Archives du mot-clé résistance

L’agent Émile,ou esquisse du portrait d’un socialiste résistant

Aujourd’hui on commémore la création du Conseil National de la Résistance sous la direction de Jean Moulin. Il a été au début des années Trente sous-préfet de Châteaulin dans le Finistère et la biographie que lui consacre Daniel Cordier mentionne quelques épisodes de sa vie dans cette petite sous-préfecture de Bretagne. Mais ce n’est pas l’objet de ce billet. Mon sujet de thèse se termine en juillet 1940, date à laquelle le régime républicain disparaît. Et pourtant, l’attitude des socialistes bretons durant la Seconde Guerre est un sujet qui m’interpelle. Un des fondements de mon travail est en effet d’essayer de mieux comprendre l’importance du pacifisme dans la culture militante de ces militants qui dans la Seconde Guerre mondiale ont ensuite eu des parcours diversifiés. Surtout ces parcours ne semblent pas obéir à des logiques préconçues, à des déterminismes que l’on pourrait résumer en quelques mots. Certains socialistes participent à la collaboration de manière active, d’autres se taisent, d’autres encore essayent de maintenir une identité socialiste clandestine alors que quelques-uns, plus rares, au moins au début, participent activement à la Résistance. S’interroger sur cette multiplicité des parcours possibles afin d’y déceler quelques explications me semble être un problème historiographique important. Peut-être aurais-je l’occasion de l’aborder plus tard, mais je voudrais surtout évoquer ici le parcours d’un responsable socialiste plusieurs fois déjà mentionnés, Jean-Louis Rolland, l’agent Émile dans la Résistance[1].

Jean-Louis Rolland, un élu socialiste dans la guerre

Député de Brest depuis 1936, maire de Landerneau depuis 1929, il est un des élus socialistes les plus en vue en Bretagne avant guerre. Profondément pacifiste et lié au courant de Paul Faure, pour qui le pacifisme semble un principe essentiel primant sur les autres valeurs socialistes, il fut munichois comme son ami Louis L’Hévèder, qui explique à maintes reprises son positionnement dans la presse locale et nationale du parti. Pourtant, lors du vote du 10 juillet 1940 contrairement à ce dernier, Rolland vote contre, rejoignant une petite minorité d’élus, les fameux Quatre-vingts, qui n’ont pas accepté la disparition des institutions républicaines et la mainmise de  Philippe Pétain sur la république. À partir de là, Jean-Louis Rolland s’engage de plus en plus fermement dans une hostilité au nouveau régime.

Il est dans un premier temps maintenu à son poste de maire, mais plusieurs conseillers socialistes sont remplacés par des personnes en phase avec le nouveau régime. C’est en particulier le cas des nouveaux conseillers affilié à l’Office central de Landerneau, très proche dans les années Trente du mouvement de Dorgères. Il y a chez eux un vrai esprit de revanche orchestré par le préfet du Finistère qui signale dès les premiers mois du nouveau régime le peu d’estime qu’il a pour le député-maire socialiste. Mais Rolland tente de préserver une marge de manœuvre au sein du conseil municipal, usant par exemple de phrases à double sens dans les délibérations du conseil municipal, pratiquant une politique de « l’épaule froide » avec les autorités de Vichy et les occupants. Mais le 31 mars 1942, suivant en cela plusieurs autres élus du département, il est provisoirement suspendu de sa fonction de premier magistrat de la ville. Son successeur inscrit son action dans la droite ligne de Vichy.

C’est que Rolland est en contact depuis plusieurs mois avec des groupes de résistants. On connaît peu – et ce serait un travail important à faire que de retracer cette histoire – l’action des socialistes bretons entre 1940 et 1942-1943. On sait seulement qu’autour de Tanguy-Prigent, l’autre ancien parlementaire socialiste du département, s’est organisé un ensemble de groupes dont la logique est la lutte contre le nouveau pouvoir et l’occupant, même si parfois de telles structures sont tolérées par la préfecture : c’est en particulier le cas de regroupements agricoles dont la fonction officielle semble la défense des intérêts des paysans mais dont l’action réelle vise à sabrer les fondements idéologiques de Vichy.

Jean-Louis Rolland, selon des documents postérieurs, appartient à un réseau résistant à partir du 1er septembre 1942, mais on sait que de telles dates que l’on trouve dans les documents de liquidation du réseau, sous forme de fiches personnelles, sont souvent arbitraires. Quoi qu’il en soit l’ancien maire de Landerneau est membre du réseau Jade-Fitzroy, qui agit avant tout dans le renseignement pour les Britanniques et l’accueil d’aviateurs alliés. Il est également membre du mouvement de résistance Libération Nord, dont un des premiers organisateurs fut Tanguy-Prigent, et qui rassemble une bonne partie des socialistes résistants. Il a par contre refusé d’être membre de Défense de la France, mouvement actif à Brest, préférant sans aucun doute s’associer à ses anciens camarades socialistes et syndicalistes au sein de Libération-Nord.

La Résistance

Dans un premier temps, Rolland est l’agent Émile, agent P1 du réseau, c’est-à-dire qu’il n’est pas clandestin, qu’il garde une vie familiale, et qu’il sert avant tout d’agent de liaison et héberge les aviateurs alliés tombés sur la zone. On dispose du propre témoignage de Rolland sur cette action :

« En bref, la filière employée consistait à recevoir des aviateurs tombés sur différents points du territoire, à assurer leur hébergement chez des patriotes résistants éprouvés, en attendant d’assurer leur acheminement vers l’Angleterre. »[2]

L’action de ce réseau nécessite une organisation très hiérarchisée et efficace puisque les aviateurs sont un élément précieux pour les Alliés qui cherchent à les récupérer le plus rapidement possible. Mais la participation de Rolland est difficile car selon un des chefs du réseau Jade Fitzroy «  tout le monde le connaissait à Landerneau »[3] et les soupçons sur son action résistante étaient nombreux. Pour amener les pilotes vers la côte nord du département, endroit à partir duquel ils étaient ensuite rapatriés par bateau, l’ancien maire possédait des fausses cartes d’identité qui portaient souvent la mention «  sourd-muet » afin d’éviter d’attirer des questions. Il bénéficiait aussi de la complicité d’une importante partie de la population, ainsi que de gendarmes eux-mêmes membres de Libération-Nord.

Ce mouvement a été l’un des plus importants dans le département, et à partir de 1943, il est de plus en plus structuré. Après la constitution du CNR en mai de cette année, une première ébauche d’un comité de libération du département se met en place en juillet. Il est dirigé par un ancien socialiste Louis Dupoux, qui semble avoir été placé à ce poste par Jean-Louis Rolland. Ce dernier a un rôle décisionnel au sein du mouvement, sans que l’on sache véritablement pour le moment son champ d’action.

L’arrestation

Le Finistère Libéré, 26 août 1944
Le Finistère Libéré, 26 août 1944

En février 1944, Rolland a pour mission d’entrer en contact avec des officiers de marine à Brest afin de préparer la libération, ce qui montre que de nombreux militaires changent de camp à ce moment. Mais deux jours après cette rencontre, il est appréhendé par la police allemande, on retrouve à son domicile des faux papiers, des documents militaires et des tracts socialistes ; plusieurs responsables résistants sont aussi arrêtés. On sait  que l’arrestation repose sur une dénonciation dont on connaît l’origine : elle provient d’un petit groupe de militants d’extrême droite hostile au socialiste depuis l’entre-deux-guerres.

Rolland est amené à la prison de Brest, les cellules sont dans le noir complet, la détention dure jusqu’en juin 1944 ; là, il est amené au camp Marguerite de Rennes. Et le socialiste, dans un grand baraquement où 150 prisonniers sont rassemblés, tente de garder confiance pour lui et ses camarades :

«  Malgré notre internement et notre avenir incertain, Jean-Louis avait gardé sa bonne humeur, toujours affable, il nous a gardé le moral.»[4]

Le 2 août 1944, les prisonniers sont évacués par le train vers une destination inconnue. Le convoi de 51 wagons subit les bombardements alliés puisque les Américains sont au même moment aux portes de Rennes. Des prisonniers réussissent à s’évader, comme le résistant socialiste qui est touché par une balle lorsqu’il saute du train. Il n’est pas repris mais la grande majorité des prisonniers est elle rassemblée à nouveau dans le train qui s’achemine ensuite vers le camp de concentration de Dachau. Jean-Louis Rolland, lui le fervent anticlérical d’avant-guerre, ne peut trouver refuge que dans un couvent ! Ce couvent subit d’ailleurs un bombardement et il est grièvement blessé à la jambe. Il n’assiste donc pas à la libération de la Bretagne et de sa ville natale, Landerneau, qui est libérée le 10 août 1944. Il revient seulement le 30 octobre 1944 après avoir été soigné. Toute sa vie durant, il garde une grande douleur à la jambe après sa blessure mal guérie. On peut le voir sur des photos lors de la visite du général de Gaulle le 22 juillet 1945 dans le département : on le voit très droit, très fermé, près de de Gaulle. Je sais par des témoignages postérieurs qu’il souffrait énormément de sa blessure à ce moment, presque à en avoir un évanouissement. J’ai sur mon bureau une de ces photographies. Aujourd’hui, où l’on commémore les 70 ans de la création du CNR, mais où on assiste également à une récupération honteuse de l’héritage de la Résistance par certains manifestants qui semblent décidément ne pas avoir beaucoup de culture historique, il me paraissait important d’évoquer un peu de l’action de ces femmes et de ces hommes qui ont participé à la Libération.


[1] Jean-Louis Rolland a une autre identité clandestine : Lecorre, comme le « cor de Roland ».

[2] Lettre de J.L.Rolland, 6 avril 1970, fonds Huguen, Archives départementales des Côtes d’Armor.

[3] Lettre de Pierre Hentic, 25 février 1995.

[4] Témoignage de F.L’Azou, dossier Rolland, Archives municipales de Landerneau.

Le 10 juillet des parlementaires socialistes bretons

"L'Histoire jugera" L.Blum, 1945, DR

Le 10 juillet 1940 l’ensemble des parlementaires français est amené à se prononcer sur le sort de la constitution de la IIIe République. Ce régime est contesté par un mouvement de fond mis en lumière par la défaite éclair de juin 1940 : l’ensemble de la classe politique est discréditée car elle est jugée responsable du désastre, mais nombreux sont ceux qui estiment que la gauche parlementaire est davantage coupable encore depuis l’accession au pouvoir du Front populaire en 1936. Les Allemands ont progressé rapidement à l’intérieur du pays et le 17 juin un nouveau gouvernement est constitué sous la direction de Philippe Pétain : il décide d’emblée de demander l’armistice qui est signé le 22 juin. Mais ce nouveau pouvoir souhaite en finir avec ce régime républicain : à Vichy les 9 et 10 juillet 1940, les parlementaires doivent décider non seulement de la révision de la constitution, mais aussi de l’avenir de la République[1].

                Dans ma recherche, l’année 1940 marque la fin de la période que j’étudie. Mais le vote du 10 juillet est un révélateur des atermoiements des députes socialistes bretons face à la guerre, à la défaite et à l’ordre nouveau qui se profile. C’est pourquoi il me semble important d’y revenir ici. Quatre députés socialistes se rendent à Vichy comme une grande partie des parlementaires français. Il y a deux députés du Finistère, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, le député du Morbihan Louis L’Hévèder et Philippe Le Maux élu des Cotes-du-Nord. Les Allemands sont déjà présents dans la région et les élus ont dû tout d’abord faire face à cette rapide occupation de l’espace : ainsi à Landerneau, ville dont Jean-Louis Rolland est également maire, les Allemands entrent le 19 juin. Deux élus les accueillent, le maire tout d’abord mais également le député de la circonscription, le démocrate populaire Paul Simon, et le premier contact est conflictuel car des combats ont eu lieu autour de la ville car Landerneau était situé sur la route d ‘évacuation des marins français qui voulaient trouver refuge à Brest. Le capitaine allemand a signifié aux élus que ses hommes n’avaient pas subi de perte ; dans le cas inverse, il aurait fait raser la ville.

                Ce premier contact peut sans doute aider à mieux comprendre la suite des événements. Pierre Laval et Philippe Pétain ont en effet décidé de statuer sur l’avenir de la République en réunissant l’ensemble des députés et des sénateurs à Vichy les 9 et 10 juillet. L’organisation d’une telle séance dans un pays défait et occupé pour partie, est difficile, Laval espérant d’ailleurs que les élus soient peu nombreux. Certains d’entre eux sont en effet encore sous les drapeaux, d’autres ont préféré rester dans leur circonscription. Pour les élus bretons, il faut déjà rejoindre Vichy qui est une ville éloignée de leur région. Des voyages collectifs ont organisé, ainsi quatre parlementaires du Finistère se rendent dans la nouvelle «capitale» du pays ensemble en voiture. Je ne sais pas comment arrivent les quatre députés socialistes, mais ils ont a priori des opinions différentes sur l’avenir de la France. Louis L’Hévèder est un partisan affirmé du pacifisme qu’il a défendu jusqu’au bout dans les tribunes du quotidien socialiste Le Populaire. Philippe Le Maux et Jean Louis Rolland sont quant à eux également partisans du courant pacifiste de Paul Faure, Tanguy-Prigent ayant quant à lui évolué vers des positions plus intransigeantes face à l’Allemagne et acceptant en conséquence après Munich la nécessité d’une position ferme face au nazisme. Mais le vote du 10 juillet ne recouvre que partiellement les positions socialistes adoptées auparavant. 569 parlementaires lors de la séance votent pour les pleins pouvoirs à Pétain, 80 votent contre et 20 s’abstiennent. Le groupe socialiste compte 36 opposants sur les 132 présents.

                Deux députés ont voté pour les pleins pouvoirs : Louis L’Hévèder qui justifie son vote par le désordre dans lequel la France était plongée depuis la défaite et plus étonnement par la peur que les Allemands utilisent un vote négatif des représentants bretons comme une marque de séparatisme. Philippe Le Maux fait de même, les deux étant profondément marqués par le pacifisme. Quant aux deux députés du Finistère, ils votent contre, y compris Jean-Louis Rolland connu pour avoir des positions paul-fauristes. D’ailleurs sur les 11 parlementaires de ce département présents à Vichy, 7 votent contre, ce qui en fait un département exceptionnel par rapport au reste de la Bretagne puisque tous les autres parlementaires de la région ont voté pour. Comment expliquer un tel nombre ? L’historien doit ici accepter de ne pas pouvoir tout connaître des motivations des différents acteurs, il peut seulement tenter d’étudier l’événement avec le maximum d’informations, ce que je m’efforce de faire durant cette recherche.

                Après leur vote négatif, Jean Louis Rolland et Tanguy-Prigent participent peu à peu à des actions de la Résistance. Les deux autres députés socialistes se sont tenus à l’écart du nouveau pouvoir bien qu’on leur reproche par la suite une attitude de soutien à Vichy. Ainsi, le parcours de ces quatre élus peut illustrer toute la difficulté qu’il y a à étudier les socialistes durant l’année 1940 et les premiers mois de l’occupation. Mais connaître leur rapport à la Première Guerre mondiale et  au pacifisme peut y aider. C’est du moins ce que j’essaye d’étudier dans ma thèse. Après l’instauration du gouvernement de Vichy, Rolland et Tanguy-Prigent essayent dans un premier temps de se lancer dans une sorte d’opposition légale au régime en restant dans leur fonction de maire et contestant la politique mise en place par Pétain: ils se savent toutefois dans le collimateur de l’occupant et du nouveau régime et participent de plus en plus par la suite à des actions clandestines de la résistance. Le Maux et L’Hévèder se tiennent à l’écart, mais en 1944 la SFIO reconstituée exclut les parlementaires qui ont voté pour les pleins pouvoirs, effaçant par la même leur rôle dans l’action socialiste avant 1940 dans la région. On retient davantage les 80 courageux parlementaires qui ont le 10 juillet 1940 choisi de défendre les valeurs républicaines, ou qui avaient peut-être d’autres motiviations comme en témoigne cette citation de Louis Noguères : « quelques pas plus loin, Le Bail, député radical socialiste du Finistère, m’accrochait pour me confier, l’air radieux : « Je sais que tu as voté non : moi aussi, parce que moi qui suis Breton, j’ai trouvé ce moyen pour dire ‘merde’ à Hitler »[2].


[1] Sur cette question voir l’excellent travail d’Olivier Wieviorka Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français 1940-1945, Paris, Le Seuil, 2001.

[2] L.Noguères, déposition devant la Commission parlementaire d’enquête sur les événements survenus en France de 1933 à 1945, cité par Marc Sadoun, Les Socialistes sous l’Occupation, Paris, PFNSP, 1982, p.41.