De l’influence du roman noir sur le déroulement d’une recherche historique

Au moment où j’essaye, en respectant au mieux les règles de la production scientifique en Histoire, d’avancer dans la construction de ma thèse, j’éprouve le besoin de m’éloigner un peu des listes bibliographiques, des notes de bas de page et de l’articulation dialectique du plan d’une sous-partie pour écrire sur l’influence que le roman noir a pu avoir, et peut encore, avoir sur le déroulement de mes recherches historiques.

Les liens entre l’Histoire et le roman noir, que l’on peut définir avec Jean-Pierre Manchette comme « le roman criminel violent et réaliste à l’américaine »[1] ont plusieurs fois été exploré : que ce soit pour le meilleur avec l’étude d’Elfriede Müller et Alexander Rueff sur Le Polar français, crime et histoire [2] ou pour le moins bon avec le livre de L.Broche et J.C. Sarrot Le Roman policier historique [3], on dispose de plusieurs études sur les liens qu’entretiennent les deux, auxquelles il faut ajouter les livres des auteurs de romans noirs eux-mêmes comme J.P. Manchette, déjà cité ou J.F Vilar, mais aussi les nombreux articles publiés au cours des années 1990 dans Libération pour le journaliste Edouard Waintrop.

                Mais ce qui m’intéresse ici, c’est comment la fréquentation régulière des auteurs de romans noirs a influencé la conduite de ma recherche historique. Autant de choses qu’il est peut-être difficile de relater dans une thèse pour le doctorat d’histoire.

Une première référence clé : « De Passage » Paco Ignacio Taibo II

                Si je dois trouver un titre qui synthétise au mieux l’influence du roman noir, ce serait le livre de Paco Ignacio Taibo II « De Passage »[4] : on peut y lire le parcours de Sebastien San Vincente (figure inventée ou réelle ? Le lecteur le découvre peu à peu) avec la compilation des extraits de rapports du FBI, des impressions de l’auteur et des pensées du personnage. San Vicente est un anarchiste des années 1920, essayant de semer la Révolution en Espagne, au Mexique ou aux Etats-Unis. Outre la construction littéraire si particulière (même si actuellement de nombreuses productions littéraires françaises jonglent avec la réalité historique et la fiction), Taibo II nous relate merveilleusement bien le travail du chercheur en histoire : « Si je cherche dans des archives, dans des vieux papiers et des microfilms, le nom apparaît ça et là. Parfois assez pour tisser un bout d’histoire, mais jamais suffisamment pour que l’histoire soit finie »[5]. Je trouve que cette phrase qualifie très bien le travail de recherche historique que je mène, à tel point que je l’ai cité dans mon mémoire de maîtrise et mon master 2 (et peut-être aussi dans ma thèse achevée ?)

          Taibo II est aujourd’hui un des grands auteurs de roman noir, qui utilise très souvent les méandres de l’Histoire et du mouvement ouvrier pour écrire ses livres. De formation historienne (On lui doit un livre de référence sur la naissance du communisme au Mexique), il manie et manipule l’histoire pour construire une œuvre qui ne cesse de m’intéresser et me m’influencer. Mais au-delà d’une forme utile de « bricolage méthodologique » que peut procurer la lecture de romans noirs, cela peut également être source d’autres découvertes.

Lire « Belleville Barcelone » et découvrir l’existence d’anarchistes italiens à Brest :

                Le travail que j’ai entrepris sur les itinéraires de militants passe par une longue, et parfois décourageante, enquête. Mais il faut aussi miser sur des hasards objectifs qui apportent des faits nouveaux. La lecture des travaux de Carlo Ginzburg m’a déculpabilisé sur ce point : le départ d’une collecte d’informations peut débuter par un fait a priori totalement éloigné et ensuite entrainé une recherche de « traces » selon ce qu’il nomme le paradigme indiciaire[6].

                Le roman noir s’inspirant beaucoup de l’histoire, j’ai eu la surprise de découvrir par ricochets dans l’un d’entre eux des éléments qui me servent aujourd’hui dans mon travail d’enquête : dans Barcelone Belleville, Patrick Pécherot[7] poursuit l’évocation de la « préhistoire » de Nestor Burma en en faisant le héros d’une enquête policière qui se situe dans les années 1930 avec en toile de fond la guerre d’Espagne. Le cœur de l’action se situe dans le milieu des Italiens antifascistes réfugiés en France. L’un d’entre eux, évoqué dans le roman, est Camillo Berneri. Cherchant davantage de renseignements sur ce dernier, et commençant comme souvent par la  notice Wikipédia, j’ai découvert que Berneri était l’auteur d’un opuscule L’Operaiolatria ( L’Ouvrier Idôlatre) qui fut publié pour la première fois en France en 1934, par le « Gruppo d’Edizioni libertaria » établi à la Maison du peuple de Brest.

                J’ai donc cherché ensuite à en savoir plus sur ces anarchistes établis à Brest dans les années 1930. Ce groupe avait publié d’autres brochures en italien comme celle de Simone Weil «  Réflexions sur la Guerre ». J’ai pu ainsi trouver les noms des Italiens qui résidaient à Brest, avant tout Pio Turroni et Ulysse Merli, puis j’ai mis la main sur des lettres ou d’autres documents en contactant des centres d’archives (en Italie ou en Suisse), tout en lisant le livre de René Lochu[8] qui les a connu. Dans les archives départementales du Finistère, après plusieurs journées infructueuses, j’ai retrouvé leurs traces : Ulysse Merli est ainsi décrit pour un dangereux anarchiste, soupçonné d’utilisation d’explosifs en Italie. Mais il reçoit l’aide d’élus de la Sfio et n’est pas expulsé. Peu à peu des bribes de parcours se reconstituaient. Beaucoup de ces Italiens allèrent ensuite combattre en Espagne, puis ont participé à la Résistance, en France ou en Italie.

       Le 8 mars 2006, j’entrais dans un petit appartement d’une rue de Brest : la femme d’Ulysse Merli m’accueillit au départ avec méfiance, puis elle se mit ensuite à compléter ce que je savais sur son mari. Peut-être pas « suffisamment pour que l’histoire soit finie ».


[1] J.P.Manchette, Chroniques, Rivages Noir, 2003, p.20

[2] E.Müller et A.Rueff, Le Polar français. Crime et histoire, La Fabrique éditions, 2002.

[3] J.C.Sarrot et L.Broche, Le Roman policier historique. Histoire et polar: autour d’une rencontre, Nouveau Monde éditions, 2009. Contrairement au premier livre cité, ce dernier n’est pas une analyse et compile des auteurs très divers, en passant totalement à côté du sujet, ce qui s’explique par l’absence de très nombreux auteurs, pour qui pourtant les rapports entre histoire et roman noir sont au cœur de leurs œuvres.

[4] Paco Ignacio Taibo II, De Passage, Métailié,1995. Ce livre est publié en français lors de l’année où j’ai rédigé mon premier travail de recherches, un mémoire de maîtrise sur Jean-Louis Rolland, Députe socialiste et résistant.

[5] P.I. Taibo II, op.cit., p43.

[6] Voir par exemple C.Ginzburg, Mythes, Emblèmes,Traces, Verdier, 2010 (nouvelle édition).

[7] P.Pécherot, Belleville Barcelone, Gallimard, Série Noire, 2003

[8] R.Lochu, Libertaires, mes amis de Brest et d’ailleurs, éditions La Digitale,2003( rééd.)


Laisser un commentaire