Archives du mot-clé archives

23 mars 1913: début des Pâques socialistes à Brest

Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur ce évènement. Photo DR, coll.particulière.
Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur cet évènement. Photo DR, coll.particulière.

Lors du congrès socialiste de Brest, chaque fédération départementale est représentée par un nombre de délégués qui varie selon le nombre d’adhérents.  Plusieurs des militants présents sont connus à cette date, certains le deviendront plus tard. Ainsi, sont venus Jean Longuet, Pierre Renaudel, Francis de Pressensé, mais aussi Sixte-Quenin, Bracke, Jacques Sadoul, Rappoport ou encore Édouard Vaillant. D’autres leaders socialistes sont absents, tant l’actualité politique, entre la discussion de la loi des trois ans et le remaniement ministériel, oblige de nombreux socialistes à reste à Paris. C’est en particulier le cas de Jean Jaurès, mais aussi de Jules Guesde ou de Marcel Sembat. Pour ce qui est des délégués bretons, on constate  que la fédération du Finistère, organisatrice du rassemblement, a le droit d’être représentée par davantage de délégués, cinq au total. Le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine quant à eux, sont représentés par une seule personne, ce qui montre la faiblesse du nombre d’adhérents dans ces départements. Plusieurs des délégués sont jeunes et c’est la première fois qu’ils assistent à un congrès national: c’est le cas du nouveau responsable fédéral du Morbihan, Louis Bonneaud, mais aussi d’Octave Brilleaud qui représente la fédération des Côtes du Nord. Cela illustre le renouvellement des fédérations bretonnes qui, avant 1914, sont en développement .Elles reposent sur de jeunes militants qui vont être touchés de plein fouet par les années de guerre, ce qui parfois rend plus délicate la connaissance des parcours de ces militants. Mais plutôt que de citer l’ensemble des délégués bretons, je voudrais  m’arrêter sur l’un d’entre eux moins connus que d’autres.

Un inconnu breton au congrès : Cymerman

Il s’agit de Bernard Cymerman, mais l’écriture de son nom est bien souvent fluctuante ce qui renforce la difficulté à trouver des données sur lui. Ce militant du sud du Finistère apparaît à partir des années 1910 dans la fédération socialiste et il est désigné régulièrement  comme délégué aux congrès nationaux. Après 1914, il disparaît par contre totalement des documents socialistes. On trouve en conséquence bien peu de traces de lui, du moins en apparence. Le nom de ce militant m’a bien sûr interrogé, il m’a fallu chercher davantage de précisions. Il a ainsi droit à une série de rapports de la police que l’on peut lire aujourd’hui dans les archives départementales de Quimper. J’ai aussi retrouvé un de ses descendants, qui n’a pas voulu pour le moment donné suite à mes demandes de renseignements. Mais  j’en sais toutefois davantage : Cymerman est d’origine polonaise et est venu en Bretagne afin de mener une étude ethnographique sur le pays bigouden. Il s’installe dans le Finistère et organise la propagande socialiste dans le sud du département. Il est clairement marxiste, un jeune intellectuel que l’on remarque mais que l’on peut aussi redouter. C’est en particulier le cas de l’homme fort de la fédération, Émile Goude qui semble mal voir son intelligence et sa connaissance théorique du socialisme. Marcel Cachin, délégué à la propagande du parti socialiste, en fait le portrait suivant dans ses carnets :

« Jeune Polonais (du PS polonais) [il] fait une thèse sur les Bigoudens et est venu de l’université de Zurich pour la préparer à Pont l’Abbé. Il y a formé un groupe socialiste et lui a fait prendre des ordres du jour d’ordre marxiste. Aussi est-il en lutte avec Goude. Il est venu à la réunion de Rosporden pour se mettre en rapport avec moi. [1]»

Aux côtés de ce délégué qui représente le Finistère, mais qui est Polonais, on trouve a contrario des militants qui eux sont originaires de la région même s’ils sont les représentants d’autres départements. Marcel Cachin, militant né dans les Côtes du Nord qui garde toute sa vie des racines bretonnes,  est délégué de la fédération de la Charente inférieure. Jean-Marie Baco, quant à lui, est né à Lorient. Il a participé à la création de la fédération du Morbihan en 1907 mais il est installé depuis 1910 en Tunisie, où il dirige le groupe socialiste tout en gardant des liens forts avec son département d’origine. Baco est lui aussi délégué à Brest. C’est encore le cas du représentant de l’Yonne Gustave Hervé, né dans le quartier brestois de Recouvrance et véritable «héros» local pour de nombreux socialistes du cru.

Tous ces délégués sont arrivés depuis quelques jours dans la ville de Brest. On escomptait toutefois davantage de monde. Plus de 400 représentants socialistes étaient attendus, moins de la moitié devaient finalement se rendre dans le Finistère. Le rassemblement devait durer 8 jours, mais trois jours suffiront.

Les sources

Pour connaitre le déroulement du congrès de Brest, on doit tout d’abord se référer aux rares études historiques portant sur le sujet. La seule étude spécifiquement consacrée au congrès de 1913 est à ma connaissance l’article de l’actuel maire de Brest François Cuillandre « la Sfio à l’heure du congrès de Brest ( 23,24,25 mars 1913 »[2] mais on peut aussi utiliser le numéro spécial des Cahiers Jaurès portant sur  les années 1905-1914 de la Sfio[3] ou encore la publication collective de C.Bougeard, G.Gramoullé, M.Lucas et J.J.Urvoas  les Socialistes dans le Finistère ( 1905-2005).[4]

Les sources principales sur ce sujet sont toutefois des sources primaires, au premier rang desquelles se trouve le compte-rendu sténographique du congrès qui paraît quelques mois après le congrès[5]. Il y a d’ailleurs lors de ce congrès une discussion pour savoir s’il faut continuer à publier les compte-rendus sténographiques qui peuvent être souvent très longs, ou s’il ne vaut pas mieux publier simplement un résumé des discussions. Pour le chercheur, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique complet est bien sûr une énorme chance et ce type de document est une mine d’informations. On peut y trouver la liste des délégués, avoir des tableaux comparatifs des cartes d’adhérents de tous les départements, lire l’ensemble des rapports déposés au Conseil national du parti et surtout la totalité des discussions. Bien sûr, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique oblige à se poser la question pour savoir si réellement la totalité des propos est reprise par écrit. C’est pourquoi à ce document doivent être ajoutés les nombreux rapports de police rendant compte de évènement  De ce point de vue, les archives départementales sont particulièrement riches puisque on dispose de plusieurs résumés très précis sur les journées de congrès[6].On peut  ainsi connaître certains aspects restés dans l’ombre du compte-rendu officiel. L’ensemble documentaire doit aussi être complété par d’autres publications socialistes, que ce soit le quotidien national l’Humanité ou les publications locales de la Sfio, en Bretagne (Le Cri du Peuple pour le Finistère, ou bien encore le Rappel du Morbihan) mais aussi dans les autres départements. C’est le cas par exemple du journal de la fédération Sfio de Seine-et-Oise La Lutte sociale  qui contient plusieurs articles très intéressants sur le déroulement du congrès de 1913.

Mais comment maîtriser l’espace public socialiste lors du congrès ?

Brest est une municipalité socialiste depuis 1912, après avoir connu une première expérience malheureuse quelques années auparavant. La ville a également amené au parlement un député de la Sfio depuis 1910. En ouvrant le congrès, le maire de la ville, Masson, revient  sur cette histoire encore récente et tumultueuse de l’implantation du socialisme dans l’extrême-ouest breton. Mais surtout, il faut ici s’interroger sur la gestion par la commune de cet évènement  Plusieurs fois inquiété par les autorités, Masson vient de perdre son autorité de maire dans le domaine de la gestion de la police qui est directement exercée dorénavant par l’Etat et  par la préfecture maritime. Cette sanction est une illustration des relations difficiles et compliquées que la municipalité Sfio entretient avec le pouvoir central. Mais c’est encore plus le cas lorsqu’on aborde les relations avec la presse locale. La Dépêche de Brest, qui est le quotidien le plus lu dans la ville, est fermement hostile aux socialistes et lorsque ce journal évoque le congrès, c’est avant tout pour dénigrer l’action municipale et l’idéologie socialiste. C’est pourquoi Masson et son équipe savent qu’ils doivent parfaitement réussir l’organisation de ce rassemblement national. La question de la logistique du congrès sera, entre autres éléments, abordée dans le prochain billet, mais voici une photographie de la salle de réunion pendant le congrès qui permet de connaître les lieux. Cette photographie est parue dans l’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière qui est publiée sous la direction de Compère-Morel[7].

La salle du congrès ( Tome II de l'encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)
La salle du congrès ( Tome II de l’encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)

La salle choisie est  un grand espace situé à l’Hôtel de ville. Toute l’organisation a été soigneusement préparée comme on pourra le voir dans le prochain billet. Pourtant comme l’écrit un des délégués après le congrès, André Lebey représentant de la Seine-et-Oise, ce congrès est un échec cuisant :

« Quel triste spectacle nous y avons donné ! Je regardais les bonnes figures des militants venus assister à nos délibérations et j’y surprenais une stupeur nouée, une désillusion profonde, tandis que nous nous disputions sans fin – et sans ménagement. Les Bretons sont des croyants. Certains ont quitté la religion pour nous. Prenons garde qu’ils y retournent.[8] »

Le congrès de Brest commence en effet lors du week-end pascal, comme pour montrer en Bretagne et ailleurs que le socialisme devait remplacer le christianisme et incarner une nouvelle «religion». Mais comme ce témoin le souligne, le congrès va être davantage le théâtre de querelles nombreuses au point qu’il sera écourté. La suite de ce centenaire de papier Brest 1913-2013 le montrera.


[1] Marcel Cachin le 23 août 1911 in  Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993.

[2]  Cette étude est parue dans un ouvrage collectif, Histoire et politique, mélanges offerts à Edmond Monange, Brest, 1994, p.27-34. Monange a été un de mes professeurs d’histoire contemporaine à l’UBO de Brest. Son enseignement m’a beaucoup appris.

[3] Cahiers Jaurès « les débuts de la Sfio », n°187-188, 2008. On peut lire le sommaire de ce numéro ici.

[4] C.Bougeard et alii, Les Socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, éditions Apogée, 2005. Ce livre a été publié lors du centenaire de la Sfio ; bonne synthèse souvent très utile, cette publication n’est toutefois pas exempte d’approximations parfois dommageables pour la connaissance du milieu socialiste dans ce département.

[5] 10e congrès national tenu à Brest, 23-24-25 mars 1913, Parti Socialiste, 1913.

[6] Les rapports sur le congrès de Brest sont rassemblés dans le dossier 1M 218 qui porte sur l’activité des socialistes dans le département. Comparé à d’autres archives départementales de Bretagne, on doit reconnaître que ces archives ( ainsi que le dossier suivant 1M 219) sont très riches et permettent de bien connaître le milieu partisan socialiste dans le Finistère

[7]  Cette photographie se trouve dans le Tome II de cette Encyclopédie intitulé La France socialiste qui est un très important document sur les fédérations de la Sfio avant et après la guerre de 14. On peut en consulter les volumes en ligne ici

[8] « Bon sens » article de André Lebey, La Lutte sociale de Seine-et-Oise, 5 avril 1913.

Un deuil de guerre: André Durkheim, décembre 1915

Pour saisir au mieux ce que représente pour les socialistes l’expérience de la Première Guerre mondiale, il importe de reconstituer le parcours de militants mobilisés durant ces années de conflit. Il s’agit d’un travail fastidieux qui nécessite de croiser des sources habituelles dans l’histoire politique du socialisme avec d’autres sources qui habituellement sont davantage utilisées pour l’histoire militaire. Le résultat de cette recherche, qui est au cœur de la première partie de ma thèse, ne doit cependant pas exclure ceux qui meurent au combat, et qui laissent en conséquence moins de traces dans les archives. Il peut s’agir d’adhérents de la Sfio dont la carrière militante est brisée nette par la mort comme dans le cas de Frédéric Bonneau, mais aussi d’ascendants ou de membres de la famille d’un militant qui après guerre trouve une partie des sources de leur engagement dans le deuil qu’ils ont dû affronté pendant ou après la guerre.

Mais aborder le thème du deuil comme élément explicatif d’un futur engagement militant ou comme un évènement lié à la permanence d’une identité socialiste déjà existante, oblige à s’interroger toujours et encore sur les sources à disposition et sur la méthode mise en place. Ce sont ces deux points que je voudrais aborder ici.

Aborder la question des deuils de guerre 

S.Audouin-Rouzeau , Cinq deuils de guerre, 1914-1918

L’étude du deuil de guerre durant le premier conflit mondial peut reposer sur un certain nombre de travaux de recherche. L’article d’Olivier Faron « le deuil des vivants » dans l’Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918[1] fait parfaitement le point sur le sujet , mais j’utilise également d’autres travaux, situés dans un autre contexte, comme l’article « Mort » écrit par Pierre Laborie pour le Dictionnaire historique de la Résistance[2]. D’autres évocations roboratives d’une anthropologie historique de la mort ou du deuil concernant les pratiques militantes socialistes me sont aussi utiles, comme celle que l’on peut lire dans le livre de Christophe Prochasson La Gauche est-elle morale ?[3] Mais j’utilise surtout l’étude de Stéphane Audouin-Rouzeau Cinq deuils de guerre, 1914-1918[4] qui est l’ouvrage majeur sur le sujet. À travers l’analyse de cinq décès spécifiques, l’historien détaille tous les aspects qui doivent être étudiés lorsqu’on aborde ce sujet et c’est un excellent guide pour mon étude en cours. Toutefois comme l’auteur le souligne « les pistes dont on croit disposer à l’origine n’aboutissent nulle part, ou s’arrêtent trop vite. Rares sont les destins individuels que l’on peut espérer reconstituer vraiment »[5]. Surtout, Audouin-Rouzeau en posant d’emblée l’idée que « tout deuil est unique», incite à la prudence lorsqu’on souhaite généraliser une expérience individuelle de deuil à l’ensemble des familles et des proches qui ont subi un décès suite à la guerre. Cependant ce livre, si riche, fournit un cadre d’analyse qui m’est bien utile.

J’ai voulu donc suivre le modèle d’analyse proposé mais très vite comme je le craignais j’ai dû faire face à une impasse ! Comme l’écrit encore Audouin-Rouzeau « des millions de Français ont été précipités dans la douleur de la perte entre 1914 et 1918, mais peu d’entre eux ont laissé quelque trace des coups atroces que la mort de leurs proches leur a infligés »[6]. Il m’a fallu très vite me résoudre à constater que les sources que j’avais à ma disposition ne me permettaient pas de proposer une étude de deuils de guerre concernant le milieu partisan socialiste en Bretagne. J’avais beau interroger des sources, je ne réussissais qu’à reconstituer quelques bribes de destins individuels de militants ou de proches de militants socialistes. Pour aller plus loin, il me fallait extrapoler ou faire confiance à mon intuition, mais cela se serait sans doute fait au détriment d’une méthode historique éprouvée. Soit je devais me résoudre à abandonner cette piste visant à mesurer l’influence des deuils de la Première Guerre mondiale, soit je m’astreignais à poursuivre mes recherches dans ce domaine, au risque de perdre un temps important pour de maigres résultats. J’ai choisi une voie totalement différente : puisqu’à propos de mon « terrain d’enquête », il me semblait difficile de mener une enquête, j’ai voulu sortir de ce terrain, afin de prendre un tout autre exemple a priori bien éloigné de mes préoccupations premières. L’idée est simple : reconstituer à l’instar du livre de Stéphane Audouin-Rouzeau l’impact d’un deuil de guerre afin de mieux comprendre comment on doit mener une recherche dans ce domaine, et disposer pour cela d’un corpus documentaire important, afin d’élaborer une vraie étude. Outre l’apprentissage d’un mode opératoire d’analyse, cette expérience me permettrait par la suite de mieux identifier les supports documentaires nécessaires, les questions qu’il faut poser et pour lesquelles il faut apporter des réponses, et d’abandonner les impasses liées au sujet. Une fois menée à bien , cette étude me servirait de point de repère pour replonger dans l’étude des militants socialistes en Bretagne et pour interroger le plus utilement possible les sources à ma disposition, que je sais plus lacunaires, et pour peut-être aussi trouver de nouvelles pistes documentaires.

Le choix du sous-lieutenant André Durkheim

Les lettres de Durkheim à son neveu Marcel Mauss

Étudier le parcours du fils d’Émile Durkheim s’est rapidement imposé à moi. C’est à la lecture de la biographie du grand sociologue écrite par Marcel Fournier que j’ai commencé à m’intéresser à André. En effet celui-ci, mobilisé durant la guerre, est à plusieurs reprises en convalescence : il effectue ainsi un séjour à l’hôpital de Brest et j’ai donc voulu en savoir davantage, car je pensais pouvoir trouver quelques renseignements sur les liens entre le front et l’arrière breton dans les documents que Marcel Fournier utilisait. On dispose en effet d’une édition des lettres de Durkheim à Marcel Mauss, et le père relate dans l’une d’entre elles – celle du 1er juin 1915-  un séjour qu’il effectue à Brest pour passer quelques jours avec son fils :

«  Je suis allé à Brest comme on te l’a écrit. Je suis parti vendredi soir, j’ai passé avec André les journées de samedi, dimanche et lundi. Ta tante n’a pas voulu m’accompagner, jugeant qu’elle était utile ici. Je n’ai pas insisté outre mesure, craignant pour elle la fatigue, car il fallait passer deux nuits dans le train pour deux nuits dans un lit. En fait, j’ai très mal dormi et pas du tout au retour bien que j’eusse pris une couchette, mais j’ai été secoué comme je ne l’avais jamais été (…) Nous avons fait une excursion à Morgat, et malgré ma fatigue j’ai rapporté de là-bas une excellente mine. Nous avons eu un temps superbe. J’ai laissé André dans les meilleures dispositions morales et en bon état physique. »[7]

De ce séjour brestois, on n’en apprend pas davantage mais les lettres suivantes permettent de suivre l’itinéraire d’André Durkheim et de découvrir les inquiétudes du père. Dans un même temps, on découvre les activités du sociologue qui participe à l’effort de guerre en publiant et préparant des études sur l’Allemagne en cherchant à justifier la position de la France durant cette guerre. Durkheim participe donc à l’effort des intellectuels pour combattre l’Allemagne pour une véritable culture de guerre.Il côtoie également des responsables socialistes comme Marcel Sembat et on apprend beaucoup dans ses lettres sur cette mobilisation intellectuelle, d’autant que Mauss, plus engagé que lui, participe aux mêmes efforts en étant de plus militant socialiste et soldat.  Mais c’est surtout par la relation de la participation de son fils aux combats que les lettres à Mauss de Durkheim sont primordiales. Remis sur pied, le jeune lieutenant est envoyé au front où il est à nouveau blessé en juin 1915. On peut lire dans les lettres d’Emile, l’angoisse d’un père, la relation de la convalescence du fils qui est à nouveau amené à l’hôpital militaire de Brest. En octobre de la même année, le régiment d’André doit se rendre sur le front d’Orient et là l’inquiétude monte :

« 1er décembre 1915,

Mon cher Marcel,

(…) La situation là-bas devient bien précaire. Je vis donc dans l’angoisse. Bien entendu, pas un mot à ce sujet dans ta lettre. Très sagement, ta tante ne lit plus de nouvelles de la guerre, surtout les nouvelles d’Orient. Si je pouvais en faire autant ! »[8]

André Durkheim a été envoyé à Salonique et son père relate les difficultés qu’il y a à avoir des informations dans la presse à propos de ce qui se passe là-bas. Il rencontre de nombreux responsables politiques afin de poursuivre la publication d’études de soutien à la France mais il reçoit moins de courriers de son fils. En décembre 1915, Durkheim n’a plus du tout de lettres d’André et l’attente dure plusieurs mois. Toujours sans nouvelles, le 5 février 1916, il écrit à Mauss :

« Inutile de t’analyser l’état dans lequel nous sommes. Tu te le représentes sans peine. On souffre et on vit. »[9]

On peut voir avec cet exemple que les périodes sans nouvelles des combattants peuvent être très longues, mais qu’il y a toujours l’espoir que cela soit dû aux phases du conflit. Le sociologue a essayé de demander des informations de son fils à plusieurs responsables politiques ou militaires, mais rien n’y fait. Le 15 février 1916, il reçoit un courrier du colonel commandant le régiment de son fils : il est porté disparu depuis décembre en Bulgarie et « le silence est toujours impressionnant et alarmant »[10]. A la même période, il écrit dans une nouvelle lettre non datée à Mauss, après avoir appris que son fils a disparu après avoir combattu courageusement l’ennemi :

« Cela ne change rien à la situation. Cela me délivre pourtant de l’image angoissante de ce pauvre enfant s’arrêtant épuisé et abandonné. S’il a été tué, comme tout le fait craindre, c’est dans l’exercice de ses fonctions, en officier. J’aime mieux cela. »[11]

Émile Durkheim écrit en effet précédemment à plusieurs reprises qu’il s’inquiète de la santé de son fils, qu’il le trouve trop fragile et il a peur qu’il ne comporte pas en bon soldat. Apprendre les circonstances de sa disparition le rassure sur ce point. Mais l’angoisse est toujours là car malgré ses efforts, il ne sait pas si son fils est mort ou fait prisonnier. Le 25 février 1916, il peut écrire à son neveu Mauss que son fils est mort depuis le 18 décembre 1915 :

« Mon cher Marcel,

Je vais te faire une grosse douleur, mais il est impossible de te l’épargner. Nous ne pouvons garder d’illusion. André, blessé, est mort de ses blessures. Il est enterré au petit village de Davidovo. Ces mots me font mal à écrire. Ils te feront mal à lire. Il faut tâcher de s’arranger. L’expérience montrera ce que je peux. En me répondant, parlons le moins possible de l’irréparable. Ce sont les images qui me font souffrir. »[12]

Marcel Mauss, très proche d’André Durkheim, est frappé par la nouvelle : « j’ai appris hier soir par un mot d’oncle le malheur qui nous frappe. J’avais beau m’y attendre, ce fut, c’est un choc.»[13]

À partir de la nouvelle de la mort de son fils, Émile Durkheim s’isole peu à peu, touché par le deuil. Avec cette disparition, c’est plus globalement tout le milieu de la revue l’Année sociologique qui est touché, car André se destinait à poursuivre l’œuvre de son père en se spécialisant toutefois dans la linguistique. Quelques années plus tard, Marcel Mauss rend hommage à ces normaliens victimes de la guerre, qui étaient associés à la revue de Durkheim. Évoquant André, il écrit :

« Qu’il soit permis de terminer, par une note personnelle, ce mémoire tout objectif où l’on ne veut que décrire les travaux que l’on pouvait espérer de nos héroïques, de nos vénérés morts. Mais il serait injuste et inhumain de ne pas mentionner, en fin et par exception, le nom de celui qui allait nous être associé et dont la perte, doublement sentie, intellectuellement et paternellement, a été l’une des causes de la mort de Durkheim. Celui-ci fondait sur son fils, l’un de ses plus brillants élèves, les plus nobles et les plus grandes espérances »[14]

En effet, Émile Durkheim après la disparition de son fils a beaucoup de mal à retrouver la saveur de la vie et marqué par le deuil, il disparaît à son tour en 1917.

On peut voir qu’on dispose d’une documentation riche sur la mort au combat d’André Durkheim et sur le deuil qui en suivit dans le milieu familial et intellectuel qui lui était proche. L’attente de plusieurs mois avant de connaître la vérité, l’angoisse exprimée des parents, la relation des occupations pour tromper l’attente et l’hommage après coup sont exprimés dans de précieux renseignements pour qui souhaite connaître le dispositif accompagnant le deuil d’un soldat de 14-18. Bien sûr, le cas du fils de Durkheim est exceptionnel tant l’intellectuel est une grande figure de la pensée française à cette période. Pour autant, les lettres qu’il envoie à Mauss forment un précieux témoignage pour mieux saisir la douleur intime causée par la mort d’un proche lors de la Première Guerre mondiale. Cela est d’autant plus vrai que cette correspondance n’est pas l’unique source pour étudier la mort d’André Durkheim : officier, il dispose d’un dossier au Service Historique de la Défense de Vincennes qui nous permet de mieux l’étudier.

Le dossier militaire du sous-lieutenant Durkheim

Le dossier d’André Durkheim est conservé au SHD de Vincennes

Le dossier d’archives du lieutenant Durkheim ne concerne pratiquement que la période liée à sa mort au combat ; il y a peu d’autres documents sur le passé militaire d’André, hormis son état officiel d’engagement qui est d’ailleurs contresigné par son témoin Marcel Mauss.  On peut surtout y lire la copie de lettres envoyées à Émile Durkheim pour l’informer de la disparition de son fils, puis de sa mort. D’autres lettres révèlent les multiples démarches que le sociologue a entreprises entre novembre 1915 et février 1916 pour découvrir le sort de son fils. Enfin, on dispose de plusieurs documents montrant la difficulté qu’il y a parfois à identifier un soldat mort dans le camp ennemi.

Tout d’abord, les autorités militaires signalent la disparition d’un sous-lieutenant le 5 décembre 1915 qui est appelé « Durkhel ». Puis d’autres documents signalent la mort d’un «  Durkhem » tout en demandant d’avoir davantage de renseignements sur le défunt. Les mêmes documents sont ensuite corrigés avec les bonnes informations : « Durkheim mort le 18 décembre 1915 à la suite de ses blessures ». En effet, pris sur le feu ennemi, André Durkheim est mortellement blessé à la suite de la retraite de son régiment. Dans son dossier militaire, on peut retrouver les circonstances de sa disparition grâce à une lette envoyée à son père par le colonel Morel, qui commande le 45e régiment de l’Armée d’Orient, datée du 29 janvier 1916 : après avoir expliqué les circonstances de la disparition de son fils – Durkheim rend compte de ce courrier dans une lettre à Mauss que j’ai cité auparavant -, le colonel précise :

« Il me paraît très possible, vu le brouillard intense qui ne permettait guère de voir un homme à plus de quinze mètres, qu’il se soit trompé de direction dans ce pays difficile et ait été fait prisonnier par l’ennemi. J’espère donc, Monsieur, que vous aurez le bonheur de retrouver votre fils indemne après la guerre et que vous aurez ainsi la récompense de la patience, l’effort, la confiance dont vous donnez un si bel exemple et dont vous nous réconfortez tous, officiers et soldats »[15]

On mesure bien le statut privilégié de l’intellectuel Durkheim dans cette lettre qui a droit à une longue lettre explicative. On peut également lire d’autres courriers, de l’ambassade d’Italie à Bucarest, de l’hôpital où André Durkheim est décédé, mais aussi d’autres intellectuels comme celle du psychologue Ernest Claparède, établi en Suisse[16], qui a gardé des liens avec des personnalités bulgares et a reçu des renseignements sur le fils du sociologue français. On peut donc déceler toute une mobilisation d’intellectuels européens qui ont durant les mois où on ne connaît pas encore le sort d’André Durkheim, cherché à recouper les informations par de multiples canaux. Dans les mois qui suivent son décès, on apprend les circonstances définitives de sa mort : blessé par de nombreux projectiles, le sous-lieutenant a été amené dans un hôpital de l’armée bulgare mais il meurt de ses blessures. Il est enterré rapidement et on a gardé le plan de l’endroit de sa sépulture afin de retrouver l’emplacement après guerre.

le plan de l’emplacement de la tombe du soldat Durkheim

Que retenir pour ma recherche ?

L’étude du cas d’André Durkheim semble m’éloigner de mon point de départ, mais ce n’est pourtant pas le cas. On constate tout d’abord l’existence d’une nombreuse documentation à ce propos : sauf erreur de ma part, il n’y a pas d’étude sur cet épisode de la vie du grand sociologue français et pourtant il pourrait être utile de la mener pour mieux saisir la mobilisation durant ce conflit d’un intellectuel, la gestion du deuil, ainsi que la mise en évidence d’un réseau d’informateurs mobilisé ici pour découvrir le sort du fils d’Émile Durkheim, qui surmonte les divisions géopolitiques de l’époque. Mais dans le cadre de mon étude, rassembler des informations sur la mort du sous-lieutenant André Durkheim m’a surtout permis de mieux saisir ce qui doit, dans l’étude des deuils de guerre, être interrogé : comment arrive-t-on à surmonter, dans un contexte de guerre, la disparition d’un proche? Comment l’information concernant la disparition ou la mort d’un parent est transmise? Qui peut-on ou doit-on contacter lorsqu’on est sans nouvelle d’un fils ou d’un père ? D’autres questions liées à celles-ci viennent également. Sans doute ai-je moins de sources dans le cas des militants qui occupent ma recherche, mais ce détour a une importance valeur heuristique et méthodologique. Du moins je l’espère.



[1] S.Audouin-Rouzeau et J.J. Becker(s.d.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004.

[2] François Marcot ( s.d.) Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, R.Laffont, 2006.

[3] C.Prochasson, La Gauche est-elle morale ?, Flammarion, Paris, 2010. On retrouve dans le chapitre intitulé « Le corps est-il de gauche ? Eros et Thanatos socialistes » des analyses très utiles sur ce sujet.

[4] S.Audouin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre, 1914-1918, Paris, éditions Noésis, 2001

[5] S.Audouin-Rouzeau, op.cit., p. 10

[6] S.Audouin-Rouzeau, ibid.

[7] E.Durkheim, lettres à Marcel Mauss, présentées par Philippe Besnard et Marcel Fournier, Paris, PUF, 1998.

[8] É.Durkheim, op.cit., p490-491.

[9] É.Durkheim, op.cit., p498.

[10] É.Durkheim, op.cit, lettre du 15 février 1916, p.500.

[11] É.Durkheim, op.cit,p.501

[12] E.Durkheim, op.cit,p.502.

[13] Lettre à Rosine Mauss, 29 février 1916, cité in M.Fournier, Émile Durkheim(1858-1917), Paris, Fayard, 2007.

[14] M.Mauss « l’œuvre inédite de Durkheim et ses collaborateurs » L’Année sociologique, nouvelle série, tome 1,1923-1924, p28 consultable en ligne ici

[15] Lettre du colonel Morel, 29 janvier 1916, dossier de l’officier André Durkheim, SHD Vincennes, 5 ye 120 850

[16] Hasard de la recherche, Ernest Claparède est le maître à cette période d’Yves Le Lay qui est en Suisse, le futur traducteur de Freud en français et qui devient par la suite militant socialiste en Bretagne.

Le Cri suspendu

Le Réveil socialiste, 13 février 1915, photo DR

Pour connaître l’action des militants socialistes durant la première Guerre mondiale, il est nécessaire de faire appel à plusieurs sources, mais malgré cela, il est bien difficile de saisir l’importance de ces années de conflit pour les membres de la Sfio. En effet, la plupart des publications militantes arrêtent de publier dès le début du conflit, beaucoup de militants sont mobilisés et le parti semble presque se mettre en sommeil dès le mois d’août 1914. Mais ce serait toutefois aller trop vite en besogne que de considérer qu’on ne peut que trop difficilement connaître l’histoire localisée du milieu partisan socialiste pendant la Première Guerre mondiale. Si c’est une reconstitution difficile, ce n’est pas pour autant une mission impossible. Mais de quelles sources peut-on disposer ? Si la presse militante se met majoritairement en veille, quelques publications socialistes continuent de paraître : c’est en particulier le cas du journal de la fédération du Finistère, le Cri du Peuple, alors que les autres journaux des fédérations bretonnes arrêtent totalement de publier. Il ne faut pas non plus oublier l’Humanité, ou encore le Populaire à partir de 1916 émanation de la « minorité » du parti, qui relatent de nombreuses actions locales durant cette période. On doit toutefois manier cette presse militante avec habilité car elle est soumise à la censure gouvernementale. Il n’est en conséquence pas rare de trouver plusieurs colonnes totalement blanches après être passées au ciseau de la censure. Un exemple parmi tant d’autres  peut être donné ici, le 10 avril 1915, le journal a souhaité publié un témoignage d’un soldat militant socialiste :

Un extrait censuré du Cri du Peuple, 10 avril 1915

«  Nous avons demandé à l’un de nos amis mobilisés et envoyé au front depuis le début de la guerre, de nous donner ses impressions sur le conflit actuel ; nous donnons sans y changer une ligne, les réflexions qu’il nous a adressés, ne voulant leur enlever en rien leur cachet personnel. Ce qui suit n’engagera donc en rien notre rédaction » Suivent deux longues colonnes blanches.

De ce témoignage, les lecteurs, et nous a posteriori, ne seront rien. On peut seulement voir que le Cri du peuple prend des précautions à la publication de tels articles. Il faut dire qu’en plus de la censure, ce type de publication s’expose également à la suspension de parution décidée par le pouvoir. Et justement, le journal du Finistère vient à la même époque d’être suspendu pour un mois en raison de la publication  d’« articles calomnieux de nature à discréditer les détenteurs de l’autorité militaire et à exciter le désordre »[1]. La fédération socialiste du département a créé donc lors du mois de suspension un nouveau journal dont le titre Le Réveil socialiste  peut montrer la détermination à continuer d’informer les militants et un lectorat plus large. D’ailleurs dans le premier numéro, on peut lire un article non signé intitulé « Notre patriotisme » défendant la nature patriotique du socialisme français contre ceux qui voyaient en ses militants que des ennemis de la patrie. En effet, une lecture postérieure des événements a peut-être trop insisté sur le courant minoritaire opposé à la guerre au détriment de très nombreux militants socialistes qui jusqu’au bout ont accepté de combattre pour la France durant ce conflit. Enfin, les actes de censure ou de suspension de parution ont en outre la particularité de laisser des traces dans les archives militaires que l’on peut consulter au Service Historique de la défense de Vincennes : on y retrouve ainsi des mentions sur les journaux Le Cri du Peuple et le Réveil Socialiste.

                 La surveillance des socialistes ne s’arrêtait au contrôle de la presse, les réunions des militants sont également étroitement surveillées mais on ne trouve pas mention de tels regroupements dans toutes les archives départementales. Ainsi si les rapports de police sont nombreux dans le Finistère, les autres départements contiennent moins d’informations sur les réunions socialistes, mais on doit s’interroger ici pour savoir si de telles réunions n’ont pas eu lieu ou si plus  simplement on n’en a pas gardé de traces dans les archives. Il faut surtout élargir le spectre de recherche et tenter de trouver d’autres sources. Il existe par exemple des correspondances adressées à des militants nationaux, comme Albert Thomas, ou influents en Bretagne comme Augustin Hamon ou encore Yves Le Febvre, qui bien que n’étant plus à la Sfio, continue de s’entretenir par lettres avec des militants socialistes.

Mais, outre les sources, il faut également s’interroger sur la manière dont on doit utiliser ces documents. C’est en ce moment ce qui me préoccupe. Dans l’étude des socialistes bretons en guerre, j’essaye en particulier de mieux appréhender, d’un côté, le milieu de « ceux qui protestaient » pour reprendre l’expression de Galit Haddad[2] mais également d’un autre côté, les militants qui ont combattu dans l’armée française sans manifester d’opposition à la guerre. Ces derniers sont évidemment très nombreux puisque toute la population est mobilisée mais il est difficile de reconstituer leur parcours de combattant, ce qui m’oblige à croiser l’histoire du mouvement ouvrier avec l’histoire militaire. Surtout, il est aussi nécessaire de s’arrêter sur le traitement des sources : ainsi dans un rapport préparatoire rédigé par un inspecteur auxiliaire en août 1917 pour le commissaire de police de Quimper, on peut lire qu’après avoir expliqué que la population dans son ensemble participe plutôt d’un bon pied à l’effort de guerre, l’inspecteur émet quelques doutes sur l’enquête d’opinion qu’il a menée:

« Je crois devoir faire remarquer (…) combien serait différente l’opinion de la classe ouvrière, mobilisée ou non, si elle pouvait être librement exprimée ».

Cette remarque oblige l’historien à s’interroger sur le contenu des archives en ce qui concerne les enquêtes sur l’état de l’opinion à propos du déroulement de la guerre et du soutien apporté par la population dans son ensemble, et sur les différentes manières de «lire» ces archives. Dans ce domaine, les travaux de l’anthropologue James C.Scott, auteur de La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne (éditions Amsterdam, 2008) me sont très utiles. Je mentionne donc pour terminer ce billet deux entretiens avec James C.Scott publiés par la revue Vacarme, le premier portant sur l’infra-politique des groupes subalternes et le second intitulé « dans le dos du pouvoir« , ainsi qu’une utilisation de ses travaux dans l’histoire du mouvement ouvrier issu du carnet AIMOS.



[1] Le Réveil Socialiste, 13 février 1915

[2] Galit Haddad 1914-1919, Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

Louis Guilloux père,février 1917,«Voulez vous la paix ?»

L.Guilloux, La Maison du Peuple,1927

Je travaille en ce moment sur l’activité des sections socialistes bretonnes durant la Première Guerre mondiale. L’idée que l’on retrouve souvent exprimée, sans doute à cause de l’existence de l’Union sacrée, serait que ces groupes de militants soient peu actifs durant ce conflit ; on assisterait alors à une mise en sommeil du milieu partisan socialiste[1]. Il est en effet assez difficile de mesurer l’activité de celui-ci car par exemple la plupart des publications militantes ne sont plus publiées durant cette période. Toutefois, on peut retrouver des traces de la permanence d’une identité militante qui s’exprime de multiples façons. Les archives de contrôle des autorités peuvent le montrer, bien que de nombreuses lacunes existent. Mais on trouve ainsi le compte rendu régulier de réunions des sections socialistes dans le Finistère entre 1914 et 1918, et dans ce département, la publication du journal fédéral continue malgré la censure. C’est donc à un patient travail de reconstitution et de rassemblement d’informations que j’essaye de procéder afin d’avoir une vision assez précise des actions militantes durant la Première Guerre. Cela peut se concrétiser par la signature de pétitions comme on peut le voir en février 1917 à Saint-Brieuc. A cette période, ceux que l’on appelle les « minoritaires » de la Sfio, partisans d’une paix rapide, sont de plus en plus nombreux et ils sont davantage surveillés par les autorités. Dans la préfecture des Côtes-du-Nord, c’est le père de l’écrivain Louis Guilloux qui est responsable de la section socialiste durant la guerre[2]. Celui qui se nomme également Louis, est connu par le portrait qu’en fait son fils dans son livre La Maison du Peuple, publié en 1927, qui relate l’action de militants ouvriers avant guerre et est dédié à quelques-uns d’entre eux touchés par les malheurs du conflit. On peut aussi découvrir les liens, parfois difficiles, que le fils entretient avec le père dans le livre de Sylvie Golvet Louis Guilloux. Devenir romancier qui retrace la naissance de l’écrivain Louis Guilloux. Et il y a aussi ces notes du commissaire de police de Saint-Brieuc, en date du 21 février 1917, relatant une forme d’action militante :

«  J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, fait signer en ce moment un factum en vue d’obtenir la paix. Il appelle quelques unes des personnes qui passent et leur dit ‘ Voulez vous la paix ?’ – ‘ Oui ?’ lui répondent-elles – ‘alors ajoute-t-il signez ceci’ » et le commissaire précise « Guillou est un socialiste militant »

Ce premier rapport est suivi d’un autre rédigé le même jour après que le policier ait été rendre visite à Louis Guilloux père. La demande lui en avait été faite par le préfet.

« J’ai été trouvé le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, et l’ait invité à me représenter le factum qu’il fait signer en vue et en l’obtention de la paix. Il me l’a remis aussitôt, et m’a déclaré que c’était sans mauvaise intention qu’il l’avait fait signer».

Le commissaire précise qu’il a saisi la pétition et qu’il le remet au préfet. On ne la trouve pas dans la liasse consultée, tout comme on ne trouve pas d’autres papiers en lien avec cette affaire. Mais la défense de Louis Guilloux semble a posteriori assez savoureuse à lire : « c’était sans mauvaise intention », ce qui rappelle la volonté manifeste ou naïve de continuer à jouir des droits élémentaires du citoyen à s’exprimer même en temps de guerre, à moins qu’il ne s’agisse de la part de Louis Guilloux d’une forme d’ironie à l’égard du policier : il y a en effet fort à parier qu’il était tout à fait au courant que ce type d’actions pouvait rencontrer l’hostilité des autorités de l’époque. Dans le livre de son fils, tout comme dans les extraits de correspondance entre eux deux, on peut voir que le père était un homme dur à la peine, aux opinions tranchées et peu prompt au compromis. Je crois qu’il y a une expression en breton pour désigner ce type de personne : «penn kalet » ou une « tête dure »[3].

Sur Louis Guilloux, il existe un excellent site de la Société des Amis de Louis Guilloux, qui organise en octobre prochain un colloque sur les relations entre l’écrivain et ses amis. Plusieurs interventions concerneront également l’histoire du mouvement ouvrier. Enfin La Maison du Peuple est disponible en poche (Les Cahiers rouges, Grasset, avec une préface de Camus) associé à un autre texte Compagnons. L’ensemble en fait un livre magnifique que je ne peux que vous conseiller de (re)lire !


[1] Il y a de très nombreuses indications méthodologiques très utiles sur l’étude de la « mise en sommeil » des groupes militants dans le livre dirigé par Olivier Fillieule, Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

[2] On peut retrouver la biographie de Louis Marie Guilloux dans le Maitron. Elle a été rédigée par Alain et François Prigent qui ont par ailleurs publié un article retraçant un épisode historique en lien avec les Guilloux «L’expérience éphémère de la Bourse du Travail de Saint-Brieuc (1904-1909) » Cahiers d’Histoire, n°116, 2012.

[3] Pour analyser ce type d’expressions militantes, le livre de James C.Scott, La Domination et les Arts de la résistance.Fragments du discours subalterne, Paris, éditions Amsterdam, 2008, est très utile.

Ce que l’on ne trouve pas dans les archives

Archives départementales des Côtes d'Armor, août 2012

Après avoir consulté bon nombre de fonds d’archives ces derniers jours, je voudrais m’arrêter non pas sur les éléments trouvés – nombreux d’ailleurs – mais sur ce que l’on ne trouve pas alors qu’on passe plusieurs heures à chercher. Aux archives départementales des Côtes d’Armor, j’avais pour ambition de trouver des renseignements sur l’activité militante de Paul Ricoeur que j’avais déjà abordée mais sans en trouver tous les détails. Il y avait trois pistes : d’un côté, les fonds concernant l’activité militante socialiste à proprement parler, la presse militante ensuite, et enfin son activité d’enseignement au lycée de Saint-Brieuc.

             Du côté de l’action militante, il faut reconnaître que les archives contiennent de très nombreuses descriptions de réunions, de prises de position ou de rapports de police, ce qui facilite le métier de l’historien. Bien sûr, il est nécessaire de manier ce type de sources avec les précautions scientifiques d’usage, mais cela forme un ensemble de renseignements conséquents. Pour le coup, aucune mention d’un «Ricoeur» parmi les militants de la Sfio durant l’entre-deux-guerres. Evidemment, je ne suis pas sûr d’avoir tout consulté et surtout de ne pas avoir loupé ce type d’informations, mais je crois avoir essayé d’être attentif toutefois. Ensuite, du côté de la presse militante, j’ai retrouvé les trois articles de « Péric » alias Ricoeur dans leur première version de publication. Il publie deux articles dans le journal  l’Eveil breton, qui est l’organe de la fédération Sfio, puis le troisième est publié par Le Combat, journal qui a pris la succession du premier après des dissensions au sein de la fédération socialiste. Cette série d’articles aborde les rapports entre le socialisme et le christianisme et elle est publiée durant l’été 1934. Mais je n’ai pas trouvé d’autre trace du militant Ricoeur dans ces publications militantes. A priori, il n’y a donc que ces trois articles, repris par ailleurs par une publication socialiste du Finistère, et on ne trouve pas de mention de lui dans des compte rendus de réunion, en particulier celles qui évoquent les Jeunesses socialistes ou les réunions de la section briochine. Là encore, je ne peux certifier de ne pas avoir manqué les indications, mais j’ai essayé d’être attentif à nouveau.

                Restait alors l’évocation du professeur Ricoeur, puisqu’il fut enseignant au lycée Anatole Le Braz de Saint Brieuc durant l’année scolaire 1933-1934. Il se trouve que la série 1T qui concerne l’enseignement est très bien fournie dans les Côtes d’Armor et que l’on dispose d’un très bon outil de travail (qui de plus est  en ligne) pour s’y retrouver. J’ai donc consulté plusieurs liasses qui auraient pu contenir des informations sur le jeune Ricoeur. Mais là encore rien du tout, aucune trace du jeune professeur de philosophie. Alors passer plusieurs heures pour faire choux blanc, c’est aussi le quotidien du chercheur dans les archives : on ne sait qu’après consultation de la liasse, qu’en fait elle ne contient pas les informations qu’on aurait souhaité. Mais il faut aussi garder une certaine détermination et poursuivre l’investigation. J’ai ainsi vu par hasard que plusieurs liasses avaient été ajoutées à la série 1T dernièrement et n’étaient donc pas mentionnées sur l’inventaire que j’utilisais. Parmi les dossiers récemment transmis, j’ai pu décelé qu’il y avait une série concernant le lycée de Ricoeur.

                Ce fond d’archives concerne le personnel du lycée dans l’entre-deux-guerres, avec par exemple la liste des enseignants et leur état de service. Toutes les années ne sont pas présentes, mais il y a l’année 1933-1934 . Cette année-là, Ricoeur, après avoir raté le concours d’entrée à l’école normale supérieure, doit prendre un poste de professeur de philosophie pour subvenir à ses besoins et il le fait au lycée de Saint-Brieuc. Avant d’ouvrir ce dossier « état indiquant le service du personnel par semaine» de l’année 1933, je me suis dit que j’allais enfin trouver des traces de Ricoeur. Les enseignants de ce lycée sont assez peu nombreux, une douzaine en tout, et je me suis depuis le début de la consultation habitué à leur nom, à leur discipline.

indications sur Guy Robert, responsable SFIO des Côtes d'Armor

           Parmi les personnes, il y en a une qui m’intéresse aussi : il s’agit de Guy Robert, professeur de lettres, qui est par ailleurs un des responsables de la fédération socialiste des Côtes d’Armor. Il devient en 1934 le secrétaire fédéral jusqu’en 1938, date à laquelle il est muté à Paris. Il poursuit ensuite une carrière universitaire en soutenant une thèse en 1943 sur le roman de Zola «La Terre». En conséquence, chercher dans des liasses concernant le lycée de Saint-Brieuc sans trouver de mention de Ricoeur ne fut toutefois pas une perte de temps puisque cela m’a permis de trouver des renseignements sur Guy Robert. Les données que l’on trouve dans ce type de dossier sont souvent purement d’ordre administratif mais cela fournit aussi parfois également d’autres renseignements précieux.

                Mais pour le dossier concernant l’année 1933, rien à nouveau, aucune mention de Ricoeur ! Je suis revenu plusieurs fois, lisant ligne à ligne, espérant que j’ai pu la première fois ne pas trouver la mention du jeune philosophe. Mais non, aucun Ricoeur n’est indiqué. Pourtant il est là en creux : à la ligne concernant le professeur de philosophie, il y a un vide, aucun nom n’est mentionné. Je me remémore alors des pages lues précédemment où le proviseur se plaignait d’avoir du mal à trouver des enseignants qui souhaitent venir en province. Je me souviens aussi de ce document trouvé plusieurs mois  auparavant qui concerne Paul Nizan : il est muté au lycée de Quimper, et il renonce à venir dans cette ville, trop loin sans doute. Pour venir dans ce type d’endroit, il faut sans doute le vouloir comme par exemple Louis Poirier, alias Julien Gracq, qui demande à venir justement au lycée de Quimper pour enseigner l’histoire-géographie à la même période. Donc pour en revenir à Ricoeur, on comprend qu’il est venu au lycée Le Braz après que cet état de services ait été rempli. Donc pas de trace de lui, mais toutefois je n’ai pas l’impression d’avoir perdu mon temps : je connais maintenant son entourage durant son année d’enseignement, je peux aussi déduire qu’il a eu des liens avec Guy Robert, âgé de 26 ans alors que lui a tout juste 20 ans. Les deux ont d’ailleurs écrit dans le journal de la fédération socialiste sur la question des rapports entre le socialiste et le christianisme : est-ce la suite d’une discussion entre eux deux ? Là s’arrête le travail de l’historien, car on ne peut pas faire à outrance de telles spéculations. Je n’ai pas trouvé de traces de Ricoeur dans ces archives et pourtant le travail  de recherche continue !

Une escapade aux archives

Lundi 12h08

Archives départementales, lundi après-midi

Profitant des vacances scolaires, j’occupe une partie de mon temps libre à fréquenter de nouveau les centres d’archives. La liste des liasses d’archives à consulter est encore longue, mais c’est ainsi que la recherche avance, du moins je le suppose. Cette après-midi je me rends donc aux archives départementales des Yvelines : l’objectif est de retrouver la trace d’un militant de la SFIO qui a commencé à militer à Versailles pour ensuite retourner en Bretagne. Il s’agit d’Alain Le Dem responsable en 1935 des jeunesses socialistes dans le département du Finistère. Son parcours est toutefois plus riche car il prend alors le pseudonyme d’Alain Behel, comme « BL » à savoir l’acronyme de « Bolchevique Léniniste » ; il est en effet membre du courant trotskyste qui a adhéré au parti socialiste pendant quelques mois. Si son action se poursuit ensuite au sein du mouvement ouvrier  et paysan en Bretagne dans les organisations trotskystes, il m’importe ici de savoir s’il est possible de trouver des renseignements sur son entrée dans l’action militante. Pour cela, deux pistes sont à explorer : tout d’abord la presse militante. Le Dem est militant socialiste à partir de 1932 et le journal de la fédération de Seine et Oise, Le Travailleur est conservé aux Archives des Yvelines, mais seulement selon le catalogue proposé en ligne pour l’année 1933. Ensuite, les réunions de la SFIO doivent comme dans toutes les autres archives départementales que j’ai pu consulter avoir laissées des traces dans les documents de la police chargé de la surveillance politique. Là il n’y a pas de liste des fonds en ligne, mais je vais tenter de consulter la série 1M et la série 4M, ainsi que la série 16M. Il s’agira de repérer le nom d’Alain le Dem et de voir si je peux reconstituer des éléments de son parcours que je ne connais pas déjà[1]. Surtout le survol de ces liasses d’archives va me donner aussi des points de comparaison avec les fédérations bretonnes que je connais mieux. La recherche avance aussi par comparatisme et le contenu des archives que l’on peut consulter dans tel ou tel département ne me semble pas tout à fait similaire, et j’aimerais donc identifier davantage les ressemblances et les différences. J’ai effectué au préalable une recherche rapide, et j’ai l’impression que la fédération socialiste de Seine-et-Oise est assez peu connue, je n’ai donc aucun repère la concernant à part quelques noms de dirigeants trouvés dans le Maitron : cela risque de compliquer ma recherche, maisen même temps ce n’est pas mon but que d’être parfaitement informé sur cete fédération socialiste de Seine-et-Oise. Je prévois toutefois l’usage d’un appareil photo numérique, ce qui est autorisé selon la page de présentation en ligne des archives.

13h20 :

                Me voilà inscrit, accueil très sympathique. Je mesure encore une fois tout l’avantage de disposer d’un service public et gratuit des archives dans chaque département. Le souligner ici c’est aussi rendre hommage à l’ensemble du personnel qui y travaille. Dans la salle de lecture, personne. Je découvrirai plus tard qu’il y a deux autres personnes arrivées plus tardivement dans cette grande salle de recherche. Les inventaires vérifiés, il n’y aura que dans la série 4M que je trouverais peut-être ce que je cherche. Mais tout d’abord lecture du journal de la fédération  Le Travailleur.Affres du chercheur en herbe : le papier s’effrite et voilà ma place remplie de petits morceaux de vieux papiers. Plus important, ce journal ne correspond pas vraiment à ce que je connais de la presse militante : il s’agit avant tout d’une publication qui contient des informations précises et datées pour chaque section socialiste, parfois aussi pour les municipalités. Il n’y a pas ou peu d’articles de fond, c’est avant tout la chronique des sections locales, une  sorte d’agenda politique. Il y a quelques exemplaires seulement datant de la fin de 1933, ce qui me permet une lecture attentive. Je trouve une seule mention d’Alain Le Dem pour une réunion de la fédération entre jeunesses et membres adultes le 10 octobre 1933.Ce sera la seule fois où je verrais son nom cette après-midi. Maigre récolte ? Pas forcément car je peux aussi lire plusieurs autres articles sur les Jeunesses socialistes, leurs actions ou leurs idées. Je sais aussi que Le Dem devient surtout un membre actif à partir de 1934, et comme bon nombre de jeunes socialistes, il est proche du trotskysme à cette période. Je découvre aussi des noms d’autres militants, forcément des camarades à lui.

Le Travailleur, journal SFIO de Seine-et-OIse

                Les liasses d’archives sur la SFIO se révèlent assez pauvres : on trouve quelques mentions de réunions, le compte rendu d’une grande manifestation à Livry Gargan, mais c’est à peu près tout. En élargissant ma recherche, je consulte des liasses qui concernent le PSOP de Marceau Pivert ou encore les militants communistes. Au départ il s’agissait de voir si je pouvais des traces de Le Dem : il était en lien avec les communistes par exemple, je regarde donc avant tout les années 1933/1934 mais je me laisse aussi souvent guider par l’envie de lire et de découvrir. Ainsi je lis le rapport très détaillé que Maurice Tréand consacre au trotskysme dans le mouvement ouvrier et qu’il présente au bureau politique du PCF en juillet 1938. C’est une partie d’un épais dossier relié consacré au PCF et qui semble daté de 1939. J’ai perdu de vue la raison première de ma venue mais je découvre de nombreuses autres choses. Il est presque 17 heures, heure de fermeture. Je sais qu’il y a de nombreux autres fonds à consulter, mais ce sera pour un autre jour, après la rédaction de la thèse.

Lundi soir :

                Si je regarde en arrière, je n’ai pas trouvé grand chose sur Alain Le Dem et son action militante en Seine-et-Oise. Une seule et courte mention de son nom dans le journal socialiste. Je sais toutefois que Le Travailleurpeut être utile. En cherchant sur le catalogue de la BNF, je m’aperçois qu’il est consultable en microfilm pour la période 1930-1934. Je suppose qu’il y a d’autres indications sur lui pour l’année 1934.Donc c’est une affaire à suivre. J’ai surtout trouvé des documents qui me permettent de mieux comprendre ce que sont les Jeunesses socialistes de ce département lorsqu’il y réside. Surtout la collecte d’informations fut utile : ainsi j’ai mis la main sur une sorte de gros livre relié intitulé «Marxisme 1937 » rédigé par un certain « R.Humery » qui est en fait un catalogue de toutes les publications de gauche à cette époque, de toutes les organisations, de toutes les structures existantes.

Un extrait de "Marxisme 1937"

         Document précieux même si je  n’en connais ni la source ni le contexte de réalisation, cette publication va quoi qu’il en soit me rendre de précieux services. Du point de vue de l’  « ingénierie » de ma recherche, j’ai pu vérifier comme il est pratique de pouvoir prendre des photographies des documents. Me voilà avec une centaine de clichés qu’il va falloir exploiter. J’ai plus largement le sentiment que je vais consulter des archives jusqu’au dernier moment, sans doute n’est-ce pas une pratique très organisée, mais couper le travail en deux parties bien séparées, tout d’abord la recherche de documentation, ensuite la rédaction, je ne suis pas sûr de pouvoir procéder de cette façon. Ce billet d’étape est une petite escapade intermédiaire dans la série que j’avais prévue sur les pratiques militantes dans les années 1930. L’avantage de ce carnet de recherche, c’est aussi de prévoir une publication sur certains thèmes, mais aussi de modifier ce qu’on avait prévu. J’aime pouvoir profiter de cette souplesse, même si à partir de maintenant je me penche sur le second billet de la série prévue à savoir « Docteur Flamme en Bretagne : des pratiques militantes nouvelles ? » que je publierai dans quelques jours.


[1] Alain Le Dem a une biographie assez conséquente dans le Maitron . Aux archives de l’Institut international d’Histoire sociale d’Amsterdam, le fonds Prager contient également un très utile dossier sur Le Dem.

«Série R, Caisse des écoles, livre de détail des dépenses»: traces d’un cinéma socialiste

          Les moments d’écriture ou de réflexion s’accompagnent de temps d’écoute (la radio par exemple) ou de moments de lecture: actuellement, je me plonge, après plusieurs autres tentatives, dans certains écrits de Michel Foucault, pour y trouver des «béquilles» afin de mener à bien ma propre recherche. Et mes moments de travail se rencontrent ou se superposent: l’émission La Fabrique de l’Histoire  de ce matin portait sur le cinéma dans l’Entre-deux-guerres, et au même instant je lisais ce que Foucault a écrit à propos des sources de son travail qu’il plaçait volontiers du côté de l’histoire. Pour lui «il faut avoir à sa disposition l’archive générale d’une époque à un moment donné[1]». Perplexe devant une telle affirmation, qui implique comme il indique plus loin, de tout lire, sans faire de hiérarchisation dans les sources afin de saisir au mieux «l’archéologie d’une époque», mon écoute fut au même moment portée sur un des intervenants de l’émission de France culture qui expliquait que pour faire de l’histoire, il fallait toujours faire face aux problèmes des sources, et surtout aux lacunes de ces mêmes sources. Si ce «problème des sources» est important (j’aurai plus tard l’occasion d’y revenir), il me semble que trop souvent on se contente sans approfondir de signaler que les données n’existent pas, et du coup de nombreux aspects historiques risquent de rester dans l’ombre du passé. Je considère donc que, au risque d’ailleurs de s’y perdre, ce qu’écrit Michel Foucault à ce sujet peut être un objectif primordial: il faut en effet essayer de vouloir tout lire et tout consulter pour pouvoir faire cette histoire en creux, que l’on peut révéler parce qu’on a réussi à faire «revenir» des traces en examinant des documents d’archives peu consultés. Et si ma lecture de Foucault se déroule maintenant, c’est justement parce que je m’interroge sur ma pratique des archives.Ainsi, je commence à rédiger ma thèse, tout en ayant de nombreuses archives à consulter, je ne sais pas si cela est raisonnable d’effectuer les deux opérations en même temps, mais je ne me vois pas faire autrement pour l’instant. Bien sûr, je sais parfaitement que l’objectif assigné par Foucault à l’historien ressemble davantage à un idéal qu’à une réalité. Je voudrais dans ce billet lier mes lectures en cours avec le thème de l’émission écouté ce matin.

« Laïque, venir au cinéma, c’est nous aider à faire le bien »

         Le thème du cinéma apparaît dans mon projet de compréhension de l’éthos socialiste entre 1900 et 1940. Dans ce domaine d’étude se pose donc également la question des sources. Ainsi, si le cinéma est utilisé comme un instrument d’éducation politique par la SFIO dès les premières années du siècle, les sources ne semblent pas nombreuses et peu exploitées pour le moment, et on retrouve une telle situation dans les années 1930 pourtant plus fournies en documentation[2]. Pourtant je voudrais ici mentionner un exemple qui montre justement l’inverse, à savoir l’existence de données précises sur l’utilisation du cinéma comme vecteur d’une éducation socialiste.

      En effet, lorsque que la mairie de Landerneau devient socialiste en 1929, l’une des premières décisions de la municipalité – avec un changement de noms des rues, ce qui sera finalement refusé par la préfecture, mais ce qui renseigne sur les «héros» de la geste militante socialiste- est de construire une salle de réunion et de cinéma. Ce projet devient un symbole du Landerneau socialiste et est mené à bien très rapidement. La nouvelle salle de près de 800 places, prévue dans un premier temps pour s’appeler «Salle Jean Jaurès» devient plus prosaïquement le «Family-Cinéma». Cette salle est conçue par la municipalité socialiste comme un instrument au service de l’éducation populaire  mais aussi très utile pour servir à la cause militante. C’est la caisse des écoles qui doit gérer le budget du Family-cinéma mais cette oeuvre est avant tout un symbole de l’action du maire socialiste Jean-Louis Rolland. Deux types de sources aident à mieux comprendre comment a fonctionné cette salle : tout d’abord la caisse des écoles dispose d’un journal militant de quatre pages Le Laïque. On y lit tout une page entière consacrée au cinéma. Dans le premier numéro du journal on trouve ainsi en gros titre « Laïque, venir au cinéma, c’est nous aider à faire le bien ». On peut découvrir le programme des séances, mais pas de façon régulière, on y trouve surtout une véritable volonté d’informer le lectorat à propos du cinéma. Des articles sont publiés sur l’interprétation, la sonorisation, ou encore la construction de scénarios, bref, tous les domaines liés à la production cinématographique. On évoque également la fabrique des trucages, la question de la censure et les aspects économiques et industriels du cinéma. On assiste donc à une véritable pédagogie du cinéma, mais on y lit aussi des lettres de spectateurs : «les films de Pagnol sont trop théâtre filmé», il faut des films qui « fassent réfléchir », ou alors il est nécessaire de programmer davantage de films comiques.

        Surtout le journal permet de mieux comprendre en quoi le cinéma est perçu comme un outil d’éducation populaire, mais aussi de culture politique. On peut ainsi esquisser une anthropologie historique d’une pratique  militante socialiste.

     La seconde source très utile, je l’ai découverte après de très longues heures passées à consulter des liasses peu intéressantes : Série R, Caisse des écoles «livre de détail des dépenses de la caisse des écoles ».Il s’agit d’un grand cahier et toutes les dépenses de la caisse des écoles y sont indiquées avec une précision toute bureaucratique. J’ai lu cette source après de nombreux comptes financiers, de la paperasse administrative, des centaines de feuilles dont on peine souvent à trouver l’intérêt. Et pourtant, si le chercheur novice que je suis a éprouvé plus d’une fois une grande lassitude à la consultation de tels dossiers, je dois reconnaître que la pratique de l’archive de Foucault me revient ici en écho: essayer de lire le maximum de choses sur le sujet afin de pouvoir connaître tous les tenants et les aboutissants du sujet étudié. Dans le livre de comptes, on peut ainsi reconstituer une liste des films projetés, indication ô combien précieuse. A Landerneau entre 1934 et 1939, on a ainsi 115 titres de film qui sont mentionnés: la moitié des films projetés provient des Etats-Unis, l’autre moitié concerne les films français. On pouvait voir à Landerneau beaucoup de comédies et de films d’aventure, peu en réalité de films en lien avec le socialisme. Ce qu’une telle liste montre, c’est aussi les films qui attirent le public puisqu’on les projette à plusieurs reprises ( et qu’il faut âprement négocier pour faire revenir les bobines), ainsi que le temps( parfois plus de deux ans!) qu’il faut à une petite ville de province pour voir des films sortis tout d’abord à Paris. Enfin, les films politiques sont aussi indiqués, donnant au chercheur une vision plus précise pour déceler ensuite les références culturelles des militants socialistes.

       Ce que je souhaite illustrer ici, c’est que trop souvent le «problème des sources» est en réalité mal posé: bien sûr si de nombreux documents ont aujourd’hui disparu et si en conséquence de nombreux aspects du passé nous restent méconnus, il ne faut pas abandonner la piste des archives trop rapidement. Sur bien des aspects, les sources sont en réalité là, peut-être n’y-a-t-il tout simplement pas assez d’yeux qui s’y arrêtent. C’est pourquoi même si la pratique de l’histoire de Michel Foucault doit elle aussi être soumise à la critique[3], elle offre l’avantage de justifier l’obstination dans la recherche d’informations. Je pense avec lui que la lecture d’archives, y compris les plus obscures, permet de comprendre «cette vibration que j’éprouve aujourd’hui encore lorsqu’il m’arrive de rencontrer ces vies infimes devenues cendres[4] »


[1] Michel Foucault, Dits et écrits, tome 1 : 1954-1969, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 1994, p.499.

[2] On peut lire sur cette question les travaux de Tangui Perron par exemple ici.

[3] Voir sur ce point les contributions réunies par Michelle Perrot, L’impossible prison: recherches sur le système pénitentiaire au XIXème siècle, Paris, Seuil, L’Univers historique, 1980.

[4] Michel Foucault, « La vie des hommes infâmes » in collectif Maurice Florence, Archives de l’infâme,Paris, Les Prairies ordinaires, 2009, p.8.