Archives du mot-clé Yves le Lay

La psychanalyse comme arme politique: retour sur Yves Le Lay

Dans quelques jours je vais enfin pouvoir consulter une correspondance échangée entre Augustin Hamon, intellectuel et militant socialiste en Bretagne et plusieurs autres militants de la région. Il y a en particulier des lettres de socialistes mobilisés durant la Première Guerre mondiale, souvent l’unique source pour mieux connaître leur parcours durant ce conflit. Je sais aussi qu’il y a en outre plusieurs lettres d’Yves Le Lay dont j’ai eu l’occasion de parler ici à quelques reprises. Et plus je lis d’articles de lui dans la presse socialiste,  ou plus j’apprends dans les archives des renseignements sur lui, plus je me dis qu’il n’a pas la place qu’il aurait fallu ni dans l’histoire du mouvement ouvrier, ni dans l’histoire de la psychanalyse en tant que premier traducteur français de Freud et de Jung.

Retrouver l’ombre rouge d’Yves Le Lay . Photographie DR, août 2012

Il faut reconnaître qu’il semble avoir bien séparé les deux domaines, mais à y regarder de plus près, on peut toutefois voir que ses deux activités, celle de militant et celle de traducteur des premiers travaux de la psychanalyse, se rencontrent dans certains cas qui obligent dès lors à l’étudier selon un axe d’étude plus large.

L’affaire de Bégard : Freud et les prêtres pédophiles

J’ai ainsi sous les yeux un article qui est paru le 24 avril 1927 dans l’hebdomadaire socialiste des Côtes du Nord, L’éveil breton. Le titre semble de prime abord anodin : «l’Affaire de Bégard». On peut, en effet, parfois s’étonner de voir que dans la presse militante socialiste, il y a aussi de nombreux entrefilets relatant tel ou tel fait divers lié à la vie locale. Mais dans ce cas, le fait divers est évoqué dans une perspective autre: il s’agit tout d’abord d’affirmer une combative identité laïque, et par la suite de déployer une argumentation teintée de psychanalyse qui devient une arme politique socialiste.

L’affaire de Bégard, un petit village des Côtes du Nord, concerne deux  ecclésiastiques qui viennent d’être arrêtés en avril 1927 pour avoir contraint de jeunes enfants à avoir des relations sexuelles avec eux. Cette arrestation comme l’écrit Le Lay « fait beaucoup de bruit dans la région» et l’hebdomadaire socialiste n’hésite pas à l’utiliser comme un argument anticlérical. Les journaux à audience nationale de la Sfio font de même puisqu’on peut lire plusieurs comptes rendus de l’affaire dans Le Populaire ou Le Midi socialiste[1].

Pour Le Lay, il s’agit davantage d’expliquer que c’est la nature même de la fonction de prêtre qui rend possible de tels actes pédophiles. Il précise tout d’abord qu’il n’écrit pas cet article pour affirmer sa haine de la religion :

« Il ne nous plaît point de manifester à cette occasion la haine de la religion que nos adversaires nous prêtent et que nous n’avons jamais eue.»

Mais il apporte des éléments d’explication où les théories freudiennes sont bien apparentes : ce fait divers « apprend aussi que la sexualité refoulée conduit au vice » et qu’il est impossible selon lui que les prêtres puissent continuellement exercer leur vœu de célibat car « on ne lutte pas ainsi contre l’instinct sexuel, le plus puissant qui soit, le plus impérieux, le plus violent ».

Si on retrouve ici un argumentaire où l’on perçoit aisément que Le Lay maîtrise parfaitement l’apport psychanalytique, on peut lire ensuite que le militant socialiste en tire un certain nombre d’enseignements pour affirmer la supériorité d’une éducation laïque et s’opposer au « catholicisme de combat » que doivent affronter les socialistes en Bretagne.

Yves Le Lay : un parcours à suivre

Ce petit billet souhaitait aussi s’attarder sur la richesse des  nombreux articles d’Yves Le Lay : bien souvent en effet, les publications socialistes départementales sont remplies d’écrits peu originaux, englués dans une rhétorique ennuyeuse associée à des développements théoriques superficiels. Avec Le Lay, c’est totalement différent et ses écrits laissent apparaître l’esprit d’un intellectuel militant qui mériterait de ne pas rester dans l’oubli.

Difficile surtout de détacher mon propos du moment de lectures récentes, en particulier les romans noirs de Ken Bruen qui éclairent sous la lumière vive les errements de l’église irlandaise sur les crimes sexuels anciens ou récents de nombreux prêtres dans ce pays. Dans un autre article, Yves Le Lay précise aussi ce qu’il pense de l’utilisation de la religion dans l’espace public et politique :

« Ah ! Comme ils se dressent sur le piédestal de leur religion ; comme ils se sentent fiers d’avoir « évité » la honte ; comme les soutanes tonnent contre le péché honteux, le péché de la chair, celui qui constitue dans leur monde artificiel, le Péché par excellence. »

 

 



[1] On peut y apprendre que les deux abbés, responsables d’un collège catholique sont condamnés à plusieurs années de prison après avoir été reconnus coupables de viols sur des enfants de moins de 13 ans. Ce type d’affaire est fréquemment utilisée par les anticléricaux et la libre pensée. Voir à ce sujet, Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France 1848-1940, Paris, A.Michel, 2001.

«Ce n’est pas à moi que revient le mérite»: que viennent faire ici Freud et Jung?

La Charrue rouge, journal dans lequel Yves Le Lay publia de nombreux articles

«Ce n’est pas à moi que revient le mérite » est le début de la première phrase des Cinq leçons sur la psychanalyse de Freud[1]. Cet ensemble de conférences fut traduit en français en 1920 et publié la première fois dans la Revue de Genève, puis en 1921 sous forme de livre par les éditions Payot . Hier soir, j’ai enfin fait le lien entre deux informations qui a priori n’avaient rien en commun. Le traducteur de ce livre de Freud est Yves Le Lay et je n’avais jamais fait le lien entre lui et un autre Yves Le Lay qui était militant socialiste durant l’entre-deux-guerres dans la région de Lannion, aujourd’hui située dans les Côtes d’Armor. Sans doute était-ce pour moi improbable : que l’un des premiers traducteurs de Freud et de Jung soit aussi militant de la SFIO en Bretagne, cela ne paraissait pas possible. Surtout si c’était le cas, travaillant depuis plusieurs années sur le sujet, je suppose que j’aurais fini par le découvrir assez rapidement. Ma surprise fut donc grande lorsque j’ai enfin fait le lien. C’est donc ensuite un certain sentiment de stupeur voire peut-être même de honte qui m’a envahi. Mais très vite je me suis lancé à la recherche d’informations complémentaires. Je voudrais ici non pas relater un aspect abouti de la recherche en cours, mais faire l’inverse, c’est à dire élaborer une feuille de route de l’enquête à venir sur ce militant à l’itinéraire pour le moins hors du commun.

Le rôle du « Maitron »

                Comme toujours lorsque je suis à la recherche de données biographiques sur les militants bretons, la lecture première du « Maitron », le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, s’est imposée. Beaucoup de choses sont déjà dites dans la notice relativement courte mais complète à propos de ce militant : originaire de Saint-Brieuc, Yves Le Lay après avoir obtenu son baccalauréat en 1906 fait des études en Allemagne à l’université de Leipzig et est retenu durant la Première Guerre mondiale comme prisonnier civil. Après un séjour en Suisse, il revient dans les Côtes du Nord et il est nommé professeur de philosophie à Lannion. Dans les années 1920 il est un des traducteurs de Freud et de Jung tout en étant un militant actif de la fédération socialiste. Candidat aux élections législatives de 1928, il se révèle un des dirigeants du journal d’Augustin Hamon La Charrue rouge et quitte le département en 1934 pour s’établir à Blois. Mais surtout la notice biographique mentionne son activité très importante de propagandiste et de journaliste militant durant ses années dans les Côtes du Nord. C’est donc un militant de premier plan de la fédération socialiste.

Le rôle des sources en ligne

                J’ai ensuite cherché à en connaître davantage sur ses traductions des textes de psychanalyse. Dans un domaine que je connais mal, j’ai toutefois réussi à trouver un article en ligne de Jacques Sédat intitulé « la réception de Freud en France durant la première moitié du XXème siècle. Le freudisme à l’épreuve de l’esprit latin »[2]. L’auteur mentionne à plusieurs reprises Yves Le Lay et en annexe on peut lire un de ses articles publiés en 1924 dans la revue Le Disque vert  où il fait un bilan de l’introduction de la psychanalyse en France, le début de son article illustrant les réticences que l’on peut avoir contre la psychanalyse dans ce pays puisque « si la psychanalyse est restée ignorée du public français, c’est qu’elle parle trop de sexualité »[3]. La figure de Le Lay devenait ainsi plus précise.

                Comme il était en lien avec le journal militant La Charrue rouge, j’ai relu un article en ligne de François Prigent «Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste breton oublié »[4]. Là encore Yves Le Lay est évoqué et on peut ainsi mieux comprendre son rôle de militant. L’historien mentionne en particulier les polémiques entre les socialistes et la presse de droite. Ainsi le journal Ouest Éclair semblait avoir publié un article polémique contre le professeur de philosophie de Lannion. La consultation en ligne étant possible, je me rends compte qu’il y en en réalité non pas un mais plusieurs articles au mois de juin 1933 où l’action de Le Lay et d’Hamon est évoquée. Alain Le Lay envoie d’ailleurs un droit de réponse que le journal publie[5]. On remet en cause son enseignement et la mauvaise influence qu’il peut avoir sur la jeunesse. La polémique rebondit d’ailleurs dans le journal socialiste de la fédération L’Éveil breton, que j’avais commencé à consulter quelques mois auparavant. L’auteur des articles de Ouest Éclair adopte d’ailleurs dans sa réponse un ton nettement moins mesuré que dans le quotidien puisqu’il écrit au responsable du journal socialiste «  Si je ‘pisse de la prose’ vous n’éjaculez que des pauvretés »[6].

                Peu à peu la figure d’Alain Le Lay devenait donc plus consistante et si je n’en avais pas fini avec cette lancinante question – comment avais-je pu passer à côté de ce militant ? -, il me restait à trouver le moyen de poursuivre l’enquête.

Ce qu’il reste à faire

                La première impression, peut-être fausse en réalité l’avenir le dira, est que les deux champs historiographiques, d’un côté l’histoire du mouvement ouvrier et de l’autre l’histoire de la psychanalyse en France, sont dans le cas d’Yves Le Lay restés à distance, alors que je suis persuadé que l’association des deux aurait pu aider à une meilleure connaissance de ce militant socialiste traducteur des premières œuvres de Freud et de Jung. Mais je vais peut-être découvrir dans quelques temps que l’histoire de Le Lay est parfaitement connue, ce n’est cependant pas l’impression que j’ai pour le moment. Il semble pourtant que le traducteur breton est mentionné dans plusieurs travaux d’histoire de la psychanalyse comme étant  » un psychologue suisse », ce qui semble confirmer que son itinéraire est encore mal connu.

                Il me faut donc lire ce que je pourrais sur l’histoire de l’introduction de la psychanalyse en France. Étudier un domaine qu’on ne connaît pas risque parfois d’entraîner des confusions et une mauvaise compréhension de son histoire. Mais l’enjeu ici me semble d’importance, bien que l’histoire de la psychanalyse paraît être, tout comme celle des traductions de Freud en français, conflictuelle et traversée de polémiques nombreuses. Deux ouvrages me paraissent ici essentiels pour le moment :

E.Roudisnesco, Histoire de la psychanalyse en France, 2 tomes, Paris, Fayard, 1994 ( rééd.)

A.de Mijolla, Freud et la France, 1885-1945, Paris, PUF, 2010.

           Sans doute que progressivement d’autres références bibliographiques vont s’imposer. Par ailleurs, Yves Le Lay écrit très régulièrement dans L’Éveil breton, le journal de la fédération socialiste et dans la Charrue rouge. Il me faudra donc dépouiller ces deux publications, moins partiellement que ce que j’ai fait jusqu’à présent. De plus, les archives départementales des Côte d’Armor ou encore les archives privées (comme celle de Augustin Hamon disponibles au centre d’histoire du travail de Nantes) me seront sans doute très utiles pour restituer le parcours de ce militant socialiste.

                Enfin j’ai peine à croire que ce militant n’ait pas laissé davantage de traces tant son travail de traducteur l’a obligé jusqu’aux années 1960 à être en lien avec les grands noms de la psychanalyse. Aussi, depuis hier soir je me prends à faire comme le dirait Philippe Artières un «rêve d’histoire»[7] : trouver des archives privées d’Alain Le Lay. Peut-être est-ce aussi le but de billet : qu’une lectrice ou un lecteur puisse m’apporter de l’aide dans cette nouvelle partie de l’enquête. Quoi qu’il en soit, en découvrant l’importance de ce militant socialiste, je me suis également remémoré un autre figure du mouvement ouvrier pour laquelle j’ai un attachement : Pierre Hervé, qui a été député communiste du Finistère en 1945 a eu Alain Le Lay comme professeur de philosophie et il en a gardé un fort souvenir. Si tout cela peut paraître un peu désordonné, j’ai plutôt l’impression que ma recherche commence à se structurer davantage. Comme l’écrit Freud traduit par Yves Le Lay :« Je crains que cette partie de mon exposé ne vous paraisse pas très claire. Mais soyez indulgents. Il s’agit de vues nouvelles et difficiles qu’il est peut-être impossible de présenter plus clairement, pour le moment tout au moins. »[8]


[1][1] S.Freud, Cinq leçons sur la psychanalyse, 1909, traduction en français par A. Le Lay en 1921. On peut lire en ligne ce recueil sur le site Les Classiques des sciences sociales. Je citerai d’après cette édition

[2] J.Sédat «la réception de Freud en France durant la première moitié du XXème siècle. Le freudisme à l’épreuve de l’esprit latin », Topique, 2/2011,n°115, pp.51-68.

[3] Y.Le Lay « études et opinions sur Freud et la psychanalyse » Le Disque vert, février 1924, cité par J.Sédat, op.cit.

[4] F. Prigent «Les mondes d’Augustin Hamon, itinéraire d’un intellectuel socialiste breton oublié, engagements, trajectoires, identités » Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 113-2, 2006, pp.117-134  consulté en ligne le 17 juin 2012

[5] Plusieurs articles sont publiés dans Ouest-Éclair à propos des militants de la Charrue rouge durant le mois de juin 1933. Le journal est consultable en ligne ici.

[6] Louis Even, L’Éveil Breton, 18 juin 1933.

[7] P.Artières, Rêves d’histoire, Paris, Les Prairies ordinaires, 2006

[8] S.Freud, op.cit, p.13