Catégories
informations diverses

Szlama Grzywacz « Mort pour la France »

Le 21 février 1944, les membres du groupe Manouchian sont fusillés par les nazis. L’affiche de propagande que l’on retient dans les mémoires sous le terme d’ « affiche rouge » était placardée au même moment dans de nombreuses villes françaises afin de discréditer la Résistance, et plus particulièrement ces combattants membres des FTP-MOI ( Francs-Tireurs et partisans – Main d’œuvre immigrée) en alimentant la xénophobie et la haine du communisme dans l’opinion publique.  Dix portraits étaient visibles sur cette affiche, et comme le souligne Louis Aragon dans son poème mis en chanson plus tard par Léo Ferré : « l’affiche semblait une tache de sang parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles.»

Le premier portrait qui apparaît est celui de Grzywacz, Juif polonais, à qui on attribue deux attentats. Non seulement Szlama Grzywacz avait un nom difficile à prononcer, mais il était le seul jusqu’à il y a quelques jours à ne pas avoir été reconnu « Mort pour la France » alors que tous les autres membres du groupe l’avaient été auparavant. Ce 18 février, à l’occasion d’un colloque sur le rôle des étrangers dans la Résistance, l’Élysée a donné ce titre à ce résistant : « Tous furent déclarés morts pour la France. Tous, sauf un : Szlama Grzywacz. Injuste oubli que le Président de la République décide, ce jour, de réparer.[1] » Cette reconnaissance a pu révéler que l’on connait assez peu de chose sur ce Juif polonais venu en France dans les années trente. Aussi, quelques rappels sur son parcours sont utiles, d’autant qu’à peine venu en France, les autorités ont demandé à Grzywacz de quitter le territoire sans quoi il serait expulsé. Ce résistant reconnu mort pour la France, n’a pas été accueilli dans ce pays les bras ouverts alors qu’il cherchait un refuge quelques années avant la Seconde Guerre mondiale. C’est l’objet de ce nouveau billet du carnet de recherches.

Un parcours assez méconnu

Si on cherche des renseignements sur Grzywacz en utilisant Internet, on tombe automatiquement sur deux notices biographiques, l’une en provenance de Wikipédia[2], l’autre tiré du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, le Maitron[3]. En confrontant les deux, on se rend compte que les données ne sont pas identiques : la première indique la date de naissance au 1er janvier 1909, tandis que la seconde mentionne le 8 décembre 1910. C’est d’ailleurs peut-être pour cela qu’on ne trouve pas cette donnée biographique dans le communiqué officiel de l’Élysée. Son arrivée en France diffère également : Wikipédia indique les années 1936 ou 1937 en fonction des sources mentionnées, et le Maitron date sa venue à Paris du 15 mai 1937. Les indications suivantes sont assez identiques et l’on retrouve des éléments de son parcours dans le communiqué officiel déjà cité : « Formé au métier de cordonnier par son père, Szlama Grzywacz dut gagner dès l’enfance de quoi subsister. Son engagement communiste lui valut cinq années de prison, qui n’affaiblirent ni ses convictions ni son activité militante. Pour échapper aux persécutions de la police polonaise, il gagna Paris en mai 1937, puis l’Espagne, où il combattit aux côtés des Républicains au sein des Brigades internationales.[4] »

Si on cherche à avoir davantage d’informations sur lui, on peut espérer les trouver dans la bibliographie assez riche sur l’histoire des résistants étrangers autour du groupe Manouchian. Deux des principaux ouvrages à ce sujet sont d’une part le livre d’Annette Wieviorka, Ils étaient Juifs, résistants, communistes[5], et d’autre part, celui écrit par Stéphane Courtois, Denis Peschanski et Adam Rayski, Le Sang de l’étranger. Les immigrés de la M.O.I dans la Résistance[6]. Mais ils n’évoquent que très peu l’histoire de Grzywacz : dans les deux cas, il n’est mentionné qu’une fois.

L’oubli de la mention « Mort pour la France » le concernant révèle aussi qu’on a encore à apprendre sur son histoire. Pour cela, on peut fort heureusement disposer de deux sources déterminantes : un dossier personnel issu du fichier central de la Sûreté nationale et un autre conservant son activité de membre des brigades internationales durant la Guerre d’Espagne.

Szlama Grzywacz dans le Fonds de Moscou

Le fichier central de la Sûreté nationale, que l’on appelle également « Fonds de Moscou », contient 650 000 dossiers personnels sur une période allant de 1880 à 1940. Cet ensemble archivistique avait été transféré en Allemagne au moment de la défaite française, puis en 1945, il a été livré à Moscou. Au début des années 1990, ce fonds, avec d’autres archives de la même période, a été rapatrié en France et il est aujourd’hui disponible aux Archives nationales de Pierrefitte. On y trouve de très nombreux dossiers biographiques sur des militants et militantes du mouvement ouvrier, avant tout des communistes, mais aussi sur des étrangers et des réfugiés, ainsi que sur des criminels de droit commun. Le contenu des dossiers varie beaucoup, allant d’un simple feuillet à des centaines de pages. On dispose d’un répertoire en ligne très pratique pour mener des recherches nominatives[7]

Il y a trois dossiers au nom de Szlama Grzywacz ! Cela arrive, mais dans ce cas précis , les deux premiers concernent un homonyme parfait, mais né en 1913. Ce n’est donc pas la même personne, même si on ne peut s’empêcher de penser que ce membre de l’armée des ombres, est quand même lui aussi un peu une ombre lorsqu’on recherche sa trace dans les archives. Le 3e dossier est le bon et il confirme la date de naissance que l’on trouve dans le Maitron, à savoir le 8 décembre 1910 à Dobré en Pologne, qui est à 50 kms de Varsovie. Ce dossier ne contient qu’une dizaine de feuillets mais il nous renseigne sur l’arrivée en France de ce jeune Polonais. En effet, c’est avant tout des échanges de courriers entre la préfecture de Police et la Ligue des droits de l’Homme que l’on peut lire : fuyant son pays pour des raisons politiques, il est arrivé en France en mai 1937, sans papiers ni visa. Il dispose d’un sursis provisoire expirant à la fin du mois de juillet. La Ligue des droits de l’Homme, qui renseigne et guide de nombreux réfugiés et étrangers précise qu’il a fait 5 ans de prison en tant que communiste et qu’en 1934 il a été exclu pour 10 ans de service militaire dans son pays ce qui équivalait à une déchéance de nationalité. Par suite de cette requête de la LDH, le ministère de l’intérieur a demandé une enquête [8] à la Préfecture de police afin de statuer sur son sort.  Le 26 novembre 1937, la PP délivre un refus de séjour à Grzywacz. Il avait été arrêté le 28 juillet de la même année à Belleville pour défaut de papiers. Le préfet de police précise qu’il ne travaille pas, vivant d’une aide fournie par le Secours populaire et d’une parente qui est toujours en Pologne. Pour les autorités, son statut de réfugié ne repose sur aucun document. On indique alors : « il y a lieu de mettre l’intéressé en demeure de quitter notre territoire immédiatement sous menace d’expulsion.» On peut voir qu’il faut plusieurs mois pour définir la situation du réfugié polonais et que même une fois la décision prise, celle-ci met 4 mois à être envoyée pour information à la LDH. Cette organisation a relancé à cinq reprises les autorités afin de trouver un statut favorable à Grzywacz. Mais lorsque la décision est prise en avril 1938, il n’est plus sur le territoire français depuis plusieurs mois. En effet, après avoir reçu son refus de séjour le 26 novembre 1937, il a décidé de partir de la France qui n’a pas su l’accueillir. Il part en Espagne, où il rejoint les Brigades internationales pour combattre les troupes franquistes au côté des Républicains.

Ce dossier montre donc qu’il n’a pas été accueilli favorablement par les autorités de l’époque, ce que d’ailleurs le communiqué de l’Elysée ne mentionne pas du tout. Le futur « Mort pour la France » n’avait en effet pas obtenu le droit de vivre dans ce même pays avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Un membre des Brigades internationales

      Plutôt que d’être expulsé de France, Szlama Grzywacz a choisi d’aller combattre en Espagne. Comme lui, de nombreux Juifs de toute l’Europe avaient décidé d’utiliser les armes contre le fascisme incarnée par les troupes franquistes[9]. On dispose heureusement de renseignements sur son parcours d’interbrigadiste[10]. En effet, sa trace a été retrouvée dans les dossiers conservés dans les archives russes du RGASPI (Centre russe pour la conservation des archives en histoire politique et sociale, Moscou). Dans le cas de Szlama Grzywacz, on dispose ainsi de renseignements biographiques en polonais, en espagnol, en russe, mais aussi quelques documents en français. On peut ainsi découvrir qu’il dit avoir été syndiqué à la CGT à Paris en 1937 et qu’il a travaillé pour le quotidien Naïe Presse, qui est alors le journal en langue yiddish le plus lu en Europe. Ce journal regroupe de nombreux réfugiés juifs marqués par le communisme et les idées de gauche[11]. On y découvre également qu’il est arrivé en Espagne le 3 décembre 1937, soit quelques jours après la réception de son avis de refus de séjour en France. Il écrit également dans son questionnaire biographique qu’il est membre des Jeunesses communistes en Pologne depuis 1926, et qu’en 1930 il a été condamné à 5 ans de prison. Il a été libéré en février 1935 et quitte alors la Pologne. Il est également précisé dans un autre document qu’il était proche de la minorité au sein du PC polonais. Il a pour fonction d’être téléphoniste durant les combats de la guerre civile et l’avis des responsables politiques de sa compagnie est positif : il indique également avoir lu l’État et la révolution de Lénine ou bien encore le 18 Brumaire de Marx et vouloir faire des études d’économie politique.  « Il s’agit d’un activiste, au point de vue politique, mais qui ne jouit pas de toute son autorité à cause du fait que sa conduite personnelle n’est pas toujours régulière » peut-on lire dans un document du 4 juin 1940[12]. À cette date, il est revenu en France, mais il a été interné dans le camps de Gurs et celui d’Argelès, avant de s’échapper et de revenir à Paris. Là, il reprend son activité politique et participe à partir du milieu de l’année 1941 à des activités de résistance qui l’amène ensuite à participer au groupe des FTP-MOI dirigé par Manouchian.

La part d’ombre

Il reste beaucoup d’éléments méconnus sur le parcours de Grzywacz. Ainsi, plusieurs lettres de la LDH indiquent qu’il est venu en France dès la fin de son séjour en prison en février 1935. Pourtant, on sait qu’il n’y vient qu’en mai 1937, en provenance de la Suisse nous précise la notice du Maitron. Mais on ne sait où il a vécu entre ces deux dates. Il reste encore beaucoup à connaître sur sa vie.

  Ses actions dans la Résistance sont retracées dans la notice de Maitron jusqu’à sa mort le 21 février 1944. On peut y lire également sa dernière lettre destinée à sa fiancée : « Aujourd’hui à 15 heures, je vais être fusillé. J’ai conservé mon sang-froid jusqu’à la dernière minute comme cela convient à un ouvrier juif. Je meurs, mais tu ne m’oublieras jamais. Si quelqu’un de ma famille est en vie et si tu en as l’occasion, raconte-leur tout de moi.» Aujourd’hui, qu’il a enfin été reconnu « Mort pour la France » alors que dans les années trente, le pays ne l’a pas accueilli et même repoussé comme indésirable, on peut espérer que la France dans son ensemble est sa famille et que comme il l’indique dans sa dernière lettre, il faudra tout raconter de lui.

[1] Communiqué de l’Élysée du 18 février 2023, en ligne https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2023/02/18/le-resistant-szlama-grzywacz-reconnu-mort-pour-la-france

[2] Notice Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Szlama_Grzywacz

[3] Notice Maitron https://maitron.fr/spip.php?article76024

[4] Ibid.

[5] Annette Wieviorka, Ils étaient Juifs, résistants, communistes, Paris, Perrin, 2018.

[6] Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le Sang de l’étranger. Les immigrés de la M.O.I dans la Résistance, Paris, Fayard, 1994.

[7] Voir https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/helpGuide.action?uuid=a0068444-744e-4365-aedb-8d5113c6802c

[8] Lettre du préfet de police, 14 janvier 1938 à la LDH, avec mentions manuscrites indiquant que la lettre est expédiée le 16 avril 1938 , dossier Grzywacz, AN, 19940448/439.

[9] Gerben Zaagsma, Jewish Volunteers, the International Brigades and the Spanish Civil War, London, Bloomsbury Academic, 2017. Voir aussi Efraïm Wuzek et Larissa Wuzek-Gruszow, Combattants juifs dans la Guerre d’Espagne. La compagnie Botwin, Paris, Syllepse, 2012.

[10] RGASPI, fonds 545, brigades internationales de l’Armée républicaine d’Espagne, dossier 696, dossiers personnels des volontaires polonais des Brigades internationales.

[11] Voir à ce sujet cet excellent livre récent de Nick Underwood, Yiddish Paris. Staging Nation and Community in interwar France, Indiana University Press, 2022.

[12] RGASPI, Ibid.



Citer ce billet
Benoît Kermoal (2023, 21 février). Szlama Grzywacz « Mort pour la France ». Enklask / Enquête. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/of51

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search