«On me souffle que je ferais mieux de me taire » : lectures de Jean Guéhenno

Pour comprendre l’importance que va prendre la commémoration prochaine du début de la Première Guerre mondiale  en 2014, il peut être profitable de s’attarder sur les anniversaires précédents : ainsi en 1968, cinquante ans après 1918, Jean Guéhenno publiait un livre portant sur ce premier conflit mondial et sur sa mémoire. Intitulé La Mort des autres[1], son essai, aujourd’hui un peu oublié, est pourtant bien d’actualité.

           J’ai commencé à lire ce livre un peu par hasard après l’avoir découvert sur une étagère du CDI de mon lycée. Je connaissais son auteur mais je n’avais pas encore trouvé le temps de mieux le découvrir: né dans une famille ouvrière de Fougères, il avait assisté en 1907 dans cette ville bretonne à une grève mémorable dont l’écho fut national. J’avais également noté à plusieurs reprises  le nom de Guéhenno dans la relation du rôle des intellectuels lors du Front populaire[2], mais c’était à peu près tout, en dehors du fait que je savais également qu’il était aussi l’auteur d’un témoignage remarqué sur les années de l’Occupation[3]. J’ai commencé à lire La Mort des autres, et très rapidement j’ai voulu tout lire dans une sorte d’envie boulimique de découvrir un nouvel auteur que j’aurais dû connaître avant[4]. Il y a tout d’abord une écriture ciselée et souvent bouleversante, celle d’un homme lucide mais toujours en colère. Il cherche ainsi dans La Mort des autres à expliquer cette colère qui depuis 1914 ne l’avait pas quitté. Il y condamne la guerre tout en s’interrogeant sur le sens de cet évènement, l’analysant à hauteur d’homme et il le fait en superposant les époques (la Première Guerre mondiale, où il devient très rapidement hostile aux combats, et la Seconde, où malgré son pacifisme, il prend part aux actions de la Résistance ). Mais son témoignage offre également une réflexion sur l’Histoire et sur le travail des historiens. Guéhenno est revenu marqué pour le reste de sa vie de son expérience guerrière de 14-18. C’est l’objet de ses interrogations dans ce récit autobiographique. Il me faudrait pouvoir multiplier les citations pour tenter de montrer l’acuité de ses remarques et de ses affirmations concernant par exemple les historiens trop prompts à porter un regard désabusé et cynique sur le passé («une longue habitude de la bassesse des hommes les incline à une certaine délectation morose»[5]), le « vieux prestige de la violence [6]» ou encore le silence des témoins («on me souffle que je ferais mieux de me taire, que ces vieux malheurs n’intéressent plus personne[7]») et l’ambivalente place dans la mémoire de la guerre des monuments aux morts (« il n’est guère de lieux au monde sans doute où l’on mente davantage[8] »).

                Il me faut maintenant lire plus en détail son œuvre afin de l’utiliser dans ma recherche en cours, en particulier lorsqu’il revient sur la grève des cordonniers de Fougères de 1907. Je ne sais pas encore comment utiliser ses propos mais je sais déjà que certaines lectures peuvent modifier le cours d’une recherche, voire d’une vie: je place d’emblée dans cette catégorie les écrits de Guéhenno aux côtés de ceux de Louis Guilloux,  de Nizan ou d’autres comme Roger Martin du Gard. Surtout la fréquentation de cet auteur s’est faite à un moment où il m’était presqu’impossible faute de temps d’avancer dans l’écriture, la recherche ou même la tenue de ce carnet en ligne. Pourtant,  étudier les écrits de Guéhenno dans cette période m’a permis de ne pas douter devant le coup d’arrêt temporaire porté à mon travail.Il faut parfois savoir se taire pour avancer. Maintenant que j’ai davantage de temps disponible, je vais pouvoir poursuivre le processus de recherche. J’ai, il y a déjà quelque temps ici même, présenté un programme de billets à venir. Mais la souplesse d’un carnet de thèse, c’est justement de modifier le planning, de laisser jaillir d’autres idées, puis ensuite de revenir aux anciens projets. Ces traces écrites, relues avec un regard neuf, servent de guide aléatoire mais fécond. Je reviendrai donc sur le programme évoqué en y incluant de nouvelles idées : ainsi le prochain billet rédigé d’ici quelques jours concernera un sujet d’actualité : les députés socialistes dissidents vus à travers l’exemple de l’un d’entre eux, souvent évoqué ici, Emile Goude. Comme Guéhenno l’écrit dans une lettre à Louis Guilloux en 1929 « j’écrirai mieux bientôt ».


[1] J.Guéhenno, La Mort des autres, Paris, Grasset, 1968.

[2] Voir à ce propos G.Leroy, A.Roche, Les écrivains et le Front populaire, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1986

[3] Sur cet auteur, on peut consulter la notice biographique rédigée par N.Racine parue dans le Dictionnaire Biographique  du Mouvement Ouvrier, publié sous la direction de J.Maitron et C.Pennetier, Paris, éditions de l’Atelier. On peut également consulter le site Internet des Amis de Guéhenno.

[4] Parmi ses écrits autobiographiques on peut citer Changer la Vie (publié en 1961), Le Journal d’un homme de 40 ans (publié en 1934) ou encore Journal des années noires, 1940-1944 (publié en 1947). Ces trois livres sont aujourd’hui disponibles en poche. On peut aussi consulter: J.Guéhenno, Louis Guilloux, Correspondance (1927-1967), les paradoxes d’une amitié, Rennes, La Part commune, 2011.

[5] J .Guéhenno, La Mort des autres, p.33

[6] J.Guéhenno, op.cit., p.32

[7] J.Guéhenno, op.cit., p.18

[8] J.Guéhenno, op.cit.,p.24

 

 


Laisser un commentaire