Archives du mot-clé centenaire

De passage à Marseille (2013) pour revenir à Brest (1913): l’historien n’est pas un antiquaire !

C’est donc le centième billet de carnet. Après celui là, il y  aura une pause. Parce qu’il me faut écrire de nombreuses autres choses, sur d’autres supports, parce qu’il me faut surtout écrire la suite de la thèse, et comme le temps n’est pas une donnée extensible, je pense qu’il faudra attendre longtemps pour le 101ème billet.

«La qualité maîtresse de l’historien» (M.Bloch)

Ce  100e billet ne pouvait évidemment que parler d’un centenaire, celui du congrès de la Sfio à Brest en 1913. J’avais prévu d’aborder ce congrès sous plusieurs aspects mais  faute de temps, ce ne sera pas pour tout de suite. J’ai récolté de nombreuses informations sur ce congrès, de quoi avancer dans ma recherche, de quoi aussi mieux comprendre certains pans de la culture militante des socialistes avant 1914. Mais je crois que j’ai aussi appris beaucoup, peut-être de façon plus étonnante, sur ce congrès dans un autre cadre. C’est ce que je voudrais évoquer ici.

J’ai déjà abordé dans la #Villa réflexive la question de l’engagement et de la distanciation dans la pratique de l’histoire. C’est une question importante à mes yeux, tant il me paraît difficile de déconnecter l’histoire de mes autres activités. Marc Bloch dans le formidable Apologie pour l’histoire explique parfaitement ce que je pense à ce sujet : relatant un propos d’Henri Pirenne, il explique ce qu’est la qualité maîtresse de l’historien :

« J’ai déjà ailleurs rappelé l’anecdote : j’accompagnais, à Stockholm, Henri Pirenne ; à peine arrivés, il me dit : «  Qu’allons-nous voir d’abord ? Il paraît qu’il y a un Hôtel de Ville tout neuf. Commençons par lui. »Puis, comme s’il voulait prévenir un étonnement, il ajouta : «  Si j’étais un antiquaire, je n’aurais d’yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis un historien. C’est pourquoi j’aime la vie. » Cette faculté d’appréhension du vivant, voilà bien, en effet, la qualité maîtresse de l’historien.»[1]

J’adore ce passage qui explique parfaitement ce que je pense à ce sujet. Pour faire de l’histoire, il faut avant tout être dans la vie.

Le passage par Marseille 2013

s'engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR
s’engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR

Alors que je travaillais plus particulièrement sur le congrès socialiste de 1913, j’ai participé il y a quelques semaines au congrès du syndicat dans lequel je milite. Le parallèle des situations fut très intéressant. Il ne s’agissait pas du tout pour moi de faire lors de ces trois jours de congrès une observation participante avec un regard de scientifique. Il n’y avait là que de l’engagement, aucune distanciation, et ce fut d’ailleurs très réjouissant. Discuter avec d’autres militantes et militants, découvrir les arcanes du fonctionnement du congrès syndical, expliquer pourquoi on est là, et parfois sentir le frémissement de participer à une œuvre collective, ce sont autant de moments vécus lors de ce congrès. Je sais aussi que cette expérience m’a permis ensuite de lire mes archives avec un œil neuf, de m’arrêter sur des points qui étaient passés inaperçus, de poser de nouvelles questions afin d’enrichir l’étude en cours. Comme l’écrit Gérard Lenclud :

« On se hasardera à avancer qu’observation ethnographique et historique ne se distinguent, avec quelque netteté, que dans les procédures mises en œuvre pour commuer des observables en objets de connaissance. Et ces distinctions, dans les problématiques et le langage conceptuel, sont seulement de type «plus » ou «  moins ». Si les anthropologues et les historiens ont les mêmes yeux pour voir, ils ne disposent pas à ce jour du moins, des mêmes lunettes intellectuelles pour observer. Ils n’observent donc pas tout à fait du même œil. Rien n’oblige à croire qu’il en sera ainsi demain. »[2]

Impossible en conséquence de séparer mes activités, comme l’affirmait Pirenne, être historien c’est aimer la vie. Je ne peux qu’être reconnaissant aux personnes avec qui j’ai beaucoup échangé lors des trois jours de congrès à Marseille pour tout ce que cela m’a apporté.

Et maintenant ?

Pendant plus de deux ans, ce carnet m’a servi de béquille pour avancer dans ma recherche. J’ai découvert tous les bienfaits de cette forme publique d’écriture historique non définitive, de cette avancée dans la recherche en tâtonnant par l’écriture des billets. J’ai aussi découvert qu’il y avait des lectrices et des lecteurs qui trouvaient parfois cela intéressant. C’est donc le moment de vous remercier avant d’entamer une pause qui durera peut-être un temps assez long, ou peut-être pas ! Citant Meyerson, Jean-Pierre Vernant disait souvent qu’il fallait trois choses pour avoir une vie complète : une grande tâche, un grand espoir et un grand amour. Ce sera donc le principe des jours à venir !


[1] Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, A.Colin, 1974 ( réed.) , p.47.

[2] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013, p.68.

23 mars 1913: début des Pâques socialistes à Brest

Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur ce évènement. Photo DR, coll.particulière.
Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur cet évènement. Photo DR, coll.particulière.

Lors du congrès socialiste de Brest, chaque fédération départementale est représentée par un nombre de délégués qui varie selon le nombre d’adhérents.  Plusieurs des militants présents sont connus à cette date, certains le deviendront plus tard. Ainsi, sont venus Jean Longuet, Pierre Renaudel, Francis de Pressensé, mais aussi Sixte-Quenin, Bracke, Jacques Sadoul, Rappoport ou encore Édouard Vaillant. D’autres leaders socialistes sont absents, tant l’actualité politique, entre la discussion de la loi des trois ans et le remaniement ministériel, oblige de nombreux socialistes à reste à Paris. C’est en particulier le cas de Jean Jaurès, mais aussi de Jules Guesde ou de Marcel Sembat. Pour ce qui est des délégués bretons, on constate  que la fédération du Finistère, organisatrice du rassemblement, a le droit d’être représentée par davantage de délégués, cinq au total. Le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine quant à eux, sont représentés par une seule personne, ce qui montre la faiblesse du nombre d’adhérents dans ces départements. Plusieurs des délégués sont jeunes et c’est la première fois qu’ils assistent à un congrès national: c’est le cas du nouveau responsable fédéral du Morbihan, Louis Bonneaud, mais aussi d’Octave Brilleaud qui représente la fédération des Côtes du Nord. Cela illustre le renouvellement des fédérations bretonnes qui, avant 1914, sont en développement .Elles reposent sur de jeunes militants qui vont être touchés de plein fouet par les années de guerre, ce qui parfois rend plus délicate la connaissance des parcours de ces militants. Mais plutôt que de citer l’ensemble des délégués bretons, je voudrais  m’arrêter sur l’un d’entre eux moins connus que d’autres.

Un inconnu breton au congrès : Cymerman

Il s’agit de Bernard Cymerman, mais l’écriture de son nom est bien souvent fluctuante ce qui renforce la difficulté à trouver des données sur lui. Ce militant du sud du Finistère apparaît à partir des années 1910 dans la fédération socialiste et il est désigné régulièrement  comme délégué aux congrès nationaux. Après 1914, il disparaît par contre totalement des documents socialistes. On trouve en conséquence bien peu de traces de lui, du moins en apparence. Le nom de ce militant m’a bien sûr interrogé, il m’a fallu chercher davantage de précisions. Il a ainsi droit à une série de rapports de la police que l’on peut lire aujourd’hui dans les archives départementales de Quimper. J’ai aussi retrouvé un de ses descendants, qui n’a pas voulu pour le moment donné suite à mes demandes de renseignements. Mais  j’en sais toutefois davantage : Cymerman est d’origine polonaise et est venu en Bretagne afin de mener une étude ethnographique sur le pays bigouden. Il s’installe dans le Finistère et organise la propagande socialiste dans le sud du département. Il est clairement marxiste, un jeune intellectuel que l’on remarque mais que l’on peut aussi redouter. C’est en particulier le cas de l’homme fort de la fédération, Émile Goude qui semble mal voir son intelligence et sa connaissance théorique du socialisme. Marcel Cachin, délégué à la propagande du parti socialiste, en fait le portrait suivant dans ses carnets :

« Jeune Polonais (du PS polonais) [il] fait une thèse sur les Bigoudens et est venu de l’université de Zurich pour la préparer à Pont l’Abbé. Il y a formé un groupe socialiste et lui a fait prendre des ordres du jour d’ordre marxiste. Aussi est-il en lutte avec Goude. Il est venu à la réunion de Rosporden pour se mettre en rapport avec moi. [1]»

Aux côtés de ce délégué qui représente le Finistère, mais qui est Polonais, on trouve a contrario des militants qui eux sont originaires de la région même s’ils sont les représentants d’autres départements. Marcel Cachin, militant né dans les Côtes du Nord qui garde toute sa vie des racines bretonnes,  est délégué de la fédération de la Charente inférieure. Jean-Marie Baco, quant à lui, est né à Lorient. Il a participé à la création de la fédération du Morbihan en 1907 mais il est installé depuis 1910 en Tunisie, où il dirige le groupe socialiste tout en gardant des liens forts avec son département d’origine. Baco est lui aussi délégué à Brest. C’est encore le cas du représentant de l’Yonne Gustave Hervé, né dans le quartier brestois de Recouvrance et véritable «héros» local pour de nombreux socialistes du cru.

Tous ces délégués sont arrivés depuis quelques jours dans la ville de Brest. On escomptait toutefois davantage de monde. Plus de 400 représentants socialistes étaient attendus, moins de la moitié devaient finalement se rendre dans le Finistère. Le rassemblement devait durer 8 jours, mais trois jours suffiront.

Les sources

Pour connaitre le déroulement du congrès de Brest, on doit tout d’abord se référer aux rares études historiques portant sur le sujet. La seule étude spécifiquement consacrée au congrès de 1913 est à ma connaissance l’article de l’actuel maire de Brest François Cuillandre « la Sfio à l’heure du congrès de Brest ( 23,24,25 mars 1913 »[2] mais on peut aussi utiliser le numéro spécial des Cahiers Jaurès portant sur  les années 1905-1914 de la Sfio[3] ou encore la publication collective de C.Bougeard, G.Gramoullé, M.Lucas et J.J.Urvoas  les Socialistes dans le Finistère ( 1905-2005).[4]

Les sources principales sur ce sujet sont toutefois des sources primaires, au premier rang desquelles se trouve le compte-rendu sténographique du congrès qui paraît quelques mois après le congrès[5]. Il y a d’ailleurs lors de ce congrès une discussion pour savoir s’il faut continuer à publier les compte-rendus sténographiques qui peuvent être souvent très longs, ou s’il ne vaut pas mieux publier simplement un résumé des discussions. Pour le chercheur, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique complet est bien sûr une énorme chance et ce type de document est une mine d’informations. On peut y trouver la liste des délégués, avoir des tableaux comparatifs des cartes d’adhérents de tous les départements, lire l’ensemble des rapports déposés au Conseil national du parti et surtout la totalité des discussions. Bien sûr, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique oblige à se poser la question pour savoir si réellement la totalité des propos est reprise par écrit. C’est pourquoi à ce document doivent être ajoutés les nombreux rapports de police rendant compte de évènement  De ce point de vue, les archives départementales sont particulièrement riches puisque on dispose de plusieurs résumés très précis sur les journées de congrès[6].On peut  ainsi connaître certains aspects restés dans l’ombre du compte-rendu officiel. L’ensemble documentaire doit aussi être complété par d’autres publications socialistes, que ce soit le quotidien national l’Humanité ou les publications locales de la Sfio, en Bretagne (Le Cri du Peuple pour le Finistère, ou bien encore le Rappel du Morbihan) mais aussi dans les autres départements. C’est le cas par exemple du journal de la fédération Sfio de Seine-et-Oise La Lutte sociale  qui contient plusieurs articles très intéressants sur le déroulement du congrès de 1913.

Mais comment maîtriser l’espace public socialiste lors du congrès ?

Brest est une municipalité socialiste depuis 1912, après avoir connu une première expérience malheureuse quelques années auparavant. La ville a également amené au parlement un député de la Sfio depuis 1910. En ouvrant le congrès, le maire de la ville, Masson, revient  sur cette histoire encore récente et tumultueuse de l’implantation du socialisme dans l’extrême-ouest breton. Mais surtout, il faut ici s’interroger sur la gestion par la commune de cet évènement  Plusieurs fois inquiété par les autorités, Masson vient de perdre son autorité de maire dans le domaine de la gestion de la police qui est directement exercée dorénavant par l’Etat et  par la préfecture maritime. Cette sanction est une illustration des relations difficiles et compliquées que la municipalité Sfio entretient avec le pouvoir central. Mais c’est encore plus le cas lorsqu’on aborde les relations avec la presse locale. La Dépêche de Brest, qui est le quotidien le plus lu dans la ville, est fermement hostile aux socialistes et lorsque ce journal évoque le congrès, c’est avant tout pour dénigrer l’action municipale et l’idéologie socialiste. C’est pourquoi Masson et son équipe savent qu’ils doivent parfaitement réussir l’organisation de ce rassemblement national. La question de la logistique du congrès sera, entre autres éléments, abordée dans le prochain billet, mais voici une photographie de la salle de réunion pendant le congrès qui permet de connaître les lieux. Cette photographie est parue dans l’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière qui est publiée sous la direction de Compère-Morel[7].

La salle du congrès ( Tome II de l'encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)
La salle du congrès ( Tome II de l’encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)

La salle choisie est  un grand espace situé à l’Hôtel de ville. Toute l’organisation a été soigneusement préparée comme on pourra le voir dans le prochain billet. Pourtant comme l’écrit un des délégués après le congrès, André Lebey représentant de la Seine-et-Oise, ce congrès est un échec cuisant :

« Quel triste spectacle nous y avons donné ! Je regardais les bonnes figures des militants venus assister à nos délibérations et j’y surprenais une stupeur nouée, une désillusion profonde, tandis que nous nous disputions sans fin – et sans ménagement. Les Bretons sont des croyants. Certains ont quitté la religion pour nous. Prenons garde qu’ils y retournent.[8] »

Le congrès de Brest commence en effet lors du week-end pascal, comme pour montrer en Bretagne et ailleurs que le socialisme devait remplacer le christianisme et incarner une nouvelle «religion». Mais comme ce témoin le souligne, le congrès va être davantage le théâtre de querelles nombreuses au point qu’il sera écourté. La suite de ce centenaire de papier Brest 1913-2013 le montrera.


[1] Marcel Cachin le 23 août 1911 in  Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993.

[2]  Cette étude est parue dans un ouvrage collectif, Histoire et politique, mélanges offerts à Edmond Monange, Brest, 1994, p.27-34. Monange a été un de mes professeurs d’histoire contemporaine à l’UBO de Brest. Son enseignement m’a beaucoup appris.

[3] Cahiers Jaurès « les débuts de la Sfio », n°187-188, 2008. On peut lire le sommaire de ce numéro ici.

[4] C.Bougeard et alii, Les Socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, éditions Apogée, 2005. Ce livre a été publié lors du centenaire de la Sfio ; bonne synthèse souvent très utile, cette publication n’est toutefois pas exempte d’approximations parfois dommageables pour la connaissance du milieu socialiste dans ce département.

[5] 10e congrès national tenu à Brest, 23-24-25 mars 1913, Parti Socialiste, 1913.

[6] Les rapports sur le congrès de Brest sont rassemblés dans le dossier 1M 218 qui porte sur l’activité des socialistes dans le département. Comparé à d’autres archives départementales de Bretagne, on doit reconnaître que ces archives ( ainsi que le dossier suivant 1M 219) sont très riches et permettent de bien connaître le milieu partisan socialiste dans le Finistère

[7]  Cette photographie se trouve dans le Tome II de cette Encyclopédie intitulé La France socialiste qui est un très important document sur les fédérations de la Sfio avant et après la guerre de 14. On peut en consulter les volumes en ligne ici

[8] « Bon sens » article de André Lebey, La Lutte sociale de Seine-et-Oise, 5 avril 1913.

De la butte du Chapeau-Rouge à Brest : «ces innombrables langues de feu» contre la guerre (mars 1913)

Le congrès de la Sfio débute le 23 mars 1913.Une semaine auparavant, la ville de Rennes a été le théâtre d’affrontements entre les socialistes et les nationalistes. Il faut dire que les opposants à la guerre depuis 1912 occupent l’espace public pour montrer leur mécontentement. Le projet de loi sur les trois ans accélère encore la mobilisation. Le congrès du parti socialiste s’ouvre dans ce contexte particulier. Une semaine auparavant, les opposants ont également manifesté dans un lieu qui devient peu à peu le symbole de cette mobilisation, la butte du Chapeau-Rouge au Pré-Saint-Gervais. Il paraît important nécessaire ici de revenir tout d’abord sur cette fameuse loi des trois ans avant de voir comment les opposants vont, de la butte du Chapeau-Rouge à Brest la Rouge, se mobiliser contre cette loi et contre la guerre.

La loi des trois ans

Il s’agit de faire passer dans cette loi militaire la durée du service de deux à trois ans afin de faire face à la menace allemande que l’on perçoit plus présente depuis 1911. Au début de l’année 1913, l’Empire allemand a organisé l’augmentation de ses effectifs militaires et les responsables de l’armée française désirent en conséquence obtenir le même nombre de soldats. Une loi des trois ans est la solution la plus simple afin de rivaliser avec l’armée du Reich. Il faut dire que pour de nombreux responsables de l’État-major, ce qui fait la force d’une armée, c’est son nombre et que, partisans d’une stratégie basée sur l’offensive avant tout, les généraux ont besoin dans cette optique des effectifs les plus larges possibles. Début mars, le projet de loi est soutenu par le gouvernement et le débat peut avoir lieu. Les opposants les plus vifs sont les socialistes, à la Chambre, mais aussi dans tout le pays. Cette loi est pour eux le symbole du militarisme, de la force outrancière de l’armée et c’est aussi l’occasion de mobiliser l’ensemble du mouvement ouvrier contre ce projet en réactivant leur antimilitarisme et leur pacifisme. De plus le gouvernement Briand qui est à l’initiative du projet doit faire face à des difficultés avec ses soutiens, ce qui entraîne d’ailleurs son renversement le 18 mars, élément qui jouera aussi dans le déroulement du congrès de Brest.

La butte du Chapeau-Rouge

manifestation au Pré-Saint-Gervais, 16 mars 1913.Source : gallica.bnf.fr
manifestation au Pré-Saint-Gervais, 16 mars 1913.Source : gallica.bnf.fr

Commune limitrophe de Paris et tenue par les socialistes, le Pré-Saint-Gervais devient l’espace symbolique de cette mobilisation contre la loi des trois ans et contre la guerre. La première manifestation a lieu un peu avant la tenue du congrès de Bâle et ensuite la butte du Chapeau-Rouge devient  le site habituel de rassemblement des opposants. Ainsi le 16 mars 1913 se déroule le premier grand rassemblement contre le projet de la loi des trois ans. Ce n’est pas encore la manifestation du mois de mai de la même année qui est restée célèbre grâce aux nombreuses photographies montrant Jaurès haranguant la foule. Pourtant, l’Humanité décrit cette manifestation comme un temps fort de l’opposition des socialistes au projet de loi, tout comme le congrès national qui doit avoir lieu une semaine plus tard. On dispose pour cette manifestation de quelques photographies et surtout d’un témoignage écrit plusieurs années plus tard par un jeune homme de 17 ans à l’époque, André Breton qui assiste ce jour-là à la manifestation :

«Le drapeau rouge, tout pur de marques et d’insignes, je retrouverai toujours pour lui l’œil que j’ai pu avoir à dix-sept-ans, quand, au cours d’une manifestation populaire, aux approches de l’autre guerre, je l’ai vu se déployer par milliers dans le ciel bas du Pré Saint-Gervais. Et pourtant – je sens que par raison je n’y puis rien – je continuera à frémir plus encore à l’évocation du moment où cette mer flamboyante, par places peu nombreuses et bien circonscrites, s’est trouée de l’envol de drapeaux noirs(…)Dans les plus profondes galeries de mon cœur, je retrouverai toujours le va-et-vient de ces innombrables langues de feu dont quelques-unes s’attardent à lécher une superbe fleur carbonisée. »[1]

Dans ce passage, André Breton, outre la poésie que lui évoquent  les drapeaux rouges et noirs transformés en «langues de feu», insiste sur l’union des socialistes, des syndicalistes et des anarchistes dans ce large mouvement d’opposition à la guerre. Bien que très souvent en désaccord, les différentes composantes du mouvement ouvrier retrouvent en effet une unité d’action qui fait peur aux autorités de l’État et aux partisans de la loi des trois ans. Pourtant, loin d’être totalement unis sur la question de la guerre, les socialistes doivent aborder la question de la position à défendre dans ce débat. Le congrès de Brest arrive à point nommé pour discuter de ce sujet. Cela va d’ailleurs éclipser tous les autres sujets de discussion.

En route vers le congrès socialiste de Brest

Il est prévu que le rassemblement socialiste dure toute une semaine. 400 délégués sont invités, mais à peine la moitié assiste réellement au congrès dans la ville de l’Ouest breton. Surtout plusieurs ténors, au premier rang Jean Jaurès, doivent rester à Paris car la formation d’un nouveau gouvernement doit être discutée à la Chambre des députés. Pourtant, la fédération socialiste a tout fait pour organiser au mieux le congrès. Si Jaurès est absent, un autre grand leader socialiste est bien présent et il fait figure d’enfant du pays, puisqu’il s’agit de Gustave Hervé, qui est né à Brest en 1871 et qui connaît parfaitement la ville. Surtout, Hervé incarne la tendance anti-militariste de la Sfio, l’opposition radicale à la guerre et à l’armée, lui qui a passé plusieurs séjours en prison pour s’être opposé fermement au nationalisme et à l’armée. Mais même sur ce point, la période est déterminante car Gustave Hervé est en train d’amorcer un revirement idéologique sur ces questions qui l’amèneront quelques mois plus tard à devenir un partisan acharné du nationalisme.

Mais avant, la ville se pare de rouge, de nombreuses enseignes aux couleurs de la Sfio sont déployées dans toutes les rues. C’est l’ensemble du mouvement ouvrier qui est concerné par l’événement, y compris les syndicalistes de la Cgt ou les anarchistes, même s’ils regardent cette préparation avec distance. A la bourse du travail, on a ainsi prévu une soirée cinématographique : une nouvelle «arme» de propagande contre la loi des trois ans va ainsi être expérimentée devant un public que l’on pense conquis d’avance. Dans de nombreuses villes avoisinantes, on a également prévu des meetings avec des leaders nationaux de la Sfio. Les autorités, elles aussi, dans ce contexte d’opposition à la loi des trois ans font au mieux pour encadrer la venue des socialistes de toute la France. Enfin à l’arsenal de Brest, on met la dernière main sur le cuirassé Bretagne qui va être lancé dans quelques semaines. Peu à peu, les délégués socialistes arrivent en ville. C’est aussi le cas du délégué du Spd allemand Hermann Molkenbuhr. Dans son journal, le premier sentiment à propos de ce congrès qu’il mentionne est que Brest est très loin de Paris : 12 heures de train ! Le dimanche 23 mars, à 10h50, la première séance débute. 100 ans plus tard, j’évoquerai donc dans les prochains billets le déroulement de ce congrès brestois qui ne se passe pas du tout comme prévu.


[1] André Breton, Arcane 17, Paris, éditions 10-18, 1965, p.14-15.

«C’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants»: une manifestation socialiste à Rennes en mars 1913

Extrait de la Une de l'Humanité, 17 novembre 1912
Extrait de la Une de l’Humanité, 17 novembre 1912

Le mouvement ouvrier, en s’opposant à la guerre durant la période 1912-1914, adopte une multitude de pratiques qu’il est difficile de considérer comme étant toutes identiques. Il faut pourtant reconnaître que la mobilisation contre les trois ans qui atteint son paroxysme en 1913 parvient à cacher ces nombreuses divergences puisque l’union du mouvement ouvrier dans son ensemble est alors valorisée. Ainsi, si les membres de la Sfio, les syndicalistes de la Cgt, mais aussi  les anarchistes se retrouvent sous une même bannière contre la guerre, il ne faut pas perdre de vue que leurs opinions sur ce sujet ne sont pas identiques. Cela peut être également le cas au sein d’une même organisation : les socialistes sont eux-même divisés sur l’attitude à avoir face à la guerre. Faut-il s’opposer par tous les moyens au militarisme et aux armements? Faut-il au contraire être en faveur de la défense nationale tout en étant pacifiste ? Au fonds, qu’est-ce signifie cette identité pacifiste si souvent et fièrement revendiquée avant le premier conflit mondial ? Ce ne sont là que quelques interrogations qu’il faut approfondir si on souhaite  avoir une vision plus exacte du mouvement en faveur de la paix avant 1914. Plusieurs travaux déjà anciens comme ceux de J.J. Becker ou J.Julliard ont posé des jalons précieux pour aborder ce sujet. Cependant, lorsqu’on souhaite analyser cet aspect sous un angle plus localisé en retraçant la micro-dynamique de la mobilisation contre la loi des trois ans, il semble nécessaire au moins pour partie de reprendre certains points.

Comment être antimilitariste dans un port de guerre ou un arsenal ?

            La mobilisation contre la loi des Trois ans est développée à la suite du congrès socialiste international de Bâle. La tenue du congrès de la Sfio à Brest en mars 1913 s’inscrit dans le temps de cette mobilisation sociale aux contours multiples. Chaque semaine, des manifestations ou des meetings se tiennent  depuis 1912 dans l’ensemble du territoire français. En Bretagne, on retrouve de tels rassemblements à répétition bien que le contexte soit particulier. En effet, les plus grands centres urbains, qui sont également les principaux lieux d’implantation du mouvement ouvrier, sont marqués par les activités militaires : Brest, Lorient et Rennes, mais aussi d’autres lieux comme la poudrerie de Pont-Buis par exemple, disposent d’arsenaux qui sont bien souvent le principal employeur du lieu. Il y a donc ce premier paradoxe qu’il faut aborder, à savoir que la mobilisation contre la guerre se fait justement dans des lieux où les principales activités économiques sont intrinsèquement tournées vers l’industrie militaire. D’ailleurs, lorsque le maire de Brest ouvre le congrès socialiste en 1913, il éprouve le besoin de préciser  l’environnement particulier de la ville:

 « Je souhaite que cette ville de Brest qui est au milieu des instruments de destruction et de carnage, des instruments de meurtre, voie la première sortir une résolution qui, mise en pratique, empêchera les guerres entre les nations européennes. [1]»

Au delà d’une typologie des positionnements des militants socialistes sur la question de la guerre et de la paix, c’est justement ici l’étude d’une mise en pratique qui m’intéresse.

La mise en pratique d’une manifestation pacifiste

La manifestation socialiste de Rennes a lieu le 14 mars 1913. Un jour auparavant, de nombreux étudiants de la ville se sont réunis pour soutenir le projet de loi des Trois ans et s’opposer à toute forme de pacifisme. Selon eux, la France avait besoin de cette loi pour faire face aux pays ennemis et il n’était pas question de s’opposer aux trois ans de service militaire, un sacrifice certes pour la jeunesse, mais surtout une obligation face aux dangers de l’époque.

La mobilisation rennaise contre les trois ans doit donc être située dans ce contexte mouvementé où les appels à manifester d’un côté ou de l’autre sont nombreux et où les autorités s’inquiètent de plus en plus de ce mouvement contre les trois ans. J’ai pris connaissance il y a seulement quelques mois de cette manifestation dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international qui l’évoque juste avant le résumé du congrès de Brest.[2]

Cela m’a dans un premier temps interrogé : la France connaît au même moment une série de rassemblements bien plus importants que celui de Rennes ; que ce soit à Toulouse, Lyon, Lille ou au Pré-Saint-Gervais, les socialistes ont été beaucoup plus nombreux à s’opposer à la loi des trois ans, souvent portés par des discours des leaders de la Sfio. Rien de tout cela à Rennes, alors pourquoi retenir cette date dans une chronique résumant pour l’Internationale socialiste l’actualité du parti en France ? Sans doute parce que lors de ce rassemblement, partisans et opposants de la loi des trois ans se sont affrontés physiquement et que les premiers plus nombreux ont alors montré leur force contre les nationalistes et leur superiorité.

La réunion contre la loi des trois ans a lieu à la bourse du travail de la ville. Organisée conjointement pour la Sfio et la Cgt, elle est dirigée d’un côté par Charles Bougot, conseiller municipal et l’homme fort des socialistes rennais depuis le début du siècle, et par Ernest Chéreau, militant de la Cgt. Cela montre l’union des deux forces principales du mouvement ouvrier même si leurs points d’opposition sont nombreux à l’époque. Surtout dans la région, de nombreux militants sont en réalité membres des deux organisations. Enfin, en ce qui concerne la Sfio, il faut bien garder en tête que les socialistes sont peu  nombreux à cette période à Rennes et dans le département de l’Ille-et-Vilaine et que s’ils souhaitent lancer un mouvement de masse, cela implique l’appel à d’autres groupes militants.

Un millier de personnes assiste à la réunion. À peine celle-ci a-t-elle débutée que 200 ou 300 étudiants nationalistes arrivent, drapeaux français déployés et vindicatifs. La réunion se transforme en une immense bagarre dans un premier temps dans la salle, puis ensuite dans les rues avoisinantes. Le compte rendu de La Dépêche de Brest, toujours à cette époque très hostile à l’ensemble du mouvement ouvrier mérite ici très cité :

« À la sortie les étudiants patriotes se formèrent en cortège, mais les syndicalistes alors renforcés de nombreux apaches réussirent par une habile tactique à isoler les premiers rangs de tête où se trouvaient les drapeaux tricolores. En un instant, ceux-ci furent lacérés, brisés piétinés cependant que dix ou douze étudiants qui formaient en quelque sorte la garde d’honneur étaient odieusement lynchés »[3]

Quelle signification donner à cette « mêlée[4] » ?

On notera l’association entre les opposants à la loi des trois ans et des «apaches», mot de l’époque pour désigner ce qu’aujourd’hui on appellerait « casseurs » ou « voyous ». Dans la logique anti-socialiste  de ce journal, il est nécessaire qu’à ces manifestants se soient joints des délinquants, manière de porter le discrédit sur l’ensemble du mouvement ouvrier. Plus important peut-être ici, on peut également relever la mention d’une possible tactique des socialistes et des syndicalistes pour s’opposer aux étudiants nationalistes. Cela supposerait un dispositif dont on aimerait mieux connaître les composantes. Mais une telle tactique est-elle seulement réelle et ne s’agit-il pas plutôt d’un simple réflexe de défense collective ? Toujours est-il que dans le bulletin périodique du BSI, cette manifestation est mise en avant parce qu’elle illustre une réussite dans la mobilisation des socialistes contre des adversaires. Une semaine avant le congrès national, la Sfio montre dans la région bretonne qu’elle tient le haut du pavé et qu’elle sait faire face aux partisans de la loi des trois ans. Les socialistes pacifistes et antimilitaristes peuvent se montrer violents si les circonstances l’obligent. C’est assez pour inquiéter les autorités à Rennes, Brest ou ailleurs. Mais c’est aussi un signal d’alarme pour les socialistes : sur quoi peut aboutir cette grande mobilisation contre les trois ans ? Le congrès national arrive à point nommé pour tenter de régler la question.


[1]Intervention d’ H.Masson, 10e Congrès socialiste de Brest, 23-25 mars 1913, compte rendu sténographique, Paris, 1913 p.83-84.

[2] Voir Bulletin périodique du BSI, 1909-1913, introduction de G.Haupt, Genève, Minkoff reprint, 1979.

[3] La Dépêche de Brest, 16 mars 1913. Depuis quelques semaines, ce quotidien est disponible à la lecture en ligne . Bien que journal d’informations, durant une bonne partie de la période sur laquelle je travaille, la Dépêche est farouchement anti-socialiste. Cela implique des considérations très négatives pouvant aller jusqu’à l’énoncé de faits erronés. C’est pourquoi l’utilisation de ce quotidien doit être toujours associée à d’autres sources d’informations.

[4] Le terme « mêlée » est utilisé dans le compte-rendu du bulletin du BSI.

NB : la citation du titre « c’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants » provient d’un compte rendu de la manifestation paru dans Ouest-éclair le 16 mars 1913.