Archives du mot-clé pratiques militantes

Docteur Flamme en Bretagne: qu’est-ce que le « socialisme actif »?

Le Populaire, 5 avril 1934

Il y a quelques semaines, j’ai indiqué une liste des billets à venir qui avaient tous comme thème commun les nouvelles pratiques militantes des socialistes durant les années 1930. Le 1er d’entre eux portait sur une commémoration de la mort de Jaurès qui comportait bon nombre de caractéristiques « traditionnelles » de la mobilisation militante et je voulais ensuite montrer en quoi le contexte des années Trente avait entraîné des ajustements dans l’identité militante socialiste. Depuis je travaille sur ce thème, qui deviendra un des chapitres de la thèse et je ne suis pas sûr de respecter mon programme élaboré auparavant pour ce carnet. Mais voici toutefois quelques jalons de la réflexion en cours.

            Tout d’abord ce ne sont pas les pratiques militantes en tant que telles qui m’intéressent mais plutôt de voir si elles sont marquées par la violence ou des pratiques que l’on utilise habituellement dans un contexte de guerre. C’est pourquoi dans l’étude de cet aspect, la lecture du livre de Serge Tchakhotine , Le Viol des foules par la propagande politique[1] m’a semblé être un bon moyen de poser des éléments d’une problématique plus ample.Tchakhotine était un scientifique qui s’est mis au service du parti social-démocrate en Allemagne afin de lutter contre le nazisme et surtout afin de trouver les meilleurs moyens pour gagner la population aux idées socialistes. Son livre de psychologie sociale est publié pour la première fois en 1939 en France, après avoir été dans un premier temps censuré par le ministère des affaires étrangères. Mais cette première version, plusieurs fois rééditée dans l’année (celui que j’ai pu lire est imprimé le 12 juillet 1939 et correspond à la 8ème édition : ces nombreuses rééditions dans la même année sont-elles le signe d’un succès ?) est très rapidement mise au pilon par les occupants allemands en 1940. C’est pourquoi l’auteur en republie une version modifiée en 1952 et c’est aujourd’hui ce livre que l’on peut trouver facilement en librairie. Les deux éditions sont toutefois très différentes et pour mon propos je me suis aperçu qu’il valait mieux utiliser la version de 1939. Sans m’étendre sur ce point, on peut voir que dans la publication de 1952 le chapitre intitulé «  le Socialisme actif » a disparu même si son contenu se retrouve modifié dans la nouvelle mouture. Et en ce qui concerne l’un des aspects les plus connus de l’oeuvre de Tchakhotine, à savoir l’invention du sigle des trois flèches qui se popularise dans les années Trente dans plusieurs partis socialistes européens, l’auteur écrit en 1939 « nous avons entre les mains le récit authentique et inédit […] il est écrit par l’homme qui a été à l’époque le chef de propagande du « Front d’airain » […] nous le transcrivons ici directement ». Commence ensuite le récit et tout est fait pour que le lecteur pense que Tchakhotine reprend des écrits d’une autre personne qui n’est pas identifiée qui explique avec de nombreux détails comment l’insigne des trois flèches s’est imposé comme un moyen de lutte efficace contre le nazisme. Dans la version de 1952, tout cela est réécrit « Le destin a voulu […] que je devienne le chef de propagande du «  Front d’airain » et le récit se poursuit ensuite cette fois ci à la première personne. Sans doute l’auteur, réfugié en France en 1939 avait-il voulu se protéger en cachant assez maladroitement d’ailleurs sa véritable identité.

            On voit donc que les deux versions sont assez différentes et pour l’étude du sujet qui m’intéresse la version de 1939 est plus adaptée, même si dans la réécriture postérieure, des éléments nouveaux d’explication sur le contexte des années 1930 sont fournis. Mais ce livre apporte surtout des données sur les moyens de lutter contre le nazisme et l’auteur a voulu les utiliser également en France. En effet Serge Tchakhotine se réfugie en France et devient un conseiller écouté de Marceau Pivert un des leaders de la gauche de la Sfio[2]. Quelques unes des idées de celui qui prend le pseudonyme de « Docteur Flamme » sont reprises par le PS français : des slogans simples, le logo des trois flèches et la constitution de groupes d’autodéfense parmi les militants socialistes. Si ce personnage et son action sont encore assez méconnus[3], on peut voir que la Sfio à partir de 1933 s’approprie ses principes de « socialisme actif », parfois au prix d’explications nécessaires comme le suggère le dessin en illustration publié le 5 avril 1934 dans le quotidien socialiste Le Populaire .

            Mais il m’importe dorénavant de comprendre et de découvrir comme ces principes sont reçus dans les fédérations bretonnes de la SFIO. Ainsi j’essaye de découvrir à quelle période les trois flèches deviennent réellement le symbole du parti et de voir comment il s’impose entre 1935 et 1936 comme un insigne de combat contre le fascisme et d’affirmation de la force socialiste.

            Pour ce faire, il me faut lire et relire plusieurs articles accessibles en ligne sur le sujet :

–          E.Nadaud « le renouvellement des pratiques militantes de la S.F.I.O. au début du Front populaire (1934-1936) » Le Mouvement Social, n° 153, octobre-décembre 1990

–          P.Burrin « Poings levés et bras tendus. La contagion des symboles au temps du Front populaire » Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°11, juillet-septembre 1986.

–          G.Vergnon « le poing levé, du rite soldatique au rite de masse. Jalons pour l’histoire d’un rite politique » Le Mouvement Social, n°212, juillet-septembre 2005.

–          A.Collignon « Les Jeunes gardes socialistes, ou la quête du Graal révolutionnaire, 1930-1935 » Cahiers d’Histoire du Temps Présent, n° 8 2001.

–          P.Pasteur « Le Semeur, la semence et le fidèle combattant de l’avenir ou la masculinité dans la social-démocratie autrichienne (1888-1934) » Le Mouvement Social,  n° 198, janvier-mars 2002.

        Ces différents travaux sont parmi ceux qui m’aident le plus dans la réalisation de mon propre travail de recherche sur ce sujet. Mais il faut aussi rassembler des faits sur ces nouvelles pratiques militantes en Bretagne. C’est ce que je fais actuellement en me penchant davantage sur le rôle des socialistes dans les campagnes. On y découvre ainsi autour de la figure de Tanguy-Prigent des actions qui semblent s’inspirer des nouveaux moyens de lutte qui s’affirment au sein de la SFIO. Ainsi on évoque régulièrement des paysans socialistes, les « Cravates rouges » qui s’opposent aux  partisans de Dorgères, les « Chemises vertes ». Face à la violence du fascisme, Serge Tchakhotine écrivait en 1939 : « pour édifier rapidement le socialisme, la vraie démocratie, il faudra employer la même méthode d’obsession provoquée, agissant ici non plus sur la peur, mais sur l’enthousiasme, la joie, l’amour. Une propagande violente de non-violence. »[4]. J’essayerai de voir dans le prochain billet (« Cravates rouges contre chemises vertes ») comment le socialiste Tanguy-Prigent a essayé de mettre en pratique cette idée face aux partisans du fascisme rural[5] en Bretagne.


[1] S.Tchakhotine, Le Viol des Foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1939. Nouvelle édition refondue en 1952.Le livre est aujourd’hui disponible dans la collection « Tel »Gallimard

[2] Sur Marceau Pivert, on lira avec profit la très bonne biographie écrite par Jacques Kergoat, Marceau Pivert, “socialiste de gauche”, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1994.

[3] C’est ce que souligne plusieurs travaux que j’ai pu lire. Des historiens comme Eric Nadaud travaillent en ce moment sur l’histoire des trois flèches et apporteront sans aucun doute des informations complémentaires. Tchakhotine est également le sujet d’un documentaire récent dont on peut avoir des détails ici.

[4] S.Tchakhotine, 1939,op.cit., p.251

[5] Je reprends ici l’expression de Robert Paxton, Le temps des chemises vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural, 1929-1939, Paris, Le Seuil, L’Univers historique, 1996.

Commémorer Jaurès à Brest en 1930

                   Ce premier billet de la série sur les pratiques militantes et culturelles de la Sfio s’attache à étudier un rendez-vous obligé dans l’entre-deux-guerres des socialistes : la commémoration de la mort de Jaurès à la fin du mois de juillet 1914. Je partirai d’un compte rendu publié dans la presse militante afin de comprendre ce que ce type de pratique apporte à l’identité militante des socialistes. Il s’agira aussi, à partir d’un objet d’étude désormais bien étudié en histoire et dans les autres sciences sociales – la commémoration-, de mettre en évidence toutes les ressources mobilisées lors de ce rassemblement, d’en comprendre le sens et d’apporter des éclaircissements, à partir d’une étude de cas, sur la signification de telles pratiques pour les militants socialistes au début des années 1930.

                Si on retient pour définition du terme de  commémoration « tout rassemblement, organisé dans l’intention d’être publicisé au-delà du cercle de ses participants, et dont un motif, au moins, est l’hommage à une ou plusieurs personnes décédées »[1], il est nécessaire de savoir comment cette pratique se décline et devient une démonstration politique pour la Sfio.

                Chaque année à la fin du mois de juillet, de nombreuses sections socialistes organisent une cérémonie pour l’anniversaire de la mort de Jaurès. Le Breton socialiste, nouvelle publication de la fédération du Finistère depuis 1929, fait le compte rendu très précis de cette manifestation[2] qui a lieu le 30 juillet 1930. C’est la salle Pelloutier de la Maison du peuple, lieu traditionnel de rassemblement et de meeting, qui accueille la réunion. A la même époque, ce siège des organisations syndicales est le lieu de confrontation et de cohabitation entre les syndicats et les organisations politiques issues du mouvement ouvrier : ainsi Daniel Guérin, à l’époque jeune militant syndical parisien, nous donne une description désabusée de la Maison du peuple brestoise en 1930 : « je tombe d’abord sur le concierge, qui est un «  autonome » [il s’agit probablement de Jean Tréguer militant libertaire brestois] : il déblatère contre le secrétaire confédéral, peste, avec encore plus d’acrimonie, contre le secrétaire unitaire. Dans le couloir, deux portes se font face : celle des frères ennemis. Ils passent chaque jour devant le portier sans lui annoncer la parole (…) Dans cette Maison du peuple, en conséquence, il n’y a plus de peuple. Je la trouve quasi morte (…)Dans la salle de réunion, les bancs sont, le plus souvent, vides. Les livres de la bibliothèque sommeillent, intouchés »[3] . Si les querelles entre confédérés, libertaires et unitaires, ainsi qu’entre socialistes, communistes et anarchistes, sont bien réelles et nombreuses, on peut toutefois constater que pour cette réunion de commémoration on assiste justement à un rassemblement plus large autour des socialistes. L’assistance est nombreuse, autour d’un millier de personnes, et plusieurs militants sont présents sur l’estrade autour des orateurs : on y voit des représentants de la maison du peuple, de la CGT confédérée, mais encore du comité de défense laïque, de la Ligue des droits de l’Homme et de l’association des blessés du poumon, autant de groupes liés au milieu partisan socialiste.

                La salle pour l’occasion a été décorée : on peut voir le buste de Jaurès, décoré de roses rouges, il y a les bannières des sections de Brest, ainsi que des banderoles reprenant des paroles de Jaurès et de Guesde. Le cérémonial semble avoir été bien préparé : la réunion débute tout d’abord par l’Internationale. Ensuite le public peut entendre le récit de la mort de Jaurès fait par Renaudel grâce à l’écoute d’un disque, dont le son est amplifié par un technicien. Ce disque appartient à une collection « La voix des nôtres » lancée par Jean Lorris en 1929 qui commercialise quelques grands discours des leaders socialistes sous cette forme. Ce discours de Renaudel, qui dure 5 minutes, relate la dernière journée de Jean Jaurès le 31 juillet 1914. Il s’agit là d’une innovation dans un meeting socialiste brestois que d’avoir mis en place l’écoute publique d’un disque de propagande. On sait qu’il y  a parfois des extraits de films qui sont projetés dans de tels meetings[4] mais on n’en retrouve trace qu’à la fin des années Trente en Bretagne.

                L’orateur principal est le député socialiste Hippolyte Masson : né en 1875, il est en 1930 député depuis 1928 de la 2ème circonscription de Châteaulin et c’est le principal leader de la fédération du Finistère. Il retrace les principales étapes de la vie de Jaurès, émaillant son discours de citations et de souvenirs personnels. Dans son discours, il insiste d’ailleurs sur des aspects qu’il juge importants pour les socialistes qui l’écoutent : il affirme avant tout l’adhésion de Jaurès à la laïcité, tant cela est déterminant pour les militants de gauche en Bretagne. Surtout, il s’en prend sans les nommer aux communistes : il faut répudier comme le faisait Jaurès « l’ouvriérisme », manière explicite de s’en prendre au PCF qui a adopté le mot d’ordre « Lutte classe contre classe » ; il faut surtout affirmer la nécessité selon Masson des « réformes graduelles ». Si Jaurès a su affirmer l’association nécessaire entre le socialisme et la république, pour le député breton, son action est toujours d’actualité et doit permettre de lutter contre les idéaux communistes. Le discours est interrompu par des applaudissements à plusieurs reprises et se termine par une «  ovation unanime et émotive » selon le compte rendu car Masson a eu du mal à prononcer son discours, amoindri qu’il était par une sciatique très douloureuse.  On perçoit ici l’importante de cette cérémonie que l’on peut nommer rituelle : Masson malgré son état se devait d’être là ; ensuite l’acte de commémoration a plusieurs fonctions. Il s’agit d’unifier les militants socialistes autour d’une figure unanime. Mais le registre commémoratif permet également de s’opposer aux communistes qui au même moment tentent de s’approprier la ferveur militante des ouvriers, à Brest comme ailleurs.

                Mais le meeting ne se termine pas encore : comme souvent à cette période, on y associe des éléments plus festifs et distrayants[5]. Ici, ce qui est mis en valeur, c’est avant tout la lutte pour la paix que le leader socialiste a pu mener jusqu’à sa mort.

                On trouve dans cette réunion deux types de spectacles : tout d’abord des chansons et ensuite une pièce de théâtre. Le meeting a été ouvert au chant de l’Internationale, qui n’est pas réservé comme semble le croire P.Cossart dans son étude sur le meeting politique aux seuls rassemblements communistes. Mais ce sont ensuite « des chants réalistes, glorificateurs de la paix et du travail » qui succèdent à l’allocution du député Masson.  C’est avant tout un répertoire datant d’avant 1914 qui est mis ici en valeur : ainsi le secrétaire de la section socialiste de Brest Joseph Le Meur, qui appartient à la gauche du parti, entonne devant l’auditoire deux chansons « Si les métaux parlaient » et « Guerre à la guerre ». Elles ont été écrites par le chansonnier Robert Guérard et le second chant, datant de 1912, est populaire chez les militants antimilitaristes et pacifistes[6]. Selon le Breton socialiste, le public a d’ailleurs repris en chœur le refrain de cette chanson «  debout, guerre à la guerre ! ». Il n’est d’ailleurs pas anodin que de telles chansons animent cette réunion : datant d’avant 1914, elles perpétuent une mémoire des luttes communes ; illustration du traditionnel antimilitarisme du mouvement ouvrier, elles ont reçu un nouveau sens après la Première Guerre mondiale et alimentent un pacifisme de plus en plus rassembleur. Surtout, et peut-être n’est-ce pas un hasard que le « chanteur » soit Le Meur, lui qui est revenu à la Sfio en 1928 après avoir rejoint les rangs du communisme, ces chansons sont antérieures à la séparation de 1920 et peuvent concrétiser le mythe de l’unité au sein du mouvement ouvrier, ici à l’avantage de la Sfio.

                La dernière partie du meeting peut avoir le même objectif : une pièce de théâtre est proposée aux spectateurs. Il s’agit d’une pièce anticléricale « La Pieuvre » qui a été mise en scène par le militant anarchiste René Martin et qui est jouée par des acteurs de la troupe de la Maison du peuple. On connaît l’activité de cette troupe de théâtre social grâce aux mémoires d’un des acteurs, militant anarchiste brestois, René Lochu[7]. Sur ce point, je ne suis pas d’accord encore une fois avec l’étude de P.Cossart qui semble voir dans l’entre-deux-guerres  comme une nouveauté la représentation de pièces de théâtre dans les meetings. Le théâtre social lié au mouvement ouvrier est bien antérieur comme la thèse de Marjorie Gaudemer l’a démontré[8]. Il n’est peut-être pas non plus un hasard que les organisateurs de la commémoration de la mort de Jaurès aient choisi d’inclure une représentation théâtrale : Jaurès en effet écrit à plusieurs reprises sur les rapports entre le théâtre et le socialisme en expliquant par exemple en 1900 l’importance du théâtre de contestation sociale et  que « sous cette forme variée, multiple, se prépare, en effet, une sorte de renouvellement socialiste du théâtre »[9]. Il me semble également essentiel de souligner que la troupe qui joue ce soir-là est composée de militants libertaires et donc cela illustre une certaine union entre eux et les socialistes, ce qui se retrouve à de multiples reprises dans l’entre-deux-guerres même si les militants libertaires sont de moins en moins nombreux. Et c’est aussi une telle unité, impossible à la même période avec les communistes, qui est finalement mise en valeur dans le compte rendu du journal militant puisqu’il est dit que «  de nouvelles occasions se représenteront pour célébrer dignement d’autres événements mémorables pour le prolétariat mondial ».

                Je voudrais enfin insister sur deux aspects avant de terminer ce billet : tout d’abord ce type de commémoration sous cette forme me semble être au cours des années trente être amené à disparaître. En effet, on assiste dans la période suivante à de nombreuses autres innovations, à une nouvelle organisation des meetings et des commémorations et cet exemple de 1930 me semble être l’aboutissement d’un registre commémoratif amené à disparaître. On perçoit déjà ici une superposition des registres, entre une représentation théâtrale et des chants qui se placent dans la tradition militante d’avant 1914 et l’utilisation d’un moyen moderne de communication et de propagande, à savoir l’écoute amplifiée d’un discours  grâce à un disque et à un phonographe. C’est le sujet des prochains billets que de mettre en évidence ces innovations dans les pratiques militantes socialistes. L’autre élément qui me semble important à retenir est la mise en évidence d’une cérémonie parfaitement organisée et ritualisée. Il s’agit dans ce cadre d’organiser une commémoration produisant un effet collectif qui renforce la cohésion militante. On assiste donc à la mise en évidence d’un « rituel » qui me semble devoir être analysé plus encore. Chanson au début et à la fin, écoute attentive de discours, pratiques collectives d’approbation, tout cela peut par exemple faire penser à des cérémonies religieuses. Si on ajoute que lors de la réunion, des quêtes furent organisées avec des militantes passant dans les rangs, on peut au moins s’interroger sur le mimétisme avec l’organisation d’une messe catholique, et peut-être aussi utiliser la notion de «  transfert de foi ». J’y reviendrai dans le dernier billet de cette série sur les pratiques militantes et culturelles des militants socialistes bretons.


[1] Article « Commémoration » in O.Filieule, L.Mathieu et C.Péchu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po., 2009, pp. 116-123.

[2] « Anniversaire de la mort de J.Jaurès » Le Breton Socialiste, 9 août 1930.

[3] Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée, Paris, Actes Sud, coll. «Babel-Révolutions », 1997, rééd., pp45-46

[4] P.Cossart évoque une telle pratique lors d’un meeting commémorant la mort de Jaurès à Lyon en 1931. Voir P.Cossart, Le meeting politique de la délibération à la manifestation (1868-1939), Rennes, PUR, 2010, p.261.

[5] P.Cossart dans son étude déjà citée montre que les meetings des années de l’entre-deux-guerres sont souvent associés à des pratiques de divertissement. C’est le cas en particulier dans le chapitre 6 «  le meeting, vitrine du parti », op.cit, pp. 239-268. Les travaux de P.Cossart méritent toutefois d’être nuancés car je trouve que les évolutions importantes des pratiques militantes et culturelles  durant les années Trente ne sont pas réellement perçues : l’un des objectifs de cette série de billets en cours est justement de montrer que les militants socialistes recourent à un nouveau répertoire de pratiques au cours de ces années, tant le contexte change rapidement. J’y reviendrai dans le billet consacré aux travaux de Serge Tchakhotine.

[6] Sur ce sujet, R.Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire, de la Commune au Front populaire, Paris, éditions ouvrières, 1990. On y retrouvera la partition et les paroles de « Guerre à la guerre, marche humanitaire » p.207. Sur le même sujet, bien que concernant une période antérieure, on peut lire avec profit l’étude de P.Darruilat, La muse du peuple. Chansons politiques et sociales en France 1815-1871, Rennes, PUR, 2011.

[7] R.Lochu, Libertaires, mes compagnons de Brest et d’ailleurs, Quimperlé, éditions La Digitale, 2007. Ce texte autobiographique est très précieux sur le mouvement ouvrier brestois des années Trente.

[8] M.Gaudemer, Le Théâtre de propagande socialiste en France, 1880-1914, thèse d’études théâtrales, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, 2009. Voir également son article « Le théâtre socialiste dans le nord de la France avant 1914 » consultable ici :http://www.erudit.org/revue/annuaire/2006/v/n39/041640ar.pdf

[9] J.Jaurès « Le théâtre social » [1900] in C.Meyer-Plantureux, Théâtre populaire, enjeux politiques de Jaurès à Malraux, Bruxelles, Complexe, 2006, p.83.

Étudier les pratiques militantes et culturelles de la Sfio dans les années 1930

                Après une pause de plus d’un mois, conséquence de plusieurs lectures, de tentatives d’écriture de passages de la thèse et surtout de mes activités professionnelles d’enseignement, je reprends ce carnet de recherches avec une série de cinq études sur le thème des pratiques militantes socialistes, mais aussi culturelles, dans les années 1930.Il s’agira surtout d’apporter quelques éclaircissements sur la présence de la guerre et de la violence dans ces pratiques afin de mieux comprendre en quoi consiste l’identité partisane dans un contexte de plus en plus marqué par l’ombre d’un nouveau conflit menaçant et la présence de mouvements hostiles à la démocratie. Le premier billet portera sur une commémoration de la mort de Jaurès à Brest en 1930 : le déroulement de cette réunion militante permet de saisir quelques éléments de la composante militante et culturelle des socialistes dans l’entre-deux-guerres, tout en comprenant l’importance du pacifisme dans l’identité partisane. La seconde étude analysera le livre de Serge Tchakhotine, Le Viol des foules, écrit à la fin des années 1930[1] : l’étude de ce livre, qui cherche à promouvoir de nouveaux moyens de lutte contre le fascisme, me permettra surtout de découvrir si les prescriptions de Tchakhotine ont été suivies d’effet dans les sections socialistes de Bretagne. Ensuite, deux autres billets auront pour objet l’étude plus approfondie du pacifisme : tout d’abord à travers une controverse en 1933 entre Raymond Aron et Georges Canguilhem[2], j’essayerai de mieux comprendre ce que représente l’hostilité à la guerre dans la culture militante de la Sfio; ensuite je tenterai de mesurer l’influence d’Alain, qui est dans cette période un intellectuel pacifiste de référence[3]. Il s’agira justement de retrouver des traces de son discours et de son influence dans les écrits des militants socialistes bretons. Le dernier billet aura pour vocation de rassembler et d’approfondir les quelques éléments importants relevés précédemment tout en étudiant plus largement l’ensemble des pratiques militantes et culturelles au sein de la Sfio à la fin des années Trente à partir des publications sur ce sujet[4] mais surtout en utilisant les sources que j’ai pu utilisées pour le moment. Chacun de ces billets à venir évoquera donc un aspect des rapports à la violence et à la guerre qu’ont les militants socialistes durant cette période, mais en élargissant les perspectives et en désenclavant l’étude d’évènements vécus, comme la Première Guerre mondiale. Cette série me permettra enfin de dévoiler par la suite la structure d’ensemble du plan de la thèse en cours de rédaction. Le premier sera posté dans quelques jours.


[1] S .Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1ère éd. 1939

[2]  Je partirai pour cette étude de la récente publication du 1er tome de ses Œuvres complètes, Écrits philosophiques et politiques (1926-1939), Paris, Vrin, 2011. On peut lire  également dans cet ouvrage le texte de Raymond Aron qui a entraîné une réponse de Canguilhem.

[3] Mesurer l’influence d’Alain sur les socialistes passe d’une part par l’étude des ses textes et d’autre part par une étude dépassant l’évocation de son influence sur les seuls intellectuels, objet de plusieurs travaux historiques.

[4] Je pense  en particulier ici aux travaux de Pascal Ory sur les pratiques culturelles au temps du Front populaire ou à ceux d’ Éric Nadaud sur les pratiques militantes de la Sfio.