Archives du mot-clé traces

Asher Sternlicht, militant de la Ligue Internationale des combattants de la paix à Brest

Inlassablement dans ce cas de figure, je pense à cette phrase de Paco Ignacio Taibo II :

« Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît ça et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie. [1]»

Asher Sternlicht, c’est exactement ça : le nom apparaît parfois dans les archives, mais jamais assez pour que l’histoire soit finie. Il est dans les années 1930, le trésorier de la section brestoise de la Ligue Internationale des Combattants de la Paix. Ce groupe fondé par Victor Méric se développe dans toute la France à partir de 1931, pour avoir au milieu de la décennie près de 10 000 adhérents. On connaît bien l’histoire de la LICP grâce aux travaux de Nicolas Offenstadt . Une section brestoise existe avec une vingtaine de membres ; y cohabitent militants libertaires et militants socialistes. L’action locale de la LICP est régulièrement mentionnée dans la presse de la Sfio, et plusieurs responsables de la section brestoise sont également des membres actifs de la ligue. On peut ainsi reconstituer son action durant ces années. En raison de son action pacifiste et antimilitariste, cette organisation est surveillée par les autorités policières, ce qui permet aujourd’hui, en consultant les archives, de mieux connaître les contours de l’action de la section brestoise. D’autres sources, comme les très riches archives de Jeanne Humbert, une des militantes qui fait des tournées dans toute la France pour la LICP, permettent également de connaître les actions pacifistes menées localement. Asher Sternlicht est un des adhérents de la LICP brestoise, c’est même le trésorier de la section. Il est né à Lubaczow (Pologne) le 24 décembre 1880. Il a vécu à Berlin durant plusieurs années, puis il s’est installé à Brest. Je ne connais pas la date de son installation, peut-être est-il arrivé dans le port breton après la prise du pouvoir par Hitler en 1933. Une fois à Brest, il créé une entreprise, c’est un « entrepreneur zingueur » selon un des rapports de police le concernant. Il a une fille, mais les rapports que j’ai pu lire ne disent pas grand chose d’autre à propos de sa vie privée. Son entreprise prospère cependant car on trouve dans la presse locale de nombreuses annonces dans les années 1930 pour l’embauche de nouveaux ouvriers ou apprentis. Surtout, du fait de son action à la LICP, il est vu tantôt comme « un anarchiste polonais », tantôt comme un « antimilitariste ». Plusieurs autres étrangers  établis à Brest ont des liens avec le mouvement ouvrier à cette période. Mais Asher ne semble pas faire l’objet d’une surveillance importante.

S’il est militant de la LICP, et perçu par les autorités comme un anarchiste, on trouve cependant son nom dans une souscription faite par la section socialiste de Brest en 1933, souscription en faveur « Grandes batailles socialistes et républicaines » que le secrétaire de la section Joseph Le Meur transmet à Paris. A priori, les noms qui apparaissent sur cette liste (publié par le Populaire) ne concernent que des adhérents de la SFIO, donc il est difficile d’en savoir davantage pour le moment. La souscription est publiée le  10 avril 1933, ce qui signifie que Sternlicht est à Brest à ce moment. On le retrouve également au moment des émeutes d’août 1935 dans un rôle bien particulier. Un Allemand, ouvrier de chantier a été arrêté lors des manifestations, on l’accuse d’avoir été en possession d’une arme et d’être un de ceux qui a participé aux violences. Lors de son procès quelques jours après les événements, il est totalement disculpé. Asher a servi d’interprète et son nom se retrouve donc dans les comptes rendus de la presse et dans les rapports de police concernant les suites des émeutes du mois d’août.

Pour le moment, je n’en sais pas plus, c’est pour cette raison que la citation de Taibo II mentionnée au début du billet me semble particulièrement bien adaptée à son cas. La seule autre information que l’on connait sur Asher Sternlicht est qu’il est juif. On retrouve dans les archives, après les mesures antisémites prises par le gouvernement de Vichy, plusieurs listes des familles juives de Brest, avec leur nationalité et les métiers exercés. Le remarquable livre collectif dirigé par Claire Zalc, Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot, Pour une microhistoire de la Shoah[2], fournit toutes les indications nécessaires, et un cadre d’analyse, pour poursuivre l’étude de l’histoire d’Asher Sternlicht et de sa famille après 1940. Il faudra trouver du temps pour pouvoir retracer cette histoire. Ce soir, j’ai juste consulté en ligne The Central Database of Shoah Victim’s Names du centre international de Yad Vashem. On trouve près de 200 noms dont l’orthographe s’apparente à « Sternlicht ». Il n’y a pas d’Asher né en 1880. Par contre, on trouve trace de Herta Sternlicht, née à Berlin en 1910. On précise qu’elle vivait à Brest avant la guerre. C’est la fille d’Asher. Elle est arrêtée le 18 juillet 1942 à Nantes et elle est déportée en Pologne. Elle meurt le 25 juillet 1942 à Auschwitz.

« Jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »…


[1] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, éditions Métaillé, Paris, 1997.

[2] Claire Zalc, Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff et Nicolas Mariot, Pour une microhistoire de la Shoah, Seuil, Paris, coll. «  Le genre humain », 2012

Paulhan,le Mongol extraordinaire et le socialisme en Bretagne

              L’étude localisée du milieu partisan socialiste implique une recherche détaillée sur les structures de l’organisation militante et sur le rôle attribué à chaque adhérent. Cette collecte d’informations peut se faire grâce aux très nombreuses biographies du Maitron, à la recension des données contenues dans la presse militante et par l’utilisation des comptes rendus de réunions politiques que l’on trouve dans les archives. Le traitement de ces informations peut ensuite faire l’objet d’un traitement prosopographique[1] ou aider à une meilleure connaissance de ce que signifie être militant socialiste à cette époque. Ma démarche, qui vise davantage à une sorte d’ethnographie historique du mouvement socialiste, nécessite une utilisation d’autres sources, plus personnelles, qui permettent une tentative d’appréhension du for intérieur socialiste dans l’entre-deux-guerres. Mais disposer de traces personnelles comme des témoignages écrits, des journaux intimes ou des correspondances, n’est pas si fréquent en ce qui concerne des militants socialistes qui bien souvent n’ont laissé que très peu de papiers personnels permettant de rendre compte a posteriori de leur expérience militante. Il y a d’ailleurs fort à parier qu’une telle démarche est bien plus fréquente pour des personnes issues d’un milieu intellectuel que pour les autres catégories sociales, ne serait-ce qu’au niveau de l’existence et de la conservation des écrits personnels. Il faut donc chercher également à collecter ce type d’informations, ce que j’essaye de faire dans le cadre de ma recherche.

le Dr Choffé publie une revue politique  » Comprendre » qui se situe à la gauche de la SFIO

                Dans ce domaine il me semble que la fédération socialiste des Côtes du Nord témoigne d’un caractère particulier. On trouve en effet, aux côtés de nombreux enseignants souvent responsables des sections dans les communes, plusieurs militants fédéraux que l’on peut qualifier d’«intellectuels ». Bien sûr, cette catégorie doit être appréhendée avec précision, aussi faut-il sans doute passer par une définition du terme, ainsi que par une connaissance des liens qui unissent les intellectuels au socialisme. On dispose d’une très utile étude sur ce point, qui inspire ma recherche: il s’agit du livre de Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le Socialisme et la Guerre 1900-1938[2], qui permet d’avoir une excellente connaissance de ces questions, d’autant qu’elles sont étudiés également sous l’angle de l’influence de la guerre de 1914-1918, ce qui constitue encore davantage pour moi une importante piste de réflexion.

                Ce qui me semble être une particularité dans les Côtes du Nord, l’importante présence d’intellectuels dans l’encadrement fédéral de la SFIO, m’occupe en ce moment. En effet, dans les années Trente, on peut y retrouver Guy Robert, professeur de lettres et futur spécialiste de Zola comme secrétaire fédéral, Augustin Hamon, essayiste et  traducteur des œuvres de l’Anglais Bernard Shaw, Yves Le Lay qui fut le premier traducteur en France de Freud et de Jung, ou bien encore le médecin Frédéric Choffé sur lequel je voudrais me pencher plus en détail dans ce billet.

                Frédéric Choffé est l’auteur d’une thèse sur la tuberculeuse, ce qui l’amène à être responsable de plusieurs sanatoriums dont celui de Trestel dans les Côtes du Nord dans les années Trente. Il est déjà à sa venue un militant socialiste aguerri et il poursuit en Bretagne son activité politique. Il devient ainsi secrétaire fédéral adjoint, se présente aux élections municipales de Trévou-Tréguignec où il est élu conseiller municipal. Il se porte également candidat de la SFIO lors des élections législatives de 1936 mais il est assez largement battu. On peut connaître son action militante par les sources habituelles, comme ses articles qu’on trouve dans la presse socialiste du département, mais aussi, cas plus exceptionnel, grâce à une publication qu’il dirige : la revue  Comprendre qui se place sur une ligne de gauche au sein de la SFIO, et enfin par une correspondance qu’il a échangé avec son beau-père Jean Paulhan.

                Paulhan est à l’époque un intellectuel respecté et influent du Monde des lettres qui dirige la NRF et Choffé a épousé sa fille née d’un premier mariage. Les deux hommes deviennent très liés, d’autant qu’ils partagent des opinions politiques communes. Mais Paulhan, même s’il est conseiller municipal de Chatenay-Malabry garde une distance, parfois amusée, vis-à-vis des partisans de la gauche française et du socialisme. Ainsi, séjournant régulièrement à Trestel, il a l’occasion d’assister à un meeting socialiste en avril 1936 :

« J’ai aussi suivi des réunions électorales : un extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche, récitait deux heures durant, en mélopée, le programme S.F.I.O… C’était très beau »[3]

      Évidemment cet extrait montre toute l’ironie de Paulhan dont il faut régulièrement preuve. Ainsi à la même période, il échange souvent avec Louis Guilloux : ce dernier lui signale dans une de ses lettres qu’Augustin Hamon est inquiété par les autorités à cause d’un numéro spécial de la Charrue Rouge sur la guerre. Paulhan lui répond alors que Hamon aurait mérité d’être pendu pour ses traductions de B.Shaw !

    L’ironie mordante de Paulhan se retrouve donc dans la description qu’il fait de ce meeting au temps du Front populaire. Marcel Parent, auteur d’une très bonne étude sur l’action politique de Paulhan, nous dit que cela se passait en compagnie de son beau-fils et il explique :

«  Il y a tout lieu de penser que Philippe Le Maux est l ‘ extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche…’ Loin de Châtenay, Jean Paulhan se pose en spectateur ironique, et même féroce, d’une réunion publique à laquelle il a pris la peine d’assister.»[4]

     Peut-être faut-il préciser que Philippe Le Maux, candidat socialiste paysan, fut élu député, même si Paulhan semble s’être ennuyé à l’une de ses réunions électorales. On retrouve sans doute le regard distancié de l’intellectuel qui peut-être méprise une forme de pratique politique trop éloignée de ses habitudes parisiennes. Quoi qu’il en soit, de tels témoignages sont aussi très utiles pour mieux appréhender la connaissance du socialisme à cette période en Bretagne.

      Mais revenons à Frédéric Choffé. Il entretient donc une correspondance avec Jean Paulhan, dont on peut lire des extraits dans le livre de Marcel Parent. Là encore, ses lettres peuvent aider à une connaissance approfondie de l’enracinement de la SFIO dans ce territoire. Sans doute qu’une exploitation  de ses lettres serait nécessaire – la correspondance est conversée à l’IMEC– car Frédéric Choffé semble y commenter régulièrement son action militante : il relate l’arrêt du journal fédéral « faute d’argent » et en conséquence il ne peut poursuivre son analyse du fascisme qu’il souhaitait faire dans ses articles, il y commente également l’actualité du Parti et sa participation à la vie politique locale  comme dans cette lettre:

« Mardi 16 avril 1935

Mon cher Jean,

Peut-être serez-vous déjà en route vers Trestel quand ma lettre arrivera à Châtenay.

Je ne crois que les marchands de canon – qui sont en même temps gros industriels et gros banquiers, propriétaires ou actionnaires des grands journaux- veulent la guerre. Les menaces de guerre, qui leur permettent de placer leurs marchandise, leur suffisent bien »[5]

      On peut voir dans ces quelques extraits que Frédéric Choffé, mais aussi Paulhan, apportent des informations utiles pour la connaissance du milieu partisan socialiste. S’il faut traiter celles-ci avec un regard d’historien, elles offrent la possibilité de saisir au plus près les pensées et les discours de certains militants. Il me semble que dans ce domaine, la forte présence d’intellectuels socialistes dans la fédération des Côtes du Nord, peut être à même de fournir des sources importantes. Encore faut-il en retrouver les traces, donc l’enquête continue !



[1] Sur ce point voir la thèse récente de François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980 soutenue à l’Université de Rennes 2 en 2011.

[2] Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Seuil, 1993.

[3] Lettre de Paulhan à Etiemble, 13 avril 1936, cité par Marcel Parent, Paulhan citoyen, Paris, Gallimard, 2006, p.111.

[4] M.Parent, op.cit., p.113.

[5] M.Parent, op.cit., p.222.