Archives du mot-clé Jean-Louis Rolland

Du bruit dans Landerneau autour du monument aux morts (11 novembre 1929)

La période autour du 11 novembre revêt un caractère un peu particulier lorsque l’on mène un travail de recherche portant sur la Première Guerre mondiale. C’est encore plus vrai cette année, où les cérémonies rappelant l’armistice participent à l’ouverture officielle de la commémoration de 14-18. Mais c’est encore le cas avec les troubles qui ont eu lieu lors de la cérémonie à l’Arc de Triomphe de ce matin. Plutôt que de s’attarder sur la signification de ces perturbations fomentées par quelques franges extrémistes de mouvements hostiles au gouvernement actuel, il paraît plus utile de rappeler que les cérémonies du 11 novembre n’ont pas toujours été unanimes et n’ont pas toujours fait l’objet de cette union républicaine qui malheureusement semble faire défaut parfois en France. Ainsi dans l’entre-deux-guerres, il n’est pas rare de voir des commémorations locales de la fin de la Grande Guerre particulièrement agitées.

Du bruit dans Landerneau

Ce fut le cas à Landerneau le 11 novembre 1929. Le nouveau maire fraichement élu, Jean-Louis Rolland, militant de la SFIO,  doit présider aux cérémonies officielles de sa commune. Les opposants au maire socialiste font tout depuis leur défaite pour décrédibiliser J.L. Rolland en lui organisant une série de procès en légitimité à tous les rassemblements officiels. Le maire avait ainsi annoncé quelques jours auparavant qu’il refusait que la musique du patronage catholique de la ville ouvre le défilé comme cela se faisait du temps où la droite était aux commandes de la ville. Cela avait été décidé au nom du respect de la laïcité. Même si cette décision avait suscité quelques remous, le directeur de ce patronage avait donné son accord, mais le jour même, la situation devient plus confuse. Finalement, passant outre la décision officielle, le patronage catholique prend la tête du défilé, avec des conseilles de droite bien visibles et des religieux. Parmi eux on peut voir également des anciens combattants de l’UNC.

Mis devant le fait accompli, J.L.Rolland réagit en essayant de faire appel à la police  mais il a également le souci de mener à bien le défilé aux monuments aux morts. Là, de nouveaux incidents éclatent : le maire dans son discours «  déplore que cette journée de deuil et de recueillement ait été troublée par le bruit d’une fanfare »[1]. C’est l’occasion pour certains extrémistes de droite d’insulter le nouveau maire socialiste : «  Hou, hou, ta gueule ! Ta gueule ! Ferme ça » hurle-t-on selon le rapport du commissaire de police. Comme il s’agit du 11 novembre, les partisans du maire ne réagissent que peu et attendent avec impatience la fin de la cérémonie, mais les adversaires montrent quant à eux qu’ils souhaitent en venir aux mains.

Cet épisode de la vie locale me semble avoir plusieurs significations qu’il est intéressant d’aborder aujourd’hui, en faisant peut-être aussi apparaître quelques éléments de concordance des temps comme pourrait le dire l’historien Jean-Noël Jeanneney.

Une vie politique locale « brutalisée » ?

Ce qui frappe tout d’abord, c’est le choix de ce jour de recueillement pour faire une manifestation d’hostilité. Cela montre que pour les opposants à J.L.Rolland, celui-ci n’a pas la légitimité nécessaire. La droite landernéenne n’accepte pas, en effet, la défaite aux municipales et n’a de cesse de critiquer le nouvel élu. Selon la presse locale de la droite catholique, c’est d’ailleurs lui qui est « sectaire », contre l’Union sacrée ; il a même un comportement de tyran selon eux ![2] Mais surtout, J.L.Rolland est un socialiste – un ancien communiste qui plus est – et il apparaît que pour eux, un socialiste ne peut pas être maire de Landerneau. Rolland, de son côté, met en avant son expérience d’ancien combattant face aux manifestants hostiles et se place dans la stricte légalité. Mais puisqu’il fait appel aux forces de l’ordre, il est vu comme un tyran par la droite réactionnaire.

A moyen terme, cette manifestation illustre le début d’une mobilisation collective de la droite réactionnaire et catholique dans toute la région. Landerneau connaît en effet d’autres troubles organisés par ces opposants, qui ont pour chef de file le leader des Croix de Feu, de plus en plus influent, le commandant Leclerc. C’est en ça également que les échauffourées du 11 novembre 1929 sont importantes à analyser. Durant toutes les années Trente, on assiste à une série de mobilisations de la droite de plus en plus sensible à l’emploi de la pression physique et de la violence : catholiques, réactionnaires, militants paysans et partisans de l’extrême droite se rassemblent pour lutter contre la gauche qui en plus nationalement accède au pouvoir en 1936. Derrière le raout du 11 novembre 1929, il y a selon le commissaire de police  le Croix de feu Leclerc qui devient l’ennemi personnel de J.L.Rolland et cela pour de nombreuses années.

De mon côté, ce sont davantage les réactions des socialistes face à cette droite réactionnaire qui m’intéressent. Mais il est évident que pour bien étudier les ripostes de la SFIO face à la droite, il est nécessaire de bien connaître ces mobilisations menées par Leclerc et ses partisans. Plusieurs études historiques me sont utiles sur ce point, comme le livre de David Benssoussan, Combats pour une droite catholique et rurale[3]. Toutefois en ce qui concerne l’étude de l’utilisation de la violence dans l’affrontement droite-gauche dans les années Trente en Bretagne, cette étude, si précieuse par ailleurs, ne me semble pas fournir les  données suffisantes. Peut-être faut-il sur ce point aller lire l’historiographie anglo-saxonne sur les droites françaises dans les années Trente qui ose davantage remettre en perspective l’anti-républicanisme de ce courant et sa sensibilité aux idéologies d’extrême droite, voire même son adhésion au fascisme. Nombreux en effet sont les manifestants hostiles à J.L.Rolland ce 11 novembre 1929 qui se retrouvent aux commandes de la ville durant l’Occupation allemande, toujours sous la houlette du commandant Leclerc. Une telle continuité mérite d’être soulignée même si elle n’a pas un caractère automatique, tout comme on peut penser que les manifestants d’aujourd’hui s’avancent à grand pas vers une conception de la politique ne respectant plus le consensus démocratique et républicain. En tout cas  aujourd’hui pour reprendre les mots du maire socialiste de Landerneau en 1929, « deuil et recueillement» n’ont malheureusement pas été respectés.


[1]  Archives départementales du Finistère, 1M87, rapport de police du 11 novembre 1929.

[2] L’événement est rapporté par toute la presse locale, que l’on peut consulter en ligne sur le site des Archives du Finistère.

[3] D.Benssoussan, Combats pour une droite catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006.

« Quand quelqu’un frappe à la porte »: la mairie socialiste de Landerneau et les réfugiés espagnols (1937-1939)

Si le gouvernement du Front populaire ne s’engage pas véritablement dans la guerre d’Espagne qui divise ce pays entre partisans du Frente populare et nationalistes réunis autour de Franco, le conflit a toutefois des conséquences nombreuses sur la vie politique nationale et locale en France. Ce fut tout d’abord un point de division important entre la gauche et la droite, mais aussi entre les différentes composantes du Front populaire. De plus, des milliers de réfugiés sont accueillis dans les départements proches de la frontière, mais aussi plus largement dans toutes les régions françaises. La présence de ces réfugiés, rendant plus concrète les horreurs de cette guerre civile, a suscité des réactions contrastées, de l’hostilité affirmée à l’expression d’une solidarité toujours plus chaleureuse. Même dans un département aussi éloigné de l’Espagne que le Finistère des réfugiés sont accueillis entre 1937 et 1939. Quelques sources[1] permettent ainsi  de reconstituer l’histoire de ces Espagnols accueillis dans la petite ville de Landerneau dirigée dans les années Trente par le socialiste Jean-Louis Rolland.

L’accueil des réfugiés

"Pour les gosses d'Espagne" Le Breton socialiste, 5 juin 1937
« Pour les gosses d’Espagne » Le Breton socialiste, 5 juin 1937

Landerneau connaît deux vagues d’arrivée de réfugiés espagnols en juin 1937 puis en février 1939. Cela correspond à deux offensives des nationalistes : la première est la résultant de l’offensive franquiste sur le pays basque et les Asturies, la seconde coïncide avec l’attaque générale de la Catalogne. Les premiers arrivants de 1937 sont hébergés dans deux locaux appartenant à la ville. Près de 150 réfugiés sont sous la responsabilité de la mairie socialiste, ce qui dépasse de très loin les capacités d’accueil de la petite commune. Une solution transitoire est trouvée lorsque le maire décide de les recevoir dans la colonie de vacances du Quelern dans la presqu’île de Crozon, que la ville loue pour ses œuvres de bienfaisance. Mais là aussi les places manquent. C’est le préfet du département qui gère la répartition des réfugiés dans les communes du Finistère : 1700 réfugiés doivent être accueillis dans le département. Mais cette mission est délicate car de nombreux maires refusent tout net de recevoir des réfugiés. Du coup, ce sont les mairies qui acceptent qui doivent de plus gérer le flux de réfugiés supplémentaires. Plusieurs édiles conservateurs ont ainsi mis leur démission dans la balance pour ne pas suivre les ordres du préfet. Une campagne de presse se développe d’ailleurs dans les journaux de droite : les Espagnols seraient des fauteurs de troubles, des combattants armés, pire encore des « fils de rouges » ou des vecteurs de maladie. Il ne faut pas recevoir en France ces Espagnols affublés de tous les défauts selon eux.

Les premiers réfugiés de Landerneau sont rapatriés au début de l’année 1938, ils sont donc restés près de six mois à la charge de la commune. Mais en février 1939, un second exode a lieu, avec encore plus de réfugiés. La commune doit accueillir cette fois-ci 200 Espagnols. Leur présence est plus longue puisque dans les premiers temps de la guerre qui début en septembre 1939, on peut découvrir dans les archives qu’ils sont encore présents dans la commune. Mais ensuite on perd leur trace.

Tentative de portrait collectif des réfugiés

C’est le préfet du Finistère qui apporte une première réponse :

«  Je vous confirme qu’il s’agit de malheureux, femmes et enfants, victimes depuis plus d’un an des atrocités de la guerre civile. »[2]

Mais la presse xénophobe et hostile au Front populaire affirme au contraire que ce sont des hommes en âge de combattre, des soldats dangereux, des communistes armés qui risquent d’exporter la guerre civile en France. On possède pourtant, grâce aux archives communales, des données statistiques qui contredisent ces affirmations.

On ne trouve que des femmes et des enfants, souvent d’ailleurs ce sont des familles. Il y a aussi quelques femmes âgées. Il n’y a aucun homme en âge de se battre, l’enfant de sexe masculin le plus vieux ayant 12 ans. Ils sont auscultés de près par une équipe médicale mais on ne décèle aucune carence ou maladie. Ce n’est pas le cas en 1939 où les nouveaux réfugiés accueillis sont dépourvus de tout, souffrent de plusieurs maladies comme la gale. Plusieurs actions sont menés afin de les occuper dans la journée, on tente même de reconstituer des activités scolaires pour les enfants.

Quelles réactions dans la population ?

C’est l’Etat qui prend en charge l’accueil des réfugiés. Des indemnités sont allouées et elles sont à Landerneau gérées par la caisse des écoles qui procure également les locaux d’accueil. Là encore, la presse réactionnaire se déchaine et affirme que les Espagnols ont droit à davantage d’aides que les Bretons de pure souche. Mais les signes de solidarité sont aussi très présents : la mairie lance des appels à des dons qui sont entendus : des vêtements chauds sont récupérés, des dons de toute nature également surtout de la nourriture. Les organisations syndicales prennent en charge également des réfugiés et 11 familles landernéennes se proposent pour accueillir chez elles des réfugiés.

Le maire Jean-Louis Rolland fait tout son possible pour gérer l’afflux de ces Espagnols dans sa commune. Il apporte personnellement son aide et s’oppose surtout au discours xénophobe de la droite. Bien que pacifiste et hostile à une intervention de la France dans ce conflit, il aide au mieux fidèle en cela à ses convictions humanistes. C’est aussi le cas lorsqu’il faut accueillir d’autres réfugiés comme des Juifs d’Allemagne : on retrouve en effet dans les archives de nombreuses lettres dont lesquelles il demande à l’Etat d’accepter la présence de ces réfugiés. Sans doute y avait-il profondément ancré chez ce maire socialiste l’idée de générosité et la volonté d’aider au mieux ses semblables. On peut même penser qu’un sentiment de dette était présent. En effet, comme l’écrit Jean-Pierre Vernant :

« Le sentiment de dette demeure néanmoins chez un grand nombre de gens, sous des formes variées. Germaine Tillion avait raison de dire récemment, lors d’une émission télévisée, que lorsque quelqu’un frappe à la porte, il y a ceux qui ouvrent et ceux qui n’ouvrent pas. Celui qui ouvre, c’est celui qui se sait en dette. »[3]


[1] La plupart des informations mentionnées ici proviennent des archives municipales de Landerneau, série 2I2, réfugiés espagnols, 1937-1939.

[2] Lettre du préfet aux maires du département, 4 août 1937.

[3] J.P.Vernant, Entre mythe et politique, Paris, Seuil, collection points, p.628.

L’agent Émile,ou esquisse du portrait d’un socialiste résistant

Aujourd’hui on commémore la création du Conseil National de la Résistance sous la direction de Jean Moulin. Il a été au début des années Trente sous-préfet de Châteaulin dans le Finistère et la biographie que lui consacre Daniel Cordier mentionne quelques épisodes de sa vie dans cette petite sous-préfecture de Bretagne. Mais ce n’est pas l’objet de ce billet. Mon sujet de thèse se termine en juillet 1940, date à laquelle le régime républicain disparaît. Et pourtant, l’attitude des socialistes bretons durant la Seconde Guerre est un sujet qui m’interpelle. Un des fondements de mon travail est en effet d’essayer de mieux comprendre l’importance du pacifisme dans la culture militante de ces militants qui dans la Seconde Guerre mondiale ont ensuite eu des parcours diversifiés. Surtout ces parcours ne semblent pas obéir à des logiques préconçues, à des déterminismes que l’on pourrait résumer en quelques mots. Certains socialistes participent à la collaboration de manière active, d’autres se taisent, d’autres encore essayent de maintenir une identité socialiste clandestine alors que quelques-uns, plus rares, au moins au début, participent activement à la Résistance. S’interroger sur cette multiplicité des parcours possibles afin d’y déceler quelques explications me semble être un problème historiographique important. Peut-être aurais-je l’occasion de l’aborder plus tard, mais je voudrais surtout évoquer ici le parcours d’un responsable socialiste plusieurs fois déjà mentionnés, Jean-Louis Rolland, l’agent Émile dans la Résistance[1].

Jean-Louis Rolland, un élu socialiste dans la guerre

Député de Brest depuis 1936, maire de Landerneau depuis 1929, il est un des élus socialistes les plus en vue en Bretagne avant guerre. Profondément pacifiste et lié au courant de Paul Faure, pour qui le pacifisme semble un principe essentiel primant sur les autres valeurs socialistes, il fut munichois comme son ami Louis L’Hévèder, qui explique à maintes reprises son positionnement dans la presse locale et nationale du parti. Pourtant, lors du vote du 10 juillet 1940 contrairement à ce dernier, Rolland vote contre, rejoignant une petite minorité d’élus, les fameux Quatre-vingts, qui n’ont pas accepté la disparition des institutions républicaines et la mainmise de  Philippe Pétain sur la république. À partir de là, Jean-Louis Rolland s’engage de plus en plus fermement dans une hostilité au nouveau régime.

Il est dans un premier temps maintenu à son poste de maire, mais plusieurs conseillers socialistes sont remplacés par des personnes en phase avec le nouveau régime. C’est en particulier le cas des nouveaux conseillers affilié à l’Office central de Landerneau, très proche dans les années Trente du mouvement de Dorgères. Il y a chez eux un vrai esprit de revanche orchestré par le préfet du Finistère qui signale dès les premiers mois du nouveau régime le peu d’estime qu’il a pour le député-maire socialiste. Mais Rolland tente de préserver une marge de manœuvre au sein du conseil municipal, usant par exemple de phrases à double sens dans les délibérations du conseil municipal, pratiquant une politique de « l’épaule froide » avec les autorités de Vichy et les occupants. Mais le 31 mars 1942, suivant en cela plusieurs autres élus du département, il est provisoirement suspendu de sa fonction de premier magistrat de la ville. Son successeur inscrit son action dans la droite ligne de Vichy.

C’est que Rolland est en contact depuis plusieurs mois avec des groupes de résistants. On connaît peu – et ce serait un travail important à faire que de retracer cette histoire – l’action des socialistes bretons entre 1940 et 1942-1943. On sait seulement qu’autour de Tanguy-Prigent, l’autre ancien parlementaire socialiste du département, s’est organisé un ensemble de groupes dont la logique est la lutte contre le nouveau pouvoir et l’occupant, même si parfois de telles structures sont tolérées par la préfecture : c’est en particulier le cas de regroupements agricoles dont la fonction officielle semble la défense des intérêts des paysans mais dont l’action réelle vise à sabrer les fondements idéologiques de Vichy.

Jean-Louis Rolland, selon des documents postérieurs, appartient à un réseau résistant à partir du 1er septembre 1942, mais on sait que de telles dates que l’on trouve dans les documents de liquidation du réseau, sous forme de fiches personnelles, sont souvent arbitraires. Quoi qu’il en soit l’ancien maire de Landerneau est membre du réseau Jade-Fitzroy, qui agit avant tout dans le renseignement pour les Britanniques et l’accueil d’aviateurs alliés. Il est également membre du mouvement de résistance Libération Nord, dont un des premiers organisateurs fut Tanguy-Prigent, et qui rassemble une bonne partie des socialistes résistants. Il a par contre refusé d’être membre de Défense de la France, mouvement actif à Brest, préférant sans aucun doute s’associer à ses anciens camarades socialistes et syndicalistes au sein de Libération-Nord.

La Résistance

Dans un premier temps, Rolland est l’agent Émile, agent P1 du réseau, c’est-à-dire qu’il n’est pas clandestin, qu’il garde une vie familiale, et qu’il sert avant tout d’agent de liaison et héberge les aviateurs alliés tombés sur la zone. On dispose du propre témoignage de Rolland sur cette action :

« En bref, la filière employée consistait à recevoir des aviateurs tombés sur différents points du territoire, à assurer leur hébergement chez des patriotes résistants éprouvés, en attendant d’assurer leur acheminement vers l’Angleterre. »[2]

L’action de ce réseau nécessite une organisation très hiérarchisée et efficace puisque les aviateurs sont un élément précieux pour les Alliés qui cherchent à les récupérer le plus rapidement possible. Mais la participation de Rolland est difficile car selon un des chefs du réseau Jade Fitzroy «  tout le monde le connaissait à Landerneau »[3] et les soupçons sur son action résistante étaient nombreux. Pour amener les pilotes vers la côte nord du département, endroit à partir duquel ils étaient ensuite rapatriés par bateau, l’ancien maire possédait des fausses cartes d’identité qui portaient souvent la mention «  sourd-muet » afin d’éviter d’attirer des questions. Il bénéficiait aussi de la complicité d’une importante partie de la population, ainsi que de gendarmes eux-mêmes membres de Libération-Nord.

Ce mouvement a été l’un des plus importants dans le département, et à partir de 1943, il est de plus en plus structuré. Après la constitution du CNR en mai de cette année, une première ébauche d’un comité de libération du département se met en place en juillet. Il est dirigé par un ancien socialiste Louis Dupoux, qui semble avoir été placé à ce poste par Jean-Louis Rolland. Ce dernier a un rôle décisionnel au sein du mouvement, sans que l’on sache véritablement pour le moment son champ d’action.

L’arrestation

Le Finistère Libéré, 26 août 1944
Le Finistère Libéré, 26 août 1944

En février 1944, Rolland a pour mission d’entrer en contact avec des officiers de marine à Brest afin de préparer la libération, ce qui montre que de nombreux militaires changent de camp à ce moment. Mais deux jours après cette rencontre, il est appréhendé par la police allemande, on retrouve à son domicile des faux papiers, des documents militaires et des tracts socialistes ; plusieurs responsables résistants sont aussi arrêtés. On sait  que l’arrestation repose sur une dénonciation dont on connaît l’origine : elle provient d’un petit groupe de militants d’extrême droite hostile au socialiste depuis l’entre-deux-guerres.

Rolland est amené à la prison de Brest, les cellules sont dans le noir complet, la détention dure jusqu’en juin 1944 ; là, il est amené au camp Marguerite de Rennes. Et le socialiste, dans un grand baraquement où 150 prisonniers sont rassemblés, tente de garder confiance pour lui et ses camarades :

«  Malgré notre internement et notre avenir incertain, Jean-Louis avait gardé sa bonne humeur, toujours affable, il nous a gardé le moral.»[4]

Le 2 août 1944, les prisonniers sont évacués par le train vers une destination inconnue. Le convoi de 51 wagons subit les bombardements alliés puisque les Américains sont au même moment aux portes de Rennes. Des prisonniers réussissent à s’évader, comme le résistant socialiste qui est touché par une balle lorsqu’il saute du train. Il n’est pas repris mais la grande majorité des prisonniers est elle rassemblée à nouveau dans le train qui s’achemine ensuite vers le camp de concentration de Dachau. Jean-Louis Rolland, lui le fervent anticlérical d’avant-guerre, ne peut trouver refuge que dans un couvent ! Ce couvent subit d’ailleurs un bombardement et il est grièvement blessé à la jambe. Il n’assiste donc pas à la libération de la Bretagne et de sa ville natale, Landerneau, qui est libérée le 10 août 1944. Il revient seulement le 30 octobre 1944 après avoir été soigné. Toute sa vie durant, il garde une grande douleur à la jambe après sa blessure mal guérie. On peut le voir sur des photos lors de la visite du général de Gaulle le 22 juillet 1945 dans le département : on le voit très droit, très fermé, près de de Gaulle. Je sais par des témoignages postérieurs qu’il souffrait énormément de sa blessure à ce moment, presque à en avoir un évanouissement. J’ai sur mon bureau une de ces photographies. Aujourd’hui, où l’on commémore les 70 ans de la création du CNR, mais où on assiste également à une récupération honteuse de l’héritage de la Résistance par certains manifestants qui semblent décidément ne pas avoir beaucoup de culture historique, il me paraissait important d’évoquer un peu de l’action de ces femmes et de ces hommes qui ont participé à la Libération.


[1] Jean-Louis Rolland a une autre identité clandestine : Lecorre, comme le « cor de Roland ».

[2] Lettre de J.L.Rolland, 6 avril 1970, fonds Huguen, Archives départementales des Côtes d’Armor.

[3] Lettre de Pierre Hentic, 25 février 1995.

[4] Témoignage de F.L’Azou, dossier Rolland, Archives municipales de Landerneau.