Archives du mot-clé 11 novembre

Du bruit dans Landerneau autour du monument aux morts (11 novembre 1929)

La période autour du 11 novembre revêt un caractère un peu particulier lorsque l’on mène un travail de recherche portant sur la Première Guerre mondiale. C’est encore plus vrai cette année, où les cérémonies rappelant l’armistice participent à l’ouverture officielle de la commémoration de 14-18. Mais c’est encore le cas avec les troubles qui ont eu lieu lors de la cérémonie à l’Arc de Triomphe de ce matin. Plutôt que de s’attarder sur la signification de ces perturbations fomentées par quelques franges extrémistes de mouvements hostiles au gouvernement actuel, il paraît plus utile de rappeler que les cérémonies du 11 novembre n’ont pas toujours été unanimes et n’ont pas toujours fait l’objet de cette union républicaine qui malheureusement semble faire défaut parfois en France. Ainsi dans l’entre-deux-guerres, il n’est pas rare de voir des commémorations locales de la fin de la Grande Guerre particulièrement agitées.

Du bruit dans Landerneau

Ce fut le cas à Landerneau le 11 novembre 1929. Le nouveau maire fraichement élu, Jean-Louis Rolland, militant de la SFIO,  doit présider aux cérémonies officielles de sa commune. Les opposants au maire socialiste font tout depuis leur défaite pour décrédibiliser J.L. Rolland en lui organisant une série de procès en légitimité à tous les rassemblements officiels. Le maire avait ainsi annoncé quelques jours auparavant qu’il refusait que la musique du patronage catholique de la ville ouvre le défilé comme cela se faisait du temps où la droite était aux commandes de la ville. Cela avait été décidé au nom du respect de la laïcité. Même si cette décision avait suscité quelques remous, le directeur de ce patronage avait donné son accord, mais le jour même, la situation devient plus confuse. Finalement, passant outre la décision officielle, le patronage catholique prend la tête du défilé, avec des conseilles de droite bien visibles et des religieux. Parmi eux on peut voir également des anciens combattants de l’UNC.

Mis devant le fait accompli, J.L.Rolland réagit en essayant de faire appel à la police  mais il a également le souci de mener à bien le défilé aux monuments aux morts. Là, de nouveaux incidents éclatent : le maire dans son discours «  déplore que cette journée de deuil et de recueillement ait été troublée par le bruit d’une fanfare »[1]. C’est l’occasion pour certains extrémistes de droite d’insulter le nouveau maire socialiste : «  Hou, hou, ta gueule ! Ta gueule ! Ferme ça » hurle-t-on selon le rapport du commissaire de police. Comme il s’agit du 11 novembre, les partisans du maire ne réagissent que peu et attendent avec impatience la fin de la cérémonie, mais les adversaires montrent quant à eux qu’ils souhaitent en venir aux mains.

Cet épisode de la vie locale me semble avoir plusieurs significations qu’il est intéressant d’aborder aujourd’hui, en faisant peut-être aussi apparaître quelques éléments de concordance des temps comme pourrait le dire l’historien Jean-Noël Jeanneney.

Une vie politique locale « brutalisée » ?

Ce qui frappe tout d’abord, c’est le choix de ce jour de recueillement pour faire une manifestation d’hostilité. Cela montre que pour les opposants à J.L.Rolland, celui-ci n’a pas la légitimité nécessaire. La droite landernéenne n’accepte pas, en effet, la défaite aux municipales et n’a de cesse de critiquer le nouvel élu. Selon la presse locale de la droite catholique, c’est d’ailleurs lui qui est « sectaire », contre l’Union sacrée ; il a même un comportement de tyran selon eux ![2] Mais surtout, J.L.Rolland est un socialiste – un ancien communiste qui plus est – et il apparaît que pour eux, un socialiste ne peut pas être maire de Landerneau. Rolland, de son côté, met en avant son expérience d’ancien combattant face aux manifestants hostiles et se place dans la stricte légalité. Mais puisqu’il fait appel aux forces de l’ordre, il est vu comme un tyran par la droite réactionnaire.

A moyen terme, cette manifestation illustre le début d’une mobilisation collective de la droite réactionnaire et catholique dans toute la région. Landerneau connaît en effet d’autres troubles organisés par ces opposants, qui ont pour chef de file le leader des Croix de Feu, de plus en plus influent, le commandant Leclerc. C’est en ça également que les échauffourées du 11 novembre 1929 sont importantes à analyser. Durant toutes les années Trente, on assiste à une série de mobilisations de la droite de plus en plus sensible à l’emploi de la pression physique et de la violence : catholiques, réactionnaires, militants paysans et partisans de l’extrême droite se rassemblent pour lutter contre la gauche qui en plus nationalement accède au pouvoir en 1936. Derrière le raout du 11 novembre 1929, il y a selon le commissaire de police  le Croix de feu Leclerc qui devient l’ennemi personnel de J.L.Rolland et cela pour de nombreuses années.

De mon côté, ce sont davantage les réactions des socialistes face à cette droite réactionnaire qui m’intéressent. Mais il est évident que pour bien étudier les ripostes de la SFIO face à la droite, il est nécessaire de bien connaître ces mobilisations menées par Leclerc et ses partisans. Plusieurs études historiques me sont utiles sur ce point, comme le livre de David Benssoussan, Combats pour une droite catholique et rurale[3]. Toutefois en ce qui concerne l’étude de l’utilisation de la violence dans l’affrontement droite-gauche dans les années Trente en Bretagne, cette étude, si précieuse par ailleurs, ne me semble pas fournir les  données suffisantes. Peut-être faut-il sur ce point aller lire l’historiographie anglo-saxonne sur les droites françaises dans les années Trente qui ose davantage remettre en perspective l’anti-républicanisme de ce courant et sa sensibilité aux idéologies d’extrême droite, voire même son adhésion au fascisme. Nombreux en effet sont les manifestants hostiles à J.L.Rolland ce 11 novembre 1929 qui se retrouvent aux commandes de la ville durant l’Occupation allemande, toujours sous la houlette du commandant Leclerc. Une telle continuité mérite d’être soulignée même si elle n’a pas un caractère automatique, tout comme on peut penser que les manifestants d’aujourd’hui s’avancent à grand pas vers une conception de la politique ne respectant plus le consensus démocratique et républicain. En tout cas  aujourd’hui pour reprendre les mots du maire socialiste de Landerneau en 1929, « deuil et recueillement» n’ont malheureusement pas été respectés.


[1]  Archives départementales du Finistère, 1M87, rapport de police du 11 novembre 1929.

[2] L’événement est rapporté par toute la presse locale, que l’on peut consulter en ligne sur le site des Archives du Finistère.

[3] D.Benssoussan, Combats pour une droite catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006.