Archives du mot-clé Jaurès

«Dénoncer les livres scolaires, c’est exciter les haines » : Jaurès, l’école et mes Premières

La semaine dernière, une information concernant l’école m’a particulièrement heurté : quelques militants du collectif réactionnaire la Manif pour tous, sans doute à court d’idées, décidaient de placer sous surveillance les enseignants et de contrôler le choix des manuels scolaires. Si j’essaye de laisser de côté mes sentiments profonds sur une telle initiative (ce qui est quand même assez difficile…) je suis frappé par la similitude entre cette énième initiative de ce groupe réactionnaire et les critiques que des milieux hostiles à l’école laïque pouvaient faire au début du XXe siècle. J’ai ainsi retrouvé un article de Jean Jaurès évoquant une campagne contre des manuels scolaires républicains en 1909. Cet article a été écrit pour le journal de la fédération socialiste du Finistère, le Cri du Peuple. Il paraît le 7 novembre 1909 dans un numéro spécial du journal : Jaurès, en effet, ce jour-là, est présent dans le Finistère pour participer à deux réunions publiques, l’une à Brest, l’autre à Douarnenez et la fédération socialiste a édité un numéro spécial pour souligner l’importance de l’événement. Le discours que Jaurès fait lors de ces meetings est d’ailleurs très intéressant puisqu’il évoque la question de la place de la Bretagne dans la France, les spécificités de cette région et les possibles liens entre les Bretons et le socialisme. Il n’est pas rare que le grand socialiste lors de tournées à travers toute la France écrive un article que le journal officiel de la fédération accueillante publie par la suite. Cela permet aujourd’hui aux historiens de redécouvrir des textes oubliés de Jaurès et rend encore plus indispensable, mais aussi difficile, le travail d’édition de ses œuvres complètes que la Société d’études jaurésiennes mène actuellement. Ce texte de Jaurès est donc très peu connu, mais je trouve qu’il convient parfaitement à l’actualité que j’évoquais plus haut.

Le Cri du Peuple, 7 novembre 1909
Le Cri du Peuple, 7 novembre 1909

Jaurès et l’école 

L’article s’intitule «Par la réforme sociale » et s’adresse plus particulièrement aux socialistes de la région ; voici quelques extraits :

« L’Eglise comment une grave imprudence en livrant à l’école laïque un furieux assaut. Elle pouvait, usant des larges libertés que lui assure la loi et des facilités particulières qu’elle lui laisse, vanter la supériorité des écoles où l’enseignement religieux est donné. Mais calomnier l’école laïque, mener auprès des mères de famille une campagne d’intimidation, dénoncer les livres scolaires, c’est exciter les haines ; c’est réveiller des luttes violentes qui depuis la très libérale loi de séparation semblaient amorties. Un des traits les plus choquants, c’est qu’elle jette l’anathème sur des livres scolaires sans jamais préciser les passages qui lui paraissent scandaleux […] Je viens de lire ici à Brest deux des livres dénoncés l’un de Calvet, l’autre d’Aulard. Vraiment, je n’y ai trouvé aucune phrase provocatrice et si c’est l’esprit de raison, si c’est l’explication humaine et vraiment historique des faits qui choque l’Eglise, autant vaut qu’elle demande à toute la France moderne de se renier. [1]»

On voit ici que dans ce court article, Jaurès se montre un ferme partisan de l’école laïque et qu’il ne permet pas aux autorités religieuses de condamner tel ou tel manuel scolaire au nom d’un dogme qui serait mis à mal par la vérité historique. Je crois qu’on peut voir quelques similitudes avec la situation actuelle, où des militants, bénéficiant parfois de la compréhension plus large de quelques responsables politiques, se croient autorisés à valider ou non le choix pédagogique des professionnels de l’éducation dans le domaine de l’édition scolaire ou des pratiques mises en place dans les écoles. L’article de Jaurès permet de se rappeler que de telles critiques virulentes ne sont pas réservées à notre époque, mais qu’elles ont toujours existé sous une forme différente et qu’elles sont le  moyen d’action de celles et ceux qui n’acceptent pas les lois de la République.

Il est bon de se rappeler ces faits, souvent par le biais d’une meilleure connaissance de l’histoire. En dehors de la tenue de ce carnet de recherche, qui accompagne ma recherche, je suis également professeur d’histoire-géographie dans un lycée. Transmettre, expliquer, contextualiser, tout cela fait donc partie de ma pratique d’enseignant, qui ne se recoupe que très rarement avec ma recherche. Il est bon de savoir cloisonner les différentes activités. Mais parfois des « ponts » peuvent se mettre en place. Lorsque cela est le cas, j’hésite parfois de prime abord à laisser les deux domaines se superposer. Pourtant, je souhaite évoquer ici une telle expérience.

Jaurès à l’école

Le programme d’histoire de Première, pour la filière STMG, commence par une partie intitulée «  La France en République, 1880-1945 ». Il s’agit de montrer les caractéristiques de ce régime politique, d’expliquer en quoi il s’agit d’une construction historique, de comprendre son fonctionnement et ses insuffisances, sans entrer dans une lecture trop chronologique de la vie politique de cette période. Quelques moments phares sont privilégiés comme par exemple  l’adoption des premières lois sociales, la loi de 1905, ou encore l’Affaire Dreyfus. C’est pourquoi, j’ai choisi dans mon cours de définir la nature de ce régime à partir de plusieurs documents, dont un texte de Jaurès, le discours à la jeunesse de 1903, qu’il a prononcé à Albi devant des lycéens. L’extrait choisi commence par ces mots «  Dans notre France moderne, qu’est-ce donc que la République ? C’est un grand acte de confiance. » Puis, Jaurès explique le fonctionnement théorique de ce régime et l’importance de la Révolution française dans la construction du régime. C’est donc un document parfaitement adapté à la problématique générale du programme, bien qu’il soit sans doute difficile dans un premier temps à comprendre. Mais cela doit rassurer tous les « déclinologues » et  les nostalgiques de l’école puisqu’au moins cela prouve que je ne brade pas trop mon enseignement ! Je vous rassure tout de suite : j’utilise également Twitter en classe, donc je crois que pour la confrérie des nostalgiques de l’éducation à la « grand-papa », je suis perdu quoi qu’il en soit pour la cause…

Comme ce sont les premiers cours, il faut créer des automatismes avec l’ensemble des élèves, cela peut prendre du temps, ce qui entraîne bien souvent le dépassement du nombre d’heures normalement allouées à tel ou tel chapitre. Donc, nous avons commencé à expliquer le texte. Après avoir lu le nom de l’auteur, question « Bon, Jaurès, cela dit quelque chose à l’un d’entre vous ? » Et là, ben rien, aucune réponse, silence, non Jaurès, connais pas.

Alors est-ce grave ? Je vois déjà des admirateurs nostalgiques de l’école sentant bon la naphtaline se réjouir de cette baisse irrémédiable du niveau, du manque de connaissances de mes élèves, de la nullité de leur savoir historique (sans qu’ils sachent quels sont les programmes d’histoire d’ailleurs). Allez, je serais même tenté d’ajouter que « de mon temps (toutes les critiques des nostalgiques de l’école commencent ainsi….) c’était quand même mieux » : je me rappelle avoir répondu « Jaurès ! » à une question en 4ème sur mon personnage historique préféré ; et là, rien, Jaurès terra incognita.

Évidemment, la position ici de l’enseignant peut entrer « en conflit » avec la position du chercheur : j’ai passé plusieurs mois en compagnie de Jaurès afin de rédiger toutes les semaines des notes sur les aspects de son œuvre. J’ai lu beaucoup, écrit, expliqué, répondu à des questions, à tel point que de nombreux aspects de sa vie me sont devenus très familiers. Je continue d’ailleurs de faire tout ça. Et, puis il y a eut le centenaire de son assassinat, le discours des plus hautes autorités de l’État, les émissions de radio ou de télévision, les articles, la presse parfois, même aussi les polémiques et aussi bien souvent la question : « Qu’aurait fait Jaurès ? » à propos de tout et n’importe quoi. Beaucoup de personnes semblent avoir plein de choses à dire sur Jaurès, mais là, le matin où nous commencions à étudier le Discours à la jeunesse, aucun des élèves ne savait qui était Jaurès. Aucun ? Là aussi il faut être modeste, peut-être qu’un élève silencieux avait des choses à dire, il faut bien avouer qu’on n’a pas forcément toujours envie de répondre aux questions du prof ! Du coup comment réagir ? Il n’est pas rare que j’entende certains de mes collègues s’emporter contre les lacunes des élèves, s’affoler à propos du niveau qui baisse, se moquer aussi des erreurs. J’aurais pu faire pareil mais non.

Donc, au risque d’effrayer la confrérie des « c’était mieux avant » (mais je me rassure : cette confrérie ne lit pas de billets sur un carnet de recherche en ligne sur Internet), je trouve cela assez banal, que mes élèves ne sachent pour le moment rien ou pas grand chose sur Jaurès. Le plus essentiel, me semble-t-il, est qu’on arrive ensemble à construire un savoir utile et en lien avec le programme à son sujet. On va donc continuer de travailler sur son rôle, cela tombe bien, on peut l’utiliser également pour l’affaire Dreyfus, le début de la guerre de 1914 ou l’étude du monde des ouvriers, autant de points que l’on doit aborder cette année en Première. Peu à peu un savoir se construira, je suis même sûr que sur certains points on abordera des aspects particulièrement complexes. Je suis certain aussi d’apprendre moi-même beaucoup de cette expérience.

Je n’ai donc aucun problème à essayer de mener de front deux activités sur un même sujet, mais selon des angles totalement différents ( à part bien sûr la gestion du temps). On peut aussi sur ce point suivre l’exemple de Jaurès : il souhaitait lui aussi transmettre, réussir à faire comprendre au plus grand nombre les idées qu’il défendait, dépasser la barrière du langage ou de l’écrit. Une telle position est difficile à tenir, il faut trouver le bon chemin entre explications et simplifications, sans jamais choisir la facilité et en faisant des efforts pour être le mieux compris possible. C’est pourquoi il me semble important de sortir parfois de sa recherche pour essayer de transmettre, pour enseigner ça ou autre chose, parfois avec facilité, souvent aussi avec difficulté. Se tromper, ne pas savoir, mais continuer à avancer.


[1] Jean Jaurès, « Par la réforme sociale », Le Cri du Peuple, Brest, 7 novembre 1909.

Jaurès, la Sfio et le camp de la paix à la veille de la Seconde Guerre mondiale

Le 30 juillet 1939 sont organisées plusieurs cérémonies pour le 25e anniversaire de la mort de Jean Jaurès. Au matin, devant le café du croissant où le grand leader socialiste a été tué, une cérémonie d’hommage a lieu avec les groupes politiques et syndicaux du 2e arrondissement de Paris. Socialistes et communistes sont présents, ainsi que des représentants d’autres organisations pacifistes, des radicaux, des anciens combattants et des membres de la Ligue des droits de l’homme. On y retrouve l’ambiance d’unité du rassemblement populaire depuis 1935. C’est également le cas dans deux autres villes chères au grand tribun socialiste, Albi et Carmaux, où des manifestations unitaires ont lieu le même jour. Cependant, le cœur n’y est plus tant les divisions entre les différentes factions de la gauche sont dorénavant trop importantes. Les hommages à Jaurès au milieu des années 30 avaient pourtant été l’occasion de manifestations unitaires[1], aussi bien en raison de l’héritage jaurésien que partageaient communistes et socialistes que parce les deux partis politiques, aidés par les radicaux et de nombreuses organisations et syndicats, mettaient au point une coalisation qui allait arriver au pouvoir en 1936. Mais à l’été 1939, les divisions entre les deux grands partis de la gauche française sont à nouveau criantes et l’embellie du Front populaire ne semble plus n’être qu’un vague souvenir. C’est pourquoi Pcf et Sfio organisent à Paris ce dimanche de la fin juillet deux manifestations différentes. La première a lieu le matin et rassemble les organisations liées aux communistes, la seconde rassemble les socialistes et leurs alliés ; toutes deux ont pour terme le Panthéon où reposent les restes de Jaurès depuis 1924. Le contexte de cette commémoration est très particulier, puisqu’elle a lieu quelques semaines seulement avant le déclenchement d’un nouveau conflit mondial. Quelques semaines auparavant, la gauche s’est également retrouvée dans la rue pour commémorer le 150e anniversaire de la Révolution française. La manifestation organisée par les communistes fait d’ailleurs le lien entre les deux événements, puisque des pancartes reprenant ces citations de Jaurès et d’autres, où sont inscrites des citations des grands leaders de la Révolution française, sont nombreuses dans le cortège.

Jean Bruhat et le rassemblement communiste

Une de l'Humanité, 3O juillet 1939
Une de l’Humanité, 3O juillet 1939

Le rassemblement du matin réunit les communistes, les anciens combattants de l’ARAC, l’Association républicaine des anciens combattants, et les membres du mouvement  Paix et Liberté, une organisation liée au Pcf qui œuvre pour la préservation de la paix. On ne dispose que peu de données sur le nombre de manifestants, mais on croise également dans le cortège plusieurs délégations des communes de la banlieue, ainsi que des intellectuels comme Louis Aragon.

L’hommage des communistes à Jaurès semble selon les comptes rendus de la presse avoir réuni bien plus de monde que la manifestation de l’après-midi. On doit également ici évoquer un article de l’historien Jean Bruhat publié dans les Cahiers du bolchevisme, la revue théorique du Pcf, paru en août 1939. L’article intitulé « À propos du 25e anniversaire de Jean Jaurès » est intéressant à plus d’un titre. L’historien trace tout d’abord avec de nombreuses précisions le portrait du leader assassiné, en insistant sur ses liens avec le marxisme. Il s’arrête également plus particulièrement sur le livre de Jaurès, L’Armée nouvelle. C’est l’occasion pour l’historien communiste d’évoquer la nécessaire participation du peuple à la défense nationale, reflétant ici la position officielle du Pcf dans ce domaine. Surtout, Bruhat s’interroge sur l’actualité de Jaurès dans le contexte bien particulier de l’été 1939, où les communistes sont encore le fer de lance de la lutte contre le fascisme. L’auteur s’en prend violemment aux pacifistes qui se revendiquent de la pensée de Jaurès :

 « Pas pour Dantzig » a écrit M.Déat. D’autres avaient dit : « Pas pour le Négus ! ». L’écho avait répété « Pas pour les Tchèques ! » Quand les Arméniens étaient massacrés en 1896 par les bandes d’irréguliers lancés par le Sultan, le gouvernement français se taisait – et d’autres parlaient pour dire « Que nous importent quelques milliers d’Arméniens éventrés. Pas pour l’Arménie ! » Jaurès a sauvé l’honneur de la France »[2]

En effet, Jaurès a défendu à la Chambre des députés le sort des Arméniens victimes de l’Empire ottoman[3]. En écrivant ces mots, Bruhat a également en tête la non-intevention en Espagne décidée par le premier gouvernement du Front populaire. Continuant sa dénonciation d’une forme de pacifisme présente au sein de la gauche, l’historien ajoute :

 Il faut tout ignorer de Jaurès, son courage personnel et aussi son assassinat  pour oser justifier par une référence à  Jaurès le cri : « Plutôt la servitude que la mort ! »

Abordant point par point les opinions des pacifistes, Jean Bruhat les conteste en s’appuyant sur des citations de Jaurès. L’article dénonce avec force les renonciations de nombreux pacifistes qui n’effacent devant la menace du fascisme et utilisent l’héritage jaurésien. Bruhat, de son côté, défend une ligne claire : il faut lutter contre le fascisme à l’intérieur du pays et aussi à l’extérieur. Le jeune historien communiste s’oppose à ceux qui souhaitent préserver la paix à tout prix. Son article, très déterminé, trouve aujourd’hui un écho particulier lorsque l’on sait que quelques semaines après l’Urss signe le pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie, obligeant tous les militants communistes à réviser leur positionnement antifascistes. Mais restons en juillet 1939 pour le moment. Bruhat et les communistes rendent hommage au Jaurès révolutionnaire et à l’homme politique courageux. Du côté de la Sfio, l’hommage au socialiste assassiné en 1914 est avant tout placé sous le signe de la paix.

La manifestation des socialistes : «  Manifestation du souvenir – Pour la Paix »

extrait de la Une du Popualire, 30 juillet 1939
extrait de la Une du Populaire, 30 juillet 1939

Le rassemblement de l’après-midi se veut unitaire et souhaite rendre un double hommage : il y a bien sûr la commémoration du grand Jaurès, mais c’est aussi l’occasion de rappeler le rôle d’Aristide Briand, en particulier dans sa défense de la paix après la Première Guerre mondiale[5]. Ce double hommage montre qu’en ce jour orageux du 30 juillet 1939, les socialistes désirent avant tout manifester pour la paix. On dispose de quelques données dans la presse en ce qui concerne le nombre de manifestants. Il y a moins de monde que le matin, et ce sont seulement quelques centaines de personnes qui se rendent au Panthéon pour cette deuxième manifestation. Il faut dire que les principaux leaders de la Sfio, en premier lieu Léon Blum, sont alors absents de la capitale et sont dans le Nord pour une série de rassemblements à l’affluence nombreuse. Cependant, à côté de la fédération socialiste de la Seine qui est chargée de l’organisation de la cérémonie, plusieurs autres organisations sont présentes, ce qui permet de tracer les contours du camp de la paix lié au socialisme en 1939. Mais avant de détailler la composition du cortège, il faut évoquer rapidement le déroulement et l’organisation de la manifestation. C’est avant tout un cortège de recueillement : aucun drapeau n’est présent, pas de slogans non plus. Il y a seulement en tête des pancartes où sont inscrites des citations de Jaurès, et chaque manifestant peut avoir un insigne où se trouve inscrit : «  30 juillet 1939 – Manifestation du souvenir – Pour la Paix ». Chaque groupe est encadré par un service d’ordre bien coordonné. Les socialistes dans ce service d’ordre sont nombreux, reconnaissables à un brassard rouge doté des lettres Sfio. Les Jeunesses socialistes sont eux aussi visibles en chemises bleues et en cravate rouge. Le cortège doit être discipliné, très organisé et place en tête les associations d’anciens combattants. A la fin du rassemblement, un haut parleur diffuse le discours enregistré de Renaudel racontant les derniers instants de Jaurès. Ce discours était diffusé dans la plupart des commémorations jaurésiennes organisées par les socialistes. Le Populaire insiste dans l’évocation des préparatifs, puis du déroulement de la manifestation, sur la discipline des militants. Cela est en lien avec l’élaboration de nouvelles pratiques militantes qui doivent impressionner en dehors du parti socialiste et renforcer la cohésion interne du groupe. Mais d’autres organisations sont également présentes ce jour-là.

Les autres organisations pacifistes

Il y a tout d’abord les associations d’anciens combattants qui sont liées au milieu partisan socialiste. On trouve ainsi la Fédération ouvrière et paysanne des anciens combattants (FOP) animée par des socialistes comme Camille Bedin ou encore par le Breton Albert Aubry. De nombreux membres de la FNCR, Fédération nationale des combattants républicains, sont également présents ; c’est également le cas de la LACP, la ligue des anciens combattants pacifistes fondé par le socialiste Camille Planche[6]. Ce sont donc les anciens combattants qui sont mis à l’honneur lors de cette commémoration. À leurs côtés, les socialistes sont les plus nombreux, mais on trouve également d’autres partis politiques.

Il y a tout d’abord une délégation du Psop, le Parti socialiste ouvrier et paysan de Marceau Pivert qui est d’ailleurs présent ce jour-là. Ce parti est né d’une scission avec la Sfio en 1938 et rassemble plusieurs courants situés à la gauche des socialistes ou à l’extrême-gauche. Jeune république est également présente : héritier de Marc Sangnier, ce parti rassemble des chrétiens partisans du Front populaire. Deux autres organisations politiques sont aussi là, bien qu’elles entretiennent des rapports parfois conflictuels avec la Sfio : ce sont ceux que Philippe Burrin, dans sa magistrale étude la Dérive fasciste[7] appelle « les francs-tireurs du Front populaire», à savoir les partisans du frontisme de Bergery et l’Union socialiste-républicaine qui est l’héritière du courant néo-socialiste et dont l’un des leaders est Marcel Déat. La présence de ces deux organisations peut étonner : en effet, depuis la dislocation du Front populaire, elles ont entamé ce que Burrin appelle leur « dérive fasciste », du moins en ce qui concerne leur leader respectif. Mais ce qui fait qu’elles sont présentes ce jour-là, c’est l’adhésion sans faille au pacifisme, ce que de nombreux militants socialistes partagent à la même époque. Enfin, on trouve encore dans le rassemblement organisé par la Sfio de nombreux membres de la Ligue des droits de l’homme, des représentants de la Ligue française de l’enseignement, des militants de syndicats affiliés à la Cgt ainsi des membres de la LICP, la Ligue internationale des représentants de la paix. Un tel assemblage peut paraître de prime abord hétéroclite mais ce serait oublier la force du symbole que représente Jaurès pour l’ensemble de ces groupes, ainsi que la forte prégnance du pacifisme à la veille de la Seconde guerre mondiale.

Certains socialistes regrettent d’ailleurs ce qu’ils appellent la tonalité « munichoise » de ce rassemblement, ce qui illustre les divisions du camp de la paix au sein de la Sfio et dans les structures amies. On le voit en particulier en lisant le compte rendu de cette manifestation que fait le journal socialiste Agir qui regroupe les partisans d’une politique de fermeté et condamne le pacifisme intégral.

« Au Panthéon, deux cortèges » Agir pour la paix, pour le socialisme, n°12, août 1939

Agir, n°12, août 1939
Agir, n°12, août 1939

Le compte rendu publié dans ce journal est particulièrement critique. Réunissant les socialistes partisans de la fermeté contre Hitler, Agir souhaite également entraîner une réflexion sur les cultures militantes et le corpus idéologique de la Sfio. Plusieurs militants appelés à jouer un rôle plus important dans les mois ou les années à venir participent à sa rédaction : c’est le cas de Pierre Brossolette, de Daniel Mayer, de Georges Izard ou encore de Tanguy-Prigent alors jeune député du Finistère. Le bimensuel est l’organe d’un nouveau courant dirigé par Georges Monnet, le ministre de l’agriculture du gouvernement de Léon Blum. Ce sont avant tout des blumistes qui souhaitent  contrecarrer l’influence du courant pacifiste de Paul Faure, le secrétaire général du parti. L’un des plus actifs dans le groupe est Angelo Tasca qui signe ses articles du pseudonyme André Leroux[8].

«  Ainsi donc, ce sont deux cortèges qui, le 30 juillet, ont honoré la mémoire de Jean Jaurès. De Jean Jaurès, dont toute la vie fut un combat pour l’unité. [9]» C’est la première phrase de l’article non signé qui déplore d’entrée la division du mouvement ouvrier en 1939, alors que Jaurès a tout fait pour maintenir l’unité en son sein avant 1914. La suite est tout aussi critique :

« C’est pénible à dire dans un journal socialiste qui se flatte de n’attaquer personne. Mais enfin la présence de certains des allées des socialistes de la Seine au cortège de l’après-midi, n’enchantait pas certains militants qui se souviennent. »

Ce sont les membres du parti de Déat qui sont ainsi désignés, tout comme les militants du Psop « l’injure aux lèvres, la haine dans le regard. » Ce qui est encore plus remise en cause dans le compte rendu, c’est la tonalité « munichoise » du rassemblement :

« Toute cette belle réconciliation s’est faite sous le signe de Munich. Pensez donc, il y avait le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, les « mères éducatrices pour la Paix », la ligue internationale des Combattants de la Paix, bref, toutes les organisations de gauche qui depuis septembre, mènent une politique contraire à celle du parti socialiste, contraire à l’esprit de classe, contraire au véritable internationalisme prolétarien. »

Sur ce point les remarques du journal rejoignent celles du communiste Bruhat cité plus haut. Cela illustre qu’il n’est pas facile de caractériser avec précision le camp de la paix à la veille de la Seconde guerre mondiale. La commémoration du 25e anniversaire de la mort de Jaurès est cependant l’occasion de voir plus précisément les composantes, les divisions et les tensions de cet ensemble. Mais si ce portrait esquissé ici concerne essentiellement des organisations parisiennes, il est important maintenant de voir comme cet hommage se déroule localement, en prenant l’exemple de la Bretagne

Le 25e anniversaire de la mort de Jaurès en Bretagne

Pour le moment, je n’ai en réalité que peu d’éléments à ce sujet. La presse militante contient bien davantage d’informations sur la célébration du 150e anniversaire de 1789 et, de plus, les publications militantes paraissent moins régulièrement au mois d’août. Deux articles sont toutefois en lien avec Jaurès. Le Breton socialiste, le journal de la fédération du Finistère, comme chaque année à la même période, rend hommage en Une au leader assassiné. C’est un rappel très conventionnel, avec une lettre d’Anatole France, le poème d’Anna de Noailles sur « La mort de Jaurès » et deux textes, l’un concernant Jaurès, l’autre Guesde pour former un double hommage comme il est de coutume depuis plusieurs années à la Sfio. La seule allusion au débat sur le pacifisme pourrait être un ensemble de citations de Léon Blum, mais celles-ci sont choisies comme si on avait voulu contenter tous les côtés. Le second article provient de l’hebdomadaire de la fédération d’Ille-et-Vilaine l’Aurore socialiste dans son numéro du 29 juillet 1939. On peut y lire un grand article, «Le socialisme de Jaurès » qui a été écrit par Guy Lemonnier. Professeur de lettres à Brest, et membre actif de la section socialiste de cette ville, Lemonnier a toutefois gardé des liens avec les socialistes de Rennes, où il avait fait ses études. C’est en outre un partisan du courant Redressement au sein de la Sfio, c’est-à-dire la tendance qui regroupe des pacifistes intégraux. Lemonnier a, à de multiples reprises, évoqué la figure de Jaurès dans ses nombreux articles. Dans son écrit paru le 29 juillet 1939, il évoque l’ensemble du parcours du leader socialiste, en regrettant que de nombreux militants ne connaissent plus la pensée et l’action du grand tribun. Pour lui, dans ce moment de crise que traverse la Sfio, il est au contraire important de se pencher sur l’héritage jaurésien :

« Le socialisme aujourd’hui meurtri, mutilé et comme privé de son âme ne sent-il pas que rien pour lui n’est plus nécessaire qu’un retour à Jaurès ? »[10]

Mais, contrairement aux autres articles que Lemonnier écrit à la même période, il ne mentionne pas véritablement les enjeux de la paix et du pacifisme. Ce qu’il souhaite, et c’est une thématique que l’on retrouve dans de nombreux écrits militants à l’époque, c’est s’inspirer de Jaurès afin de refonder le socialisme. Pour lui, c’est en effet le guide le plus précieux. Guy Lemonnier continue dans les mois et les années qui suivent, après la défaite française de 1940, à valoriser l’héritage de Jaurès au nom de la primauté de la paix. Il le fait non plus au sein de la Sfio mais dans le cadre du parti collaborateur de Marcel Déat, le RNP, Rassemblement national-populaire qu’il essaye d’implanter en Bretagne. Ce parcours illustre la difficulté qu’il y a à étudier le pacifisme au sein du mouvement socialiste à la fin des années 30, car on a l’impression que de nombreux itinéraires ont évolué d’une manière inattendue et imprévisible. C’est pourquoi, il me semble important de tenter d’y revenir dans les billets suivants, afin d’essayer d’apporter quelques jalons à une meilleure compréhension de ce phénomène, étudié avant tout dans un cadre localisé, selon des principes proches de la micro-histoire.

Le prochain billet évoquera les travaux de l’historien Norman Ingram sur le pacifisme et sur l’histoire de la Ligue des droits de l’homme.


[1] Voir à ce sujet le livre de Vincent Duclert, Jaurès. La politique et la légende, Paris ,  Autrement, coll. « Vies parallèles », 2013
[2] Jean Bruhat, « À propos du 25e anniversaire de la mort de Jaurès », Les Cahiers du bolchevisme, n°8, août 1939, p. 1119-1147 ; citation p.1138-1139
[3] Voir à ce sujet, Jean Jaurès, Il faut sauver les Arméniens, édition établie et présentée par Vincent Duclert, Paris, éditions Mille et une nuits, 2006.
[4] Jean Bruhat, op.cit., p.1140.
[5] Ma principale source d’information sur ce point provient des articles du journal Le Populaire, des 30 et 31 juillet 1939.
[6] Si l’histoire du mouvement des anciens combattants est bien connue grâce aux travaux d’Antoine Prost, la connaissance des organisations locales en Bretagne, surtout celles qui sont en lien avec les socialistes, est encore mal connue. J’essaye dans ma thèse d’apporter quelques pistes dans ce domaine.
[7] Philippe Burrin, La Dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery, Paris, Seuil, coll.  « Points histoire », 2003.
[8] Je reviendrai dans un prochain billet sur l’ensemble de l’équipe d’Agir et ses positionnements à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
[9] « Au Panthéon, deux cortèges » Agir pour la paix, pour le socialisme, n°12, août 1939. Ce numéro est le dernier de la revue qui décide d’arrêter sa publication pour ne pas être un facteur supplémentaire de division au sein de la Sfio.
[10] Guy Lemonnier, «Le socialisme de Jaurès », L’Aurore socialiste, 29 juillet 1939.

Commémorer Jaurès à Brest en 1930

                   Ce premier billet de la série sur les pratiques militantes et culturelles de la Sfio s’attache à étudier un rendez-vous obligé dans l’entre-deux-guerres des socialistes : la commémoration de la mort de Jaurès à la fin du mois de juillet 1914. Je partirai d’un compte rendu publié dans la presse militante afin de comprendre ce que ce type de pratique apporte à l’identité militante des socialistes. Il s’agira aussi, à partir d’un objet d’étude désormais bien étudié en histoire et dans les autres sciences sociales – la commémoration-, de mettre en évidence toutes les ressources mobilisées lors de ce rassemblement, d’en comprendre le sens et d’apporter des éclaircissements, à partir d’une étude de cas, sur la signification de telles pratiques pour les militants socialistes au début des années 1930.

                Si on retient pour définition du terme de  commémoration « tout rassemblement, organisé dans l’intention d’être publicisé au-delà du cercle de ses participants, et dont un motif, au moins, est l’hommage à une ou plusieurs personnes décédées »[1], il est nécessaire de savoir comment cette pratique se décline et devient une démonstration politique pour la Sfio.

                Chaque année à la fin du mois de juillet, de nombreuses sections socialistes organisent une cérémonie pour l’anniversaire de la mort de Jaurès. Le Breton socialiste, nouvelle publication de la fédération du Finistère depuis 1929, fait le compte rendu très précis de cette manifestation[2] qui a lieu le 30 juillet 1930. C’est la salle Pelloutier de la Maison du peuple, lieu traditionnel de rassemblement et de meeting, qui accueille la réunion. A la même époque, ce siège des organisations syndicales est le lieu de confrontation et de cohabitation entre les syndicats et les organisations politiques issues du mouvement ouvrier : ainsi Daniel Guérin, à l’époque jeune militant syndical parisien, nous donne une description désabusée de la Maison du peuple brestoise en 1930 : « je tombe d’abord sur le concierge, qui est un «  autonome » [il s’agit probablement de Jean Tréguer militant libertaire brestois] : il déblatère contre le secrétaire confédéral, peste, avec encore plus d’acrimonie, contre le secrétaire unitaire. Dans le couloir, deux portes se font face : celle des frères ennemis. Ils passent chaque jour devant le portier sans lui annoncer la parole (…) Dans cette Maison du peuple, en conséquence, il n’y a plus de peuple. Je la trouve quasi morte (…)Dans la salle de réunion, les bancs sont, le plus souvent, vides. Les livres de la bibliothèque sommeillent, intouchés »[3] . Si les querelles entre confédérés, libertaires et unitaires, ainsi qu’entre socialistes, communistes et anarchistes, sont bien réelles et nombreuses, on peut toutefois constater que pour cette réunion de commémoration on assiste justement à un rassemblement plus large autour des socialistes. L’assistance est nombreuse, autour d’un millier de personnes, et plusieurs militants sont présents sur l’estrade autour des orateurs : on y voit des représentants de la maison du peuple, de la CGT confédérée, mais encore du comité de défense laïque, de la Ligue des droits de l’Homme et de l’association des blessés du poumon, autant de groupes liés au milieu partisan socialiste.

                La salle pour l’occasion a été décorée : on peut voir le buste de Jaurès, décoré de roses rouges, il y a les bannières des sections de Brest, ainsi que des banderoles reprenant des paroles de Jaurès et de Guesde. Le cérémonial semble avoir été bien préparé : la réunion débute tout d’abord par l’Internationale. Ensuite le public peut entendre le récit de la mort de Jaurès fait par Renaudel grâce à l’écoute d’un disque, dont le son est amplifié par un technicien. Ce disque appartient à une collection « La voix des nôtres » lancée par Jean Lorris en 1929 qui commercialise quelques grands discours des leaders socialistes sous cette forme. Ce discours de Renaudel, qui dure 5 minutes, relate la dernière journée de Jean Jaurès le 31 juillet 1914. Il s’agit là d’une innovation dans un meeting socialiste brestois que d’avoir mis en place l’écoute publique d’un disque de propagande. On sait qu’il y  a parfois des extraits de films qui sont projetés dans de tels meetings[4] mais on n’en retrouve trace qu’à la fin des années Trente en Bretagne.

                L’orateur principal est le député socialiste Hippolyte Masson : né en 1875, il est en 1930 député depuis 1928 de la 2ème circonscription de Châteaulin et c’est le principal leader de la fédération du Finistère. Il retrace les principales étapes de la vie de Jaurès, émaillant son discours de citations et de souvenirs personnels. Dans son discours, il insiste d’ailleurs sur des aspects qu’il juge importants pour les socialistes qui l’écoutent : il affirme avant tout l’adhésion de Jaurès à la laïcité, tant cela est déterminant pour les militants de gauche en Bretagne. Surtout, il s’en prend sans les nommer aux communistes : il faut répudier comme le faisait Jaurès « l’ouvriérisme », manière explicite de s’en prendre au PCF qui a adopté le mot d’ordre « Lutte classe contre classe » ; il faut surtout affirmer la nécessité selon Masson des « réformes graduelles ». Si Jaurès a su affirmer l’association nécessaire entre le socialisme et la république, pour le député breton, son action est toujours d’actualité et doit permettre de lutter contre les idéaux communistes. Le discours est interrompu par des applaudissements à plusieurs reprises et se termine par une «  ovation unanime et émotive » selon le compte rendu car Masson a eu du mal à prononcer son discours, amoindri qu’il était par une sciatique très douloureuse.  On perçoit ici l’importante de cette cérémonie que l’on peut nommer rituelle : Masson malgré son état se devait d’être là ; ensuite l’acte de commémoration a plusieurs fonctions. Il s’agit d’unifier les militants socialistes autour d’une figure unanime. Mais le registre commémoratif permet également de s’opposer aux communistes qui au même moment tentent de s’approprier la ferveur militante des ouvriers, à Brest comme ailleurs.

                Mais le meeting ne se termine pas encore : comme souvent à cette période, on y associe des éléments plus festifs et distrayants[5]. Ici, ce qui est mis en valeur, c’est avant tout la lutte pour la paix que le leader socialiste a pu mener jusqu’à sa mort.

                On trouve dans cette réunion deux types de spectacles : tout d’abord des chansons et ensuite une pièce de théâtre. Le meeting a été ouvert au chant de l’Internationale, qui n’est pas réservé comme semble le croire P.Cossart dans son étude sur le meeting politique aux seuls rassemblements communistes. Mais ce sont ensuite « des chants réalistes, glorificateurs de la paix et du travail » qui succèdent à l’allocution du député Masson.  C’est avant tout un répertoire datant d’avant 1914 qui est mis ici en valeur : ainsi le secrétaire de la section socialiste de Brest Joseph Le Meur, qui appartient à la gauche du parti, entonne devant l’auditoire deux chansons « Si les métaux parlaient » et « Guerre à la guerre ». Elles ont été écrites par le chansonnier Robert Guérard et le second chant, datant de 1912, est populaire chez les militants antimilitaristes et pacifistes[6]. Selon le Breton socialiste, le public a d’ailleurs repris en chœur le refrain de cette chanson «  debout, guerre à la guerre ! ». Il n’est d’ailleurs pas anodin que de telles chansons animent cette réunion : datant d’avant 1914, elles perpétuent une mémoire des luttes communes ; illustration du traditionnel antimilitarisme du mouvement ouvrier, elles ont reçu un nouveau sens après la Première Guerre mondiale et alimentent un pacifisme de plus en plus rassembleur. Surtout, et peut-être n’est-ce pas un hasard que le « chanteur » soit Le Meur, lui qui est revenu à la Sfio en 1928 après avoir rejoint les rangs du communisme, ces chansons sont antérieures à la séparation de 1920 et peuvent concrétiser le mythe de l’unité au sein du mouvement ouvrier, ici à l’avantage de la Sfio.

                La dernière partie du meeting peut avoir le même objectif : une pièce de théâtre est proposée aux spectateurs. Il s’agit d’une pièce anticléricale « La Pieuvre » qui a été mise en scène par le militant anarchiste René Martin et qui est jouée par des acteurs de la troupe de la Maison du peuple. On connaît l’activité de cette troupe de théâtre social grâce aux mémoires d’un des acteurs, militant anarchiste brestois, René Lochu[7]. Sur ce point, je ne suis pas d’accord encore une fois avec l’étude de P.Cossart qui semble voir dans l’entre-deux-guerres  comme une nouveauté la représentation de pièces de théâtre dans les meetings. Le théâtre social lié au mouvement ouvrier est bien antérieur comme la thèse de Marjorie Gaudemer l’a démontré[8]. Il n’est peut-être pas non plus un hasard que les organisateurs de la commémoration de la mort de Jaurès aient choisi d’inclure une représentation théâtrale : Jaurès en effet écrit à plusieurs reprises sur les rapports entre le théâtre et le socialisme en expliquant par exemple en 1900 l’importance du théâtre de contestation sociale et  que « sous cette forme variée, multiple, se prépare, en effet, une sorte de renouvellement socialiste du théâtre »[9]. Il me semble également essentiel de souligner que la troupe qui joue ce soir-là est composée de militants libertaires et donc cela illustre une certaine union entre eux et les socialistes, ce qui se retrouve à de multiples reprises dans l’entre-deux-guerres même si les militants libertaires sont de moins en moins nombreux. Et c’est aussi une telle unité, impossible à la même période avec les communistes, qui est finalement mise en valeur dans le compte rendu du journal militant puisqu’il est dit que «  de nouvelles occasions se représenteront pour célébrer dignement d’autres événements mémorables pour le prolétariat mondial ».

                Je voudrais enfin insister sur deux aspects avant de terminer ce billet : tout d’abord ce type de commémoration sous cette forme me semble être au cours des années trente être amené à disparaître. En effet, on assiste dans la période suivante à de nombreuses autres innovations, à une nouvelle organisation des meetings et des commémorations et cet exemple de 1930 me semble être l’aboutissement d’un registre commémoratif amené à disparaître. On perçoit déjà ici une superposition des registres, entre une représentation théâtrale et des chants qui se placent dans la tradition militante d’avant 1914 et l’utilisation d’un moyen moderne de communication et de propagande, à savoir l’écoute amplifiée d’un discours  grâce à un disque et à un phonographe. C’est le sujet des prochains billets que de mettre en évidence ces innovations dans les pratiques militantes socialistes. L’autre élément qui me semble important à retenir est la mise en évidence d’une cérémonie parfaitement organisée et ritualisée. Il s’agit dans ce cadre d’organiser une commémoration produisant un effet collectif qui renforce la cohésion militante. On assiste donc à la mise en évidence d’un « rituel » qui me semble devoir être analysé plus encore. Chanson au début et à la fin, écoute attentive de discours, pratiques collectives d’approbation, tout cela peut par exemple faire penser à des cérémonies religieuses. Si on ajoute que lors de la réunion, des quêtes furent organisées avec des militantes passant dans les rangs, on peut au moins s’interroger sur le mimétisme avec l’organisation d’une messe catholique, et peut-être aussi utiliser la notion de «  transfert de foi ». J’y reviendrai dans le dernier billet de cette série sur les pratiques militantes et culturelles des militants socialistes bretons.


[1] Article « Commémoration » in O.Filieule, L.Mathieu et C.Péchu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po., 2009, pp. 116-123.

[2] « Anniversaire de la mort de J.Jaurès » Le Breton Socialiste, 9 août 1930.

[3] Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée, Paris, Actes Sud, coll. «Babel-Révolutions », 1997, rééd., pp45-46

[4] P.Cossart évoque une telle pratique lors d’un meeting commémorant la mort de Jaurès à Lyon en 1931. Voir P.Cossart, Le meeting politique de la délibération à la manifestation (1868-1939), Rennes, PUR, 2010, p.261.

[5] P.Cossart dans son étude déjà citée montre que les meetings des années de l’entre-deux-guerres sont souvent associés à des pratiques de divertissement. C’est le cas en particulier dans le chapitre 6 «  le meeting, vitrine du parti », op.cit, pp. 239-268. Les travaux de P.Cossart méritent toutefois d’être nuancés car je trouve que les évolutions importantes des pratiques militantes et culturelles  durant les années Trente ne sont pas réellement perçues : l’un des objectifs de cette série de billets en cours est justement de montrer que les militants socialistes recourent à un nouveau répertoire de pratiques au cours de ces années, tant le contexte change rapidement. J’y reviendrai dans le billet consacré aux travaux de Serge Tchakhotine.

[6] Sur ce sujet, R.Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire, de la Commune au Front populaire, Paris, éditions ouvrières, 1990. On y retrouvera la partition et les paroles de « Guerre à la guerre, marche humanitaire » p.207. Sur le même sujet, bien que concernant une période antérieure, on peut lire avec profit l’étude de P.Darruilat, La muse du peuple. Chansons politiques et sociales en France 1815-1871, Rennes, PUR, 2011.

[7] R.Lochu, Libertaires, mes compagnons de Brest et d’ailleurs, Quimperlé, éditions La Digitale, 2007. Ce texte autobiographique est très précieux sur le mouvement ouvrier brestois des années Trente.

[8] M.Gaudemer, Le Théâtre de propagande socialiste en France, 1880-1914, thèse d’études théâtrales, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, 2009. Voir également son article « Le théâtre socialiste dans le nord de la France avant 1914 » consultable ici :http://www.erudit.org/revue/annuaire/2006/v/n39/041640ar.pdf

[9] J.Jaurès « Le théâtre social » [1900] in C.Meyer-Plantureux, Théâtre populaire, enjeux politiques de Jaurès à Malraux, Bruxelles, Complexe, 2006, p.83.