Archives du mot-clé pacifisme

Jaurès, la Sfio et le camp de la paix à la veille de la Seconde Guerre mondiale

Le 30 juillet 1939 sont organisées plusieurs cérémonies pour le 25e anniversaire de la mort de Jean Jaurès. Au matin, devant le café du croissant où le grand leader socialiste a été tué, une cérémonie d’hommage a lieu avec les groupes politiques et syndicaux du 2e arrondissement de Paris. Socialistes et communistes sont présents, ainsi que des représentants d’autres organisations pacifistes, des radicaux, des anciens combattants et des membres de la Ligue des droits de l’homme. On y retrouve l’ambiance d’unité du rassemblement populaire depuis 1935. C’est également le cas dans deux autres villes chères au grand tribun socialiste, Albi et Carmaux, où des manifestations unitaires ont lieu le même jour. Cependant, le cœur n’y est plus tant les divisions entre les différentes factions de la gauche sont dorénavant trop importantes. Les hommages à Jaurès au milieu des années 30 avaient pourtant été l’occasion de manifestations unitaires[1], aussi bien en raison de l’héritage jaurésien que partageaient communistes et socialistes que parce les deux partis politiques, aidés par les radicaux et de nombreuses organisations et syndicats, mettaient au point une coalisation qui allait arriver au pouvoir en 1936. Mais à l’été 1939, les divisions entre les deux grands partis de la gauche française sont à nouveau criantes et l’embellie du Front populaire ne semble plus n’être qu’un vague souvenir. C’est pourquoi Pcf et Sfio organisent à Paris ce dimanche de la fin juillet deux manifestations différentes. La première a lieu le matin et rassemble les organisations liées aux communistes, la seconde rassemble les socialistes et leurs alliés ; toutes deux ont pour terme le Panthéon où reposent les restes de Jaurès depuis 1924. Le contexte de cette commémoration est très particulier, puisqu’elle a lieu quelques semaines seulement avant le déclenchement d’un nouveau conflit mondial. Quelques semaines auparavant, la gauche s’est également retrouvée dans la rue pour commémorer le 150e anniversaire de la Révolution française. La manifestation organisée par les communistes fait d’ailleurs le lien entre les deux événements, puisque des pancartes reprenant ces citations de Jaurès et d’autres, où sont inscrites des citations des grands leaders de la Révolution française, sont nombreuses dans le cortège.

Jean Bruhat et le rassemblement communiste

Une de l'Humanité, 3O juillet 1939
Une de l’Humanité, 3O juillet 1939

Le rassemblement du matin réunit les communistes, les anciens combattants de l’ARAC, l’Association républicaine des anciens combattants, et les membres du mouvement  Paix et Liberté, une organisation liée au Pcf qui œuvre pour la préservation de la paix. On ne dispose que peu de données sur le nombre de manifestants, mais on croise également dans le cortège plusieurs délégations des communes de la banlieue, ainsi que des intellectuels comme Louis Aragon.

L’hommage des communistes à Jaurès semble selon les comptes rendus de la presse avoir réuni bien plus de monde que la manifestation de l’après-midi. On doit également ici évoquer un article de l’historien Jean Bruhat publié dans les Cahiers du bolchevisme, la revue théorique du Pcf, paru en août 1939. L’article intitulé « À propos du 25e anniversaire de Jean Jaurès » est intéressant à plus d’un titre. L’historien trace tout d’abord avec de nombreuses précisions le portrait du leader assassiné, en insistant sur ses liens avec le marxisme. Il s’arrête également plus particulièrement sur le livre de Jaurès, L’Armée nouvelle. C’est l’occasion pour l’historien communiste d’évoquer la nécessaire participation du peuple à la défense nationale, reflétant ici la position officielle du Pcf dans ce domaine. Surtout, Bruhat s’interroge sur l’actualité de Jaurès dans le contexte bien particulier de l’été 1939, où les communistes sont encore le fer de lance de la lutte contre le fascisme. L’auteur s’en prend violemment aux pacifistes qui se revendiquent de la pensée de Jaurès :

 « Pas pour Dantzig » a écrit M.Déat. D’autres avaient dit : « Pas pour le Négus ! ». L’écho avait répété « Pas pour les Tchèques ! » Quand les Arméniens étaient massacrés en 1896 par les bandes d’irréguliers lancés par le Sultan, le gouvernement français se taisait – et d’autres parlaient pour dire « Que nous importent quelques milliers d’Arméniens éventrés. Pas pour l’Arménie ! » Jaurès a sauvé l’honneur de la France »[2]

En effet, Jaurès a défendu à la Chambre des députés le sort des Arméniens victimes de l’Empire ottoman[3]. En écrivant ces mots, Bruhat a également en tête la non-intevention en Espagne décidée par le premier gouvernement du Front populaire. Continuant sa dénonciation d’une forme de pacifisme présente au sein de la gauche, l’historien ajoute :

 Il faut tout ignorer de Jaurès, son courage personnel et aussi son assassinat  pour oser justifier par une référence à  Jaurès le cri : « Plutôt la servitude que la mort ! »

Abordant point par point les opinions des pacifistes, Jean Bruhat les conteste en s’appuyant sur des citations de Jaurès. L’article dénonce avec force les renonciations de nombreux pacifistes qui n’effacent devant la menace du fascisme et utilisent l’héritage jaurésien. Bruhat, de son côté, défend une ligne claire : il faut lutter contre le fascisme à l’intérieur du pays et aussi à l’extérieur. Le jeune historien communiste s’oppose à ceux qui souhaitent préserver la paix à tout prix. Son article, très déterminé, trouve aujourd’hui un écho particulier lorsque l’on sait que quelques semaines après l’Urss signe le pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie, obligeant tous les militants communistes à réviser leur positionnement antifascistes. Mais restons en juillet 1939 pour le moment. Bruhat et les communistes rendent hommage au Jaurès révolutionnaire et à l’homme politique courageux. Du côté de la Sfio, l’hommage au socialiste assassiné en 1914 est avant tout placé sous le signe de la paix.

La manifestation des socialistes : «  Manifestation du souvenir – Pour la Paix »

extrait de la Une du Popualire, 30 juillet 1939
extrait de la Une du Populaire, 30 juillet 1939

Le rassemblement de l’après-midi se veut unitaire et souhaite rendre un double hommage : il y a bien sûr la commémoration du grand Jaurès, mais c’est aussi l’occasion de rappeler le rôle d’Aristide Briand, en particulier dans sa défense de la paix après la Première Guerre mondiale[5]. Ce double hommage montre qu’en ce jour orageux du 30 juillet 1939, les socialistes désirent avant tout manifester pour la paix. On dispose de quelques données dans la presse en ce qui concerne le nombre de manifestants. Il y a moins de monde que le matin, et ce sont seulement quelques centaines de personnes qui se rendent au Panthéon pour cette deuxième manifestation. Il faut dire que les principaux leaders de la Sfio, en premier lieu Léon Blum, sont alors absents de la capitale et sont dans le Nord pour une série de rassemblements à l’affluence nombreuse. Cependant, à côté de la fédération socialiste de la Seine qui est chargée de l’organisation de la cérémonie, plusieurs autres organisations sont présentes, ce qui permet de tracer les contours du camp de la paix lié au socialisme en 1939. Mais avant de détailler la composition du cortège, il faut évoquer rapidement le déroulement et l’organisation de la manifestation. C’est avant tout un cortège de recueillement : aucun drapeau n’est présent, pas de slogans non plus. Il y a seulement en tête des pancartes où sont inscrites des citations de Jaurès, et chaque manifestant peut avoir un insigne où se trouve inscrit : «  30 juillet 1939 – Manifestation du souvenir – Pour la Paix ». Chaque groupe est encadré par un service d’ordre bien coordonné. Les socialistes dans ce service d’ordre sont nombreux, reconnaissables à un brassard rouge doté des lettres Sfio. Les Jeunesses socialistes sont eux aussi visibles en chemises bleues et en cravate rouge. Le cortège doit être discipliné, très organisé et place en tête les associations d’anciens combattants. A la fin du rassemblement, un haut parleur diffuse le discours enregistré de Renaudel racontant les derniers instants de Jaurès. Ce discours était diffusé dans la plupart des commémorations jaurésiennes organisées par les socialistes. Le Populaire insiste dans l’évocation des préparatifs, puis du déroulement de la manifestation, sur la discipline des militants. Cela est en lien avec l’élaboration de nouvelles pratiques militantes qui doivent impressionner en dehors du parti socialiste et renforcer la cohésion interne du groupe. Mais d’autres organisations sont également présentes ce jour-là.

Les autres organisations pacifistes

Il y a tout d’abord les associations d’anciens combattants qui sont liées au milieu partisan socialiste. On trouve ainsi la Fédération ouvrière et paysanne des anciens combattants (FOP) animée par des socialistes comme Camille Bedin ou encore par le Breton Albert Aubry. De nombreux membres de la FNCR, Fédération nationale des combattants républicains, sont également présents ; c’est également le cas de la LACP, la ligue des anciens combattants pacifistes fondé par le socialiste Camille Planche[6]. Ce sont donc les anciens combattants qui sont mis à l’honneur lors de cette commémoration. À leurs côtés, les socialistes sont les plus nombreux, mais on trouve également d’autres partis politiques.

Il y a tout d’abord une délégation du Psop, le Parti socialiste ouvrier et paysan de Marceau Pivert qui est d’ailleurs présent ce jour-là. Ce parti est né d’une scission avec la Sfio en 1938 et rassemble plusieurs courants situés à la gauche des socialistes ou à l’extrême-gauche. Jeune république est également présente : héritier de Marc Sangnier, ce parti rassemble des chrétiens partisans du Front populaire. Deux autres organisations politiques sont aussi là, bien qu’elles entretiennent des rapports parfois conflictuels avec la Sfio : ce sont ceux que Philippe Burrin, dans sa magistrale étude la Dérive fasciste[7] appelle « les francs-tireurs du Front populaire», à savoir les partisans du frontisme de Bergery et l’Union socialiste-républicaine qui est l’héritière du courant néo-socialiste et dont l’un des leaders est Marcel Déat. La présence de ces deux organisations peut étonner : en effet, depuis la dislocation du Front populaire, elles ont entamé ce que Burrin appelle leur « dérive fasciste », du moins en ce qui concerne leur leader respectif. Mais ce qui fait qu’elles sont présentes ce jour-là, c’est l’adhésion sans faille au pacifisme, ce que de nombreux militants socialistes partagent à la même époque. Enfin, on trouve encore dans le rassemblement organisé par la Sfio de nombreux membres de la Ligue des droits de l’homme, des représentants de la Ligue française de l’enseignement, des militants de syndicats affiliés à la Cgt ainsi des membres de la LICP, la Ligue internationale des représentants de la paix. Un tel assemblage peut paraître de prime abord hétéroclite mais ce serait oublier la force du symbole que représente Jaurès pour l’ensemble de ces groupes, ainsi que la forte prégnance du pacifisme à la veille de la Seconde guerre mondiale.

Certains socialistes regrettent d’ailleurs ce qu’ils appellent la tonalité « munichoise » de ce rassemblement, ce qui illustre les divisions du camp de la paix au sein de la Sfio et dans les structures amies. On le voit en particulier en lisant le compte rendu de cette manifestation que fait le journal socialiste Agir qui regroupe les partisans d’une politique de fermeté et condamne le pacifisme intégral.

« Au Panthéon, deux cortèges » Agir pour la paix, pour le socialisme, n°12, août 1939

Agir, n°12, août 1939
Agir, n°12, août 1939

Le compte rendu publié dans ce journal est particulièrement critique. Réunissant les socialistes partisans de la fermeté contre Hitler, Agir souhaite également entraîner une réflexion sur les cultures militantes et le corpus idéologique de la Sfio. Plusieurs militants appelés à jouer un rôle plus important dans les mois ou les années à venir participent à sa rédaction : c’est le cas de Pierre Brossolette, de Daniel Mayer, de Georges Izard ou encore de Tanguy-Prigent alors jeune député du Finistère. Le bimensuel est l’organe d’un nouveau courant dirigé par Georges Monnet, le ministre de l’agriculture du gouvernement de Léon Blum. Ce sont avant tout des blumistes qui souhaitent  contrecarrer l’influence du courant pacifiste de Paul Faure, le secrétaire général du parti. L’un des plus actifs dans le groupe est Angelo Tasca qui signe ses articles du pseudonyme André Leroux[8].

«  Ainsi donc, ce sont deux cortèges qui, le 30 juillet, ont honoré la mémoire de Jean Jaurès. De Jean Jaurès, dont toute la vie fut un combat pour l’unité. [9]» C’est la première phrase de l’article non signé qui déplore d’entrée la division du mouvement ouvrier en 1939, alors que Jaurès a tout fait pour maintenir l’unité en son sein avant 1914. La suite est tout aussi critique :

« C’est pénible à dire dans un journal socialiste qui se flatte de n’attaquer personne. Mais enfin la présence de certains des allées des socialistes de la Seine au cortège de l’après-midi, n’enchantait pas certains militants qui se souviennent. »

Ce sont les membres du parti de Déat qui sont ainsi désignés, tout comme les militants du Psop « l’injure aux lèvres, la haine dans le regard. » Ce qui est encore plus remise en cause dans le compte rendu, c’est la tonalité « munichoise » du rassemblement :

« Toute cette belle réconciliation s’est faite sous le signe de Munich. Pensez donc, il y avait le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, les « mères éducatrices pour la Paix », la ligue internationale des Combattants de la Paix, bref, toutes les organisations de gauche qui depuis septembre, mènent une politique contraire à celle du parti socialiste, contraire à l’esprit de classe, contraire au véritable internationalisme prolétarien. »

Sur ce point les remarques du journal rejoignent celles du communiste Bruhat cité plus haut. Cela illustre qu’il n’est pas facile de caractériser avec précision le camp de la paix à la veille de la Seconde guerre mondiale. La commémoration du 25e anniversaire de la mort de Jaurès est cependant l’occasion de voir plus précisément les composantes, les divisions et les tensions de cet ensemble. Mais si ce portrait esquissé ici concerne essentiellement des organisations parisiennes, il est important maintenant de voir comme cet hommage se déroule localement, en prenant l’exemple de la Bretagne

Le 25e anniversaire de la mort de Jaurès en Bretagne

Pour le moment, je n’ai en réalité que peu d’éléments à ce sujet. La presse militante contient bien davantage d’informations sur la célébration du 150e anniversaire de 1789 et, de plus, les publications militantes paraissent moins régulièrement au mois d’août. Deux articles sont toutefois en lien avec Jaurès. Le Breton socialiste, le journal de la fédération du Finistère, comme chaque année à la même période, rend hommage en Une au leader assassiné. C’est un rappel très conventionnel, avec une lettre d’Anatole France, le poème d’Anna de Noailles sur « La mort de Jaurès » et deux textes, l’un concernant Jaurès, l’autre Guesde pour former un double hommage comme il est de coutume depuis plusieurs années à la Sfio. La seule allusion au débat sur le pacifisme pourrait être un ensemble de citations de Léon Blum, mais celles-ci sont choisies comme si on avait voulu contenter tous les côtés. Le second article provient de l’hebdomadaire de la fédération d’Ille-et-Vilaine l’Aurore socialiste dans son numéro du 29 juillet 1939. On peut y lire un grand article, «Le socialisme de Jaurès » qui a été écrit par Guy Lemonnier. Professeur de lettres à Brest, et membre actif de la section socialiste de cette ville, Lemonnier a toutefois gardé des liens avec les socialistes de Rennes, où il avait fait ses études. C’est en outre un partisan du courant Redressement au sein de la Sfio, c’est-à-dire la tendance qui regroupe des pacifistes intégraux. Lemonnier a, à de multiples reprises, évoqué la figure de Jaurès dans ses nombreux articles. Dans son écrit paru le 29 juillet 1939, il évoque l’ensemble du parcours du leader socialiste, en regrettant que de nombreux militants ne connaissent plus la pensée et l’action du grand tribun. Pour lui, dans ce moment de crise que traverse la Sfio, il est au contraire important de se pencher sur l’héritage jaurésien :

« Le socialisme aujourd’hui meurtri, mutilé et comme privé de son âme ne sent-il pas que rien pour lui n’est plus nécessaire qu’un retour à Jaurès ? »[10]

Mais, contrairement aux autres articles que Lemonnier écrit à la même période, il ne mentionne pas véritablement les enjeux de la paix et du pacifisme. Ce qu’il souhaite, et c’est une thématique que l’on retrouve dans de nombreux écrits militants à l’époque, c’est s’inspirer de Jaurès afin de refonder le socialisme. Pour lui, c’est en effet le guide le plus précieux. Guy Lemonnier continue dans les mois et les années qui suivent, après la défaite française de 1940, à valoriser l’héritage de Jaurès au nom de la primauté de la paix. Il le fait non plus au sein de la Sfio mais dans le cadre du parti collaborateur de Marcel Déat, le RNP, Rassemblement national-populaire qu’il essaye d’implanter en Bretagne. Ce parcours illustre la difficulté qu’il y a à étudier le pacifisme au sein du mouvement socialiste à la fin des années 30, car on a l’impression que de nombreux itinéraires ont évolué d’une manière inattendue et imprévisible. C’est pourquoi, il me semble important de tenter d’y revenir dans les billets suivants, afin d’essayer d’apporter quelques jalons à une meilleure compréhension de ce phénomène, étudié avant tout dans un cadre localisé, selon des principes proches de la micro-histoire.

Le prochain billet évoquera les travaux de l’historien Norman Ingram sur le pacifisme et sur l’histoire de la Ligue des droits de l’homme.


[1] Voir à ce sujet le livre de Vincent Duclert, Jaurès. La politique et la légende, Paris ,  Autrement, coll. « Vies parallèles », 2013
[2] Jean Bruhat, « À propos du 25e anniversaire de la mort de Jaurès », Les Cahiers du bolchevisme, n°8, août 1939, p. 1119-1147 ; citation p.1138-1139
[3] Voir à ce sujet, Jean Jaurès, Il faut sauver les Arméniens, édition établie et présentée par Vincent Duclert, Paris, éditions Mille et une nuits, 2006.
[4] Jean Bruhat, op.cit., p.1140.
[5] Ma principale source d’information sur ce point provient des articles du journal Le Populaire, des 30 et 31 juillet 1939.
[6] Si l’histoire du mouvement des anciens combattants est bien connue grâce aux travaux d’Antoine Prost, la connaissance des organisations locales en Bretagne, surtout celles qui sont en lien avec les socialistes, est encore mal connue. J’essaye dans ma thèse d’apporter quelques pistes dans ce domaine.
[7] Philippe Burrin, La Dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery, Paris, Seuil, coll.  « Points histoire », 2003.
[8] Je reviendrai dans un prochain billet sur l’ensemble de l’équipe d’Agir et ses positionnements à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
[9] « Au Panthéon, deux cortèges » Agir pour la paix, pour le socialisme, n°12, août 1939. Ce numéro est le dernier de la revue qui décide d’arrêter sa publication pour ne pas être un facteur supplémentaire de division au sein de la Sfio.
[10] Guy Lemonnier, «Le socialisme de Jaurès », L’Aurore socialiste, 29 juillet 1939.

Pour qui sonnent les cloches de Bâle?Les délégués bretons au congrès socialiste international de 1912

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912
Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912

Revenir sur le congrès socialiste international de Bâle de 1912 avant d’évoquer le congrès de la Sfio à Brest s’explique par l’importance du contexte international et du problème de la guerre pour les socialistes avant 1914. Entre ce grand rassemblement international et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, un large mouvement social défendant la paix se développe en Europe mais l’adhésion  durant l’été 1914 des socialistes à la guerre dans chacun des pays belligérants a eu tendance à l’occulter. Pourtant, si on cherche à comprendre ce que l’on perçoit souvent au mieux comme un revirement inexplicable, au pire comme une trahison, un retour sur la période 1912 à 1914 permet de suivre les sinuosités du mouvement socialiste d’opposition à la guerre. Le congrès de Bâle en est à la fois un accélérateur et une vitrine comme peut l’illustrer le roman de Louis Aragon Les Cloches de Bâle publié pour la première fois en 1934, mais dont le contenu est influencé par les évènements postérieurs. L’écho de Bâle se mesure également lors de la tenue du congrès brestois, où il est à plusieurs reprises évoqué. C’est pourquoi je voudrais dans ce premier billet d’ouverture évoquer le congrès international, mais selon un angle particulier : quelques délégués bretons sont en effet présents à Bâle où l’opposition  socialiste à la guerre se trouve au cœur des débats.

Les délégués bretons à Bâle

127 délégués français sont présents en Suisse les 24 et 25 novembre 1912. Parmi eux, on trouve le député de Brest Émile Goude ainsi que le maire de la ville, Hippolyte Masson. Ils sont accompagnés par Augustin Hamon et sa femme habitants des Côtes du Nord. On peut ajouter au groupe breton Charles Brunellière, originaire de Nantes, qui est surtout l’ancien responsable de la Fédération Socialiste de Bretagne, une structure qui rassemblait tous les socialistes de Bretagne afin sa disparition voulue entre 1907 et 1908 afin de constituer des fédérations départementales dans l’ensemble de la région. Si on compare ce petit groupe au reste des délégués, on peut se rendre compte qu’outre les dirigeants les plus en vue de la Sfio, sont présents des représentants des plus grosses fédérations départementales. Il n’y a pas, ainsi, de représentant du Morbihan ni de l’Ille-et-Vilaine, fédérations socialistes bien plus petites à l’époque. Si chaque militant breton présent à Bâle s’est engagé dans des actions contre la guerre, comme par exemple Masson qui vient au même moment de perdre son pouvoir de police à Brest pour avoir conduit une manifestation pacifiste agitée le 16 novembre dans sa ville, ce n’est sans doute une raison suffisante pour expliquer leur présence. En effet,au mois d’août de la même année, un socialiste de Lorient, Louis Cren s’était illustré au congrès des instituteurs de Chambéry où l’opposition à la guerre fut exprimée et il n’est pourtant pas présent à Bâle alors qu’il est un des dirigeants fédéraux. On peut alors penser aussi que la présence des deux Brestois s’explique par la proche tenue du congrès de la Sfio dans leur ville. Être présents à Bâle permet tout d’abord à Masson et Goude d’être connus et reconnus par les autres délégués, mais surtout cela peut leur donner peut-être des idées sur l’organisation du congrès national qu’ils doivent accueillir quelques mois plus tard.

Si on connaît bien le déroulement du congrès international grâce aux compte rendus de l’époque mais aussi par des travaux historiques, on peine toutefois à avoir des données sur le séjour des Bretons lors de ce congrès. Mais même dans le cas de militants dont on a conservé des écrits personnels, on peut noter qu’on ne dispose pas forcément de beaucoup de détails sur cette conférence internationale. Ainsi Marcel Cachin, qui est à ce moment un des responsables de la propagande au sein de la Sfio, précise dans son carnet le trajet effectué – Paris-Nancy- Bâle en passant par Strasbourg – mais il ne s’arrête que très peu sur le déroulement en lui-même :

« À la réunion de la cathédrale, des vieux, K.Hardie, Greulich et Bebel qui ne peut plus causer. Les drapeaux rouges, une centaine dans le chœur. Les cloches. »[1]

On ne trouve pas d’autre précision et dans ce cas, c’est donc un résumé bien rapide que nous pouvons lire. En ce qui concerne les Hamon pour le moment, je n’ai pas trouvé de compte rendu de leur participation au congrès. Lié à de nombreux militants socialistes étrangers, l’intellectuel Augustin Hamon a pourtant sans doute écrit à ce propos, mais il me faut encore chercher sur cette question. Quant aux deux Brestois, ils rendent compte de leur participation au congrès de Bâle lors d’un meeting quelques jours après leur retour à Brest.

Le compte rendu à Brest

5000 personnes assistent au meeting de Brest contre la guerre en décembre 1912. En effet, l’un des principes adoptés à Bâle était l’organisation d’une agitation militante contre la guerre afin de sensibiliser le maximum de personnes sur ce point. On retrouve en conséquence dans tout le pays une série de manifestations ou de meetings pacifistes. Masson en profite pour dire ce qu’il faut retenir de la mobilisation internationale :

« Le maire de Brest, dans ce langage clair et ferme qui lui est particulier, rend compte du Congrès de Bâle et comment le manifeste. Eloquemment, il s’élève contre les terribles méfaits de la guerre et parle de la magnifique manifestation qui se composait de 30.000 socialistes et qui se déroula pacifiquement dans les rues de Bâle. »[2]

C’est ensuite Goude qui intervient :

« Le député de Brest clôt la série des orateurs. Son apparition est saluée par les applaudissements. Au début, il fait part des impressions qu’il a ressenties au Congrès de Bâle auquel il a assisté avec son ami Masson. Rarement, dit-il, il a été donné de voir manifestation plus imposante et les chauvins à l’esprit étroit et guerrier ont reçu là une excellente et forte leçon. »[3]

La manifestation qui est évoquée par les deux Brestois s’est déroulée à l’ouverture du congrès. On en connaît  la description par le compte rendu analytique paru dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international[4] et par des travaux historiques: outre l’ensemble des publications de l’historien Georges Haupt sur le sujet, une étude récente Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität[5] – dont on peut lire un extrait en ligne – offre de nombreux renseignements sur le congrès. On y trouve en particulier de nombreux documents qui illustrent le dispositif nécessaire au bon déroulement de cette grande réunion internationale.

L’ensemble documentaire donne une vision assez précise de la réunion à laquelle les délégués bretons ont pu assisté. La description du cortège nous est fournie par le bulletin du Bureau Socialiste international :

« Vers 2 heures, le cortège partit de la cour de la caserne. Il était précédé de l’Union ouvrière cycliste ‘Solidarité’ et d’un groupe d’enfants habillés de blanc et portant des palmes symboliques de la paix. Sur leurs drapeaux, on lisait des inscriptions pacifistes : ‘Il est plus honorable de sécher des larmes que de verser des flots de sang’.Venaient ensuite les membres du Bureau Socialiste International. Derrière eux, marchaient les groupes nationaux qui chantaient leurs chants de parti (…)De nombreux corps de musique figuraient dans le cortège, animé d’une multitude de bannières rouges claquant au vent. »[6]

Cette liturgie socialiste a marqué les esprits et Masson précise lors du meeting brestois son admiration pour une telle organisation:

«Dans une superbe envolée il établit la différence des procédés des deux pays et exprima le regret de ne pouvoir à Brest commencer une manifestation à la caserne Fautras pour la terminer à l’église St Louis. »[7]

 Comment organiser un congrès socialiste?

Le maire de Brest, sachant qu’il doit organiser un grand rassemblement socialiste quelques mois plus tard, a sans doute accordé beaucoup d’importance à l’organisation de ce congrès de Bâle. A-t-il pour autant emprunté des éléments de mise en scène ? On aimerait pouvoir en savoir davantage, tout comme on voudrait en savoir davantage sur ce qu’ont pensé les délégués bretons de ce grand rassemblement contre la guerre. La seule chose qu’on peut mentionner à ce sujet pour le moment est un rapport du sous-préfet de mars 1913 relatant la préparation du congrès national de la Sfio dans la ville de Masson. Sur le même principe des bannières et des oriflammes qu’il a vu à Bâle, le maire souhaite en effet décorer les rues de la ville, et le sous-préfet de préciser les choses :

«En vue du prochain congrès socialiste qui doit se tenir samedi prochain, la Municipalité fait ériger dans les rues de Brest des mâts rouges surmontés d’une oriflamme également rouge portant les initiales P.S du parti socialiste. J’estime que ces oriflammes ne constituent pas un emblème séditieux. »[8]

Ce courrier du sous-préfet, qui précise aussi qu’il ne souhaite pas prendre des mesures coercitives contre la municipalité socialiste durant cette période où tous les leaders socialistes nationaux seront présents, nous montre donc un aspect de la préparation du congrès de la Sfio. Comme à Bâle, les socialistes bretons ont souhaité décoré les rues tout au long du parcours du cortège qui est prévu. Passant de Bâle à Brest, j’y reviendrai dans un prochain billet ; mais avant cela deux étapes d’escale seront faites : le Pré-Saint-Gervais et Rennes, où les manifestations contre la guerre et contre la loi des trois ans mobilisent les forces  socialistes. Entre temps, il me faudra aussi finir de lire Les Cloches de Bâle d’Aragon, que je trouve par bien des côtés ennuyeux, ainsi que Gegen Den Krieg. Dans ce dernier cas,  lisant très mal l’allemand, je le ferai sans doute avec grande difficulté, un peu comme les congressistes qui lors de la réunion à Brest ont écouté le discours du socialiste allemand Molkenbuhr avant qu’on traduise dans un second temps ses propos.Mais je reviendrai aussi plus tard sur cet aspect! Enfin le congrès de Bâle a fait l’objet d’une commémoration en novembre dernier : on peut avoir davantage de renseignements en consulter le site de ce centenaire .


[1] Marcel Cachin, Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993, p.677.

[2] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912 «  le meeting contre la guerre ».

[3] Idem.

[4] Georges Haupt (édit.) Congrès international extraordinaire, Bâle, 24-25 novembre 1912, Genève, Minkoff reprint, 1980.

[5][5] Bernard Degen et alii, Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität, Bâle, C.Merian Verlag, 2012.

[6] G.Haupt, op.cit, p.30

[7] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912.

[8] Rapport du 19 mars 1913, Archives départementales du Finistère, 1M218.

Le 10 juillet des parlementaires socialistes bretons

"L'Histoire jugera" L.Blum, 1945, DR

Le 10 juillet 1940 l’ensemble des parlementaires français est amené à se prononcer sur le sort de la constitution de la IIIe République. Ce régime est contesté par un mouvement de fond mis en lumière par la défaite éclair de juin 1940 : l’ensemble de la classe politique est discréditée car elle est jugée responsable du désastre, mais nombreux sont ceux qui estiment que la gauche parlementaire est davantage coupable encore depuis l’accession au pouvoir du Front populaire en 1936. Les Allemands ont progressé rapidement à l’intérieur du pays et le 17 juin un nouveau gouvernement est constitué sous la direction de Philippe Pétain : il décide d’emblée de demander l’armistice qui est signé le 22 juin. Mais ce nouveau pouvoir souhaite en finir avec ce régime républicain : à Vichy les 9 et 10 juillet 1940, les parlementaires doivent décider non seulement de la révision de la constitution, mais aussi de l’avenir de la République[1].

                Dans ma recherche, l’année 1940 marque la fin de la période que j’étudie. Mais le vote du 10 juillet est un révélateur des atermoiements des députes socialistes bretons face à la guerre, à la défaite et à l’ordre nouveau qui se profile. C’est pourquoi il me semble important d’y revenir ici. Quatre députés socialistes se rendent à Vichy comme une grande partie des parlementaires français. Il y a deux députés du Finistère, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, le député du Morbihan Louis L’Hévèder et Philippe Le Maux élu des Cotes-du-Nord. Les Allemands sont déjà présents dans la région et les élus ont dû tout d’abord faire face à cette rapide occupation de l’espace : ainsi à Landerneau, ville dont Jean-Louis Rolland est également maire, les Allemands entrent le 19 juin. Deux élus les accueillent, le maire tout d’abord mais également le député de la circonscription, le démocrate populaire Paul Simon, et le premier contact est conflictuel car des combats ont eu lieu autour de la ville car Landerneau était situé sur la route d ‘évacuation des marins français qui voulaient trouver refuge à Brest. Le capitaine allemand a signifié aux élus que ses hommes n’avaient pas subi de perte ; dans le cas inverse, il aurait fait raser la ville.

                Ce premier contact peut sans doute aider à mieux comprendre la suite des événements. Pierre Laval et Philippe Pétain ont en effet décidé de statuer sur l’avenir de la République en réunissant l’ensemble des députés et des sénateurs à Vichy les 9 et 10 juillet. L’organisation d’une telle séance dans un pays défait et occupé pour partie, est difficile, Laval espérant d’ailleurs que les élus soient peu nombreux. Certains d’entre eux sont en effet encore sous les drapeaux, d’autres ont préféré rester dans leur circonscription. Pour les élus bretons, il faut déjà rejoindre Vichy qui est une ville éloignée de leur région. Des voyages collectifs ont organisé, ainsi quatre parlementaires du Finistère se rendent dans la nouvelle «capitale» du pays ensemble en voiture. Je ne sais pas comment arrivent les quatre députés socialistes, mais ils ont a priori des opinions différentes sur l’avenir de la France. Louis L’Hévèder est un partisan affirmé du pacifisme qu’il a défendu jusqu’au bout dans les tribunes du quotidien socialiste Le Populaire. Philippe Le Maux et Jean Louis Rolland sont quant à eux également partisans du courant pacifiste de Paul Faure, Tanguy-Prigent ayant quant à lui évolué vers des positions plus intransigeantes face à l’Allemagne et acceptant en conséquence après Munich la nécessité d’une position ferme face au nazisme. Mais le vote du 10 juillet ne recouvre que partiellement les positions socialistes adoptées auparavant. 569 parlementaires lors de la séance votent pour les pleins pouvoirs à Pétain, 80 votent contre et 20 s’abstiennent. Le groupe socialiste compte 36 opposants sur les 132 présents.

                Deux députés ont voté pour les pleins pouvoirs : Louis L’Hévèder qui justifie son vote par le désordre dans lequel la France était plongée depuis la défaite et plus étonnement par la peur que les Allemands utilisent un vote négatif des représentants bretons comme une marque de séparatisme. Philippe Le Maux fait de même, les deux étant profondément marqués par le pacifisme. Quant aux deux députés du Finistère, ils votent contre, y compris Jean-Louis Rolland connu pour avoir des positions paul-fauristes. D’ailleurs sur les 11 parlementaires de ce département présents à Vichy, 7 votent contre, ce qui en fait un département exceptionnel par rapport au reste de la Bretagne puisque tous les autres parlementaires de la région ont voté pour. Comment expliquer un tel nombre ? L’historien doit ici accepter de ne pas pouvoir tout connaître des motivations des différents acteurs, il peut seulement tenter d’étudier l’événement avec le maximum d’informations, ce que je m’efforce de faire durant cette recherche.

                Après leur vote négatif, Jean Louis Rolland et Tanguy-Prigent participent peu à peu à des actions de la Résistance. Les deux autres députés socialistes se sont tenus à l’écart du nouveau pouvoir bien qu’on leur reproche par la suite une attitude de soutien à Vichy. Ainsi, le parcours de ces quatre élus peut illustrer toute la difficulté qu’il y a à étudier les socialistes durant l’année 1940 et les premiers mois de l’occupation. Mais connaître leur rapport à la Première Guerre mondiale et  au pacifisme peut y aider. C’est du moins ce que j’essaye d’étudier dans ma thèse. Après l’instauration du gouvernement de Vichy, Rolland et Tanguy-Prigent essayent dans un premier temps de se lancer dans une sorte d’opposition légale au régime en restant dans leur fonction de maire et contestant la politique mise en place par Pétain: ils se savent toutefois dans le collimateur de l’occupant et du nouveau régime et participent de plus en plus par la suite à des actions clandestines de la résistance. Le Maux et L’Hévèder se tiennent à l’écart, mais en 1944 la SFIO reconstituée exclut les parlementaires qui ont voté pour les pleins pouvoirs, effaçant par la même leur rôle dans l’action socialiste avant 1940 dans la région. On retient davantage les 80 courageux parlementaires qui ont le 10 juillet 1940 choisi de défendre les valeurs républicaines, ou qui avaient peut-être d’autres motiviations comme en témoigne cette citation de Louis Noguères : « quelques pas plus loin, Le Bail, député radical socialiste du Finistère, m’accrochait pour me confier, l’air radieux : « Je sais que tu as voté non : moi aussi, parce que moi qui suis Breton, j’ai trouvé ce moyen pour dire ‘merde’ à Hitler »[2].


[1] Sur cette question voir l’excellent travail d’Olivier Wieviorka Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français 1940-1945, Paris, Le Seuil, 2001.

[2] L.Noguères, déposition devant la Commission parlementaire d’enquête sur les événements survenus en France de 1933 à 1945, cité par Marc Sadoun, Les Socialistes sous l’Occupation, Paris, PFNSP, 1982, p.41.