« Qui n’a pas vu Paris le 1er Mai 1919 n’a rien vu »

La Une de l’Humanité du 2 mai 1919

Le 1er mai 1919 suit de près la Première Guerre mondiale. Tous les soldats mobilisés ne sont pas encore rentrés dans leur foyer et les échos de la Révolution russe sont présents dans la vie politique française. La conférence pour la paix se déroule à Versailles et poursuit ses pourparlers en vue de la signature d’un traité. Le contexte social est également particulier car le gouvernement de Clemenceau vient de faire voter dans l’urgence la loi reconnaissant la journée de 8 heures, afin de couper court à la mobilisation du mouvement ouvrier. Les syndicalistes de la CGT avaient en effet prévu de manifester le 1er mai 1919 pour revendiquer la journée de 8 heures, comme à leur habitude depuis plusieurs années. Il a donc fallu changer les slogans et les pancartes en hâte. Mais surtout, le gouvernement a interdit toute manifestation ce jour-là à Paris. La CGT de la Seine, après une assemblée générale, maintient toutefois le mot d’ordre d’un rassemblement suivi d’une manifestation. Dans le reste du territoire, les manifestations sont toutefois autorisées.

Amédée Dunois, qui est à l’époque un des rédacteurs de l’Humanité, se souvient plusieurs années plus tard de cette journée particulière :

 « Qui n’a pas vu Paris le 1er Mai 1919 n’a rien vu. Une explosion de force allègre et d’espérance ! Tout le peuple ouvrier se pressait dans la rue, manifestait joyeusement, se retrouvant enfin lui-même après l’affreuse tourmente. [1]»

Le jour est pluvieux, et le lieu de rendez-vous se situe place de la Concorde. Les manifestations viennent au rassemblement une fleur d’églantine à la boutonnière. Près de la place de l’Opéra, plusieurs échauffourées ont rapidement lieu. Les manifestants vont alors vers la place de la République et les heurts redoublent. À cette occasion, Léon Jouhaux, le dirigeant de la CGT, est blessé par une charge de la police. Un député socialiste, Paul Poncet, est blessé alors qu’il essaye d’amener au commissariat de police une personne qui a un revolver. Il est chargé par les policiers qui en profitent pour libérer l’homme au revolver et le député est victime de plusieurs coups. Il faut dire que les manifestants syndicalistes et socialistes sont entourés non seulement par les forces de l’ordre mais par des policiers en civil qui semblent jouer un rôle trouble dans le déclenchement des violences. Plusieurs enquêtes seront menées par la suite pour essayer d’établir les responsabilités, sans succès toutefois. Il est donc difficile de connaitre le rôle et la provenance de ceux que l’on nomme dans la presse de l’époque des « agents provocateurs ». Mais au fil de la journée, les violences redoublent d’intensité. Des barricades sont dressées, et on assiste dans de nombreux quartiers parisiens à des batailles de rue. Poncet à la Chambre quelques jours plus tard revient sur la journée, le visage encore tuméfié et il condamne les violences policières : « Oui, c’est se conduire comme des boches que de frapper les femmes, les enfants et les blessés [2]». En comparant les forces de police aux Allemands, il déclenche un scandale à l’assemblée, les députés de la majorité ne supportant pas une telle comparaison. Le souvenir de la Grande Guerre est encore très vivace.

Les affrontements deviennent de plus en plus violents, et on apprend la mort d’un manifestant, Charles Lorne, à la suite de tirs. Deux jours plus tard, le Populaire rend compte des incidents et affirme que Lorne est mort à la suite de coups de feu qu’un policier en civil aurait tiré sur la foule[3]. Un autre manifestant, Alexandre Auger meurt le lendemain du 1er mai à la suite de coups reçus. Dans les deux cas, la presse syndicale et socialiste dénonce des actes des forces de l’ordre.

Des heurts violents ont également eu lieu dans plusieurs villes de province. Par contre, en Bretagne, les manifestations du 1er mai 1919 se sont déroulés dans un calme relatif. Plus de 3500 manifestants expriment les revendications syndicales à Lorient, sans violences notables. À Brest, le Cri du Peuple souligne l’attitude responsable des manifestants :

« Le prolétariat brestois a donné une magnifique preuve de sa force à l’occasion du premier mai. L’ampleur des manifestations qui se sont déroulées en ville témoigna que, chaque jour, les travailleurs conçoivent mieux que leur seul espoir de mieux être réside dans la transformation sociale (…) La discipline et le calme imposant des manifestants contraste singulièrement avec les rencontres violentes survenues à Paris avec les forces policières. [4]»

Et même si la manifestation du 1er mai a été pluvieuse à Brest aussi, le journal socialiste souligne le rôle fondateur de cette journée :

« Cette journée de revendications est comme un signe annonciateur de son avènement prochain, de l’aube ensoleillée où le producteur aura conquis son plein droit à une existence heureuse. »

Rendez-vous pour l’aube ensoleillée 100 ans plus tard alors… et surtout rendez-vous dans quelques mois pour la suite et la fin !


[1] Amédée Dunois, Le 1er Mai. Esquisse historique, Libraire populaire du Parti socialiste, 1934, 36 p. Voir Jean-Marie Catonné, Amédée Dunois. De Clamecy à Bergen-Belsen, éditions de l’Arbre Bleu, 2016.

[2] L’Humanité, 7 mai 1919.

[3] Le Populaire, 3 mai 1919.

[4] Le Cri du Peuple, 3 mai 1919


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.