Une histoire de l’expérience de la Première Guerre mondiale

C.Ingrao : Croire et détruire

Des lectures peuvent accélérer le processus de réalisation de la thèse. C’est le cas de livres ou d’articles fondateurs que l’on connaît depuis le début du travail de recherche : dans mon cas, il peut s’agir des travaux de S.Audouin-Rouzeau, de C.Prochasson, de G.L.Mosse ou encore de Z.Sternhell pour ne citer que quelques noms. Et puis, il y a également des lectures qu’on découvre au cours du processus d’écriture et qui, une fois faites, provoquent un déclic, une accélération dans l’élaboration de l’organisation du travail. C’est le cas du livre de Christian Ingrao, Croire et détruire[1], que je suis en train de lire actuellement : l’auteur y étudie le parcours de plusieurs dizaines d’intellectuels allemands qui ont participé à l’appareil d’Etat nazi dès les années 1930. Deux aspects m’intéressent plus particulièrement : l’historien développe tout d’abord ce qu’il nomme, après d’autres, une Erfahrungsgeschichte, une histoire de l’expérience que les intellectuels SS ont eu de la Première Guerre mondiale, même si pour la plupart ils n’étaient encore que très jeunes. Cette notion me semble particulièrement appropriée pour m’aider à retracer le parcours des militants que j’étudie. Le second aspect, raison première de ma lecture, est avant tout d’ordre méthodologique : comment rendre compte, et rendre lisible surtout, le parcours de plusieurs dizaines de personnes ? J’essaye en effet de construire ma propre rédaction en fonction d’itinéraires et je voulais lire comment l’auteur de ce livre avait réussi à organiser sa rédaction. Je dois dire que sur ces deux points, je trouve ce travail de recherche très réussi et vraiment il me permet d’améliorer considérablement mon mode d’organisation. De plus, C.Ingrao fait de nombreuses références à l’anthropologie, ce qui me fournit également d’autres outils méthodologiques appréciables, et le contenu de ce livre me servira aussi pour mes cours d’histoire dans le secondaire. Je ne suis encore au tiers du livre, et il me faut donc poursuivre ma lecture, mais j’y ai déjà trouvé beaucoup.

Comme la nature de ma recherche se modifie, en devenant de plus en plus «concrète», j’ai également un peu modifié l’apparence du carnet de recherche, histoire d’ouvrir de nouvelles perspectives.


[1] Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Hachette Pluriel, 2011.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.