Archives du mot-clé Première Guerre mondiale

Un drôle de socialiste ? Marcel Ruedel, directeur des Annales coloniales

extrait de l'Eveil breton, 7 mai 1924.
extrait de l’Eveil breton, 7 mai 1924.

Le prochain billet devait traiter des travaux de l’historien Norman Ingram sur le pacifisme et la Ligue des droits de l’homme dans l’entre-deux-guerres. Ce sera pour plus tard, car j’ai finalement choisi de traiter maintenant d’un autre sujet. Lorsque que l’on cherche des informations sur l’histoire locale de la ligue des droits de l’homme, les comptes rendus des congrès annuels disponibles en ligne sur le site Gallica sont très précieux. Plusieurs socialistes bretons interviennent dans les débats dans l’entre-deux-guerres : C’est  le cas d’Olivier Kerjean, journaliste de Brest, ou de François Bosser, institutrice à Riec-sur-Belon et ardente militante de l’innocence de Guillaume Seznec. Auguste Damalix, également instituteur, est, quant à lui, membre du comité central de la LDH. En 1933, c’est le socialiste rennais Albert Aubry qui intervient à la tribune. Aubry est un militant socialiste dès avant la Première Guerre mondiale. Instituteur, il est mobilisé en temps d’officier en 1914 et reçoit plusieurs décorations pour sa bravoure aux combats. Élu député d’Ille-et-Vilaine en 1919, il joue un grand rôle à l’assemblée dans les débats sur l’adoption d’un statut pour les anciens combattants et les mutilés, lui-même avait perdu un œil à la guerre. C’est le responsable de la petite fédération socialiste du département, mais après sa défaite aux législatives de 1924, il souhaite exercer sa profession d’enseignant en Indochine. Son séjour dans ces terres coloniales françaises fut mouvementé : président de l’union des fonctionnaires, il a dû faire face à l’hostilité du gouverneur général et de l’administration coloniale qui le voient comme un dangereux agitateur. Plusieurs sanctions tombent, jusqu’à ce que finalement il soit obligé de regagner la France. Son intervention au congrès de la Ligue de 1933 relate son expérience en Indochine. En 1936, il se présente à nouveau aux législatives, mais échoue encore, tout en étant un des responsables de la fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine. Après la défaite française de 1940, il est rapidement résistant, membre du réseau CND Castille et de Libération-Nord. C’est donc un acteur essentiel du socialiste breton durant cette période, et il est bien sûr présent dans le travail de recherche que je mène. J’ai passé de longs moments ces jours-ci à tenter de reconstituer son parcours en Indochine, avec en particulier l’aide de son dossier d’instituteur de l’inspection académique de Rennes qui relate son séjour difficile à Saigon. Mais ce n’est pas de cela que je veux parler ici.

À part les journaux socialistes, personne ne prend la défense d’Albert Aubry, qui est ce que l’administration appelle une « forte tête ». C’est pourquoi je fus dans un premier temps étonné de trouver dans les colonnes des Annales coloniales un article le défendant :

« Aubry, ancien député, professeur au lycée de Chasseloup-Laubat à Saigon, Aubry est un glorieux mutilé de la guerre. Il a sans compter versé son sang sur les champs de bataille, pour la France […] Il semble qu’un tel porte-parole devait tout au moins être écouté avec attention par M. le Gouverneur de Cochinchine.[1] »

Lors de la dernière entrevue avec l’administration coloniale, Aubry s’est fait en effet expulsé du bureau du gouverneur qui hurlait « foutez-moi le camp » ! L’auteur de l’article des Annales coloniales, Georges Nouelle, est un parlementaire, vice-président de la commission des colonies. Comme Aubry, il était également membre de la Sfio. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est davantage encore la personnalité du directeur de cette publication, Marcel Ruedel. Il a créé cette revue coloniale en 1900, et il en est le directeur jusqu’à sa mort en 1933. Mais il est surtout  membre de la section socialiste d’Étables, petite commune côtière des Cotes-du-Nord. On comprend donc pourquoi il défend le cas d’Albert Aubry, ancien député socialiste breton. J’ai découvert qu’il publie également dans sa revue des articles d’un autre député socialiste de la région, Émile Goude. Ainsi, le député brestois relate avec précision son attachement aux colonies, en particulier en Afrique, et évoque ses nombreux séjours dans les colonies, ce qui fournit une documentation indispensable sur cet aspect de sa vie.

Marcel Ruedel, en tant que militant socialiste en Bretagne, a laissé peu de traces. Il n’apparaît pas, ou très peu, dans les études historiques traitant de ce sujet ; il n’a pas non plus de notice biographique dans le Maitron. Pourtant, il se présente sur la liste socialiste aux législatives de 1924 dans le département des Côtes-du-Nord, et l’hebdomadaire de la fédération, l’Éveil Breton, donne de précieux renseignements à son sujet.

Né à Paris en 1879 dans une famille originaire de Bretagne, il fait ses études au lycée Henri IV, puis à la Sorbonne où il est un des élèves de Lavisse. Après ses études, il se passionne pour la géographie, fait un séjour en Tunisie, puis à son retour collabore à plusieurs journaux. Il fonde en 1900 Les Annales coloniales, et à partir de 1904, il travaille à l’Assemblée nationale, ce qui lui permet d’avoir de nombreux liens avec des députés de tous les bords politiques qui écrivent ensuite dans sa revue. Durant la guerre, il est directeur du cabinet de Victor Augagneur, le ministre de la marine. Cette dernière expérience est à peine mentionnée dans la biographie du candidat socialiste de 1924. En effet, à cette période, Marcel Ruedel n’est pas encore adhérent de la Sfio :

« J’ai été poussé au socialisme par une évolution naturelle de ma raison […] d’ailleurs faut-il rappeler qu’il y a dans le parti socialiste, l’exemple de la plus belle et de la plus noble figure qui est venue au socialisme après avoir fait un stade dans les partis républicains du centre, Jean Jaurès qui a payé de sa vie son amour pour la France et son dévouement au socialisme. [2]»

C’est durant la Première Guerre mondiale que son adhésion au socialisme a lieu : après avoir été directeur de cabinet du ministre de la marine, il est mobilisé en 1915 au 23e régiment colonial, mais quelques mois plus tard il est réformé pour raisons de santé, et il précise :

« Socialiste et pacifiste pendant la guerre, fidèle aux traditions de nos grands ancêtres de la Révolution [3]»

Dans la fédération socialiste des Côtes-du –Nord, il apparaît comme un modéré, partisan de l’alliance avec les radicaux. Aux élections de 1924, aucun socialiste n’est élu. La fédération de ce département est peu développée, mais malgré son profil atypique, Ruedel continue de militer. Il est présent dans chaque congrès départemental, et il est à plusieurs reprises désigné comme délégué aux congrès nationaux de la Sfio. Sa personnalité, son statut de directeur des Annales coloniales en fait assurément un militant socialiste à part. Dans la présentation de chaque candidat de la liste de 1924, on insiste beaucoup sur la participation aux combats de 14-18. En ce qui concerne Ruedel, il se démarque à nouveau et il doit se justifier. Son nom est associé à une affaire de trahison et de corruption, l’affaire Lenoir-Desouches-Humbert. Ces trois personnes sont accusées durant la guerre d’avoir utilisé des fonds allemands pour acheter un journal afin de faire de la propagande pacifiste. L’affaire est jugée en 1919, et Ruedel est entendu comme témoin car il est très lié à ce groupe mêlant publicistes, hommes politiques et espions à la solde de l’Allemagne. Ces personnes sont elles-mêmes en lien avec Paul Bolo, dit Bolo-Pacha, à qui on reproche également d’avoir touché de grosses sommes d’argent pour aider les Allemands. Certains des inculpés sont reconnus coupables et condamnés à mort et le rôle de Marcel Ruedel est resté obscur. Le quotidien Ouest-Éclair lors de la campagne électorale ressort cette affaire afin de décrédibiliser Marcel Ruedel, mais celui-ci se défend dans les colonnes du journal de la fédération socialiste.

Après 1929, son nom n’apparaît plus dans les congrès socialistes du département, mais il faut mentionner que la fédération a beaucoup de mal à exister durant ces années, et que ce n’est qu’à partir du milieu des années 1930 qu’elle arrive réellement à se développer. Marcel Ruedel meurt en janvier 1933, son journal lui rendant hommage le 30 janvier 1933.


[1] « Les fonctionnaires en Indochine », Les Annales coloniales, 2 juin 1930.

[2] Marcel Ruedel, L’Éveil Breton, 7 mai 1924.

[3] Op.cit.

Le Lieutenant Pierre Guéguin, de Châteaubriant à la Première Guerre mondiale

Le 22 octobre 1941, les autorités allemandes décidèrent d’exécuter 27 otages pris parmi les détenus du camp de Châteaubriant en représailles de l’attentat contre Karl Hotz à Nantes deux jours auparavant. En tout, près d’une centaine d’otages dans toute la France sont fusillés en représailles à cet attentat organisé par la branche armée de la résistance communiste[1]. Ces otages sont pour une très grande part des communistes, ainsi Guy Môquet, dont certains avaient été arrêtés avant l’occupation allemande.

Deux parmi les 27

Pierre Guéguin, ancien maire communiste de Concarneau et l’instituteur Marc Bourhis ont eux été arrêtés en juillet 1941, quelques jours après le début de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne et ils ont été conduits au camp de Choisel près de Châteaubriant. Ils font partie des 27 otages tués le 22 octobre. Tous deux n’avaient toutefois pas  été accueillis à bras ouvert par les autres détenus. En effet, Marc Bourhis après avoir milité au PCF jusqu’en 1933 s’est rapproché du mouvement trotskyste comme d’autres instituteurs de la région. Membre du POI, Parti Ouvrier Internationaliste, il a aidé à l’organisation d’un meeting de ce parti à Concarneau en 1937, puis a rejoint les rangs du PSOP, Parti Socialiste Ouvrier et Paysan, de Marceau Pivert. Ce parti dispose d’une toute petite organisation régionale avec des militants essentiellement issus du mouvement syndicaliste enseignant. Un ancien membre de la SFIO, Alain Le Dem, a une influence sur l’ensemble du groupe. Dans le Finistère, le Morbihan et les Côtes du Nord, on peut déceler l’action du PSOP à travers les archives et la presse militante[2]. Bourhis est aussi un ami proche de Pierre Guéguin. Lui aussi eut des difficultés avec les autres otages communistes : militant communiste important de la Bretagne, maire de Concarneau et conseiller général, il avait aussi mené la campagne des législatives de 1936 au nom du Front Populaire devenant ainsi malgré sa défaite un partisan de l’union des partis de gauche. En août 1939, il ne suivit pas la ligne officielle du PCF en ce qui concerne le pacte germano-soviétique et condamne publiquement lors d’un conseil municipal le 1er septembre 1939 la politique de l’URSS. Il est aussitôt banni de toutes les organisations communistes et lorsqu’il arrive au camp de Choisel, lui et son ami sont immédiatement mis à l’écart.

Acte de décès de Pierre Guéguin
Extrait de l’acte de décès de Pierre Guéguin

La mémoire des deux hommes fut ensuite constamment l’objet d’enjeux plus politiques qu’historiques. Le PCF a longtemps refusé avec violence d’accepter la présence d’un trotskyste et d’un communiste critique parmi les fusillés de Châteaubriant. Les organisations trotskystes ont elles souvent annexées Pierre Guéguin faisant de lui un militant qui aurait rejoint leurs rangs. Des témoignages sujets à caution affirment par ailleurs que l’ancien maire de Concarneau s’était en prison rapproché à nouveau du communisme officiel. L’ouvrage de l’historien Marc Morlec, Filets bleus et grèves rouges[3] est revenu plus récemment sur le parcours politique de Pierre Guéguin et sur l’ensemble de la polémique, apportant de nombreux éléments neufs, mais pas forcément toujours d’ailleurs de façon convaincante[4].

Pierre Guéguin et la Première Guerre mondiale

Mais si je m’intéresse au parcours de Pierre Guéguin, c’est avant pour sa participation à la Première Guerre mondiale, son adhésion à la SFIO en 1919, parti qu’il quitte ensuite après la scission de Tours pour le jeune PCF, auquel il reste fidèle jusqu’en 1939 tout en conservant une autonomie, qui lui sera souvent reproché d’ailleurs, par rapport à l’appareil.

Pour connaître son parcours durant ces années, deux sources sont utilisables. Tout d’abord son dossier personnel d’officier et ensuite plusieurs rapports provenant des archives de la gendarmerie du Finistère. En effet, Guéguin est pendant toute l’entre-deux-guerres un officier de réserve et cela inquiète à plusieurs reprises les services de la gendarmerie, car ce lieutenant qui effectue ses périodes de réserviste, est également un des leaders les plus en vue du communisme breton. Je reviendrai dans deux prochains billets sur le parcours militaire de Guéguin : tout d’abord en relatant sa participation à la Première Guerre, puis dans un second temps en examinant ce que les autorités militaires disent de lui dans l’entre-deux-guerres. Ce sera aussi l’occasion dans ce dernier billet de faire le point sur l’apport potentiel des archives de la gendarmerie, sources peu évoquées à propos de l’histoire de cette période dans les départements bretons.

Mais aujourd’hui à l’heure où j’écris ces lignes, la mairie de Concarneau rend hommage à son ancien maire et à son ami. Parfois le chercheur en histoire doit aussi s’incliner aussi devant la mémoire.


[1] Sur le contexte de cette période, voir J.M.Berlière et F.Liaigre, Le Sang des communistes. Les bataillons de la jeunesse dans la lutte armée, automne 1941, Fayard, 2004  et F. Liaigre, 22 octobre 1941, le drame des 50 otages en 30 questions, Geste éditions, 2001.

[2] L’étude du mouvement trotskyste en Bretagne dans les années 1930-1945 occupe la dernière partie de mon mémoire de Master 2 Résister à la guerre ? Les militants ouvriers du Finistère face à la guerre, 1914-1962, Brest, UBO, 2005.

[3] M.Morlec, Filets Bleus et grèves rouges. Concarneau : de la Grande guerre au Front populaire, Morlaix, éditions Skol vreizh, 2003.

[4] L’auteur par exemple explique que Marc Bourhis a adhéré en 1934-1935 au POI, or ce parti n’existe pas encore à cette date !

«16 septembre.Pluie battante toute la journée»: tenter une micro-histoire de la guerre

couverture du JMO 87e RIT
couverture du JMO 87e RIT

Parmi les sources que je repousse souvent d’utiliser, il en est deux qui pourtant sont souvent très utiles, même si leur utilisation est très souvent fastidieuse. Il s’agit d’une part des délibérations de conseils municipaux, et d’autre part des JMO, les fameux Journaux de Marche et d’Opérations qui relatent, pour un grand nombre d’unités de l’armée française, les opérations effectuées durant la Première Guerre mondiale. Ces deux types de sources sont souvent en ligne, c’est en particulier le cas des JMO. En ce qui concerne les délibérations de conseils municipaux, les lire et les exploiter, c’est entrer dans le quotidien d’une ville avec tout ce que cela signifie de routinier : c’est foisonnant, très technique souvent mais on peut aussi comprendre beaucoup de choses surtout lorsqu’on étudie des parcours militants.

Le maire socialiste de Brest au combat

Sur un point, je savais qu’il me faudrait combiner ces deux types de sources : il s’agissait du parcours d’Hyppolyte Masson, le maire socialiste de Brest en 1914. Mobilisé, il a fait la guerre dans un régiment de l’infanterie territoriale, unité réservée aux plus âgés des mobilisables. Mais malgré son importance locale, je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait que très peu de choses sur son parcours durant la Première Guerre mondiale. Lui-même, d’ailleurs, ne semble pas avoir souvent évoqué sa participation à la guerre, contrairement à d’autres élus socialistes qui comme lui furent mobilisés. Il me fallait donc combiner les deux champs de la recherche en histoire, l’histoire politique du socialisme et l’histoire militaire, ce qui passait par l’utilisation croisée du JMO de son unité de rattachement et des délibérations du conseil municipal de Brest.

Mais le premier écueil – et ils furent nombreux- pour mieux connaître l’action de Masson durant la guerre fut de trouver son régiment ! La notice du Maitron explique en effet qu’il a effectué toute la guerre dans le 128e régiment d’infanterie territoriale. Donc a priori, cela semblait facile. Mais une chose me gênait : ailleurs, dans d’autres archives, j’avais trouvé qu’il était mobilisé non pas dans le 128e mais dans le 87e RIT ! Première question : comment en savoir davantage ? Un principe de réalité s’est imposé toutefois ici : tout d’abord le JMO du 128e RIT n’existe pas, et ensuite ce régiment a pour lieu d’implantation le sud de la France. Dans un premier temps, au moins, la mobilisation est conçue pour que chaque soldat rejoigne une unité dont la base est près de chez lui, donc cela semblait étonnant, surtout qu’a contrario le 87e RIT lui était établi à Brest. Donc j’ai décidé qu’il fallait mieux regarder de ce dernier régiment et laisser de côté la piste du 128e. Evidemment, cela peut paraître un détail, une erreur bien bénigne mais cela illustre également que les deux champs historiques – l’histoire militaire et l’histoire sociale- ne se croisent pas toujours, et je dois d’ailleurs reconnaître que j’ai encore bien du mal à me repérer dans les méandres de l’organisation militaire française durant le premier conflit mondial. Mais les deux chiffres différents peuvent s’expliquer par une légère confusion : le 87e RIT semble être à sa dissolution rattaché à la 128e division – et non pas régiment- d’infanterie, c’est du moins ce qui apparaît dans les dernières pages du JMO du 87e.

Ce que contient le JMO du 87e RIT

Bon, maintenant que j’avais appris cela, je pouvais lire ce fameux JMO. Le site Mémoire des Hommes présente ce corpus dans son ensemble en précisant bien plusieurs aspects : anonyme, mais rédigé par un officier de l’unité, le journal est dépourvu de «tout commentaire ou appréciation personnelle» et il obéit à des règles très strictes de rédaction. Aussi la lecture du journal du 87e RIT allait me réserver quelques surprises. Je l’ai lu puisque le maire de Brest était mobilisé dans ce régiment dès août 1914 et le journal permet d’entrer dans le quotidien du régiment.

Les territoriaux qui le composent arrivent dans les premiers jours d’août et sont répartis dans plusieurs bataillons soit à Ouessant, soit dans la presqu’île de Crozon. C’est le moment où l’encadrement se met en place, mais ce qui ressort, c’est toutefois une organisation assez difficile :

« 21 août

Il est difficile de se procurer de la paille, la récolte n’étant pas faite ; il faut faucher et battre ; de même pour les pommes de terre ; pour en avoir, il faut d’abord les récolter ; difficultés aussi pour la viande (…) L’habillement est de bonne qualité, mais mal ajusté (…) les capotes sont trop courtes et les pantalons trop longs »

De nombreux hommes sont pressés de rejoindre le front, mais on répond que le 87e est un régiment de forteresse et doit pour le moment rester en place sur les côtes bretonnes. L’ordre de partir arrive le 24 août, d’abord direction Paris puis le front. Le régiment change de lieu tous les jours entre fin août et début septembre sans participer aux combats. Le 15 septembre, le régiment complété par l’arrivée des derniers permissionnaires qui étaient restés dans un premier temps à Brest, s’établit à Dammartin :«Dammartin a été en partie pillé par les maraudeurs. La population attribue ce pillage aux troupes de passage. L’accueil est y plutôt froid. ». Le lendemain, les soldats découvrent pourquoi ils sont arrivés là :

« 16 septembre. Pluie battante toute la journée.

Alors commence pour le régiment la lugubre corvée de l’ensevelissement des morts. Ils sont là depuis 8, 10 ou même 12 jours. Et la bataille de la Marne a été terrible. Au bas mot 8000 ou 10 000 morts, au deux tiers des Français. Une compagnie française a été surprise à la ferme Roujon en état d’ivresse. Elle a été égorgée. Un détachement de la même force a été massacré dans les mêmes conditions au château de Ponchard. Ce sont des zouaves. Il a été anéanti. Nos pauvres petits soldats ont tous été dévalisés par des maraudeurs depuis qu’ils gisent sur le champ de bataille. Leurs poches de pantalon sont retournées ou coupées. »

C’est donc le premier vrai contact avec la guerre pour le 87e RIT et le rédacteur du journal évoque ensuite l’attitude des territoriaux chargés d’enterrer les morts après les combats très violents:

«Nos petits Bretons accomplissent pieusement ce triste et répugnant devoir. MM les officiers et MM les docteurs leur montrent l’exemple. Que c’est triste la guerre ! Surtout quant on l’ausculte froidement sur un champ de bataille vieux de 10 jours. Les chevaux exhalent une odeur pestilentielle, près de laquelle celle des hommes n’est rien. »

On peut voir dans ces extraits que la règle officielle qui fait du JMO un compte rendu purement objectif des faits ne semble pas ici du tout respectée, l’auteur des lignes laissant entrevoir bien des appréciations personnelles. Les jours suivants, le régiment poursuit cette tâche, l’auteur du JMO se plaint du manque de soutien logistique. A la fin du mois de septembre, les combats sont très proches du cantonnement du régiment :

« 28 septembre

Depuis huit jours on entend le canon (grosses pièces) ; mais on ne marche plus au canon on est pendu au bout d’un satané fil qui vous transmet des ordres que le fil soit rompu, le régiment ne sera pas là. Aussi tout le monde écoute avec énervement et anxiété le bruit de la grosse caisse ; il faut de temps en temps un téso méo, ou quelque gaudriole pour ragaillardir nos pontifiants petits Bretons. Ils vous regardent alors avec leurs grands yeux fidèles, ni chair ni poisson ; ils semblent réfléchir avant de rire, mais quand ils ont bien ri, ca va bien. On les ferait pleurer de même ; mais ne touchons pas cette corde.»

J’ai ensuite lu en entier ce JMO: on peut continuer à y découvrir les nombreuses réflexions de l’auteur, des descriptions du comportement des soldats, le tout écrit avec un ton qui me semble assez éloigné de la sécheresse d’autres JMO et de la distance entretenue par certains officiers qui rédigent ce type de documents.On y découvre en particulier de très nombreuses indications sur les Bretons en guerre et de nombreuses réflexions sur le conflit.

Mais il faut continuer à chercher

Hyppolyte Masson est mobilisé dans ce régiment dès 1914. Il a donc vécu ces faits, il a logiquement sans doute vu ce que raconte le JMO, les premiers jours effroyables au front comme les milliers d’autres petits évènements que l’on peut y lire. C’est du moins ce que je pensais, mais non, du moins pour les premières semaines. J’ai voulu en effet vérifié sa présence et en consultant les délibérations du conseil municipal de Brest en septembre 1914, j’ai pu voir qu’en réalité le maire, même mobilisé, est toujours là à présider le conseil. Au moment où les autres soldats du 87e RIT ramassent les cadavres, Masson est encore dans sa ville. Ce n’est que quelques semaines plus tard qu’il est indiqué qu’il est absent pour cause de mobilisation, remplacé par son adjoint Ernest Hervagault. Sa situation est d’ailleurs évoquée au sein du gouvernement où l’on s’interroge pour savoir s’il faut le mobiliser au front ou le maintenir comme maire. Début octobre, le préfet maritime de Brest s’insurge contre lui affirmant qu’il continue de se comporter en maire alors qu’il est sous les drapeaux et qu’il n’en a en conséquence pas le droit, en particulier en ce qui conserve les missions de police du maire. Les relations entre les deux hommes sont de toute façon détestables car à plusieurs reprises avant guerre le maire socialiste a remis en cause l’autorité du préfet maritime et il a souvent mis en avant son antimilitarisme. Toujours est-il qu’à la fin de l’année 1914, Masson est au front et qu’il revient à quelques reprises en Bretagne lors de permissions. On en retrouve les traces dans des rapports de police qui mentionnent les réunions de militants qui se déroulent lors de ses permissions. Quant à connaître son parcours de soldat une fois qu’il a rejoint le front, sur ce point il faut que je contente pour le moment de ce que dit le JMO.

Plus globalement, on peut voir ici que restituer un parcours de guerre, ou plutôt que faire une micro-histoire de la guerre, peut se révéler une entreprise difficile à mener. Il ne faut pas en particulier considérer que ce que l’on trouve, ce que l’on affirme, est le reflet exact de la réalité. J’aurais pu en effet penser, affirmer que Masson avait vu les horreurs de la guerre en septembre 1914 tel que le relate le JMO de son régiment. Mais non, il n’était pas là à ce moment. D’autres archives (en particulier celle de Jules Guesde conservés à Amsterdam) permettent d’affiner le parcours de Masson dans les premiers mois de la guerre. Elles existent, et c’est tant mieux. Sans doute aussi que d’autres archives seront un jour utilisées et pourront compléter ce que je relate ici. Peut-être aussi qu’elles n’existent pas, et dans ce cas il faudra se satisfaire des recoupements ici esquissés. Dans tous les cas, cela rappelle que l’historien-ne doit avancer prudemment et qu’on ne doit jamais considérer que ce qu’il raconte est définitif.

La baignoire d’Henri de Man, ou comment avance la recherche

Le précédent billet se terminait sur le mot de «baignoire», qui était tiré d’une citation du philosophe John R. Searle. Mais si je reviens à ce mot, ce n’est pas pour poursuivre la réflexion comme je l’avais songé dans un premier temps. J’escomptais même, en effet, intituler le prochain billet « le carnet de recherche est une baignoire comme les autres » afin de m’interroger – avec un peu de détachement teinté d’ironie – sur la signification de cette pratique d’écriture en ligne et de recherche partagée en cours d’élaboration. Mais depuis, je sais que je vais avoir l’occasion de revenir sur cette question dans d’autres lieux et dans d’autres espaces, donc cela attendra encore un peu. Pourtant, je vais quand même évoquer dans ce billet une baignoire, mais une vraie, celle d’Henri de Man lorsqu’il était combattant de la Première Guerre mondiale.

Henri de Man, socialiste et combattant de la Première Guerre mondiale

« Après coup » ou les mémoires du soldat socialiste de Man

Henri de Man est une personne très présente dans ma recherche en cours, son nom apparaît souvent, c’est à la fois une référence pour certains des socialistes qui m’intéressent mais aussi un repoussoir puisqu’il appartient à cette frange du socialisme qui a accueilli avec bienveillance, au moins dans un premier temps, l’occupation allemande. Dans la littérature militante des années Trente, ses idées sont très présentes, c’est un de ceux dont le nom est immanquablement associé au planisme, ce courant idéologique issu de la gauche qui envisageait de créer par l’organisation de l’économie une société plus égalitaire qui ne serait plus divisée comme le capitalisme l’imposait, ni comme une nouvelle société créée par une révolution comme le revendiquait le communisme. Très influent au sein de la CGT et dans une partie de la Sfio, ce courant doit à Henri de Man d’avoir élaboré une théorie  dont les fondements furent établis dans son ouvrage aujourd’hui le plus connu Au delà du Marxisme[1]. Comme de nombreux autres partisans de cette forme de socialisme organisateur, De Man, entre temps devenu le principal dirigeant du parti socialiste belge, le POB, se révèle à la fin des années Trente incapable de résister à l’attraction du fascisme et du nazisme et accepte l’occupation allemande, y voyant même une forme de libération amenant à la société socialiste. À partir de ce moment, le socialiste belge est de plus en plus contesté au sein de la gauche et ses idées sont marquées du fer rouge de l’infamie[2].

Pour qui souhaite connaître davantage cet intellectuel et dirigeant socialiste « renégat », le livre de Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en France – une grande référence pour moi  qui va bientôt être republiée en version revue et augmentée dans la collection Folio histoire– étudie avec précision son action et ses idées. Parmi les reproches que l’on a pu faire au livre de Sternhell, l’un des plus importants porte sur le fait que l’historien a négligé la Première Guerre mondiale comme facteur explicatif et essentiel de la révision du marxisme, chemin nécessaire selon lui à la constitution d’une idéologie fasciste. C’est ici que le personnage du créateur du planisme m’intéresse plus particulièrement.

La leçon de la guerre

Henri de Man appartient en effet à la génération des militants socialistes qui a participé aux combats de 14-18. De cette expérience fondamentale, il a gardé un souvenir vivace qu’il cherche par la suite à inclure dans son programme idéologique, même si ces ouvrages théoriques, Au delà du marxisme, mais aussi L’idée socialiste publié en 1935 ne l’évoquent pas directement.

On peut connaître son parcours et sa participation à la guerre  grâce à deux autres ouvrages essentiellement autobiographiques. Le premier, publié directement après la guerre en 1919, dont le titre est déjà tout un programme, The remaking of a mind : a soldier’s thougths on War and Reconstruction, est un essai autobiographique dans lequel de Man s’interroge sur son comportement durant la guerre et sur ses idées socialistes. Ce premier essai autobiographique est publié en français l’année suivante en 1920 mais sous forme de brochure militante d’une cinquantaine de pages alors que la version anglaise est bien plus complète[3] .

Il revient ensuite sur son parcours en 1941 dans ses mémoires publiées sous le titre Après Coup[4], alors que le contexte n’est plus du tout le même. De Man insère d’ailleurs dans ce dernier texte un extrait de La Leçon de guerre qu’il me paraît important de citer, tant cela correspond à mon objet de recherche :

« De toutes les souffrances que j’ai connues au front – j’en parle sans fausse pudeur, puisque ce furent celles de millions d’hommes – la pire n’était pas la menace constante de la mort, ni les privations, ni la solitude morale, ni même la crasse, le froid et la boue. C’était de devoir combattre pour une cause tellement différente de celle qu’un socialiste eût pu librement choisir, que le devoir en devenait un permanent problème de conscience. Il fallait être prêt à mourir à chaque seconde, il fallait tuer et mutiler des hommes, et cependant être en état à répondre au grand Pourquoi ? qui me revenait en écho de ce que j’avais dit moi-même contre la guerre avant qu’elle n’éclatât. »[5]

Cette interrogation est portée de façon encore plus vivace par Henri de Man qu’il confie avoir beaucoup apprécié la vie de soldat et avoir combattu avec fierté et souvent même avec ardeur. On doit tenter de comprendre cette forme de tiraillement, cette «dualité de [ses] réactions» comme il l’écrit encore. C’est pourquoi la lecture de ses écrits autobiographiques m’est très utile pour étudier le parcours d’autres militants socialistes en guerre.

Le soldat de Man, que l’on peut voir ici poser avec fierté en tenue de combat, avoue tout d’abord qu’il a été un jusqu’auboutiste de la guerre, demandant à être affecté comme officier dans une batterie de mortier de tranchée. Là, il a pu ensuite montrer son attachement à l’autorité et à la discipline, se comportant en « farouche zélateur de la discipline». En lisant ses mémoires publiées en 1941, on doit d’ailleurs s’interroger si de Man n’évoque pas par moment davantage le climat des années Trente plutôt que la Première Guerre mondiale. Car, et c’est aussi un aspect important de mon travail en cours, son parcours permet de mieux comprendre les évolutions de militants socialistes dans l’Entre-deux-guerres pour qui les années 1914-1918 ont causé une rupture idéologique dont on peine pourtant à suivre les contours. Cet aspect est abordé par l’historien Dan S.White dans son livre Lost Comrades, socialists of the Front generation, 1918-1945[6], dont la lecture a aussi beaucoup influencée ma démarche.

Mais surtout Henri de Man explique comment il a essayé de commander son unité en respectant des principes issus de son idéologie socialiste. Et c’est là que l’on peut retrouver l’évocation de sa baignoire.

« Cette baignoire eut ses heures de célébrité au front belge »

« Dans le domaine de l’hygiène, le standing unique de la batterie était symbolisé par une gigantesque baignoire à roulettes. Cette baignoire eut ses heures de célébrité au front belge, à cause du curieux spectacle qu’elle offrait quand, la batterie étant en mouvement, elle brimbalait sur ses grossières roues en bois, à la remorque d’un de nos camions. Entretemps, elle permettait, par un fonctionnement presque ininterrompu, de procurer à chaque homme un bain chaud par semaine. »[7]

Pour qui a lu des descriptions sur l’hygiène au front, ce passage peut paraître étonnant. Ce n’est pas tout : l’officier socialiste fait attention à que ses hommes soient bien nourris, il leur procure des livres par l’intermédiaire d’une bibliothèque, des instruments de musique, du matériel sportif, des cours élémentaires à l’image des structures ouvrières que les partis socialistes cherchaient avant et après la guerre à mettre en place  pour l’émancipation du peuple. Et comme il l’écrit « Tout cela rendait possible la formation d’un esprit de corps étonnamment puissant, modifiant profondément la pratique militaire courante »[8] Cet exemple, que l’on peut penser très exceptionnel, m’oblige à m’interroger sur le comportement des officiers socialistes que j’étudie de mon côté. Ont-ils pour certains d’entre eux essayé d’avoir un positionnement qui soit à la fois en accord avec la hiérarchie militaire et leur engagement militant ? Je peux seulement pour le moment me poser la question, il faut maintenant réexaminer mes sources. J’ai en effet dorénavant une vingtaine de dossiers d’officiers, provenant du Service Historique de la Défense de Vincennes qui étaient aussi militants socialistes en Bretagne, avant ou après la guerre. C’est une formidable source pour faire l’histoire de ces combattants. Je tiens pour terminer ce billet à remercier très vivement Mickaël Bourlet, historien et co-animateur du blog Sources de la Grande Guerre ( qui est aussi l’auteur d’un livre récent sur la Belgique durant la Première Guerre mondiale) , de m’avoir guidé  dans les méandres de ces archives.  C’est aussi comme cela que la recherche avance !

Shd de Vincennes, où la recherche a beaucoup avancé

[1] La première édition en français est publiée en 1926. Ce texte est republié en 1974 par les éditions du Seuil. On peut lire en ligne cette édition.

[2] On peut retrouver dans la préface d’Au delà du marxisme, rédigée par Michel Brelaz et Ivo Rens, les éléments essentiels du parcours de de Man, bien que les auteurs adoptent un point de vue très positif sur le socialiste belge.

[3] Henri de Man, La Leçon de la guerre, Bruxelles, Librairie du Peuple, 1920, 47 p. Sternhell écrit que le 1er texte en anglais, publié à New York, est traduit en français sous ce titre. Mais ce n’est qu’une traduction très partielle.

[4] Henri de Man, Après Coup (Mémoires), Bruxelles, éditions de la Toison d’or, 1941, 323 p.

[5] Henri de man, op.cit., p 108-109, lignes tirées de la préface à la brochure La Leçon de la guerre.

[6] Dan S.White, Lost Comrades, Socialists of the front generation, 1918-1945, Harvard University Press, 1992. Sont analysés dans ce livre le parcours de socialistes européens marqués par la Première Guerre mondiale et confrontées dans les années suivantes au fascisme et à la recherche d’adaptations théoriques pour y faire face ou pour s’y rallier. Outre le parcours d’ Henri de Man sont évoqués  dans cet excellent livre méconnu Marcel Déat ou Oswald Mosley.

[7] Henri de Man, op.cit., p.117.

[8] Henri de Man, op.cit., p.118.

De la sociabilité militante en temps de guerre

Comment étudier la sociabilité militante? DR

J’ai relevé il y a quelques jours dans le journal qu’Yves Le Febvre a écrit durant la Première Guerre mondiale un extrait qui m’incite à me pencher plus en avant sur un élément important d’enquête. Le Febvre n’est plus à cette période militant socialiste, mais il garde de nombreux contacts avec des militants et continue à affirmer son adhésion à des idées de gauche. Il rend compte dans un carnet quotidien de la guerre et de son impact sur la vie à l’arrière en Bretagne. Certains de ses commentaires sont d’ailleurs publiés dans sa revue La Pensée bretonne , lieu de rencontre et d’échanges entre intellectuels bretonnants et sympathisants de gauche, qui donne de précieux renseignements sur le milieu partisan socialiste dans ces années de guerre.

En janvier 1915, Yves Le Febvre relate cet épisode :

« Un soldat écrit à sa famille […] qu’il est si fatigué, si triste, si seul qu’il voudrait bien être mort. Il n’a plus aucune connaissance, aucun ami, tous sont morts ou blessés. Il est le seul de sa commune, de son canton et il ne sait pas comment il est encore en vie. »[1]

Il y a bien sûr dans ce passage la relation d’un cri de détresse d’un combattant, c’est peut-être d’ailleurs ce qui m’a intéressé à la première lecture. Mais très vite, une autre question est venue. On peut  voir en effet dans ce texte que les soldats de la Grande Guerre avaient besoin pour tenir au combat d’avoir des relations proches avec des amis , des voisins, des connaissances. Il y a toujours la possibilité de se construire un groupe affinitaire au fur et à mesure de la mobilisation et des années de combat, mais on peut voir ici que la constitution d’un groupe préexistait souvent à l’incorporation dans l’armée. C’était d’ailleurs, peut-être, un préalable à une bonne dynamique de groupe dans les premiers mois de la guerre. Dans ce cas précis, le soldat évoqué n’a plus d’amis proches ou de personnes originaires de son village, ce qui entraîne un sentiment de déréliction et d’abattement.

Autorité et sociabilité militante

Il m’a paru en conséquence important de chercher à comprendre et  de tenter de reconstituer la sociabilité des combattants durant la Grande Guerre. Cela a bien sûr était déjà entrepris dans de nombreux travaux historiques, mais j’essaye d’y ajouter une dimension : les soldats qui font l’objet de mon étude ont en plus la particularité d’avoir des militants socialistes, c’est-à-dire qu’ils appartiennent à une autre forme de sociabilité préexistante à 1914, une sociabilité militante qui obéit à des principes, à des relations (entre simples militants, responsables de sections, ou responsables fédéraux voire nationaux) qui peuvent reposer sur un sentiment de fraternité, d’égalité ( en faisant groupe avec des semblables qui sont également adhérents à la Sfio) mais aussi sur des liens de hiérarchie. Il paraît en effet évident que des militants socialistes mobilisés entretiennent durant le conflit des liens forts – qu’il faut pourtant mettre en évidence et être capable de mesurer ou de restituer – reposant sur des configurations multiples. Ainsi des responsables fédéraux, eux-mêmes mobilisés, disposent d’un capital militant qui peut leur fournir une ascendance sur des soldats militants qui concurrence l’autorité basée sur la hiérarchie militaire.

Pour essayer de mieux saisir ce phénomène, j’utilise plus particulièrement deux ressources, utiles «béquilles » dans cette partie de ma réflexion. Tout d’abord, la récente étude d’ Emmanuel Saint-Fuscien qui analyse justement la relation d’autorité au sein de l’armée française[2] . Ensuite, les travaux en sciences sociales qui portent sur l ‘analyse des sociabilités militantes[3].

Comme un besoin de théorie

S’occuper de ces configurations entre soldats et militants socialistes oblige à passer  à l’abstraction et à la construction d’objets, passer des archives à des travaux théoriques en changeant sans cesse de point de vue et de focale. C’est aussi surtout sortir des rivages connus pour s’aventurer dans des domaines de recherche que je ne maîtrise pas, ou alors avec peine. Ce n’est bien sûr pas la première fois, et plusieurs auteurs en sciences sociales forment déjà un halo de références accompagnant ma recherche en cours que je me suis approprié peu à peu. La sortie récente du coffret en trois volumes Faire des sciences sociales[4] offre de nouvelles perspectives intéressantes, comme dans l’étude de P.Urfalino « La décision des collectifs »[5] qui fournit un cadre théorique roboratif pour l’étude des groupes que j’évoquais au début de ce billet.

Mais à quoi sert ce carnet ?

Enfin à plusieurs reprises ces jours-ci, la question de l’utilité de ce carnet s’est posée. Je me rends compte que la forme – un carnet de recherche en ligne – et  l’objet – accompagner la rédaction d’une thèse d’histoire – peuvent susciter des interrogations ou des commentaires. Je vais y réfléchir dans les prochains jours, là encore en combinant pratiques et théorie et en essayant d’apporter quelques remarques intéressantes dans de prochaines contributions. Peut-être que pour commencer à y réfléchir cette citation de John R. Searle fera l’affaire :

« Par exemple, qu’un objet  ait une certaine masse : voilà qui est une caractéristique intrinsèque de l’objet. Si nous mourions tous, il continuerait d’avoir cette masse. Mais que ce même objet soit une baignoire, voilà qui n’est pas une caractéristique intrinsèque ; elle n’existe que relativement aux utilisateurs et aux observateurs qui lui attribuent la fonction de baignoire. » [6]



[1] Y.Le Febvre, Journal de guerre, 1914-1918, YLF44 M170, CRBC (Brest)

[2] E.Saint-Fuscien, A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, éditions Ehess, 2011.

[3] Je me sers en particulier du Dictionnaire des mouvements sociaux, sous la direction d’O.Filieule, L.Mathieu, C.Péchu, Paris, Presses de Sciences Po., 2009.

[4] Faire des sciences sociales, trois tomes (Critiquer/ Comparer / Généraliser), éditions de l’Ehess, 2012.

[5] P.Urfalino « La décision des collectifs » in E.Désveaux, M.de Fornel ( s.d.) Faire des sciences sociales, Généraliser, éditions de l’Ehess, 2012, pp178-208 . On peut retrouver cet article en ligne.

[6] J.R. Searle, La redécouverte de l’esprit, Paris, Gallimard, 1992, p.15.

«Il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti »

Lalou, un ouvrier morlaisien mort lors de la bataille de la Marne ( Source : le site « Mémoire des Hommes »)

Un des petits plaisirs de la recherche lorsqu’on arrive à la rédaction de la thèse est de réussir à recouper des informations pour reconstituer des portions d’histoire et avancer dans la réflexion ; c’est aujourd’hui le cas. Je m’occupe plus particulièrement en ce moment des réactions des militants socialistes durant les premiers mois de la guerre. Nombreux sont dans cette période les soldats qui meurent au combat. Nombreux sont aussi les militants ouvriers qui en conséquence disparaissent des archives sans laisser de traces alors qu’ils commençaient à participer aux actions syndicales ou politiques au sein du mouvement ouvrier juste avant 1914. La Grande Guerre a bien souvent balayé tout cela, fauchant de nombreux jeunes socialistes et saignant à blanc l’ensemble du mouvement ouvrier, comme le reste de la société française. Au mieux, on retrouve leur nom dans la presse militante qui mentionne leur mort, mais dans la majorité des cas ils disparaissent ensuite de la mémoire du mouvement ouvrier sans laisser de traces.

Mais parfois on arrive à retrouver quelques bribes de cette mémoire malmenée par les années de guerre. Cela permet même de mieux comprendre les réactions des socialistes dans ces premiers mois d’une guerre qu’on espérait courte.

Dans les archives d’Yves Le Febvre, l’un des plus fervents bâtisseurs du socialisme en Bretagne avant 1914, on retrouve ainsi un discours, ou plutôt un brouillon de discours qu’il a prononcé à cette période. La date nous est inconnue mais ce brouillon est intitulé « Discours sur la tombe d’un jeune ouvrier morlaisien tué lors de la bataille de la Marne ». Malheureusement l’écriture de Le Febvre, d’autant qu’il s’agit d’un brouillon, ne permet pas de lire le nom de l’ouvrier en question. On perçoit facilement son prénom qui est Christian, mais le nom est illisible, « Valon» ? « Ralou» ? Impossible de déchiffrer. Impossible jusqu’à ce que ce matin je m’y attelle avec une idée nouvelle.

Le site «  Mémoire des hommes » répertorie l’ensemble des soldats tués durant la Première Guerre mondiale, mais pour interroger la base, il faut bien sûr avoir le nom de celui qu’ on cherche. Alors j’ai essayé une petite dizaine de noms, mais je n’ai obtenu aucun résultat. Et puis enfin j’ai eu une idée : entrer dans la base le prénom que je pouvais certifier être Christian, en espérant qu’il ne s’agissait pas d’un deuxième ou troisième prénom, ainsi que le département et entrer seulement la première lettre pour le nom, A, puis B, puis C, etc. Cela fonctionne : en interrogeant ainsi la base on obtient des résultats. Et arrivé à la lettre L, la réponse a été « Christian Lalou » mort le 15 octobre 1914. Voilà, c’était lui.

Que dit Le Febvre lors des funérailles ? Lalou était syndiqué, coopérateur à Morlaix. Il était aussi membre de la Sfio et le brouillon du discours indique «  socialiste et internationaliste, il a donné son sang pour la patrie française » en précisant qu’ «  il est parti comme tous ses camarades d’atelier, de syndicat ou de parti ». Yves Le Febvre, qui a quitté à cette date la Sfio mais reste attaché à la gauche, mentionne dans ce discours toutes les raisons qui expliquent pourquoi l’ensemble du mouvement ouvrier doit participer à l’Union sacrée pour défendre la France contre l’Allemagne.C’est évidemment un document important dans ma recherche, d’autant que le discours comporte 5 feuillets.

Surtout, je sais maintenant un peu mieux qui était ce jeune Morlaisien tué à la Marne : Christian Lalou, né en 1885, était soldat au 219e régiment d’infanterie. Il est mort suite à ses blessures le 15 octobre 1914. Dans mes sources, je n’ai pas d’autre discours en entier prononcé lors des funérailles d’un militant socialiste durant les premiers mois de la Première Guerre mondiale. Voilà pourquoi l’indentification de cet ouvrier me paraissait importante. L’enquête et la rédaction peuvent se poursuivre.

Un deuil de guerre: André Durkheim, décembre 1915

Pour saisir au mieux ce que représente pour les socialistes l’expérience de la Première Guerre mondiale, il importe de reconstituer le parcours de militants mobilisés durant ces années de conflit. Il s’agit d’un travail fastidieux qui nécessite de croiser des sources habituelles dans l’histoire politique du socialisme avec d’autres sources qui habituellement sont davantage utilisées pour l’histoire militaire. Le résultat de cette recherche, qui est au cœur de la première partie de ma thèse, ne doit cependant pas exclure ceux qui meurent au combat, et qui laissent en conséquence moins de traces dans les archives. Il peut s’agir d’adhérents de la Sfio dont la carrière militante est brisée nette par la mort comme dans le cas de Frédéric Bonneau, mais aussi d’ascendants ou de membres de la famille d’un militant qui après guerre trouve une partie des sources de leur engagement dans le deuil qu’ils ont dû affronté pendant ou après la guerre.

Mais aborder le thème du deuil comme élément explicatif d’un futur engagement militant ou comme un évènement lié à la permanence d’une identité socialiste déjà existante, oblige à s’interroger toujours et encore sur les sources à disposition et sur la méthode mise en place. Ce sont ces deux points que je voudrais aborder ici.

Aborder la question des deuils de guerre 

S.Audouin-Rouzeau , Cinq deuils de guerre, 1914-1918

L’étude du deuil de guerre durant le premier conflit mondial peut reposer sur un certain nombre de travaux de recherche. L’article d’Olivier Faron « le deuil des vivants » dans l’Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918[1] fait parfaitement le point sur le sujet , mais j’utilise également d’autres travaux, situés dans un autre contexte, comme l’article « Mort » écrit par Pierre Laborie pour le Dictionnaire historique de la Résistance[2]. D’autres évocations roboratives d’une anthropologie historique de la mort ou du deuil concernant les pratiques militantes socialistes me sont aussi utiles, comme celle que l’on peut lire dans le livre de Christophe Prochasson La Gauche est-elle morale ?[3] Mais j’utilise surtout l’étude de Stéphane Audouin-Rouzeau Cinq deuils de guerre, 1914-1918[4] qui est l’ouvrage majeur sur le sujet. À travers l’analyse de cinq décès spécifiques, l’historien détaille tous les aspects qui doivent être étudiés lorsqu’on aborde ce sujet et c’est un excellent guide pour mon étude en cours. Toutefois comme l’auteur le souligne « les pistes dont on croit disposer à l’origine n’aboutissent nulle part, ou s’arrêtent trop vite. Rares sont les destins individuels que l’on peut espérer reconstituer vraiment »[5]. Surtout, Audouin-Rouzeau en posant d’emblée l’idée que « tout deuil est unique», incite à la prudence lorsqu’on souhaite généraliser une expérience individuelle de deuil à l’ensemble des familles et des proches qui ont subi un décès suite à la guerre. Cependant ce livre, si riche, fournit un cadre d’analyse qui m’est bien utile.

J’ai voulu donc suivre le modèle d’analyse proposé mais très vite comme je le craignais j’ai dû faire face à une impasse ! Comme l’écrit encore Audouin-Rouzeau « des millions de Français ont été précipités dans la douleur de la perte entre 1914 et 1918, mais peu d’entre eux ont laissé quelque trace des coups atroces que la mort de leurs proches leur a infligés »[6]. Il m’a fallu très vite me résoudre à constater que les sources que j’avais à ma disposition ne me permettaient pas de proposer une étude de deuils de guerre concernant le milieu partisan socialiste en Bretagne. J’avais beau interroger des sources, je ne réussissais qu’à reconstituer quelques bribes de destins individuels de militants ou de proches de militants socialistes. Pour aller plus loin, il me fallait extrapoler ou faire confiance à mon intuition, mais cela se serait sans doute fait au détriment d’une méthode historique éprouvée. Soit je devais me résoudre à abandonner cette piste visant à mesurer l’influence des deuils de la Première Guerre mondiale, soit je m’astreignais à poursuivre mes recherches dans ce domaine, au risque de perdre un temps important pour de maigres résultats. J’ai choisi une voie totalement différente : puisqu’à propos de mon « terrain d’enquête », il me semblait difficile de mener une enquête, j’ai voulu sortir de ce terrain, afin de prendre un tout autre exemple a priori bien éloigné de mes préoccupations premières. L’idée est simple : reconstituer à l’instar du livre de Stéphane Audouin-Rouzeau l’impact d’un deuil de guerre afin de mieux comprendre comment on doit mener une recherche dans ce domaine, et disposer pour cela d’un corpus documentaire important, afin d’élaborer une vraie étude. Outre l’apprentissage d’un mode opératoire d’analyse, cette expérience me permettrait par la suite de mieux identifier les supports documentaires nécessaires, les questions qu’il faut poser et pour lesquelles il faut apporter des réponses, et d’abandonner les impasses liées au sujet. Une fois menée à bien , cette étude me servirait de point de repère pour replonger dans l’étude des militants socialistes en Bretagne et pour interroger le plus utilement possible les sources à ma disposition, que je sais plus lacunaires, et pour peut-être aussi trouver de nouvelles pistes documentaires.

Le choix du sous-lieutenant André Durkheim

Les lettres de Durkheim à son neveu Marcel Mauss

Étudier le parcours du fils d’Émile Durkheim s’est rapidement imposé à moi. C’est à la lecture de la biographie du grand sociologue écrite par Marcel Fournier que j’ai commencé à m’intéresser à André. En effet celui-ci, mobilisé durant la guerre, est à plusieurs reprises en convalescence : il effectue ainsi un séjour à l’hôpital de Brest et j’ai donc voulu en savoir davantage, car je pensais pouvoir trouver quelques renseignements sur les liens entre le front et l’arrière breton dans les documents que Marcel Fournier utilisait. On dispose en effet d’une édition des lettres de Durkheim à Marcel Mauss, et le père relate dans l’une d’entre elles – celle du 1er juin 1915-  un séjour qu’il effectue à Brest pour passer quelques jours avec son fils :

«  Je suis allé à Brest comme on te l’a écrit. Je suis parti vendredi soir, j’ai passé avec André les journées de samedi, dimanche et lundi. Ta tante n’a pas voulu m’accompagner, jugeant qu’elle était utile ici. Je n’ai pas insisté outre mesure, craignant pour elle la fatigue, car il fallait passer deux nuits dans le train pour deux nuits dans un lit. En fait, j’ai très mal dormi et pas du tout au retour bien que j’eusse pris une couchette, mais j’ai été secoué comme je ne l’avais jamais été (…) Nous avons fait une excursion à Morgat, et malgré ma fatigue j’ai rapporté de là-bas une excellente mine. Nous avons eu un temps superbe. J’ai laissé André dans les meilleures dispositions morales et en bon état physique. »[7]

De ce séjour brestois, on n’en apprend pas davantage mais les lettres suivantes permettent de suivre l’itinéraire d’André Durkheim et de découvrir les inquiétudes du père. Dans un même temps, on découvre les activités du sociologue qui participe à l’effort de guerre en publiant et préparant des études sur l’Allemagne en cherchant à justifier la position de la France durant cette guerre. Durkheim participe donc à l’effort des intellectuels pour combattre l’Allemagne pour une véritable culture de guerre.Il côtoie également des responsables socialistes comme Marcel Sembat et on apprend beaucoup dans ses lettres sur cette mobilisation intellectuelle, d’autant que Mauss, plus engagé que lui, participe aux mêmes efforts en étant de plus militant socialiste et soldat.  Mais c’est surtout par la relation de la participation de son fils aux combats que les lettres à Mauss de Durkheim sont primordiales. Remis sur pied, le jeune lieutenant est envoyé au front où il est à nouveau blessé en juin 1915. On peut lire dans les lettres d’Emile, l’angoisse d’un père, la relation de la convalescence du fils qui est à nouveau amené à l’hôpital militaire de Brest. En octobre de la même année, le régiment d’André doit se rendre sur le front d’Orient et là l’inquiétude monte :

« 1er décembre 1915,

Mon cher Marcel,

(…) La situation là-bas devient bien précaire. Je vis donc dans l’angoisse. Bien entendu, pas un mot à ce sujet dans ta lettre. Très sagement, ta tante ne lit plus de nouvelles de la guerre, surtout les nouvelles d’Orient. Si je pouvais en faire autant ! »[8]

André Durkheim a été envoyé à Salonique et son père relate les difficultés qu’il y a à avoir des informations dans la presse à propos de ce qui se passe là-bas. Il rencontre de nombreux responsables politiques afin de poursuivre la publication d’études de soutien à la France mais il reçoit moins de courriers de son fils. En décembre 1915, Durkheim n’a plus du tout de lettres d’André et l’attente dure plusieurs mois. Toujours sans nouvelles, le 5 février 1916, il écrit à Mauss :

« Inutile de t’analyser l’état dans lequel nous sommes. Tu te le représentes sans peine. On souffre et on vit. »[9]

On peut voir avec cet exemple que les périodes sans nouvelles des combattants peuvent être très longues, mais qu’il y a toujours l’espoir que cela soit dû aux phases du conflit. Le sociologue a essayé de demander des informations de son fils à plusieurs responsables politiques ou militaires, mais rien n’y fait. Le 15 février 1916, il reçoit un courrier du colonel commandant le régiment de son fils : il est porté disparu depuis décembre en Bulgarie et « le silence est toujours impressionnant et alarmant »[10]. A la même période, il écrit dans une nouvelle lettre non datée à Mauss, après avoir appris que son fils a disparu après avoir combattu courageusement l’ennemi :

« Cela ne change rien à la situation. Cela me délivre pourtant de l’image angoissante de ce pauvre enfant s’arrêtant épuisé et abandonné. S’il a été tué, comme tout le fait craindre, c’est dans l’exercice de ses fonctions, en officier. J’aime mieux cela. »[11]

Émile Durkheim écrit en effet précédemment à plusieurs reprises qu’il s’inquiète de la santé de son fils, qu’il le trouve trop fragile et il a peur qu’il ne comporte pas en bon soldat. Apprendre les circonstances de sa disparition le rassure sur ce point. Mais l’angoisse est toujours là car malgré ses efforts, il ne sait pas si son fils est mort ou fait prisonnier. Le 25 février 1916, il peut écrire à son neveu Mauss que son fils est mort depuis le 18 décembre 1915 :

« Mon cher Marcel,

Je vais te faire une grosse douleur, mais il est impossible de te l’épargner. Nous ne pouvons garder d’illusion. André, blessé, est mort de ses blessures. Il est enterré au petit village de Davidovo. Ces mots me font mal à écrire. Ils te feront mal à lire. Il faut tâcher de s’arranger. L’expérience montrera ce que je peux. En me répondant, parlons le moins possible de l’irréparable. Ce sont les images qui me font souffrir. »[12]

Marcel Mauss, très proche d’André Durkheim, est frappé par la nouvelle : « j’ai appris hier soir par un mot d’oncle le malheur qui nous frappe. J’avais beau m’y attendre, ce fut, c’est un choc.»[13]

À partir de la nouvelle de la mort de son fils, Émile Durkheim s’isole peu à peu, touché par le deuil. Avec cette disparition, c’est plus globalement tout le milieu de la revue l’Année sociologique qui est touché, car André se destinait à poursuivre l’œuvre de son père en se spécialisant toutefois dans la linguistique. Quelques années plus tard, Marcel Mauss rend hommage à ces normaliens victimes de la guerre, qui étaient associés à la revue de Durkheim. Évoquant André, il écrit :

« Qu’il soit permis de terminer, par une note personnelle, ce mémoire tout objectif où l’on ne veut que décrire les travaux que l’on pouvait espérer de nos héroïques, de nos vénérés morts. Mais il serait injuste et inhumain de ne pas mentionner, en fin et par exception, le nom de celui qui allait nous être associé et dont la perte, doublement sentie, intellectuellement et paternellement, a été l’une des causes de la mort de Durkheim. Celui-ci fondait sur son fils, l’un de ses plus brillants élèves, les plus nobles et les plus grandes espérances »[14]

En effet, Émile Durkheim après la disparition de son fils a beaucoup de mal à retrouver la saveur de la vie et marqué par le deuil, il disparaît à son tour en 1917.

On peut voir qu’on dispose d’une documentation riche sur la mort au combat d’André Durkheim et sur le deuil qui en suivit dans le milieu familial et intellectuel qui lui était proche. L’attente de plusieurs mois avant de connaître la vérité, l’angoisse exprimée des parents, la relation des occupations pour tromper l’attente et l’hommage après coup sont exprimés dans de précieux renseignements pour qui souhaite connaître le dispositif accompagnant le deuil d’un soldat de 14-18. Bien sûr, le cas du fils de Durkheim est exceptionnel tant l’intellectuel est une grande figure de la pensée française à cette période. Pour autant, les lettres qu’il envoie à Mauss forment un précieux témoignage pour mieux saisir la douleur intime causée par la mort d’un proche lors de la Première Guerre mondiale. Cela est d’autant plus vrai que cette correspondance n’est pas l’unique source pour étudier la mort d’André Durkheim : officier, il dispose d’un dossier au Service Historique de la Défense de Vincennes qui nous permet de mieux l’étudier.

Le dossier militaire du sous-lieutenant Durkheim

Le dossier d’André Durkheim est conservé au SHD de Vincennes

Le dossier d’archives du lieutenant Durkheim ne concerne pratiquement que la période liée à sa mort au combat ; il y a peu d’autres documents sur le passé militaire d’André, hormis son état officiel d’engagement qui est d’ailleurs contresigné par son témoin Marcel Mauss.  On peut surtout y lire la copie de lettres envoyées à Émile Durkheim pour l’informer de la disparition de son fils, puis de sa mort. D’autres lettres révèlent les multiples démarches que le sociologue a entreprises entre novembre 1915 et février 1916 pour découvrir le sort de son fils. Enfin, on dispose de plusieurs documents montrant la difficulté qu’il y a parfois à identifier un soldat mort dans le camp ennemi.

Tout d’abord, les autorités militaires signalent la disparition d’un sous-lieutenant le 5 décembre 1915 qui est appelé « Durkhel ». Puis d’autres documents signalent la mort d’un «  Durkhem » tout en demandant d’avoir davantage de renseignements sur le défunt. Les mêmes documents sont ensuite corrigés avec les bonnes informations : « Durkheim mort le 18 décembre 1915 à la suite de ses blessures ». En effet, pris sur le feu ennemi, André Durkheim est mortellement blessé à la suite de la retraite de son régiment. Dans son dossier militaire, on peut retrouver les circonstances de sa disparition grâce à une lette envoyée à son père par le colonel Morel, qui commande le 45e régiment de l’Armée d’Orient, datée du 29 janvier 1916 : après avoir expliqué les circonstances de la disparition de son fils – Durkheim rend compte de ce courrier dans une lettre à Mauss que j’ai cité auparavant -, le colonel précise :

« Il me paraît très possible, vu le brouillard intense qui ne permettait guère de voir un homme à plus de quinze mètres, qu’il se soit trompé de direction dans ce pays difficile et ait été fait prisonnier par l’ennemi. J’espère donc, Monsieur, que vous aurez le bonheur de retrouver votre fils indemne après la guerre et que vous aurez ainsi la récompense de la patience, l’effort, la confiance dont vous donnez un si bel exemple et dont vous nous réconfortez tous, officiers et soldats »[15]

On mesure bien le statut privilégié de l’intellectuel Durkheim dans cette lettre qui a droit à une longue lettre explicative. On peut également lire d’autres courriers, de l’ambassade d’Italie à Bucarest, de l’hôpital où André Durkheim est décédé, mais aussi d’autres intellectuels comme celle du psychologue Ernest Claparède, établi en Suisse[16], qui a gardé des liens avec des personnalités bulgares et a reçu des renseignements sur le fils du sociologue français. On peut donc déceler toute une mobilisation d’intellectuels européens qui ont durant les mois où on ne connaît pas encore le sort d’André Durkheim, cherché à recouper les informations par de multiples canaux. Dans les mois qui suivent son décès, on apprend les circonstances définitives de sa mort : blessé par de nombreux projectiles, le sous-lieutenant a été amené dans un hôpital de l’armée bulgare mais il meurt de ses blessures. Il est enterré rapidement et on a gardé le plan de l’endroit de sa sépulture afin de retrouver l’emplacement après guerre.

le plan de l’emplacement de la tombe du soldat Durkheim

Que retenir pour ma recherche ?

L’étude du cas d’André Durkheim semble m’éloigner de mon point de départ, mais ce n’est pourtant pas le cas. On constate tout d’abord l’existence d’une nombreuse documentation à ce propos : sauf erreur de ma part, il n’y a pas d’étude sur cet épisode de la vie du grand sociologue français et pourtant il pourrait être utile de la mener pour mieux saisir la mobilisation durant ce conflit d’un intellectuel, la gestion du deuil, ainsi que la mise en évidence d’un réseau d’informateurs mobilisé ici pour découvrir le sort du fils d’Émile Durkheim, qui surmonte les divisions géopolitiques de l’époque. Mais dans le cadre de mon étude, rassembler des informations sur la mort du sous-lieutenant André Durkheim m’a surtout permis de mieux saisir ce qui doit, dans l’étude des deuils de guerre, être interrogé : comment arrive-t-on à surmonter, dans un contexte de guerre, la disparition d’un proche? Comment l’information concernant la disparition ou la mort d’un parent est transmise? Qui peut-on ou doit-on contacter lorsqu’on est sans nouvelle d’un fils ou d’un père ? D’autres questions liées à celles-ci viennent également. Sans doute ai-je moins de sources dans le cas des militants qui occupent ma recherche, mais ce détour a une importance valeur heuristique et méthodologique. Du moins je l’espère.



[1] S.Audouin-Rouzeau et J.J. Becker(s.d.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004.

[2] François Marcot ( s.d.) Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, R.Laffont, 2006.

[3] C.Prochasson, La Gauche est-elle morale ?, Flammarion, Paris, 2010. On retrouve dans le chapitre intitulé « Le corps est-il de gauche ? Eros et Thanatos socialistes » des analyses très utiles sur ce sujet.

[4] S.Audouin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre, 1914-1918, Paris, éditions Noésis, 2001

[5] S.Audouin-Rouzeau, op.cit., p. 10

[6] S.Audouin-Rouzeau, ibid.

[7] E.Durkheim, lettres à Marcel Mauss, présentées par Philippe Besnard et Marcel Fournier, Paris, PUF, 1998.

[8] É.Durkheim, op.cit., p490-491.

[9] É.Durkheim, op.cit., p498.

[10] É.Durkheim, op.cit, lettre du 15 février 1916, p.500.

[11] É.Durkheim, op.cit,p.501

[12] E.Durkheim, op.cit,p.502.

[13] Lettre à Rosine Mauss, 29 février 1916, cité in M.Fournier, Émile Durkheim(1858-1917), Paris, Fayard, 2007.

[14] M.Mauss « l’œuvre inédite de Durkheim et ses collaborateurs » L’Année sociologique, nouvelle série, tome 1,1923-1924, p28 consultable en ligne ici

[15] Lettre du colonel Morel, 29 janvier 1916, dossier de l’officier André Durkheim, SHD Vincennes, 5 ye 120 850

[16] Hasard de la recherche, Ernest Claparède est le maître à cette période d’Yves Le Lay qui est en Suisse, le futur traducteur de Freud en français et qui devient par la suite militant socialiste en Bretagne.

Le Cri suspendu

Le Réveil socialiste, 13 février 1915, photo DR

Pour connaître l’action des militants socialistes durant la première Guerre mondiale, il est nécessaire de faire appel à plusieurs sources, mais malgré cela, il est bien difficile de saisir l’importance de ces années de conflit pour les membres de la Sfio. En effet, la plupart des publications militantes arrêtent de publier dès le début du conflit, beaucoup de militants sont mobilisés et le parti semble presque se mettre en sommeil dès le mois d’août 1914. Mais ce serait toutefois aller trop vite en besogne que de considérer qu’on ne peut que trop difficilement connaître l’histoire localisée du milieu partisan socialiste pendant la Première Guerre mondiale. Si c’est une reconstitution difficile, ce n’est pas pour autant une mission impossible. Mais de quelles sources peut-on disposer ? Si la presse militante se met majoritairement en veille, quelques publications socialistes continuent de paraître : c’est en particulier le cas du journal de la fédération du Finistère, le Cri du Peuple, alors que les autres journaux des fédérations bretonnes arrêtent totalement de publier. Il ne faut pas non plus oublier l’Humanité, ou encore le Populaire à partir de 1916 émanation de la « minorité » du parti, qui relatent de nombreuses actions locales durant cette période. On doit toutefois manier cette presse militante avec habilité car elle est soumise à la censure gouvernementale. Il n’est en conséquence pas rare de trouver plusieurs colonnes totalement blanches après être passées au ciseau de la censure. Un exemple parmi tant d’autres  peut être donné ici, le 10 avril 1915, le journal a souhaité publié un témoignage d’un soldat militant socialiste :

Un extrait censuré du Cri du Peuple, 10 avril 1915

«  Nous avons demandé à l’un de nos amis mobilisés et envoyé au front depuis le début de la guerre, de nous donner ses impressions sur le conflit actuel ; nous donnons sans y changer une ligne, les réflexions qu’il nous a adressés, ne voulant leur enlever en rien leur cachet personnel. Ce qui suit n’engagera donc en rien notre rédaction » Suivent deux longues colonnes blanches.

De ce témoignage, les lecteurs, et nous a posteriori, ne seront rien. On peut seulement voir que le Cri du peuple prend des précautions à la publication de tels articles. Il faut dire qu’en plus de la censure, ce type de publication s’expose également à la suspension de parution décidée par le pouvoir. Et justement, le journal du Finistère vient à la même époque d’être suspendu pour un mois en raison de la publication  d’« articles calomnieux de nature à discréditer les détenteurs de l’autorité militaire et à exciter le désordre »[1]. La fédération socialiste du département a créé donc lors du mois de suspension un nouveau journal dont le titre Le Réveil socialiste  peut montrer la détermination à continuer d’informer les militants et un lectorat plus large. D’ailleurs dans le premier numéro, on peut lire un article non signé intitulé « Notre patriotisme » défendant la nature patriotique du socialisme français contre ceux qui voyaient en ses militants que des ennemis de la patrie. En effet, une lecture postérieure des événements a peut-être trop insisté sur le courant minoritaire opposé à la guerre au détriment de très nombreux militants socialistes qui jusqu’au bout ont accepté de combattre pour la France durant ce conflit. Enfin, les actes de censure ou de suspension de parution ont en outre la particularité de laisser des traces dans les archives militaires que l’on peut consulter au Service Historique de la défense de Vincennes : on y retrouve ainsi des mentions sur les journaux Le Cri du Peuple et le Réveil Socialiste.

                 La surveillance des socialistes ne s’arrêtait au contrôle de la presse, les réunions des militants sont également étroitement surveillées mais on ne trouve pas mention de tels regroupements dans toutes les archives départementales. Ainsi si les rapports de police sont nombreux dans le Finistère, les autres départements contiennent moins d’informations sur les réunions socialistes, mais on doit s’interroger ici pour savoir si de telles réunions n’ont pas eu lieu ou si plus  simplement on n’en a pas gardé de traces dans les archives. Il faut surtout élargir le spectre de recherche et tenter de trouver d’autres sources. Il existe par exemple des correspondances adressées à des militants nationaux, comme Albert Thomas, ou influents en Bretagne comme Augustin Hamon ou encore Yves Le Febvre, qui bien que n’étant plus à la Sfio, continue de s’entretenir par lettres avec des militants socialistes.

Mais, outre les sources, il faut également s’interroger sur la manière dont on doit utiliser ces documents. C’est en ce moment ce qui me préoccupe. Dans l’étude des socialistes bretons en guerre, j’essaye en particulier de mieux appréhender, d’un côté, le milieu de « ceux qui protestaient » pour reprendre l’expression de Galit Haddad[2] mais également d’un autre côté, les militants qui ont combattu dans l’armée française sans manifester d’opposition à la guerre. Ces derniers sont évidemment très nombreux puisque toute la population est mobilisée mais il est difficile de reconstituer leur parcours de combattant, ce qui m’oblige à croiser l’histoire du mouvement ouvrier avec l’histoire militaire. Surtout, il est aussi nécessaire de s’arrêter sur le traitement des sources : ainsi dans un rapport préparatoire rédigé par un inspecteur auxiliaire en août 1917 pour le commissaire de police de Quimper, on peut lire qu’après avoir expliqué que la population dans son ensemble participe plutôt d’un bon pied à l’effort de guerre, l’inspecteur émet quelques doutes sur l’enquête d’opinion qu’il a menée:

« Je crois devoir faire remarquer (…) combien serait différente l’opinion de la classe ouvrière, mobilisée ou non, si elle pouvait être librement exprimée ».

Cette remarque oblige l’historien à s’interroger sur le contenu des archives en ce qui concerne les enquêtes sur l’état de l’opinion à propos du déroulement de la guerre et du soutien apporté par la population dans son ensemble, et sur les différentes manières de «lire» ces archives. Dans ce domaine, les travaux de l’anthropologue James C.Scott, auteur de La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne (éditions Amsterdam, 2008) me sont très utiles. Je mentionne donc pour terminer ce billet deux entretiens avec James C.Scott publiés par la revue Vacarme, le premier portant sur l’infra-politique des groupes subalternes et le second intitulé « dans le dos du pouvoir« , ainsi qu’une utilisation de ses travaux dans l’histoire du mouvement ouvrier issu du carnet AIMOS.



[1] Le Réveil Socialiste, 13 février 1915

[2] Galit Haddad 1914-1919, Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

Louis Guilloux père,février 1917,«Voulez vous la paix ?»

L.Guilloux, La Maison du Peuple,1927

Je travaille en ce moment sur l’activité des sections socialistes bretonnes durant la Première Guerre mondiale. L’idée que l’on retrouve souvent exprimée, sans doute à cause de l’existence de l’Union sacrée, serait que ces groupes de militants soient peu actifs durant ce conflit ; on assisterait alors à une mise en sommeil du milieu partisan socialiste[1]. Il est en effet assez difficile de mesurer l’activité de celui-ci car par exemple la plupart des publications militantes ne sont plus publiées durant cette période. Toutefois, on peut retrouver des traces de la permanence d’une identité militante qui s’exprime de multiples façons. Les archives de contrôle des autorités peuvent le montrer, bien que de nombreuses lacunes existent. Mais on trouve ainsi le compte rendu régulier de réunions des sections socialistes dans le Finistère entre 1914 et 1918, et dans ce département, la publication du journal fédéral continue malgré la censure. C’est donc à un patient travail de reconstitution et de rassemblement d’informations que j’essaye de procéder afin d’avoir une vision assez précise des actions militantes durant la Première Guerre. Cela peut se concrétiser par la signature de pétitions comme on peut le voir en février 1917 à Saint-Brieuc. A cette période, ceux que l’on appelle les « minoritaires » de la Sfio, partisans d’une paix rapide, sont de plus en plus nombreux et ils sont davantage surveillés par les autorités. Dans la préfecture des Côtes-du-Nord, c’est le père de l’écrivain Louis Guilloux qui est responsable de la section socialiste durant la guerre[2]. Celui qui se nomme également Louis, est connu par le portrait qu’en fait son fils dans son livre La Maison du Peuple, publié en 1927, qui relate l’action de militants ouvriers avant guerre et est dédié à quelques-uns d’entre eux touchés par les malheurs du conflit. On peut aussi découvrir les liens, parfois difficiles, que le fils entretient avec le père dans le livre de Sylvie Golvet Louis Guilloux. Devenir romancier qui retrace la naissance de l’écrivain Louis Guilloux. Et il y a aussi ces notes du commissaire de police de Saint-Brieuc, en date du 21 février 1917, relatant une forme d’action militante :

«  J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, fait signer en ce moment un factum en vue d’obtenir la paix. Il appelle quelques unes des personnes qui passent et leur dit ‘ Voulez vous la paix ?’ – ‘ Oui ?’ lui répondent-elles – ‘alors ajoute-t-il signez ceci’ » et le commissaire précise « Guillou est un socialiste militant »

Ce premier rapport est suivi d’un autre rédigé le même jour après que le policier ait été rendre visite à Louis Guilloux père. La demande lui en avait été faite par le préfet.

« J’ai été trouvé le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, et l’ait invité à me représenter le factum qu’il fait signer en vue et en l’obtention de la paix. Il me l’a remis aussitôt, et m’a déclaré que c’était sans mauvaise intention qu’il l’avait fait signer».

Le commissaire précise qu’il a saisi la pétition et qu’il le remet au préfet. On ne la trouve pas dans la liasse consultée, tout comme on ne trouve pas d’autres papiers en lien avec cette affaire. Mais la défense de Louis Guilloux semble a posteriori assez savoureuse à lire : « c’était sans mauvaise intention », ce qui rappelle la volonté manifeste ou naïve de continuer à jouir des droits élémentaires du citoyen à s’exprimer même en temps de guerre, à moins qu’il ne s’agisse de la part de Louis Guilloux d’une forme d’ironie à l’égard du policier : il y a en effet fort à parier qu’il était tout à fait au courant que ce type d’actions pouvait rencontrer l’hostilité des autorités de l’époque. Dans le livre de son fils, tout comme dans les extraits de correspondance entre eux deux, on peut voir que le père était un homme dur à la peine, aux opinions tranchées et peu prompt au compromis. Je crois qu’il y a une expression en breton pour désigner ce type de personne : «penn kalet » ou une « tête dure »[3].

Sur Louis Guilloux, il existe un excellent site de la Société des Amis de Louis Guilloux, qui organise en octobre prochain un colloque sur les relations entre l’écrivain et ses amis. Plusieurs interventions concerneront également l’histoire du mouvement ouvrier. Enfin La Maison du Peuple est disponible en poche (Les Cahiers rouges, Grasset, avec une préface de Camus) associé à un autre texte Compagnons. L’ensemble en fait un livre magnifique que je ne peux que vous conseiller de (re)lire !


[1] Il y a de très nombreuses indications méthodologiques très utiles sur l’étude de la « mise en sommeil » des groupes militants dans le livre dirigé par Olivier Fillieule, Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

[2] On peut retrouver la biographie de Louis Marie Guilloux dans le Maitron. Elle a été rédigée par Alain et François Prigent qui ont par ailleurs publié un article retraçant un épisode historique en lien avec les Guilloux «L’expérience éphémère de la Bourse du Travail de Saint-Brieuc (1904-1909) » Cahiers d’Histoire, n°116, 2012.

[3] Pour analyser ce type d’expressions militantes, le livre de James C.Scott, La Domination et les Arts de la résistance.Fragments du discours subalterne, Paris, éditions Amsterdam, 2008, est très utile.

Consentement? Contrainte? Plutôt lassitude

Archives, juillet 2012,DR

Je travaille plus particulièrement en ce moment sur les itinéraires de militants socialistes durant la Première Guerre mondiale. Ils sont soit militants avant 1914, soit adhérents à la SFIO après 1918 et j’essaye par le biais d’archives de reconstituer leur parcours durant les années de guerre. C’est un axe essentiel de la recherche en cours et pour cela je m’appuie sur de nombreux travaux comme ceux de Vincent Chambarlhac[1], de Jean-Louis Robert [2], Romain Ducoulombier[3] ou encore Galit Haddad[4] pour ne citer que quelques noms. Mais si l’histoire de la SFIO durant cette période commence à être bien connue, je crois cependant qu’il y a matière à approfondir la connaissance de ce sujet en choisissant une optique plus localisée et axée sur des parcours individuels, c’est du moins ce que j’essaye de faire. Mais étudier des militants ouvriers dans la Première Guerre oblige plus largement à lire, relire, exploiter les très nombreux travaux qui existent sur cette période. La présence rapprochée du centenaire  de 1914, l’attrait d’un public qui semble sans cesse renouvelé, ainsi de nouvelles approches historiographiques amènent à une certaine profusion d’études et de recherches très intéressantes dans ce champ historique. Actuellement, j’essaye d’en lire le maximum et inévitablement je tombe sur une controverse qui occupe très souvent le devant de la scène : plutôt que de rappeler encore une fois les éléments de débat, je souhaite davantage examiner les effets que cela peut avoir sur une recherche qui concerne les années 1914-1918.

                On pourra trouver les éléments du débat dans plusieurs publications en ligne, comme dans l’article d’Élise Julien «  à propos de l’historiographie française de la première guerre mondiale » ou dans la série de contributions sur le site de la Vie des idées.fr qui propose un dossier  « la Grande Guerre toujours présente ». On trouvera également deux très bonnes présentations, l’une signée par Christophe Prochasson et intitulée « Qui ne dit mot consent ? Une approche critique du ‘consentement patriotique’ »[5], l’autre rédigée par Nicolas Beaupré dans son livre 1914-1945,les grandes guerres (12ème tome d’une Histoire de France publiée sous la direction de J.Cornette)  intitulée « Du débat à la polémique : la question du consentement des soldats de 1914-1918 »[6] qui offre le grand mérite d’être une très récente présentation des enjeux de la question. On pourra également lire les très nombreuses contributions du site du CRID 14-18. Mais, ne serait-ce qu’en indiquant ces quelques références, j’ai bien peur de m’exposer à des préférences involontaires. En effet, j’ai de plus en plus l’impression que sur ce point le lecteur, l’apprenti-chercheur et même l’enseignant du secondaire que je suis, est soumis à une injonction de plus en plus forte : il me faudrait « choisir » un camp, et même si l’intention de ne pas choisir me venait, ce ne serait qu’un choix déguisé, un positionnement qui ne voudrait pas s’avouer.

                En effet en lisant les plus récents travaux, on peut voir que tous relatent cette controverse scientifique qui n’en est plus une puisqu’elle est devenue davantage une polémique où chacun doit affirmer ses positions et par là même, doit contester par tous les moyens les positions du camp d’en face.

                Je sais bien que les controverses sont nécessaires aux avancées historiographiques, mais dans ce cas je dois avouer une grande lassitude. C’est déjà le cas dans mon activité d’enseignant du secondaire où les éléments de ce débat peuvent parfois devenir envahissants et bizarrement peuvent devenir également une configuration impliquant des positions politiques, telle option du débat étant plus « à gauche » telle autre « plus à droite ».

                Je dois dire ici que je n’ai pas du tout envie, ni ne ressens le besoin, de me positionner dans tel ou tel camp. Sans doute d’une part, puisque je dois encore «faire mes preuves» avant de disposer d’une parole scientifique comme certains ont pu me le rappeler à la lecture de ce carnet de recherches, mais d’autre part parce j’aimerais lire, utiliser et discuter tout un pan de l’historiographie de la Première Guerre mondiale sans me sentir obligé , « contraint » de choisir un camp et d’oublier ou de jeter aux gémonies tel ou tel travail historique parce qu’il émane de l’autre rive. J’avoue donc après avoir lu beaucoup pendant ces quelques jours  ma grande lassitude devant cette polémique à répétition qui en plus semble s’enliser et bégayer, la proximité de 2014 pouvant peut-être expliquer cela.

                Cette polémique me semble d’autant plus gênante que mon sujet de recherche implique d’aborder beaucoup d’aspects en jeu dans les travaux concernés : qu’est-ce qui fait en effet tenir les soldats socialistes ? Cela a-t-il davantage à voir avec le patriotisme, le consentement, la contrainte, un ensemble d’autres faits d’une configuration que je ne maîtrise pas encore, travail en cours oblige ?

                Je n’ai pas envie de choisir non plus parce que je n’ai pas l’impression d’être à la recherche de lettres inédites, de documents contenus dans des cartons poussiéreux , d’articles de journaux jamais lus par les historien-nes qui pourraient invalider ou confirmer telle ou telle explication pré-établie. Sans doute que ce qui m’intéresse ici davantage c’est ce que Wittgenstein a pu écrire : « Nous attendons – à tort – une explication, alors que c’est une description qui est la solution de la difficulté, pour peu que nous lui donnions le rang qui convient dans la hiérarchie de nos considérations »[7].

                Cette polémique entraîne un autre risque, outre la lassitude, c’est la «glaciation» de la recherche sur cette période, ce qui serait bien regrettable avant le centenaire du début de la Première Guerre. En effet, les récents travaux historiques sont très rapidement soumis au feu de la critique, et bien souvent cela me semble tellement dépasser le cadre légitime de la critique scientifique, qu’on peut se demander s’il ne vaut pas mieux choisir une autre période historique à étudier. En écrivant ce billet, illustration aussi d’un agacement, j’ai bien conscience du côté naïf voire ridicule de son contenu. Je vais donc retourner à mes archives, et pour comprendre, décrire et étudier ces militants qui ont vécu les années 1914-1918, je continuerai à lire et à faire côtoyer le maximum d’études historiques, peu m’importe le « courant historique » de leur auteur.


[1] Vincent Chambarlhac, Romain Ducoulombier, Les Socialistes français et la Grande Guerre, ministres, militants, combattants de la majorité ( 1914-1918), Dijon, EUD, 2008.

[2] Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la Patrie et la Révolution, Paris, 1914-1919, Annales littéraires de l’université de Besançon, 1995.

[3] Romain Ducoulombier, Camarades, la naissance du Parti communiste français, Paris, Perrin, 2010.

[4] Galit Haddad, 1914-1919, Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles lettres, 2012.

[5] Christophe Prochasson, 14-18, retours d’expérience, Paris, Tallandier, 2008, pp.123-159.

[6] Nicolas Beaupré, 1914-1945, les Grandes Guerres, Paris, Belin, 2012, pp.1046-1050.

[7] L.Wittgenstein, cité par Francis Laplantine, La Description ethnographique, Paris, Armand Colin, 2010, p.114.