Archives du mot-clé enquête

La psychanalyse comme arme politique: retour sur Yves Le Lay

Dans quelques jours je vais enfin pouvoir consulter une correspondance échangée entre Augustin Hamon, intellectuel et militant socialiste en Bretagne et plusieurs autres militants de la région. Il y a en particulier des lettres de socialistes mobilisés durant la Première Guerre mondiale, souvent l’unique source pour mieux connaître leur parcours durant ce conflit. Je sais aussi qu’il y a en outre plusieurs lettres d’Yves Le Lay dont j’ai eu l’occasion de parler ici à quelques reprises. Et plus je lis d’articles de lui dans la presse socialiste,  ou plus j’apprends dans les archives des renseignements sur lui, plus je me dis qu’il n’a pas la place qu’il aurait fallu ni dans l’histoire du mouvement ouvrier, ni dans l’histoire de la psychanalyse en tant que premier traducteur français de Freud et de Jung.

Retrouver l’ombre rouge d’Yves Le Lay . Photographie DR, août 2012

Il faut reconnaître qu’il semble avoir bien séparé les deux domaines, mais à y regarder de plus près, on peut toutefois voir que ses deux activités, celle de militant et celle de traducteur des premiers travaux de la psychanalyse, se rencontrent dans certains cas qui obligent dès lors à l’étudier selon un axe d’étude plus large.

L’affaire de Bégard : Freud et les prêtres pédophiles

J’ai ainsi sous les yeux un article qui est paru le 24 avril 1927 dans l’hebdomadaire socialiste des Côtes du Nord, L’éveil breton. Le titre semble de prime abord anodin : «l’Affaire de Bégard». On peut, en effet, parfois s’étonner de voir que dans la presse militante socialiste, il y a aussi de nombreux entrefilets relatant tel ou tel fait divers lié à la vie locale. Mais dans ce cas, le fait divers est évoqué dans une perspective autre: il s’agit tout d’abord d’affirmer une combative identité laïque, et par la suite de déployer une argumentation teintée de psychanalyse qui devient une arme politique socialiste.

L’affaire de Bégard, un petit village des Côtes du Nord, concerne deux  ecclésiastiques qui viennent d’être arrêtés en avril 1927 pour avoir contraint de jeunes enfants à avoir des relations sexuelles avec eux. Cette arrestation comme l’écrit Le Lay « fait beaucoup de bruit dans la région» et l’hebdomadaire socialiste n’hésite pas à l’utiliser comme un argument anticlérical. Les journaux à audience nationale de la Sfio font de même puisqu’on peut lire plusieurs comptes rendus de l’affaire dans Le Populaire ou Le Midi socialiste[1].

Pour Le Lay, il s’agit davantage d’expliquer que c’est la nature même de la fonction de prêtre qui rend possible de tels actes pédophiles. Il précise tout d’abord qu’il n’écrit pas cet article pour affirmer sa haine de la religion :

« Il ne nous plaît point de manifester à cette occasion la haine de la religion que nos adversaires nous prêtent et que nous n’avons jamais eue.»

Mais il apporte des éléments d’explication où les théories freudiennes sont bien apparentes : ce fait divers « apprend aussi que la sexualité refoulée conduit au vice » et qu’il est impossible selon lui que les prêtres puissent continuellement exercer leur vœu de célibat car « on ne lutte pas ainsi contre l’instinct sexuel, le plus puissant qui soit, le plus impérieux, le plus violent ».

Si on retrouve ici un argumentaire où l’on perçoit aisément que Le Lay maîtrise parfaitement l’apport psychanalytique, on peut lire ensuite que le militant socialiste en tire un certain nombre d’enseignements pour affirmer la supériorité d’une éducation laïque et s’opposer au « catholicisme de combat » que doivent affronter les socialistes en Bretagne.

Yves Le Lay : un parcours à suivre

Ce petit billet souhaitait aussi s’attarder sur la richesse des  nombreux articles d’Yves Le Lay : bien souvent en effet, les publications socialistes départementales sont remplies d’écrits peu originaux, englués dans une rhétorique ennuyeuse associée à des développements théoriques superficiels. Avec Le Lay, c’est totalement différent et ses écrits laissent apparaître l’esprit d’un intellectuel militant qui mériterait de ne pas rester dans l’oubli.

Difficile surtout de détacher mon propos du moment de lectures récentes, en particulier les romans noirs de Ken Bruen qui éclairent sous la lumière vive les errements de l’église irlandaise sur les crimes sexuels anciens ou récents de nombreux prêtres dans ce pays. Dans un autre article, Yves Le Lay précise aussi ce qu’il pense de l’utilisation de la religion dans l’espace public et politique :

« Ah ! Comme ils se dressent sur le piédestal de leur religion ; comme ils se sentent fiers d’avoir « évité » la honte ; comme les soutanes tonnent contre le péché honteux, le péché de la chair, celui qui constitue dans leur monde artificiel, le Péché par excellence. »

 

 



[1] On peut y apprendre que les deux abbés, responsables d’un collège catholique sont condamnés à plusieurs années de prison après avoir été reconnus coupables de viols sur des enfants de moins de 13 ans. Ce type d’affaire est fréquemment utilisée par les anticléricaux et la libre pensée. Voir à ce sujet, Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France 1848-1940, Paris, A.Michel, 2001.

«Il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti »

Lalou, un ouvrier morlaisien mort lors de la bataille de la Marne ( Source : le site « Mémoire des Hommes »)

Un des petits plaisirs de la recherche lorsqu’on arrive à la rédaction de la thèse est de réussir à recouper des informations pour reconstituer des portions d’histoire et avancer dans la réflexion ; c’est aujourd’hui le cas. Je m’occupe plus particulièrement en ce moment des réactions des militants socialistes durant les premiers mois de la guerre. Nombreux sont dans cette période les soldats qui meurent au combat. Nombreux sont aussi les militants ouvriers qui en conséquence disparaissent des archives sans laisser de traces alors qu’ils commençaient à participer aux actions syndicales ou politiques au sein du mouvement ouvrier juste avant 1914. La Grande Guerre a bien souvent balayé tout cela, fauchant de nombreux jeunes socialistes et saignant à blanc l’ensemble du mouvement ouvrier, comme le reste de la société française. Au mieux, on retrouve leur nom dans la presse militante qui mentionne leur mort, mais dans la majorité des cas ils disparaissent ensuite de la mémoire du mouvement ouvrier sans laisser de traces.

Mais parfois on arrive à retrouver quelques bribes de cette mémoire malmenée par les années de guerre. Cela permet même de mieux comprendre les réactions des socialistes dans ces premiers mois d’une guerre qu’on espérait courte.

Dans les archives d’Yves Le Febvre, l’un des plus fervents bâtisseurs du socialisme en Bretagne avant 1914, on retrouve ainsi un discours, ou plutôt un brouillon de discours qu’il a prononcé à cette période. La date nous est inconnue mais ce brouillon est intitulé « Discours sur la tombe d’un jeune ouvrier morlaisien tué lors de la bataille de la Marne ». Malheureusement l’écriture de Le Febvre, d’autant qu’il s’agit d’un brouillon, ne permet pas de lire le nom de l’ouvrier en question. On perçoit facilement son prénom qui est Christian, mais le nom est illisible, « Valon» ? « Ralou» ? Impossible de déchiffrer. Impossible jusqu’à ce que ce matin je m’y attelle avec une idée nouvelle.

Le site «  Mémoire des hommes » répertorie l’ensemble des soldats tués durant la Première Guerre mondiale, mais pour interroger la base, il faut bien sûr avoir le nom de celui qu’ on cherche. Alors j’ai essayé une petite dizaine de noms, mais je n’ai obtenu aucun résultat. Et puis enfin j’ai eu une idée : entrer dans la base le prénom que je pouvais certifier être Christian, en espérant qu’il ne s’agissait pas d’un deuxième ou troisième prénom, ainsi que le département et entrer seulement la première lettre pour le nom, A, puis B, puis C, etc. Cela fonctionne : en interrogeant ainsi la base on obtient des résultats. Et arrivé à la lettre L, la réponse a été « Christian Lalou » mort le 15 octobre 1914. Voilà, c’était lui.

Que dit Le Febvre lors des funérailles ? Lalou était syndiqué, coopérateur à Morlaix. Il était aussi membre de la Sfio et le brouillon du discours indique «  socialiste et internationaliste, il a donné son sang pour la patrie française » en précisant qu’ «  il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti ». Yves Le Febvre, qui a quitté à cette date la Sfio mais reste attaché à la gauche, mentionne dans ce discours toutes les raisons qui expliquent pourquoi l’ensemble du mouvement ouvrier doit participer à l’Union sacrée pour défendre la France contre l’Allemagne.C’est évidemment un document important dans ma recherche, d’autant que le discours comporte 5 feuillets.

Surtout, je sais maintenant un peu mieux qui était ce jeune Morlaisien tué à la Marne : Christian Lalou, né en 1885, était soldat au 219e régiment d’infanterie. Il est mort suite à ses blessures le 15 octobre 1914. Dans mes sources, je n’ai pas d’autre discours en entier prononcé lors des funérailles d’un militant socialiste durant les premiers mois de la Première Guerre mondiale. Voilà pourquoi l’indentification de cet ouvrier me paraissait importante. L’enquête et la rédaction peuvent se poursuivre.

Faire parler le silence des blessures de guerre

comment étudier la fatigue de la guerre?

Je viens de lire une enquête parue dans Le Monde sur les soldats atteints de troubles psychiques après leur engagement en Afghanistan. On peut y découvrir des témoignages poignants sur  le stress post-traumatique et les conséquences psychologiques d’une participation aux combats. Cette enquête a une résonance particulière pour moi qui essaye d’étudier l’influence de la participation à la guerre pour des militants socialistes. En effet, si quelques études scientifiques existent sur ce phénomène, comme la remarquable étude de Louis Crocq, Les Traumatismes psychiques de guerre (1999), j’ai souvent eu l’impression qu’il était assez difficile d’étudier cette question, de connaître les blessures invisibles et de mettre au jour les troubles causés par le souvenir de la participation à la guerre. C’est pourquoi passer d’études historiques à des analyses actuelles permet de mieux saisir l’objet d’étude. L’auteure de l’enquête du Monde, Nathalie Guibert, écrit avec raison à propos des soldats et de leur entourage à propos du  stress post-traumatique « Faillir, c’est s’exclure. Dire, c’est trahir » ; cela montre que les sources historiques dans ce domaine sont rares et qu’il faut un traitement rigoureux de l’information disponible.

Après plusieurs lectures de cet article, je me suis simplement posé une question : quelle sont les informations que je possède réellement à ce sujet ? Si je laisse de côté les travaux théoriques, les études plutôt médicales et les quelques travaux historiques qui me permettent de saisir ce phénomène dans sa profondeur historique et dans sa complexité, je me rends qu’il n’y a pas grand chose à ma disposition. Il y a bien des œuvres de fiction qui mettent en valeur cet aspect – on peut penser à la scène finale de Capitaine Conan – mais l’historien doit peut-être se méfier de ce type de sources. Mesurer le stress post-traumatique des personnes qui sont au centre de ma recherche historique semble en réalité très difficile. Alors faut-il se contenter de quelques allusions vagues et générales et ne pas approfondir cet aspect ? L’approche biographique, presque au « ras du sol » pour reprendre une expression de plus en plus à la mode dans la recherche historique, me semble permettre d’aller plus loin dans l’analyse.

C’est au détour d’une mention rapide, d’un article retraçant la carrière d’un militant ou encore d’un dossier personnel que l’on peut approcher la réalité de cet impact psychologique de la guerre. Souvent ces mentions sont elliptiques, voire ont tendance à l’euphémisme lorsqu’elles mentionnent les traumatismes. Aussi faut-il rassembler les informations, se pencher sur quelques interstices que les documents semblent suggérer.

J’ai pour deux militants des informations plus précises à ce sujet. Dans le premier cas, il s’agit d’Hippolyte Pasquiou, un des leaders de la fédération socialiste des Côtes-du-Nord avant la Première Guerre mondiale et surtout après. Il a participé aux combats comme officier, puis en 1918 a repris son travail d’instituteur. Deux dossiers à son sujet sont disponibles, l’un expliquant sa carrière d’officier, l’autre relatant celle d’instituteur. On peut lire dans le premier des comptes rendus sur ses blessures reçues au combat, et puis également sur ce qui est nommé sa « fatigue » psychologique à la fin de la guerre. Dans le second, c’est au détour d’un rapport d’inspection que l’on peut découvrir quelques aspects des conséquences psychologiques des années de guerre. On mentionne en effet que ce très bon instituteur avant guerre, régulièrement très bien noté, a depuis la fin de la guerre moins de patience avec les élèves ; il est moins disposé à pratiquer avec envie et engouement son métier. Dans un des rapports, l’inspecteur tente d’ailleurs d’expliquer ce phénomène : si Pasquiou est considéré comme un moins bon instituteur, c’est à cause de sa participation à la guerre qui a amoindri sa patience et a miné son moral. C’est écrit tel quel, et cette phrase mérite sans aucun doute qu’on s’interroge précisément sur son contenu. Le second cas où il est clairement évoqué l’effet traumatique de la guerre concerne un autre instituteur des Côtes-du-Nord qui devient après guerre après un parcours sinueux inspecteur dans le Morbihan tout en continuant d’être militant socialiste. Il s’agit de Paul Vaillant, qui a par ailleurs durant quelques années rejoint le Pcf dès 1920. Dans un article du Rappel du Morbihan revenant sur son parcours, on relate son « caractère difficile », et on mentionne aussi rapidement ses colères, que l’on écrit être la conséquence de sa participation à la guerre. On voit donc qu’il est au moins possible de déceler l’impact de la Première Guerre mondiale en étudiant des parcours individuels, mais il faut se garder d’un côté des extrapolations et de l’autre prétexter une absence de sources pour ne pas évoquer le phénomène. Dans l’immédiat après-guerre on peut aussi mesurer les « blessures morales » de certains soldats qui étaient des militants en étudiant leur dossier militaire : c’est ainsi le cas de Joseph Le Meur, socialiste brestois qui est libéré après quelques mois de captivité en Allemagne et dont on dispose à son sujet de rapports médicaux mentionnant sa grande fatigue morale et décrivant les symptômes.

 Je suis enfin persuadé que face au choc post-traumatique causé par la Première Guerre mondiale, l’adhésion aux idéaux socialistes, ou à d’autres idéologies politiques, peut être une forme de résilience, mais là encore pour étayer cette hypothèse, il est nécessaire de chercher des informations dans les sources. La question des porosités entre les violences de guerre et l’utilisation de la violence dans un contexte de paix retrouvée est aussi plus largement posée dans cette optique.

                L’enquête parue dans Le Monde m’a obligé à interroger les sources dont je disposais pour l’étude des effets post-traumatiques de la guerre. J’ai aussi en mémoire les mois passés au Service de Santé lors de mon service militaire où j’ai pu beaucoup lire sur le sujet, mais aussi parfois en parler avec des médecins militaires, tout étonnés de trouver un appelé intéressé par ce thème. Cette semaine, j’ai aussi lu avec grand intérêt le dernier livre de l’historienne Michelle Perrot, La Mélancolie ouvrière, où elle restitue le parcours d’une militante ouvrière du début du XXème siècle. Cette enquête – l’auteure emploie le mot – interroge les sources et les silences du passé. Ce formidable livre m’a conforté dans l’idée de continuer à mener de mon côté mon enquête.

 

Comment commence l’enquête? Le cas Lalouet

Le dossier du lieutenant Lalouet est conservé au SHD de Vincennes

J’avais annoncé dans le dernier billet que je parlerai d’un long article de Louis Lhévéder sur son voyage en Allemagne durant l’été 1939 juste avant la déclaration de guerre. Ce député socialiste du Morbihan était un des tenants de la ligne pacifisme au sein de la Sfio et son compte-rendu de voyage mérite une étude poussée, d’autant qu’il continue à avoir la même position idéologique après la défaite de 1940, ce qui l’amène à un soutien tacite du nouveau gouvernement. Mais je voudrais avant cela évoquer un autre militant sur lequel je m’apprête à trouver de nouveaux renseignements. Sa biographie dans le Maitron est assez courte, et pourtant je l’ai très souvent côtoyé dans les archives, dans des publications militantes, parfois aussi dans quelques livres, mais très souvent le portrait qui en ressort est contradictoire, parfois erroné, toujours imparfait. Ces lignes de l’écrivain et historien Paco Ignacio Taibo II que j’aime à citer lui vont à merveille :

« Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît çà et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »[1]

Le point de départ 

Lalouet, Louis Jacques Marie François (1890-1953) a été maire d’une petite commune du Finistère en 1919, Le Huelgoat, puis adhère en 1920 au PCF, n’y reste que très peu de temps et retourne ensuite à la Sfio. Son mandat prend fin en 1925. La biographie du Maitron indique également qu’il a participé à la Première Guerre mondiale comme officier et qu’il a été blessé à plusieurs reprises durant ce conflit. Enfin il s’est engagé en 1940 malgré son âge et a été fait prisonnier en Allemagne.

C’est à peu près tout ce que sa notice rédigée par G.M.Thomas contient. Pas tout à fait un militant obscur, mais Lalouet ne semble pas avoir laissé suffisamment de traces pour en connaître davantage sur sa vie. On risque de l’oublier très vite et pourtant périodiquement il est revenu dans les documents que je consulte.

Les émeutes de 1935 

Je crois que la première fois que j’ai retrouvé sa trace, ce fut à propos des émeutes d’août 1935 à Brest. Lalouet est en effet l’avocat qui défend les ouvriers et les militants qui sont accusés de dégradation, donc je découvris par hasard qu’il était avocat. Un peu plus tard, j’appris qu’il s’était présenté aux élections municipales de Brest sur une liste d’union de la gauche non communiste. Appartient-il encore à cette date à la Sfio ? Je n’en sais rien. Je me souviens avoir tenté de retrouver des traces de sa famille, sans succès : quelques lettres envoyées un peu au hasard, mais aucune réponse ne m’est parvenue à l’époque.

Un microfilm où il apparaît 

Quelques temps plus tard, je l’ai retrouvé dans un microfilm des archives d’une loge maçonnique brestoise consultable aux archives municipales de la ville. Ce document précieux (est-ce lui qui l’a transmis ?), je l’ai consulté car de nombreux socialistes étaient franc-maçons et ces archives sont des comptes rendus des réunions ; il faut s’habituer aux abréviations, aux rituels, mais il y a souvent de très nombreuses et intéressantes informations, même si parfois je regrette d’avoir peu suivi mes cours de paléographie. Un jour, j’ai été jusqu’à la fin de la bobine, c’était à la fin d’une journée où à force de consulter des microfilms, on laisse filer la bobine un peu plus vite. Et là il y avait des tracts, des textes, une lettre ouverte, certains documents étaient signés d’un pseudonyme, d’autres portaient la signature de Lalouet ! Il appelait à la résistance dès 1940, une action de résistance totalement isolée, je me souviens avoir à ce moment admiré le panache de cet homme. Lalouet avait été franc-maçon, sans doute trouvait-on là l’origine de sa rupture avec le PCF, et il ne voulait pas baisser les bras devant la défaite, l’occupation, Vichy. J’ai alors  davantage cherché des renseignements sur lui, et là je ne trouvais que des données incomplètes et des contradictions.

Lalouet militant du PNB ?

Deux livres au moins le mentionnent comme étant durant l’entre-deux-guerres militant du Parti Nationaliste Breton ! Ce qui semble peu compatible avec le militant de gauche que je connaissais jusqu’à présent, mais il fallait donc creuser de ce côté. Je ne connais pas très bien l’histoire du mouvement nationaliste breton, j’ai donc cherché, mais je suis souvent resté sur ma faim. Il y avait du coup de nombreuses zones d’ombre, et surtout tout ce que je lisais n’offrait qu’un aspect du personnage, une facette qui entrait en opposition avec une autre. J’ai alors un peu laissé tomber l’itinéraire de Lalouet, mais souvent il me revenait en mémoire.

Lalouet au SHD 

Et puis il y a eu cette journée passée aux Archives de la Défense à Vincennes. J’avoue avoir eu du mal à me repérer dans ce type d’archives nouvelles pour moi, et je ne peux que remercier encore une fois ceux qui m’ont aidé à y trouver des références.

L’un des fonds que j’ai consulté ce jour-là contenait des lettres de militaires qui correspondaient avec des opposants à la guerre connus des autorités militaires, comme Pierre Monatte. Parmi les lettres, j’ai retrouvé des signatures connues, comme celle de Jean Cornec ou de sa future femme Josette Mazé, tous deux instituteurs opposés à la guerre. Et puis des lettres envoyées de Coëtquidan écrites par un certain Alfred Griot que j’ai découvert être en fait Alfred Rosmer. Enfin, j’ai retrouvé la signature d’un lieutenant : Jacques Lalouet ! Ses lettres sont clairement contre la guerre, il souhaitait en particulier organiser l’opposition minoritaire au sein de la Sfio.

Ce jour-là, je me suis dit que cela faisait trop longtemps que ce « mystérieux » militant était présent à la périphérie de ma recherche, qu’ il me fallait donc aborder de front le «cas» Lalouet.

 Et maintenant ?

Dans quelques jours je consulterai son dossier d’officier conservé au SHD de Vincennes, peut-être assez naïvement, je dois avouer que j’ai hâte. D’autant que j’ai découvert dans d’autres dossiers de ce type qu’il n’est pas rare d’y trouver des documents portant également sur la Seconde Guerre mondiale. Ce sera la première étape pour reprendre tout à zéro ! C’est comme ça que l’enquête va commencer sur le cas Lalouet. J’essayerai de vous tenir au courant



[1] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, Paris, Métaillé, 1995, p.43

Paulhan,le Mongol extraordinaire et le socialisme en Bretagne

              L’étude localisée du milieu partisan socialiste implique une recherche détaillée sur les structures de l’organisation militante et sur le rôle attribué à chaque adhérent. Cette collecte d’informations peut se faire grâce aux très nombreuses biographies du Maitron, à la recension des données contenues dans la presse militante et par l’utilisation des comptes rendus de réunions politiques que l’on trouve dans les archives. Le traitement de ces informations peut ensuite faire l’objet d’un traitement prosopographique[1] ou aider à une meilleure connaissance de ce que signifie être militant socialiste à cette époque. Ma démarche, qui vise davantage à une sorte d’ethnographie historique du mouvement socialiste, nécessite une utilisation d’autres sources, plus personnelles, qui permettent une tentative d’appréhension du for intérieur socialiste dans l’entre-deux-guerres. Mais disposer de traces personnelles comme des témoignages écrits, des journaux intimes ou des correspondances, n’est pas si fréquent en ce qui concerne des militants socialistes qui bien souvent n’ont laissé que très peu de papiers personnels permettant de rendre compte a posteriori de leur expérience militante. Il y a d’ailleurs fort à parier qu’une telle démarche est bien plus fréquente pour des personnes issues d’un milieu intellectuel que pour les autres catégories sociales, ne serait-ce qu’au niveau de l’existence et de la conservation des écrits personnels. Il faut donc chercher également à collecter ce type d’informations, ce que j’essaye de faire dans le cadre de ma recherche.

le Dr Choffé publie une revue politique  » Comprendre » qui se situe à la gauche de la SFIO

                Dans ce domaine il me semble que la fédération socialiste des Côtes du Nord témoigne d’un caractère particulier. On trouve en effet, aux côtés de nombreux enseignants souvent responsables des sections dans les communes, plusieurs militants fédéraux que l’on peut qualifier d’«intellectuels ». Bien sûr, cette catégorie doit être appréhendée avec précision, aussi faut-il sans doute passer par une définition du terme, ainsi que par une connaissance des liens qui unissent les intellectuels au socialisme. On dispose d’une très utile étude sur ce point, qui inspire ma recherche: il s’agit du livre de Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le Socialisme et la Guerre 1900-1938[2], qui permet d’avoir une excellente connaissance de ces questions, d’autant qu’elles sont étudiés également sous l’angle de l’influence de la guerre de 1914-1918, ce qui constitue encore davantage pour moi une importante piste de réflexion.

                Ce qui me semble être une particularité dans les Côtes du Nord, l’importante présence d’intellectuels dans l’encadrement fédéral de la SFIO, m’occupe en ce moment. En effet, dans les années Trente, on peut y retrouver Guy Robert, professeur de lettres et futur spécialiste de Zola comme secrétaire fédéral, Augustin Hamon, essayiste et  traducteur des œuvres de l’Anglais Bernard Shaw, Yves Le Lay qui fut le premier traducteur en France de Freud et de Jung, ou bien encore le médecin Frédéric Choffé sur lequel je voudrais me pencher plus en détail dans ce billet.

                Frédéric Choffé est l’auteur d’une thèse sur la tuberculeuse, ce qui l’amène à être responsable de plusieurs sanatoriums dont celui de Trestel dans les Côtes du Nord dans les années Trente. Il est déjà à sa venue un militant socialiste aguerri et il poursuit en Bretagne son activité politique. Il devient ainsi secrétaire fédéral adjoint, se présente aux élections municipales de Trévou-Tréguignec où il est élu conseiller municipal. Il se porte également candidat de la SFIO lors des élections législatives de 1936 mais il est assez largement battu. On peut connaître son action militante par les sources habituelles, comme ses articles qu’on trouve dans la presse socialiste du département, mais aussi, cas plus exceptionnel, grâce à une publication qu’il dirige : la revue  Comprendre qui se place sur une ligne de gauche au sein de la SFIO, et enfin par une correspondance qu’il a échangé avec son beau-père Jean Paulhan.

                Paulhan est à l’époque un intellectuel respecté et influent du Monde des lettres qui dirige la NRF et Choffé a épousé sa fille née d’un premier mariage. Les deux hommes deviennent très liés, d’autant qu’ils partagent des opinions politiques communes. Mais Paulhan, même s’il est conseiller municipal de Chatenay-Malabry garde une distance, parfois amusée, vis-à-vis des partisans de la gauche française et du socialisme. Ainsi, séjournant régulièrement à Trestel, il a l’occasion d’assister à un meeting socialiste en avril 1936 :

« J’ai aussi suivi des réunions électorales : un extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche, récitait deux heures durant, en mélopée, le programme S.F.I.O… C’était très beau »[3]

      Évidemment cet extrait montre toute l’ironie de Paulhan dont il faut régulièrement preuve. Ainsi à la même période, il échange souvent avec Louis Guilloux : ce dernier lui signale dans une de ses lettres qu’Augustin Hamon est inquiété par les autorités à cause d’un numéro spécial de la Charrue Rouge sur la guerre. Paulhan lui répond alors que Hamon aurait mérité d’être pendu pour ses traductions de B.Shaw !

    L’ironie mordante de Paulhan se retrouve donc dans la description qu’il fait de ce meeting au temps du Front populaire. Marcel Parent, auteur d’une très bonne étude sur l’action politique de Paulhan, nous dit que cela se passait en compagnie de son beau-fils et il explique :

«  Il y a tout lieu de penser que Philippe Le Maux est l ‘ extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche…’ Loin de Châtenay, Jean Paulhan se pose en spectateur ironique, et même féroce, d’une réunion publique à laquelle il a pris la peine d’assister.»[4]

     Peut-être faut-il préciser que Philippe Le Maux, candidat socialiste paysan, fut élu député, même si Paulhan semble s’être ennuyé à l’une de ses réunions électorales. On retrouve sans doute le regard distancié de l’intellectuel qui peut-être méprise une forme de pratique politique trop éloignée de ses habitudes parisiennes. Quoi qu’il en soit, de tels témoignages sont aussi très utiles pour mieux appréhender la connaissance du socialisme à cette période en Bretagne.

      Mais revenons à Frédéric Choffé. Il entretient donc une correspondance avec Jean Paulhan, dont on peut lire des extraits dans le livre de Marcel Parent. Là encore, ses lettres peuvent aider à une connaissance approfondie de l’enracinement de la SFIO dans ce territoire. Sans doute qu’une exploitation  de ses lettres serait nécessaire – la correspondance est conversée à l’IMEC– car Frédéric Choffé semble y commenter régulièrement son action militante : il relate l’arrêt du journal fédéral « faute d’argent » et en conséquence il ne peut poursuivre son analyse du fascisme qu’il souhaitait faire dans ses articles, il y commente également l’actualité du Parti et sa participation à la vie politique locale  comme dans cette lettre:

« Mardi 16 avril 1935

Mon cher Jean,

Peut-être serez-vous déjà en route vers Trestel quand ma lettre arrivera à Châtenay.

Je ne crois que les marchands de canon – qui sont en même temps gros industriels et gros banquiers, propriétaires ou actionnaires des grands journaux- veulent la guerre. Les menaces de guerre, qui leur permettent de placer leurs marchandise, leur suffisent bien »[5]

      On peut voir dans ces quelques extraits que Frédéric Choffé, mais aussi Paulhan, apportent des informations utiles pour la connaissance du milieu partisan socialiste. S’il faut traiter celles-ci avec un regard d’historien, elles offrent la possibilité de saisir au plus près les pensées et les discours de certains militants. Il me semble que dans ce domaine, la forte présence d’intellectuels socialistes dans la fédération des Côtes du Nord, peut être à même de fournir des sources importantes. Encore faut-il en retrouver les traces, donc l’enquête continue !



[1] Sur ce point voir la thèse récente de François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980 soutenue à l’Université de Rennes 2 en 2011.

[2] Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Seuil, 1993.

[3] Lettre de Paulhan à Etiemble, 13 avril 1936, cité par Marcel Parent, Paulhan citoyen, Paris, Gallimard, 2006, p.111.

[4] M.Parent, op.cit., p.113.

[5] M.Parent, op.cit., p.222.

L’histoire n’est pas « une nécropole endormie »

     J’ai souvent pensé que travaillant sur un sujet contemporain, il m’était nécessaire d’être en contact direct avec les personnes qui devenaient sous mon regard un « objet» d’histoire. Cela  impliquait de chercher à faire des entretiens avec des témoins, de moins en moins présents aujourd’hui, ou de tenter de retrouver leurs traces par des contacts avec leur famille par exemple. Il faut souvent pour  réussir à rencontrer de tels témoins  passer de multiples heures à retrouver leur piste, et obligatoirement passer par des échecs, des déconvenues et parfois des moments d’abattement. Il y a quelques années, lorsque j’expliquais mon projet de thèse à un autre doctorant qui travaillait lui aussi sur l’histoire de la gauche, mais sur un thème encore plus contemporain, j’abordais la question des témoins : il me rétorquait alors qu’il n’en rencontrait pas, que cela prenait du temps, que souvent les témoignages n’apportaient pas grand chose et que de toutes façons il devait terminer sa thèse le plus rapidement possible parce que son directeur de thèse le lui demandait. Cette conversation me plongea sur le moment dans une grande perplexité. Tout ce qui était avancé me paraissait être de très mauvaises raisons. Je ne partageais pas, et ne partage pas encore, cette conception désincarnée de l’histoire : bien sûr, la personne que j’évoque a déjà depuis plusieurs années fini sa thèse, je crois même qu’il y a même une publication, et moi j’en suis encore à tenter d’avancer dans la rédaction et la collecte d’informations. Je pense surtout que la lecture du livre de Lucien Febvre « Combats pour l’Histoire » a bien influencé ma vision du travail de l’historien :

« Est-ce tout ? Non. Ce n’est même rien, si vous devez continuer à séparer votre action de votre pensée, votre vie d’historien de votre vie d’homme. Entre l’action et la pensée, il n’est pas de cloison. Il n’est pas de barrière. Il faut que l’histoire cesse de vous apparaître comme une nécropole endormie, où passent seules des ombres dépouillées de substance. Il faut que, dans le vieux palais silencieux où elle sommeille, vous pénétriez, tout animés de la lutte, tout couverts de la poussière du combat, du sang coagulé du monstre vaincu — et qu’ouvrant les fenêtres toutes grandes, ranimant les lumières et rappelant le bruit, vous réveilliez de votre vie à vous, de votre vie chaude et jeune, la vie glacée de la Princesse endormie… »[1]

            Le fait que cette conférence soit prononcée en 1941 me fait croire que Lucien Febvre pensait aussi à ce qui se passait à ce moment là en France. Je me souviens également avoir lu  ce livre ( et avoir retenu ce formidable passage: quel souffle, quelle merveilleuse description de ce qu’est le travail de l’historien, encore plus lorsqu’on est un simple apprenti historien) au moment où  est sortie l’étude de Philippe Burrin, La France à l’heure allemand [2].Elle contenait un passage sur les liens entre Lucien Febvre et Marc Bloch durant la Seconde Guerre mondiale,où le premier était dépeint comme seulement préoccupé par la publication de la revue des Annales, alors que le second était déjà dans la Résistance. Peut-être que ce texte de Febvre montre que les choses n’étaient pas aussi dichotomiques que l’écrit Burrin. Quoi qu’il en soit, j’essaye de suivre les conseils données par Lucien Febvre en 1941, et ne considère pas l’histoire comme « une nécropole endormie » et tant pis si je perds du temps.

          J’ai donc perdu un peu de temps hier lorsque je suis allé à la recherche d’une véritable nécropole, ou plutôt à la recherche d’une tombe dans le cimetière parisien de Bagneux. Là se trouve en effet  la tombe d’Émile Goude, député socialiste de Brest à partir de 1910 et un des dirigeants les plus actifs de la SFIO en Bretagne jusqu’au milieu des années Trente. Mais comme je l’ai raconté plusieurs fois ici, Goude perd de l’influence en se comportant comme un potentat du socialisme à Brest, n’écoute plus la base, et est exclu au début des années Trente pour ces raisons. Ensuite son influence persiste mais on perd peu à peu sa trace. En 1941, gravement malade, il est accueilli par sa fille à Paris ; il semble souhaiter préparer son départ et se rapprocher du lieu où sa femme a été enterrée en 1938. Cette dernière semble d’ailleurs avoir été une militante socialiste puisqu’elle est avant 1914 citée à quelques reprises dans les publications militantes. Armé de la notice du « Maitron » qui contient toutes les informations précédentes, je me suis donc rendu au cimetière de Bagneux. A l’accueil, j’ai demandé s’il y avait un caveau de la famille Goude ; aussitôt, on m’a indiqué l’allée, le rang, la place de la tombe. Très aimablement, une autre personne a recherché les quelques renseignements complémentaires, mais cela n’a pas donné grand chose. J’avais espéré avoir peut-être un nom, une adresse de quelqu’un de la famille s’occupant de la concession, de la tombe, mais rien de cela.

                J’ai ensuite trouvé facilement la tombe d’Emile Goude. Plutôt je suis passé devant en comptant chaque tombe (secteur 36, allée 3, place 11), suis revenu sur mes pas, et je n’ai rien trouvé, aucun nom. Et puis j’ai aperçu sur une tombe toute simple, la 11ème en reprenant mon compte, le nom de Goude, de sa femme et sa fille, inscrits discrètement sur le côté. Il n’y a sur ce tombeau rien d’autre, et cela semble abandonné . Aucune décoration, aucune fleur, aucune mention qui pourrait indiquer davantage sur l’identité du défunt. Sur ces lieux, j’ai  repensé alors au moment où Goude meurt. En novembre 1941, il n’est pas facile d’être un ancien élu de la SFIO. Pourtant, j’ai pu lire dans la presse locale que lorsque des décès d’hommes de gauche arrivaient pendant la période de l’occupation, il n’était pas rare d’en faire toutefois mention, de relayer aussi des discours qui étaient prononcés lors des funérailles, et qui ne manquaient pas de revenir sur les engagements du défunt. On peut même penser que de tels rassemblements offraient à ces militants l’occasion de retrouver une cohésion d’avant la défaite, et peut-être même que ces cimetières devenaient des lieux où des paroles séditieuses étaient dites. Il est en effet difficile d’interdire la tenue d’obsèques, y compris pour des militants de gauche durant ces années[3]. Mais en novembre 1941 dans la presse locale, on trouve seulement quelques entrefilets concernant la mort de Goude. Je ne sais pas pour le moment qui a pu assister aux obsèques, et si des militants de la gauche brestoise étaient présents ce jour là.

                La tombe de Goude est la plus simple possible et favorise cette impression d’oubli. Que peut-on en tirer ? Comme l’écrit Christophe Prochasson, d’une part « La mort n’est pas un sujet politique. Elle n’est la bienvenue ni aux tribunes des congrès ni dans les colonnes des journaux socialistes » mais d’autre part «  En l’absence de liberté d’expression, les enterrements furent des lieux de subversion et de sociabilité »[4].Il me faut réfléchir à ces deux points importants. On peut aussi s’arrêter sur la forme des tombes, la présence de signes d’appartenance ou non[5]. Ici, il n’y a rien, ce qui peut correspondre d’ailleurs à la personnalité de Goude : agnostique, franc-maçon, il n’a jamais attaché d’importance à la religion, sa tombe semble en témoigner. Alors est-ce que ce fut une perte de temps que de rechercher le lieu d’inhumation du députe Goude ? Pas si sûr. D’autant qu’en plus de sa femme également enterrée là, il y a leur fille Émilie, et je n’avais pas trouvé une telle information jusqu’à présent. Elle était mariée, on peut lire ainsi sur le côté son nom de femme mariée. Voilà une nouvelle piste à explorer. Comme l’a écrit Machado, «  il n’y a pas de chemin. Le chemin se fait en marchant ».


[1] L.Febvre, «  Vivre l’histoire. Propos d’initiation », conférence aux élèves de l’ENS, 1941 in Combats pour l’Histoire,1952( première édition) , consulté en version numérique le 29 février : http://classiques.uqac.ca/classiques/febvre_lucien/Combats_pour_lhistoire/Combats_pour_lhistoire.html

[2] P.Burrin, La France à l’heure allemande, Paris, Le Seuil, 1999. Même si j’émets des critiques sur ce point, ce livre est tout à fait passionnant et apporte beaucoup à la connaissance de la période. Un chapitre fait en particulier le point sur la gauche et la collaboration.

[3] On peut lire dans le livre de E.Fureix, La France des larmes, deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ Vallon, 2009, une description très précise et très précieuse du rôle des deuils dans le maintien d’une identité militante fut-elle interdite par les autorités publiques de l’époque. Cette étude me sert beaucoup actuellement.

[4] C.Prochasson, La Gauche est-elle morale ? Paris, Flammarion, 2010, p.197.

[5] J’essaye en ce moment d’étudier ces aspects, avec quelques références bibliographiques, comme P.Hidiroglou, Rites funéraires et pratiques de deuil chez les Juifs en France, XIXe-XXe, Paris, Les Belles Lettres, 1999.