Archives du mot-clé Ruedel

Un drôle de socialiste ? Marcel Ruedel, directeur des Annales coloniales

extrait de l'Eveil breton, 7 mai 1924.
extrait de l’Eveil breton, 7 mai 1924.

Le prochain billet devait traiter des travaux de l’historien Norman Ingram sur le pacifisme et la Ligue des droits de l’homme dans l’entre-deux-guerres. Ce sera pour plus tard, car j’ai finalement choisi de traiter maintenant d’un autre sujet. Lorsque que l’on cherche des informations sur l’histoire locale de la ligue des droits de l’homme, les comptes rendus des congrès annuels disponibles en ligne sur le site Gallica sont très précieux. Plusieurs socialistes bretons interviennent dans les débats dans l’entre-deux-guerres : C’est  le cas d’Olivier Kerjean, journaliste de Brest, ou de François Bosser, institutrice à Riec-sur-Belon et ardente militante de l’innocence de Guillaume Seznec. Auguste Damalix, également instituteur, est, quant à lui, membre du comité central de la LDH. En 1933, c’est le socialiste rennais Albert Aubry qui intervient à la tribune. Aubry est un militant socialiste dès avant la Première Guerre mondiale. Instituteur, il est mobilisé en temps d’officier en 1914 et reçoit plusieurs décorations pour sa bravoure aux combats. Élu député d’Ille-et-Vilaine en 1919, il joue un grand rôle à l’assemblée dans les débats sur l’adoption d’un statut pour les anciens combattants et les mutilés, lui-même avait perdu un œil à la guerre. C’est le responsable de la petite fédération socialiste du département, mais après sa défaite aux législatives de 1924, il souhaite exercer sa profession d’enseignant en Indochine. Son séjour dans ces terres coloniales françaises fut mouvementé : président de l’union des fonctionnaires, il a dû faire face à l’hostilité du gouverneur général et de l’administration coloniale qui le voient comme un dangereux agitateur. Plusieurs sanctions tombent, jusqu’à ce que finalement il soit obligé de regagner la France. Son intervention au congrès de la Ligue de 1933 relate son expérience en Indochine. En 1936, il se présente à nouveau aux législatives, mais échoue encore, tout en étant un des responsables de la fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine. Après la défaite française de 1940, il est rapidement résistant, membre du réseau CND Castille et de Libération-Nord. C’est donc un acteur essentiel du socialiste breton durant cette période, et il est bien sûr présent dans le travail de recherche que je mène. J’ai passé de longs moments ces jours-ci à tenter de reconstituer son parcours en Indochine, avec en particulier l’aide de son dossier d’instituteur de l’inspection académique de Rennes qui relate son séjour difficile à Saigon. Mais ce n’est pas de cela que je veux parler ici.

À part les journaux socialistes, personne ne prend la défense d’Albert Aubry, qui est ce que l’administration appelle une « forte tête ». C’est pourquoi je fus dans un premier temps étonné de trouver dans les colonnes des Annales coloniales un article le défendant :

« Aubry, ancien député, professeur au lycée de Chasseloup-Laubat à Saigon, Aubry est un glorieux mutilé de la guerre. Il a sans compter versé son sang sur les champs de bataille, pour la France […] Il semble qu’un tel porte-parole devait tout au moins être écouté avec attention par M. le Gouverneur de Cochinchine.[1] »

Lors de la dernière entrevue avec l’administration coloniale, Aubry s’est fait en effet expulsé du bureau du gouverneur qui hurlait « foutez-moi le camp » ! L’auteur de l’article des Annales coloniales, Georges Nouelle, est un parlementaire, vice-président de la commission des colonies. Comme Aubry, il était également membre de la Sfio. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est davantage encore la personnalité du directeur de cette publication, Marcel Ruedel. Il a créé cette revue coloniale en 1900, et il en est le directeur jusqu’à sa mort en 1933. Mais il est surtout  membre de la section socialiste d’Étables, petite commune côtière des Cotes-du-Nord. On comprend donc pourquoi il défend le cas d’Albert Aubry, ancien député socialiste breton. J’ai découvert qu’il publie également dans sa revue des articles d’un autre député socialiste de la région, Émile Goude. Ainsi, le député brestois relate avec précision son attachement aux colonies, en particulier en Afrique, et évoque ses nombreux séjours dans les colonies, ce qui fournit une documentation indispensable sur cet aspect de sa vie.

Marcel Ruedel, en tant que militant socialiste en Bretagne, a laissé peu de traces. Il n’apparaît pas, ou très peu, dans les études historiques traitant de ce sujet ; il n’a pas non plus de notice biographique dans le Maitron. Pourtant, il se présente sur la liste socialiste aux législatives de 1924 dans le département des Côtes-du-Nord, et l’hebdomadaire de la fédération, l’Éveil Breton, donne de précieux renseignements à son sujet.

Né à Paris en 1879 dans une famille originaire de Bretagne, il fait ses études au lycée Henri IV, puis à la Sorbonne où il est un des élèves de Lavisse. Après ses études, il se passionne pour la géographie, fait un séjour en Tunisie, puis à son retour collabore à plusieurs journaux. Il fonde en 1900 Les Annales coloniales, et à partir de 1904, il travaille à l’Assemblée nationale, ce qui lui permet d’avoir de nombreux liens avec des députés de tous les bords politiques qui écrivent ensuite dans sa revue. Durant la guerre, il est directeur du cabinet de Victor Augagneur, le ministre de la marine. Cette dernière expérience est à peine mentionnée dans la biographie du candidat socialiste de 1924. En effet, à cette période, Marcel Ruedel n’est pas encore adhérent de la Sfio :

« J’ai été poussé au socialisme par une évolution naturelle de ma raison […] d’ailleurs faut-il rappeler qu’il y a dans le parti socialiste, l’exemple de la plus belle et de la plus noble figure qui est venue au socialisme après avoir fait un stade dans les partis républicains du centre, Jean Jaurès qui a payé de sa vie son amour pour la France et son dévouement au socialisme. [2]»

C’est durant la Première Guerre mondiale que son adhésion au socialisme a lieu : après avoir été directeur de cabinet du ministre de la marine, il est mobilisé en 1915 au 23e régiment colonial, mais quelques mois plus tard il est réformé pour raisons de santé, et il précise :

« Socialiste et pacifiste pendant la guerre, fidèle aux traditions de nos grands ancêtres de la Révolution [3]»

Dans la fédération socialiste des Côtes-du –Nord, il apparaît comme un modéré, partisan de l’alliance avec les radicaux. Aux élections de 1924, aucun socialiste n’est élu. La fédération de ce département est peu développée, mais malgré son profil atypique, Ruedel continue de militer. Il est présent dans chaque congrès départemental, et il est à plusieurs reprises désigné comme délégué aux congrès nationaux de la Sfio. Sa personnalité, son statut de directeur des Annales coloniales en fait assurément un militant socialiste à part. Dans la présentation de chaque candidat de la liste de 1924, on insiste beaucoup sur la participation aux combats de 14-18. En ce qui concerne Ruedel, il se démarque à nouveau et il doit se justifier. Son nom est associé à une affaire de trahison et de corruption, l’affaire Lenoir-Desouches-Humbert. Ces trois personnes sont accusées durant la guerre d’avoir utilisé des fonds allemands pour acheter un journal afin de faire de la propagande pacifiste. L’affaire est jugée en 1919, et Ruedel est entendu comme témoin car il est très lié à ce groupe mêlant publicistes, hommes politiques et espions à la solde de l’Allemagne. Ces personnes sont elles-mêmes en lien avec Paul Bolo, dit Bolo-Pacha, à qui on reproche également d’avoir touché de grosses sommes d’argent pour aider les Allemands. Certains des inculpés sont reconnus coupables et condamnés à mort et le rôle de Marcel Ruedel est resté obscur. Le quotidien Ouest-Éclair lors de la campagne électorale ressort cette affaire afin de décrédibiliser Marcel Ruedel, mais celui-ci se défend dans les colonnes du journal de la fédération socialiste.

Après 1929, son nom n’apparaît plus dans les congrès socialistes du département, mais il faut mentionner que la fédération a beaucoup de mal à exister durant ces années, et que ce n’est qu’à partir du milieu des années 1930 qu’elle arrive réellement à se développer. Marcel Ruedel meurt en janvier 1933, son journal lui rendant hommage le 30 janvier 1933.


[1] « Les fonctionnaires en Indochine », Les Annales coloniales, 2 juin 1930.

[2] Marcel Ruedel, L’Éveil Breton, 7 mai 1924.

[3] Op.cit.