Archives du mot-clé Le Febvre

«Il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti »

Lalou, un ouvrier morlaisien mort lors de la bataille de la Marne ( Source : le site « Mémoire des Hommes »)

Un des petits plaisirs de la recherche lorsqu’on arrive à la rédaction de la thèse est de réussir à recouper des informations pour reconstituer des portions d’histoire et avancer dans la réflexion ; c’est aujourd’hui le cas. Je m’occupe plus particulièrement en ce moment des réactions des militants socialistes durant les premiers mois de la guerre. Nombreux sont dans cette période les soldats qui meurent au combat. Nombreux sont aussi les militants ouvriers qui en conséquence disparaissent des archives sans laisser de traces alors qu’ils commençaient à participer aux actions syndicales ou politiques au sein du mouvement ouvrier juste avant 1914. La Grande Guerre a bien souvent balayé tout cela, fauchant de nombreux jeunes socialistes et saignant à blanc l’ensemble du mouvement ouvrier, comme le reste de la société française. Au mieux, on retrouve leur nom dans la presse militante qui mentionne leur mort, mais dans la majorité des cas ils disparaissent ensuite de la mémoire du mouvement ouvrier sans laisser de traces.

Mais parfois on arrive à retrouver quelques bribes de cette mémoire malmenée par les années de guerre. Cela permet même de mieux comprendre les réactions des socialistes dans ces premiers mois d’une guerre qu’on espérait courte.

Dans les archives d’Yves Le Febvre, l’un des plus fervents bâtisseurs du socialisme en Bretagne avant 1914, on retrouve ainsi un discours, ou plutôt un brouillon de discours qu’il a prononcé à cette période. La date nous est inconnue mais ce brouillon est intitulé « Discours sur la tombe d’un jeune ouvrier morlaisien tué lors de la bataille de la Marne ». Malheureusement l’écriture de Le Febvre, d’autant qu’il s’agit d’un brouillon, ne permet pas de lire le nom de l’ouvrier en question. On perçoit facilement son prénom qui est Christian, mais le nom est illisible, « Valon» ? « Ralou» ? Impossible de déchiffrer. Impossible jusqu’à ce que ce matin je m’y attelle avec une idée nouvelle.

Le site «  Mémoire des hommes » répertorie l’ensemble des soldats tués durant la Première Guerre mondiale, mais pour interroger la base, il faut bien sûr avoir le nom de celui qu’ on cherche. Alors j’ai essayé une petite dizaine de noms, mais je n’ai obtenu aucun résultat. Et puis enfin j’ai eu une idée : entrer dans la base le prénom que je pouvais certifier être Christian, en espérant qu’il ne s’agissait pas d’un deuxième ou troisième prénom, ainsi que le département et entrer seulement la première lettre pour le nom, A, puis B, puis C, etc. Cela fonctionne : en interrogeant ainsi la base on obtient des résultats. Et arrivé à la lettre L, la réponse a été « Christian Lalou » mort le 15 octobre 1914. Voilà, c’était lui.

Que dit Le Febvre lors des funérailles ? Lalou était syndiqué, coopérateur à Morlaix. Il était aussi membre de la Sfio et le brouillon du discours indique «  socialiste et internationaliste, il a donné son sang pour la patrie française » en précisant qu’ «  il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti ». Yves Le Febvre, qui a quitté à cette date la Sfio mais reste attaché à la gauche, mentionne dans ce discours toutes les raisons qui expliquent pourquoi l’ensemble du mouvement ouvrier doit participer à l’Union sacrée pour défendre la France contre l’Allemagne.C’est évidemment un document important dans ma recherche, d’autant que le discours comporte 5 feuillets.

Surtout, je sais maintenant un peu mieux qui était ce jeune Morlaisien tué à la Marne : Christian Lalou, né en 1885, était soldat au 219e régiment d’infanterie. Il est mort suite à ses blessures le 15 octobre 1914. Dans mes sources, je n’ai pas d’autre discours en entier prononcé lors des funérailles d’un militant socialiste durant les premiers mois de la Première Guerre mondiale. Voilà pourquoi l’indentification de cet ouvrier me paraissait importante. L’enquête et la rédaction peuvent se poursuivre.