Archives du mot-clé Mémoire

Les Bonnets rouges, le socialisme et la Bretagne: Histoire et mémoire (1900-1940)

 

Aujourd’hui, dimanche 27 octobre 2013, on peut lire en Une du Télégramme de Brest, un gros titre « La révolte des bonnets rouges ». Relatant la manifestation organisée à Pont de Buis dans le Finistère contre l’écotaxe par des paysans bretons et leurs soutiens, le journal se focalise ainsi sur un élément visible par tous de cette action de colère : les manifestants portaient tous un bonnet rouge, en mémoire de la révolte des Bonnets rouges de 1675, façon de  revendiquer une mémoire longue des mouvements collectifs contre l’impôt et d’intéresser par là-même les médias. L’observateur ne peut qu’être étonné pour cette forme d’action : le bonnet rouge, facilement assimilable en plus au bonnet phrygien, pourrait objectivement être perçu comme un symbole du peuple de gauche et non pas a priori  comme celui d’un mouvement hostile à une nouvelle taxe mise en place par un gouvernement socialiste. C’est sans doute que ce qui peut rassembler les deux mouvements de colère est une animosité  vis-à-vis du reste de la France et d’un gouvernement jugé trop centralisé. Ce type d’action serait alors destiné à montrer l’existence d’une « identité » bretonne en lutte contre une forme d’ « impérialisme» de l’Etat, unifiant les partisans de celle-ci, les opposants à un supposé « matraquage fiscal » du gouvernement actuel et d’autres personnes sensibles à la seule vue d’un bonnet de couleur rouge, couleur symbolique s’il en est d’un mouvement social populaire de gauche. Le tout sur fond de nombreux plans sociaux en cours dans la région.

Pourtant, il me semble nécessaire d’aller bien plus loin dans l’analyse en ne ciblant cependant qu’un aspect peut-être marginal : comment cette mémoire des Bonnets rouges a-t-elle été entretenue par la gauche bretonne dans la première partie du XXème siècle ? Ce sera mon interrogation de départ. Celle-ci s’ancre dans un questionnement bien plus large sur les pratiques militantes du milieu partisan socialiste dans ces années et sur l’étude d‘un imaginaire social et d’une mémoire collective des militants de la SFIO en Bretagne. Au final du coup, l’actualité n’est qu’un prétexte pour poursuivre la recherche et peu importe ce que je pense de la situation. L’événement actuel aiguise ma curiosité, mais ce qui prime, c’est une analyse historique.

La révolte de 1675

La révolte des Bonnets rouges de 1675 est un épisode de l’Ancien régime fréquemment étudié en histoire moderne. Au départ, on trouve une réaction hostile et violente à l’instauration d’une nouvelle taxe voulue par le pouvoir royal. Mais cette révolte du papier timbré est avant tout urbaine et dans les campagnes du Centre-Bretagne, un mouvement concomitant se déroule, les paysans se mobilisant non seulement contre les nouveaux impôts mais aussi contre les abus des seigneurs. Ceux qui portent un bonnet rouge comme signe distinctif entrent en lutte contre une oppression fiscale lointaine mais aussi toute proche. Quelques meneurs, comme Sébastien Le Balp, font de cette révolte un mouvement collectif assez bien organisé. Une répression sévère est rapidement mise en place par le pouvoir central et laisse des traces nombreuses dans les traditions orales dans cette région. Un très bon résumé de l’histoire de cette révolte est visible dans ce documentaire réalisé sous la houlette de l’historien Alain Croix . Plusieurs études historiques sont également disponibles comme le livre d’Yvon Garlan et de Claude Nières , Les révoltes bretonnes de 1675.Papier timbré et bonnets rouges ( Paris, éditions sociales, 1975) dont l’analyse est influencée par le courant dominant du marxisme à l’époque de la rédaction de l’ouvrage. Car cette révolte de 1675 a été également l’objet d’un débat historiographique important, j’y reviendrai tout à l’heure.

En ce qui concerne la mémoire de cette révolte des Bonnets rouges, quelques études comme celle d’Alain Croix[1], ou plus récemment celle de Gauthier Aubert , donnent de précieux jalons pour comprendre comment cet évènement a pu laisser des traces dans la mémoire collective jusqu’à nos jours.

De mon côté, je voudrais apporter quelques réponses à deux questions complémentaires liées à mon objet d’étude : est-ce que d’une part l’histoire des Bonnets rouges a servi lors des mobilisations collectives des socialistes entre 1900 et 1940 ? La SFIO a-t-elle eu, d’autre part, un discours historique ou engagé à propos de cette révolte bretonne de 1675 ?

 Historiens socialistes et  Bonnets rouges

La seconde question oblige tout d’abord à considérer le rôle possible des historiens socialistes. Il se trouve que la fédération de l’Ille-et-Vilaine a durant cette période deux historiens spécialistes de la période moderne, Henri Sée[2] et Armand Rébillon. Tous deux professeurs à l’université de Rennes, ils ont milité au sein de la SFIO dans les suites de l’affaire Dreyfus dès le début du XXème siècle. Historiens reconnus, ils ont aussi participé activement à l’implantation du socialisme en Bretagne pour Henri Sée jusqu’à sa mort en 1936 et pour Rébillon encore après la Seconde Guerre mondiale. Surtout, leurs études historiques ont porté sur l’histoire économique et sociale de la région à l’époque moderne. Historiens engagés, ils écrivaient régulièrement dans la presse militante et parfois sur leurs propres sujets de recherche. Pourtant, sous réserve d’une étude plus exhaustive, on ne trouve pas sous leur plume de référence aux Bonnets rouges. Henri Sée par exemple signe une étude sur « Le socialisme et les paysans » en trois articles, du 22 août au 10 septembre 1922 dans le journal de la fédération socialiste des Côtes du Nord L’éveil breton mais il ne mentionne pas la révolte de 1675. Armand Rébillon, de son côté, fait plusieurs conférences sur la Révolution russe et ses antécédents historiques, ou encore sur l’histoire de la paysannerie, mais là encore il ne mentionne pas l’exemple des Bonnets rouges. Mais les deux historiens évoquent cette révolte dans leurs travaux historiques comme Henri Sée dans son étude Les classes rurales en Bretagne du XVIème à la révolution [3]parue en 1906, où il explique que les paysans pris dans cette révolte ont conscience de leur classe et de leurs intérêts collectifs. Si le discours intellectuel sur la révolte des Bonnets rouges ne semble pas être utilisé comme une arme politique au sein de la SFIO en Bretagne, on peut être tenté d’explorer plus en avant la question afin de savoir si lors de mobilisations collectives, l’exemple de la révolution de 1675 est utilisé. Là encore, force est de constater que ce n’est guère le cas. La seule mention que j’ai retrouvée pour le moment est associée à une contremanifestation organisée par le parti socialiste en septembre 1933.

Des Bonnets rouges de 1933 ?

 A cette date, l’Action française souhaite organiser un rassemblement à Saint-Goazec dans le centre-Bretagne. La SFIO du Finistère organise la riposte et mentionne la mémoire des Bonnets rouges à cette occasion :

« Face aux Camelots du Roy

Notre appel a été entendu. D’excellentes nouvelles nous parviennent de tous les points du département et même des Côtes du Nord et du Morbihan. Du Nord comme du Sud, du Trégorrois avancé, de la Montagne rouge comme de la Cornouaille d’avant-garde, tous se préparent à venir contre-manifester (…) Les paysans de Cléden, de Laz, de Landeleau, de Kergloff, de Saint-Hernin, dignes descendants des bonnets rouges ».[4]

Mais c’est la seule évocation de la révolte de 1675, même si les contre-manifestants utilisent tout un vocabulaire contre les royalistes qui peut se rattacher à l’hostilité que manifestaient les bonnets rouges vis-à-vis du pouvoir royal. On trouve même des pratiques similaires au XVIIe siècle puisque lors de la manifestation de 1933 une effigie de Jean III, le duc de Guise, qui est à l’époque le prétendant au trône allié de l’Action française, est exhibée puis brûlée. Des pratiques collectives identiques pouvaient exister à l’époque moderne lors des révoltes paysannes dirigées contre le roi. Le journal national de la SFIO, Le Populaire, insiste encore davantage sur la mémoire des Bonnets rouges à propos de cet épisode.

Ainsi dans l’édition du 1er septembre 1933, on précise qu’il faut réagir à la présence de l’Action française :

« Nos amis demandent aux forces antifascistes de se dresser résolument contre la réaction, contre le bellicisme fauteur de guerre. Ils font appel aux descendants de ces Bretons, de ces « bonnets rouges » qui, bien avant la Révolution osèrent se dresser contre l’absolutisme royal et furent massacrés sans pitié. »[5]

Cette évocation de la mémoire des Bonnets rouges est toutefois la seule que j’ai retrouvée jusqu’à présent et cela montre que c’est plutôt parce que la mobilisation a lieu près du lieu d’origine de la révolte de 1675 que cet exemple est ici rappelé, pas forcément parce que c’était un exemple à suivre. Sans doute, aussi faut-il rappeler qu’à la même période, le mouvement nationaliste breton utilisait cet exemple mais dans un tout autre but : il s’agissait alors de rappeler la volonté autonomiste que les Bretons avaient selon eux en mémoire. Cela peut sans doute expliquer pourquoi les socialistes n’évoquent qu’avec parcimonie cet exemple de mobilisation collective. Pourtant, comme je le rappelle au début de ce billet, la révolte de 1675 devient aussi un enjeu historiographique. Ainsi l’historien soviétique Boris Porchnev publie quelques temps après en 1940 son étude sur « Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675 » inscrivant les Bonnets rouges dans une analyse marxiste qui allait entraîner un débat historiographique après 1945. Au-delà, la révolte de 1675 sera à nouveau évoquée au sein de la gauche autonomiste à partir de la fin des années 60 comme un épisode précurseur et à valeur d’exemple.

De mon côté, ces quelques indications m’incitent surtout à utiliser plus en avant les recherches de l’historien H. Roderick Kedward qui travaillant sur l’histoire de la Résistance en France a cherché ,selon une approche d’anthropologie historique, à comprendre comme la Résistance s’inscrivait dans des continuités avec d’autres contestations collectives des siècles antérieurs. C’est pourquoi cette action collective actuelle que l’on connaît en Bretagne m’aide également de me plonger dans l’imaginaire social des socialistes bretons avant 1940. Dans le prochain billet, retour à Pierre Guéguin.


[1] Alain Croix «  La révolte des bonnets rouges, de l’histoire à la mémoire » revue Ar Men, nov-déc. 2002

[2] Sur Henri Sée, voir l’article «  nécrologie et bibliographie des travaux de Henri Sée » écrit par Armand Rébillon à la suite de son décès dans les Annales de Bretagne, 1936, p2-33 consultable en ligne.

[3] Henri Sée, Les classes rurales en Bretagne du XVIème siècle à la Révolution, Paris, Giard et Brière, 1906, consultable en ligne.

[4] Le Breton socialiste, 2 septembre 1933.

[5] Le Populaire, 1er septembre 1933.

Le Lieutenant Pierre Guéguin, de Châteaubriant à la Première Guerre mondiale

Le 22 octobre 1941, les autorités allemandes décidèrent d’exécuter 27 otages pris parmi les détenus du camp de Châteaubriant en représailles de l’attentat contre Karl Hotz à Nantes deux jours auparavant. En tout, près d’une centaine d’otages dans toute la France sont fusillés en représailles à cet attentat organisé par la branche armée de la résistance communiste[1]. Ces otages sont pour une très grande part des communistes, ainsi Guy Môquet, dont certains avaient été arrêtés avant l’occupation allemande.

Deux parmi les 27

Pierre Guéguin, ancien maire communiste de Concarneau et l’instituteur Marc Bourhis ont eux été arrêtés en juillet 1941, quelques jours après le début de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne et ils ont été conduits au camp de Choisel près de Châteaubriant. Ils font partie des 27 otages tués le 22 octobre. Tous deux n’avaient toutefois pas  été accueillis à bras ouvert par les autres détenus. En effet, Marc Bourhis après avoir milité au PCF jusqu’en 1933 s’est rapproché du mouvement trotskyste comme d’autres instituteurs de la région. Membre du POI, Parti Ouvrier Internationaliste, il a aidé à l’organisation d’un meeting de ce parti à Concarneau en 1937, puis a rejoint les rangs du PSOP, Parti Socialiste Ouvrier et Paysan, de Marceau Pivert. Ce parti dispose d’une toute petite organisation régionale avec des militants essentiellement issus du mouvement syndicaliste enseignant. Un ancien membre de la SFIO, Alain Le Dem, a une influence sur l’ensemble du groupe. Dans le Finistère, le Morbihan et les Côtes du Nord, on peut déceler l’action du PSOP à travers les archives et la presse militante[2]. Bourhis est aussi un ami proche de Pierre Guéguin. Lui aussi eut des difficultés avec les autres otages communistes : militant communiste important de la Bretagne, maire de Concarneau et conseiller général, il avait aussi mené la campagne des législatives de 1936 au nom du Front Populaire devenant ainsi malgré sa défaite un partisan de l’union des partis de gauche. En août 1939, il ne suivit pas la ligne officielle du PCF en ce qui concerne le pacte germano-soviétique et condamne publiquement lors d’un conseil municipal le 1er septembre 1939 la politique de l’URSS. Il est aussitôt banni de toutes les organisations communistes et lorsqu’il arrive au camp de Choisel, lui et son ami sont immédiatement mis à l’écart.

Acte de décès de Pierre Guéguin
Extrait de l’acte de décès de Pierre Guéguin

La mémoire des deux hommes fut ensuite constamment l’objet d’enjeux plus politiques qu’historiques. Le PCF a longtemps refusé avec violence d’accepter la présence d’un trotskyste et d’un communiste critique parmi les fusillés de Châteaubriant. Les organisations trotskystes ont elles souvent annexées Pierre Guéguin faisant de lui un militant qui aurait rejoint leurs rangs. Des témoignages sujets à caution affirment par ailleurs que l’ancien maire de Concarneau s’était en prison rapproché à nouveau du communisme officiel. L’ouvrage de l’historien Marc Morlec, Filets bleus et grèves rouges[3] est revenu plus récemment sur le parcours politique de Pierre Guéguin et sur l’ensemble de la polémique, apportant de nombreux éléments neufs, mais pas forcément toujours d’ailleurs de façon convaincante[4].

Pierre Guéguin et la Première Guerre mondiale

Mais si je m’intéresse au parcours de Pierre Guéguin, c’est avant pour sa participation à la Première Guerre mondiale, son adhésion à la SFIO en 1919, parti qu’il quitte ensuite après la scission de Tours pour le jeune PCF, auquel il reste fidèle jusqu’en 1939 tout en conservant une autonomie, qui lui sera souvent reproché d’ailleurs, par rapport à l’appareil.

Pour connaître son parcours durant ces années, deux sources sont utilisables. Tout d’abord son dossier personnel d’officier et ensuite plusieurs rapports provenant des archives de la gendarmerie du Finistère. En effet, Guéguin est pendant toute l’entre-deux-guerres un officier de réserve et cela inquiète à plusieurs reprises les services de la gendarmerie, car ce lieutenant qui effectue ses périodes de réserviste, est également un des leaders les plus en vue du communisme breton. Je reviendrai dans deux prochains billets sur le parcours militaire de Guéguin : tout d’abord en relatant sa participation à la Première Guerre, puis dans un second temps en examinant ce que les autorités militaires disent de lui dans l’entre-deux-guerres. Ce sera aussi l’occasion dans ce dernier billet de faire le point sur l’apport potentiel des archives de la gendarmerie, sources peu évoquées à propos de l’histoire de cette période dans les départements bretons.

Mais aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes, la mairie de Concarneau rend hommage à son ancien maire et à son ami. Parfois le chercheur en histoire doit aussi s’incliner aussi devant la mémoire.


[1] Sur le contexte de cette période, voir J.M.Berlière et F.Liaigre, Le Sang des communistes. Les bataillons de la jeunesse dans la lutte armée, automne 1941, Fayard, 2004  et F. Liaigre, 22 octobre 1941, le drame des 50 otages en 30 questions, Geste éditions, 2001.

[2] L’étude du mouvement trotskyste en Bretagne dans les années 1930-1945 occupe la dernière partie de mon mémoire de Master 2 Résister à la guerre ? Les militants ouvriers du Finistère face à la guerre, 1914-1962, Brest, UBO, 2005.

[3] M.Morlec, Filets Bleus et grèves rouges. Concarneau : de la Grande guerre au Front populaire, Morlaix, éditions Skol vreizh, 2003.

[4] L’auteur par exemple explique que Marc Bourhis a adhéré en 1934-1935 au POI, or ce parti n’existe pas encore à cette date !