Archives du mot-clé SFIO

Un drôle de socialiste ? Marcel Ruedel, directeur des Annales coloniales

extrait de l'Eveil breton, 7 mai 1924.
extrait de l’Eveil breton, 7 mai 1924.

Le prochain billet devait traiter des travaux de l’historien Norman Ingram sur le pacifisme et la Ligue des droits de l’homme dans l’entre-deux-guerres. Ce sera pour plus tard, car j’ai finalement choisi de traiter maintenant d’un autre sujet. Lorsque que l’on cherche des informations sur l’histoire locale de la ligue des droits de l’homme, les comptes rendus des congrès annuels disponibles en ligne sur le site Gallica sont très précieux. Plusieurs socialistes bretons interviennent dans les débats dans l’entre-deux-guerres : C’est  le cas d’Olivier Kerjean, journaliste de Brest, ou de François Bosser, institutrice à Riec-sur-Belon et ardente militante de l’innocence de Guillaume Seznec. Auguste Damalix, également instituteur, est, quant à lui, membre du comité central de la LDH. En 1933, c’est le socialiste rennais Albert Aubry qui intervient à la tribune. Aubry est un militant socialiste dès avant la Première Guerre mondiale. Instituteur, il est mobilisé en temps d’officier en 1914 et reçoit plusieurs décorations pour sa bravoure aux combats. Élu député d’Ille-et-Vilaine en 1919, il joue un grand rôle à l’assemblée dans les débats sur l’adoption d’un statut pour les anciens combattants et les mutilés, lui-même avait perdu un œil à la guerre. C’est le responsable de la petite fédération socialiste du département, mais après sa défaite aux législatives de 1924, il souhaite exercer sa profession d’enseignant en Indochine. Son séjour dans ces terres coloniales françaises fut mouvementé : président de l’union des fonctionnaires, il a dû faire face à l’hostilité du gouverneur général et de l’administration coloniale qui le voient comme un dangereux agitateur. Plusieurs sanctions tombent, jusqu’à ce que finalement il soit obligé de regagner la France. Son intervention au congrès de la Ligue de 1933 relate son expérience en Indochine. En 1936, il se présente à nouveau aux législatives, mais échoue encore, tout en étant un des responsables de la fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine. Après la défaite française de 1940, il est rapidement résistant, membre du réseau CND Castille et de Libération-Nord. C’est donc un acteur essentiel du socialiste breton durant cette période, et il est bien sûr présent dans le travail de recherche que je mène. J’ai passé de longs moments ces jours-ci à tenter de reconstituer son parcours en Indochine, avec en particulier l’aide de son dossier d’instituteur de l’inspection académique de Rennes qui relate son séjour difficile à Saigon. Mais ce n’est pas de cela que je veux parler ici.

À part les journaux socialistes, personne ne prend la défense d’Albert Aubry, qui est ce que l’administration appelle une « forte tête ». C’est pourquoi je fus dans un premier temps étonné de trouver dans les colonnes des Annales coloniales un article le défendant :

« Aubry, ancien député, professeur au lycée de Chasseloup-Laubat à Saigon, Aubry est un glorieux mutilé de la guerre. Il a sans compter versé son sang sur les champs de bataille, pour la France […] Il semble qu’un tel porte-parole devait tout au moins être écouté avec attention par M. le Gouverneur de Cochinchine.[1] »

Lors de la dernière entrevue avec l’administration coloniale, Aubry s’est fait en effet expulsé du bureau du gouverneur qui hurlait « foutez-moi le camp » ! L’auteur de l’article des Annales coloniales, Georges Nouelle, est un parlementaire, vice-président de la commission des colonies. Comme Aubry, il était également membre de la Sfio. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est davantage encore la personnalité du directeur de cette publication, Marcel Ruedel. Il a créé cette revue coloniale en 1900, et il en est le directeur jusqu’à sa mort en 1933. Mais il est surtout  membre de la section socialiste d’Étables, petite commune côtière des Cotes-du-Nord. On comprend donc pourquoi il défend le cas d’Albert Aubry, ancien député socialiste breton. J’ai découvert qu’il publie également dans sa revue des articles d’un autre député socialiste de la région, Émile Goude. Ainsi, le député brestois relate avec précision son attachement aux colonies, en particulier en Afrique, et évoque ses nombreux séjours dans les colonies, ce qui fournit une documentation indispensable sur cet aspect de sa vie.

Marcel Ruedel, en tant que militant socialiste en Bretagne, a laissé peu de traces. Il n’apparaît pas, ou très peu, dans les études historiques traitant de ce sujet ; il n’a pas non plus de notice biographique dans le Maitron. Pourtant, il se présente sur la liste socialiste aux législatives de 1924 dans le département des Côtes-du-Nord, et l’hebdomadaire de la fédération, l’Éveil Breton, donne de précieux renseignements à son sujet.

Né à Paris en 1879 dans une famille originaire de Bretagne, il fait ses études au lycée Henri IV, puis à la Sorbonne où il est un des élèves de Lavisse. Après ses études, il se passionne pour la géographie, fait un séjour en Tunisie, puis à son retour collabore à plusieurs journaux. Il fonde en 1900 Les Annales coloniales, et à partir de 1904, il travaille à l’Assemblée nationale, ce qui lui permet d’avoir de nombreux liens avec des députés de tous les bords politiques qui écrivent ensuite dans sa revue. Durant la guerre, il est directeur du cabinet de Victor Augagneur, le ministre de la marine. Cette dernière expérience est à peine mentionnée dans la biographie du candidat socialiste de 1924. En effet, à cette période, Marcel Ruedel n’est pas encore adhérent de la Sfio :

« J’ai été poussé au socialisme par une évolution naturelle de ma raison […] d’ailleurs faut-il rappeler qu’il y a dans le parti socialiste, l’exemple de la plus belle et de la plus noble figure qui est venue au socialisme après avoir fait un stade dans les partis républicains du centre, Jean Jaurès qui a payé de sa vie son amour pour la France et son dévouement au socialisme. [2]»

C’est durant la Première Guerre mondiale que son adhésion au socialisme a lieu : après avoir été directeur de cabinet du ministre de la marine, il est mobilisé en 1915 au 23e régiment colonial, mais quelques mois plus tard il est réformé pour raisons de santé, et il précise :

« Socialiste et pacifiste pendant la guerre, fidèle aux traditions de nos grands ancêtres de la Révolution [3]»

Dans la fédération socialiste des Côtes-du –Nord, il apparaît comme un modéré, partisan de l’alliance avec les radicaux. Aux élections de 1924, aucun socialiste n’est élu. La fédération de ce département est peu développée, mais malgré son profil atypique, Ruedel continue de militer. Il est présent dans chaque congrès départemental, et il est à plusieurs reprises désigné comme délégué aux congrès nationaux de la Sfio. Sa personnalité, son statut de directeur des Annales coloniales en fait assurément un militant socialiste à part. Dans la présentation de chaque candidat de la liste de 1924, on insiste beaucoup sur la participation aux combats de 14-18. En ce qui concerne Ruedel, il se démarque à nouveau et il doit se justifier. Son nom est associé à une affaire de trahison et de corruption, l’affaire Lenoir-Desouches-Humbert. Ces trois personnes sont accusées durant la guerre d’avoir utilisé des fonds allemands pour acheter un journal afin de faire de la propagande pacifiste. L’affaire est jugée en 1919, et Ruedel est entendu comme témoin car il est très lié à ce groupe mêlant publicistes, hommes politiques et espions à la solde de l’Allemagne. Ces personnes sont elles-mêmes en lien avec Paul Bolo, dit Bolo-Pacha, à qui on reproche également d’avoir touché de grosses sommes d’argent pour aider les Allemands. Certains des inculpés sont reconnus coupables et condamnés à mort et le rôle de Marcel Ruedel est resté obscur. Le quotidien Ouest-Éclair lors de la campagne électorale ressort cette affaire afin de décrédibiliser Marcel Ruedel, mais celui-ci se défend dans les colonnes du journal de la fédération socialiste.

Après 1929, son nom n’apparaît plus dans les congrès socialistes du département, mais il faut mentionner que la fédération a beaucoup de mal à exister durant ces années, et que ce n’est qu’à partir du milieu des années 1930 qu’elle arrive réellement à se développer. Marcel Ruedel meurt en janvier 1933, son journal lui rendant hommage le 30 janvier 1933.


[1] « Les fonctionnaires en Indochine », Les Annales coloniales, 2 juin 1930.

[2] Marcel Ruedel, L’Éveil Breton, 7 mai 1924.

[3] Op.cit.

« Préférer les mitrailleuses aux bornes-fontaines » : une militante socialiste contre Munich

La Sfio est très divisée au moment de la conférence de Munich et dans les mois qui suivent. De nombreux socialistes sont en faveur de la préservation de la paix, alors que d’autres souhaitent une politique de fermeté contre les dictateurs européens, et en particulier contre Hitler. Cette division entraîne une tension de plus en plus grande entre « munichois » et « bellicistes » au sein du parti socialiste. Mais cette opposition se retrouve dans toutes les organisations amies de la Sfio qui militent en faveur de la paix. L’un de ces groupes, constitué au moment de Munich, est la Ligue des femmes pour la paix « Septembre 1938 » dont la secrétaire dans le Finistère est Josette Cornec. Des militantes socialistes adhérent à cette organisation, mais ses buts et son existence même est violemment mise en cause par d’autres. C’est ce que fait l’animatrice du groupe des femmes au sein de la fédération du Finistère. Il s’agit de Marie-Louise Gounot, ou Gounod, une institutrice qui écrit régulièrement dans l’hebdomadaire socialiste. Grâce à son action, les adhérentes sont plus nombreuses dans la fédération socialiste et son rôle est salué lors du congrès national de 1939. Elle avait déjà fait une intervention remarquée au congrès extraordinaire du parti à la fin de l’année 1938, concernant la question laïque. Mais on ne trouve pas beaucoup de renseignements sur cette femme : fait rare, elle n’a pas de notice dans le Maitron, je n’ai pas non plus trouvé de données complémentaires à son propos dans l’ensemble de la bibliographie que j’ai pu consultée jusqu’à présent. Il reste ses articles publiés dans le Breton socialiste ; l’un d’entre eux est particulièrement dur, et intéressant, contre les femmes pacifistes. Selon elle, il ne faut surtout pas que des socialistes militent dans cette ligue contre la paix, car son action ne peut être qu’une politique des bons sentiments sans aucune réelle efficacité politique. Que feraient selon-t-elle les femmes en cas de mobilisation et de déclenchement de la guerre ?

« En pleurant, elles accompagneront les hommes à la gare et au retour elles passeront chez l’épicier faire une petite provision de sucre et de café… [1]»

Ce type de groupe, dirigé par quelques femmes déconnectées de la réalité, n’a pour conséquence que de diluer l’action nécessaire des femmes dans la sphère politique. Pour Gounot, la seule voie possible est de consolider l’action féminine à l’intérieur de la Sfio. Elle écrit ainsi :

« En avant donc pour la Paix qui ne peut nous venir que du Socialisme et non d’un rassemblement basé sur le sentiment »

Pour défendre la paix, il faut donc selon ML Gounot adhérer tout d’abord au socialisme. Et par cette adhésion à la Sfio, les militantes pourront comprendre comment et pourquoi il faut lutter contre la guerre. Surtout pour l’institutrice militante, une politique de fermeté face au fascisme s’imposera d’elle-même. Elle écrit, prenant le contrepied de tous les « bons sentiments » pacifiste :

« Quand un roquet lui aboie aux talons que fait le bull-dog ? Il se détourne et lui montre les crocs…Hitler et Mussolini auraient le verbe moins haut s’ils sentaient une force qui leur résiste. Et bien, prenons l’attitude du bull-dog…Que cela s’appelle préférer les mitrailleuses aux bornes-fontaines ou autrement, mettons-nous en face des réalités, et faisons la part du feu. »

J’essaye de retrouver des traces sur cette institutrice socialiste. Sa vigueur et ses paroles fortes étaient saluées régulièrement par les leaders socialistes du département. Son intervention en faveur de la laïcité avait également eu  un écho national. Mais malheureusement, je ne sais pas encore grand chose sur elle. Elle semble devoir rejoindre les rangs de militantes et de militants obscurs condamnés à rester dans l’ombre. J’ai toutefois du mal à m’y résoudre, sans doute parce que ses écrits dénotent une opinion déterminée quant à la question de l’attitude à adopter face à l’Allemagne nazie. Aujourd’hui, j’ai pourtant trouvé un élément nouveau : dans le Populaire, le quotidien de la Sfio (un grand merci à Gallica qui permet des recherches par nom), en date du 26 décembre 1938, on trouve un rapide compte rendu de son intervention au congrès nationale, mais surtout à la Une, parmi d’autres photographies, on trouve son portrait, avec comme seule légende « Marie Louise Gounod » Peut-être un signe qu’il faut continuer à chercher ses traces ?

Portrait de ML Gounot, Le Populaire, 26 décembre 1938
Portrait de ML Gounot, Le Populaire, 26 décembre 1938

[1] Marie-Louise Gounot, « Sur Septembre 38 », Le Breton socialiste, 11 février 1939. Cet article fait partie d’une débat dans les colonnes du journal entre militantes : une autre socialiste, Françoise Bosser, par ailleurs grande figure de la LDH en tant que soutien de Seznec, avait incité les femmes à adhérer à cette ligue. Les autres citations proviennent du même article.

Les Bonnets rouges, le socialisme et la Bretagne: Histoire et mémoire (1900-1940)

 

Aujourd’hui, dimanche 27 octobre 2013, on peut lire en Une du Télégramme de Brest, un gros titre « La révolte des bonnets rouges ». Relatant la manifestation organisée à Pont de Buis dans le Finistère contre l’écotaxe par des paysans bretons et leurs soutiens, le journal se focalise ainsi sur un élément visible par tous de cette action de colère : les manifestants portaient tous un bonnet rouge, en mémoire de la révolte des Bonnets rouges de 1675, façon de  revendiquer une mémoire longue des mouvements collectifs contre l’impôt et d’intéresser par là-même les médias. L’observateur ne peut qu’être étonné pour cette forme d’action : le bonnet rouge, facilement assimilable en plus au bonnet phrygien, pourrait objectivement être perçu comme un symbole du peuple de gauche et non pas a priori  comme celui d’un mouvement hostile à une nouvelle taxe mise en place par un gouvernement socialiste. C’est sans doute que ce qui peut rassembler les deux mouvements de colère est une animosité  vis-à-vis du reste de la France et d’un gouvernement jugé trop centralisé. Ce type d’action serait alors destiné à montrer l’existence d’une « identité » bretonne en lutte contre une forme d’ « impérialisme» de l’Etat, unifiant les partisans de celle-ci, les opposants à un supposé « matraquage fiscal » du gouvernement actuel et d’autres personnes sensibles à la seule vue d’un bonnet de couleur rouge, couleur symbolique s’il en est d’un mouvement social populaire de gauche. Le tout sur fond de nombreux plans sociaux en cours dans la région.

Pourtant, il me semble nécessaire d’aller bien plus loin dans l’analyse en ne ciblant cependant qu’un aspect peut-être marginal : comment cette mémoire des Bonnets rouges a-t-elle été entretenue par la gauche bretonne dans la première partie du XXème siècle ? Ce sera mon interrogation de départ. Celle-ci s’ancre dans un questionnement bien plus large sur les pratiques militantes du milieu partisan socialiste dans ces années et sur l’étude d‘un imaginaire social et d’une mémoire collective des militants de la SFIO en Bretagne. Au final du coup, l’actualité n’est qu’un prétexte pour poursuivre la recherche et peu importe ce que je pense de la situation. L’événement actuel aiguise ma curiosité, mais ce qui prime, c’est une analyse historique.

La révolte de 1675

La révolte des Bonnets rouges de 1675 est un épisode de l’Ancien régime fréquemment étudié en histoire moderne. Au départ, on trouve une réaction hostile et violente à l’instauration d’une nouvelle taxe voulue par le pouvoir royal. Mais cette révolte du papier timbré est avant tout urbaine et dans les campagnes du Centre-Bretagne, un mouvement concomitant se déroule, les paysans se mobilisant non seulement contre les nouveaux impôts mais aussi contre les abus des seigneurs. Ceux qui portent un bonnet rouge comme signe distinctif entrent en lutte contre une oppression fiscale lointaine mais aussi toute proche. Quelques meneurs, comme Sébastien Le Balp, font de cette révolte un mouvement collectif assez bien organisé. Une répression sévère est rapidement mise en place par le pouvoir central et laisse des traces nombreuses dans les traditions orales dans cette région. Un très bon résumé de l’histoire de cette révolte est visible dans ce documentaire réalisé sous la houlette de l’historien Alain Croix . Plusieurs études historiques sont également disponibles comme le livre d’Yvon Garlan et de Claude Nières , Les révoltes bretonnes de 1675.Papier timbré et bonnets rouges ( Paris, éditions sociales, 1975) dont l’analyse est influencée par le courant dominant du marxisme à l’époque de la rédaction de l’ouvrage. Car cette révolte de 1675 a été également l’objet d’un débat historiographique important, j’y reviendrai tout à l’heure.

En ce qui concerne la mémoire de cette révolte des Bonnets rouges, quelques études comme celle d’Alain Croix[1], ou plus récemment celle de Gauthier Aubert , donnent de précieux jalons pour comprendre comment cet évènement a pu laisser des traces dans la mémoire collective jusqu’à nos jours.

De mon côté, je voudrais apporter quelques réponses à deux questions complémentaires liées à mon objet d’étude : est-ce que d’une part l’histoire des Bonnets rouges a servi lors des mobilisations collectives des socialistes entre 1900 et 1940 ? La SFIO a-t-elle eu, d’autre part, un discours historique ou engagé à propos de cette révolte bretonne de 1675 ?

 Historiens socialistes et  Bonnets rouges

La seconde question oblige tout d’abord à considérer le rôle possible des historiens socialistes. Il se trouve que la fédération de l’Ille-et-Vilaine a durant cette période deux historiens spécialistes de la période moderne, Henri Sée[2] et Armand Rébillon. Tous deux professeurs à l’université de Rennes, ils ont milité au sein de la SFIO dans les suites de l’affaire Dreyfus dès le début du XXème siècle. Historiens reconnus, ils ont aussi participé activement à l’implantation du socialisme en Bretagne pour Henri Sée jusqu’à sa mort en 1936 et pour Rébillon encore après la Seconde Guerre mondiale. Surtout, leurs études historiques ont porté sur l’histoire économique et sociale de la région à l’époque moderne. Historiens engagés, ils écrivaient régulièrement dans la presse militante et parfois sur leurs propres sujets de recherche. Pourtant, sous réserve d’une étude plus exhaustive, on ne trouve pas sous leur plume de référence aux Bonnets rouges. Henri Sée par exemple signe une étude sur « Le socialisme et les paysans » en trois articles, du 22 août au 10 septembre 1922 dans le journal de la fédération socialiste des Côtes du Nord L’éveil breton mais il ne mentionne pas la révolte de 1675. Armand Rébillon, de son côté, fait plusieurs conférences sur la Révolution russe et ses antécédents historiques, ou encore sur l’histoire de la paysannerie, mais là encore il ne mentionne pas l’exemple des Bonnets rouges. Mais les deux historiens évoquent cette révolte dans leurs travaux historiques comme Henri Sée dans son étude Les classes rurales en Bretagne du XVIème à la révolution [3]parue en 1906, où il explique que les paysans pris dans cette révolte ont conscience de leur classe et de leurs intérêts collectifs. Si le discours intellectuel sur la révolte des Bonnets rouges ne semble pas être utilisé comme une arme politique au sein de la SFIO en Bretagne, on peut être tenté d’explorer plus en avant la question afin de savoir si lors de mobilisations collectives, l’exemple de la révolution de 1675 est utilisé. Là encore, force est de constater que ce n’est guère le cas. La seule mention que j’ai retrouvée pour le moment est associée à une contremanifestation organisée par le parti socialiste en septembre 1933.

Des Bonnets rouges de 1933 ?

 A cette date, l’Action française souhaite organiser un rassemblement à Saint-Goazec dans le centre-Bretagne. La SFIO du Finistère organise la riposte et mentionne la mémoire des Bonnets rouges à cette occasion :

« Face aux Camelots du Roy

Notre appel a été entendu. D’excellentes nouvelles nous parviennent de tous les points du département et même des Côtes du Nord et du Morbihan. Du Nord comme du Sud, du Trégorrois avancé, de la Montagne rouge comme de la Cornouaille d’avant-garde, tous se préparent à venir contre-manifester (…) Les paysans de Cléden, de Laz, de Landeleau, de Kergloff, de Saint-Hernin, dignes descendants des bonnets rouges ».[4]

Mais c’est la seule évocation de la révolte de 1675, même si les contre-manifestants utilisent tout un vocabulaire contre les royalistes qui peut se rattacher à l’hostilité que manifestaient les bonnets rouges vis-à-vis du pouvoir royal. On trouve même des pratiques similaires au XVIIe siècle puisque lors de la manifestation de 1933 une effigie de Jean III, le duc de Guise, qui est à l’époque le prétendant au trône allié de l’Action française, est exhibée puis brûlée. Des pratiques collectives identiques pouvaient exister à l’époque moderne lors des révoltes paysannes dirigées contre le roi. Le journal national de la SFIO, Le Populaire, insiste encore davantage sur la mémoire des Bonnets rouges à propos de cet épisode.

Ainsi dans l’édition du 1er septembre 1933, on précise qu’il faut réagir à la présence de l’Action française :

« Nos amis demandent aux forces antifascistes de se dresser résolument contre la réaction, contre le bellicisme fauteur de guerre. Ils font appel aux descendants de ces Bretons, de ces « bonnets rouges » qui, bien avant la Révolution osèrent se dresser contre l’absolutisme royal et furent massacrés sans pitié. »[5]

Cette évocation de la mémoire des Bonnets rouges est toutefois la seule que j’ai retrouvée jusqu’à présent et cela montre que c’est plutôt parce que la mobilisation a lieu près du lieu d’origine de la révolte de 1675 que cet exemple est ici rappelé, pas forcément parce que c’était un exemple à suivre. Sans doute, aussi faut-il rappeler qu’à la même période, le mouvement nationaliste breton utilisait cet exemple mais dans un tout autre but : il s’agissait alors de rappeler la volonté autonomiste que les Bretons avaient selon eux en mémoire. Cela peut sans doute expliquer pourquoi les socialistes n’évoquent qu’avec parcimonie cet exemple de mobilisation collective. Pourtant, comme je le rappelle au début de ce billet, la révolte de 1675 devient aussi un enjeu historiographique. Ainsi l’historien soviétique Boris Porchnev publie quelques temps après en 1940 son étude sur « Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675 » inscrivant les Bonnets rouges dans une analyse marxiste qui allait entraîner un débat historiographique après 1945. Au-delà, la révolte de 1675 sera à nouveau évoquée au sein de la gauche autonomiste à partir de la fin des années 60 comme un épisode précurseur et à valeur d’exemple.

De mon côté, ces quelques indications m’incitent surtout à utiliser plus en avant les recherches de l’historien H. Roderick Kedward qui travaillant sur l’histoire de la Résistance en France a cherché ,selon une approche d’anthropologie historique, à comprendre comme la Résistance s’inscrivait dans des continuités avec d’autres contestations collectives des siècles antérieurs. C’est pourquoi cette action collective actuelle que l’on connaît en Bretagne m’aide également de me plonger dans l’imaginaire social des socialistes bretons avant 1940. Dans le prochain billet, retour à Pierre Guéguin.


[1] Alain Croix «  La révolte des bonnets rouges, de l’histoire à la mémoire » revue Ar Men, nov-déc. 2002

[2] Sur Henri Sée, voir l’article «  nécrologie et bibliographie des travaux de Henri Sée » écrit par Armand Rébillon à la suite de son décès dans les Annales de Bretagne, 1936, p2-33 consultable en ligne.

[3] Henri Sée, Les classes rurales en Bretagne du XVIème siècle à la Révolution, Paris, Giard et Brière, 1906, consultable en ligne.

[4] Le Breton socialiste, 2 septembre 1933.

[5] Le Populaire, 1er septembre 1933.

L’agent Émile,ou esquisse du portrait d’un socialiste résistant

Aujourd’hui on commémore la création du Conseil National de la Résistance sous la direction de Jean Moulin. Il a été au début des années Trente sous-préfet de Châteaulin dans le Finistère et la biographie que lui consacre Daniel Cordier mentionne quelques épisodes de sa vie dans cette petite sous-préfecture de Bretagne. Mais ce n’est pas l’objet de ce billet. Mon sujet de thèse se termine en juillet 1940, date à laquelle le régime républicain disparaît. Et pourtant, l’attitude des socialistes bretons durant la Seconde Guerre est un sujet qui m’interpelle. Un des fondements de mon travail est en effet d’essayer de mieux comprendre l’importance du pacifisme dans la culture militante de ces militants qui dans la Seconde Guerre mondiale ont ensuite eu des parcours diversifiés. Surtout ces parcours ne semblent pas obéir à des logiques préconçues, à des déterminismes que l’on pourrait résumer en quelques mots. Certains socialistes participent à la collaboration de manière active, d’autres se taisent, d’autres encore essayent de maintenir une identité socialiste clandestine alors que quelques-uns, plus rares, au moins au début, participent activement à la Résistance. S’interroger sur cette multiplicité des parcours possibles afin d’y déceler quelques explications me semble être un problème historiographique important. Peut-être aurais-je l’occasion de l’aborder plus tard, mais je voudrais surtout évoquer ici le parcours d’un responsable socialiste plusieurs fois déjà mentionnés, Jean-Louis Rolland, l’agent Émile dans la Résistance[1].

Jean-Louis Rolland, un élu socialiste dans la guerre

Député de Brest depuis 1936, maire de Landerneau depuis 1929, il est un des élus socialistes les plus en vue en Bretagne avant guerre. Profondément pacifiste et lié au courant de Paul Faure, pour qui le pacifisme semble un principe essentiel primant sur les autres valeurs socialistes, il fut munichois comme son ami Louis L’Hévèder, qui explique à maintes reprises son positionnement dans la presse locale et nationale du parti. Pourtant, lors du vote du 10 juillet 1940 contrairement à ce dernier, Rolland vote contre, rejoignant une petite minorité d’élus, les fameux Quatre-vingts, qui n’ont pas accepté la disparition des institutions républicaines et la mainmise de  Philippe Pétain sur la république. À partir de là, Jean-Louis Rolland s’engage de plus en plus fermement dans une hostilité au nouveau régime.

Il est dans un premier temps maintenu à son poste de maire, mais plusieurs conseillers socialistes sont remplacés par des personnes en phase avec le nouveau régime. C’est en particulier le cas des nouveaux conseillers affilié à l’Office central de Landerneau, très proche dans les années Trente du mouvement de Dorgères. Il y a chez eux un vrai esprit de revanche orchestré par le préfet du Finistère qui signale dès les premiers mois du nouveau régime le peu d’estime qu’il a pour le député-maire socialiste. Mais Rolland tente de préserver une marge de manœuvre au sein du conseil municipal, usant par exemple de phrases à double sens dans les délibérations du conseil municipal, pratiquant une politique de « l’épaule froide » avec les autorités de Vichy et les occupants. Mais le 31 mars 1942, suivant en cela plusieurs autres élus du département, il est provisoirement suspendu de sa fonction de premier magistrat de la ville. Son successeur inscrit son action dans la droite ligne de Vichy.

C’est que Rolland est en contact depuis plusieurs mois avec des groupes de résistants. On connaît peu – et ce serait un travail important à faire que de retracer cette histoire – l’action des socialistes bretons entre 1940 et 1942-1943. On sait seulement qu’autour de Tanguy-Prigent, l’autre ancien parlementaire socialiste du département, s’est organisé un ensemble de groupes dont la logique est la lutte contre le nouveau pouvoir et l’occupant, même si parfois de telles structures sont tolérées par la préfecture : c’est en particulier le cas de regroupements agricoles dont la fonction officielle semble la défense des intérêts des paysans mais dont l’action réelle vise à sabrer les fondements idéologiques de Vichy.

Jean-Louis Rolland, selon des documents postérieurs, appartient à un réseau résistant à partir du 1er septembre 1942, mais on sait que de telles dates que l’on trouve dans les documents de liquidation du réseau, sous forme de fiches personnelles, sont souvent arbitraires. Quoi qu’il en soit l’ancien maire de Landerneau est membre du réseau Jade-Fitzroy, qui agit avant tout dans le renseignement pour les Britanniques et l’accueil d’aviateurs alliés. Il est également membre du mouvement de résistance Libération Nord, dont un des premiers organisateurs fut Tanguy-Prigent, et qui rassemble une bonne partie des socialistes résistants. Il a par contre refusé d’être membre de Défense de la France, mouvement actif à Brest, préférant sans aucun doute s’associer à ses anciens camarades socialistes et syndicalistes au sein de Libération-Nord.

La Résistance

Dans un premier temps, Rolland est l’agent Émile, agent P1 du réseau, c’est-à-dire qu’il n’est pas clandestin, qu’il garde une vie familiale, et qu’il sert avant tout d’agent de liaison et héberge les aviateurs alliés tombés sur la zone. On dispose du propre témoignage de Rolland sur cette action :

« En bref, la filière employée consistait à recevoir des aviateurs tombés sur différents points du territoire, à assurer leur hébergement chez des patriotes résistants éprouvés, en attendant d’assurer leur acheminement vers l’Angleterre. »[2]

L’action de ce réseau nécessite une organisation très hiérarchisée et efficace puisque les aviateurs sont un élément précieux pour les Alliés qui cherchent à les récupérer le plus rapidement possible. Mais la participation de Rolland est difficile car selon un des chefs du réseau Jade Fitzroy «  tout le monde le connaissait à Landerneau »[3] et les soupçons sur son action résistante étaient nombreux. Pour amener les pilotes vers la côte nord du département, endroit à partir duquel ils étaient ensuite rapatriés par bateau, l’ancien maire possédait des fausses cartes d’identité qui portaient souvent la mention «  sourd-muet » afin d’éviter d’attirer des questions. Il bénéficiait aussi de la complicité d’une importante partie de la population, ainsi que de gendarmes eux-mêmes membres de Libération-Nord.

Ce mouvement a été l’un des plus importants dans le département, et à partir de 1943, il est de plus en plus structuré. Après la constitution du CNR en mai de cette année, une première ébauche d’un comité de libération du département se met en place en juillet. Il est dirigé par un ancien socialiste Louis Dupoux, qui semble avoir été placé à ce poste par Jean-Louis Rolland. Ce dernier a un rôle décisionnel au sein du mouvement, sans que l’on sache véritablement pour le moment son champ d’action.

L’arrestation

Le Finistère Libéré, 26 août 1944
Le Finistère Libéré, 26 août 1944

En février 1944, Rolland a pour mission d’entrer en contact avec des officiers de marine à Brest afin de préparer la libération, ce qui montre que de nombreux militaires changent de camp à ce moment. Mais deux jours après cette rencontre, il est appréhendé par la police allemande, on retrouve à son domicile des faux papiers, des documents militaires et des tracts socialistes ; plusieurs responsables résistants sont aussi arrêtés. On sait  que l’arrestation repose sur une dénonciation dont on connaît l’origine : elle provient d’un petit groupe de militants d’extrême droite hostile au socialiste depuis l’entre-deux-guerres.

Rolland est amené à la prison de Brest, les cellules sont dans le noir complet, la détention dure jusqu’en juin 1944 ; là, il est amené au camp Marguerite de Rennes. Et le socialiste, dans un grand baraquement où 150 prisonniers sont rassemblés, tente de garder confiance pour lui et ses camarades :

«  Malgré notre internement et notre avenir incertain, Jean-Louis avait gardé sa bonne humeur, toujours affable, il nous a gardé le moral.»[4]

Le 2 août 1944, les prisonniers sont évacués par le train vers une destination inconnue. Le convoi de 51 wagons subit les bombardements alliés puisque les Américains sont au même moment aux portes de Rennes. Des prisonniers réussissent à s’évader, comme le résistant socialiste qui est touché par une balle lorsqu’il saute du train. Il n’est pas repris mais la grande majorité des prisonniers est elle rassemblée à nouveau dans le train qui s’achemine ensuite vers le camp de concentration de Dachau. Jean-Louis Rolland, lui le fervent anticlérical d’avant-guerre, ne peut trouver refuge que dans un couvent ! Ce couvent subit d’ailleurs un bombardement et il est grièvement blessé à la jambe. Il n’assiste donc pas à la libération de la Bretagne et de sa ville natale, Landerneau, qui est libérée le 10 août 1944. Il revient seulement le 30 octobre 1944 après avoir été soigné. Toute sa vie durant, il garde une grande douleur à la jambe après sa blessure mal guérie. On peut le voir sur des photos lors de la visite du général de Gaulle le 22 juillet 1945 dans le département : on le voit très droit, très fermé, près de de Gaulle. Je sais par des témoignages postérieurs qu’il souffrait énormément de sa blessure à ce moment, presque à en avoir un évanouissement. J’ai sur mon bureau une de ces photographies. Aujourd’hui, où l’on commémore les 70 ans de la création du CNR, mais où on assiste également à une récupération honteuse de l’héritage de la Résistance par certains manifestants qui semblent décidément ne pas avoir beaucoup de culture historique, il me paraissait important d’évoquer un peu de l’action de ces femmes et de ces hommes qui ont participé à la Libération.


[1] Jean-Louis Rolland a une autre identité clandestine : Lecorre, comme le « cor de Roland ».

[2] Lettre de J.L.Rolland, 6 avril 1970, fonds Huguen, Archives départementales des Côtes d’Armor.

[3] Lettre de Pierre Hentic, 25 février 1995.

[4] Témoignage de F.L’Azou, dossier Rolland, Archives municipales de Landerneau.

23 mars 1913: début des Pâques socialistes à Brest

Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur ce évènement. Photo DR, coll.particulière.
Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur cet évènement. Photo DR, coll.particulière.

Lors du congrès socialiste de Brest, chaque fédération départementale est représentée par un nombre de délégués qui varie selon le nombre d’adhérents.  Plusieurs des militants présents sont connus à cette date, certains le deviendront plus tard. Ainsi, sont venus Jean Longuet, Pierre Renaudel, Francis de Pressensé, mais aussi Sixte-Quenin, Bracke, Jacques Sadoul, Rappoport ou encore Édouard Vaillant. D’autres leaders socialistes sont absents, tant l’actualité politique, entre la discussion de la loi des trois ans et le remaniement ministériel, oblige de nombreux socialistes à reste à Paris. C’est en particulier le cas de Jean Jaurès, mais aussi de Jules Guesde ou de Marcel Sembat. Pour ce qui est des délégués bretons, on constate  que la fédération du Finistère, organisatrice du rassemblement, a le droit d’être représentée par davantage de délégués, cinq au total. Le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine quant à eux, sont représentés par une seule personne, ce qui montre la faiblesse du nombre d’adhérents dans ces départements. Plusieurs des délégués sont jeunes et c’est la première fois qu’ils assistent à un congrès national: c’est le cas du nouveau responsable fédéral du Morbihan, Louis Bonneaud, mais aussi d’Octave Brilleaud qui représente la fédération des Côtes du Nord. Cela illustre le renouvellement des fédérations bretonnes qui, avant 1914, sont en développement .Elles reposent sur de jeunes militants qui vont être touchés de plein fouet par les années de guerre, ce qui parfois rend plus délicate la connaissance des parcours de ces militants. Mais plutôt que de citer l’ensemble des délégués bretons, je voudrais  m’arrêter sur l’un d’entre eux moins connus que d’autres.

Un inconnu breton au congrès : Cymerman

Il s’agit de Bernard Cymerman, mais l’écriture de son nom est bien souvent fluctuante ce qui renforce la difficulté à trouver des données sur lui. Ce militant du sud du Finistère apparaît à partir des années 1910 dans la fédération socialiste et il est désigné régulièrement  comme délégué aux congrès nationaux. Après 1914, il disparaît par contre totalement des documents socialistes. On trouve en conséquence bien peu de traces de lui, du moins en apparence. Le nom de ce militant m’a bien sûr interrogé, il m’a fallu chercher davantage de précisions. Il a ainsi droit à une série de rapports de la police que l’on peut lire aujourd’hui dans les archives départementales de Quimper. J’ai aussi retrouvé un de ses descendants, qui n’a pas voulu pour le moment donné suite à mes demandes de renseignements. Mais  j’en sais toutefois davantage : Cymerman est d’origine polonaise et est venu en Bretagne afin de mener une étude ethnographique sur le pays bigouden. Il s’installe dans le Finistère et organise la propagande socialiste dans le sud du département. Il est clairement marxiste, un jeune intellectuel que l’on remarque mais que l’on peut aussi redouter. C’est en particulier le cas de l’homme fort de la fédération, Émile Goude qui semble mal voir son intelligence et sa connaissance théorique du socialisme. Marcel Cachin, délégué à la propagande du parti socialiste, en fait le portrait suivant dans ses carnets :

« Jeune Polonais (du PS polonais) [il] fait une thèse sur les Bigoudens et est venu de l’université de Zurich pour la préparer à Pont l’Abbé. Il y a formé un groupe socialiste et lui a fait prendre des ordres du jour d’ordre marxiste. Aussi est-il en lutte avec Goude. Il est venu à la réunion de Rosporden pour se mettre en rapport avec moi. [1]»

Aux côtés de ce délégué qui représente le Finistère, mais qui est Polonais, on trouve a contrario des militants qui eux sont originaires de la région même s’ils sont les représentants d’autres départements. Marcel Cachin, militant né dans les Côtes du Nord qui garde toute sa vie des racines bretonnes,  est délégué de la fédération de la Charente inférieure. Jean-Marie Baco, quant à lui, est né à Lorient. Il a participé à la création de la fédération du Morbihan en 1907 mais il est installé depuis 1910 en Tunisie, où il dirige le groupe socialiste tout en gardant des liens forts avec son département d’origine. Baco est lui aussi délégué à Brest. C’est encore le cas du représentant de l’Yonne Gustave Hervé, né dans le quartier brestois de Recouvrance et véritable «héros» local pour de nombreux socialistes du cru.

Tous ces délégués sont arrivés depuis quelques jours dans la ville de Brest. On escomptait toutefois davantage de monde. Plus de 400 représentants socialistes étaient attendus, moins de la moitié devaient finalement se rendre dans le Finistère. Le rassemblement devait durer 8 jours, mais trois jours suffiront.

Les sources

Pour connaitre le déroulement du congrès de Brest, on doit tout d’abord se référer aux rares études historiques portant sur le sujet. La seule étude spécifiquement consacrée au congrès de 1913 est à ma connaissance l’article de l’actuel maire de Brest François Cuillandre « la Sfio à l’heure du congrès de Brest ( 23,24,25 mars 1913 »[2] mais on peut aussi utiliser le numéro spécial des Cahiers Jaurès portant sur  les années 1905-1914 de la Sfio[3] ou encore la publication collective de C.Bougeard, G.Gramoullé, M.Lucas et J.J.Urvoas  les Socialistes dans le Finistère ( 1905-2005).[4]

Les sources principales sur ce sujet sont toutefois des sources primaires, au premier rang desquelles se trouve le compte-rendu sténographique du congrès qui paraît quelques mois après le congrès[5]. Il y a d’ailleurs lors de ce congrès une discussion pour savoir s’il faut continuer à publier les compte-rendus sténographiques qui peuvent être souvent très longs, ou s’il ne vaut pas mieux publier simplement un résumé des discussions. Pour le chercheur, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique complet est bien sûr une énorme chance et ce type de document est une mine d’informations. On peut y trouver la liste des délégués, avoir des tableaux comparatifs des cartes d’adhérents de tous les départements, lire l’ensemble des rapports déposés au Conseil national du parti et surtout la totalité des discussions. Bien sûr, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique oblige à se poser la question pour savoir si réellement la totalité des propos est reprise par écrit. C’est pourquoi à ce document doivent être ajoutés les nombreux rapports de police rendant compte de évènement  De ce point de vue, les archives départementales sont particulièrement riches puisque on dispose de plusieurs résumés très précis sur les journées de congrès[6].On peut  ainsi connaître certains aspects restés dans l’ombre du compte-rendu officiel. L’ensemble documentaire doit aussi être complété par d’autres publications socialistes, que ce soit le quotidien national l’Humanité ou les publications locales de la Sfio, en Bretagne (Le Cri du Peuple pour le Finistère, ou bien encore le Rappel du Morbihan) mais aussi dans les autres départements. C’est le cas par exemple du journal de la fédération Sfio de Seine-et-Oise La Lutte sociale  qui contient plusieurs articles très intéressants sur le déroulement du congrès de 1913.

Mais comment maîtriser l’espace public socialiste lors du congrès ?

Brest est une municipalité socialiste depuis 1912, après avoir connu une première expérience malheureuse quelques années auparavant. La ville a également amené au parlement un député de la Sfio depuis 1910. En ouvrant le congrès, le maire de la ville, Masson, revient  sur cette histoire encore récente et tumultueuse de l’implantation du socialisme dans l’extrême-ouest breton. Mais surtout, il faut ici s’interroger sur la gestion par la commune de cet évènement  Plusieurs fois inquiété par les autorités, Masson vient de perdre son autorité de maire dans le domaine de la gestion de la police qui est directement exercée dorénavant par l’Etat et  par la préfecture maritime. Cette sanction est une illustration des relations difficiles et compliquées que la municipalité Sfio entretient avec le pouvoir central. Mais c’est encore plus le cas lorsqu’on aborde les relations avec la presse locale. La Dépêche de Brest, qui est le quotidien le plus lu dans la ville, est fermement hostile aux socialistes et lorsque ce journal évoque le congrès, c’est avant tout pour dénigrer l’action municipale et l’idéologie socialiste. C’est pourquoi Masson et son équipe savent qu’ils doivent parfaitement réussir l’organisation de ce rassemblement national. La question de la logistique du congrès sera, entre autres éléments, abordée dans le prochain billet, mais voici une photographie de la salle de réunion pendant le congrès qui permet de connaître les lieux. Cette photographie est parue dans l’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière qui est publiée sous la direction de Compère-Morel[7].

La salle du congrès ( Tome II de l'encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)
La salle du congrès ( Tome II de l’encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)

La salle choisie est  un grand espace situé à l’Hôtel de ville. Toute l’organisation a été soigneusement préparée comme on pourra le voir dans le prochain billet. Pourtant comme l’écrit un des délégués après le congrès, André Lebey représentant de la Seine-et-Oise, ce congrès est un échec cuisant :

« Quel triste spectacle nous y avons donné ! Je regardais les bonnes figures des militants venus assister à nos délibérations et j’y surprenais une stupeur nouée, une désillusion profonde, tandis que nous nous disputions sans fin – et sans ménagement. Les Bretons sont des croyants. Certains ont quitté la religion pour nous. Prenons garde qu’ils y retournent.[8] »

Le congrès de Brest commence en effet lors du week-end pascal, comme pour montrer en Bretagne et ailleurs que le socialisme devait remplacer le christianisme et incarner une nouvelle «religion». Mais comme ce témoin le souligne, le congrès va être davantage le théâtre de querelles nombreuses au point qu’il sera écourté. La suite de ce centenaire de papier Brest 1913-2013 le montrera.


[1] Marcel Cachin le 23 août 1911 in  Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993.

[2]  Cette étude est parue dans un ouvrage collectif, Histoire et politique, mélanges offerts à Edmond Monange, Brest, 1994, p.27-34. Monange a été un de mes professeurs d’histoire contemporaine à l’UBO de Brest. Son enseignement m’a beaucoup appris.

[3] Cahiers Jaurès « les débuts de la Sfio », n°187-188, 2008. On peut lire le sommaire de ce numéro ici.

[4] C.Bougeard et alii, Les Socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, éditions Apogée, 2005. Ce livre a été publié lors du centenaire de la Sfio ; bonne synthèse souvent très utile, cette publication n’est toutefois pas exempte d’approximations parfois dommageables pour la connaissance du milieu socialiste dans ce département.

[5] 10e congrès national tenu à Brest, 23-24-25 mars 1913, Parti Socialiste, 1913.

[6] Les rapports sur le congrès de Brest sont rassemblés dans le dossier 1M 218 qui porte sur l’activité des socialistes dans le département. Comparé à d’autres archives départementales de Bretagne, on doit reconnaître que ces archives ( ainsi que le dossier suivant 1M 219) sont très riches et permettent de bien connaître le milieu partisan socialiste dans le Finistère

[7]  Cette photographie se trouve dans le Tome II de cette Encyclopédie intitulé La France socialiste qui est un très important document sur les fédérations de la Sfio avant et après la guerre de 14. On peut en consulter les volumes en ligne ici

[8] « Bon sens » article de André Lebey, La Lutte sociale de Seine-et-Oise, 5 avril 1913.

«C’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants»: une manifestation socialiste à Rennes en mars 1913

Extrait de la Une de l'Humanité, 17 novembre 1912
Extrait de la Une de l’Humanité, 17 novembre 1912

Le mouvement ouvrier, en s’opposant à la guerre durant la période 1912-1914, adopte une multitude de pratiques qu’il est difficile de considérer comme étant toutes identiques. Il faut pourtant reconnaître que la mobilisation contre les trois ans qui atteint son paroxysme en 1913 parvient à cacher ces nombreuses divergences puisque l’union du mouvement ouvrier dans son ensemble est alors valorisée. Ainsi, si les membres de la Sfio, les syndicalistes de la Cgt, mais aussi  les anarchistes se retrouvent sous une même bannière contre la guerre, il ne faut pas perdre de vue que leurs opinions sur ce sujet ne sont pas identiques. Cela peut être également le cas au sein d’une même organisation : les socialistes sont eux-même divisés sur l’attitude à avoir face à la guerre. Faut-il s’opposer par tous les moyens au militarisme et aux armements? Faut-il au contraire être en faveur de la défense nationale tout en étant pacifiste ? Au fonds, qu’est-ce signifie cette identité pacifiste si souvent et fièrement revendiquée avant le premier conflit mondial ? Ce ne sont là que quelques interrogations qu’il faut approfondir si on souhaite  avoir une vision plus exacte du mouvement en faveur de la paix avant 1914. Plusieurs travaux déjà anciens comme ceux de J.J. Becker ou J.Julliard ont posé des jalons précieux pour aborder ce sujet. Cependant, lorsqu’on souhaite analyser cet aspect sous un angle plus localisé en retraçant la micro-dynamique de la mobilisation contre la loi des trois ans, il semble nécessaire au moins pour partie de reprendre certains points.

Comment être antimilitariste dans un port de guerre ou un arsenal ?

            La mobilisation contre la loi des Trois ans est développée à la suite du congrès socialiste international de Bâle. La tenue du congrès de la Sfio à Brest en mars 1913 s’inscrit dans le temps de cette mobilisation sociale aux contours multiples. Chaque semaine, des manifestations ou des meetings se tiennent  depuis 1912 dans l’ensemble du territoire français. En Bretagne, on retrouve de tels rassemblements à répétition bien que le contexte soit particulier. En effet, les plus grands centres urbains, qui sont également les principaux lieux d’implantation du mouvement ouvrier, sont marqués par les activités militaires : Brest, Lorient et Rennes, mais aussi d’autres lieux comme la poudrerie de Pont-Buis par exemple, disposent d’arsenaux qui sont bien souvent le principal employeur du lieu. Il y a donc ce premier paradoxe qu’il faut aborder, à savoir que la mobilisation contre la guerre se fait justement dans des lieux où les principales activités économiques sont intrinsèquement tournées vers l’industrie militaire. D’ailleurs, lorsque le maire de Brest ouvre le congrès socialiste en 1913, il éprouve le besoin de préciser  l’environnement particulier de la ville:

 « Je souhaite que cette ville de Brest qui est au milieu des instruments de destruction et de carnage, des instruments de meurtre, voie la première sortir une résolution qui, mise en pratique, empêchera les guerres entre les nations européennes. [1]»

Au delà d’une typologie des positionnements des militants socialistes sur la question de la guerre et de la paix, c’est justement ici l’étude d’une mise en pratique qui m’intéresse.

La mise en pratique d’une manifestation pacifiste

La manifestation socialiste de Rennes a lieu le 14 mars 1913. Un jour auparavant, de nombreux étudiants de la ville se sont réunis pour soutenir le projet de loi des Trois ans et s’opposer à toute forme de pacifisme. Selon eux, la France avait besoin de cette loi pour faire face aux pays ennemis et il n’était pas question de s’opposer aux trois ans de service militaire, un sacrifice certes pour la jeunesse, mais surtout une obligation face aux dangers de l’époque.

La mobilisation rennaise contre les trois ans doit donc être située dans ce contexte mouvementé où les appels à manifester d’un côté ou de l’autre sont nombreux et où les autorités s’inquiètent de plus en plus de ce mouvement contre les trois ans. J’ai pris connaissance il y a seulement quelques mois de cette manifestation dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international qui l’évoque juste avant le résumé du congrès de Brest.[2]

Cela m’a dans un premier temps interrogé : la France connaît au même moment une série de rassemblements bien plus importants que celui de Rennes ; que ce soit à Toulouse, Lyon, Lille ou au Pré-Saint-Gervais, les socialistes ont été beaucoup plus nombreux à s’opposer à la loi des trois ans, souvent portés par des discours des leaders de la Sfio. Rien de tout cela à Rennes, alors pourquoi retenir cette date dans une chronique résumant pour l’Internationale socialiste l’actualité du parti en France ? Sans doute parce que lors de ce rassemblement, partisans et opposants de la loi des trois ans se sont affrontés physiquement et que les premiers plus nombreux ont alors montré leur force contre les nationalistes et leur superiorité.

La réunion contre la loi des trois ans a lieu à la bourse du travail de la ville. Organisée conjointement pour la Sfio et la Cgt, elle est dirigée d’un côté par Charles Bougot, conseiller municipal et l’homme fort des socialistes rennais depuis le début du siècle, et par Ernest Chéreau, militant de la Cgt. Cela montre l’union des deux forces principales du mouvement ouvrier même si leurs points d’opposition sont nombreux à l’époque. Surtout dans la région, de nombreux militants sont en réalité membres des deux organisations. Enfin, en ce qui concerne la Sfio, il faut bien garder en tête que les socialistes sont peu  nombreux à cette période à Rennes et dans le département de l’Ille-et-Vilaine et que s’ils souhaitent lancer un mouvement de masse, cela implique l’appel à d’autres groupes militants.

Un millier de personnes assiste à la réunion. À peine celle-ci a-t-elle débutée que 200 ou 300 étudiants nationalistes arrivent, drapeaux français déployés et vindicatifs. La réunion se transforme en une immense bagarre dans un premier temps dans la salle, puis ensuite dans les rues avoisinantes. Le compte rendu de La Dépêche de Brest, toujours à cette époque très hostile à l’ensemble du mouvement ouvrier mérite ici très cité :

« À la sortie les étudiants patriotes se formèrent en cortège, mais les syndicalistes alors renforcés de nombreux apaches réussirent par une habile tactique à isoler les premiers rangs de tête où se trouvaient les drapeaux tricolores. En un instant, ceux-ci furent lacérés, brisés piétinés cependant que dix ou douze étudiants qui formaient en quelque sorte la garde d’honneur étaient odieusement lynchés »[3]

Quelle signification donner à cette « mêlée[4] » ?

On notera l’association entre les opposants à la loi des trois ans et des «apaches», mot de l’époque pour désigner ce qu’aujourd’hui on appellerait « casseurs » ou « voyous ». Dans la logique anti-socialiste  de ce journal, il est nécessaire qu’à ces manifestants se soient joints des délinquants, manière de porter le discrédit sur l’ensemble du mouvement ouvrier. Plus important peut-être ici, on peut également relever la mention d’une possible tactique des socialistes et des syndicalistes pour s’opposer aux étudiants nationalistes. Cela supposerait un dispositif dont on aimerait mieux connaître les composantes. Mais une telle tactique est-elle seulement réelle et ne s’agit-il pas plutôt d’un simple réflexe de défense collective ? Toujours est-il que dans le bulletin périodique du BSI, cette manifestation est mise en avant parce qu’elle illustre une réussite dans la mobilisation des socialistes contre des adversaires. Une semaine avant le congrès national, la Sfio montre dans la région bretonne qu’elle tient le haut du pavé et qu’elle sait faire face aux partisans de la loi des trois ans. Les socialistes pacifistes et antimilitaristes peuvent se montrer violents si les circonstances l’obligent. C’est assez pour inquiéter les autorités à Rennes, Brest ou ailleurs. Mais c’est aussi un signal d’alarme pour les socialistes : sur quoi peut aboutir cette grande mobilisation contre les trois ans ? Le congrès national arrive à point nommé pour tenter de régler la question.


[1]Intervention d’ H.Masson, 10e Congrès socialiste de Brest, 23-25 mars 1913, compte rendu sténographique, Paris, 1913 p.83-84.

[2] Voir Bulletin périodique du BSI, 1909-1913, introduction de G.Haupt, Genève, Minkoff reprint, 1979.

[3] La Dépêche de Brest, 16 mars 1913. Depuis quelques semaines, ce quotidien est disponible à la lecture en ligne . Bien que journal d’informations, durant une bonne partie de la période sur laquelle je travaille, la Dépêche est farouchement anti-socialiste. Cela implique des considérations très négatives pouvant aller jusqu’à l’énoncé de faits erronés. C’est pourquoi l’utilisation de ce quotidien doit être toujours associée à d’autres sources d’informations.

[4] Le terme « mêlée » est utilisé dans le compte-rendu du bulletin du BSI.

NB : la citation du titre « c’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants » provient d’un compte rendu de la manifestation paru dans Ouest-éclair le 16 mars 1913.

À quoi sert un centenaire? Retour sur le congrès socialiste de Brest (mars 1913)

Le congrès de Brest à la Une de l'Humanité, 25 mars 1913
Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913

La pratique de l’histoire semble être de plus en plus liée à l’existence de commémorations qui valorisent tel ou tel évènement qu’on estime significatif et signifiant pour notre époque. Une telle profusion d’ «anniversaires» stimule la recherche historique par une demande sociale grandissante, mais en même temps restreint cette même recherche à quelques périodes ou quelques évènements dont on estime qu’ils ont une portée actuelle au risque de délaisser d’autres périodes qui auraient pourtant méritées qu’on s’y attarde. Comme mon sujet de thèse porte pour partie sur la Première Guerre mondiale, il est probable que l’année 2014 aura une influence sur mon travail. La commémoration du centenaire de 14-18, que l’on peut sentir déjà effervescente, donnera en effet lieu à de nombreux colloques, publications ou documentaires. Si comme tous les historien-ne-s, je me réjouis de cette perspective, il me semble aussi important d’interroger une telle pratique, celle qui consiste à réduire l’histoire à une série de commémorations, même si celles-ci impulsent de nombreux travaux novateurs (ce qui n’est toutefois pas toujours le cas).

Avant d’aborder plus en avant cette question, je vais donc durant le mois de mars sur ce carnet de recherches « créer » un centenaire. Il n’y a a priori aucune raison à cela, juste un point de départ commençant par « il y a cent ans commençait… ». Je prendrai le prétexte du centenaire du congrès de la Sfio à Brest, qui s’est déroulé en mars 1913, pour écrire une série de billets sur ce thème. Il n’y a pas, à ma connaissance, de commémoration officielle de cet évènement  mais ce n’est bien sûr le point essentiel. Il s’agira plutôt, d’une part, de relater le déroulement de ce congrès selon plusieurs angles d’étude, et d’autre part de tirer quelques enseignements de cette « commémoration de papier » dans un cadre plus large de la pratique de la recherche en histoire.

Pour le moment, voici la liste des billets qui seront publiés dans le cadre de ce mois « Brest 1913-Brest 2013 » :

Le 1er billet portera sur la journée de manifestation qui a lieu à Rennes le 14 mars 1913. En effet durant ce mois, la France connaît une forte mobilisation du mouvement ouvrier contre la loi des trois ans et ce jour-là dans la ville bretonne, des affrontements entre socialistes et camelots du roi ont lieu. Ce sera l’occasion de s’arrêter sur les pratiques militantes des socialistes dans un contexte de mobilisation sociale.

Plus largement, le second billet portera sur ce moment historique où la loi des trois ans est discutée en France. Une semaine avant le congrès de Brest a eu lieu en effet un très large rassemblement au Pré-Saint-Gervais, qui sera suivi d’autres rassemblements au même endroit en mai de la même année. J’étudierai donc l’importance de cette mobilisation qui atteint son paroxysme lors de ces manifestations parisiennes restées dans les mémoires militantes.

Les billets suivants porteront ensuite plus précisément sur le congrès de Brest : le troisième texte s’intéressa ainsi à la préparation et à l’organisation du congrès par la fédération du Finistère en posant la question de la « logistique » d’un tel congrès. Dans le 4ème billet, les idées défendues par les socialistes seront analysées, en particulier celles concernant le pacifisme, l’internationalisme et la loi des trois ans. Le 5ème texte s’intéressa au grand absent du congrès : Jaurès, retenu par les débats à la Chambre, n’est en effet pas présent et on s’interrogera pour savoir si c’est sa seule absence qui a fait du congrès de Brest « un congrès raté ». La 6ème étude portera sur l’internationalisme en action à travers l’étude de la présence du socialiste allemand Molkenbuhr qui fait un discours à la tribune. L’avant-dernier texte aura pour but d’étudier la portée de ce congrès si proche du déclenchement du Premier conflit mondial. Et enfin dans un 8ème et dernier billet, je reviendrai sur le thème évoqué dans ce début de ce texte, à savoir l’utilité des commémorations dans la pratique de la recherche en histoire.

Deux remarques pour finir : tout d’abord, il ne faudra voir dans cet ensemble que des esquisses, pas une étude aboutie sur le sujet. Ensuite et surtout, le congrès de 1913 par bien des aspects marque en quelque sorte le début de la période chronologique sur laquelle repose mon travail de recherche, même si pour certains points je remonte plus loin dans le temps. Il sera donc commode d’y voir aussi quelques idées que j’essaye en ce moment de rassembler dans l’écriture de ma thèse. C’est pourquoi dans une sorte d’introduction à l’ensemble de la série ici évoquée je vais au préalable évoquer un autre congrès qui se déroule en 1912 à Bâle. Il s’agit du congrès de l’Internationale socialiste consacré aux questions de la guerre et de la paix. Plusieurs délégués bretons y assistent et le prochain billet qui sera publié dans un ou deux jours portera sur ce congrès international contre la guerre avant de débuter franchement la série du mois de mars consacré à  Brest 1913-Brest 2013.

«C’est un fait d’exploitation humaine»: conférence d’H.Sellier sur la prostitution (Lorient, octobre 1938)

L’article de Ricoeur paraît dans le Rappel du Morbihan le 29 octobre 1938

Le dernier numéro du magazine L’Histoire contient un dossier sur l’histoire de la prostitution intitulé «Prostitution, de la tolérance à la prohibition». À partir de ce dossier ancré dans l’actualité, je voudrais  évoquer ici un compte rendu d’une conférence donnée par Henri Sellier à Lorient en octobre 1938. Il s’agit de poser quelques jalons pour une étude plus poussée de la culture militante socialiste lorsqu’elle porte le regard sur la prostitution, ce qui m’oblige à découvrir l’historiographie de cet objet d’étude. Je partirai toutefois du contenu de la conférence faite par l’ancien ministre de la Santé publique du Front populaire qui développe la position de la Sfio concernant la prostitution, mais sans doute faudra-t-il également dans un second temps s’arrêter sur les commentaires de l’auteur du compte rendu lui même, à savoir «Paul Ricoeur, Agrégé de l’Université »[1].

Henri Sellier partisan de l’abolition de la prostitution

Sellier est au moment de la conférence à Lorient sénateur socialiste et l’ancien ministre de la Santé publique du Front populaire. Maire de Suresnes, il a développé une politique sociale dans sa commune qui a valeur d’exemple pour de nombreuses autres municipalités socialistes[2]. Il est par ailleurs l’auteur d’un projet de loi visant à abolir la réglementation sur la prostitution où on trouve l’interdiction des maisons closes ou encore l’établissement du délit pour racolage et proxénétisme. Mais ce projet de loi n’aboutit pas car, d’une part, il est peu soutenu par les abolitionnistes qui ne le trouvent pas assez restrictif et, d’autre part, il rencontre l’hostilité de nombreux responsables locaux, y compris socialistes, associés à plusieurs regroupements ayant des intérêts dans cette activité, comme celui des tenanciers de maisons closes.

Malgré cela, Henri Sellier poursuit après la disparation du gouvernement de Front populaire sa campagne en faveur d’un contrôle plus strict de la prostitution qui doit  normalement aboutir à une abolition totale de cette activité. C’est à ce titre qu’il est invité en octobre 1938 à Lorient par la section locale de « l’Union temporaire pour la suppression de la prostitution réglementée ».

Cette organisation, dont on peut consulter les archives au Musée social / Cédias, a une section lorientaise active placée sous la direction du pasteur Jean Delahaye qui est à l’origine de la publication d’une enquête sur la prostitution dans cette ville portuaire intitulée Résultat d’une enquête : comment on s’amuse à Lorient ( publiée selon les sources en 1935 ou en 1937).

La Sfio de Lorient et la question de la prostitution

Il n’est pas anodin de relever tout d’abord l’emplacement de ce long compte rendu de la conférence de Sellier. En effet, il est placé sous la rubrique «tribune libre» et il est bien précisé que «les articles paraissant dans cette tribune n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs ».

Le principe de la tribune libre, que l’on retrouve souvent dans la presse socialiste, s’applique dans la plupart des cas à des articles discutant de l’orientation de la Sfio ; c’est avant tout le lieu d’expression des différentes tendances du parti, qui souvent polémiquent entre elles dans ce cadre réservé aux débats internes. Ici ce qui étonne, c’est que cet article soit placé justement dans la tribune libre. Cela peut impliquer que la position défendue par Henri Sellier et par Paul Ricoeur ne fait pas l’objet d’un consensus au sein de la Sfio du Morbihan. Clairement en faveur de l’abolition de la prostitution, cet article ne rencontre donc pas forcément l’adhésion de tous les socialistes, ce qui m’obligera d’ailleurs à m’intéresser davantage à la position de la Sfio vis-à-vis de la prostitution dans l’entre-deux-guerres. Cela implique surtout que je lise tout un pan de la production historique dans ce domaine, et sur ce point le dossier de L’Histoire est un bon point de départ. Si mon exploration est à peine ébauchée, j’ai toutefois l’impression que ce sont des aspects relativement peu étudiés jusqu’à présent. Mais peut-être que le projet gouvernemental actuel incitera à s’intéresser davantage à la généalogie de la position socialiste sur la prostitution.

Toujours est-il que si le compte rendu est prudemment placé sous la rubrique «tribune libre», les socialistes sont nombreux à assister selon Ricoeur à la conférence. Ce sont avant tout  les femmes militantes qui sont mentionnées au premier rang desquelles on trouve la représentante de « l’Union des femmes socialistes de Lorient » Odette Michel[3]. Mais l’auteur de l’article précise toutefois que « Henri Sellier est arrivé samedi soir presque incognito » ce qui montre que la Sfio ne semble pas avoir fait une grande publicité à la venue et à la conférence du sénateur socialiste. Pourtant Lorient, comme d’autres villes portuaires telles que Brest, est très concernée par la thématique de la prostitution comme le montre la brochure écrite par le pasteur J.Delahaye. Il faudra donc explorer davantage l’attitude des socialistes vis-à-vis de la prostitution, qui semble avoir été bien hésitante.

Sur l’auteur du compte rendu

Le long article de Paul Ricoeur appartient à cette petite dizaine de textes qu’il a écrit dans la presse socialiste en Bretagne dans les années Trente, dont j’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises d’évoquer ici. Ce parcours militant  d’avant guerre de celui qui devient après 1945 un philosophe internationalement reconnu est encore méconnu, même si je souhaite aborder cet aspect dans ma thèse en cours. L’article  mentionné ici est tout d’abord un compte rendu fidèle de la conférence d’Henri Sellier, et il n’est pas aisé de distinguer ce qui est de l’ordre des propos du conférencier  de l’interprétation que Ricoeur peut en faire. Pourtant en conclusion, c’est avant tout le jeune philosophe qui s’exprime :

« Henri Sellier est venu rappeler à Lorient que, même pour un marxiste qui admet que les problèmes économiques commandent en partie les problèmes moraux, les premiers doivent être résolus par une autorité, et que l’exercice de l’autorité suppose une atmosphère de salubrité. La Révolution sociale doit être annoncée par un grand coup de balai général depuis le quartier réservé jusqu’aux cabinets ministériels. Merci à notre camarade Sellier de l’avoir dit et de l’avoir tenté courageusement.»

L’ensemble des textes militants de Ricoeur montre un intellectuel attaché à un renouvellement des idées socialistes, comme la conclusion de son article le laisse voir. Ici, tout comme Henri Sellier, il se montre partisan d’un encadrement législatif de la prostitution qui respecte davantage les droits de la personne humaine et qui mette fin à l’exploitation des prostituées. Un tel projet, initié par le gouvernement du Front populaire, à travers l’action du ministère de la Santé publique, est  aujourd’hui à nouveau en discussion et le fait qu’il soit proposé par un gouvernement socialiste montre une continuité, mais aussi bien des hésitations, dont il pourrait être intéressant de retracer l’histoire du Front populaire jusqu’à nos jours.


[1] P.Ricoeur «  Henri Sellier à Lorient », Le Rappel du Morbihan,  29 octobre 1938.

[2] On peut lire à ce sujet la biographie de Roger-Henri Guerrand et Christine Moissinac, Henri Sellier, urbaniste et réformateur social , Paris , La Découverte, 2005 dont on trouve une présentation sur le site de l’éditeur.

[3] Sur Odette Michel, on trouvera quelques renseignements dans l’article de François Prigent sur les femmes socialistes dans le Morbihan, que j’ai déjà eu l’occasion de citer dans un autre billet.

Le 10 juillet des parlementaires socialistes bretons

"L'Histoire jugera" L.Blum, 1945, DR

Le 10 juillet 1940 l’ensemble des parlementaires français est amené à se prononcer sur le sort de la constitution de la IIIe République. Ce régime est contesté par un mouvement de fond mis en lumière par la défaite éclair de juin 1940 : l’ensemble de la classe politique est discréditée car elle est jugée responsable du désastre, mais nombreux sont ceux qui estiment que la gauche parlementaire est davantage coupable encore depuis l’accession au pouvoir du Front populaire en 1936. Les Allemands ont progressé rapidement à l’intérieur du pays et le 17 juin un nouveau gouvernement est constitué sous la direction de Philippe Pétain : il décide d’emblée de demander l’armistice qui est signé le 22 juin. Mais ce nouveau pouvoir souhaite en finir avec ce régime républicain : à Vichy les 9 et 10 juillet 1940, les parlementaires doivent décider non seulement de la révision de la constitution, mais aussi de l’avenir de la République[1].

                Dans ma recherche, l’année 1940 marque la fin de la période que j’étudie. Mais le vote du 10 juillet est un révélateur des atermoiements des députes socialistes bretons face à la guerre, à la défaite et à l’ordre nouveau qui se profile. C’est pourquoi il me semble important d’y revenir ici. Quatre députés socialistes se rendent à Vichy comme une grande partie des parlementaires français. Il y a deux députés du Finistère, François Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, le député du Morbihan Louis L’Hévèder et Philippe Le Maux élu des Cotes-du-Nord. Les Allemands sont déjà présents dans la région et les élus ont dû tout d’abord faire face à cette rapide occupation de l’espace : ainsi à Landerneau, ville dont Jean-Louis Rolland est également maire, les Allemands entrent le 19 juin. Deux élus les accueillent, le maire tout d’abord mais également le député de la circonscription, le démocrate populaire Paul Simon, et le premier contact est conflictuel car des combats ont eu lieu autour de la ville car Landerneau était situé sur la route d ‘évacuation des marins français qui voulaient trouver refuge à Brest. Le capitaine allemand a signifié aux élus que ses hommes n’avaient pas subi de perte ; dans le cas inverse, il aurait fait raser la ville.

                Ce premier contact peut sans doute aider à mieux comprendre la suite des événements. Pierre Laval et Philippe Pétain ont en effet décidé de statuer sur l’avenir de la République en réunissant l’ensemble des députés et des sénateurs à Vichy les 9 et 10 juillet. L’organisation d’une telle séance dans un pays défait et occupé pour partie, est difficile, Laval espérant d’ailleurs que les élus soient peu nombreux. Certains d’entre eux sont en effet encore sous les drapeaux, d’autres ont préféré rester dans leur circonscription. Pour les élus bretons, il faut déjà rejoindre Vichy qui est une ville éloignée de leur région. Des voyages collectifs ont organisé, ainsi quatre parlementaires du Finistère se rendent dans la nouvelle «capitale» du pays ensemble en voiture. Je ne sais pas comment arrivent les quatre députés socialistes, mais ils ont a priori des opinions différentes sur l’avenir de la France. Louis L’Hévèder est un partisan affirmé du pacifisme qu’il a défendu jusqu’au bout dans les tribunes du quotidien socialiste Le Populaire. Philippe Le Maux et Jean Louis Rolland sont quant à eux également partisans du courant pacifiste de Paul Faure, Tanguy-Prigent ayant quant à lui évolué vers des positions plus intransigeantes face à l’Allemagne et acceptant en conséquence après Munich la nécessité d’une position ferme face au nazisme. Mais le vote du 10 juillet ne recouvre que partiellement les positions socialistes adoptées auparavant. 569 parlementaires lors de la séance votent pour les pleins pouvoirs à Pétain, 80 votent contre et 20 s’abstiennent. Le groupe socialiste compte 36 opposants sur les 132 présents.

                Deux députés ont voté pour les pleins pouvoirs : Louis L’Hévèder qui justifie son vote par le désordre dans lequel la France était plongée depuis la défaite et plus étonnement par la peur que les Allemands utilisent un vote négatif des représentants bretons comme une marque de séparatisme. Philippe Le Maux fait de même, les deux étant profondément marqués par le pacifisme. Quant aux deux députés du Finistère, ils votent contre, y compris Jean-Louis Rolland connu pour avoir des positions paul-fauristes. D’ailleurs sur les 11 parlementaires de ce département présents à Vichy, 7 votent contre, ce qui en fait un département exceptionnel par rapport au reste de la Bretagne puisque tous les autres parlementaires de la région ont voté pour. Comment expliquer un tel nombre ? L’historien doit ici accepter de ne pas pouvoir tout connaître des motivations des différents acteurs, il peut seulement tenter d’étudier l’événement avec le maximum d’informations, ce que je m’efforce de faire durant cette recherche.

                Après leur vote négatif, Jean Louis Rolland et Tanguy-Prigent participent peu à peu à des actions de la Résistance. Les deux autres députés socialistes se sont tenus à l’écart du nouveau pouvoir bien qu’on leur reproche par la suite une attitude de soutien à Vichy. Ainsi, le parcours de ces quatre élus peut illustrer toute la difficulté qu’il y a à étudier les socialistes durant l’année 1940 et les premiers mois de l’occupation. Mais connaître leur rapport à la Première Guerre mondiale et  au pacifisme peut y aider. C’est du moins ce que j’essaye d’étudier dans ma thèse. Après l’instauration du gouvernement de Vichy, Rolland et Tanguy-Prigent essayent dans un premier temps de se lancer dans une sorte d’opposition légale au régime en restant dans leur fonction de maire et contestant la politique mise en place par Pétain: ils se savent toutefois dans le collimateur de l’occupant et du nouveau régime et participent de plus en plus par la suite à des actions clandestines de la résistance. Le Maux et L’Hévèder se tiennent à l’écart, mais en 1944 la SFIO reconstituée exclut les parlementaires qui ont voté pour les pleins pouvoirs, effaçant par la même leur rôle dans l’action socialiste avant 1940 dans la région. On retient davantage les 80 courageux parlementaires qui ont le 10 juillet 1940 choisi de défendre les valeurs républicaines, ou qui avaient peut-être d’autres motiviations comme en témoigne cette citation de Louis Noguères : « quelques pas plus loin, Le Bail, député radical socialiste du Finistère, m’accrochait pour me confier, l’air radieux : « Je sais que tu as voté non : moi aussi, parce que moi qui suis Breton, j’ai trouvé ce moyen pour dire ‘merde’ à Hitler »[2].


[1] Sur cette question voir l’excellent travail d’Olivier Wieviorka Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français 1940-1945, Paris, Le Seuil, 2001.

[2] L.Noguères, déposition devant la Commission parlementaire d’enquête sur les événements survenus en France de 1933 à 1945, cité par Marc Sadoun, Les Socialistes sous l’Occupation, Paris, PFNSP, 1982, p.41.

Docteur Flamme en Bretagne: qu’est-ce que le « socialisme actif »?

Le Populaire, 5 avril 1934

Il y a quelques semaines, j’ai indiqué une liste des billets à venir qui avaient tous comme thème commun les nouvelles pratiques militantes des socialistes durant les années 1930. Le 1er d’entre eux portait sur une commémoration de la mort de Jaurès qui comportait bon nombre de caractéristiques « traditionnelles » de la mobilisation militante et je voulais ensuite montrer en quoi le contexte des années Trente avait entraîné des ajustements dans l’identité militante socialiste. Depuis je travaille sur ce thème, qui deviendra un des chapitres de la thèse et je ne suis pas sûr de respecter mon programme élaboré auparavant pour ce carnet. Mais voici toutefois quelques jalons de la réflexion en cours.

            Tout d’abord ce ne sont pas les pratiques militantes en tant que telles qui m’intéressent mais plutôt de voir si elles sont marquées par la violence ou des pratiques que l’on utilise habituellement dans un contexte de guerre. C’est pourquoi dans l’étude de cet aspect, la lecture du livre de Serge Tchakhotine , Le Viol des foules par la propagande politique[1] m’a semblé être un bon moyen de poser des éléments d’une problématique plus ample.Tchakhotine était un scientifique qui s’est mis au service du parti social-démocrate en Allemagne afin de lutter contre le nazisme et surtout afin de trouver les meilleurs moyens pour gagner la population aux idées socialistes. Son livre de psychologie sociale est publié pour la première fois en 1939 en France, après avoir été dans un premier temps censuré par le ministère des affaires étrangères. Mais cette première version, plusieurs fois rééditée dans l’année (celui que j’ai pu lire est imprimé le 12 juillet 1939 et correspond à la 8ème édition : ces nombreuses rééditions dans la même année sont-elles le signe d’un succès ?) est très rapidement mise au pilon par les occupants allemands en 1940. C’est pourquoi l’auteur en republie une version modifiée en 1952 et c’est aujourd’hui ce livre que l’on peut trouver facilement en librairie. Les deux éditions sont toutefois très différentes et pour mon propos je me suis aperçu qu’il valait mieux utiliser la version de 1939. Sans m’étendre sur ce point, on peut voir que dans la publication de 1952 le chapitre intitulé «  le Socialisme actif » a disparu même si son contenu se retrouve modifié dans la nouvelle mouture. Et en ce qui concerne l’un des aspects les plus connus de l’oeuvre de Tchakhotine, à savoir l’invention du sigle des trois flèches qui se popularise dans les années Trente dans plusieurs partis socialistes européens, l’auteur écrit en 1939 « nous avons entre les mains le récit authentique et inédit […] il est écrit par l’homme qui a été à l’époque le chef de propagande du « Front d’airain » […] nous le transcrivons ici directement ». Commence ensuite le récit et tout est fait pour que le lecteur pense que Tchakhotine reprend des écrits d’une autre personne qui n’est pas identifiée qui explique avec de nombreux détails comment l’insigne des trois flèches s’est imposé comme un moyen de lutte efficace contre le nazisme. Dans la version de 1952, tout cela est réécrit « Le destin a voulu […] que je devienne le chef de propagande du «  Front d’airain » et le récit se poursuit ensuite cette fois ci à la première personne. Sans doute l’auteur, réfugié en France en 1939 avait-il voulu se protéger en cachant assez maladroitement d’ailleurs sa véritable identité.

            On voit donc que les deux versions sont assez différentes et pour l’étude du sujet qui m’intéresse la version de 1939 est plus adaptée, même si dans la réécriture postérieure, des éléments nouveaux d’explication sur le contexte des années 1930 sont fournis. Mais ce livre apporte surtout des données sur les moyens de lutter contre le nazisme et l’auteur a voulu les utiliser également en France. En effet Serge Tchakhotine se réfugie en France et devient un conseiller écouté de Marceau Pivert un des leaders de la gauche de la Sfio[2]. Quelques unes des idées de celui qui prend le pseudonyme de « Docteur Flamme » sont reprises par le PS français : des slogans simples, le logo des trois flèches et la constitution de groupes d’autodéfense parmi les militants socialistes. Si ce personnage et son action sont encore assez méconnus[3], on peut voir que la Sfio à partir de 1933 s’approprie ses principes de « socialisme actif », parfois au prix d’explications nécessaires comme le suggère le dessin en illustration publié le 5 avril 1934 dans le quotidien socialiste Le Populaire .

            Mais il m’importe dorénavant de comprendre et de découvrir comme ces principes sont reçus dans les fédérations bretonnes de la SFIO. Ainsi j’essaye de découvrir à quelle période les trois flèches deviennent réellement le symbole du parti et de voir comment il s’impose entre 1935 et 1936 comme un insigne de combat contre le fascisme et d’affirmation de la force socialiste.

            Pour ce faire, il me faut lire et relire plusieurs articles accessibles en ligne sur le sujet :

–          E.Nadaud « le renouvellement des pratiques militantes de la S.F.I.O. au début du Front populaire (1934-1936) » Le Mouvement Social, n° 153, octobre-décembre 1990

–          P.Burrin « Poings levés et bras tendus. La contagion des symboles au temps du Front populaire » Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°11, juillet-septembre 1986.

–          G.Vergnon « le poing levé, du rite soldatique au rite de masse. Jalons pour l’histoire d’un rite politique » Le Mouvement Social, n°212, juillet-septembre 2005.

–          A.Collignon « Les Jeunes gardes socialistes, ou la quête du Graal révolutionnaire, 1930-1935 » Cahiers d’Histoire du Temps Présent, n° 8 2001.

–          P.Pasteur « Le Semeur, la semence et le fidèle combattant de l’avenir ou la masculinité dans la social-démocratie autrichienne (1888-1934) » Le Mouvement Social,  n° 198, janvier-mars 2002.

        Ces différents travaux sont parmi ceux qui m’aident le plus dans la réalisation de mon propre travail de recherche sur ce sujet. Mais il faut aussi rassembler des faits sur ces nouvelles pratiques militantes en Bretagne. C’est ce que je fais actuellement en me penchant davantage sur le rôle des socialistes dans les campagnes. On y découvre ainsi autour de la figure de Tanguy-Prigent des actions qui semblent s’inspirer des nouveaux moyens de lutte qui s’affirment au sein de la SFIO. Ainsi on évoque régulièrement des paysans socialistes, les « Cravates rouges » qui s’opposent aux  partisans de Dorgères, les « Chemises vertes ». Face à la violence du fascisme, Serge Tchakhotine écrivait en 1939 : « pour édifier rapidement le socialisme, la vraie démocratie, il faudra employer la même méthode d’obsession provoquée, agissant ici non plus sur la peur, mais sur l’enthousiasme, la joie, l’amour. Une propagande violente de non-violence. »[4]. J’essayerai de voir dans le prochain billet (« Cravates rouges contre chemises vertes ») comment le socialiste Tanguy-Prigent a essayé de mettre en pratique cette idée face aux partisans du fascisme rural[5] en Bretagne.


[1] S.Tchakhotine, Le Viol des Foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1939. Nouvelle édition refondue en 1952.Le livre est aujourd’hui disponible dans la collection « Tel »Gallimard

[2] Sur Marceau Pivert, on lira avec profit la très bonne biographie écrite par Jacques Kergoat, Marceau Pivert, “socialiste de gauche”, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1994.

[3] C’est ce que souligne plusieurs travaux que j’ai pu lire. Des historiens comme Eric Nadaud travaillent en ce moment sur l’histoire des trois flèches et apporteront sans aucun doute des informations complémentaires. Tchakhotine est également le sujet d’un documentaire récent dont on peut avoir des détails ici.

[4] S.Tchakhotine, 1939,op.cit., p.251

[5] Je reprends ici l’expression de Robert Paxton, Le temps des chemises vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural, 1929-1939, Paris, Le Seuil, L’Univers historique, 1996.

Une escapade aux archives

Lundi 12h08

Archives départementales, lundi après-midi

Profitant des vacances scolaires, j’occupe une partie de mon temps libre à fréquenter de nouveau les centres d’archives. La liste des liasses d’archives à consulter est encore longue, mais c’est ainsi que la recherche avance, du moins je le suppose. Cette après-midi je me rends donc aux archives départementales des Yvelines : l’objectif est de retrouver la trace d’un militant de la SFIO qui a commencé à militer à Versailles pour ensuite retourner en Bretagne. Il s’agit d’Alain Le Dem responsable en 1935 des jeunesses socialistes dans le département du Finistère. Son parcours est toutefois plus riche car il prend alors le pseudonyme d’Alain Behel, comme « BL » à savoir l’acronyme de « Bolchevique Léniniste » ; il est en effet membre du courant trotskyste qui a adhéré au parti socialiste pendant quelques mois. Si son action se poursuit ensuite au sein du mouvement ouvrier  et paysan en Bretagne dans les organisations trotskystes, il m’importe ici de savoir s’il est possible de trouver des renseignements sur son entrée dans l’action militante. Pour cela, deux pistes sont à explorer : tout d’abord la presse militante. Le Dem est militant socialiste à partir de 1932 et le journal de la fédération de Seine et Oise, Le Travailleur est conservé aux Archives des Yvelines, mais seulement selon le catalogue proposé en ligne pour l’année 1933. Ensuite, les réunions de la SFIO doivent comme dans toutes les autres archives départementales que j’ai pu consulter avoir laissées des traces dans les documents de la police chargé de la surveillance politique. Là il n’y a pas de liste des fonds en ligne, mais je vais tenter de consulter la série 1M et la série 4M, ainsi que la série 16M. Il s’agira de repérer le nom d’Alain le Dem et de voir si je peux reconstituer des éléments de son parcours que je ne connais pas déjà[1]. Surtout le survol de ces liasses d’archives va me donner aussi des points de comparaison avec les fédérations bretonnes que je connais mieux. La recherche avance aussi par comparatisme et le contenu des archives que l’on peut consulter dans tel ou tel département ne me semble pas tout à fait similaire, et j’aimerais donc identifier davantage les ressemblances et les différences. J’ai effectué au préalable une recherche rapide, et j’ai l’impression que la fédération socialiste de Seine-et-Oise est assez peu connue, je n’ai donc aucun repère la concernant à part quelques noms de dirigeants trouvés dans le Maitron : cela risque de compliquer ma recherche, maisen même temps ce n’est pas mon but que d’être parfaitement informé sur cete fédération socialiste de Seine-et-Oise. Je prévois toutefois l’usage d’un appareil photo numérique, ce qui est autorisé selon la page de présentation en ligne des archives.

13h20 :

                Me voilà inscrit, accueil très sympathique. Je mesure encore une fois tout l’avantage de disposer d’un service public et gratuit des archives dans chaque département. Le souligner ici c’est aussi rendre hommage à l’ensemble du personnel qui y travaille. Dans la salle de lecture, personne. Je découvrirai plus tard qu’il y a deux autres personnes arrivées plus tardivement dans cette grande salle de recherche. Les inventaires vérifiés, il n’y aura que dans la série 4M que je trouverais peut-être ce que je cherche. Mais tout d’abord lecture du journal de la fédération  Le Travailleur.Affres du chercheur en herbe : le papier s’effrite et voilà ma place remplie de petits morceaux de vieux papiers. Plus important, ce journal ne correspond pas vraiment à ce que je connais de la presse militante : il s’agit avant tout d’une publication qui contient des informations précises et datées pour chaque section socialiste, parfois aussi pour les municipalités. Il n’y a pas ou peu d’articles de fond, c’est avant tout la chronique des sections locales, une  sorte d’agenda politique. Il y a quelques exemplaires seulement datant de la fin de 1933, ce qui me permet une lecture attentive. Je trouve une seule mention d’Alain Le Dem pour une réunion de la fédération entre jeunesses et membres adultes le 10 octobre 1933.Ce sera la seule fois où je verrais son nom cette après-midi. Maigre récolte ? Pas forcément car je peux aussi lire plusieurs autres articles sur les Jeunesses socialistes, leurs actions ou leurs idées. Je sais aussi que Le Dem devient surtout un membre actif à partir de 1934, et comme bon nombre de jeunes socialistes, il est proche du trotskysme à cette période. Je découvre aussi des noms d’autres militants, forcément des camarades à lui.

Le Travailleur, journal SFIO de Seine-et-OIse

                Les liasses d’archives sur la SFIO se révèlent assez pauvres : on trouve quelques mentions de réunions, le compte rendu d’une grande manifestation à Livry Gargan, mais c’est à peu près tout. En élargissant ma recherche, je consulte des liasses qui concernent le PSOP de Marceau Pivert ou encore les militants communistes. Au départ il s’agissait de voir si je pouvais des traces de Le Dem : il était en lien avec les communistes par exemple, je regarde donc avant tout les années 1933/1934 mais je me laisse aussi souvent guider par l’envie de lire et de découvrir. Ainsi je lis le rapport très détaillé que Maurice Tréand consacre au trotskysme dans le mouvement ouvrier et qu’il présente au bureau politique du PCF en juillet 1938. C’est une partie d’un épais dossier relié consacré au PCF et qui semble daté de 1939. J’ai perdu de vue la raison première de ma venue mais je découvre de nombreuses autres choses. Il est presque 17 heures, heure de fermeture. Je sais qu’il y a de nombreux autres fonds à consulter, mais ce sera pour un autre jour, après la rédaction de la thèse.

Lundi soir :

                Si je regarde en arrière, je n’ai pas trouvé grand chose sur Alain Le Dem et son action militante en Seine-et-Oise. Une seule et courte mention de son nom dans le journal socialiste. Je sais toutefois que Le Travailleurpeut être utile. En cherchant sur le catalogue de la BNF, je m’aperçois qu’il est consultable en microfilm pour la période 1930-1934. Je suppose qu’il y a d’autres indications sur lui pour l’année 1934.Donc c’est une affaire à suivre. J’ai surtout trouvé des documents qui me permettent de mieux comprendre ce que sont les Jeunesses socialistes de ce département lorsqu’il y réside. Surtout la collecte d’informations fut utile : ainsi j’ai mis la main sur une sorte de gros livre relié intitulé «Marxisme 1937 » rédigé par un certain « R.Humery » qui est en fait un catalogue de toutes les publications de gauche à cette époque, de toutes les organisations, de toutes les structures existantes.

Un extrait de "Marxisme 1937"

         Document précieux même si je  n’en connais ni la source ni le contexte de réalisation, cette publication va quoi qu’il en soit me rendre de précieux services. Du point de vue de l’  « ingénierie » de ma recherche, j’ai pu vérifier comme il est pratique de pouvoir prendre des photographies des documents. Me voilà avec une centaine de clichés qu’il va falloir exploiter. J’ai plus largement le sentiment que je vais consulter des archives jusqu’au dernier moment, sans doute n’est-ce pas une pratique très organisée, mais couper le travail en deux parties bien séparées, tout d’abord la recherche de documentation, ensuite la rédaction, je ne suis pas sûr de pouvoir procéder de cette façon. Ce billet d’étape est une petite escapade intermédiaire dans la série que j’avais prévue sur les pratiques militantes dans les années 1930. L’avantage de ce carnet de recherche, c’est aussi de prévoir une publication sur certains thèmes, mais aussi de modifier ce qu’on avait prévu. J’aime pouvoir profiter de cette souplesse, même si à partir de maintenant je me penche sur le second billet de la série prévue à savoir « Docteur Flamme en Bretagne : des pratiques militantes nouvelles ? » que je publierai dans quelques jours.


[1] Alain Le Dem a une biographie assez conséquente dans le Maitron . Aux archives de l’Institut international d’Histoire sociale d’Amsterdam, le fonds Prager contient également un très utile dossier sur Le Dem.