Archives mensuelles : septembre 2016

« Qu’on ne rie plus des militantes » : s’arrêter sur les rapports sociaux de sexe au sein des groupes socialistes avant 1940

Almanach populaire 1939, où l'on trouve le texte " Militantes" de ML Lévy
Almanach populaire 1939, où l’on trouve le texte  » Militantes » de ML Lévy

La commémoration du 80e anniversaire du Front populaire a favorisé la publication de plusieurs ouvrages historiques sur le sujet. L’un d’entre eux porte sur l’histoire des femmes durant cette période. Dans « L’Espoir brisé [1]», Louis-Pascal Jacquemond relate les espoirs et les déceptions que l’avènement du Front populaire a pu suscités et il rend compte du rôle des femmes dans cette période de 1936. La présence de militantes dans les organisations socialistes à cette période est assez souvent oubliée, elle est difficile à reconstituer et elle a semblé obéir à une multitude d’assignations qu’il faut tenter de décrypter et d’analyser. Dans mon domaine de recherches, les femmes sont pourtant bien présentes, et ce dès 1914 puisqu’on trouve dans le journal de la fédération socialiste du Finistère une rubrique féministe. Les militantes Cornec, Djénane, Bodin, Bosser, Gounod, Rollo et de nombreuses autres sont régulièrement évoquées dans la presse militante entre 1914 et 1940. Mais il est peu aisé de reconstituer leur parcours, et dans le meilleur des cas, ce sont souvent des militantes qui apparaissent en tant qu’épouse de tel ou tel militant plus en vue. Elles ont en tant que telles laissé peu de traces et de documents pour la plupart d’entre-elles. Il faut donc aller au-delà de la première impression, chercher davantage, d’autant que la position des femmes socialistes devient au cours de l’entre-deux guerres plus visible, en particulier avec la publication d’un journal, la Tribune des femmes socialistes que l’on peut lire en ligne sur Gallica. Dans les départements bretons, celles-ci sont cependant actives, en particulier les institutrices qui sont à la fois militantes politiques et militantes syndicales. Leur action est souvent cantonnée à des domaines que l’on estime  réservés aux femmes, que ce soit les problèmes de l’enfance et ceux ayant trait à la charité. On leur demande également de participer aux campagnes contre la guerre, mais avant tout en tant que mères de futurs soldats qui risquent de mourir au combat, réduisant leur pacifisme à un essentialisme féminin. Leur laisser la parole sur tous les sujets politiques, cela semble encore bien difficile. Etre une femme militante expose aux possibles sarcasmes des hommes qui pourtant adhérent aux idées socialistes, et donc sont en théorie plus à même de comprendre la nécessité d’une émancipation humaine, à la fois masculine et féminine. Ce n’est que peu le cas et la presse socialiste bretonne fourmille de textes misogynes, condescendants ou ouvertement sexistes. Les militantes doivent donc à la fois se battre à l’extérieur, dans la société qui les entoure, mais aussi à l’intérieur, dans leur propre organisation, que ce soit la SFIO ou encore le SNI, syndicat des instituteurs où elles sont nombreuses à militer. Marthe Louis-Lévy, elle-même femme de militant socialiste, exprime parfaitement cette difficile position dans l’Almanach populaire de 1939 que publie le parti :

« Je veux parler ici des militantes. Je pose de parler ici des militantes. Je vois d’avance rire sous cape des lecteurs évoquant irrésistiblement des femmes sans charme, sans sexe, sans élégance. »[2]

    L’auteure s’emploie ensuite à montrer l’utilité qu’il y a à militer, s’appuyant en particulier sur des exemples étrangers, où les femmes ont un rôle bien plus important qu’en France dans les organisations ouvrières, comme dans la social-démocratie autrichienne. Cette relative absence féminine, puis ce discours des hommes qui bien souvent fait des femmes militantes des être asexués dont il faut se moquer, on le retrouve très clairement dans la presse socialiste à maintes reprises. Une autre attitude, guère plus louable, se voit également : il s’agit  a contrario de valoriser les militantes, leur beauté, leurs atouts, mais dans le but de séduire, de faire uniquement de celles-ci des « proies » destinées à assouvir le désir masculin. Les deux attitudes ne sont souvent que les deux faces d’une même pièce, à savoir l’expression d’une domination masculine. Valoriser l’élégance ou la beauté dans ce cadre là, comme l’écrit Pierre Bourdieu, a un but simple :

« la ‘prétendue’ féminité n’est souvent pas autre chose qu’une forme de complaisance à l’égard des attentes masculines, réelles ou supposées, notamment en matière d’agrandissement de l’ego.[3] »

            Cette invisibilité des femmes militantes, doublée de la volonté masculine d’en faire parfois de simples conquêtes, explique pour une grande partie qu’il est bien difficile de faire l’histoire de ces militantes locales. Mais à y regarder de plus près, on se rend compte toutefois qu’on peut parfois dépasser « les silences de l’histoire », pour reprendre le titre d’un livre de Michelle Perrot. C’est pourquoi, on apercevra dans la recherche qui s’écrit en ce moment, même si elle porte essentiellement sur la guerre et son impact, de nombreuses femmes militantes dont l’itinéraire, les écrits et l’action jouent un rôle important dans l’histoire du socialisme breton entre 1914 et 1940.

            Peut-on se rassurer, enfin, en estimant que de nos jours, la situation des femmes militantes est différente ? La lecture de certains travaux, comme ceux d’Olivier Fillieule et Vanessa Monney[4], est bien utile pour aborder ce sujet, mais elle montre que le problème existe toujours. Il est donc nécessaire de s’arrêter, avec toute l’acuité possible, sur les rapports sociaux de sexe dans les organisations militantes. En regardant le passé, cela permet de tenter de faire une histoire plus proche de la réalité, qui prenne en compte celles qui ont œuvré aux côtés des hommes. Si on milite au présent, cela permet aussi d’éviter de tolérer des pratiques où l’on se contente d’énoncer quelques principes en faveur de l’égalité femme/homme, sans en tenir compte dans sa conduite personnelle. De mon côté, vous l’aurez compris, j’arrive donc au moment de la thèse où j’essaye de parler des femmes militantes.

[1] Louis-Pascal Jacquemont, L’Espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire, Paris, Belin, 2016.

[2] Marthe Louis-Lévy, «  Militantes », Almanach populaire 1939, édité par le parti socialiste SFIO, p.147.

[3] Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Seuil, 2002, p.94.

[4] Olivier Fillieule, Vanessa Monney, « Quelques questions autour de l’observation et de l’analyse des rapports sociaux de sexe au sein des groupes militants », in Patricia Vendramin (éd.), L’Engagement militant, Presses universitaires de Louvain,2013, p.67-92