Archives du mot-clé Ricoeur

«C’est un fait d’exploitation humaine»: conférence d’H.Sellier sur la prostitution (Lorient, octobre 1938)

L’article de Ricoeur paraît dans le Rappel du Morbihan le 29 octobre 1938

Le dernier numéro du magazine L’Histoire contient un dossier sur l’histoire de la prostitution intitulé «Prostitution, de la tolérance à la prohibition». À partir de ce dossier ancré dans l’actualité, je voudrais  évoquer ici un compte rendu d’une conférence donnée par Henri Sellier à Lorient en octobre 1938. Il s’agit de poser quelques jalons pour une étude plus poussée de la culture militante socialiste lorsqu’elle porte le regard sur la prostitution, ce qui m’oblige à découvrir l’historiographie de cet objet d’étude. Je partirai toutefois du contenu de la conférence faite par l’ancien ministre de la Santé publique du Front populaire qui développe la position de la Sfio concernant la prostitution, mais sans doute faudra-t-il également dans un second temps s’arrêter sur les commentaires de l’auteur du compte rendu lui même, à savoir «Paul Ricoeur, Agrégé de l’Université »[1].

Henri Sellier partisan de l’abolition de la prostitution

Sellier est au moment de la conférence à Lorient sénateur socialiste et l’ancien ministre de la Santé publique du Front populaire. Maire de Suresnes, il a développé une politique sociale dans sa commune qui a valeur d’exemple pour de nombreuses autres municipalités socialistes[2]. Il est par ailleurs l’auteur d’un projet de loi visant à abolir la réglementation sur la prostitution où on trouve l’interdiction des maisons closes ou encore l’établissement du délit pour racolage et proxénétisme. Mais ce projet de loi n’aboutit pas car, d’une part, il est peu soutenu par les abolitionnistes qui ne le trouvent pas assez restrictif et, d’autre part, il rencontre l’hostilité de nombreux responsables locaux, y compris socialistes, associés à plusieurs regroupements ayant des intérêts dans cette activité, comme celui des tenanciers de maisons closes.

Malgré cela, Henri Sellier poursuit après la disparation du gouvernement de Front populaire sa campagne en faveur d’un contrôle plus strict de la prostitution qui doit  normalement aboutir à une abolition totale de cette activité. C’est à ce titre qu’il est invité en octobre 1938 à Lorient par la section locale de « l’Union temporaire pour la suppression de la prostitution réglementée ».

Cette organisation, dont on peut consulter les archives au Musée social / Cédias, a une section lorientaise active placée sous la direction du pasteur Jean Delahaye qui est à l’origine de la publication d’une enquête sur la prostitution dans cette ville portuaire intitulée Résultat d’une enquête : comment on s’amuse à Lorient ( publiée selon les sources en 1935 ou en 1937).

La Sfio de Lorient et la question de la prostitution

Il n’est pas anodin de relever tout d’abord l’emplacement de ce long compte rendu de la conférence de Sellier. En effet, il est placé sous la rubrique «tribune libre» et il est bien précisé que «les articles paraissant dans cette tribune n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs ».

Le principe de la tribune libre, que l’on retrouve souvent dans la presse socialiste, s’applique dans la plupart des cas à des articles discutant de l’orientation de la Sfio ; c’est avant tout le lieu d’expression des différentes tendances du parti, qui souvent polémiquent entre elles dans ce cadre réservé aux débats internes. Ici ce qui étonne, c’est que cet article soit placé justement dans la tribune libre. Cela peut impliquer que la position défendue par Henri Sellier et par Paul Ricoeur ne fait pas l’objet d’un consensus au sein de la Sfio du Morbihan. Clairement en faveur de l’abolition de la prostitution, cet article ne rencontre donc pas forcément l’adhésion de tous les socialistes, ce qui m’obligera d’ailleurs à m’intéresser davantage à la position de la Sfio vis-à-vis de la prostitution dans l’entre-deux-guerres. Cela implique surtout que je lise tout un pan de la production historique dans ce domaine, et sur ce point le dossier de L’Histoire est un bon point de départ. Si mon exploration est à peine ébauchée, j’ai toutefois l’impression que ce sont des aspects relativement peu étudiés jusqu’à présent. Mais peut-être que le projet gouvernemental actuel incitera à s’intéresser davantage à la généalogie de la position socialiste sur la prostitution.

Toujours est-il que si le compte rendu est prudemment placé sous la rubrique «tribune libre», les socialistes sont nombreux à assister selon Ricoeur à la conférence. Ce sont avant tout  les femmes militantes qui sont mentionnées au premier rang desquelles on trouve la représentante de « l’Union des femmes socialistes de Lorient » Odette Michel[3]. Mais l’auteur de l’article précise toutefois que « Henri Sellier est arrivé samedi soir presque incognito » ce qui montre que la Sfio ne semble pas avoir fait une grande publicité à la venue et à la conférence du sénateur socialiste. Pourtant Lorient, comme d’autres villes portuaires telles que Brest, est très concernée par la thématique de la prostitution comme le montre la brochure écrite par le pasteur J.Delahaye. Il faudra donc explorer davantage l’attitude des socialistes vis-à-vis de la prostitution, qui semble avoir été bien hésitante.

Sur l’auteur du compte rendu

Le long article de Paul Ricoeur appartient à cette petite dizaine de textes qu’il a écrit dans la presse socialiste en Bretagne dans les années Trente, dont j’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises d’évoquer ici. Ce parcours militant  d’avant guerre de celui qui devient après 1945 un philosophe internationalement reconnu est encore méconnu, même si je souhaite aborder cet aspect dans ma thèse en cours. L’article  mentionné ici est tout d’abord un compte rendu fidèle de la conférence d’Henri Sellier, et il n’est pas aisé de distinguer ce qui est de l’ordre des propos du conférencier  de l’interprétation que Ricoeur peut en faire. Pourtant en conclusion, c’est avant tout le jeune philosophe qui s’exprime :

« Henri Sellier est venu rappeler à Lorient que, même pour un marxiste qui admet que les problèmes économiques commandent en partie les problèmes moraux, les premiers doivent être résolus par une autorité, et que l’exercice de l’autorité suppose une atmosphère de salubrité. La Révolution sociale doit être annoncée par un grand coup de balai général depuis le quartier réservé jusqu’aux cabinets ministériels. Merci à notre camarade Sellier de l’avoir dit et de l’avoir tenté courageusement.»

L’ensemble des textes militants de Ricoeur montre un intellectuel attaché à un renouvellement des idées socialistes, comme la conclusion de son article le laisse voir. Ici, tout comme Henri Sellier, il se montre partisan d’un encadrement législatif de la prostitution qui respecte davantage les droits de la personne humaine et qui mette fin à l’exploitation des prostituées. Un tel projet, initié par le gouvernement du Front populaire, à travers l’action du ministère de la Santé publique, est  aujourd’hui à nouveau en discussion et le fait qu’il soit proposé par un gouvernement socialiste montre une continuité, mais aussi bien des hésitations, dont il pourrait être intéressant de retracer l’histoire du Front populaire jusqu’à nos jours.


[1] P.Ricoeur «  Henri Sellier à Lorient », Le Rappel du Morbihan,  29 octobre 1938.

[2] On peut lire à ce sujet la biographie de Roger-Henri Guerrand et Christine Moissinac, Henri Sellier, urbaniste et réformateur social , Paris , La Découverte, 2005 dont on trouve une présentation sur le site de l’éditeur.

[3] Sur Odette Michel, on trouvera quelques renseignements dans l’article de François Prigent sur les femmes socialistes dans le Morbihan, que j’ai déjà eu l’occasion de citer dans un autre billet.

Conférence à Lorient : «Y a-t-il une morale laïque ?» par Paul Ricoeur

extrait de « L’éveil du Morbihan », 16 juin 1939

Les récentes déclarations du ministre de l’éducation Vicent Peillon sur sa volonté de mettre en  place un enseignement de la «morale laïque» ont suscité de nombreuses réactions. Si on laisse de côté les déclarations de certains  commentateurs ou hommes politiques de droite – mais aussi de gauche-  qui révèlent davantage une méconnaissance de l’histoire de la laïcité en France et une tendance à manier des références historiques dans le seul but d’alimenter de vaines polémiques, on peut remarquer que la question de la « morale laïque » n’est en rien un thème nouveau. Il n’est sans doute d’ailleurs pas anodin que ce soit Vincent Peillon, grand connaisseur de l’histoire de la laïcité, des idées républicaines et du socialisme[1], qui en tant que ministre de l’éducation ait abordé ce thème. Cela peut légitimement d’ailleurs rassurer l’observateur de l’actualité et l’enseignant que je suis. Mais je voudrais surtout montrer dans ce billet que la question de la « morale laïque » est liée à l’histoire du socialisme en France et qu’il n’est pas inutile de s’y intéresser pour éclairer le débat actuel.

Laïcité et socialisme en Bretagne

                Ainsi, la laïcité est particulièrement importante pour les fédérations socialistes de Bretagne avant-guerre. C’est par exemple là qu’on trouve  souvent le plus grand nombre de militants des comités de défense laïque, qui sont très souvent également des militants de la Sfio, et l’identité socialiste semble intrinsèquement liée à l’idée laïque. En conséquence, la question de la morale laïque est très régulièrement abordée dans les publications socialistes, souvent d’ailleurs avec des arguments que l’on peut retrouver aujourd’hui. L’un des plus importants défenseurs de la laïcité en Bretagne est ainsi l’instituteur Joseph Rollo, responsable du SNI et militant socialiste dans le Morbihan[2]. Il tient une chronique sur la laïcité dans le journal de la fédération du Morbihan et participe nationalement aux discussions sur la laïcité, soit au sein du parti socialiste, soit dans les commissions syndicales. Son intransigeance sur les questions laïques et sur la défense d’une morale laïque  souvent définie comme antireligieuse rencontre toutefois quelques oppositions parmi les militants socialistes.

Ricoeur et la morale laïque

                L’un des militants, à son corps défendant d’ailleurs, qui se retrouve à la fin des années Trente, au cœur d’une polémique sur la morale laïque, est Paul Ricoeur, à l’époque jeune professeur de philosophie à Lorient. Militant socialiste actif, il est également au même moment marqué par un courant du christianisme social, fortement ancré à gauche et rassemblant autour de  Elie Gounelle ou d’André Philip avant tout des croyants protestants[3]. Pour Ricoeur, concilier le socialisme et le christianisme est tout à fait possible et il importe donc de réexaminer la place de la morale laïque dans l’idée socialiste mais plus globalement dans la pensée républicaine. Il aborde le problème dans une conférence faite à Lorient le 9 juin 1939.

Cette conférence déclenche une polémique avec le journal catholique proche des milieux de droite L’Éveil du Morbihan. C’est l’occasion pour le philosophe de mieux expliquer ses idées et de définir ce qu’il entend par «morale laïque ». Le contenu de sa conférence est résumé dans l’hebdomadaire de la fédération socialiste et lui-même dans la réplique qu’il formule contre le journal catholique revient sur ce qu’il a dit lors du 9 juin. On peut également retrouver plusieurs feuillets du brouillon, malheureusement incomplet, de cette conférence dans les archives du Fonds Ricoeur[4].

Dans sa lettre ouverte au rédacteur en chef du journal catholique qui l’a incriminé, Ricoeur explique sa pensée:

«  Si j’ai posé la question : ‘Y a-t-il une morale laïque ?’ c’était précisément pour dire que je refusais une réponse par un oui ou un non (…) J’ai dit dans ma conférence que la notion de morale laïque recouvre deux sens très différents ; que j’acceptais l’un et refusais l’autre : en un premier sens, c’est le fond moral commun, essentiellement pratique, sur lequel nous vivons tous, commun aux croyants et aux incroyants : voilà la morale laïque que l’école publique peut et doit enseigner. En un deuxième sens, ce sont les ‘systèmes’ de morale non religieuse ou antireligieuse que chacun peut adopter pour fonder et justifier ce fonds moral commun ; or ces systèmes que je refuse personnellement comme chrétien sont affaire de vie intérieure et non d’enseignement »[5].

Paul Ricoeur se réfère à une vision de laïcité qu’il rattache à Jaurès et s’oppose par contre à une vision intransigeante que Joseph Rollo défend au même moment. Cela n’implique pas pour autant qu’il rejette l’idée laïque qui est pour lui le fondement de la vie en commun et du fonctionnement de la république :

« Si je refuse personnellement l’idée d’une morale laïque au sens d’une foi, d’une mystique substituée à la foi religieuse, je crois qu’il existe un enseignement moral laïque fait des concordances pratiques des diverses mystiques qui ont fait l’Occident »[6].

Il s’inscrit également dans la doctrine officielle de la Sfio qui considère la religion comme relevant de la sphère privée et qui n’a aucun rôle à avoir dans la vie publique. De telles distinctions sont difficiles à comprendre pour les militants socialistes et laïques bretons à la même époque. Ils sont en effet très nombreux à associer la religion à la réaction, comme l’expression « cléricaux fascistes » le montre, et à ne voir dans le christianisme qu’un instrument d’exploitation du peuple qu’il importe de combattre. La position de Ricoeur s’explique aussi sans doute par son appartenance au protestantisme, très minoritaire en Bretagne. Il semble d’ailleurs que de nombreux protestants bretons aient pu avoir la même conception de la laïcité  et le même attachement au socialisme que le philosophe. On peut ainsi  en retrouver des exemples comme c’est le cas pour André Féat, jeune militant finistérien et qui avant guerre faisait des études de théologie pour devenir pasteur avant d’être victime durant la Seconde Guerre de la répression allemande.

                La conférence de Paul Ricoeur et les divers commentaires qui en découlent montrent donc que la question de la morale laïque n’est pas nouvelle et qu’il peut être profitable de se référer à l’histoire de la laïcité, comme les travaux de Jean Baubérot le permettent[7], pour mieux comprendre les enjeux actuels, plutôt que laisser libre cours à une argumentation erronée. C’est aussi ce que permet le très intéressant dernier billet de Marie Anne Paveau paru sur le carnet La Pensée du discours. C’est enfin un thème important de la pensée socialiste depuis le XIXème comme Vincent Peillon dans ses déclarations ou dans ses travaux a pu le rappeler et il n’est pas inutile de plonger dans le passé pour mieux comprendre le présent et l’avenir sur ce sujet comme sur d’autres.

Le thème du prochain billet : l’évocation par Louis L’Hévéder, député socialiste du Morbihan, d’un voyage en Allemagne à l’été 1939 quelques jours avant la déclaration de guerre.



[1] On peut se référer sur ce point à sa contribution « actualité du socialisme républicain : sécularisation, modernité et laïcité » parue dans l’ouvrage collectif dirigé par Juliette Grange et Pierre Musso, Les Socialismes, éditions le Bord de l’eau, 2012.

[2] Sur Rollo voir Jacques Girault «Joseph Rollo, dirigeant national du Syndicat National des Instituteurs (1935-1939)»Recherche Socialiste,  L’Ours Hors-série, n°42, mars 2008.

[3] Voir sur ce groupe le livre de Agnès Rochefort-Turquin, préfacé par Ricoeur,Front Populaire. Socialistes parce que chrétiens,Paris, éditions du Cerf, 1986.

[4] Fonds Ricoeur, bibliothèque de l’I.P.T., Paris, dossier PF9, boîte 38 «philosophie chrétienne». Le brouillon de cette conférence est incomplet mais permet de mieux en saisir le contenu. On peut également trouver dans ces archives des indications sur l’action de Ricoeur dans la fédération SFIO du Morbihan. Je remercie vivement Madame Catherine Goldenstein de m’avoir permis de consulter ces archives.

[5] Le Rappel du Morbihan, 24 juin 1939.

[6] Le Rappel du Morbihan, 3 juin 1939.

[7] Plusieurs travaux de Jean Baubérot abordent cette question, je ne citerais que trois d’entre eux, qui m’ont été utiles : son Que-Sais-Je ? sur L’  Histoire de la laïcité en France ; La morale laïque contre l’ordre moral, Paris, Le Seuil, 1997 et plus largement Le Retour des huguenots, Paris, Le Cerf, 1985, qui contient un chapitre sur les «pacifismes du christianisme social » très utile pour situer la pensée et l’action de Ricoeur dans les années Trente.