on perçoit dans certains réunions publiques, de possibles dérapages verbaux ou physiques. Mais incarner une certaine force virile peut aussi être un atout au sein de l’électorat ouvrier, c’est pourquoi Jean-Louis Rolland hésite peu à s’en faire l’incarnation.

Au 1er tour, le 26 avril 1936, il obtient 8 645 voix, soit 45, 30 % des suffrages. Au second tour, le 3 mai, il est élu avec 57,80 % contre 42, 2 % contre son adversaire démocrate populaire. Une bonne partie des radicaux s’est ralliée à lui, tout comme les communistes (André Le Roy avait fait un score de 5,24 % au premier tour). Le nouveau député socialiste appartient au plus puissant groupe parlementaire, puisque la Sfio a 147 députés.  Comme lui, 45 % des élus socialistes le sont pour la première fois. Surtout, depuis ce début du mois de mai, comme le pense Jean-Louis Rolland « une lueur d’espoir se dessine ».

dessiner une lueur d'espoir
dessiner une lueur d’espoir

NB : beaucoup de choses ont commencé en passant par là .

[1]  Archives municipales de Brest, 1K46, rapport du commissaire central de Brest, 19 janvier 1936.

[2] Archives départementales du Finistère, rapport du commissaire central de Brest au sous-préfet, 24 janvier 1936.

[3] Archives municipales de Brest,2I76, comité antifasciste, rapport du commissariat de police, 22 février 1936.

[4] Idem.

[5] Le Breton socialiste, 25 avril 1936.

[6] Archives municipales de Brest, 2I76 , groupe libertaire, rapport du commissariat de police, 26 mars 1936.