Archives du mot-clé manifestation

Ceci n’est pas du fascisme: observation ethnographique d’une manifestation

"Reconstitution" de Ph.Artières comme une source d'inspiration.
« Reconstitution » de Ph.Artières comme une source d’inspiration.

Une partie importante de ma recherche concerne les mobilisations collectives de l’entre-deux-guerres auxquelles des militants socialistes ont participé. Souvent se posent pour eux la question de la violence comme moyen d’action : son recours est alors bien plus rare qu’avant 1914, puisque l’ensemble de la Sfio s’inscrit plutôt dans un mouvement de participation active à la vie politique dans la période suivant la Grande Guerre, ce qui passe par une exclusion de la violence perçue comme anti-démocratique et par l’utilisation de pratiques partisanes régies par un processus pour employer l’expression de Norbert Elias de «civilisation des mœurs ». Pourtant dans le contexte particulier des années Trente, la question de la violence doit être réexaminée à l’aune de nouvelles considérations : face aux ligues d’extrême droite qui utilisent tout un répertoire d’actions marquées par le sceau de la violence, les militants socialistes doivent expérimenter de nouveaux moyens de riposte ; c’est le « socialisme actif » dont parle Serge Tchakhotine qui doit faire face à ce que les socialistes nomment le fascisme, et l’utilisation de moyens d’actions physiques ne sont dès lors plus exclus. On peut particulièrement le voir avec la mobilisation organise par Tanguy Prigent pour faire faire aux chemises vertes qui essayent de trouver du soutien à leur idéologie d’extrême droite dans les campagnes bretonnes.

Je fais cette remarque liminaire pour expliquer que je m’intéresse en conséquence à l’étude des manifestations violentes du point de vue historique. Mais se retirer du présent est toutefois difficile, et comme à d’autres reprises, je voudrais dans ce billet partir de l’actualité afin de progresser dans mon travail de rédaction de thèse. Il m’est en effet impossible de considérer que pour faire de l’histoire, il soit nécessaire de rester sourd et aveugle à la situation présente. On peut même penser que les frontières poreuses entre le passé et le présent, la dynamique d’une concordance des temps mobilisée pour mieux comprendre les deux époques, ou plus largement le travail par analogie, sont autant d’outils utiles à l’élaboration d’un récit historique plus pertinent.

Même si cette question mériterait un examen bien plus approfondi, je souhaite davantage faire part d’un retour d’expérience : puisque j’étudie des manifestations violentes fomentées par les ligues d’extrême droite, pourquoi ne pas aller voir de telles manifestations actuelles ? En effet, la loi sur le mariage pour tous, adoptée depuis seulement quelques minutes au moment où j’écris ses lignes, a suscité des réactions nombreuses dont plusieurs ont consisté en des manifestations où les débordements furent nombreux. Au lieu de condamner les violences, on a pu entendre plusieurs responsables politiques soutenir, au moins à demi-mot, de tels débordements. Il m’a paru donc utile d’aller voir par moi-même.

« J’aurais dû mettre une soutane »

Non il ne s’agit pas du tout pour moi de ridiculiser les manifestants qui ont participé à la mobilisation du dimanche 21 avril 2013.  C’est tout simplement une réflexion que je me suis faite en pensant au livre de l’historien Philippe Artières Vie et mort de Paul Gény[1]. Ce récit retrace l’enquête de l’auteur à Rome à propos du meurtre de son grand-oncle philosophe jésuite. Ce formidable livre d’histoire – et j’insiste sur le dernier terme ! – débute par l’achat d’une soutane, sans que l’auteur d’ailleurs ne sache vraiment répondre à la question du pourquoi. Dans un autre livre[2], pendant du premier, on peut d’ailleurs voir l’auteur, habillé de cette soutane, allant jusqu’à reconstituer le meurtre de Paul Gény. Je ne sais pas encore pourquoi mais ces livres m’ont beaucoup plu, non pas d’un simple point de vue esthétique ou émotionnel, mais parce qu’il touche du doigt le mystère de la création du travail de l’historien.

Donc dès le début de cette manifestation pour tous (sic), j’ai aperçu de nombreux ecclésiastiques  au milieu des manifestants, portant souvent ostentatoirement leur soutane. Cette présence de membres de l’Église catholique montre également un des aspects de la mobilisation des anti-mariage pour tous. En effet, le réseau de base dans certains cas semble être la paroisse catholique. Me rendant à la manifestation avec plusieurs groupes, j’ai en effet pu constater que ceux-ci s’organisaient par groupes affinitaires, aux liens forts préexistant avant la mobilisation. Paroisse, école privée, organisations de jeunesse, lieux de parole, sont autant de lieux de sociabilité qui sont mobilisées lors de cette manifestation. D’ailleurs, une des fonctions de ce rassemblement semble également d’être la mise en commun des informations reçues, entendues, dites depuis la dernière manifestation : il n’était pas rare d’entendre « tu as vu le mail ? », « tu as vu la vidéo sur le réseau ? » etc. , ce qui montre également l’utilisation de tous les moyens actuels de communication. Je retrouvais ce jour là une organisation efficace de la mobilisation reposant sur des réseaux catholiques préexistants comme on pouvait également le voir dans les années Trente en Bretagne.

Donc j’ai pensé « j’aurais dû mettre une soutane » pour me fondre dans le paysage, car il est évident que je me suis tenu à distance, il m’était impossible de me placer au milieu des manifestants. Rester sur le trottoir était déjà suffisant, faire de l’observation participante en « milieu hostile » n’est pas mon fort.

L’inversion des rites 

Décidément, vous allez croire que mes intentions sont polémiques ! Si je parle d’ «inversion», ce n’est pas pour évoquer une quelconque orientation sexuelle, mais plutôt pour aborder un point qui m’a étonné, avant de revenir sur la visibilité – ou plutôt l’invisibilité- de la violence, point de départ de mon expédition.

J’ai vu peu de symboles traditionnels de la droite réactionnaire lors de cette manifestation : quelques drapeaux tricolores avec le Sacré-Coeur, quelques pancartes aux slogans minorant le rôle de la démocratie, mais c’est tout. Cela ne correspondait en rien aux images que l’on a pu voir lors de précédentes manifestations où des intégristes catholiques, des militants affirmés de groupes d’extrême-droite, ou de farouches partisans de la Contre-Révolution étaient présents en nombre. Non, là il y avait pour tout dire bien plus de symboles pris dans le camp adverse mais revu à la sauce anti-mariage pour tous. Du bonnet phrygien au poing serré, de la main dessinée façon «Touche pas  à mon pote » au slogan « on ne lâche rien », c’est davantage à un plagiat des symboles que l’on pouvait voir. Cette inversion des rites de la manifestation me pose question : est-ce parce qu’il ne fallait pas apparaître comme une manifestation réactionnaire que les symboles de la droite tradi-catho ne sont pas utilisés ? Ou alors est-ce dû plus simplement à un manque de culture politique évident des organisateurs de la manifestation, pour qui tout symbole est bon à utiliser, bravant ainsi tout confusionnisme mais s’exposant aux impasses du « ni droite ni gauche » ?

Je n’ai pas approfondi la question car il me fallait revenir à mon propos : où est passée la violence dans tout ça ?

« Observation ethnographique, observation historique »

Je reprends ici le titre du premier chapitre du livre de Gérard Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison[3].S’interrogeant sur les différences entre l’observation ethnographique et l’observation historique, l’auteur analyse les composantes de la méthode historique et de la méthode anthropologique d’une façon très éclairante. Un peu comme pour  le livre déjà cité d’Artières, je considère que Lenclud apporte de précieuses aides pour mon travail en cours, sans que je puisse encore les cerner. Quoi qu’il en soit, il me paraissait ici d’ajouter à l’observation historique, une observation ethnographique.

Je n’ai vu aucune violence, et pourtant tout le monde en parlait. On prévenait par micro qu’il ne fallait pas être violent, tout le monde s’accordait à trouver l’ambiance bon enfant (et les enfants étaient en effet très nombreux) ; il y avait du côté des manifestants comme une volonté de dire et de montrer qu’ils n’étaient pas violents, tout comme ils n’étaient pas homophobes. Mais il ne faut pas être un observateur naïf pour autant : lorsqu’on affirmait dans le micro que les manifestants aimaient les homos, tout près de moi quelques jeunes s’insurgeaient « non nous pas trop…», et le service d’ordre mis en place par les organisateurs a dû interdire à des groupes de brandir telle ou telle banderole portant des slogans trop contestataires. La forte présence policière avait aussi réussi à dissuader les plus acharnés. Ce dimanche, à la différence des jours précédents, la violence n’était pas au rendez-vous, mais ce n’est pas pour cela qu’elle n’a pas été utilisée par de mêmes groupes lors de rassemblements précédents. À cette violence dans les rues, qu’il ne semble pas falloir réduire à quelques groupes d’extrême droite, s’ajoute une violence verbale qui n’a eu de cesse de s’exprimer ces jours derniers y compris au sein de la droite parlementaire. Deux jours avant, suivant les débats de l’Assemblée nationale, j’ai pu entendre un député reprendre mot à mot des idées que Charles Maurras développait à propos de la différence entre « le pays réel » et « le pays légal » et ce dimanche, une pancarte contenait la même référence. On se demande bien quelle « divine surprise » peuvent attendre celles et ceux qui reprennent les paroles de Maurras ?


[1] P.Artières, Vie et mort de Paul Gény, Paris, Seuil, 2013.

[3] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013

«C’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants»: une manifestation socialiste à Rennes en mars 1913

Extrait de la Une de l'Humanité, 17 novembre 1912
Extrait de la Une de l’Humanité, 17 novembre 1912

Le mouvement ouvrier, en s’opposant à la guerre durant la période 1912-1914, adopte une multitude de pratiques qu’il est difficile de considérer comme étant toutes identiques. Il faut pourtant reconnaître que la mobilisation contre les trois ans qui atteint son paroxysme en 1913 parvient à cacher ces nombreuses divergences puisque l’union du mouvement ouvrier dans son ensemble est alors valorisée. Ainsi, si les membres de la Sfio, les syndicalistes de la Cgt, mais aussi  les anarchistes se retrouvent sous une même bannière contre la guerre, il ne faut pas perdre de vue que leurs opinions sur ce sujet ne sont pas identiques. Cela peut être également le cas au sein d’une même organisation : les socialistes sont eux-même divisés sur l’attitude à avoir face à la guerre. Faut-il s’opposer par tous les moyens au militarisme et aux armements? Faut-il au contraire être en faveur de la défense nationale tout en étant pacifiste ? Au fonds, qu’est-ce signifie cette identité pacifiste si souvent et fièrement revendiquée avant le premier conflit mondial ? Ce ne sont là que quelques interrogations qu’il faut approfondir si on souhaite  avoir une vision plus exacte du mouvement en faveur de la paix avant 1914. Plusieurs travaux déjà anciens comme ceux de J.J. Becker ou J.Julliard ont posé des jalons précieux pour aborder ce sujet. Cependant, lorsqu’on souhaite analyser cet aspect sous un angle plus localisé en retraçant la micro-dynamique de la mobilisation contre la loi des trois ans, il semble nécessaire au moins pour partie de reprendre certains points.

Comment être antimilitariste dans un port de guerre ou un arsenal ?

            La mobilisation contre la loi des Trois ans est développée à la suite du congrès socialiste international de Bâle. La tenue du congrès de la Sfio à Brest en mars 1913 s’inscrit dans le temps de cette mobilisation sociale aux contours multiples. Chaque semaine, des manifestations ou des meetings se tiennent  depuis 1912 dans l’ensemble du territoire français. En Bretagne, on retrouve de tels rassemblements à répétition bien que le contexte soit particulier. En effet, les plus grands centres urbains, qui sont également les principaux lieux d’implantation du mouvement ouvrier, sont marqués par les activités militaires : Brest, Lorient et Rennes, mais aussi d’autres lieux comme la poudrerie de Pont-Buis par exemple, disposent d’arsenaux qui sont bien souvent le principal employeur du lieu. Il y a donc ce premier paradoxe qu’il faut aborder, à savoir que la mobilisation contre la guerre se fait justement dans des lieux où les principales activités économiques sont intrinsèquement tournées vers l’industrie militaire. D’ailleurs, lorsque le maire de Brest ouvre le congrès socialiste en 1913, il éprouve le besoin de préciser  l’environnement particulier de la ville:

 « Je souhaite que cette ville de Brest qui est au milieu des instruments de destruction et de carnage, des instruments de meurtre, voie la première sortir une résolution qui, mise en pratique, empêchera les guerres entre les nations européennes. [1]»

Au delà d’une typologie des positionnements des militants socialistes sur la question de la guerre et de la paix, c’est justement ici l’étude d’une mise en pratique qui m’intéresse.

La mise en pratique d’une manifestation pacifiste

La manifestation socialiste de Rennes a lieu le 14 mars 1913. Un jour auparavant, de nombreux étudiants de la ville se sont réunis pour soutenir le projet de loi des Trois ans et s’opposer à toute forme de pacifisme. Selon eux, la France avait besoin de cette loi pour faire face aux pays ennemis et il n’était pas question de s’opposer aux trois ans de service militaire, un sacrifice certes pour la jeunesse, mais surtout une obligation face aux dangers de l’époque.

La mobilisation rennaise contre les trois ans doit donc être située dans ce contexte mouvementé où les appels à manifester d’un côté ou de l’autre sont nombreux et où les autorités s’inquiètent de plus en plus de ce mouvement contre les trois ans. J’ai pris connaissance il y a seulement quelques mois de cette manifestation dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international qui l’évoque juste avant le résumé du congrès de Brest.[2]

Cela m’a dans un premier temps interrogé : la France connaît au même moment une série de rassemblements bien plus importants que celui de Rennes ; que ce soit à Toulouse, Lyon, Lille ou au Pré-Saint-Gervais, les socialistes ont été beaucoup plus nombreux à s’opposer à la loi des trois ans, souvent portés par des discours des leaders de la Sfio. Rien de tout cela à Rennes, alors pourquoi retenir cette date dans une chronique résumant pour l’Internationale socialiste l’actualité du parti en France ? Sans doute parce que lors de ce rassemblement, partisans et opposants de la loi des trois ans se sont affrontés physiquement et que les premiers plus nombreux ont alors montré leur force contre les nationalistes et leur superiorité.

La réunion contre la loi des trois ans a lieu à la bourse du travail de la ville. Organisée conjointement pour la Sfio et la Cgt, elle est dirigée d’un côté par Charles Bougot, conseiller municipal et l’homme fort des socialistes rennais depuis le début du siècle, et par Ernest Chéreau, militant de la Cgt. Cela montre l’union des deux forces principales du mouvement ouvrier même si leurs points d’opposition sont nombreux à l’époque. Surtout dans la région, de nombreux militants sont en réalité membres des deux organisations. Enfin, en ce qui concerne la Sfio, il faut bien garder en tête que les socialistes sont peu  nombreux à cette période à Rennes et dans le département de l’Ille-et-Vilaine et que s’ils souhaitent lancer un mouvement de masse, cela implique l’appel à d’autres groupes militants.

Un millier de personnes assiste à la réunion. À peine celle-ci a-t-elle débutée que 200 ou 300 étudiants nationalistes arrivent, drapeaux français déployés et vindicatifs. La réunion se transforme en une immense bagarre dans un premier temps dans la salle, puis ensuite dans les rues avoisinantes. Le compte rendu de La Dépêche de Brest, toujours à cette époque très hostile à l’ensemble du mouvement ouvrier mérite ici très cité :

« À la sortie les étudiants patriotes se formèrent en cortège, mais les syndicalistes alors renforcés de nombreux apaches réussirent par une habile tactique à isoler les premiers rangs de tête où se trouvaient les drapeaux tricolores. En un instant, ceux-ci furent lacérés, brisés piétinés cependant que dix ou douze étudiants qui formaient en quelque sorte la garde d’honneur étaient odieusement lynchés »[3]

Quelle signification donner à cette « mêlée[4] » ?

On notera l’association entre les opposants à la loi des trois ans et des «apaches», mot de l’époque pour désigner ce qu’aujourd’hui on appellerait « casseurs » ou « voyous ». Dans la logique anti-socialiste  de ce journal, il est nécessaire qu’à ces manifestants se soient joints des délinquants, manière de porter le discrédit sur l’ensemble du mouvement ouvrier. Plus important peut-être ici, on peut également relever la mention d’une possible tactique des socialistes et des syndicalistes pour s’opposer aux étudiants nationalistes. Cela supposerait un dispositif dont on aimerait mieux connaître les composantes. Mais une telle tactique est-elle seulement réelle et ne s’agit-il pas plutôt d’un simple réflexe de défense collective ? Toujours est-il que dans le bulletin périodique du BSI, cette manifestation est mise en avant parce qu’elle illustre une réussite dans la mobilisation des socialistes contre des adversaires. Une semaine avant le congrès national, la Sfio montre dans la région bretonne qu’elle tient le haut du pavé et qu’elle sait faire face aux partisans de la loi des trois ans. Les socialistes pacifistes et antimilitaristes peuvent se montrer violents si les circonstances l’obligent. C’est assez pour inquiéter les autorités à Rennes, Brest ou ailleurs. Mais c’est aussi un signal d’alarme pour les socialistes : sur quoi peut aboutir cette grande mobilisation contre les trois ans ? Le congrès national arrive à point nommé pour tenter de régler la question.


[1]Intervention d’ H.Masson, 10e Congrès socialiste de Brest, 23-25 mars 1913, compte rendu sténographique, Paris, 1913 p.83-84.

[2] Voir Bulletin périodique du BSI, 1909-1913, introduction de G.Haupt, Genève, Minkoff reprint, 1979.

[3] La Dépêche de Brest, 16 mars 1913. Depuis quelques semaines, ce quotidien est disponible à la lecture en ligne . Bien que journal d’informations, durant une bonne partie de la période sur laquelle je travaille, la Dépêche est farouchement anti-socialiste. Cela implique des considérations très négatives pouvant aller jusqu’à l’énoncé de faits erronés. C’est pourquoi l’utilisation de ce quotidien doit être toujours associée à d’autres sources d’informations.

[4] Le terme « mêlée » est utilisé dans le compte-rendu du bulletin du BSI.

NB : la citation du titre « c’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants » provient d’un compte rendu de la manifestation paru dans Ouest-éclair le 16 mars 1913.